alexandreVBCI

Inde : politique intérieure et internationale

Recommended Posts

Inde: des amendes pour les femmes seules et les jeunes couples dehors la nuit

Une brigade anti-harcèlement de la police indienne mise en place dans un district près de Bombay verbalise en priorité les femmes seules et les jeunes couples qu’ils surprennent dans les rues à la nuit tombée, une initiative prise après le viol collectif et la mort d’une étudiante. “Les couples non mariés et les femmes seules, que l’on repère dans des lieux isolés ou dans des recoins de parcs et de jardins tard le soir ont été priés de ne pas fréquenter ce genre d’endroits”, a commenté un policier, Ramakant Mahire. Les couples se comportant de manière inappropriée écopent d’une amende de 1.200 roupies (16 euros) et peuvent éventuellement voir la police appeler leurs parents, a-t-il ajouté.

Décidément, l'Inde restera très à part dans le respect des droits de l'homme, de sa dignité et de sa liberté de mouvement.

Pour combattre le viol, on sanctionne par la prévention rigoriste des mœurs ?!

De toute manière, le viol, la pédophilie, le trafic d'organes, l'expérimentation médicale illégale sur des pauvres, les meurtres et violences gratuits, le racisme, le travail des enfants, la ségrégation religieuse, ... ont encore de beaux jours devant eux face à l'impunité judiciaire et politique indienne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rahul Gandhi sur les pas de ses ancêtres

Image IPB

"Une fois le sacre terminé, Rahul prépare le parti au changement", ironise The Hindu. Avec son titre, le quotidien se fait l'écho des critiques qui accablent le fils de Sonia Gandhi, Rahul, qui vient d'être nommé numéro deux du Parti du Congrès, présidé par sa mère. Pour certains, il n'a cependant pas les épaules assez larges pour le poste. Pressenti pour devenir le prochain Premier ministre de l'Inde dans la perspective des législatives de 2014, il a promis – lors d'un discours dans lequel il n'a pas hésité à invoquer son pedigree Nehru-Gandhi – de renouveler sa formation politique.

Ah si l'Inde pouvait se débarrasser de cette dynastie qui n'a rien de démocratique et vit dans un autre monde de parvenus, d'usurpateurs et de riches, ce serait une bonne chose !

On devrait prendre exemple sur la France et la Russie sur leurs révolutions et la fin de la monarchie absolue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne connaissant pas grand chose à la politique intérieur indienne, il est reprochait quoi à la famille Gandhi en général ? Le choix du candidat se fait il démocratiquement à travers les militants dans ce parti ou est ce une désignation ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

@ Dino,

On accusait déjà Indira Gandhi à son époque de coudoyer avec le népotisme, ce qui n'est pas faux soi-dit en passant ... car sa famille est à la tête du pays quasiment sans discontinuer depuis l'indépendance. Si mes souvenir sont bon le père de Rahul ( cad Rajiv ) n'avait pas meilleur réputation au niveau de ses capacités et charisme. On peut y voir aussi un relent de xénophobie qui vise ni plus ni moins Sonia qui de par ses origines ne fait pas assez couleur locale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est dénoncé c'est plutôt le népotisme de la dynastie (mafia familiale) et pas tellement proche des gens pauvres. Les enfants de cette dynastie se marient qu'avec des familles riches (industriels, diamantaires, ...). Le Congrès est l'incarnation même de la dynastie.

De plus, un des fils d'Indira Gandhi (Sanjay) était un dirigeant tyrannique et corrompu (très influent auprès de sa mère dans les années 70). Il est mort dans un accident d'avions en 1980. Le fils de Sanjay (Varun Firoz Gandhi) qui s'est lancé dans la politique est quelqu'un de très violent et agressif.

Quant à Sonia Gandhi, son père était un riche industriel italien qui avait sympathisé avec le Duce Mussolini durant la 2ème guerre mondiale.

Rajiv Gandhi (feu époux de Sonia Gandhi assassiné en 1991) avait fermé les yeux sur les camps terroristes tamouls en Inde dans les années 80 et il a été suspecté de corruption dans l'affaire des canons Bofors avec la Suède.

