Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Energies renouvelables : projets et conséquences


alexandreVBCI
 Share

Recommended Posts

à l’instant, g4lly a dit :

Même pas en rêve 20 ans ... rien que l'usure des pales avec l'érosion du vent ça suffit a obliger de les changer au bout  de 8 à 10 ans ... Les nacelles non plus ne tiennent pas 20 ans.

Pire encore au bout de 20 ans le cout d'exploitation des "petites" éoliennes anciennes aura explosé et elle auront été démonté depuis longtemps.

Bon OK je prend. Tu as des sources ? Tu sembles dire que l'obsolescence est pire que l'usure ?

Link to comment
Share on other sites

15 minutes ago, herciv said:

Bon OK je prend. Tu as des sources ? Tu sembles dire que l'obsolescence est pire que l'usure ?

La compagnie du vent pour ses parc éolien ...

... 20 ans c'est la promesse du constructeur genre Siemens ... mais il te dit pas dans quelles conditions :lol:

... le probleme de l’obsolescence ... c'est le probleme de l'entretien ... les grandes éolienne nécessite pas vraiment plus de personnel que les petites. Donc tu as intérêt a entretenir moins de très grande que plus de petite.

Pour l'érosion des pales ça mange le bord d'attaque de l'éolienne ... rapidement le profil devient douteux et il y a une gros perte de performance. Ça exige des maintenance lourde ... a tel point que rapidement il est préférable d'installer une nouvelle éolienne dernier modèle qui dispose d'un meilleur rendement.

Pour l'instant il n'y a pas de solution durable a l'érosion des bord d'attaque des pales ... et plus les éolienne sont grande ... plus l'extrémité tourne vite ... plus ça s'érode.

La maintenance de la nacelle n'est pas non plus bon marché ... il y tout un tas de pièces d'usures, des fluides a remplacé régulièrement etc.

L'autre souci plus "accidentel" c'est les défaut sur les mats ... il se trouve que les mats résiste moins bien a la fatigue que ce que ça devrait sur le papier, c'est très variable selon les technos et la taille des aérogénérateurs, mais c'est un vrai souci de sécurité.

D'autre truc plus étonnant la propreté ... des pales. Certaines éoliennes voient leur rendement s'effondrer parce que l'aspect de surface des pales se dégrade, de l'encrassement ... le cas classique ce sont les insectes, une vrai plaie qui peu faire chuter le rendement de plus de 30%.

Il y a le même probleme pour les solaires ... il faut des miroir ou des PV super propres ... et donc les nettoyer presque tous les jours, aspersion d'eau sous pression genre lave phare, robot laveur ...

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, g4lly a dit :

La compagnie du vent pour ses parc éolien ...

... le probleme de l’obsolescence ... c'est le probleme de l'entretien ... les grandes éolienne nécessite pas vraiment plus de personnel que les petites. Donc tu as intérêt a entretenir moins de très grande que plus de petite.

Pour l'érosion des pales ça mange le bord d'attaque de l'éolienne ... rapidement le profil devient douteux et il y a une gros perte de performance. Ça exige des maintenance lourde ... a tel point que rapidement il est préférable d'installer une nouvelle éolienne dernier modèle qui dispose d'un meilleur rendement.

Pour l'instant il n'y a pas de solution durable a l'érosion des bord d'attaque des pales ... et plus les éolienne sont grande ... plus l'extrémité tourne vite ... plus ça s'érode.

La maintenance de la nacelle n'est pas non plus bon marché ... il y tout un tas de pièces d'usures, des fluides a remplacé régulièrement etc.

L'autre souci plus "accidentel" c'est les défaut sur les mats ... il se trouve que les mats résiste moins bien a la fatigue que ce que ça devrait sur le papier, c'est très variable selon les technos et la taille des aérogénérateurs, mais c'est un vrai souci de sécurité.

D'autre truc plus étonnant la propreté ... des pales. Certaines éoliennes voient leur rendement s'effondrer parce que l'aspect de surface des pales se dégrade, de l'encrassement ... le cas classique ce sont les insectes, une vrai plaie qui peu faire chuter le rendement de plus de 30%.

Il y a le même probleme pour les solaires ... il faut des miroir ou des PV super propres ... et donc les nettoyer presque tous les jours, aspersion d'eau sous pression genre lave phare, robot laveur ...

30% de chute de rendements punaise c'est pas rien. C'est bon à avoir en ordre de grandeur quand on veut partir sur ces technos.

Link to comment
Share on other sites

55 minutes ago, g4lly said:

 

Il y a le même probleme pour les solaires ... il faut des miroir ou des PV super propres ... et donc les nettoyer presque tous les jours, aspersion d'eau sous pression genre lave phare, robot laveur ...

tu peux fournir des sources stp?

Parce que je discutais avec un Conseiller Info-Énergie qui me disait que les retours sur les PV de plus de 20 ans déjà installés est que le rendement au bout de 20 ans est de l'ordre de 90% du rendement initial...

Link to comment
Share on other sites

11 minutes ago, ippa said:

Parce que je discutais avec un Conseiller Info-Énergie qui me disait que les retours sur les PV de plus de 20 ans déjà installés est que le rendement au bout de 20 ans est de l'ordre de 90% du rendement initial... 

:bloblaugh:

Oubli les PV ...

... ou demande a des gens qui se sont fait niquer en en installant pensant faire des affaires.

Autant le solaire thermique - tubes sous vide surtout qui continuent à produire lors des hivers froids mais ensoleillés - c'est intéressant surtout si tu as une grosse conso ECS ... autant le PV c'est un nid a emmerde.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, ippa a dit :

tu peux fournir des sources stp?

Parce que je discutais avec un Conseiller Info-Énergie qui me disait que les retours sur les PV de plus de 20 ans déjà installés est que le rendement au bout de 20 ans est de l'ordre de 90% du rendement initial...

http://www.hespul.org/wp-content/uploads/2013/02/rapport-ines-hespul-septembre-2012.pdf

Et ça date un peu. 8.5% de perte donc 90% semble raisonnable. Après je suppose que ça dépend de la qualité des panneaux.

Link to comment
Share on other sites

1 minute ago, seb24 said:

http://www.hespul.org/wp-content/uploads/2013/02/rapport-ines-hespul-septembre-2012.pdf

Et ça date un peu. 8.5% de perte donc 90% semble raisonnable. Après je suppose que ça dépend de la qualité des panneaux.

En labo ca doit etre vrai ... dans la vraie vie des que tu as une partie de panneau a l'ombre le panneau ne produit plus. L'ombre ça peut être une feuille morte, de la saleté qui s'est déposé, un objet environnent faisant une ombre une partie de la journée etc.

Au final les utilisateurs n'ont jamais eu les rendement attendu.

Le PV c'est juste bon si tu es hors réseau ...

Link to comment
Share on other sites

2 minutes ago, g4lly said:

En labo ca doit etre vrai ... dans la vraie vie des que tu as une partie de panneau a l'ombre le panneau ne produit plus. L'ombre ça peut être une feuille morte, de la saleté qui s'est déposé, un objet environnent faisant une ombre une partie de la journée etc.

Au final les utilisateurs n'ont jamais eu les rendement attendu.

Le PV c'est juste bon si tu es hors réseau ...

là le conseiller énergie me parlait clairement d'installations existantes... 

Link to comment
Share on other sites

3 minutes ago, ippa said:

là le conseiller énergie me parlait clairement d'installations existantes... 

...

Petite explication sur les ombrage et les cellule PV qui passe en mode production de chaleur ... et qui coupe la production.

Quote

Les points chauds appelé hot spot en anglais sont une conséquence directe des propriétés des cellules photovoltaïques : lorsqu’une cellule photovoltaïque est éclairée, elle produit de l’électricité, elle est alors en mode générateur ; si celle-ci est ombragée, elle consomme de l’électricité, elle est alors en mode récepteur.

Lorsque en pleine journée, une cellule est à l’ombre, alors que toutes les autres sont éclairées, la cellule à l’ombre consomme l’électricité produite par les cellules voisines et transforme cette électricité en chaleur ce qui provoque des points chauds.

Pour protéger les panneaux photovoltaïques de ce phénomène, des diodes bypass (généralement trois diodes par modules) sont installées en parallèle, ce qui permet de court-circuiter les groupements de cellules où une cellule est ombragée (mode récepteur).

En gros pour que ça marche comme on te l'a vendu il faut que tout le temps tout le panneau soit ensoleillé pareillement ... genre de probleme qu'on a absolument pas sur du solaire thermique.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, g4lly a dit :

En labo ca doit etre vrai ... dans la vraie vie des que tu as une partie de panneau a l'ombre le panneau ne produit plus. L'ombre ça peut être une feuille morte, de la saleté qui s'est déposé, un objet environnent faisant une ombre une partie de la journée etc.

Au final les utilisateurs n'ont jamais eu les rendement attendu.

Le PV c'est juste bon si tu es hors réseau ...

Tu mélange encore les choses. On parle d’évolution du rendement avec le vieillissement des cellule est maintenant tu saute sur le sujet du rendement réel sur site. C'est évident qu'un PV a l'ombre ne produit pas mais ça se calcul lors de l'installation.

Link to comment
Share on other sites

Just now, seb24 said:

Tu mélange encore les choses. On parle d’évolution du rendement avec le vieillissement des cellule est maintenant tu saute sur le sujet du rendement réel sur site. C'est évident qu'un PV a l'ombre ne produit pas mais ça se calcul lors de l'installation. 


Ce qui intéresse le client ... c'est la production dans la vraie vie ... pas sur la plaquette.

La principale source de non production c'est l'ombrage tres partiel du systeme de panneau ... et comme ombrage partiel quelques feuilles suffise a éteindre un panneau.

Alors peu importe que ton panneau puisse théoriquement produire 90% de ce qu'il y a marqué sur le manuel ... si une feuille morte le fait s'éteindre les 90% sont le dernier de tes soucis.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, g4lly a dit :


Ce qui intéresse le client ... c'est la production dans la vraie vie ... pas sur la plaquette.

La principale source de non production c'est l'ombrage tres partiel du systeme de panneau ... et comme ombrage partiel quelques feuilles suffise a éteindre un panneau.

Alors peu importe que ton panneau puisse théoriquement produire 90% de ce qu'il y a marqué sur le manuel ... si une feuille morte le fait s'éteindre les 90% sont le dernier de tes soucis.

 

Non. L'ensemble des facteurs sont intéressant puisque tu ne peux pas calculer la production réelle sans avoir la production nominale.

Tu as déjà besoin de savoir quel est la production  nominale de tes panneaux avant tout le reste et quel est la tenu de ces panneaux dans le temps. Ensuite tu calcul quel est la production possible pour chaque client selon sa situation par rapport a cette puissance nominale. Tu peux aussi évaluer quel sera la puissance attendue au bout de 20 ans. Pour le reste les panneaux ça s’entretient.

 

Link to comment
Share on other sites

4 minutes ago, seb24 said:

Non. L'ensemble des facteurs sont intéressant puisque tu ne peux pas calculer la production réelle sans avoir la production nominale. 

Tu as déjà besoin de savoir quel est la production  nominale de tes panneaux avant tout le reste et quel est la tenu de ces panneaux dans le temps. Ensuite tu calcul quel est la production possible pour chaque client selon sa situation par rapport a cette puissance nominale. Tu peux aussi évaluer quel sera la puissance attendue au bout de 20 ans. Pour le reste les panneaux ça s’entretient. 

Ce que j'explique c'est que justement tu ne peux pas prévoir ... il y a tellement d'impondérable dans le PV que c'est a déconseillé, à mon sens ... à ses amis.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, g4lly a dit :

Même pas en rêve 20 ans ... rien que l'usure des pales avec l'érosion du vent ça suffit a obliger de les changer au bout  de 8 à 10 ans ... Les nacelles non plus ne tiennent pas 20 ans.

Source ? A ma connaissance les pales et les nacelles se changent en fin de vie, c'est a dire a bout de 20 ans. Le seul élément c'est qu'au bout de 20 ans l’éolienne perd en rendement du a l'usure (20% il me semble).

il y a 6 minutes, g4lly a dit :

Ce que j'explique c'est que justement tu ne peux pas prévoir ... il y a tellement d'impondérable dans le PV que c'est a déconseillé, à mon sens ... à ses amis.

Encore une fois tout dépend de la situation de chacun. Mes parents on par exemple fait faire une étude par un installateur et on au final pas fait l'installation justement a cause des divers éléments du la situation de leur maison (arbres, position des panneaux, etc.) .Tout ça se calcul et se prépare.

Link to comment
Share on other sites

https://pubs.acs.org/doi/pdf/10.1021/acs.estlett.7b00197

Citation

Atmospheric particulate matter (PM) has the potential to diminish solar energy production by direct and indirect radiative forcing as well as by being deposited on solar panel surfaces, thereby reducing solar energy transmittance to photovoltaics. Worldwide solar energy production is expected to increase more rapidly than any other energy source into the middle of this century, especially in regions that experience high levels of dust and/or anthropogenic particulate pollutants, including large areas of India, China, and the Arabian Peninsula. Here we combine field measurements and global modeling to estimate the influence of dust and PM related to anthropogenic sources (e.g., fossil and biomass fuel combustion) on solar electricity generation. Results indicate that solar energy production is currently reduced by ∼17−25% across these regions, with roughly equal contributions from ambient PM and PM deposited on photovoltaic surfaces. Reductions due to dust and anthropogenic PM are comparable in northern India, whereas over eastern China, anthropogenic PM dominates. On the basis of current solar generation capacity, PM is responsible for ∼1 and ∼11 GW of solar power reduction in India and China, respectively, underscoring the large role that PM plays in reducing solar power generation output.

Le point de l'étude est de montrer que les particules atmosphériques, qu'elle soient en suspension dans l'air ou déjà déposées sur le panneau solaire, ont un impact significatif sur le rendement total de l'installation. Cette étude conclue que la perte totale serait entre 17%-25% dans les conditions de l’étude avec un ratio 50%/50% entre particules dans l'air et poussières déposées.

Ça va dans le sens de l’affirmation de @g4lly qui disait que le nettoyage (ou non) régulier des panneaux à un impact énorme sur le rendement (on ne parle que de poussière atmosphérique dans l’étude).

Il y a 6 heures, g4lly a dit :

Il y a le même probleme pour les solaires ... il faut des miroir ou des PV super propres ... et donc les nettoyer presque tous les jours, aspersion d'eau sous pression genre lave phare, robot laveur ...

C'est n'est en revanche pas du tout incompatible avec l'affirmation de @ippa, qui lui fait référence au perte de rendement du système dans le temps, toute chose égale par ailleurs (vieillissement en gros).

Il y a 5 heures, ippa a dit :

tu peux fournir des sources stp?

Parce que je discutais avec un Conseiller Info-Énergie qui me disait que les retours sur les PV de plus de 20 ans déjà installés est que le rendement au bout de 20 ans est de l'ordre de 90% du rendement initial...

En gros si tu as des panneaux sales et vieux, c'est la double peine.

Edited by Castor
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, seb24 a dit :

En France en général il est conseille de les nettoyer tout les 2 ou 3 ans.

Dans le cas d'une utilisation chez un particulier je suppose ?

Pour une ferme solaire ou le CA est dépendant de la production c'est probablement beaucoup plus régulier.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Castor a dit :

Dans le cas d'une utilisation chez un particulier je suppose ?

Pour une ferme solaire ou le CA est dépendant de la production c'est probablement beaucoup plus régulier.

Oui particulier. Après ça doit dépendre aussi des régions et de l'environnement.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Photos aérienne de la centrale Noor à Ouarzazate,plus grande station solaire du monde. Le Maroc a une stratégie ambitieuse dans le domaine des énergies renouvelables : d'ici 2030, 52 % du mix énergétique marocaine sera produit a partir d'énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectrique...).

La route est longue mais l'objectif est réaliste. 

45405010.jpg

45610210.jpg

29122510.jpg
 

 

 

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Carte des projets fini ou en cours pour atteindre l'objectif. Dans les régions sahariennes, les deux technologies sont utilisées , solaire et éolien notamment sur le littoral ou il y a un vent marin fort.

Cartographie.jpg

La stratégie expliquée par le directeur de l'agence MASEN en charge de ses projets. Il faut savoir que le premier objectif de 42% est revu a la hausse a 52%.

Le futur mix énergétique reposera massivement sur le GNL également. Ça permettra notamment de faire baisser la facture pétrolière du pays qui pèse lourd sur les finances de l'état.

Citation

[h2]"Comment le Maroc va développer 12GW en renouvelables d'ici à 2030", selon Mustapha Bakkoury, président de Masen[/h2]


MAROC  PUBLIÉ LE 25/10/2016 À 13H55

L'agence publique Masen pilote officiellement depuis fin septembre l'ensemble des projets renouvelables au Maroc. Alors que le nouveau cadre institutionnel se mettait en place, L'Usine Nouvelle a rencontré à Casablanca Mustapha Bakkoury, son président. Celui qui est aussi président de la région Casablanca-Settat fait le point sur les énormes projets à venir de Masen et ses relations avec l'Office public de l'électricité ONEE ou les industriels marocains qui attendent des retombées des projets alors que le pays veut porter d'environ un tiers à 52% la capacité électrique en renouvelables.


L'Usine Nouvelle : Quelle route prendre pour parvenir à l'objectif ambitieux de 52% de la capacité électrique installée en 2030 ?
Mustapha Bakkoury : L'objectif des 52% en 2030 est précédé par l'objectif de 42% à horizon 2020 qui est toujours en cours. L'an dernier après analyse, nous avons été rassurés par la faisabilité du premier objectif à 42%. Ce qui a conduit au second. L'objectif de 52% a été construit par rapport à une logique d'ambition et de chiffrage. Il fallait attester de potentiels de ressources solaires, éoliennes, hydroélectriques et éventuellement d'autres.

Nous avons également ouvert la porte pour explorer d'autres sources d'énergies comme la biomasse ou les énergies marines. Ce ne sont pas des objectifs immédiats mais il faut préparer l'avenir.

Nous avons lancé les renouvelables avec l'idée d'en faire un pilier structurel des métiers énergétiques au Maroc. L'idée est d'aller le plus loin et le plus longtemps possible. Il faut garder à l'esprit que nous devons adresser les besoins électriques concrets de notre économie.

Sur quelle capacité raisonnez-vous? 
La capacité électrique actuelle du Maroc est d'un peu moins de 10 GW. En 2030 elle devrait plus que doubler compte tenu de la hausse de la demande. Logiquement on devrait dépasser 24 GW y compris le charbon, le gaz et le pétrole. Selon nous, il y aura alors deux bases importantes, le renouvelable et le gaz naturel d'un côté [notamment dans le cadre d’un grand plan GNL à venir NDR] et le reliquat des autres fossiles de l'autre.

Il s'agit donc bien de 52% de la capacité de 2030 [contre 33% aujourd’hui NDR]. Le renouvelable ferait un peu plus de 12 GW. On rajoutera encore 3GW d'ici 2020 et 6GW de 2020 à 2030 au minimum. Pour 2020, le plan de marche a été validé. Celui-ci comprend Noor 2,3 et 4, le plan éolien qui est déjà bien avancé. Dans le photovoltaïque, nous avons plusieurs projets. Il y a aussi le projet Midelt préfiguration de plusieurs autres projets qui va apparaitre dès l'an prochain.

en est-il ?
Le process a commencé. Le site a été identifié. La préqualification pour Midelt est en cours et devrait être finalisée avant la fin de l'année.  C’est un projet hybride qui sera décliné ailleurs. Il mixera CSP avec stockage et PV avec une petite capacité de stockage pour réguler la production. C'est une centrale qui ne fonctionnerait pas 24h sur 24 mais en fonction des besoins. L'objectif est de couvrir les périodes de pointe avec une relative aisance et d'avoir de la puissance pendant la journée   

Qui du cadre institutionnel de Masen ?
L'objectif 2020 est dans les tuyaux. Il faut enclencher ce qu'il faut pour tenir le défi de 2030. Pour cela, l'Etat a procédé à cette reconfiguration institutionnelle, qui a été sanctionnée par une modification législative des textes régissant les acteurs comme l'ONEE, Masen qui pilote désormais toutes les ENR, l'Aderee qui s'occupe de l'efficacité énergétique. Ces lois sont promulguées.

De plus à cette occasion,  lien va être renforcé entre Masen et l'ONEE. Ce processus a abouti a des promulgations de lois. Depuis fin septembre, Masen -Moroccan Agency for Solar Energy est devenu Masen The Moroccan Agency for Sustainable Energy son nouveau nom avec une nouvelle identité visuelle. Ce volet institutionnel ouvre la voie au volet opérationnel. Le transfert des projets de l’ONEE, la prise en mains de nouveaux projets, et après il faudra explorer les synergies à déployer.

Le regroupement autour de Masen de toutes les ENR, c'est une victoire pour vous?
Je n'ai aucune considération personnelle dans cette affaire. L'idée derrière cette reconfiguration est de franchir une nouvelle étape en allant vers 2030 et de continuer à explorer tout ce qui peut être généré comme retombées positives dans l'économie.

Comment va se passer le mode opérationnel ?
Par la recherche de synergies dans le pilotage des projets éolien et solaire. Il ya des économies et des optimisations à réaliser. D'autres possibilités d'intervention ne sont pas exclues.

L'Onee était investisseur pour son compte dans ses moyens de production, Masen le fera …

Justement aujourd'hui on se donne des possibilités nouvelles. Il faut investir pour servir l'ONE mais de ne rien exclure par ailleurs. Il faut élargir pour adresser les usages sans forcément passer par l'électrique. Les possibilités de coopération au niveau continental et international font également partie de cette approche. D'autres investisseurs ne sont pas exclus.

Est-ce le cas aujourd'hui ?
Nous sommes déjà investisseurs dans nos projets. Nous y avons jusqu'à présent pris systématiquement 25%. Ce positionnement peut s'approfondir. Nous avons créé une coentreprise avec une société française Alcen sur le Fresnel avec l'idée de pousser des projets aussi bien au Maroc qu'à l'extérieur. Et l'on reste ouverts tout en ayant une bonne approche des risques.   

Pas moins de 12 Gw à réaliser en plus, ça fait au bas mot 12 milliards d’euros de plus de financement ?

Sur le chiffre, je ne sais pas. Masen travaille pour que le coût baisse au Mw et que les 12 Gw soient utiles. Dès que l'utilité existe et que nous sommes dans logique d'optimisation c'est forcément finançable par mon économie parce que je vais vendre mon service. Si je ne fais pas de renouvelable et que je fasse du fossile les 12 Gw j'en ai toujours besoin. C'est notre chance. Nous avons besoin de cette électricité. C'est plus facile quand on doit substituer à l’avenir. Il faut saluer le Maroc parce qu'il a osé prendre cette décision au moment où il doit développer des capacités. Si tous les pays prenaient des décisions du même type, le monde se porterait beaucoup mieux.

Est-ce que vous diriez que les renouvelables aujourd'hui restent plus chère que le conventionnel, notamment ls centrales charbon qui assurent aujorud'hui la moitié de la production électrique du Maroc ?

Ca dépend de ce que l'on fait. Il faut tenir compte de la durée de vie comptable du projet.  La durée de vie d'un projet bien conçu est supérieure à la durée d'amortissement des crédits. Et cela n'est pas pris en compte dans les calculs. Il faut calculez ce prix sur une durée de 25 ans. La force du renouvelable est que l'énergie est quasi gratuite. On a une visibilité sur le prix de revient. Prenez deux prix : celui d'un kwh fossile et celui d'un kwh renouvelable. Par nature j'ai une visibilité sur le renouvelable sur la durée du projet. Pour le fossile si je veux la même je dois acheter une option à long terme. Mais vous n'allez trouver personne sur le marché pour cela. En réalité et au contraire, je pourrais dès demain vendre des options sur la base d'un projet renouvelable. C'est une valeur dont peu tiennent compte.

 

Pourquoi avoir choisi le CSP au départ du plan solaire?

Nous avons estimé qu'il fallait que le renouvelable et en particulier le solaire puisse démontrer sa capacité de se substituer au fossile. Le photovoltaïque ne le permet pas. Il ne s'agit d'ailleurs pas d'opposer le photovoltaique au CSP. Ce sont deux usages complémentaires.

Pour le premier projet Noor se contenter du photovoltaïque, n'aurait pas fait jouer au solaire le rôle de substitution, que nous recherché à terme. Il fallait que nos premiers projets le démontrent d'un point de vue technique et économique sans se fermer aux autres technologies. D'ailleurs nous développons le PV. Mais tenir ce discours au départ tant que l'on ne passait pas à l'action il n'était pas audible. Aujourd'hui les gens voient bien que nous sommes du mix énergétique et que nous sommes aussi sur une logique de compétitivité économique globale. Il va falloir regarder tous les projets et c'est leur somme qui fait que notre stratégie renouvelable ait un sens. Le CSP par exemple était la bonne brique au bon moment. Il y a aussi la question du stockage qui se pose parce qu'on a un problème de pointe. Nous sommes en  phase d'investissement. Il faut que les capacités nouvelles viennent couvrir la pointe car si on ne la couvre pas on va brimer le développement économique, la dynamique d'urbanisation…

 

Quel est le prix du Kwh de Noor 1 ?
1,67 dirham par Kwh. C'est 0,14 cent d'euro et que je ne comparerai jamais au PV parce que ce n'est pas le même KWH.  C'est notre prix d'achat au développeur. Nous avons un contrat avec l'ONEE sur la base duquel nous vendons notre électricité. Le deal que nous avons fait et c'est là toute l'originalité de notre travail au Maroc Nous avons dit : on va développer le solaire sans que le consommateur et donc l'ONEE n'ai à en supporter les conséquences. Il fallait protéger l'ONEE sinon il n'aurait aucun intérêt à le faire sachant que nous sommes en train de gérer une transition.

Aujourd'hui c'est un coût élevé par rapport à ce que paie le consommateur Mais c'est un nouveau palier mondial sur le CSP. D'ailleurs Noor2 et Noor3 sont 15% et de 12% moins chers. Nous sommes sur cette bonne dynamique. J'ai une visibilité car mon prix va bouger légèrement sur 25 ans alors que ce que paie l'ONEE va suivre l'inflation. Le gap va se rétrécir avec le temps.

Pour compléter il faut savoir que l'ONEE paie à Masen ce que le consommateur paie. Le deal que nous avons fait avec l'ONEE est qu'il ne fasse ni perte ni gain. Le différentiel c'est mon travail de trouver le bon modèle économique pour que l'Etat en paie le moins possible. D'où cette dynamique d'optimisation. Masen ne fait pas de projet, il développe un modèle économique pur que tout cela puisse se tenir. Il ne faut pas me juger sur Noor 1,Noor 2 ou Noor 3 mais sur la stratégie globale et sur une certaine période.

Le différentiel de prix est-il pris en charge par l'Etat ?
L'Onee achète de l'électricité sans gain ni perte. Il existe différents prix selon que l'on soit en période de pointe ou pas. Un prix moyen est ensuite calculé. J'ai un écart sur Noor 1 de 30% par exemple qui va se réduire par la suite. Le bilan de Masen porte ce gap que je rétrécis avec le temps.

Le projet éolien de 850MW emporté par Nareva, Enel et Siemens fonctionne-t-il sur le même schéma ?
Oui à part que dans ce cas, Masen pourrais ne pas avoir de gap de prix. Cela donne un sens à notre stratégie globale multisource. Le plan éolien de 850MW fixe un nouveau palier mondial de prix : 0.3 dollar par kwh.  Quand vous actionnez tout cela vous vous trouver sur un modèle économique global qui commence à avoir du sens. 

Vous avez fait le choix du CSP, à Noor1, cette centrale tourne comme une horloge apparement. Mais dans le CSP on a peu de retour d'expérience contrairement au fossile, n'y a t-il pas un risque d'exploitation?
La phase critique est la conception et la construction. C'est là où il y a le risque majeur. Quand c'est bien conçu vous êtes dans les mêmes conditions qu'une centrale classique. Nous estimons qu'il y a aujourd'hui une certaine maturité techniqueAprès il y a le risque de la ressource. Dans le solaire elle est stable sur de longues périodes.

Masen veut œuvrer dans la R&D comment cela va-t-il s'organiser la R&D, quels rôle pour l’institut Iresen ?

Ce qui est recherché à travers la réorganisation autour de Masen est d'apporter de la cohérence. Vous voyez bien que nous sommes sur une stratégie globale à l'intérieur de laquelle il y a plusieurs acteurs.

Quelle est la logique de la R&D dans ces secteurs des ENR?

 En développant des projets nous mettons le doigt sur des sujets clés pour améliorer encore sur les projets suivants la performance globale, technique, financière, institutionnelle… L'idée est de déclencher des sujets de recherche pouvant être conduit avec d'autres acteurs qui ont le même souci, des centres de recherche à l'international aussi bien en Europe qu'ailleurs sur des thématiques qui vont améliorer les coûts. Je donne des exemples. Le vieillissement des matériaux, l'intégration du renouvelable dans les réseaux pour la performance,. IL y a aussi le cas de l'hybridation CSP / PV que nous envisageons sur le projet Midelt. A chaque fois, il faut mettre le doigt sur des sujets concrets qui peuvent améliorer le fonctionnement du site.

Quels sont les relais que vous pourrez actionner ?
Il y a la coopération internationale Nous avons par exemple un accord avec Sumitomo, avec le CEA français et son laboratoire sur le vieillissement. Nous avons avec le CEA un sujet intéressant sur  la désalinisation de l'eau de mer par le renouvelable solaire. On sait que l'un des grands sujets de demain sur l'énergie c'est la problématique de  l'eau. Il ne faut pas attendre le jour où il n'y aura plus d'eau pour réagir. Voilà un sujet très concret qui n'intéresse pas que le Maroc.

Quel sera le  rôle de Masen dans ce type de projets?
On pose le sujet, on se met d'accord et on définit les rôles par la suite. J'ai une clé, c'est d'investir pour la recherche dans l'espoir de trouver des résultats. Pour cela nous pourrions aller jusqu'à 1% des investissements physiques. La recherche demande des moyens.

Masen pourra-t-elle se projeter à l'international ?
Absolument et cette possibilité a été ouverte avec la nouvelle loi. Pour dire les choses d'une manière claire, il y a deux points. Le premier est que nous sommes sollicités et il faut pouvoir répondre aux sollicitations. Il y a un certain nombre de pays qui souhaitent coopérer avec nous. Le deuxième point est qu'il y a un intérêt objectif collectif à ce que le renouvelable se développe là où c'est possible. C'est aussi un autre biais par lequel les coûts peuvent baisser. Il faut la profondeur du marché. Il ne faut pas qu'il un projet CSP par an. Il faut qu'il y en ait autant que possible. A chaque fois qu'on pourra aider, même si les gens s'inspirent de ce qu'on fait sans intervention, on le fera. Et si parfois il est nécessaire qu'on intervienne, nous sommes aussi des investisseurs, on pourrait le faire. Après il faut dégager les moyens pour ça.

Et aujourd'hui ce n'est pas le cas ?
Non. On s'est organisé pour avoir une équipe de coopération et ça c'est déjà fait. Nous explorons des choses. Nous avons des accords signés, des MOU avec un certain nombre de pays comme le Sénégal. Ça peut déboucher sur du concret. Dans un premier temps on privilégie la coopération, on partage l'expérience, Masenl'a fait avec plusieurs pays. Ça peut aller plus loin, vers la Côte d'Ivoire la Tunisie, etc…

En matière de financement, est-il facile de trouver de l'argent pour le Maroc?

Il ne faut jamais dire que c'est facile. Et je ne vais pas dire qu’il suffit d'avoir de bons projets. Ce qui a été déterminant dans notre capacité à lever des fonds est que nous avons essayé d'intégrer les attentes de tous les intervenants. Avec les bailleurs de fonds notamment, nous avons été clairs dès le départ. Nous avons travaillé à livre ouvert : voilà notre ambition, voilà ce que nous voulons faire et dans le détail on ne sait pas comment y parvenir en terme financier. Toutes les étapes ont été franchies avec eux. Dans une transparence totale et égale sans discrimination. Le niveau d'information était le même entre nous et chacun d'eux. Nous avons trouvé chez les bailleurs de fonds cette volonté d'aller au delà du simple fait de prêter de l'argent, de vraiment pousser pour que le renouvelable soit pris en considération. Ce n'est pas une question de mode. Je pense que nous avons eu la chance d'avoir des institutions qui étaient conscients de leurs responsabilités. Et aujourd'hui, c'est une satisfaction collective. L'argent n'est donc pas un obstacle et pour l'anecdote, pour Noor 1, nous avions plus d'argent que nécessaire. Nous avons dû freiner l'ardeur de nos créanciers. A Ouarzazate, Noor2 comme Noor3 sont financés.  Noor4 en phase d'appel d'offres aussi est déjà financé avant même d'être lancé.

Avez-vous un schéma directeur sur les 12 Gw dont vous parliez tout à l'heure ?
Ca été l'un des points débattus à Tanger [fin septembre lors d'un réunion avec le roi et le gouvernement]. La prochaine étape sera de donner une programmation à ces capacités à horizon 2030. Et cela c'est mon rôle en coordination avec l'ONE et les autres acteurs. On ne va pas planifier quelque chose qui ne correspond à rien. Il faut que le travail soit utile et pertinent. Je me donne un an de délai. Il n'y a pas urgence. D'ailleurs nous allons réaliser une première programmation qui va être affinée ensuite au fur et à mesure. On fait des projections mais la réalité peut être différente. Il faut de temps en temps faire des points d'étape.  Il faut donner une feuille de route.

Le Maroc semble opter pour des mégaprojets, il y a peu de place pour les petits ?
Pour ces projets dont on parle il y a une capilarité importante de sous-traitants, il y a un écosystème. Par ailleurs, il y aura aussi beaucoup de projets de taille moyenne qui vont être lancés. Il faut aussi affiner. Les gros projets continueront car il ne faut pas l'oublier ils fédèrent beaucoup de petits acteurs. Ce sera le cas de Boujdour qui va accueillir des projets de taille moyenne. Les projets de bouts de ligne seront aussi très nombreux. Ces projets sont déjà planifiés pour 2020. Ils seront accompagnés d'appels d'offres.

Les industriels marocains se plaignent  : le sourcing local serait insuffisant dans vos projets...

Ecoutez. Il y aura toujours des accès au sourcing mais sous condition de compétitivité. Il s'agit la aussi de penser au jour d'après. Il faut être compétitif et si on l'est on peut exporter et si on ne l'est pas, on ne peut pas subventionner des projets qui ne le sont pas. La subvention ne peut durer qu'un temps. C'est plus compliqué qu'il n'y parait d'être compétitif dans l'automobile, dans l'aéronautique. Sur le solaire il fallait casser les barrières qui étaient parfois psychologiques.

Parfois certains s'imaginent qu'ils ne peuvent participer dans un secteur donné. Le solaire CSP est complexe quand il faut faire fonctionner un système. Mais à l'intérieur il y a des maillons de la chaine abordables.  Parfois quelques efforts d'investissement ou de formation permettent d'être au rendez-vous. Il fallait aussi amener les développeurs à regarder ce qui se fait. C'est ce que nous avons fait avec Acwa Power. Nous avons créé un système ou les gens sont obligés de se parler. Pas d'obligation de faire mais une obligation de regarder et de se parler. Et souvent ils trouvent un intérêt objectif à faire ensemble.

Et l'objectif des 30 %?

C'est un objectif qui était fixé de manière à nous assurer la compétitivité. Nous avons demandé aux développeurs de regarder et de s'engager ensuite.

Quid de votre avenir avec toutes vos casquettes : responsable politique, président de région, patron de Masen?

Je reste à disposition des autorités et ne me suis jamais posé de questions sur mon avenir.  Je reste président de région et de Masen. J'essaie de concilier les deux. J'y arrive. Et encore j'avais auparavant trois casquettes. Il faut s'organiser un minimum et savoir s'entourer aussi. Le tout se fait toujours au détriment de quelque chose, la famille.

Enfin, que représente la COP22 pour le Maroc ?
C'est important, mais il y a une vie après la COP22. Le Maroc s'engage sur le renouvelable, l'eau, l'agriculture et aussi dans une logique de responsabilité. La COP22 est un bon moment de participation à une dynamique internationale et c'est toujours mieux d'y participer en ayant des choses à dire et à montrer mais tout ne s'arrête pas à ce niveau. Le Maroc a la capacité d'avoir sa propre contribution aux côtés des autres acteurs en parlant de choses concrètes, de vrais sujets et de vrais projets. Il faut aussi y parler de problématiques qui touchent des pays déjà victimes du déréglement climatique comme l'Afrique et les pays insulaires et avoir un discours qui amène des solutions et pas uniquement à poser des problèmes. A la fin de la COP22 le 18 novembre nous aurons toujours des objectifs à tenir.

Propos recueillis à Casablanca par Pierre-Olivier Rouaud   

http://www.usinenouvelle.com/article/comment-le-maroc-va-developper-12gw-en-renouvelables-d-ici-a-2030-selon-mustapha-bakkoury-president-de-masen.N272435

Un consortium marocain,français et emiriens chapeauté par EDF viens de remporter un énorme contrat de 2 milliards de dollars pour une centrale solaire de 825 MW. 

 

Maroc : EDF aurait décroché un marché pour une centrale solaire de 825 mégawatts


 

EDF, via sa filiale dédiée aux énergies renouvelables, serait proche de décrocher un très gros contrat au Maroc. Citant deux personnes proches du dossier, dont un officiel marocain, Bloomberg affirme que le consortium dirigé par EDF Energies Nouvelles va remporter l'appel d'offres pour la construction d'un projet d'énergie solaire de 825 mégawatts dans le centre du Maroc. L'accord dépasserait la barre des 2 milliards de dollars. EDF collabore sur ce contrat avec le Marocain Green of Africa et l'entreprise émiratie Masdar.

Ce projet constitue la première phase d'un important programme dédié à l'énergie solaire de 1.600 mégawatts qui sera supervisé par l'Agence marocaine de l'énergie durable. Le Maroc prévoit de produire la moitié de son électricité à partir d'énergie propre d'ici 2030, un effort qui nécessitera la construction d'environ 6 gigawatts de capacités renouvelables supplémentaires.

Le consortium mené par EDF aurait notamment devancé ceux dirigés par Engie et le Saoudien Acwa Power

https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2018/12/maroc-edf-aurait-décroché-un-marché-pour-une-centrale-solaire-de-825-mégawatts.html

Edited by Amine99
Link to comment
Share on other sites

Le ‎31‎/‎12‎/‎2018 à 14:48, Amine99 a dit :

Le futur mix énergétique reposera massivement sur le GNL également.

Ca c'est moins bien pour le CO2. Mais Ca montre aussi que le tout énergies intermittentes n'est pas possible. Il faut des moyens de compenser en cas de faible production quelque que soit la nature de cette faiblesse. Ca veut dire aussi que le modèle économique de ces modes de substitution doit être intégrer avec les modes de productions intermittents. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, herciv a dit :

Ca c'est moins bien pour le CO2. Mais Ca montre aussi que le tout énergies intermittentes n'est pas possible. Il faut des moyens de compenser en cas de faible production quelque que soit la nature de cette faiblesse. Ca veut dire aussi que le modèle économique de ces modes de substitution doit être intégrer avec les modes de productions intermittents. 

Oui c'est la moins pire option en terme d’émission et en attendant de voir si  les systèmes stockage peuvent prendre une partie ou complètement le relais.

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,986
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...