Recommended Posts

En fermant la frontière ils ont coupé un robinet vital pour l'EI, de l'autre côté le robinet qui alimente JAN et les mouvements AQ "compliant" lui est grand ouvert, alors on se demande si il ne s'agit pas juste de déshabiller Paul pour rhabiller Jacques.

Ils se sont rendus compte qu'a laisser le terrain à EI ils risquaient de perdre tout contrôle de la situation, intervenir leur permet de "choisir" les vainqueurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ils se sont rendus compte qu'a laisser le terrain à EI ils risquaient de perdre tout contrôle de la situation, intervenir leur permet de "choisir" les vainqueurs.

 

 

Enfin choisir les vainqueurs, sacré dilemme pour les turcs : 

 

- L'opposition modérée ne vaut rien, ils ne gagneront jamais ce conflit. 

- L'EI est une créature incontrolable dont les turcs commencent à voir le danger.

- Les turcs sont viscéralement opposés aux milices kurdes qui pourraient préfigurer un kurdistan indépendant, plus grande crainte de la Turquie. 

- Les trucs sont viscéralement opposés au régime de Bachar en raison de son soutien au PKK et aux incidents frontaliers. Plus encore avec les islamistes conservateurs sunnites au pouvoir en Turquie qui sont opposés au régime laïc alaouite de Bachar. 

 

Je ne sais pas quel vainqueur les turcs vont choisir mais ca ressemble à une situation assez inextricable pour eux. Plus que choisir un vainqueur les turs auraient davantage intérêt à faire durer cette situation conflictuelle sans qu'aucun belligérant ne prenne le dessus. Cela met hors d'état la Syrie en tant que pays et Etat, l'EI est contenu par les kurdes, l'armée syrienne et les occidentaux d'une part et les moyens qui lui sont accordés par les pays sunnites lui permettent d'entretenir le conflit sans prendre le dessus d'autre part, et enfin les kurdes sont occupés directement par l'EI et ne peuvent pas trop lorgner sur les régions turques majoritairement kurdes. 

 

Je pense que c'est le dessein d'Ankara depuis le début. Ils viennent d'avoir un léger accroc à cette stratégie mais je ne vois aucune autre option stratégique ouverte pour eux donc ca m'étonnerait qu'ils fassent plus que quelques gesticulations symboliques : type une frappe aérienne de représailles, ouvrir une base ou deux aux occidentaux limitées à des activités de soutien etc. 

Modifié par EOA
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cet attentat est une bénédiction pour Ankara: ils vont pouvoir agir après avoir laissé la région plongé dans le chaos.

 

 

Un petit attentat et c'est carte blanche pour envahir une partie de la Syrie, abattre Assad et écraser les Kurdes.

Le retour de l'empire Ottoman avec des régions "sécurisés" qui seront sous perfusion durant minimum une décénnie, passer pour le champion du sunnisme face à l'ogre Perse.

 

La Turquie a tout à y gagner.

Sauf....

Si cela devient un Liban 80 /Viet Nam 60 /Astan  80/2000.

  • Upvote (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Turkish airstrikes target ISIL in Syria

 

ANKARA

July/24/2015

 

Turkey carried out airstrikes against three Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) targets in Syria for 13 minutes early July 24.

 

Three Turkish F-16 fighter jets took off from the 8th Main Jet Base in the southeastern province of Diyarbakır at 3:12 a.m. and hit two ISIL headquarters and one rallying point inside Syria with guided missiles from 3:40 a.m. to 3:53 a.m., Turkish Prime Minister's Office said in a statement.

 

The operation was named after Yalçın Nane, a non-commissioned military officer who was killed during Turkish army's first gunfight with ISIL on the border in the province of Kilis on July 23.

 

Ankara informed its allies before the military operation on early July 24 that hit ISIL targets, a Turkish official told the Hürriyet Daily News.

 

ISIL targets were located near the Havar village of Syria, which is across Turkey's Kilis on the border, according to Doğan News Agency.

 

Private broadcaster CNNTürk reported that the Turkish jets launched their missiles from Turkey, without entering the Syrian airspace.

