Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Arme nucléaire H : peut on se passer dans l'avenir des étages A ?


alpacks
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

Comme vous savez tous, aujourd'hui nous testons en france, et aux USA nos étages H a fusion tritium/deutérium/lithium en réacteur de laboratoire ...

Aujourd'hui, on a besoin que de puissant laser en tant qu'infrastructure pour simuler l'ignition d'une fusion d'un étage H par un étage A (qui le fait principalement par pression de rayonnement X, via des filtres en bérylium il me semble, pour éviter la pollution des neutrons sur cette ignition : sur la charge de fusion)

A votre avis, est ce que ce mode d'essai aujourd'hui en laboratoire, qui permet de remplacer avantageusement la détonation d'un étage A ultra polluant (ceci dit le H n'est pas triste aussi dans le genre) ouvre t'il oui ou non la voie a des armes nucléaires dans l'avenir qui bénéficieraient de ce type d'architecture en laboratoire si on parvenait a réaliser une source d'ignition laser capable de réaliser la détonation d'une tête nucléaire ...

Evidemment, dans ce que je propose le défi technologique est de pouvoir produire un laser quasi terrawatt qui rentre dans l'espace d'une tête Mirvée (c'est pas pour aujourd'hui) et dont on a réussi aussi, a diviser en de multiple faisceaux réparti sphériquement dans un espace aussi petit (un sacré jeu de miroir ?  :rolleyes:)

Mais voila, si c'était possible, dans l'avenir on pourrait voir apparaitre des armes nucléaires 100% fusion, très certainement sur une architecture multi-étagée comme les armes H actuelles :

La charge A serait tout simplement remplacée, par une charge H miniature, destinée elle, a mettre en ignition de façon "classique" un étage H de puissance (le laser dont je parle lui, serait la que pour l'ignition de la 1 ère petite charge) qui lui serait assez classique a ceux d'aujourd'hui : a partir du moment qu'il a sa source rayon X et cie pour s'amorcer : pas besoin de changer ce qui marche

Au final on aurait des puissances nucléaires qui pourraient se passer des combustibles fissiles classiques, et des développement d'armes nucléaires a retombées limitées

(si on peut déja se passer des retombées issues d'un 1er étage en plutonium : c'est déja énorme en terme de gain de pollutions en moins : bien que ça fait pas tout : un étage H pollue aussi très gravement, mais sa pollution peut être fortement diminuée sur les choix des tampons en plomb par exemple : aujourd'hui on estime qu'ils servent a pas grand chose : du fait qu'a cause de l'étage en plutonium : la pollution en moins du fait du tampon de plomb n'apporte qu'un gain léger de retombée en moins : mais si on s'affranchit des combustibles fissiles alors la le tampon en plomb apporterait alors des résultats bien + net sur le total des retombées)

Le défi n'étant que de réaliser le laser hautement miniaturisé pour faire rentrer ça dans une arme nucléaire de la taille qu'on les fait aujourd'hui ...

La source électrique elle, a la limite elle pourra n'être que des condensateurs a très hautes performances : après tout, aujourd'hui on réalise des lasers très puissant, qui restituent 100x + d'énergie qu'ils n'ont consommé en électricité, même si c'est que du "watt photonique" de faisceau (inexploitable pour faire de l'électricité)

+ une batterie a la con pour le reste du système (sécurité ect)

Pour vous, est ce que ça pourrait être l'axe naturel des technologies d'armes nucléaires dans l'avenir ?

(pas de combustible fissile obligatoire, moins de retombées, principe d'étagement hautement extensible)

Link to comment
Share on other sites

Si tu veux vraiment miniaturiser l'allumette d'une bombe H, la solution Z-Pinch Machine semble plus prometteuse que le laser Terawatt.

Pour l'instant, la version miniature n'est pas encore à l'ordre du jour, tout ça occupe la taille d'un grand hangar.

Link to comment
Share on other sites

Si tu veux vraiment miniaturiser l'allumette d'une bombe H, la solution Z-Pinch Machine semble plus prometteuse que le laser Terawatt.

Pour l'instant, la version miniature n'est pas encore à l'ordre du jour, tout ça occupe la taille d'un grand hangar.

J'y ai pensé et je pense sincèrement :

On a + de chance de pouvoir condenser une infrastructure de laser a grande a puissance dans un petit volume (relativement raisonable) qu'une Z machine ... Aussi efficace soit elle en rayonnement X

De toute façon le rayonnement X on s'en sert principalement dans une arme H qui subit son ignition par un étage A : parce que sous cette architecture, c'est l'outil le + aisé possible pour occuper un petit volume, qui peut provoquer un rayonnement assez fort pour l'ignition d'un étage de fusion dit lui de puissance ...

Mais on sait par nos expériences que le rayonnement X intense d'une arme A n'a rien d'obligatoire, avec les photons denses ça marche aussi : d'ou le chantier laser terawatt du CEA, et du réacteur de simulation d'essais H qui fonctionne déja pour ce dernier

On a bien + de chance d'y parvenir avec un laser haute puissance "portatif" ou miniaturisé: ça pourrait passer par des fibres optiques notamment, des fibres capables d'encaisser un faisceau vraiment puissant, pour s'affranchir des jeux de miroirs fixes gourmands en place et volume a occuper enfin c'est une ébauche d'idée "comment on pourrait faire"

Le truc, c'est que je peut pas m'empécher de penser que nos têtes pensantes avec la réalisation du réacteur de simulation H qui a été mis en route déja depuis des années maintenant au CEA, que ça ne leur ait pas venu a l'esprit pour une architecture d'avenir ...

Mais bon, si une Z machine pourrait se miniaturiser de la même façon alors pourquoi pas et Boom !

Link to comment
Share on other sites

Je ne suis pas physicien. Donc pouvez résumer les avantages d'une telle technologie par rapport aux charges actuelles ?

Moins de radiations ? Pas besoin de plutonium ? Puissance reglable ? Ok mais quel serait le cout de ces bombes par rapport aux armes en service ? L'entretien serait plus facile ou plus contraignante ?

Aux dernieres nouvelles, les amêricains travaillent sur une nouvelle génération de charges ''basique'' plus économiques et fiable a long terme.

Link to comment
Share on other sites

Moins de radiations ? Pas besoin de plutonium ? Puissance reglable ? Ok mais quel serait le cout de ces bombes par rapport aux armes en service ? L'entretien serait plus facile ou plus contraignante ?

Moins de radiations ? Ben tout dépend "quand" ...

Au moment de l'explosion, la quantité de rayonnement en jeu, restera similaire : une charge H développe a peu près les mêmes types de rayonnement létaux qu'une arme A :

_ Un flux de neutron tous confondus effroyable

_ Des neutrons rapides en très grande quantité (mais eux sur une arme de + de 1 Kt on peu les ignorer du fait qu'ils ont des portées létales de moins d'1 Km : soit une portée létale + courte que les effets "thermique" et d'onde de choc de l'arme : ils servent presque a rien ... Sauf sur les très petites armes nucléaires (moins d'1Kt) ou ils peuvent avoir une portée létale supérieur aux autres effets de l'arme qui eux sont nettement réduit

_ Un rayonnement X qui lui porte bien + loin ect

Et surement d'autres rayonnements encore mais dont l'intéret total n'a pas grande importance

La grande différence, c'est le type de retombées et pollution contaminante sur site qui restera, sur une arme 100% fusion, avec un tampon en plomb (les tampons peuvent être aussi en U238 ou les pire en U235 : leur intéret est de filtrer une grande quantité de neutron pour ne laisser passer que le flux X vers le combustible de fusion pour l'ignition de l'étage de puissance : car les neutrons sont un polluant ou un "poison" au déroulement d'une fusion : leur priorité numéro 1 est donc de filtrer les neutrons par absortion qu'elle soit fertile ou non (plomb ou combustible fertile) pour ne pas polluer l'étage de fusion de puissance ...

Leur role numéro 2 sera dans le cas d'un tampon fertile/fissile (uranium appauvri ou U235 a divers taux) de faire doubler la puissance de l'arme au retour ou non avec les neutrons produits par la fusion de puissance amorcée (celle qui va produire le grand rendement énergétique attendu de l'arme)

Dans un tampon en U238 seulement, a l'aller la filtration aura fertilisé un grand nombre d'entre eux (l'U238 étant connu pour être très fertile) pour produire des plutonium 239 : Pu 239 qui au chemin retour des neutrons produits par la fusion de puissance fissionnerons car sous un grand flux de neutron dont l'énergie est suffisante pour avoir un bon taux de fission : en général le gain final sera de 50% (peut être + ou -)

En U235 : tout dépend déja de quel type d'U235 enrichi sera utilisé, une chose est sure il y aura toujours une bonne quantité d'U238 a fertiliser que l'U235 soit a 5-10-20-80-90% et qui absorberons les neutrons dits poisons avant l'ignition de l'étage de puissance : au retour, le flux de neutron nouvellement produit : aura une énorme quantité de matière fissile a faire fissionner en + du rendement général de l'étage de puissance ...

Pour une arme nucléaire classique : selon le type de tampon utilisé les retombées totales au final peuvent donc varier de 1 a 10 pour donner un ordre de grandeur de quantité de retombée : un tampon en U235 a 20% va par exemple être excessivement polluant : mais aura permis de doubler quasiment le rendement énergétique final par le taux de fission du tampon en + de l'énergie de la fusion

Mais si on ne met qu'un tampon en plomb : n'existe que le rendement énergétique de l'étage de fusion de puissance, et les retombées alors : se limiteront principalement, par les radionucléides produit par le flux de neutron final ...

En général, ces radionucléides (ceux a vie longues, car ce sont ceux qui nous interessent) se limiteront a une quantité donnée de césium 137 : produit principalement par le bombardement massif en neutron des divers métaux support de l'arme (et sa carlingue) en général + on parvient a limiter la quantité de fer & aciers divers en tant que support dans l'arme : + on peu parvenir a limiter la production de cesium 137

Au final, une arme nucléaire sous une architecture laser-fusion-tampon-fusion : on obtiendra une arme avec un rendement peut être divisé par 2 par rapport a si elle avait été réalisé avec un tampon fissile, mais aux retombées dont la quantité sera grandement limité :

Plus de plutonium "non fissionnés" et autres combustibles fissiles/fertiles restant dans les retombées (pas de charge A, pas de tampon fissile fertile)

La pollution maximale de l'arme s'en trouvera réduite a divers contaminant a vie courte, et une quantité donnée de césium 137 qui peut elle aussi être controlée en choisissant bien les matériaux support de l'arme

Une telle arme permettrait d'arriver, a la disposition d'une arme nucléaire ou la décontamination des lieux par divers travaux devient réalisable et raisonnable : les sites touchés alors ne se verrait plus "pourris" pour des années durant quoi qu'on fasse comme avec les armes nucléaires classiques :

10 jours d'attente + quelques travaux de nettoyage et divers terrassement des lieux les + contaminés par du césium 137 (le rare contaminant de vie longue qui sera produit dans l'arme) pour en diminuer au mieux l'impact :

Une ville pourra être raisonnablement reconstruite si par exemple, la cible était civile

Il y a aura toujours des contaminants c'est sur et certains, mais la quantité produites sera beaucoup + raisonnable pour avoir bon espoir des ré-habiliter les sites touchés

Il y a déja eu des essais dans le passé d'armes H avec des tampons en plomb pour espérer obtenir des armes nucléaires bien moins polluantes : le problème c'est la charge A dont on pouvait pas se passer, qui produisait toujours une quantité non-raisonnable de polluants a vie longue : du coup l'arme H a tampon de plomb ne servait quasi a rien sous ce type d'architecture

Si on parvient a supprimer la charge A, alors l'utilité des tampons de plombs sur la quantités finales de radio-polluants de vie longue pourra alors clairement s'exprimer et faire une très nette différence

Les puissances nucléaires qui disposeraient alors de cette technologie, pourrait s'en donner a coeur joie sur des sites stratégiques ennemie difficilement accessible pour une intervention (task force ect) ou trop protégé ect

Ou encore le bunker d'un dictateur un peu trop "efficace" contre les armes conventionnelles : se faire souffler en 1 coup, sans handicaper trop lourdement le pays touché par les retombées ...

L'emploi de l'arme nucléaire deviendrait alors politiquement "possible" pour les types de crises des théatres modernes qu'on connait aujourd'hui pour régler + vite certaines questions : a la condition évidemment que la cible en question se terre pas en ville bien entendu

Le véritable avantage il est la, on verrait apparaitre une nouvelle souplesse d'emploi de l'arme nucléaire

Link to comment
Share on other sites

Le défi n'étant que de réaliser le laser hautement miniaturisé pour faire rentrer ça dans une arme nucléaire de la taille qu'on les fait aujourd'hui ...

On n'est pas du tout obligé de faire des bombes nucléaires "propres" de la même taille que nos bombes actuelles. L'avantage d'une bombe propres et de pouvoir être utilisé plus "facilement" en causant moins de dégâts, mais dans une optique de fin du monde ou le but est de détruire l’adversaire au maximum autant utiliser des bombes polluantes. Les Russes et les Américains (les 2 principales puissances nucléaires à plusieurs milliers de têtes) disposent de bombardiers lourds donc pourraient larguer des bombes nucléaires "propres" de plusieurs dizaines de tonnes (et non d'une centaine de kilo) Même la France pourrait maintenir une Ariane V en alerte (à 24H ou plus) et capable de lancer une bombe de 30 tonnes ou utiliser un A400M voir une flotte d'Airbus adaptés.
Link to comment
Share on other sites

Faire dépasser le stade d'arme ''politique'' au armes nucléaires en les faisant rentré dans celui de simple super bombe me parait pour ma part peu souhaitable dans le contexte actuelle.

Si les pays du club nucléaire qui restent relativement fermé par rapport au nombre de ce qui ont la capacité d'y rentrer ommence a atomiser des sites comme Tora Tora ou le QG de Khadafy avec des bombes propre - qui pour l'opinion publique restera toujours des armes nucléaires -; Qui empechera les autres puissances de lancer dans la production d'armes basiques et de les utiliser a leur tour ?

Faire des recherches, oui, mais évitons de faire tomber le tabou nucléaire.

Link to comment
Share on other sites

Le jour où cette techno sera maitrisable, il y a fort à parier que d'autres "progrès" au moins aussi importants auront lieu et qu'il conviendrait de prendre en compte dans la réflection (récateurs nuke miniatures intégrés dans de plus en plus de plate-formes, dont certaines volantes)

Link to comment
Share on other sites

Mouais, sinon on sait faire avec de l'antimatière...

Je dis ça je dis rien O0

Plus sérieusement doit y avoir des milliers de scientifiques qui bossent à fond sur l'antimatière depuis des années déjà, donc d'ici quelques années on devrait arriver à en produire de manière stable et continu, du coup pas besoin de se prendre la tête à dépenser des milliards pour un projet ridicule de laser térawatt miniature de-la-mort-qui-tue  :P

Et le LM ne sert pas seulement de simulateur pour la bombe à fusion nucléaire, ça vas au delà de la bombe, c'est une des solutions envisagés pour dompter la fusion nucléaire, tout autant qu'ITER.

Link to comment
Share on other sites

http://arxiv.org/PS_cache/physics/pdf/0510/0510071v5.pdf

Armes nucléaire de 4ème génération , ne produisant aucune retombées radioactives , capable d'avoir des effets dirigés , miniaturisé et à puissance variable .

L'absence de conséquence radioactive, ou du moins cette impression, est la raison d'abandon des bombe a neutron. En effet ça rendrait leur usage trop "facile", tout l'inverse de la dissuasion nucléaire faite pour pas être utilisé.

Link to comment
Share on other sites

L'absence de conséquence radioactive, ou du moins cette impression, est la raison d'abandon des bombe a neutron. En effet ça rendrait leur usage trop "facile", tout l'inverse de la dissuasion nucléaire faite pour pas être utilisé.

On ne parle pas de dissuasion nucléaire mais d'armes pouvant être utilisés de façon sans limite sur le champ de bataille . Les armes nucléaires de 4ème génération peuvent si besoin avoir des puissances très réduites comparables à des armes conventionnel et des effets dirigés comme certaines armes conventionnels .

Avec les armes nucléaires de 4ème génération , il n'y a plus de distinction claire entre le conventionnel et le nucléaire .

La masse des explosifs dans les munition pourrait être fortement réduis pour une puissance beaucoup plus élevé et l'utilisation d'arme nucléaire pour le nettoyage de zone serait beaucoup plus efficace qu'avec des sous munition AP/AC tout en étant nettement moins polluant(pas de risque de munitions non explosés) .

Link to comment
Share on other sites

Mouais, sinon on sait faire avec de l'antimatière...

Je dis ça je dis rien O0

Plus sérieusement doit y avoir des milliers de scientifiques qui bossent à fond sur l'antimatière depuis des années déjà, donc d'ici quelques années on devrait arriver à en produire de manière stable et continu, du coup pas besoin de se prendre la tête à dépenser des milliards pour un projet ridicule de laser térawatt miniature de-la-mort-qui-tue  :P

Et le LM ne sert pas seulement de simulateur pour la bombe à fusion nucléaire, ça vas au delà de la bombe, c'est une des solutions envisagés pour dompter la fusion nucléaire, tout autant qu'ITER.

L'anti matière ?

Au vu des quantités gigantesques d'énergies qu'il a fallu pour produire récemment 9 anti-hydrogène complet au CERN fin 2010 début 2011 (on parle pas du LHC) 1 ère fois au monde, qu'on a réuni des anti-atomes complets (anti-proton avec un positron en orbite remplaçant l'électron)

Bref 1 ère fois qu'on a réussi a créer de l'anti-matière, moins de 1h + tard : ils avaient disparu anihilé ou autre

La vérité c'est que l'anti-matière : d'ici qu'on dispose de technologies pour en accumuler au kg et qu'on dispose des moyens de la conserver en sécurité jusqu'a une ignition dans une arme pour une explosion controlée ...

Il va très certainement se passer près de 300-400 ans de civilisation minimum, car pour maitriser un tel process l'humanité aura lourdement besoin de passer a une civilisation de niveau I / II : soit la maitrise énergétique total de l'énergie de notre étoile, pour pouvoir allouer les quantités d'énergie raisonnable au process

Les armes a anti-matière sont des concepts assez anticipateur c'est très clair , mais un peu trop (dans l'état actuel de nos connaissances, on peu plutot parler de SF que d'anticipation, ceci dit : les chances pour qu'on passe du stade a l'anticipation sont réelles) science fiction pour l'instant

D'ici les 50-100 ans qui vont arriver, il ne peut être question d'une détention d'armes a anti-matière par l'humanité, il faudrait faire un bond de maitrise énergétique civilisationnel considérable avant !

A l'inverse, les technologies terrawatt aujourd'hui : les espoirs de la miniaturiser et de condenser le process dans un volume raisonnable a embarquer sur des vecteurs, lanceurs ou "porteurs" sont bien + élevés et proches de nous et nos connaissances que la maitrise pur et simple de l'anti-matière

Notamment parce qu'un laser terrawatt, n'a besoin que d'une source d'énergie qui elle sera limité aux alentour des 10 Kwatt électrique environ, puissance & quantité d'énergie électrique, qu'on peu aussi avoir bon espoir de pouvoir réussir a la condenser dans des volumes raisonnables : surtout que le besoin étant qu'il suffit simplement d'une impulsion de moins d'une seconde :

Technologiquement, on peu largement attendre ce type de capacité avec les condensateurs de nouvelles générations + a la limite des batteries a haute capacité de décharge rapide pour entretenir le flux électrique sur au moins 1 bonne seconde : la on est pas dans l'anciticipation ni dans la SF mais plutot dans le verrou technologique qui peu sauter si on lui alloue un budget pour développer !

Le besoin n'est qu'une impulsion laser terrawatt, voir du 1/2 terrawatt sur quelques millièmes de seconde pour l'ignition d'une micro-capsule de carburant de fusion :

Le reste du process, ne serait que de l'étagement classique fusion --> fusion pour l'ignition d'une charge H de très grande puissance en cascade : comme les russes l'avaient par exemple réalisé dans la tsar bomba avec 2 étage de fusion en cascade, bien que la, l'ignition dépendait d'une charge A classique (enfin "classique" une charge A dopée)

Voir mieux encore, au vu des connaissances et capacités obtenues dans les essais en réacteur comme au CEA, mais aussi aux USA (y a pas que nous au monde, qui travaillons la dessus et qui développons nos étages H aujourd'hui sur ces réacteurs) il est fort probable pour qu'on ait même a parler de laser terawatt pour l'ignition du process ...

Mais de laser 10 a 50x moins puissant, parce que la 1 ère charge H d'ignition, pourrait très bien être miniaturisée a l'échelle du micron, dans une nano-capsule d'or : qui déclencherait en cascade l'ignition d'une capsule d'or d'1 cm comme celles des essais en réacteurs, et cette dernière elle, apporterait le flash X nécessaire pour l'ignition d'une charge H d'une dizaine ou centaine de gramme de combustible de fusion : soit celle de puissance ...

Le principe des fusions en cascades dans une arme nucléaire, est théoriquement quasi infini, mais en pratique très certainement limité a 3-4 ignition de charges toujours + grosses capable d'amorcer la suivante : a cause du décallage en millionième de seconde, peut être seulement 3 en cascades : 2 c'est une certitude

Le seul défi dans cette histoire, c'est de pouvoir se passer des complexes et encombrant jeux de mirroirs des laser haute puissance, et d'apporter des condensateurs embarqués capable d'assurer 10 000 watt pendant 1 millième de seconde, mais par principe de sécurité : 1 seconde environ : si les impulsions ont besoin d'un délai léger pour avoir le faisceau terawatt ou quasi terawatt attendu

Aujourd'hui un laser terawatt classique de laboratoire, ça tient étalé sur une table de salon sans problème (c'est très étalé parce qu'en général les scientifiques ont besoin de pouvoir les bidouiller pour intervenir sur son comportement : pour ça qu'ils sont toujours ouverts/étalés)

Je pense qu'il y a quand même une sacré différence entre les 2 technologies quand a leur portée directe pour la civilisation humaine ...

Le principe dont je parle, pourrait être une réalité dans même pas 20 ans, surtout avec la course actuelle dans les labos de physique/chimie sur les accumulateurs

Comme le CNRS de grenoble qui travaille beaucoup sur batterie/condensateurs next gen a hautes capacités et répond même a des besoins d'entreprises a ce niveau en développant pour eux en développant des accumulateurs d'électricité qui n'existent pas sur le marché aujourd'hui, hautement condensé et capable de fonctionner dans le stress du grand froid par exemple : ce qui complique passablement les choses avec les comportements des électrolites selon t°

Qui est aussi une assurance relative sur le fait que c'est réellement a notre portée !

 

Link to comment
Share on other sites

Mouais, mouais, mouais...

Un petit manque de culture scientifique tout de même.

L’antimatière on sait en fabriquer en quantité suffisante pour nos recherches, certes pas industriel et très stable mais je le précise dans mon message.

Pour ce qui est de l'échelle de développement que tu donnes c'est tout simplement aberrant. La moitié du monde scientifique moléculaire bosse de prés ou de loin sur l’antimatière donc on ne devrait plus tarder à voir débarquer l’antimatière dans des objets de "la vie de tous les jours", de plus on a réglé le problème du stockage depuis un certain temps, alors parler de "300-400 ans de civilisation minimum" c'est simplement effarant.

L’antimatière est largement moins cher et plus plausible qu'un mega laser miniature pour avoir une réaction de fusion stable et continu pour déclencher une tête de bombe H (bizarrement on parle plus d’antimatière que de laser pour nos ogives).

De plus je ne veux pas dire mais aujourd'hui pour obtenir une telle réaction (stable) avec un laser il n'y a que le LMJ et le NIF qui en seront capable dans un future proche.

Le confinement inertiel permet une réaction de fusion (on fait depuis longtemps), seulement si l'on édifie des monstres technologiques tels que les 2 complexes suscités ce n'est pas par pure mégalomanie, c'est justement que l'on maitrise pas si facilement la fusion  ;)

Link to comment
Share on other sites

alpacks

les armes nucléaires avec de l'antimatière ont déjâ été etudié en détail par les USA/URSS et on sera bientôt apte à faire des laser gamma à base d'antimatière comme le dit ce lien http://www.lefigaro.fr/sciences/20071006.FIG000000715_premiers_pas_vers_un_laser_a_rayons_gamma.html

Comme le dit l'article les laser gamma à base d'antimatière peuvent servir d'armorse à une bombe H . Et on pourra bientôt produire de l'antimatière en grande quantité grâce au laser haute puissance dont tu parle beaucoup plus efficace que les accélérateur de particule d'autant que si ces dernier était optimisée comme usine à antimatière et non instrument d'étude physique il pourrait produire beaucoup plus d'antimatière  .

Les armes à antimatière c'est dans 20-30 maxi d'autant que le dévellopement technologique est exponentielle et non linéaire .

Link to comment
Share on other sites

Mouais, mouais, mouais...

Un petit manque de culture scientifique tout de même.

L’antimatière on sait en fabriquer en quantité suffisante pour nos recherches, certes pas industriel et très stable mais je le précise dans mon message.

Pour ce qui est de l'échelle de développement que tu donnes c'est tout simplement aberrant. La moitié du monde scientifique moléculaire bosse de prés ou de loin sur l’antimatière donc on ne devrait plus tarder à voir débarquer l’antimatière dans des objets de "la vie de tous les jours", de plus on a réglé le problème du stockage depuis un certain temps, alors parler de "300-400 ans de civilisation minimum" c'est simplement effarant.

L’antimatière est largement moins cher et plus plausible qu'un mega laser miniature pour avoir une réaction de fusion stable et continu pour déclencher une tête de bombe H (bizarrement on parle plus d’antimatière que de laser pour nos ogives).

De plus je ne veux pas dire mais aujourd'hui pour obtenir une telle réaction (stable) avec un laser il n'y a que le LMJ et le NIF qui en seront capable dans un future proche.

Le confinement inertiel permet une réaction de fusion (on fait depuis longtemps), seulement si l'on édifie des monstres technologiques tels que les 2 complexes suscités ce n'est pas par pure mégalomanie, c'est justement que l'on maitrise pas si facilement la fusion  ;)

Alors avant de venir avec des gros sabots et ton air supérieur :

Ca manque de culture scientifique tout ça, je pense que tu devrais retourner fissa te renseigner sur les réacteurs a fusion inertielle ... Parce que s'aventurer a parler de "stabilité" c'est assez gros quand même ...

Mais déja qui parles du LMJ ? J'ai parlé du LMJ moi ? Dis : t'es quand même au courant qu'en france, au CEA on a déja un réacteur a fusion inertiel qui fonctionne depuis presque 10 ans ... Et que c'est avec ce réacteur d'ailleurs, qu'on a développé les nouveaux étages H 100Kt & 100-300 Kt prévus pour la mise en service de la TNO en 2012, et de la TNA en 2015

Ces réacteurs fonctionnent très bien, et ton histoire de stabilité : tu m'expliques d'ou ça sort ? Alors qu'on en a pas besoin c'est pour une arme H !

Autre chose encore, les réacteurs de fusion a confin.inertiel existent déja depuis un moment, et il y en a déja 2 aux USA, sensiblement similaire a celui français au CEA qui sert au développement de nos dernières armes

tester des échantillons d'étage H pour s'assurer que ces étages H fonctionneront correctement dans l'environnement X spécifique des étages A de la TN75 : car les TNO-TNA reprendront les mêmes étages A : le réacteur a été conçu pour reproduire a l'exact et a l'échelle l'environnement ionisant X au moment de l'ignition des TN75, pour cela en 95-96 lors des derniers essais nucléaire a mururoa on a bardé de capteur une TN75 (plusieurs milliers) pour pouvoir modéliser avec précision l'environnement X qui se passe dans la TN75 durant les millionièmes de secondes de son ignition, repasser tout cela au calculateur ...

Pour au final, réaliser le réacteur en service au CEA qui reproduit l'environnement précis mais reporté a l'échelle des échantillons ...

Ton histoire de "stabilité" : on parlerait de l'ITER je dirais pas ... Mais la on parle d'un réacteur militaire, qui est la pour simuler la détonation d'un étage H ! Il est ou le problème de stabilité ?

Tu confonds surement encore, avec le LMJ (mais que vient il faire la ce LMJ ? Je me le demande) sur les question d'études de production d'énergie ... Et encore, je me demande bien comment pourrait bien y avoir un problème de stabilité, puisque ce sont des expériences détonantes elles aussi quoi qu'il arrive : sauf que ce sont que de très petits échantillons de combustibles de fusion ... Leur explosions en réacteur n'est pas + grave que l'explosion d'une cartouche de chasse !

T'es venu faire quoi avec tes sabots en venant rabaisser "manque de culture scientifique" : ben moi jte dis que t'as surtout étalé le tiens de manque en réalité : maitrise un minimum le sujet avant ... Je ne prétend pas le maitriser, mais ta sortie est d'une bassesse infame et surtout bien abrutie parce qu'il n'est absolument pas question de ce que tu évoques

Moi je parle d'un réacteur qui est facile déja 10x + petit que LMJ, qui nécessite d'ailleurs surement un laser bien moins puissant ... Et pour le reste, sur le sujet de base : je proposais un multi-étagement, qui pourrait même bien diminuer encore la puissance nominale du laser a disposer pour que ça fonctionne, puisque des étages H ça peut partir en ignition de cascade quasi a l'infini : tant que le précédant produit un flash X assez puissant pour le suivant : ça marche !

Ah oui, et pour la sortie : la moitié du monde scientifique qui bosserait sur l'anti-matière ...

Pour le reste, votre délire avec des laser au positronium ... C'est bien beau, mais la réalité est qu'on s'apperçoit vite fait qu'il y a aucune chance pour que le process soit industrialisable pour parvenir aux faisceaux de puissance adéquat (tuer un homme, démarrer une fusion)

Ne serait que la manipulation : dans le principe, ça a marché parce qu'il a une quantité de positron raisonnables pour que si il y a des annihilations : elles ne rendront pas le processus dangereux : 1 - 10 millions de positrons, c'est peu d'énergie relachées remis a notre échelle et celle d'un banc de laboratoire si une fausse manip arrivait ect

Maintenant voila, je vous laisses imaginer ce qui se passe, si on augmente la concentration en positron pour parvenir a piéger assez de positronium ne serait que pour un tout petit faisceau qui n'aurait a peine une application pratique possible : Il faudrait alors reproduire ce type d'expérience dans un process avec des milliards de milliards de positron qu'on fait foncer sur une plaque de silicium :

Le résultat va être beau ...

La réalité, c'est que pour aller a une échelle pratique, si on déclenche des colisions avec la plaque de silicium sur des milliards et milliards de positrons : ben la ... Y aura des morts dans le labo

Cette expérience a marché parce qu'avec des quantités raisonnables, oui c'est possible d'aller les piéger dans des vides cristallins : mais 10 millions de positrons ce n'est rien, strictement rien : s'ils collisionnent l'annihilation dégagera une énergie mais qui n'aura pas de danger a notre échelle

  Au final, en réalité : ça restera une anecdote de laboratoire ... Si jamais on met en place un process de fabrication il aura bien peu de chance d'y parvenir a un rythme supérieur sans qu'il y est de grave souci de sécurité

 

Moralité, faudra revenir sur terre, le laser gamma du trooper starwars non c'est pas pour dans 10 ans

   

Link to comment
Share on other sites

Euh, j'ai entendue parler de création de micro trou noir, ce ne serais pas mieux que des têtes nucléaire, ça ne laisse aucun déchet......

  =D  Oui pourquoi pas lol

Bon ça fait un peu troll ...

Pi t'as vu l'infrastructure pour y arriver ? Dis oh ... Un tunnel de 27 km de circonférence ^^ , bien qu'en réalité je sois pas sur que ça soit impératif (la taille du tunnel, qui n'est qu'un recyclage du LEP) pour la puissance des faisceaux de collisions enfin, surement un minimum quand même parce que l'infrastructure est lourde enfin je suis pas physicien, ni ingénieur pour joujous de physiciens mais il y a surement de bonnes raisons a cette taille d'infrastructure colossale pour les 14 Tev de collision nécessaire entre les noyaux de plomb pour générer les micro-trou noirs théoriquement prévu

Et confirmés qu'ils peuvent bel et bien apparaitre, par contre je ne sais pas si ils ont été a ce jour bel et bien confirmé par observation ? (Si ils peuvent être détectés)

Hélas pour le reste, le trou noir, aussi petit qu'il soit, n'est pas crédible en tant qu'armement :

Soit il est beaucoup trop petit pour vivre assez longtemps pour avoir fait les dégats espérés : et c'est d'ailleurs la raison pourquoi les physiciens ne se sont jamais affolés de savoir qu'hypothétiquement ils pouvaient apparaitre dans les expériences au LHC lorsqu'il fonctionnerait a 7 Tev par faisceau soit 14 Tev : parce que ces ultra minis trou noirs éventuels : s'évaporeront en rayonnement de Hawking avant d'avoir eu le temps d'attraper d'autres particules, s'en nourrir pour grossir, puis ne plus s'arrêter de croitre dès qu'ils seraient assez gros pour commencer a aspirer la matière atomique

(en fait ils sont tellement petit, qu'un atome est gigantesque a coté, et immensément "loin" pour son champ d'attraction pas bien plus gros que lui ... Il lui faudrait alors pouvoir croitre avec les autres particules qui lui passent a coté lors de l'expérience pour commencer a grossir, puis devenir rapidement autonome avec la matière atomique de l'air ... Enfin c'est a peu près ça)

Dans tout les cas, il meurt + vite d'évaporation en rayonnement, qu'il n'a le temps d'avaler comme matière pour ne plus s'arrêter de croitre et avoir une vie longue devant lui

Si ce serait un trou noir, alors crédible pour dissuader un pays, puisqu'on parle de ça a la base : le truc, c'est que ça nous tuerait nous aussi, il avalerait la terre entière en quelques secondes, et surement le système solaire entier avec lui en ayant accès a la masse terrestre ...

 

Y aurait qu'a la limite en tant qu'arme "science fiction" pour dissuader un gros navire spatial d'entrer dans une zone avant de pénétrer dans le système solaire, avec la menace de lui balancer ça dessus, l'engin et son équipage : y finiraient aspirer en moins de temps que de dire ouf ... Bref on en est loin, et je pense surtout que c'est surtout un type d'arme qui n'existera jamais : elle n'a aucun intérêt a part le suicide d'une civilisation si par malheur quelqu'un réussissait a en faire un, assez gros pour qu'il vive quelques secondes sans s'évaporer de suite (un millième de seconde de survie lui suffirait surement) juste assez de temps pour engloutir de l'air de sorte que sa survie est garantie : mais ça veut dire aussi perte total de son controle : et la fin de la planète

Link to comment
Share on other sites

Alors avant de venir avec des gros sabots et ton air supérieur :

Ca manque de culture scientifique tout ça, je pense que tu devrais retourner fissa te renseigner sur les réacteurs a fusion inertielle ... Parce que s'aventurer a parler de "stabilité" c'est assez gros quand même ...

Mais déja qui parles du LMJ ? J'ai parlé du LMJ moi ? Dis : t'es quand même au courant qu'en france, au CEA on a déja un réacteur a fusion inertiel qui fonctionne depuis presque 10 ans ... Et que c'est avec ce réacteur d'ailleurs, qu'on a développé les nouveaux étages H 100Kt & 100-300 Kt prévus pour la mise en service de la TNO en 2012, et de la TNA en 2015

Ces réacteurs fonctionnent très bien, et ton histoire de stabilité : tu m'expliques d'ou ça sort ? Alors qu'on en a pas besoin c'est pour une arme H !

Autre chose encore, les réacteurs de fusion a confin.inertiel existent déja depuis un moment, et il y en a déja 2 aux USA, sensiblement similaire a celui français au CEA qui sert au développement de nos dernières armes

Navré si je t'ai paru dédaigneux néanmoins appelons un chat un chat.

T'es propos approximatifs et minces écorchent mon bon sens et mes connaissances scientifiques, du coup je me suis permis de réagir.

La stabilité de la fusion pour toi ce n'est pas important ?

J’espère que tu sais tout de même que si l'on utilise pas ton systéme pour déclencher des bombes H c'est que l'on ne maitrise pas la réaction de fusion de manière stable.

Il est aisé de comprendre que l'on ne peut utiliser un systéme qui risque de ne pas produire l’énergie attendu au moment voulu dans des engins qui doivent marcher dans 100% des situations avec des marges d'erreurs très faibles.

Imagine si la réaction est plus forte que prévu, une simple ogive de 100kt finit en une méga bombe de 20Mt, impensable dans un domaine ou tout doit être réglé au millimètre près.

Sinon je ne vois vraiment pas ou tu as vu que l'on savait stabiliser la fusion  :O

Si on savait faire ça fait un bail que l'on aurait des réacteurs à fusion qui fonctions et pas des prototypes qui tiennent 10 secondes en conditions réel.

je rappel que le record du monde de durée pour un réacteur à fusion, que ce soit du confinement inertiel ou magnétique, est détenu par Tore Supra qui a tenu 6min 30sec environ, donc vive la méga stabilité du systéme (il est vrai que les limites physiques des tokamaks sont vite atteintes aussi).

Pour les projets de fusion par confinement inertielle dans le monde il y a le LMJ et le NIF, d'égale ampleur, qui sont actuellement les plus gros et plus avancés et non ils ne servent pas seulement à fabriquer nos futures armes nucléaires mais aussi tester le confinement inertiel justement.

tester des échantillons d'étage H pour s'assurer que ces étages H fonctionneront correctement dans l'environnement X spécifique des étages A de la TN75 : car les TNO-TNA reprendront les mêmes étages A : le réacteur a été conçu pour reproduire a l'exact et a l'échelle l'environnement ionisant X au moment de l'ignition des TN75, pour cela en 95-96 lors des derniers essais nucléaire a mururoa on a bardé de capteur une TN75 (plusieurs milliers) pour pouvoir modéliser avec précision l'environnement X qui se passe dans la TN75 durant les millionièmes de secondes de son ignition, repasser tout cela au calculateur ...

Pour au final, réaliser le réacteur en service au CEA qui reproduit l'environnement précis mais reporté a l'échelle des échantillons ...

Ton histoire de "stabilité" : on parlerait de l'ITER je dirais pas ... Mais la on parle d'un réacteur militaire, qui est la pour simuler la détonation d'un étage H ! Il est ou le problème de stabilité ?

Tu confonds surement encore, avec le LMJ (mais que vient il faire la ce LMJ ? Je me le demande) sur les question d'études de production d'énergie ... Et encore, je me demande bien comment pourrait bien y avoir un problème de stabilité, puisque ce sont des expériences détonantes elles aussi quoi qu'il arrive : sauf que ce sont que de très petits échantillons de combustibles de fusion ... Leur explosions en réacteur n'est pas + grave que l'explosion d'une cartouche de chasse !

C'est ce que je dis juste au dessus le LMJ n'est pas seulement un simulateur militaire de charge nucléaire.

Le LMJ et ITER sont les 2 vois possibles pour contrôler la fusion.

Et justement les scientifiques espèrent bien pouvoir entretenir une réaction et pas seulement faire des "expériences détonantes".

Ces projets sont tellement importants que le LMJ et son équivalent US n'ont souffert d'aucune coupes budgétaires et malgré leur sensibilité il y a des échanges très important entre la France et les États-Unis qui se communiquent des informations, même sensibles, lorsque l'un des 2 projets rencontre un problème afin que l'autre ne souffre pas des mêmes défauts et réciproquement, cette coopération malgré l'ultra sensibilité du domaine prouve bien que le LMJ et NIF sont vraiment très importants et même au delà du simple intérêt "militaire".

T'es venu faire quoi avec tes sabots en venant rabaisser "manque de culture scientifique" : ben moi jte dis que t'as surtout étalé le tiens de manque en réalité : maitrise un minimum le sujet avant ... Je ne prétend pas le maitriser, mais ta sortie est d'une bassesse infame et surtout bien abrutie parce qu'il n'est absolument pas question de ce que tu évoques

Moi je parle d'un réacteur qui est facile déja 10x + petit que LMJ, qui nécessite d'ailleurs surement un laser bien moins puissant ... Et pour le reste, sur le sujet de base : je proposais un multi-étagement, qui pourrait même bien diminuer encore la puissance nominale du laser a disposer pour que ça fonctionne, puisque des étages H ça peut partir en ignition de cascade quasi a l'infini : tant que le précédant produit un flash X assez puissant pour le suivant : ça marche !

Ah oui, et pour la sortie : la moitié du monde scientifique qui bosserait sur l'anti-matière ...

Et moi je le répète c'est de la branlette tout ça.

Pour les bombes H sans étage A, on planche dessus depuis très longtemps, seulement si une ogive contient une bombe A qui pèse entre 5 et 7 kilos c'est pas pour rien.

Miniaturiser un laser qui puisse produire la même énergie et tenir dans le même espace, c'est simplement saugrenue, dangereux, instable, etc.

Une ogives qui fond sur sa cible ça vas vite très vite, puis ça chauffe, or un laser c'est fragile, du coup pour déclencher nos ogives sans charge A, on travail sur d'autre systéme et notamment l’antimatière qui est très prometteur.

Pour le monde scientifique j'ai bien préciser "monde scientifique moléculaire"  ;)

Pour le reste, votre délire avec des laser au positronium ... C'est bien beau, mais la réalité est qu'on s'apperçoit vite fait qu'il y a aucune chance pour que le process soit industrialisable pour parvenir aux faisceaux de puissance adéquat (tuer un homme, démarrer une fusion)

Ne serait que la manipulation : dans le principe, ça a marché parce qu'il a une quantité de positron raisonnables pour que si il y a des annihilations : elles ne rendront pas le processus dangereux : 1 - 10 millions de positrons, c'est peu d'énergie relachées remis a notre échelle et celle d'un banc de laboratoire si une fausse manip arrivait ect

Maintenant voila, je vous laisses imaginer ce qui se passe, si on augmente la concentration en positron pour parvenir a piéger assez de positronium ne serait que pour un tout petit faisceau qui n'aurait a peine une application pratique possible : Il faudrait alors reproduire ce type d'expérience dans un process avec des milliards de milliards de positron qu'on fait foncer sur une plaque de silicium :

Le résultat va être beau ...

La réalité, c'est que pour aller a une échelle pratique, si on déclenche des colisions avec la plaque de silicium sur des milliards et milliards de positrons : ben la ... Y aura des morts dans le labo

Cette expérience a marché parce qu'avec des quantités raisonnables, oui c'est possible d'aller les piéger dans des vides cristallins : mais 10 millions de positrons ce n'est rien, strictement rien : s'ils collisionnent l'annihilation dégagera une énergie mais qui n'aura pas de danger a notre échelle

  Au final, en réalité : ça restera une anecdote de laboratoire ... Si jamais on met en place un process de fabrication il aura bien peu de chance d'y parvenir a un rythme supérieur sans qu'il y est de grave souci de sécurité

 

Moralité, faudra revenir sur terre, le laser gamma du trooper starwars non c'est pas pour dans 10 ans

Pour le reste de "mon délire" je n'est parlé que d’antimatière et non de laser au positronium donc...

Link to comment
Share on other sites

Au fait, niveau simulations et r&d dans ce domaine sensible, les Russes sont ils encore dans la course ou tout leurs physiciens sont encore partit dans de plus vert paturages financiers ?

j'écris cela car si théorisé un bombe A est maintemant a la portée d'un bon million de physiciens, faire des bombes H ne serait a la porter que de quelques milliers de personnes.

Link to comment
Share on other sites

Oui puis pour être sur que cela marche il faut en plus absolument faire des essaies, sinon la bombe peut-être un simple pétard mouillé.

Autant dire que personne ne peut concevoir une bombe H sans que le reste du monde soit au courant de nos jours  O0

Link to comment
Share on other sites

On ne parle pas de dissuasion nucléaire mais d'armes pouvant être utilisés de façon sans limite sur le champ de bataille . Les armes nucléaires de 4ème génération peuvent si besoin avoir des puissances très réduites comparables à des armes conventionnel et des effets dirigés comme certaines armes conventionnels .

Avec les armes nucléaires de 4ème génération , il n'y a plus de distinction claire entre le conventionnel et le nucléaire .

La masse des explosifs dans les munition pourrait être fortement réduis pour une puissance beaucoup plus élevé et l'utilisation d'arme nucléaire pour le nettoyage de zone serait beaucoup plus efficace qu'avec des sous munition AP/AC tout en étant nettement moins polluant(pas de risque de munitions non explosés).

C'est bien le probleme ... et c'est ce qui explique les traité sur les armes de destruction massive donc nuke.

Les soviet avait comme projet de s'ouvrir la voie a travers l'europe a coup de bombe atomique, comme engin de "terrassement". Les US envisager de neutraliser les défense littorale japonaise de la meme maniere.

Conventionnaliser - dans le sens d'en banaliser leur usage - des armes potentiellement si puissante, c'est trop déstabilisant pour l'équilibre des forces, c'est pour ca que "personne" n'en veut ;)

En gros n'importe quel pays dirigé par n'importe quel abruti pourra développer sans avoir a faire des essai nucléaire super voyant, des armes d'une puissance de 1kt ou plus ... c'est suffisant pour faire de groooooooooooooooooos dégât surtout utilisé en quantité.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...