Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

il y a 7 minutes, herciv a dit :

Et voilà l'Australie réarme et pas qu'un peu : + 40%. Et ça dans un contexte où  les us ne sont plus jugés comme indétrônable.

http://www.opex360.com/2020/07/01/face-a-la-montee-en-puissance-de-la-chine-laustralie-va-augmenter-ses-depenses-militaires-de-40/

C'est le moment de nouer des relation très intense de coopération militaire avec l'Australie pour la défense de nos intérêts communs dans le pacifique si ce n'est déjà fait  (je ne connais pas la situation actuelle de ces relations) car à l'évidence, à terme nous risquons, eux comme nous, de voir apparaitre des pressions chinoises intenses sur nos "eaux" ( y compris les terres australes) qu'il s'agisse des chinois eux mêmes (pêcheurs, (pseudos) navires scientifiques, prospections ...)  ou de pays qui sont tombés plus ou moins sous leur coupe  (Je pense à Madagascar, au Wanuatu  et sans doute davantage à terme).

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
Le 20/06/2020 à 20:22, Wallaby a dit :

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/18/regain-de-tensions-entre-la-chine-et-l-australie_6043281_3210.html

« Pantin à la solde des Etats-Unis », « chewing-gum qui colle à la chaussure »… Ces derniers temps, la Chine n’a cessé de montrer l’estime qu’elle porte à l’Australie. Dernier épisode révélateur de la tension qui règne entre les deux pays : la condamnation à mort, le 10 juin, par un tribunal chinois, de l’Australien Karm Gilepsie, arrêté en 2013 pour trafic de drogue. La veille de cette condamnation, Pékin avait officiellement déconseillé aux jeunes Chinois de se rendre en Australie pour y poursuivre leurs études, en raison du « racisme » dont ils feraient l’objet dans ce pays. Or, l’Australie est le deuxième pays le plus prisé par les étudiants chinois, qui contribuent substantiellement aux revenus de ses universités. Le ministère du tourisme avait lancé un avertissement similaire.

Mi-mai, la Chine avait annoncé réduire les importations de bœuf australien – 35 % des importations seraient concernées – et taxer à 80 % l’orge provenant de ce pays. Pour les observateurs, ces mesures constituent la réponse chinoise à la demande d’enquête internationale faite par l’Australie sur la gestion par Pékin de la crise du Covid-19. Une demande qui n’a pas vraiment abouti lors de l’Assemblée de l’Organisation mondiale de la santé, le 18 mai, mais qui a d’autant plus ulcéré Pékin qu’elle a été approuvée par Washington.

L'épidémie de covid-19 aurait resserré les relations UE-Australie, selon cet article:

https://www.politico.com/news/2020/07/13/australia-china-european-union-360428

L'Australie avait appelé à une enquête de l'OMS sur l'origine de l'épidémie, et s'était pris des grosses représailles chinoises en retour.

L'UE aurait accepté de les sortir de ce guêpier, via une résolution d'un tiers "neutre" , et en convainquant 62 autres pays de la supporter (en gros, la même résolution, en enlevant toute mention de Chine ou Wuhan)...
Et ce, sans se fâcher d'avantage avec Trump ou la Chine.

Histoire difficilement vérifiable, mais recoupements partiels ici:

https://www.sbs.com.au/news/australia-backs-new-eu-motion-for-an-investigation-into-china-s-coronavirus-response

https://www.abc.net.au/news/2020-05-17/coronavirus-inquiry-world-health-assembly-china-covid-19/12256910

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

https://www.bbc.com/news/world-australia-54040278 (5 septembre 2020)

M. Morrison a déclaré que les projets de réouverture des frontières des États d'ici décembre impliquaient de trouver un moyen de gérer les points chauds des virus.
Cependant, l'État le plus grand géographiquement, l'Australie occidentale, a rejeté le plan jusqu'à ce que les autres États aient le virus sous contrôle. Il n'y a pas eu de transmission locale depuis 129 jours et aucune restriction n'est en place dans cet État.
Le premier ministre de l'Australie occidentale, Mark McGowan, a déclaré que la longue frontière du désert resterait fermée pour sauver des vies et protéger les grandes exploitations minières.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3100785/australia-raided-chinese-journalists-beijing-claims-spat (9 septembre 2020)

La Chine a accusé les autorités australiennes de perquisitions "barbares" au domicile de quatre journalistes chinois dans le cadre d'une nouvelle escalade dans la prise de bec entre Pékin et Canberra sur le traitement de leurs médias respectifs.

Lors d'un briefing régulier mercredi, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que fin juin, les autorités australiennes ont interrogé quatre journalistes des organisations publiques chinoises Xinhua News Agency, China Media Group et China News Service.

Les reporters chinois - qui sont depuis rentrés en Chine - ont vu leur résidence fouillée en raison d'éventuelles violations des lois australiennes sur les interférences étrangères, et leurs ordinateurs, téléphones et autres appareils de travail ont été saisis, a déclaré Zhao.

"La partie australienne n'a pas encore fourni d'explication raisonnable pour les perquisitions de nos reporters, et n'a toujours pas restitué tous les biens saisis", a-t-il déclaré. "Nous exigeons que l'Australie mette immédiatement un terme à ces actes barbares et déraisonnables."

Mercredi, les médias australiens ont rapporté que les perquisitions des journalistes chinois en Australie pourraient avoir fait partie d'une enquête sur l'influence chinoise visant l'homme politique de Nouvelle-Galles du Sud Shaoquett Moselmane et son ancien collaborateur John Zhang. Tous deux ont fait l'objet d'une perquisition à leur domicile le 26 juin, date à laquelle les journalistes chinois ont été interrogés, selon les médias d'État chinois.

Zhang fait l'objet d'une enquête pour utilisation d'un groupe WeChat afin d'influencer Moselmane sur des positions relatives à la Chine, allégations que Zhang nie et qu'il a tenté de contester devant les tribunaux, selon l'ABC.

Quatre personnes auraient participé à l'enquête en tant que membres du groupe WeChat, dont le chef de bureau australien du China News Service (CNS), Tao Shelan, le chef de bureau de Sydney de China Radio International (CRI), Li Dayong, ainsi que deux universitaires chinois d'études australiennes, Chen Hong et Li Jianjun.

https://en.wikipedia.org/wiki/Shaoquett_Moselmane

En 2019 et 2020, Moselmane a été critiqué par certains médias pour ses liens avec des personnalités liées au Parti communiste chinois[11]. Le Sydney Morning Herald a rapporté que Moselmane avait engagé un employé [John Zhang] qui avait suivi un cours de formation à l'Académie chinoise de gouvernance, une institution de formation de haut niveau pour les fonctionnaires du Parti communiste chinois. Le Dr Anthony Pun, du Conseil de la communauté chinoise d'Australie, a écrit une lettre au leader travailliste Jodi McKay pour soutenir Moselmane, déclarant : "Nous sommes redevables à l'honorable Shaoquett Moselmane MLC, qui a fait preuve d'empathie et de compassion face à nos difficultés, en particulier face aux railleries racistes, à la diffamation raciale et aux discours de haine. Il a fait preuve d'une profonde compréhension de la communauté australo-chinoise qui a gagné nos cœurs et a été qualifié de "bon ami" de la communauté".

Dans un article d'opinion publié en février 2020 par l'East China Normal University, M. Moselmane a fait l'éloge de la réponse du gouvernement chinois à la pandémie de COVID-19, et a noté que "les relents de l'australianisme blanc du passé... refont surface pour provoquer une résurgence de la mythologie du péril jaune". En mars 2020, Moselmane a également fait l'éloge de Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois, pour son "leadership inébranlable" dans la réponse à la pandémie COVID-19 et a déclaré que "l'effort phénoménal combiné de l'État et du peuple dans la lutte pour contenir le virus était à couper le souffle". Il a comparé la réponse chinoise à la réponse du gouvernement australien, qu'il a décrite comme "lente, et parfois déconcertante et confuse"[14]. McKay a critiqué ce commentaire comme "inapproprié", tandis que Stephen Conroy et le ministre fédéral de l'intérieur Peter Dutton ont demandé la démission de Moselmane[15]. Après avoir critiqué ses propos, Moselmane a démissionné de son poste de président adjoint du Conseil législatif de la Nouvelle-Galles du Sud en avril 2020[3].

Le 26 juin 2020, la maison de Moselmane à Sydney a été fouillée par la police fédérale australienne dans le cadre d'une enquête de l'Australian Security Intelligence Organisation (ASIO) sur des allégations selon lesquelles son bureau aurait été infiltré par des agents secrets du gouvernement chinois[16]. Sa voiture a également été fouillée[17]. McKay a décrit ces allégations comme "terriblement préoccupantes". Chen Hong, professeur et directeur du Centre d'études australiennes de l'Université normale de Chine de l'Est, a écrit dans le tabloïd du Global Times que Moselmane "est devenu la proie de l'hystérie antichinoise en Australie". Une atmosphère aussi hostile que celle de la guerre froide a tristement agité l'Australie - en raison de la chasse aux sorcières McCarthystes de Washington et de la diplomatie toxique"[13].

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, kalligator a dit :

On avait déjà les reptiliens puis les lémuriens et maintenant c'est les koala qui provoquent une crise politique mais ou va l'humanité si on laisse ces bestioles nous manipuler

si elle pouvait aller vers un endroit où on mange bien....

Link to post
Share on other sites

https://www.nouvelobs.com/monde/20200911.OBS33163/le-patron-francais-de-rio-tinto-demissionne-apres-la-destruction-d-un-site-aborigene-en-australie.html

Le patron français de Rio Tinto démissionne après la destruction d’une grotte aborigène en Australie

L’importance culturelle du site avait été établie par des fouilles réalisées un an après l’obtention par Rio Tinto de l’autorisation de le détruire. Ces fouilles avaient permis de découvrir l’outil en os le plus ancien découvert à ce jour en Australie, réalisé il y a 28 000 ans avec un os de kangourou. Des analyses ADN avaient établi un lien entre le peuplement du site et des personnes habitant toujours dans la zone.

  • Sad 1
Link to post
Share on other sites

Les 40% d'augmentation du budget australien n'a aucun rapport avec l'augmentation de leurs capacités militaires face à la Chine... C'est juste pour pouvoir acheter et faire voler 2 escadrons de F35. 

J'exagère à peine...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, bubzy a dit :

Les 40% d'augmentation du budget australien n'a aucun rapport avec l'augmentation de leurs capacités militaires face à la Chine... C'est juste pour pouvoir acheter et faire voler 2 escadrons de F35. 

J'exagère à peine...

Et une douzaine de Shortfin Barracuda aussi, ne les oublions pas. :wink:

Link to post
Share on other sites
On 9/12/2020 at 4:54 AM, Patrick said:

Et une douzaine de Shortfin Barracuda aussi, ne les oublions pas

Non non, ceux là fonctionnent très bien sans avoir à augmenter le Budget de façon aussi drastique et exagéré.
Il ne volent pas, certes, mais certains diraient que le F-35 non plus, donc bon.

Spoiler

Ah mon dieu, des cumulonimbus! C'est bien trop dangereux pour notre avion "state of the art (of the deal)" : tous sous bâches dans les hangars climatisés jusqu'à ce que la menace majeure soit passée….

 

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

Canberra s'inquiète d'un possible embargo chinois sur le charbon australien, 13 oct. 2020

"Canberra a demandé mardi à Pékin de clarifier les choses alors que plusieurs médias se font l'écho de possibles restrictions chinoises aux importations de charbon australien, ce qui pourrait plomber un peu plus une économie australienne malmenée par la pandémie."

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/charbon-laustralie-sinquiete-dun-possible-embargo-chinois-201013

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

https://asia.nikkei.com/Editor-s-Picks/Interview/Dangerous-period-ahead-for-US-and-China-Australia-s-Rudd-warns (31 octobre 2020)

Kevin Rudd :

"Ce qui m'inquiète, c'est que le gouvernement australien a fait deux choses. Il a jeté tous ses œufs dans le panier américain et très peu de ses œufs dans le cadre d'une stratégie diplomatique anticipatrice en son nom propre dans le reste de l'Asie de l'Est et dans le Pacifique Sud-Ouest".

Les relations bilatérales de l'Australie avec Pékin sont souvent décrites comme étant à leur pire point en près de 50 ans, entraînées par les préoccupations concernant la prétendue ingérence chinoise dans la politique australienne et les frictions commerciales croissantes. Néanmoins, Rudd a insisté sur le fait que les relations en "montagnes russes" peuvent être réparées, et qu'il est possible pour l'Australie de compter sur la Chine économiquement tout en maintenant ses propres valeurs.

"Ces choses sont réalisables, nous avons réussi à le faire dans le passé", a-t-il déclaré. "C'est ce qu'on appelle une relation équilibrée, qui ne s'excuse pas de notre position sur les droits de l'homme, qui ne s'excuse pas de notre relation avec l'alliance américaine, qui maximise notre engagement économique [et] la collaboration mondiale avec la Chine au sein du G-20 sur des questions comme le climat, mais qui en même temps construit des relations avec des pays du monde entier et de la région qui doivent aussi faire un exercice d'équilibre tout aussi difficile avec Pékin".

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

https://www.tntv.pf/tntvnews/monde/australie-le-changement-climatique-va-aggraver-les-phenomenes-meteo-scientifiques/ (13 novembre 2020)

L’agence scientifique nationale australienne (CSIRO) et le service météorologique australien ont publié un rapport vendredi laissant présager ce qui attend le pays déjà ravagé en 2019-2020 par des feux de forêts d’une ampleur exceptionnelle après avoir connu l’année la plus chaude et la plus sèche jamais enregistrée.

Les incendies ont détruit une superficie presque équivalente à celle du Royaume-Uni, fait 33 morts et tué ou entraîné le déplacement de près de trois milliards d’animaux, coûtant à l’économie australienne environ 7 milliards de dollars (environ 513 milliards de Fcfp).

« Dans dix ou vingt ans, nous ne dirons pas que 2019 a été très chaud – 2019 sera juste normal », a déclaré Jaci Brown, directrice du Centre des sciences du climat de la CSIRO, à la télévision publique ABC. « Au siècle prochain, cette décennie sera considérée comme fraîche », a-t-elle ajouté.

Le rapport sur le climat, publié tous les deux ans, souligne que les précipitations sont moins abondantes dans le sud-ouest de l’Australie ainsi que dans le sud-est, qui a été ravagé par les feux, alors même qu’elles sont plus nombreuses dans le nord, frappé par d’importantes inondations et des cyclones destructeurs ces dernières années.

Les températures moyennes ont augmenté de 1,44°C depuis 1910, selon les scientifiques qui rappellent l’objectif de l’accord de Paris sur le climat qui est contenir la hausse des températures à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle. 

Les océans ont connu un réchauffement d’un degré en moyenne sur la même période, ce qui a entraîné leur acidification et des vagues de chaleur marine plus fréquentes, selon le rapport. 

La moitié des coraux de la Grande Barrière, en Australie, ont péri depuis 1995 en raison de cette hausse de la température de l’eau.

  • Thanks 2
  • Sad 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

https://www.abc.net.au/news/2020-08-10/sydney-councillor-robert-kok-advised-pro-beijing-group/12537832 (9 août 2020)

Un haut conseiller de Sydney a déclaré qu'il avait conseillé une organisation ayant des liens avec le Parti communiste chinois (PCC), autrefois dirigé par le milliardaire chinois en exil et donateur politique Huang Xiangmo.

Points clés :

    M. Huang a été interdit d'entrée en Australie en raison de ses liens avec le PCC
    Les universitaires ont déclaré que l'organisation, autrefois dirigée par M. Huang, était utilisée pour exercer une "influence à l'étranger"
    Robert Kok a déclaré à ABC News que son implication dans ces organisations liées au PCC était "limitée et honorifique".

Robert Kok, ancien conseiller municipal de Sydney et ancien maire adjoint, a fait état de son implication dans le Conseil australien pour la promotion de la réunification pacifique (ACPPRC) dans son registre d'intérêts.

L'organisation promeut activement la "réunification à travers le détroit de Taiwan" et le "développement pacifique" à travers l'Asie Pacifique, que certains universitaires ont qualifié d'opération discrète dans l'intérêt de Pékin.

Le membre de longue date de l'équipe du maire de Sydney, Clover Moore, a déclaré son association avec l'organisation au conseil en septembre.

Mais les détails n'ont été dévoilés que la semaine dernière, après qu'ABC News ait demandé pourquoi le conseil n'avait pas publié ses registres d'intérêt, conformément aux règles de transparence.

Depuis, le conseil municipal de Sydney a publié tous les registres sur son site web.

L'année dernière, lors d'une audition de la Commission indépendante contre la corruption (ICAC), il a été dit que l'ACPPRC était un "front" opérant en Australie dans l'intérêt du gouvernement chinois.

L'organisation était récemment dirigée par le milliardaire chinois Huang Xiangmo, qui a été banni d'Australie par le ministère de l'intérieur l'année dernière en raison des inquiétudes des agences de sécurité concernant ses liens avec le PCC.

Clive Hamilton, de l'université Charles Sturt (CSU), a déclaré que ses recherches suggéraient qu'il s'agissait de l'une des organisations "pro-Pékin" les plus actives en dehors de la Chine.

"Le Parti communiste chinois dispose d'un département de travail du Front uni dont la tâche précise est de mener des opérations d'influence à l'étranger dans l'intérêt du parti", a-t-il déclaré.

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

https://www.courrierinternational.com/article/video-laustralie-deux-doigts-de-la-guerre-avec-la-chine-craint-ce-senateur-australien

L’Australie à deux doigts de la guerre avec la Chine, craint ce sénateur australien 

Titre racoleur

En raison de l’aggravation des tensions entre Pékin et Canberra ces dernières semaines, le sénateur australien Jim Molan, ancien major général de l’armée, alerte sur le risque d’un conflit militaire entre les deux États.

“Un sénateur libéral appelle ses collègues du gouvernement Morrison à mettre en place une stratégie de sécurité nationale, affirmant qu’un conflit militaire avec la Chine devient de plus en plus probable”, relate Sky News Australia.

Jim Molan, ancien major général de l’armée australienne, craint que l’Australie ne soit impliquée dans une guerre opposant la Chine aux États-Unis. “Ce sera sans doute une guerre qui nécessitera que la nation tout entière défende le pays”, n’hésite pas à déclarer M. Molan dans la vidéo diffusée par la chaîne de télévision australienne.

“Nous risquons d’être un dommage collatéral dans une guerre entre la Chine et les États-Unis, et nous devons nous y préparer. La première étape, c’est de mettre au point une stratégie”, estime-t-il.

Tensions croissantes

Ces dernières semaines ont été marquées par des tensions accrues entre Pékin et Canberra, très commentées dans la presse australienne. La guerre commerciale entre les deux pays s’est en effet aggravée à l’automne, lorsque la Chine a bloqué les importations venues d’Australie. Les entreprises chinoises avaient reçu la consigne de ne plus acheter de langouste, de sucre, d’orge, de bois ou encore de vin australiens.

Le 30 novembre, un incident diplomatique a par ailleurs accru significativement les tensions entre les deux pays : un diplomate chinois a diffusé sur Twitter un photomontage ciblant le scandale des crimes commis par l’armée australienne en Afghanistan. L’image diffusée par Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, mettait en scène un soldat australien maintenant un couteau ensanglanté sur la gorge d’un enfant afghan. Canberra avait vivement protesté et le Premier ministre australien, Scott Morrison, avait demandé des excuses de la Chine.

Cette aggravation des tensions entre les deux nations fait craindre au sénateur Jim Molan une bascule vers un conflit militaire. La ministre de la Défense australienne, Linda Reynolds, a toutefois “dédramatisé cet avertissement sévère” de M. Molan, rapporte Sky News Australia, et “insisté sur le fait que l’Australie avait déjà un plan adéquat en cas de conflit”.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

Pourquoi je n'aime pas la politique et les médias, parce que dans la vie de tous les jours, dans la science, ces considérations à deux balles sont plus atténuées...

Un bel example : 

https://www.antarctica.gov.au/news/2020/preparations-for-australian-antarctic-medevac-underway/

Citation

20 DECEMBER 2020

A team of Australian Antarctic expeditioners will soon start to prepare an ice runway for a medevac at Davis research station.

Later today, weather permitting, a team of five including a field-training officer and plant operators will be flown by helicopter from Davis station to a ski landing area, on the ice plateau behind station.

davis1.1200x675.webp

Australian Antarctic Division Director, Kim Ellis, said helicopters from the nearby Chinese ship the MV Xue Long 2 will be used in the operation.

“This is the first step in a multi-stage medevac involving the Australian, United States and Chinese Antarctic Programs,” Mr Ellis said.

“We are very grateful for the international assistance we are receiving to help get this expeditioner, who has a medical condition, out of Antarctica and back to Australia.”

The construction of the ski landing area near Davis will take 3-5 days.

At the same time a few thousand kilometres away, another team is preparing Australia’s glacial runway at Wilkins Aerodrome, near Casey research station.

“Wilkins is a larger runway where a United States ski-equipped Basler aircraft will land, before flying on to Davis to pick up the patient.”

“Once back at Wilkins, the patient will either be transferred to Australia on the Airbus A319 and flown back to Hobart, or if the ice temperatures are not cold enough for a larger plane to land, return by ship in January.”

“This operation is complex, involving ships, planes and helicopters and aligning weather windows in a notoriously challenging environment.”

“The team in Australia and Antarctica are working round the clock to undertake this medevac in a timely and safe manner.”

Precautions to prevent the introduction of COVID-19 to Antarctica are being taken including periods of quarantine, social distancing and deep cleans of the aircraft being used.

The medical condition is not COVID-19 related.

Henri K.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,560
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Jojo91
    Newest Member
    Jojo91
    Joined
  • Forum Statistics

    21,130
    Total Topics
    1,386,892
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...