Honnêtement, cette dynastie est malsaine (corruption, abus de pouvoir, ...) à tout point de vue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Inde: un parti d'extrême droite distribue des couteaux aux femmes

Image IPB

Un parti d'extrême droite en Inde a commencé à distribuer des milliers de couteaux à des femmes vivant dans un Etat de l'ouest pour les aider à se défendre en cas d'agression, après le viol collectif en décembre d'une étudiante à New Delhi qui a choqué le pays.

Le parti du Shiv Sena, réputé pour ses violentes prises de position et ses opérations coup de poing, a commencé sa distribution mercredi soir à Bombay, le jour de l'anniversaire du fondateur du parti, décédé en novembre, Bal Thackeray.

"De la même façon que vous coupez les légumes, coupez la main de la personne qui vous touche", a lancé à ses partisans un cadre local du parti, Ajay Chowdhary, en précisant que les femmes devraient garder dans leur sac le couteau doté d'une lame de 7 cm.

Le Shiv Sena a l'intention de distribuer quelque 21.000 armes blanches dans l'ensemble de l'Etat du Maharashtra, dont Bombay est la capitale. Cet Etat est le principal bastion du parti.

Le 16 décembre dernier, une étudiante de 23 ans qui rentrait du cinéma avec son compagnon a été violée à plusieurs reprises dans un autobus par six hommes, agressée sexuellement avec une barre de fer et jetée du véhicule à moitié nue. Elle est décédée 13 jours plus tard dans un hôpital de Singapour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'extrême droite indienne accusée de soutenir le terrorisme hindou

Parmi les menaces qui pèsent sur la sécurité de l'Inde, le terrorisme hindou d'extrême droite doit-il être pris au sérieux ? Le ministre de l'intérieur indien, Sushil Kumar Shinde, le croit, et il vient de le faire savoir d'une manière qui enflamme la polémique.

L'opposition du Bharatiya Janata Party (BJP) – droite nationaliste hindoue – a vivement réagi après les propos tenus, dimanche 20 janvier, par M. Shinde accusant le BJP et le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS).

J'ai des doutes relatifs à des activités terroristes de ceux cités, ce n'est pas leur genre de mode opératoire.  :rolleyes:

Voici la suite du journal Le Monde :

Dans sa déclaration, faite lors d'une réunion du Parti du Congrès (centre-gauche) au pouvoir à New Delhi, M. Shinde a cité ce "terrorisme hindou" dans une liste de "menaces" sécuritaires comprenant également les "infiltrations" de groupes armés au Cachemire à partir du Pakistan, les insurrections ethniques du nord-est du pays (peuplé de minorités tibéto-birmanes) et l'extrême gauche maoïste prospérant sur l'aliénation des populations tribales du centre de l'Inde.

UNE LONGUE SÉRIE D'ATTENTATS ATTRIBUÉS AUX DJIHADISTES

Si l'existence de groupes armés se réclamant de l'idéologie de l'hindutva ("l'hindouité") n'est niée par personne en Inde, le fait de les associer formellement à des organisations légales ayant pignon sur rue, tels le BJP et le RSS, est hautement sensible. En outre, M.Shinde a embarrassé jusqu'à ses propres amis en accolant l'adjectif "hindou" au mot "terrorisme". Un porte-parole du Parti du Congrès a légèrement pris ses distances avec les propos du ministre de l'intérieur en soulignant que le "terrorisme n'est lié à aucune religion".

Au sein du Parti du Congrès, d'autres personnalités ont toutefois pris la défense de M.Shinde, qui ne fait à leurs yeux qu'énoncer une réalité déjà établie par des procédures judiciaires en cours. Les affaires auxquelles faisait référence le ministre concernent une longue série d'attentats perpétrés à Malegaon dans l'Etat du Maharashtra le 8 septembre 2006 (37 morts), dans le train Samjhauta-Express à Panipat dans l'Etat de l'Haryana le 18 février 2007 (68 morts), à Hyderabad dans l'Etat de l'Andhra Pradesh le 18 mai 2007 (14 morts), à Ajmer dans l'Etat du Rajasthan le 11 octobre 2007 (3 morts), puis à nouveau à Malegaon le 29 septembre 2008 (7 morts). Tous ces attentats avaient été initialement imputés par la police à des groupes djihadistes, entraînant de multiples arrestations de jeunes musulmans.