 

The decision was taken at a special security meeting in Ankara late July 23, hours after the clash on the border.

 

"The state of the Republic of Turkey is decisive in taking any precaution to safeguard its national security," the official statement confirming the airstrikes said on July 24, adding that the Turkish F-16s returned to their bases at 4:24 a.m.

 

Suicide bombing triggers more violence

 

The Turkish Armed Forces (TSK) had announced that five armed terrorists opened fire at a military outpost on Syrian border on July 23 and killed one non-commissioner officer, while wounding two troops. As a result of Turkish retaliation, one ISIL militant was killed and three ISIL vehicles were hit.

 

Hours before the July 23 border clash which involved four Turkish tanks, Turkey agreed to open its İncirlik military base to aircraft of the anti-ISIL coalition.

 

The new joint action consensus between Turkey and the United States also covers a partial no-fly zone over the Turkey-Syria border.

 

The 90-kilometer line between Syria’s Mare and Cerablus will be 40 to 50 kilometers deep, sources told daily Hürriyet, while elaborating on the security steps outlined by Deputy Prime Minister Bülent Arınç, following a cabinet meeting on July 22.

 

Turkey also recently decided to beef up security on its borders with Syria by flying surveillance balloons and building a two-fenced border system with a new moat.

 

On July 20, 32 people were killed by a suicide bombing in a Turkish town on the Syrian border that the government blamed on ISIL.

 

This sparked an upsurge in violence in Turkey’s Kurdish-dominated southeast, where many accuse the Turkish authorities of collaborating with ISIL, accusations Ankara denies.

 

Turkish police on July 24 launched raids to arrest suspected members of ISIL and other militant groups, including the outlawed Kurdistan Workers' Party (PKK), in an apparent bid to stamp down on all sources of violence, the state-run Anadolu Agency said.

 

 

Hurriyet Daily News

 

Partial no-fly zone included in US-Turkey consensus: Turkish sources

 

Uğur Ergan - ANKARA

July/24/2015

 

A recent joint action consensus between Turkey and the United States, which includes the use of the İncirlik Airbase in southern Turkey in fight against the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) jihadists, also covers a partial no-fly zone over the Turkey-Syria border, according to Turkish sources.

 

The 90-kilometer line between Syria’s Mare and Cerablus will be 40 to 50 kilometers deep, sources told daily Hürriyet, while elaborating on the consensus outlined by Deputy Prime Minister Bülent Arınç, following a cabinet meeting on July 22.

 

However, sources avoided saying whether such a zone would be broadened in the future.

 

This security line will prevent radical groups such as the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) or the al-Qaeda-affiliated al-Nusra Front from gaining the mentioned land.

 

U.S.-led coalition jets will provide security over the land “when needed,” carrying out “attacking or exploration” flights, sources said.

 

Jets belonging to Turkey, which is not a member of the coalition but lends support to the anti-ISIL fight, will also be allowed to take similar flights “when needed,” the sources added.

 

The coalition jets will be allowed to use the İncirlik NATO base and Turkish air field, they said.

 

In addition, an artillery backing by the Turkish military has also been considered. The consensus also covered permissions for jets from other countries which may possibly join the coalition in the future.

 

The use of the airfield will be coordinated with the Turkish army, sources said.

 

Following a final declaration of the agreement on the no-fly zone, the jets of the Bashar al-Assad regime in Syria will not be permitted within the zone, and those which violate this will be targeted.

 

The agreement did not directly target the Syrian-Kurdish Democratic Union Party (PYD), but a counter move will be possible if the PYD and its armed force, the People’s Protection Units (YPG), threaten the Turkish border, namely bidding to change the demographic structure, according to sources. However, they said the U.S. would not take a direct stance against the PYD, which is now fighting against ISIL.

 

The coalition jets will also be able to use bases in the southeastern provinces of Batman, Diyarbakır and Malatya in cases of emergency.

 

 

Hurriyet Daily News

 

 

8857361cjigjrtit7.jpg

 

1120552cjritri45.jpg

 

 

...

