Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Energies renouvelables : projets et conséquences


alexandreVBCI
 Share

Recommended Posts

 

Comment compenser son empreinte carbone ? En installant, dans notre jardin, un bassin de rétention rempli de nano-organismes hybrides capables de transformer nos émissions de CO2 en carburants et en matières plastique. C'est ce que proposent aujourd'hui des chercheurs américains.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/chimie-ces-nano-organismes-transforment-co2-carburant-ecologique-76434/

  • Haha 1
  • Confused 2
Link to comment
Share on other sites

France culture, La série documentaire, propose une tres intéressante série sur le plastique. Et comment les "préoccupations" environnementale ne sont pas grand chose face a "l'industrialisation" d'une société de consommation.

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/un-monde-en-plastique-14-alchimie-dune-matiere
 

Quote

 

Un monde en plastique (1/4)

Alchimie d’une matière

Du caoutchouc aux polymères aux noms de bergers grecs, comme l’écrivait Roland Barthes, "alchimistes", chimistes et inventeurs de tous bords n’ont eu de cesse de vouloir inventer la matière à tout faire. Ainsi naissaient les plastiques.

Au XIXème siècle, c'est assez neutre comme terme. Cela désigne simplement le caractère "plastique" d'une matière, le fait qu'elle se moule, qu'elle épouse toutes les formes. Manuel Charpy

Si le monde connaît le caoutchouc depuis longtemps, il faut attendre le XVIIème siècle avec les premiers chimistes puis les prémices de la première révolution industrielle pour voir apparaître les premiers polymères. 

Le billard était très à la mode au milieu du XIXème siècle aux Etats-unis. Mais c'est l'ivoire qui est utilisé pour les boules de billard et donc il fallait tuer un grand nombre d'éléphants. Les frères Hyatt ont réussi à faire des boules à partir de la cellulose et avec une certaine homogénéité. Richard Thommeret

Ainsi, les frères Hyatt inventent un nouveau produit qu’il nomme "Celluloïd". Fini l’ivoire et ses défauts naturels, place à la résine phénolique dérivée du pétrole. Puis vient la galalithe, la bakélite, la cellophane, le PVC et le vinyle, le plexiglas et la fibre synthétique, le téflon et les silicones. Plus légers, à résistance égale, insensibles à la corrosion les propriétés des plastiques n’ont cessé de s’améliorer. Économiquement, c’est une mine d’or. "Un excellent moyen de voir la vraie couleur de l'argent". La paix et la prospérité retrouvées, l’électrification des villes, la démocratisation de l’automobile et l’industrialisation vont offrir aux plastiques leur âge d’or.

Le mot matière plastique est utilisé pour la première fois par Leo Baekeland, un chimiste belge. Il a inventé le premier plastique synthétique : la bakélite, la matière des téléphones par exemple. Philippe Chalmin

Avec : 

  • Manuel Charpy, historien de la culture matérielle et visuelle au CNRS 
  • Philippe Chalmin, historien, économiste des matières premières à l'université de Paris Dauphine  
  • Richard Thommeret, chercheur chimiste chez Solvay 
  • Catherine Malabou, philosophe  
  • Philippe Decelle, collectionneur 
  • Chloé Pitiot, conservatrice au musée des arts décoratifs 

Une série documentaire d’Alain Lewkowicz, réalisée par Somany Na

 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/un-monde-en-plastique-24-au-plastique-le-design-reconnaissant

Quote

Un monde en plastique (2/4)

Au plastique, le design reconnaissant

Matière peu onéreuse, il a submergé nos quotidiens. Si certains en font l’incarnation de la folie créatrice d’une société de consommation, l’Art, la mode, le design et l’architecture, eux, s’en emparent dans la pure tradition du ready-made de Marcel Duchamp. Les designers s’en donnent à cœur joie.

La maison bulle (Arts & Foods, Triennale de Milan, Italie). Maison Bulle à 6 coques. Conception Jean Maneval• Crédits : Jean-Pierre Dalbéra

Dans les années 60, on entre dans un monde en couleur : le mobilier, les vêtements, les médias. Et le plastique est important dans cette évolution. Manuel Charpy

Rayon de boites et casiers en plastique dans un magasin de Floride • Crédits : Zen Rial - Getty

"La laideur se vend mal", écrivait Raymond Loewy. Alors le plastique a vaincu. Sa production mondiale cumulée depuis 1950 est de 8,3 milliards de tonnes et pourrait atteindre 25 milliards de tonnes d’ici 2050. 

Mes grands parents avaient du mobilier traditionnel dans des matières comme le bois, il y avait un côté "noble". A l'inverse, mes parents, qui n'avaient pas beaucoup d'argent, ils cherchaient la fonctionnalité et ils avaient des meubles en Formica. Richard Tommeret

Du rasoir jetable au microsillon, en passant par les créations vinyles 2018 de Balmain et Marant, par "l’architecture en plastique" de Ionel Schein et sa "maison des arts ménagers" de la vallée de Chevreuse, de ses cabines hôtelières de coques moulées et des habitations loufoques à la Barbapapa d’Häusermann comme le Museumotel de Raon-l’Etape ou celle de Joël Unal en Ardèche, le plastique est consacré, du plus usuel à l’œuvre d’art, du stylo BIC Cristal exposé au Musée d'art moderne de Beaubourg et du Brownie de Kodak au Montblanc ou à la Rolex. 

Le plastique est associé aux objets jetables ou facilement lavables (même si toujours par les femmes). On lève les contraintes du quotidien. Manuel Charpy 

Fauteuils Design en plastique• Crédits : me4o - Getty

Le plastique avait un côté un peu érotique par les formes du plastique et par l'ensemble des couleurs que l'on peut utiliser. Gilles Rion 

Avec le Pop Plastic de la Pop Culture, l’audace et de "beau pour tous" est possible. Tout permis. Contestation, utopies, on veut du modulable, de la couleur, du populaire pour vivre autrement, libre et nomade. Matières de substitution jetables et bas de gamme, ils sont aussi des matériaux sophistiqués. 700 types de plastiques différents ont fait cette histoire. Celle qui aurait soit-disant "libéré la femme"

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/un-monde-en-plastique-34-le-triomphe-du-jetable

Quote

Un monde en plastique (3/4)

Le triomphe du jetable

Apparu dans les années 1960, le sac plastique marque l’avènement de la "grande distribution" et de l’ère de l’usage unique tandis que Bic inventait le plastique jetable.

Des activistes de Greenpeace devant le Panthéon de Rome le 5 juillet 2018• Crédits : Stefano Montesi - Corbis - Getty

On a dans les pays occidentaux des modes de vie qui se sont modernisés et accélérés. Aujourd'hui, on veut tout, tout de suite, et pas cher. Les matières plastiques rendent ces services là. Si on va chez les indiens d'Amazonie, on ne trouvera pas de plastique parce que cela ne correspond pas à leur manière de vivre. Richard Thommeret 

Né en 1965 en Suède dans l’entreprise Celloplast, il est en Polyéthylène et a définitivement enterré le cabas car il est inégalable. Léger, résistant, imperméable et "gratuit", il est consommé partout dans le monde en quantités délirantes, en billions. Fabriqué en une seule seconde, sa durée de vie n’excède pas 20 minutes tandis que sa désagrégation peut prendre plusieurs centaines d’années. Le sac plastique est devenu incontournable et a imposé une façon de vivre.

Le premier Carrefour a ouvert en 1962 à Saint-Geneviève-des-bois. On est en banlieue, on va faire ses courses en voiture. L'univers est très moderne. Il y a des Caddies mais pour emballer tous ces produits, il faut des sacs plastiques (avec lesquels les marques font de la communication en y mettant leurs logos). Philippe Chalmin

Le fléau des sacs plastiques jetables • Crédits : jehangreco sac plastique

Le capitalisme sait très bien utiliser les idées les plus radicales développées contre lui pour les retourner à son propre avantage. Le capitalisme dit aujourd'hui : "Attention, il faut changer de comportement" [avec pour objectif de ne rien modifier des industries polluantes] Catherine Malabou

Mais en 1997, quand Charles Moore, marin-chercheur, découvre "l’océan-plastique", le 7ème continent, on accuse le sac du meurtre des tortues de mer qui le prennent pour des méduses. Depuis janvier 2017, en application de la loi sur la transition énergétique, il est interdit. Et comme à l’époque des Frères Hyatt les "géotrouvetouts" de tous bords tentent d’inventer Le sac totalement biodégradable. La quadrature du cercle ?

La technologie de Carbios est la seule qui permet de garantir d'avoir un produit hautement bio-sourcé et entièrement biodégradable. Alain Marty 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/un-monde-en-plastique-44-lhypocrisie-du-greenwashing

Quote

Un monde en plastique (4/4)

L'hypocrisie du greenwashing

1997. Le monde découvrait le "continent plastique". 20 ans après, il fait trois fois la taille de la France et contient 16 fois plus de plastique. Sur terre, on a inventé le biodégradable et le greenwashing.

Le modèle de supermarché-hypermarché -qui représente 98 ou 99% de la consommation en France- génère une quantité effroyable de déchets. Julien Guillaume

Réduire notre production et notre consommation de plastique. Telle serait la solution aux dangers auxquels cette matière nous confronte. Mais les milles nuances apportées aux différents textes de loi qui visent à l’interdire ou à en diminuer les effets négatifs cachent un art qui continue de prospérer, celui de polluer. Si le meilleur déchet reste celui qu'on ne produit pas, l’industrie ne l’entend pas de la même oreille. Alors elle a inventé le "bon plastique". Et pour appâter le consommateur, elle pratique le "greenwashing". Une belle trouvaille marketing qui coûte cher et qui ne résout rien. 

Les gens pensent qu'en mangeant bio, les choses vont changer. Mais le bio est aujourd'hui entre les mains d'industriels de l'agro-alimentaire qui ont monté des filières intégrées pour faire du profit et de la marge. Julien Guillaume

"Tout ce qu’on nous vend comme biodégradable part en décharge ou en incinération comme les autres ordures ménagères. Dans un cas comme dans l’autre il n’y a aucune biodégradation. Le consommateur, lui, paie plus cher, croyant bien faire, tandis que le volume des déchets à traiter augmente". C’est ainsi qu’on pourrait résumer les études faites depuis 10 ans sur le sujet. C’est donc désormais la guerre entre les lobbys de l’industrie du plastique et les ONG environnementales.

Les industriels savent profiter des initiatives de citoyens comme ramasser les déchets dans l'océan ou faire son jogging en ramassant les déchets pour détourner le vrai problème : la production de ces déchets. Thibault Turchet

Notre consommation de plastique ne fait qu'augmenter, on n'a même pas encore commencé à réduire notre consommation... Nathalie Gontard

 

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

 

Même au pays des moulins...

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/pays-bas-des-militants-anti-eoliennes-sur-la-liste-des-menaces-terroristes-190624
 

Citation

 

Les services néerlandais de lutte contre le terrorisme ont rangé les les militants "extrémistes" qui protestent contre la construction d'éoliennes aux Pays-Bas aux côtés des activistes islamistes et d'extrême droite dans leur dernier rapport sur la menace terroriste rendu public lundi.
...
Les Pays-Bas développent leurs parcs éoliens avec l'ambition de remplir les objectifs des accords européens sur le climat, les énergies renouvelables devant constituer 14% des sources d'énergie en 2020.

Le pays cherche également des alternatives aux carburants car il a dû revoir à la baisse l'extraction de gaz du plus grand gisement d'Europe situé dans la province de Groningue après une série de séismes.

L'annonce de la construction de nouvelles fermes éoliennes suscite l'opposition virulente de la population locale.
...


 

 

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

En plein dans les conséquences économiques de la tendance aux investissements dans le renouvelable.

 

Alstom - GE : finalement personne n'est content, pas même les américains ?

https://nexusmedianews.com/ges-multi-billion-dollar-mistake-9efc1e443b9

Note : encore une fois, on vient nous raconter que le solaire est concurrentiel du gaz et charbon, ce qui n'est vrai que tant qu'on se place du point de vue du "petit" producteur ou investisseur répondant à une demande qui lui apparaît comme largement supérieure à sa capacité de production en moyenne, et donc en ignorant tout ce qui fait le coût réel du renouvelable, la gestion instantanée de l'électricité à l'échelle d'une région / d'un pays.

 

  • Thanks 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Brian McNewbie a dit :

En plein dans les conséquences économiques de la tendance aux investissements dans le renouvelable.

 

Alstom - GE : finalement personne n'est content, pas même les américains ?

https://nexusmedianews.com/ges-multi-billion-dollar-mistake-9efc1e443b9

Note : encore une fois, on vient nous raconter que le solaire est concurrentiel du gaz et charbon, ce qui n'est vrai que tant qu'on se place du point de vue du "petit" producteur ou investisseur répondant à une demande qui lui apparaît comme largement supérieure à sa capacité de production en moyenne, et donc en ignorant tout ce qui fait le coût réel du renouvelable, la gestion instantanée de l'électricité à l'échelle d'une région / d'un pays.

 

Non on est plus dans de petites productions depuis longtemps et tout ça est prit en compte dans le mix en général. Et puis comme toujours si tu veux aller chercher les coûts cache d'une source d’énergie alors il faut parler de toutes les sources d'energie en question, charbon, gaz, fuel et nucléaire.

Sinon un projet assez important pour Los Angeles: https://www.forbes.com/sites/jeffmcmahon/2019/07/01/new-solar--battery-price-crushes-fossil-fuels-buries-nuclear/

La encore les prix continuent de chuter que ce soit pour le solaire ou le stockage par batteries.

Et pour les coûts cache ou on devrait dire ici le contre coup :biggrin:

https://www.resilience.org/stories/2019-02-05/albertas-mega-oil-and-gas-liability-crisis-explained/

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@seb24 ah mais surtout ne te gêne pas, on a les données de consommation heure par heure en France sur les années précédentes et les prix pratiqués en Europe sur la même période, montre nous un parc 100% solaire qui coûte moins cher qu'un parc 100% gaz ou charbon et qui coûte moins cher, répondant au besoin.

Comment ça c'est impossible ? tu veux dire que tout kWh n'est pas forcément comparable à un autre kWh ? Tu veux dire qu'il y aurait des trucs à prendre en compte qui n'apparaissent pas dans les calculs où on considère simplement le rapport puissance moyenne annuelle*prix de vente moyen/coût d'achat + coût entretien de l'installation (je caricature à peine)? Est-ce que les épisodes de prix négatifs, les épisodes d'import à prix hauts faute de vent/soleil, sont intégrés dans les fameux coûts concurrentiels ? Est-ce qu'on considère le prix d'achat de l'électricité pratiqué réellement, avec tout ce que ça implique en subventions, ou le prix d'achat du marché qui, la proportion de pilotable baissant, sont nécessairement bas quand on produit (le voisin de l'autre côté du champ a le même soleil, le même vent, donc essaie de vendre aussi) ou pas nécessairement profitables quand ils sont haut... si tu n'as rien à vendre à ce moment là ?

par exemple, quand tu dis "tout ça est prit en compte dans le mix en général" qui paie les coûts que cette prise en compte induit ? Les, propriétaires de sources renouvelables ? Ou tous les clients via la part du prix de l'électricité qui passe dans la gestion du réseau, part non négligeable du prix total par ailleurs ?

Les coûts cachés, ce n'est pas "tu en as, j'en ai, match nul la balle au centre".

Les parcs avec beaucoup de renouvelable, en Europe et si on mets de côté les cas particuliers reposant sur énormément d'hydraulique (non généralisable car ressource naturelle rare à l'échelle mondiale), sont systématiquement moins performants au global que, à tous hasards; le parc français ou suédois. Et encore, le fait que la France soit l'un des plus gros exportateurs au monde avec une grosse proportion de pilotable amortit largement les problèmes que peuvent rencontrer les voisins.
https://selectra.info/energie/guides/tarifs/electricite/comparaison-europe

Ton article de Forbes dit tout dès le début : le deal du siècle est - au delà d'être théorique et non vérifié en pratique - valable pour fournir.... 7% du jus consommé. Et plus tu veux augmenter cette part, moins c'est rentable, car ce sont les caractéristiques structurelles des moyens de production plus conventionnels qui permettent de genre de deal. C'est précisément l'exploitation de gaz, charbon et nucléaire à côté qui est une condition nécessaire pour que cette offre puisse ne pas promettre de mettre régulièrement la ville dans le noir.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Brian McNewbie a dit :

@seb24

 

ah mais surtout ne te gêne pas, on a les données de consommation heure par heure en France sur les années précédentes et les prix pratiqués en Europe sur la même période, montre nous un parc 100% solaire qui coûte moins cher qu'un parc 100% gaz ou charbon et qui coûte moins cher, répondant au besoin. 

Je n'ai pas parlé de 100% de solaire ... il faudrait arrêter avec les caricatures et les délires.

il y a 5 minutes, Brian McNewbie a dit :

Comment ça c'est impossible ? tu veux dire que tout kWh n'est pas forcément comparable à un autre kWh ? Tu veux dire qu'il y aurait des trucs à prendre en compte qui n'apparaissent pas dans les calculs où on considère simplement le rapport puissance moyenne annuelle*prix de vente moyen/coût d'achat + coût entretien de l'installation (je caricature à peine)? Est-ce que les épisodes de prix négatifs, les épisodes d'import à prix hauts faute de vent/soleil, sont intégrés dans les fameux coûts concurrentiels ? Est-ce qu'on considère le prix d'achat de l'électricité pratiqué réellement, avec tout ce que ça implique en subventions, ou le prix d'achat du marché qui, la proportion de pilotable baissant, sont nécessairement bas quand on produit (le voisin de l'autre côté du champ a le même soleil, le même vent, donc essaie de vendre aussi) ou pas nécessairement profitables quand ils sont haut... si tu n'as rien à vendre à ce moment là ?

Ça apparaît dans les calculs et rapport, c'est prit en compte de plus en plus par les investisseurs qui doivent savoir ou mettre leurs billes, encore faut-il les lires et ne pas partir dans des sophismes a longueur de message.

il y a 12 minutes, Brian McNewbie a dit :

Les coûts cachés, ce n'est pas "tu en as, j'en ai, match nul la balle au centre".

Les parcs avec beaucoup de renouvelable, en Europe et si on mets de côté les cas particuliers reposant sur énormément d'hydraulique (non généralisable car ressource naturelle rare à l'échelle mondiale), sont systématiquement moins performants au global que, à tous hasards; le parc français ou suédois. Et encore, le fait que la France soit l'un des plus gros exportateurs au monde avec une grosse proportion de pilotable amortit largement les problèmes que peuvent rencontrer les voisins.

On a de électricité peu cher en France grâce au du nucléaire et parce qu'on essaye de repousser la facture au plus tard possible (coûts de renouvellement du nucléaire). Mais il faudra la payer a un moment donner et il faut pas être devin pour se rendre compte que les coûts vont fortement augmenter. Le fait que la France exporte ne veut pas dire non plus que cela est la solution aux problèmes qu'auraient les voisins c'est sur-jouer le rôle des exportation par rapport a la conso global.

Pour ton article, un élément intéressant :

Citation

En comparaison aux Pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO) qui représentent les nouveaux entrants dans l'Union européenne, le prix de l’électricité est plus cher en France. Mais si l’on raisonne en termes de parité de pouvoir d’achat, l’électricité dans les PECO est bien plus chère qu’en moyenne dans l’Union européenne… Le prix de l’électricité en Bulgarie ou en Hongrie se rapprochant alors de ceux en vigueur à Malte.

PECO qui utilisent majoritairement le charbon fuel et gaz...

Et sur la rentabilité du charbon :
https://www.carbontracker.org/ostroleka-c-burning-through-more-money-than-coal/

il y a 22 minutes, Brian McNewbie a dit :

Ton article de Forbes dit tout dès le début : le deal du siècle est - au delà d'être théorique et non vérifié en pratique - valable pour fournir.... 7% du jus consommé. Et plus tu veux augmenter cette part, moins c'est rentable, car ce sont les caractéristiques structurelles des moyens de production plus conventionnels qui permettent de genre de deal. C'est précisément l'exploitation de gaz, charbon et nucléaire à côté qui est une condition nécessaire pour que cette offre puisse ne pas promettre de mettre régulièrement la ville dans le noir.

C'est pas le deal du siècle puisque ça fait partie d'une série de contrats dans les énergies renouvelable. C'est simplement un plus bas au niveau des prix (c'est factuel) et les prix du Kwh  vont continuer a baisser pour les installations suivantes. 7% c'est pour cette installation uniquement ce qui me semble pas négligeable pour LA (qui vient contredire ce que tu sous-entends en terme de participation négligeable dans le réseau) et il y a d'autres installations déjà opérationnels et d'autres vont suivre le tout restant sur des coûts bas. Dans la région le charbon ne représente plus grand chose, le nucléaire ne va pas voir de nouvelles installations et beaucoup de centrales au Gaz vont fermer ou ne verront pas le jours remplace par du... attention... renouvelable. :happy:

Link to comment
Share on other sites

Si 100% solaire n'est pas possible, c'est bien qu'il y a des enjeux que le remplacement kWh pour kWh ne permet pas d'appréhender. Donc à partir de là, il n'y a pas de délire où d'exagération : on ne peut pas faire dire n'importe quoi aux chiffres et non, dans le cas général, la comparaison qui est faite n'est pas exacte. Il y a un certain nombre d'hypothèses nécessaires au calcul qui donne le renouvelable si intéressant financièrement, et dans ces hypothèses se cachent de nombreux coûts qui ne sont pas vus par les investisseurs, et ne leur retombent pas dessus. Pas directement en tous cas.


Je n'ai pas parlé de quantité négligeable, mais répondant à une demande largement supérieure. Plus de 10 fois supérieure en moyenne - donc jusqu'à 20 fois supérieure en instantané, en ordre de grandeur - ça me semble tout à fait coller.

J'insiste donc : ce genre de prix n'est possible QUE quand on remplace une petite part du mix par du renouvelable, du fait des contraintes structurelles que ça impose. Plus on tend vers une large part de renouvelable, avec pour extrême 100%, moins c'est rentable ou même réalisable. C'est mathématique. Et encore une fois, attendons de voir comment ça se passe sur le terrain avant de mouiller nos caleçons sur les annonces tonitruantes faites sur papier.

l'Allemagne aussi, ça devait être génial et le remplacement kWh pour kWh du nucléaire et charbon par le renouvelable devait aller comme Papa dans Maman, résultat ils ont encore plus de 10% de nuke à fait tomber en 2 ans, du charbon en grande quantité et les émissions de CO2 liés à la prod électrique n'ont pas du tout baissé. Avec en plus les problèmes de gestion du réseau qui ont explosé.

PS : raisonner en parité de pouvoir d'achat quand la main d'oeuvre représente une faible part du prix final et que la ressource est dans tous les cas extraite à bas coût - charbon et gaz peu chers à extraire et acheminer, terres rares exploitées en Chine, etc. - n'a que peu de sens. Le poids sur les clients n'est pas le même certes, mais on ne cherche pas à comparer les clients ici, on compare les fournisseurs et ce qu'ils fournissent. Le niveau de vie est plus bas dans les PECO donc forcément, à prix égal l'électricité leur apparaît plus chère si ramenée à ce niveau de vie, indépendamment du mode de production.

Link to comment
Share on other sites

11 minutes ago, Brian McNewbie said:

l'Allemagne aussi, ça devait être génial et le remplacement kWh pour kWh du nucléaire et charbon par le renouvelable devait aller comme Papa dans Maman, résultat ils ont encore plus de 10% de nuke à fait tomber en 2 ans, du charbon en grande quantité et les émissions de CO2 liés à la prod électrique n'ont pas du tout baissé. Avec en plus les problèmes de gestion du réseau qui ont explosé. 

Et le client paie l'électricité deux fois plus cher qu'en France ...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, seb24 a dit :

...

C'est pas le deal du siècle puisque ça fait partie d'une série de contrats dans les énergies renouvelable. C'est simplement un plus bas au niveau des prix (c'est factuel) et les prix du Kwh  vont continuer a baisser pour les installations suivantes. 7% c'est pour cette installation uniquement ce qui me semble pas négligeable pour LA (qui vient contredire ce que tu sous-entends en terme de participation négligeable dans le réseau) et il y a d'autres installations déjà opérationnels et d'autres vont suivre le tout restant sur des coûts bas. Dans la région le charbon ne représente plus grand chose, le nucléaire ne va pas voir de nouvelles installations et beaucoup de centrales au Gaz vont fermer ou ne verront pas le jours remplace par du... attention... renouvelable. :happy:

C'est un plus bas pour un contexte local particulier : climat très favorable pour le solaire, grands espaces semi-désertiques ...
J'ai vu un chiffre de 7 kWh/m²/jour (comparaison: 4.5 kWh/m²/jour dans le sud de la France en PACA).
La Californie est une contrée bénie des dieux pour les énergies renouvelables, et en particulier le solaire.

 

Edited by WizardOfLinn
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, seb24 a dit :

Dans la région le charbon ne représente plus grand chose, le nucléaire ne va pas voir de nouvelles installations et beaucoup de centrales au Gaz vont fermer ou ne verront pas le jours remplace par du... attention... renouvelable. :happy:

J'ai toujours entendu que c'est impossible.

Sauf à parler, là encore d'une très faible part de production.

 

Mais bon, entre nous; l'article américain, élogieux et pompeux, il me fait plus penser aux premières interview du pentagone sur le JSF qui devait être produit à 10.000 exemplaires et être deux fois moins cher que le rafale. Comme le dit McNEwbie, attendont pour voir.

Edited by glitter
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Une énergie intermittente pour créer une ressource stockable, le dessalement de l'eau de mer.

Rodrigues: de l'eau potable grâce au solaire

"La petite île de Rodrigues (République de Maurice) connaît une petite révolution. Les tenants de cette révolution : l’innovation technologique et la mobilisation des partenaires. Les aboutissants : de l’énergie solaire pour obtenir de l’eau potable.

...

Cette unité de dessalement, installée à Caverne Bouteille dans le Sud-Ouest de Rodrigues, pourra produire 80 000 litres d’eau potable chaque jour uniquement grâce aux panneaux photovoltaïques. En fonctionnement hybride, la production pourra atteindre les 300 000 litres. C’est une excellente nouvelle pour Rodrigues qui souffre d’un manque chronique d’eau. Avec l’unité de Caverne Bouteille plus de 2400 personnes seront alimentées en eau potable."

https://www.mediaterre.org/actu,20180705084652,11.html9

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le barrage des Trois-Gorges s'est-il déformé ? Et si oui, est-ce irréversible ou un déplacement prévu dans le cadre de son élasticité ?

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/chine-le-barrage-des-trois-gorges-endommage-un-dementi-des-medias-renforce-lanxiete?

 

Est-ce que tu as des billes sur le sujet ?@Henri K.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Brian McNewbie a dit :

Le barrage des Trois-Gorges s'est-il déformé ? Et si oui, est-ce irréversible ou un déplacement prévu dans le cadre de son élasticité ?

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/chine-le-barrage-des-trois-gorges-endommage-un-dementi-des-medias-renforce-lanxiete?

 

Est-ce que tu as des billes sur le sujet ?@Henri K.

 

 

N'importe quoi...

Henri K.

Link to comment
Share on other sites

il y a 37 minutes, Henri K. a dit :

N'importe quoi...

Henri K.

Que ce soit une histoire improbable, je le vois bien tout seul. Ma question portait davantage sur le volet médiatique : est-ce que tu as vu passer le tweet en question, est-ce si surprenant que des médias chinois réagissent aux rumeurs twitter ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, Brian McNewbie a dit :

Que ce soit une histoire improbable, je le vois bien tout seul. Ma question portait davantage sur le volet médiatique : est-ce que tu as vu passer le tweet en question, est-ce si surprenant que des médias chinois réagissent aux rumeurs twitter ?

Il y a toujours des gens (Chinois ou pas) payés par des services étrangers pour répandre des fausses rumeurs, le tout est de savoir si on veut comprendre et étudier le phénomène ou on considère ça comme une perte de temps énorme et on passe le chemin.

Je fais partie de la deuxième catégorie, donc à partir du moment le barrage 3 gorges ne s'est pas effondré je suis très peu (voir pas du tout) des conneries à côté.

Désolé de pas pouvoir aider...

Henri K.

Link to comment
Share on other sites

Quote

Le port d'Ostende s'inquiète du futur parc éolien de Dunkerque

Décidément, rien n'est simple quand il s'agit d'implanter un champ éolien. Alors que le futur parc de Dunkerque, premier à benéficier de la procédure simplifiée de permis-enveloppe, vient d'être attribué au consortium mené par EDF-EN, c'est le port voisin d'Ostende qui proteste. Ce dernier aurait alarmé les autorités belges sur le fait que le champs français pourrait se trouver sur une potentielle nouvelle ligne de ferry.

Anticipant les besoins liés au Brexit, Ostende pourrait en effet voir revenir des lignes vers Ramsgate et Douvres. Et celles-ci pourraient effectivement passer sur la zone attribuée au champ éolien. Les autorités belges auraient déjà sollicité l'administration française, sans aucune réaction jusqu'ici. La direction du port indique au quotidien flamand De Tijd qu'elle compte désormais engager des démarches juridiques à l'encontre de la France.

https://www.meretmarine.com/fr/content/le-port-dostende-sinquiete-du-futur-parc-eolien-de-dunkerque

Link to comment
Share on other sites

Le 06/07/2019 à 07:33, kotai a dit :

C'est une île avec un fort ensoleillement.....

C'est tout l'avantage :biggrin: et avec un pays où 80 % de l’électricité est produite à partir d'énergie non-renouvelable et importée. La production solaire de l'eau potable dans une île, où il s'agit souvent d'une denrée rare, est très profitable sans requérir l'usage permanent d'une énergie importée.

Energy and Water Statistics - Year 2018 (Ile Maurice)

http://statsmauritius.govmu.org/English/Publications/Pages/Energy-and-Water-Statistics---Year-2018.aspx

Edited by Benoitleg
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Picdelamirand-oil a dit :

J'ai traduit un document for intéressant: 

The "New Energy Economy": An Exercise in Magical Thinking

https://www.manhattan-institute.org/green-energy-revolution-near-impossible

 

Bon Dieu :blink: :sad: ...

Même le sceptique envers les énergies renouvelables que je suis n'imaginait pas que c'était cuit à ce point.

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,982
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...