"BOMBE POUR BOMBE"

Or, les diverses enquêtes ont fini par dévoiler que les auteurs et inspirateurs de cette vague de terreur venaient en fait de la mouvance nationaliste hindoue. Parmi eux figurent un chef religieux du Gujarat, Swami Aseemanand – qui prêchait la stratégie de "bombe pour bombe" en représailles aux attentats djihadistes antérieurs –, ou un lieutenant-colonel de l'armée, Shikrant Purohit, parrain du groupe ultranationaliste Abhinav Bharat. Selon la National Investigation Agency (NIA), l'équivalent indien du FBI américain, "au moins dix" des inculpés dans cette série d'attentats sont "associés" à "un niveau ou à un autre" au RSS, la matrice du mouvement nationaliste hindou. Le BJP, qui a dirigé l'Inde entre 1998 et 2004, est une émanation du RSS.

Les propos de M. Shinde sont d'autant plus explosifs qu'ils l'exposent à l'accusation de "faire le jeu du Pakistan", critique déjà au cœur de la riposte du BJP. Le Pakistan a en effet toujours cherché à escamoter sa responsabilité dans des flambées terroristes affectant l'Inde, notamment les assauts djihadistes sur Bombay en novembre 2008 (166 morts), en pointant l'existence parallèle d'un "terrorisme hindou".

COUP DE FROID

Hafiz Saeed, le chef du Lashkar-e taiba (LeT), groupe extrémiste pakistanais mis en cause dans l'attaque de Bombay, ne s'est pas privé de tirer aussitôt parti des déclarations de M. Shinde. De Lahore, où le LeT est basé, M. Saeed a appelé la communauté internationale à "qualifier l'Inde d'Etat soutenant le terrorisme".

Cette violente controverse survient à un moment où les relations entre l'Inde et le Pakistan sont à nouveau entrées en crise début janvier, à la suite d'échanges de coups de feu le long de la frontière contestée du Cachemire, qui ont coûté la vie à trois soldats pakistanais et deux soldats indiens. Ce coup de froid marque un arrêt brutal du processus de paix péniblement redémarré en 2011 après les trois années de glaciation ayant suivi les attentats de Bombay.

http://indianmilitarynews.wordpress.com/tag/abhinav-bharat/

Maintenant, ça ne m'étonne guère que des ex-militaires soient derrière ces attentats quand je vois la brutalité de certains soldats contre les immigrés bangladeshis et kashmiris. Une haine viscérale contre les musulmans.

D'ailleurs, certains anciens para-militaires et officiers indiens encadrent la formation des jeunes nationalistes et ceux de l'extrême-droite (défilé militaire, apprentissage des arts martiaux, explosifs, armes blanches et à feu, ...).  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Législatives de 2014 : un choix diabolique

Courrier international

Image IPB

L'hebdomadaire indien a fait fort pour sa une datée du 4 février (et sortie le 26 janvier) et consacrée aux grands rivaux des prochaines législatives de mai 2014. Sous le titre "l'alternative diabolique", elle montre d'un côté Narendra Modi, le ministre en chef du Gujarat, habillé en uniforme de la milice nationaliste hindoue et posant sur un amas d'ossements. Modi vient d'être réélu à son poste régional et il est pressenti pour devenir le premier ministrable du Bharatiya Janata Party (Parti du peuple hindou, parti nationaliste hindou dans l'opposition au niveau national depuis 2004). L'homme politique est accusé d'avoir été le cerveau des pogroms anti-musulmans faisant plusieurs milliers de morts en 2002.

En face de lui, on distingue trois générations de la famille Nehru-Gandhi. On devine, tout en bas, les cheveux de l'ancienne Premier ministre Indira Gandhi. Sur ces épaules, son fils Rajiv - lui aussi ancien Premier ministre- porte à son tour sa femme, Sonia, présidente du Parti du Congrès. Elle soutient leur fils, Rahul. Ce dernier vient d'accéder à la vice-présidence du Parti. Il devrait mener la campagne de 2014 et sera à son tour Premier ministre si sa formation l'emporte. "Une alternative diabolique" donc entre un assassin et le dernier rejeton d'une dynastie dont le seul mérite serait d'être bien né.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-être, mais l'histoire a prouvé que ce sont souvent les seconds qui bouffent les premiers (Voir l'Allemagne et l'Italie des années 20 - 30, ou le Chili des années 70 - 80, par exemple.). Wait & see, comme disent nos meilleurs ennemis anglais.  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Analyse de la visite de François Hollande en Inde.

Image IPB

Pour François Gautier, il s'agit d'une visite bâclée et précipitée. "La France n'a pas la patience ni l'humilité de faire des études de marché sérieuses en Inde." La France est le 9ème investisseur étranger et elle est déficitaire au niveau commercial comparer à d'autres investisseurs étrangers alors que le marché est immense.

Il critique également la négligence politique vis-à-vis de l'Inde comme un allié sérieux de l'occident dans une région à risques face aux islamistes du Pakistan et de l'Afghanistan.

Pour Libin Liu (spécialiste de l'Inde et de la Chine), elle estime aussi que la France doit faire preuve « d'humilité » et éviter à tout prix de « donner des leçons » comme elle le fait « souvent ».

Visite de François Hollande en Inde

Par Philippe Lecaplain

http://www.rfi.fr/emission/20130215-visite-francois-hollande-inde-perspectives-economiques

Quelles sont les perspectives économiques franco-indiennes ?

1. Olivier Da Lage, rédacteur en chef à RFI, et co-auteur de Aujourd’hui l’Inde (Casterman, 2012)

2. François Gautier, auteur de Quand l’Inde s’éveille, la France est endormie… (Rocher, 2013)

3. Jean-Joseph Boillot, spécialiste de l’économie indienne, auteur de L’économie de l’Inde (La Découverte).

4. Laura Prasad, secrétaire générale de la IFCCI (Indo-French Chamber of Commerce and Industry).

Un petit hors-sujet :

Les médias et la presse française commettent des bévues grossières quand ils donnent des informations qui sont ensuite traduites et transmises par la diaspora indienne à des personnalités importantes en Inde.

Par exemples, TF1, France 2, ... continuent de citer des villes indiennes sous l’appellation coloniale comme Mumbai par Bombay, Chennai par Madras, ... ce qui choquent pas mal d'Indiens et le considèrent comme du mépris français.

A l'ambassade indienne, je m'entendais bien avec le secrétaire qui perfectionnait son français dans nos discussions géopolitiques et économiques. Moi, je lui conseillais de lire des journaux nationaux comme Le Figaro, Le Monde, Libération, ... riche en expressions politiciennes et termes techniques. Un internaute comme Tancrède (très cultivé, un français super excellent, ...) + d'autres sur ce forum lui plairaient certainement dans sa volonté de se perfectionner en français. Évidemment, il écoutait et analysait les informations télévisées dont certaines étaient des clichés sur l'Inde !

En outre, il demandait parfois certaines informations sur le comportement en général des Français sur l'Inde, sur les Indiens en France et, également sur l'intégration et le comportement de la diaspora indienne en France; bref une démarche indirecte un peu à la "Charles Dickens".

Fin du hors-sujet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par exemples, TF1, France 2, ... continuent de citer des villes indiennes sous l’appellation coloniale comme Mumbai par Bombay, Chennai par Madras, ... ce qui choquent pas mal d'Indiens et le considèrent comme du mépris français.

Pas vraiment, plus une méconnaissance et une habitude, un peu comme dire Pékin au lieu de Beijing. Moi même je ne savais même pas que Bombay avait changé de nom.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas vraiment, plus une méconnaissance et une habitude, un peu comme dire Pékin au lieu de Beijing. Moi même je ne savais même pas que Bombay avait changé de nom.

Beijing est en anglais, Pékin en français, juste une différence de traduction et de prononciation.

Pour les villes indiennes, peut-être un peu de méconnaissance, mais effectivement comme dit Mani c'est l’appellation coloniale.

Henri K.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques photos d'un expatrié chinois qui travaille à Bombay, selon lui, l'Inde est un pays "rempli de mystère et de contradiction, mais surtout des opportunités".

Comme quoi même toi tu dis Bombay ^^

Image IPB

Étrange l'architecture de ce bâtiment. Ca me fait penser à un mélange de style gothique, byzantin et indien (surtout pour la couleur de la pierre).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme quoi même toi tu dis Bombay ^^

Étrange l'architecture de ce bâtiment. Ca me fait penser à un mélange de style gothique, byzantin et indien (surtout pour la couleur de la pierre).