Modifié par Gravity

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cet attentat est une bénédiction pour Ankara: ils vont pouvoir agir après avoir laissé la région plongé dans le chaos.

 

 

Un petit attentat et c'est carte blanche pour envahir une partie de la Syrie, abattre Assad et écraser les Kurdes.

Le retour de l'empire Ottoman avec des régions "sécurisés" qui seront sous perfusion durant minimum une décénnie, passer pour le champion du sunnisme face à l'ogre Perse.

 

La Turquie a tout à y gagner.

Sauf....

Si cela devient un Liban 80 /Viet Nam 60 /Astan  80/2000.

En effet, j'ai surtout l'impression que la Turquie est forcée d'intervenir contre son gré, et qu'elle va devoir intervenir de manière directe et massive. Ankara ne pourra pas se permettre d'intervenir ponctuellement, surtout sur sa frontière sud. Malheureusement pour elle, elle fait figure d'adversaire pour la quasi-totalité des factions engagées dans la guerre civile. Même les islamistes "modérés" du Front islamique et cie pourraient se retourner contre leur bienfaiteur à terme. 

Après, j'ai du mal à imaginer comment les Turcs arriveraient à justifier la légitime défense dans ce cas pour intervenir directement en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad. Contre des groupes terroristes armés qui la visent directement (et encore le droit international est très strict sur ce point), mais contre le régime en lui-même. Ceci dit, ils sont déjà intervenus en violation complète du droit international à Chypre, donc bon.

 

Pour moi, c'est une fausse bonne nouvelle : la Turquie ne risque pas de couper l'approvisionnement vers les autres rebelles de Syrie, et son action contre l'Etat islamique risque surtout de déplacer une partie du conflit sur son sol. Par ailleurs, à terme, les Turcs vont intervenir contre les milices kurdes (la seule véritable force capable de s'opposer à l'Etat islamique), ce qui risque de déstabiliser la Syrie, la Turquie, mais aussi l'Irakl (et pourquoi pas l'Iran). On a tendance à oublier que c'est le Moyen-Orient, c'est vraiment l'application de la théorie des dominos.

Nous l'avons vus : le Liban est au bord de la guerre civile depuis l'intervention du Hezbollah, et il y a eu des combats sur son sol. L'armée turque est certes plus puissante que l'armée libanaise, mais le terrain à la frontière sud de la Turquie est propice à l'existence de mouvements armés pratiquant la guérilla.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A noter que l'Etat Islamique n'a toujours pas revendiqué, à ma connaissance, l'attentat en Turquie.

Le hasard fait bien les choses, au moment justement où l'armée turque se massait à la frontière syrienne !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les bombardements turcs ont recommencés : 

 

BREAKING: Turkish jets have conducted strikes against #ISIS, this time from inside #Syrian territory - @CNNTURK_ENG

— Conflict News (@Conflicts)

July 24, 2015

 

many, many F16's leaving from #diyarbakır airbase, it just doesnt stop, one after another. unusual, even more so at this time of night.

— Frederike Geerdink (@fgeerdink)

July 24, 2015

 

Al Nosra est aussi visé dans le secteur par la coalition : 

 

Jabhat Al Nusra: U.S. coalition hit #JN positions on the frontline with #IS today https://t.co/JDyvkN6mna. #Syria

— Flea1862 (@Flea1337)

July 24, 2015
Modifié par Barristan-Selmy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Turkey launches second wave of airstrikes against ISIS in Syria, hits PKK camps in Northern Iraq

 

ISTANBUL

Saturday, July 25 - 2015

 

Turkish F-16 jets took off from their airbase on late Friday as part of the second wave of operation against the self-proclaimed Islamic State of Iraq and al-Sham (ISIS) units in Syria.

 

The operation ended at around 2. am local time and Tırkish mediasoucres reported that the jets have returned back to the airbase in Diyarbakır.

 

In the operation five PKK camps of Zap, Basyan, Gare, Avashin and Metina in Northern Iraq were also targeted along with ISIS-held areas. PKK's headquarters located on Qandil Mountains in Northern Iraq were reportedly targeted in the attacks as well.

 

About 20 Turkish F-16 jets took off at around 10.30 pm local time from Diyarbakır 8th Main Air Base Command located in southeastern Turkey.

 

Nine of the jets set for the PKK camps crossed the border at 10.55pm local time and entered Iraqi airspace.

 

Commercial flights between 11.30 pm local time on Friday and 9.00 pm on Saturday in the region have been suspended until further notice. Turkish Airlines has also stopped all flights from Istanbul to Hakkari in Turkey.

 

DAILY SABAH

 

 

8933431jhu454.jpg

 

 

...

Modifié par Gravity

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les turcs ont bombardé les kurdes cette nuit...

ils joue a quoi ces abrutis !

C est pas des 20mm qu on aurait du donner aux kurdes mais des mistral !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les turcs ont bombardé les kurdes cette nuit...

ils joue a quoi ces abrutis !

C est pas des 20mm qu on aurait du donner aux kurdes mais des mistral !

 

C'est la réponse a l'assassinat de deux policiers turcs par le PKK - policier soit disant complice de l'EI - ... qui elle même est la réponse a l'attentat de Suruc - attribué a l'EI mais non revendiqué - etc.

 

En gros la Turquie essaye d'éviter que la guerre EI/YPG ne s'étende chez elle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En gros la Turquie essaye d'éviter que la guerre EI/YPG ne s'étende chez elle.

 

 

La Turquie souhaite aussi rappeler qu'elle ne tolèrera aucun état kurde indépendant au sud de sa frontière et qu'elle considère le PKK et ses émanations YPG comme des organisations terroristes au même titre que l'EI. Et c'est là que la limite de la politique Turque pointe le bout de son nez : les turcs n'ont aucun camp à soutenir en Syrie. Les turcs s'opposent à l'EI aux Kurdes et à l'Etat syrien. La stratégie turque est dans une impasse, le meilleur scénario pour le moment étant pour eux la conduite d'une guerre civile larvée qui met hors d'état les 3 belligérants. 

 

C'est pour ça qu'à mon avis après quelques frappes et déclarations symboliques la situation va revenir à la situation antérieure. Parce que sinon ça veut dire que les USA ont donné leur accord à une intervention pour créer une zone tampon (ce qu'ils ont catégoriquement refusé l'année dernière) et cela impliquerait une opération bien plus importante de l'armée turque avec des grosses troupes au sol, des pertes, des combats d'attrition dans la durée type insurrectionnel etc. Bref je n'y crois pas un instant. 

Modifié par EOA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Turquie souhaite aussi rappeler qu'elle ne tolèrera aucun état kurde indépendant au sud de sa frontière et qu'elle considère le PKK et ses émanations YPG comme des organisations terroristes au même titre que l'EI. Et c'est là que la limite de la politique Turque pointe le bout de son nez : les turcs n'ont aucun camp à soutenir en Syrie. Les turcs s'opposent à l'EI aux Kurdes et à l'Etat syrien. La stratégie turque est dans une impasse, le meilleur scénario pour le moment étant pour eux la conduite d'une guerre civile larvée qui met hors d'état les 3 belligérants. 

 

C'est pour ça qu'à mon avis après quelques frappes et déclarations symboliques la situation va revenir à la situation antérieure. Parce que sinon ça veut dire que les USA ont donné leur accord à une intervention pour créer une zone tampon (ce qu'ils ont catégoriquement refusé l'année dernière) et cela impliquerait une opération bien plus importante de l'armée turque avec des grosses troupes au sol, des pertes, des combats d'attrition dans la durée type insurrectionnel etc. Bref je n'y crois pas un instant. 

Tu oublies qu'il y a un quatrième camp dans la guerre le m^me que nous soutenons plus ou moins officiellement ainsi que les pays du Golfe : les islamistes "modérés".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les "islamistes modérés", c'est ceux qui exécutent les gens sans les décapiter ?

 

Non. C'est un peu comme les talibans modérés : ils mettent les femmes dans le coffre comme les talibans "normaux" mais ils enlèvent la roue de secours pour qu'elles aient plus de place. Je crois que la citation originale est de Marc Jolivet.

  • Upvote (+1) 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu oublies qu'il y a un quatrième camp dans la guerre le m^me que nous soutenons plus ou moins officiellement ainsi que les pays du Golfe : les islamistes "modérés".

 

 

Moi j'appelle plus ça une variable d'ajustement. Sérieusement l'hypothèse n'est pas très crédible, hormis dans la région de la frontière jordanienne solidement tenue, les rebelles modérés ne représentent plus grand chose.

Dans la région d'idlib et de Jisr ils sont fortement imbriqués avec Al Nosra et donc plus vraiment apparentés à des rebelles modérés, sans compter qu'ils sont coincés entre les trois autres factions : armée qui semblent décider à reprendre l'offensive sur Jisr afin de sécuriser la région alaouite une fois l'opération de zabadani bouclée, ce qui ne devrait plus prendre beaucoup de temps, les kurdes au nord ouest et l'EI qui grignotent les territoires au nord est. 

 

Enfin je ne suis pas sur qu'ils représentent une alternative crédible, mais plus un moyen pour les turcs et les pays du golf de prolonger les hostilités. 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les "islamistes modérés", c'est ceux qui exécutent les gens sans les décapiter ?

 

Non Ils sont modérés, ils suivent le coran comme tout bon musulmans c'est tout :

 

"Tuez-les partout ou vous les trouverez !" (II, 187)

 

Mais ils se disent modérés afin d'avoir des aides occidentales.

 

Perso je préfère l'EI qui ne se la joue pas Taqiya au moins et annonce la couleur. Seulement on donne raison aux "modérés" vu que des groupes (al-qaida/ex-al-qaida) reçoivent des armes par le simple fait de se présenter comme "modérés".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...

 

Parce que sinon ça veut dire que les USA ont donné leur accord à une intervention pour créer une zone tampon (ce qu'ils ont catégoriquement refusé l'année dernière) et cela impliquerait une opération bien plus importante de l'armée turque avec des ... troupes au sol... Bref je n'y crois pas un instant. 

 

 

Bingo!!!

 

 

Turkey, US to create ‘ISIL-free zone’ inside Syria

 

Serkan Demirtaş - ANKARA

July/25/2015

 

Turkey and the United States have agreed on a military action plan with the objective of clearing the Turkish-Syrian border of jihadist terrorists in what the two countries have called the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL)-free zone.

 

This action plan was part of a comprehensive deal between the two allies which has been seen a “a game changer” in the fight against ISIL by the United States administration, whose warplanes will be able to use this region’s most strategic military base in İncirlik as part of its aerial campaign against jihadist positions.

The ISIL-free zone will be 98 kilometers long and 40 kilometers wide and situated between the Mare-Jarablus line. A good portion of this area is currently under ISIL control, and Turkey already vowed it would not tolerate the jihadists posing a threat to the Turkish border.

 

Sources emphasized they have opted to call it the “ISIL-free zone” instead of a “security or safe zone” because the objections raised by Washington, who refrained from giving the wrong message to the Syrian regime, as well as Russia and Iran. The idea of the name is to show that the main objective of this Turkish-American joint fight is eliminating ISIL in this particular area and not fighting the regime of Syrian President Bashar al-Assad.

 

The aerial campaign will be largely carried out by U.S. jets deployed to the İncirlik base and Turkish participation will be considered only when necessary, sources stressed. However, this aerial protection will not be classified as an effort to build a no-fly zone over Syrian airspace. Together with aerial strikes, Turkish long-range artillery units will also be used if necessary.

 

Turkey had already reinforced its military presence along the Turkish border, especially across the Mare-Jarablus line, after ISIL began to advance to northwestern Syria in a bid to threaten the Free Syrian Army (FSA) and to spark a fresh refugee influx towards Turkey.

 

FSA to control the emptied zone

 

The plan crafted by Ankara and Washington foresees the deployment of FSA units to this area if ISIL is completely cleared from that particular zone, which would both prevent the Syrian Democratic Union Party (PYD) from further expanding its influence towards the West and create a safe environment for either sheltering Syrians fleeing violence or those who want to return to their homelands.  

 

Turkey is currently hosting at least 1.8 million Syrians in its territories, with around 265,000 of them in refugee camps. There have been concerns ISIL’s drive through the populous Western parts of Syria could spark fresh refugee inflows into Turkey.

 

Hurriyet Daily News

 

 

Cela donnerait à peu près ceci  - Je penche plutôt pour la seconde option. Soyons téméraire - :

 

http://www.air-defense.net/forum/topic/12467-guerre-civile-en-syrie/page-718#entry888123

 

 

40 kilomètres de profondeur.

 

9734701jtiriyrtit7.jpg

 

 

 

50 kilomètres de profondeur.

 

8483902ji44jrtit7.jpg

 

 

...

Modifié par Gravity

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela a été confirmé par le ministre des affaires étrangères - il y a environ 3 heures -. La zone Tampon nettoyé d'ISIL deviendra à terme une zone sécurisée pour les réfugiés syriens (Cela vient d’un ami Turc).

 

 

 

 

 

...

Modifié par Gravity

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui m'intrigue dans cette potentielle opération c'est le coût, ce genre de truc ca va chercher bonbon. Les Us participeraient voir financeraient l'opération ? 

 

 

La zone Tampon nettoyé d'ISIL deviendra à terme une zone sécurisée pour les réfugiés syriens (Cela vient d’un ami Turc).

Enfin une bonne nouvelle, jamais compris pourquoi ce genre de choses ne se faisait pas plus souvent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Descendre jusqu'à Alep nécessiterait beaucoup d'effectifs pour tenir la ville. D'un autre côté, ça ferait une parfaite capitale pour une République nord-syrienne ou un truc du genre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Descendre jusqu'à Alep nécessiterait beaucoup d'effectifs pour tenir la ville. D'un autre côté, ça ferait une parfaite capitale pour une République nord-syrienne ou un truc du genre.

Dans ce cas ca voudrait dire se foutre sur la gueule avec l'armée syrienne et la chassé d'Alep. Je crois que l'annonce mentionnait le fait qu'elle ne visait pas la SAA. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans ce cas ca voudrait dire se foutre sur la gueule avec l'armée syrienne et la chassé d'Alep. Je crois que l'annonce mentionnait le fait qu'elle ne visait pas la SAA. 

 

Dans l'hypothèse où les Syriens décideraient de se battre directement contre les Turcs, ce qui est loin d'être sur. Cela équivaudrait à disperser des effectifs déjà bien réduits et à prendre le risque d'une défaite cuisante. Assad doit bien se douter qu'il n'a rien à gagner à un affrontement frontal. En revanche, il pourra toujours déstabiliser les Turcs en soutenant les Kurdes les plus radicaux ou en finançant des rebelles en Syrie occupée (ça sonne curieusement d'ailleurs).

 

Je me demande comment vont réagir les Iraniens dans cette affaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans ce cas ca voudrait dire se foutre sur la gueule avec l'armée syrienne et la chassé d'Alep. Je crois que l'annonce mentionnait le fait qu'elle ne visait pas la SAA. 

 

 

http://www.air-defense.net/forum/topic/12467-guerre-civile-en-syrie/page-718#entry888123

 

 

 

 

Following a final declaration of the agreement on the no-fly zone, the jets of the Bashar al-Assad regime in Syria will not be permitted within the zone, and those which violate this will be targeted.

 

 

 

Comprendra qui veut...   O0

 

 

 

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le moment on est sur une campagne aérienne d'interdiction et de frappes au sol anti EI et Kurde (?). Avec éventuellement une occupation de ces territoires par les rebelles et islamistes modérés. Les américains doivent être contents de se voir rejoindre par la Turquie!

 

Et étendre cette zone jusqu'à Alep avec l'imbrication des combattants ça me semble difficile. Attendons de voir la réaction des russes et des iraniens. 

 

Bref wait and see. 

Modifié par EOA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 328
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    ThincanKiller
    Membre le plus récent
    ThincanKiller
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 507
    Total des sujets
    1 197 397
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets