Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Inde : politique intérieure et internationale


Recommended Posts

https://www.dw.com/en/india-nepal-border-dispute/a-55483099 (3 novembre 2020)

La dernière prise de bec frontalière entre les deux pays a commencé en novembre 2019, lorsque New Delhi a dévoilé une nouvelle carte de l'Inde montrant les sites contestés - Lipulekh, Limpiyadhura et Kalapani - faisant partie de son territoire.

Le Népal, qui n'a jamais été sous domination coloniale, a longtemps revendiqué ces zones conformément au traité de Sugauli de 1816 avec le Raj britannique à la suite de la guerre anglo-népalaise (Gurkha).

Le traité reconnaissait le fleuve Kali comme la frontière occidentale du Népal avec l'Inde et les terres situées à l'est du fleuve sont en territoire népalais. Les habitants de Kalapani, Lipu Lekh et Limpiyadhura avaient voté lors des élections générales de 1959 au Népal et payaient des impôts avant que le conflit n'éclate.

L'Inde a ensuite mené une guerre avec la Chine en 1962, et ces régions sont restées sous le contrôle des troupes indiennes depuis.

La prise de bec s'est encore aggravée après que New Delhi a annoncé le 8 mai l'inauguration d'une route de 80 kilomètres de long (50 miles) qui passe par Lipu Lekh, une zone contestée qui se trouve à une jonction stratégique à trois voies avec le Tibet et la Chine.

L'autoroute construite unilatéralement relie l'État indien de l'Uttarakhand au Kailash Mansarovar du Tibet via le col de Lipu Lekh, un territoire historiquement revendiqué par le Népal et considéré comme l'une des routes commerciales les plus courtes et les plus praticables entre l'Inde et la Chine.

La petite nation himalayenne a contesté l'inauguration de la route par l'Inde, considérant ce geste comme un autre exemple d'intimidation de la part de son voisin beaucoup plus grand.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/12/en-inde-un-suicide-ecologique-dans-l-indifference_6059437_3232.html

Mardi 10 novembre, un pic de 1 021 microgrammes de particules fines par mètre cube d’air, 40 fois les normes de l’OMS, a été atteint.

En 2019, le ministre de la santé, lors d’un pic historique, avait benoîtement prôné de manger des carottes, quand son collègue de l’environnement avait conseillé d’entamer la journée en musique, niant tout lien entre pollution et santé.

  • Haha 1
  • Confused 1
  • Sad 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Wallaby a dit :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/12/en-inde-un-suicide-ecologique-dans-l-indifference_6059437_3232.html

Mardi 10 novembre, un pic de 1 021 microgrammes de particules fines par mètre cube d’air, 40 fois les normes de l’OMS, a été atteint.

En 2019, le ministre de la santé, lors d’un pic historique, avait benoîtement prôné de manger des carottes, quand son collègue de l’environnement avait conseillé d’entamer la journée en musique, niant tout lien entre pollution et santé.

 

Trump est parti, mais le trumpisme se porte comme un charme et a de beau jours devant lui...

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Je dépose ça ici, sans opinion (je ne m'y connais pas assez pour juger).

https://www.bloomberg.com/graphics/2020-opinion-india-and-modi-are-losing-china-battle/?utm_medium=deeplink

Un billet d'opinion écrit par un indien, ancien soutien de Modi, et qui est pessimiste sur les chances de rattraper la Chine.
Il donne son avis sur les errements de la politique économique (+ de la corruption) de l'Inde depuis 50 ans ...

Je laisse les connaisseurs commenter.

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/inde-pourquoi-les-agriculteurs-s-opposent-ils-aux-reformes-de-modi_2140648.html (12 décembre 2020)

Des milliers d'agriculteurs indiens, résolus à faire abroger les réformes agricoles, poursuivaient le blocus de la capitale indienne New Delhi entrant dans sa troisième semaine ce weekend,

En septembre, le parlement a ainsi voté des lois qui autorisent les agriculteurs à vendre leurs productions aux acheteurs de leur choix, plutôt que de se tourner exclusivement vers les marchés contrôlés par l'État.  

Ces marchés avaient été créés dans les années 50 pour protéger les agriculteurs contre les situations d'abus et leur assuraient un prix de soutien minimal (PSM) pour certaines denrées. 

Nombre de petits exploitants agricoles sont attachés au PSM, qui constitue pour eux un filet de sécurité essentiel, et se sentent désormais menacés par la libéralisation des marchés qu'engendrent les réformes.

https://www.lepoint.fr/monde/inde-une-usine-d-iphone-mise-a-sac-par-ses-propres-ouvriers-13-12-2020-2405545_24.php (13 décembre 2020)

Les émeutiers, qui ont saccagé l'usine du groupe Wistron Infocomm Manufacturing en banlieue de Bangalore, assurent ne pas avoir été payés depuis quatre mois.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le 01/12/2020 à 00:41, rogue0 a dit :

Je dépose ça ici, sans opinion (je ne m'y connais pas assez pour juger).

https://www.bloomberg.com/graphics/2020-opinion-india-and-modi-are-losing-china-battle/?utm_medium=deeplink

Un billet d'opinion écrit par un indien, ancien soutien de Modi, et qui est pessimiste sur les chances de rattraper la Chine.
Il donne son avis sur les errements de la politique économique (+ de la corruption) de l'Inde depuis 50 ans ...

Je laisse les connaisseurs commenter.

Ce n'est pas un mauvais article et le point de vue de l'auteur est bien présenté, ainsi que les errements causés non seulement par la politique de Modi mais par celle de ses prédécesseurs. Mais la fin servant de conclusion dessert complètement le propos.:

Sadly, I don’t see northern India’s economic pessimism — or its caste enmities, religious hatred and deep-seated misogyny — making way for a less toxic, more aspirational politics. I say sadly, because I have always been secretly hopeful about India, even when criticizing its cumbersome red tape, crumbling infrastructure or clumsy policymaking.

But the 1990s dream has ended, the world has changed, and so have we.

Just typing that previous sentence feels like betrayal. India is where I was born, grew up, started work and got married.

I have left the country for long stretches, and my teenage children don’t have any feel for its culture, cuisine or languages. Yet India and I have never let go of each other. When I write about other places, it’s as a foreign correspondent. The India stories are different. They aren’t all strewn with the first-person pronoun, but they’re all personal. Increasingly, they’re also bitter. Like this essay.

Call it buyers’ remorse. Those of us who thought that muscular leadership would revive India’s dream of mimicking Chinese-style double-digit expansion are not just disappointed. For many of my generation, our long-cherished hope for a better, greater India is all but gone. We wanted to trade some of our democratic chaos for a little bit more growth. We ended up with less of both.

Éléments de langage "progressistes"?
Check.
Mélancolie cosmopolite?
Check.
Déclinisme?
Check.
Fatalisme?
Check.

C'est sûr que ça va faire avancer le schmilblik. Ou pas.
Bon en revanche félicitations pour ne pas avoir mentionné le Rafale dans cet article à la rubrique "scandales". :laugh:

Cela étant méfiance, parce que la situation que l'auteur dépeint n'en est pas moins tout à fait réaliste, et c'est typiquement celle qui peut pousser un leader à décider d'une guerre pour ressouder la population, ce que Modi a déjà fait par le passé avec Balakhot face au pakistan et désormais en mode "guerre du feu" face à la Chine.

Link to post
Share on other sites
Le 01/12/2020 à 00:41, rogue0 a dit :

Je dépose ça ici, sans opinion (je ne m'y connais pas assez pour juger).

https://www.bloomberg.com/graphics/2020-opinion-india-and-modi-are-losing-china-battle/?utm_medium=deeplink

Un billet d'opinion écrit par un indien, ancien soutien de Modi, et qui est pessimiste sur les chances de rattraper la Chine.
Il donne son avis sur les errements de la politique économique (+ de la corruption) de l'Inde depuis 50 ans ...

Je laisse les connaisseurs commenter.

Un commentaire contradictoire ici (qui me dépasse en partie sur des points techniques économiques, et qui ne m'a pas vraiment convaincu) : https://swarajyamag.com/economy/why-it-may-be-the-wrong-time-to-give-up-hope-on-india (1er décembre 2020)

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Les Indiens aiment bien fantasmer sur une carte de "la Grande Inde" (l'Inde conquise par les Britanniques avant qu'ils ne la partitionne, en général -- ajouter le Tibet et l'Afghanistan est plus rare) mais le problème pour eux c'est que ces territoires ont une population dont ils ne veulent pas.