C'est corrigé, merci pour rappel, une mauvaise habitude à changer effectivement...

C'est la gare Victoria, designé par les Anglais. Un peu plus haut on voit une photo de la "Gateway of India", construite en 1911 pour célébrer l'arrivée du roi George V, également l'Empereur de l'Inde à l'époque.

Henri K.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cameron en Inde, visite à teneur économique en plein scandale de corruption

Le Premier ministre britannique, David Cameron, est arrivé lundi dans la capitale financière de l'Inde, Bombay, pour tenter de doper les échanges économiques, une visite qui survient en plein scandale de corruption portant sur des hélicoptères conçus en Angleterre et vendus à l'Inde.

"J'ai amené avec moi la plus grande délégation d'industriels à avoir quitté les rives britanniques et je suis vraiment fier de les avoir amenés ici pour rencontrer les hommes d'affaires indiens et relier nos pays", a lancé M. Cameron, donnant d'emblée le ton de sa visite à forte teneur commerciale.

La troisième puissance économique d'Asie vient de recevoir la visite du président français François Hollande, qui a affirmé vendredi à Bombay que la France voulait prendre part au "grand avenir" de l'Inde.

Lors d'une allocation dans une usine du groupe de produits de grande consommation, Hindustan Unilever, partiellement détenue par le groupe anglo-néerlandais Unilever, M. Cameron a estimé de son côté que "la montée de l'Inde va être l'un des grands phénomènes de ce siècle". "Le Royaume-Uni veut être votre partenaire de choix", a-t-il insisté.

M. Cameron a pour objectif de doubler la valeur des échanges commerciaux avec l'Inde, qui représentaient en 2010 11,5 milliards de livres (13,4 milliards d'euros), pour les faire passer à 23 milliards de livres en 2015.

Il est notamment venu accompagné de dirigeants industriels ayant en ligne de mire les secteurs du commerce de détail, de l'aviation, de la banque et de l'assurance après les récentes réformes du gouvernement indien pour ouvrir ces secteurs aux investissements étrangers.

La délégation inclut aussi les présidents de six universités britanniques pour attirer davantage d'étudiants indiens et rechercher des partenariats dans l'enseignement supérieur.

Après ses rencontres avec les hommes d'affaires à Bombay lundi, David Cameron s'envolera pour New Delhi où il rencontrera son homologue, Manmohan Singh, et le président de l'Inde, Pranab Mukherjee.

Cette visite survient en plein scandale dans l'aéronautique, alors même que M. Cameron va avoir à coeur de vanter les mérites du Typhoon, fabriqué par le consortium européen Eurofighter (formé notamment du britannique BAE Systems), en dépit des négociations exclusives entre l'Inde et Dassault pour fournir à l'armée indienne 126 avions de combat Rafale.

Le gouvernement indien a annoncé vendredi avoir lancé une procédure d'annulation d'un contrat de 748 millions de dollars (560 millions d'euros) avec l'italien Finmeccanica, portant sur la livraison de 12 hélicoptères, en raison du versement présumé de pots-de-vin à des officiels indiens.

Or ces hélicoptères AgustaWestland, filiale anglo-italienne de Finmeccanica, sont fabriqués dans le sud-ouest de l'Angleterre. Trois ont déjà été livrés à l'Inde.

Le Premier ministre britannique, qui se rend pour la deuxième fois en Inde depuis son arrivée au pouvoir en 2010, devra sans doute répondre à des questions sur ce contrat, le gouvernement indien ayant l'intention de prendre des mesures exemplaires pour montrer sa volonté de lutter contre la corruption.

"Nous avons interrogé la Grande-Bretagne en novembre et ils ont répondu que les Italiens étant en train d'enquêter, il fallait attendre le résultat (de l'enquête)", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Syed Akbaruddin.

Des enquêteurs indiens se rendront en Italie cette semaine dans le cadre de cette affaire, a précisé dimanche un porte-parole de la police fédérale indienne (Central Bureau of Investigation, CBI).

L'optimisme de Cameron "Cameron wants 'special relationship' with India" : http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-21495682

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les villes indiennes, peut-être un peu de méconnaissance, mais effectivement comme dit Mani c'est l’appellation coloniale.

Je ne pense pas que ce soit une méconnaissance, ou un manque de respect envers les Indiens. A mon avis, c'est plutôt l'inertie des mots chez les francophones (de France du moins), et ce, qu'il s'agisse de noms communs ou de nom propres. En France, une réforme du langage complique toujours plus la langue qu'elle ne la simplifie puisque la majorité de la population continue à utiliser les anciennes règles et à les inculquer à leurs enfants. Dans les autres pays que je connais (de langues allemande, anglaise ou portugaise) les réformes de la langue ont toujours eu plus d'effets qu'en France.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La police prévenue du risque d'attentat à Hyderabad

e double attentat qui a fait 14 morts et plus d'une centaine de blessés jeudi, à Hyderabad dans le sud de l'Inde, n'a pas été revendiqué et les autorités ne disposent pas encore d'éléments probants pour privilégier une piste particulière.

Mais le ministre de l'intérieur indien a révélé que les services de renseignement indiens disposaient d'informations relatives à une alerte à la sécurité plusieurs jours avant. Des islamistes interrogés par la police indienne l'an passé avaient en effet évoqué la possibilité d'attaquer le quartier d'Hyderabad visé jeudi, a confirmé vendredi un haut responsable de la police.

La police avait arrêté l'an dernier des militants du groupe des Moudjahidines indiens (IM) en lien avec l'explosion en août de quatre engins de faible intensité à Pune, qui avaient fait un blessé. "Nous avons interrogé deux militants [du groupe des Moudjahidines indiens] qui ont dit qu'ils avaient repéré plusieurs lieux à Delhi, Bombay, Hyderabad et Pune pour une attaque possible. L'un des endroits qu'ils ont mentionné était Dilsukh Nagar, qui a été frappé hier soir [jeudi]", indique un responsable policier à New Delhi.

RISQUES DE VIOLENCES ENTRE HINDOUS ET MUSULMANS

Selon M. Shrivastava, son équipe a alors immédiatement communiqué ces informations à la police d'Hyderabad. Cette dernière s'est ensuite rendue à New Delhi pour interroger elle-même les militants islamistes. Les IM ont dans le passé revendiqué plusieurs fois des attentats en Inde.

La police risque d'affronter des questions sur l'échec des forces de sécurité à contrecarrer les projets d'attaques sur son territoire alors même qu'elles avaient été prévenues. La police indienne a été déployée en nombre dans Hyderabad pour éviter que le double attentat de jeudi ne provoque des violences entre les communautés hindoue et musulmane de la ville.

Le parti Bharatiya Janata (formation nationaliste hindoue) a lancé un appel à la grève ce vendredi pour dénoncer l'attaque. Aucun groupe n'a revendiqué la double explosion de jeudi, et les autorités ne disposent pas encore d'éléments probants pour privilégier une piste particulière.

Share this post


Link to post
Share on other sites

SC Allows Italian Marines to Go Home to Cast Vote

The Supreme Court today permitted two Italian marines, accused of shooting dead two Indian fishermen off the coast of Kerala, to travel to their country to cast vote in the upcoming elections there.

A bench headed by Chief Justice Altamas Kabir said that the accused marines, Massimiliano Lattore and Salvatore Girone, would travel to Italy under the control and custody of the Ambassador of Italy in India, to cast their ballot in the elections scheduled for February 24 and 25.

http://news.outlookindia.com/items.aspx?artid=790558

Il n'y a pas seulement la corruption militaire indienne qu'on devrait s'occuper en Inde mais également le fonctionnement de l'impunité judiciaire indienne (dysfonctionnement total de la justice) face à des criminels, des violeurs, des pédophiles, ... !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une étrange fascination pour Hitler

Un commerçant indien a baptisé son magasin Hitler, suscitant l'indignation de la communauté juive locale. Cette affaire n'est pas une première en Inde. Réelle ignorance ou vicieuse stratégie marketing ?

Le Mahatma Gandhi n'aurait pas été content. Le héros de l'indépendance indienne et prix Nobel de la paix n'aurait pas aimé voir son portrait imprimé sur un T-shirt, entre Superman et autres fripes multicolores, dans la vitrine du magasin de Rajesh Shah à Ahmedabad, dans l'Etat du Gujarat. Au-dessus de la vitrine s'étale en effet en grandes lettres blanches le nom de la boutique : 'Hitler', avec le i surmonté d'une croix gammée rouge.

