Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Il y a 1 heure, Boule75 a dit :

c'est d'ailleurs ce que Le Drian a soutenu au Sénat d'ailleurs

On a appris quelque chose de cette audition ? Tout ce que je trouve c’est ça, le «quelqu’un a menti » qui est quand même un peu court : https://www.google.fr/amp/s/amp.theguardian.com/australia-news/2021/sep/30/someone-lied-french-foreign-minister-accuses-australia-of-submarine-betrayal-in-latest-broadside

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Hirondelle a dit :

On a appris quelque chose de cette audition ? Tout ce que je trouve c’est ça, le «quelqu’un a menti » qui est quand même un peu court : https://www.google.fr/amp/s/amp.theguardian.com/australia-news/2021/sep/30/someone-lied-french-foreign-minister-accuses-australia-of-submarine-betrayal-in-latest-broadside

On a la confirmation que les australiens ont répété à le Drian au printemps 2021 que ce qu'ils voulaient, c'étaient bien des sous-marins non-nucléaires.
On a découvert que le contrat des sous-marins lui-même a bien été stoppé formellement, mais que l'accord inter-gouvernemental franco-australien ne l'avait pas été, et on a un détail sur les modalités prévues de sa rupture : 12 mois de négociation après dénonciation formelle, puis 24 mois de "démontage" en l'absence d'accord à l'issue de cette période.
Plusieurs questions portaient sur les informations qu'auraient pu avoir le gouvernement en ce qui concerne les discussions autour de l'AUKUS. La réponse n'a logiquement pas été très précise mais la ligne est celle-ci : AUKUS a été discuté en très petit cercle et au plus haut niveau des 3 pays, "moins que les doigts d'une main" pour chacune des parties ; la France ne se permet pas d'espionner les chefs d'état des pays alliés (ou prétendus tels) ; ces discussions en cercle très restreint expliquent la vacuité de l'accord AUKUS, qui se résume en fait à une unique décision : arrêt du contrat Attack et lancement d'une étude de 18 mois pour décider de ce qui est censé se passer ensuite pour la sous-marinade australienne.

Pour l'Australie, c'est "retour à la case départ".

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Bon Plan a dit :

A ce sujet je ne comprend pas le jeu des gouvernements français successifs : va t-on faire des referendums d'auto détermination jusqu'à ce que les indépendantistes gagnent?

C’est l'équilibre trouvé et négocié en 1998 par les accords de Nouméa.

A l'époque la Nouvelle Calédonie est au bord de la guerre civile.

La Nouvelle Calédonie reste une colonie. Ou tu écrases, ou tu négocies et achète la paix civile.

Mais bien d’accord, c’est d’autant plus dangereux que ça dure. 

 

Edit https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Accord_de_Nouméa

https://www.herodote.net/5_mai_1998-evenement-19980505.php

Edited by Hirondelle
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Hirondelle a dit :

La Nouvelle Calédonie reste une colonie

Disons plutôt une Collectivité d'Outre Mer

il y a 32 minutes, Kerloas a dit :

À voir ici, avant de se coucher https://www.youtube.com/watch?v=mudYm4Incmc

(intégration vidéo qui ne fonctionne (à nouveau) plus)

c''est résumé juste plus haut dans ce fil par "Non inultus premor"

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 29/09/2021 à 17:54, jackjack a dit :

Cela se produit depuis que je suis enfant. Je me souviens de l'élection d'un président américain. C'était un reportage de 2 minutes, annonçant le gagnant. Maintenant, nous sommes inondés de nouvelles pro-américaines sur une base quotidienne. On nous parle de tous les aspects d'une élection à venir aux États-Unis. Nous sommes américanisés.

Nous aussi :

Le 16/11/2020 à 12:12, Wallaby a dit :

http://www.attali.com/geopolitique/bernes-par-lamerique-mais-contents/ (12 novembre 2020)

Mais l’intérêt du public et des médias européens pour cette élection n’est pas que le résultat d’une analyse aussi rationnelle. Il est surtout la conséquence de l’influence intellectuelle et politique grandissante des Etats-Unis sur l’Europe. Une influence qui aurait pu ou dû diminuer, en raison de la distance prise par les Etats-Unis à l’égard du vieux continent, et des débuts de la construction d’une identité et d’une souveraineté européenne. Une influence qui n’a fait, en réalité, que grandir, dans la musique, le cinéma, les médias, la technologie, les universités, la publicité, la consommation et les mœurs.

Et cela grâce à la puissance immense, plus grande que jamais, des firmes digitales américaines, celles qu’on nomme, par un raccourci trompeur, les GAFA, et dont les algorithmes savent capter l’attention et orienter les achats, de ceux qui s’y soumettent.

Et aussi, plus encore peut-être, grâce au lent grignotage de l’autonomie juridique européenne et la soumission, chaque jour plus grande, des firmes et des Etats européens à l’extraterritorialité du droit américain : quiconque veut faire des affaires avec les Etats-Unis doit maintenant accepter l’utilisation de leurs lois et de leurs tribunaux pour régler les différends. Ainsi, peu à peu, la loi américaine devient la loi de l’Occident et d’une très large partie du monde.

Alors, nous voilà réduit à suivre avec passion leurs élections, sur leurs réseaux sociaux, et à subir les rigueurs de leurs lois, sans y être des électeurs. Et même, si on y regarde bien, à adopter de plus en plus leurs conceptions de la place des religions, du racisme, des femmes, des minorités, de l’Histoire et de l’identité nationale.

Quand l’Union Européenne va-t-elle se réveiller ? Quand attachera-t-elle plus d’importance à ses propres élections qu’à celles d’un pays tiers ? Quand aura-t-elle le courage de s’opposer à l’extraterritorialité du droit américain ? Quand osera-t-elle prendre le risque d’avoir à se passer pour un moment des services des réseaux sociaux américains pour protéger son industrie, sa culture, ses valeurs, son mode de vie, et prendre le temps de construire ses propres médias de l’avenir ?

Et quand la démocratie américaine elle-même menacée par ces évolutions, aura-t-elle le courage de démanteler ces firmes, comme elle a su démanteler Standard Oil et ATT ?

Les réponses à ces questions ne sont pas simples. L’Europe n’a pour l’instant aucun embryon de firmes capables de rivaliser avec les GAFA, et on ne voit pas poindre le début du commencement d’une stratégie de l’Union Européenne pour les faire surgir. L’Europe n’a pas non plus de stratégie pour imposer le respect de son propre droit sur son territoire, et encore moins pour opposer l’extraterritorialité du droit européen à celle du droit américain.

Tant qu’on ne parlera pas sérieusement de ces sujets, tant qu’on ne fera pas ce qu’il faut pour les traiter, on se condamnera à n’être que des sujets impuissants d’un empire de plus en plus envahissant, de plus en plus puissant. En se consolant par le spectacle parfois dérisoire des dimensions anecdotiques de ses institutions politiques, elles-mêmes de plus en plus dépassées par d’autres pouvoirs, tout aussi américains… Mais de moins en moins démocratiques.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Dans la logique, le programme de frégates type hunter devrait subir le même sort que le shortfin mais personne n'en parle bizarrement. Ça ne risque pas de faire la une des médias de Murdoch... Mais comme se sont leurs cousins anglais qui sont fournisseurs, forcément c'est pas pareil. Les dépassements de budget sont importants. Ils parlent d'un coût unitaire de presque 3 mds de dollars US et un coût global de 27 mds. Ça fait cher pour une frégate... a comparé aux FREMM et leur 1 mds l'unité... Les Australiens n'ont aucun respect pour nous et leur peur de la puissance Chinoise les ont poussé dans des logiques de sur-équipement a produire en local sans avoir de savoir faire réel. Ils vont le payer chère en tous cas. 

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Et je viens de voir un autre pays cousin des anglais qui a, lui aussi, fait le bon choix apparemment...!!! "Selon un rapport du Directeur parlementaire du budget [DPB], dévoilé cette semaine, le coût estimé des 15 frégates est passé de 26 à 77,3 milliards de dollars canadiens, « en raison des retards importants de construction et du poids des navires maintenant plus élevé que prévu. »"

  • Like 2
  • Confused 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ronfly a dit :

Et je viens de voir un autre pays cousin des anglais qui a, lui aussi, fait le bon choix apparemment...!!! "Selon un rapport du Directeur parlementaire du budget [DPB], dévoilé cette semaine, le coût estimé des 15 frégates est passé de 26 à 77,3 milliards de dollars canadiens, « en raison des retards importants de construction et du poids des navires maintenant plus élevé que prévu. »"

Oui, c’est assez logique et ça fait penser qu’une des choses que la RAN devrait changer est sa tendance à vouloir customiser lourdement ses achats sur étagère.

J’avais posté un article australien qui proposait de renoncer aux Hunter en prolongeant la série des Hobart Class presque aussi capables. SANS TROP DE CHANGEMENTS, ce qui impliquerait de renoncer au radar naval indigène CEAFAR qui est pourtant prêt...

Pas facile.

 

Edited by Hirondelle
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,811
    Total Members
    1,550
    Most Online
    GOUPIL
    Newest Member
    GOUPIL
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...