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, Snapcoke a dit :

Géographiquement !!

Pas tellement. Il y a juste une énorme chaîne de montagne et un désert entre les deux.

Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Snapcoke a dit :

Eux... Non...

Ah.

Et les déserts de Kharan et du Registan alors ? Et les montagnes entre Peshawar et Zahedan ?

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Les alliances change a toute vitesse, l'Inde s'acoquine avec les États-Unis alors qu'elle penchait pour l'URSS/Russie et le Pakistan s'éloigne des États-Unis et de l'Arabie Saoudite et se rapproche de Moscou :

Pakistan, Inde, Chine. Réalignement des planètes en Asie du Sud

Par Olivier Da Lage

https://odalage.wordpress.com/2021/01/19/pakistan-inde-chine-realignement-des-planetes-en-asie-du-sud/

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, collectionneur a dit :

Les alliances change a toute vitesse, l'Inde s'acoquine avec les États-Unis alors qu'elle penchait pour l'URSS/Russie et le Pakistan s'éloigne des États-Unis et de l'Arabie Saoudite et se rapproche de Moscou :

Pakistan, Inde, Chine. Réalignement des planètes en Asie du Sud

Par Olivier Da Lage

https://odalage.wordpress.com/2021/01/19/pakistan-inde-chine-realignement-des-planetes-en-asie-du-sud/

Se rapproche de la Chine, plutôt, non ?

Article intéressant mais qui finit un peu dans un cul de sac je trouve.

Et quand je lis ça et que je regarde une carte, je pense inévitablement aux balivernes trentenaires sur «la fin de l’Histoire »...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le 20/01/2021 à 11:19, Hirondelle a dit :

Se rapproche de la Chine, plutôt, non ?


C’est fluctuant au gré des élections.


Les Routes de la Soie ont été lancées en grandes pompes à Islamabad avec un Pakistan très favorable à celles-ci, notamment du fait de prêts très conséquents octroyés par la China Development Bank et l’Export-Import Bank of China afin de réaliser les travaux de construction du corridor, par où devait passer l’essentiel des marchandises, et notamment la modernisation de la ligne de chemin de fer reliant Peshawar à Karachi en passant par Lahore.

Sur 62 M$ prévus, 25 M$ ont été dépensés... et le Pakistan se retrouve maintenant confronté à une crise de la dette (normal, ce n’est pas le seul dans ce cas-là dans le cadre des prêts chinois pour les Routes de la Soie...), des tensions politiques intérieures dénonçant la corruption des partis à l’époque au pouvoir, et un nouveau gouvernement élu moins favorable à la Chine.

 

Ceci n’enlève rien à leur collaboration dans leur domaine militaire et leurs gracieusetés dans les « dons » de territoires à leur frontière commune, mais les relations se sont sensiblement refroidies quand même ces derniers temps.

 

Bref, si militairement le Pakistan doit continuer de jouer la carte chinoise, sur un plan géopolitique, il aurait raison de commencer à discrètement déclarer sa flamme à la Russie, moins envahissante et financièrement en capacité de le soutenir éventuellement (façon Turquie vendant ses joyaux au Qatar, ne soyons pas mesquins ‘:), des fois que...

 

 

Après, l’article est trop tranché sur l’Inde, qui achète du S-400 et tente en même temps de s’acheter une réassurance US en cas de conflit avec la Chine, tout en s’appuyant allègrement sur la France et Israël.

 

Edited by TarpTent
  • Like 1
  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

https://theconversation.com/india-farmers-protests-internet-shutdown-highlights-modis-record-of-stifling-digital-dissent-154287 (1er février 2021)

La prise d'assaut du Fort Rouge à Delhi le 26 janvier a marqué une escalade des tensions entre le gouvernement indien - dirigé par le Premier ministre Narendra Modi - et les agriculteurs qui protestent contre les réformes agricoles depuis août 2020.

Les images des affrontements entre les agriculteurs et la police devenant virales, l'incident du Fort Rouge a également marqué un pic d'intérêt pour le mouvement des agriculteurs dans le monde entier, au grand dam de Modi.

La réaction des autorités aux événements du Fort Rouge - un bâtiment historique symbolisant l'indépendance de l'Inde et situé en plein cœur du vieux Delhi - a été rapide. La police de Delhi a fermé l'accès à Internet dans la ville, affectant plus de 52 millions d'abonnés à la téléphonie mobile. Cette fermeture était ostensiblement dans l'intérêt de la sécurité publique, mais c'est aussi le dernier épisode de la longue histoire de la répression de l'internet en Inde - une stratégie utilisée à maintes reprises pour réprimer les mouvements de protestation.

Le contrôle de l'Inde sur Internet est comparable à celui de certains des pays les plus autoritaires du monde. Alors que l'Inde se classe au deuxième rang mondial en termes d'abonnés à l'internet mobile, le pays est également en tête pour ce qui est des fermetures. Elles sont utilisées avec une régularité alarmante pour perturber les mouvements de protestation et - dans le cas du Cachemire, qui connaît actuellement la plus longue fermeture d'internet au monde - pour contrôler des populations entières.

L'année dernière, lors des manifestations organisées dans le cadre du Citizen Act, des fermetures ont été utilisées à Aligarh - qui abrite l'université musulmane d'Aligarh - l'un des centres des manifestations, où de graves brutalités policières auraient eu lieu. Le gouvernement indien a procédé à plus de 106 fermetures d'Internet rien qu'en 2019 - la grande majorité en réponse aux protestations.

Et dans un autre effort pour mettre fin à la dissidence, le gouvernement aurait récemment envoyé un avis juridique à Twitter qui a conduit au blocage de plusieurs comptes liés à la protestation des agriculteurs - révélant ainsi la capacité de l'administration Modi à censurer des groupes et des individus sur des plateformes spécifiques, également.

En plus de signaler la dérive autoritaire de la "plus grande démocratie du monde", les fermetures d'Internet en Inde sont aussi des affaires coûteuses. Alors même que Modi promet de construire une "Inde numérique" pour stimuler l'économie du pays, ses fermetures d'Internet coûtent à l'Inde 2,8 milliards de dollars US (2 milliards de livres sterling) par an - ce qui équivaut à 70 % du coût mondial de la fermeture d'Internet en 2020. Le fait qu'il soit prêt à payer cette facture est révélateur de l'importance de l'enjeu pour Modi. Il est temps que le monde entier s'en rende compte.

https://www.dw.com/en/greta-thunberg-under-fire-for-tweeting-about-indian-farmers-toolkit/a-56458306 (4 février 2021)

La police indienne a déposé une plainte en relation avec une "boîte à outils" publiée par la militante de renommée mondiale Greta Thunberg. Ce document montre comment étendre le soutien aux protestations des agriculteurs.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

https://asia.nikkei.com/Economy/Trade/India-tariff-hikes-target-mainly-China-in-protectionist-drive (11 février 2021)

Ces modifications entraînent une hausse des droits de douane sur une trentaine de produits au début du mois. Les taxes sur les lampes et cellules solaires sont désormais de 15 à 20 %, contre 5 % auparavant. Les appareils de recharge de téléphones portables, qui étaient exempts de droits de douane, ont été frappés d'une taxe de 10 %.

Les produits concernés sont les secteurs de l'électronique, de l'automobile, de la chimie, du cuir et de l'agriculture. L'objectif est de minimiser les importations de ces produits en provenance de Chine et d'autres pays et d'encourager l'activité manufacturière locale, a déclaré Devendra Pant, de India Ratings & Research.

La pandémie a perturbé les importations de produits finis et de composants, ce qui a contribué à la stagnation économique de l'Inde.

Pour sortir du malaise et favoriser une chaîne d'approvisionnement locale, l'Inde s'est tournée vers des droits de douane plus élevés. Les circuits imprimés et les appareils photo pour téléphones portables ont vu les droits de douane passer de zéro à 2,5 %. Les droits sur les compresseurs pour réfrigérateurs et climatiseurs sont passés de 12,5 % à 15 %. Pour les automobiles, les droits sur les équipements d'allumage et de signalisation passeront de 7,5 et 10 % à 15 %.

Dans le même temps, l'Inde a abaissé les droits de douane sur les matières premières afin de réduire les coûts pour les fabricants locaux. La ferraille est désormais exempte de droits de douane, au lieu de 2 %.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,559
    Total Members
    1,550
    Most Online
    b52.
    Newest Member
    b52.
    Joined
  • Forum Statistics

    21,129
    Total Topics
    1,386,343
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...