Le nouvel établissement provoque la colère des habitants, notamment de la petite communauté juive installée dans cette ville du nord-ouest de l'Inde. Ils exigent que le propriétaire change immédiatement le nom de sa boutique. Shah, lui, ne comprend pas toute cette agitation.

"Pendant plus d'un mois, nous avons eu une bannière annonçant l' 'ouverture prochaine de Hitler', et personne n'a rien dit", a-t-il confié au quotidien Times of India.

Le magasin aurait été baptisé ainsi en l'honneur du grand-père de son partenaire, Manish Chandani, surnommé 'Hitler' en raison de son caractère particulièrement tatillon et sévère. Shah affirme qu'il ignorait tout des crimes du Führer et qu'il n'a découvert son existence que récemment sur Internet. La communauté juive d'Ahmedabad n'en croit rien, rapporte le site Internet du Daily Mail. Pour ces habitants, Shah savait parfaitement

ce que représentait ce nom. Ils dénoncent une stratégie marketing.

Le fait est que de nombreux Indiens sont fascinés par Hitler et les nazis. Un homme d'affaires hindou a même commercialisé une "collection nazie" de parures de lit imprimées de croix gammées. Déjà en 2006, l'ouverture d'un restaurant nommé 'Hitler's Cross' [la croix d'Hitler] avait fait scandale à Bombay. Le nom du restaurant, écrit en capitales, était entremêlé à une croix gammée. La décoration douteuse du lieu comprenait également un portrait du Führer qui a toutefois été rapidement retiré.

Sous la pression des 5000 membres de la communauté juive, le propriétaire, Sabhlok, avait finalement accepté de changer le nom de son établissement. Pour lui aussi, il s'agissait d'une coïncidence. Le seul point commun entre Hitler et lui aurait été sa volonté de conquérir le monde,

non par la force mais par la qualité de sa cuisine et de son service, expliqua-t-il.

Rajesh Shah ne voit aucune raison de fermer sa boutique. Il se dit toutefois prêt à en changer le nom, contre dédommagement. Il aurait en effet déjà dépensé près de 40 000 roupies [570 euros] en cartes de visite et autres supports publicitaires. "Nous n'avons plus d'argent ", assure-t-il.

courrierinternational.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Mahatma Gandhi n'aurait pas été content. Le héros de l'indépendance indienne et prix Nobel de la paix n'aurait pas aimé voir son portrait imprimé sur un T-shirt, entre Superman et autres fripes multicolores, dans la vitrine du magasin de Rajesh Shah à Ahmedabad, dans l'Etat du Gujarat. Au-dessus de la vitrine s'étale en effet en grandes lettres blanches le nom de la boutique : 'Hitler', avec le i surmonté d'une croix gammée rouge.

Mauvaise foi, mauvaise interprétation ou manque de professionnalisme de cet "idiot" journaleux qui cherche le sensationnel :-\

Hitler fut le cher ami de Gandhi

Image IPB

De plus, tout le monde sait que les Indiens ne s'intéressent pas à l'histoire européenne pas plus que les Européens vis-à-vis des Indiens dès lors on peut l'attribuer à une méconnaissance historique. Hitler est perçu comme un grand conquérant européen en Inde, non comme un génocidaire et criminel de guerre.

Enfin, les nazis allemands comme Himmler et certains SS avaient un certain respect à l'égard des Indiens que n'avaient pas les Anglais.

Image IPB

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une question, je ne connais pas bien la géopolitique du sous continent, comment sont les relations entre Inde et Bengladesh? Plutot alliés?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une question, je ne connais pas bien la géopolitique du sous continent, comment sont les relations entre Inde et Bengladesh? Plutot alliés?

C'est plus la méfiance. Car le Bangladesh s'est rapproché de la Chine et montée de l'islamisme radical qui persécute la minorité hindoue (+/- 20 %). Sans parler de l'immigration clandestine bangladeshie estimée à 20 millions en Inde et crée des tensions avec des ethnies hindoues dans l'est de l'Inde comme l'Assam, le Bihar, le Nagaland et le Bengale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,412
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Andreas
    Newest Member
    Andreas
    Joined
  • Forum Statistics

    20,718
    Total Topics
    1,250,680
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries