Recommended Posts

Cette nuit il y aura des escarmouche sur la ligne de front de la région de Manbij entre FSA et SDF ... les forces US restant dans des base le long de la ligne de front aurait tirer des obus éclairants comme avertissement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

SDF: The agreement between the Kurds and Damascus includes eastern Euphrates areas.

 

Quote

A spokesman for the FSA National Army of the Syrian opposition denies the entry of Syrian government forces into Manbij

Nationale ... comprendre Turkish.

Quote

Spokesperson for Syria's Democratic forces: al-Assad supports entry of Syrian Army to Manbij and SDF works with Damascus to block the road to Turkey

 

Quote

Kremlin: Talks with Turkish defense and foreign ministers in Moscow will deal with Syrian army control of Manbij

 

La bonne nouvelle c'est que les turcs on réussi a réconcilié les syriens entre eux :bloblaugh:

Quote

Official statement of #Syrian Arab Army Chief of Staff, Gen. Ali Abdullah Ayyoub regarding to taking control of #Manbij to protect it from danger of #Turkey.

Les kurdes qui brandissent des portraits de Bachar à Manbij le miracle turc ...

5a4f571b0c49fc5260e65af4ffa2b9868feb0be7

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est-ce qu'une coalition de pays "arabes" pourraient se former pour contrer les idées expansionnistes turc?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, il y a une question qui me taraude, pourquoi la défense antiaérienne syrienne n'arrive pas à protéger correctement son territoire ?

Pourtant, la Russie a livré quelques systèmes de défenses antiaérienne moderne : comme le pantsir ou le s-300. Puisque quand on les voit, on a l'impression qu'ils sont bons qu'à faire du tir amis ......,pourtant ils ont réussi à abattre un f-16 israélien et au début de la guerre un avion turc. De même les Russes ne sont pas complètement nul, avec tous les systèmes de défense antiaérienne qu'ils possèdent, radars, s-300, etc .... ils devraient s'y connaitre, non ? De même, les Russes ont abattu une 15 d'avions militaires ukrainiens au dombass, certes des avions de fabrication russe.

Alors, pourquoi les pauvres n'y arrivent pas ? Ils ont si nul que ça ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

« La France peut empêcher l'invasion turque de la Syrie »

INTERVIEW. Représentant en France du Kurdistan syrien, Khaled Issa estime que l'opération annoncée par Erdogan va provoquer la résurgence de Daech

https://www.lepoint.fr/monde/la-france-peut-empecher-l-invasion-turque-de-la-syrie-27-12-2018-2282037_24.php#xtor=CS3-190

Les meilleurs alliés de l'Occident contre l'organisation État islamique (EI) ont été lâchés. Après l'annonce par Donald Trump le 19 décembre du retrait des 2 000 forces spéciales américaines dans le nord-est de la Syrie, les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les Kurdes des unités de protection du peuple (YPG) constituent l'épine dorsale, se retrouvent esseulées face à la menace imminente d'une intervention de la Turquie.

Carte montrant les différentes forces en présence en Syrie au 21 décembre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. 

 

 

© AFP

Assurant le président américain de sa volonté d'« éradiquer ce qu'il reste de l'EI en Syrie », Recep Tayyip Erdogan a désormais les coudées franches pour en finir avec les forces kurdes syriennes des YPG en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation kurde avec laquelle le président turc est en guerre dans son pays, et qui est considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux. Or, en dépit du départ prochain des Américains, 200 forces françaises sont toujours stationnées sur place aux côtés des FDS dans le cadre de la lutte contre Daech, ce qui ulcère Ankara, qui n'a pas hésité à mettre en garde la France contre toute protection des combattants kurdes face à l'avenir.

Représentant du Rojava (le Kurdistan syrien) en France, Khaled Issa avertit, dans une interview au Point, des risques d'une opération turque en Syrie, qui ne fera d'après lui que « renforcer Daech », et exhorte Paris à œuvrer au Conseil de sécurité de l'ONU pour protéger la « force qui a défait l'État islamique ».

Le Point : Comment accueillez-vous le retrait américain de Syrie ?

Khaled Issa : Cette décision est une surprise pour tout le monde. Nous pensons qu'il fallait attendre, avant que les Américains ne se retirent de Syrie, la fin des combats contre Daech pour en terminer avec la sécurisation de cette zone, afin que les cellules dormantes terroristes ne « ressuscitent » pas, en attendant une solution politique et démocratique pour la Syrie.

La guerre contre Daech est-elle terminée, comme l'affirme Donald Trump ?

Le combat continue. Si Daech est affaibli, il n'est pas vaincu. Il existe encore un noyau dur de djihadistes étrangers, déterminés et redoutables. Nous sommes en train de combattre les dernières poches de Daech à la frontière irakienne. Hier, trente-six djihadistes ont été éliminés. Avant-hier, une centaine. Or, à chaque fois que Daech est en difficulté, le gouvernement islamiste d'Ankara [façon dont Khaled Issa nomme la Turquie d'Erdogan, NDLR] vole à son secours, et met son armée et son aviation au service des djihadistes. Cela a toujours été le cas. Lorsque nous étions en train de libérer la ville de Raqqa, les Turcs nous ont attaqués et ont profité de l'occasion pour occuper les villes d'Afrin, de Jarablous et d'Azaz. Ils bombardaient nos territoires, le long de la frontière du Rojava ([la région kurde de Syrie, NDLR], du Tigre à l'Euphrate.

Savez-vous quel accord a été conclu entre Recep Tayyip Erdogan et Donald Trump pour que ce dernier accepte de retirer ses troupes de Syrie ?

Nous ignorons dans le détail les termes de la transaction. Mais après avoir repris à la Russie l'ouest de l'Euphrate en échange du retrait de ses mercenaires d'Alep-Est et de la Ghouta [ex-zone rebelle à l'est de Damas, NDLR], Erdogan veut reprendre l'est de la rivière aux États-Unis. Il a en tout cas annoncé une invasion imminente de la région. Or, la dernière poche de Daech, située près de l'Irak, est à plusieurs centaines de kilomètres de distance de la frontière turque ! En réalité, Erdogan souhaite ouvertement installer des groupes terroristes dans notre région [c'est ainsi que Khaled Issa nomme les groupes rebelles arabes d'inspiration islamiste que soutient Ankara, NDLR] dans le but d'éliminer les forces qui ont réellement défait Daech. Clairement, le timing de ce retrait américain est en faveur de Daech et de l'État turc.

Considérez-vous ce retrait des États-Unis comme une trahison ?

Je n'emploierai pas ce mot-là. M.Trump apprécie lui-même les intérêts de son pays. En ce qui nous concerne, nous avons lutté contre Daech avant l'arrivée de la coalition, puis nous avons combattu ensemble, par exemple à Kobané. Notre sentiment est que nous avons réalisé un travail, ensemble, sur le terrain, et qu'il faudrait par conséquent achever ce travail ensemble. Nous espérions sincèrement que la coalition reste avant que ne soit trouvée une solution à la crise syrienne. Pour l'heure, les forces américaines sont toujours sur place. Mais en cas de retrait, la conséquence pour nous serait dramatique, car cela encouragera la Turquie à occuper la région et y installer ses terroristes. Nous espérons ainsi que la diplomatie arrive à empêcher la Turquie d'envahir la région et de venir au secours de Daech.

Vous qualifiez les rebelles syriens soutenus par Ankara de « terroristes ». Ce sont pourtant des groupes, certes islamistes, mais qui ne sont pas djihadistes et sont, de surcroît, acceptés par la communauté internationale.

Nous possédons des documents démontrant que tous les leaders de Daech qui ont agi chez nous se sont repliés en Turquie, où ils ont été « recyclés » par Ankara, qui a simplement changé leur nom. En réalité, ces groupes liés à la Turquie sont en grande partie composés d'anciens membres de Daech. Ce sont des djihadistes radicaux qui ont la même mentalité que l'État islamique. Ces leaders djihadistes opèrent aujourd'hui officiellement à Afrin, sous la couverture de l'armée turque. Ceci n'est un secret pour personne. Tous les services occidentaux sont au courant. Les liens entre Erdogan, Daech et Al-Qaïda sont un secret de polichinelle. D'ailleurs, qui représente les djihadistes d'Al-Nosra [ancienne branche syrienne d'Al-Qaïda, NDLR] lors des négociations d'Astana ?

Erdogan ne représentait pas les djihadistes d'Al-Nosra à Astana, mais des groupes rebelles islamistes.

C'est faux. Tous ces groupes combattent avec Al-Nosra. C'est Erdogan qui mène les tractations avec Al-Nosra. Erdogan possède un projet néo-ottoman. Il souhaite disputer le leadership du monde sunnite à l'Arabie saoudite, en récupérant, par des moyens terroristes, tous les territoires que possédait anciennement l'Empire ottoman. En ce qui nous concerne, toutes nos populations, quelle que soit leur ethnie ou leur confession, vivent en bonne entente. Erdogan ne l'accepte pas et vient se venger. Pendant que nos jeunes combattent Daech, la Turquie vient envahir leurs villes. Erdogan vient donc clairement au secours de Daech.

Les forces kurdes syriennes ne sont pas exemptes de tout reproche. Par exemple, elles n'ont jamais remis les clés de la ville de Manbij, dont elles s'étaient emparées, aux populations arabes, comme elles s'y étaient engagées vis-à-vis des États-Unis. Pourquoi ont-elles placé tous leurs œufs dans le même panier américain, alors que plusieurs puissances étrangères contrôlent aujourd'hui la Syrie ?

C'est tout à fait faux. Nous n'avons pas mis tous nos œufs dans le même panier. Nous traitons avec toutes les grandes puissances du Conseil de sécurité, dont la Russie, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui sont impliqués dans cette affaire. Par ailleurs, les Forces démocratiques syriennes ne sont pas uniquement kurdes, ce qui est une insulte aux combattants arabes, syriaques, turkmènes qui la composent. La moitié des combattants des FDS est d'ailleurs arabe [d'après les estimations, seuls 5 000 soldats arabes seraient présents au sein des FDS, NDLR]. Dans la bataille de Raqqa et de Manbij, la participation des forces kurdes était même minime.

La France semble avoir été aussi surprise que vous de l'annonce du retrait américain. Que vont devenir les deux cents forces spéciales françaises sur place, dont la présence exaspère la Turquie ?

Il faut se montrer reconnaissant vis-à-vis de la France. À Kobané, elle était le premier État à soutenir la résistance contre les terroristes. Cette politique, entamée sous le président François Hollande, s'est poursuivie avec le président Emmanuel Macron dont les positions publiques soulignent toujours que les Forces démocratiques syriennes sont le principal allié contre Daech. Or, si ces forces venaient à s'affaiblir, ce serait une catastrophe pour nous mais aussi une menace sécuritaire pour l'Europe. N'oubliez pas que les terroristes qui ont mené des attentats en Europe ont transité par la Turquie, sous le contrôle étroit des services de renseignement turcs. Le but de la Turquie est de réinstaller les terroristes en Syrie, afin d'avoir un moyen de nuisance et de chantage vis-à-vis des Européens, en plus de la question des réfugiés. Si personne n'intervient face à la Turquie, il y aura des massacres de population et la région redeviendra un foyer de terrorisme international.

Que peut faire la France pour éviter ce bain de sang que vous annoncez ?

La France est membre permanent du Conseil de sécurité, qui peut empêcher l'aviation turque de bombarder la zone en décidant d'une zone d'exclusion aérienne. Paris peut également empêcher l'invasion de la Turquie en se portant, si nécessaire, garante du respect de la frontière syrienne, en permettant l'envoi sur place de forces d'interposition, qu'elles soient françaises ou d'une autre nationalité. La France est une grande puissance et peut à ce titre mobiliser les pays européens, car ce sont les premiers États concernés, la menace terroriste pesant sur eux. Malheureusement, ces pays semblent divisés sur la question.

Les forces kurdes se retrouvent aujourd'hui dans une fâcheuse posture, avec, au nord, la menace turque, et, au sud, celle du régime syrien et de ses alliés. Avec qui doivent-elles négocier ?

J'ajouterai même un troisième danger : Daech, qui est toujours présent dans un bastion situé à l'est du pays, et qui n'est pas encore totalement défait. Au nord, en effet, il y a le risque d'une invasion turque imminente. Enfin, dans le sud, le régime veut récupérer les territoires qu'il a perdus au début de la guerre, en 2011. En ce qui nous concerne, nous espérons parvenir à une solution qui permette à la fois de conserver l'intégrité territoriale de la Syrie, de sécuriser la région contre Daech et de trouver une solution politique et démocratique en Syrie.

Des négociations ont déjà commencé entre responsables kurdes et régime syrien. Quelle est votre marge de manœuvre ?

Nous faisons ce que nous pouvons pour protéger notre population. Au niveau diplomatique, nous sommes en contact avec tout le monde et nous trouverons la meilleure solution pour sauvegarder notre population, l'intégrité de la Syrie, ainsi que la lutte contre les terroristes. Pour l'heure, les rencontres avec le régime n'ont rien donné. Ce dernier est affaibli, mais il bénéficie du soutien de l'Iran et de la Russie. Or, ces pays se sont mis d'accord avec la Turquie [dans le cadre du processus d'Astana, NDLR]. Peut-être le retrait américain de Syrie va-t-il redistribuer les cartes.

L'avenir du Kurdistan syrien devrait, semble-t-il, se jouer à Damas. Souhaitez-vous davantage d'autonomie par rapport à 2011 ?

Nous n'avions rien avant 2011, que ce soit pour les Kurdes, les Syriaques, et même les Arabes qui ne vivaient pas en démocratie. Nous n'avons pas la prétention de vouloir proclamer un État. Nous souhaitons avoir une juste place dans une Syrie démocratique, sans légitimité confessionnelle ou nationaliste, mais avec une large décentralisation afin que les forces de la périphérie puissent participer au pouvoir central, et maintenir l'équilibre du pays. C'est ce qu'on appelle la « décentralisation démocratique ».

Votre dernier levier de pression demeure sans doute ces dizaines de djihadistes étrangers que vous détenez toujours sur votre territoire. Comptez-vous les utiliser ?

Nous ne sommes pas une vulgaire bande pour utiliser des otages comme moyen de pression. Ces libérations de territoires de l'emprise de Daech et ces arrestations de djihadistes ont été réalisées en compagnie de la coalition internationale. Nous possédons aujourd'hui ces détenus terroristes. Pour l'instant, les pays occidentaux ne veulent pas les récupérer. Mais si notre frontière était attaquée par la Turquie, celle-ci n'hésiterait pas à les libérer pour les réinjecter en Europe et piloter des attentats. Qu'ils soient encore en liberté ou emprisonnés, ces terroristes n'attendent en réalité que l'invasion turque pour reprendre du service.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-être qu'ils se rappellent qu'ils sont Syriens (avant tout). En tout cas c'était la seule manœuvre à faire s'ils voulaient survivre à l'année 2019.

Reste à voir la nouvelle emprise que le camp russe aura sur le PYD.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.spiegel.de/politik/ausland/syrien-die-arabischen-herrscher-machen-ihren-frieden-mit-baschar-al-assad-a-1245679.html (28 décembre 2018)

Les États arabes sont en train de se réconcilier avec la Syrie :

Jeudi, les Emirats Arabes Unis ont officiellement rouvert leur ambassade à Damas après sept ans.

Jeudi également, un avion de passagers a volé de Syrie vers la Tunisie pour la première fois depuis 2011. A l'aéroport de Monastir, une délégation de Syriens fidèles au régime a applaudi l'atterrissage du vol SAW361 de ChamWings avec des drapeaux nationaux et des portraits d'Assad.

Vendredi, un autre État du Golfe, Bahreïn, a également annoncé que son ambassade à Damas avait repris ses activités. Cette étape était évidente depuis que les ministres des Affaires étrangères des deux pays se sont salués avec enthousiasme et se sont embrassés en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York en septembre.

La Tunisie accueillera le prochain sommet de la Ligue arabe au printemps. L'adhésion de la Syrie à l'organisation est actuellement suspendue, mais le président tunisien Béji Caïd Essebsi a indiqué qu'il souhaitait qu'Assad la rejoigne lors de la prochaine réunion dans son pays.

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelqu'un quelque part vient de faire le calcul selon lequel il valait mieux se réconcilier avec Assad que de soutenir les autres parties en présence. Si ce quelqu'un a fait ce choix, ce n'est pas par courage (on parle quand même de régimes qui ne jouent que s'ils sont sûrs de gagner), mais par analyse des forces en présence.

C'est un signe très net : si les puissances sunnites jouent Damas, c'est d'abord pour emm**der les Iraniens, mais aussi parce qu'ils ont compris que les loyalistes ne tomberaient plus. Du moins pas tout de suite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Ciders a dit :

Quelqu'un quelque part vient de faire le calcul selon lequel il valait mieux se réconcilier avec Assad que de soutenir les autres parties en présence. Si ce quelqu'un a fait ce choix, ce n'est pas par courage (on parle quand même de régimes qui ne jouent que s'ils sont sûrs de gagner), mais par analyse des forces en présence.

C'est un signe très net : si les puissances sunnites jouent Damas, c'est d'abord pour emm**der les Iraniens, mais aussi parce qu'ils ont compris que les loyalistes ne tomberaient plus. Du moins pas tout de suite.

Et pour emm**er les turcs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, kotai a dit :

Est ce un calcul des américains ?

Bien sur. Reste à savoir si le calcul est bon. Comme on ne sait toujours pas ce qui va sortir du face à face Turquie/loyaliste/Russie pour le moment y a pas moyen de le savoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 58 minutes, nemo a dit :
Il y a 10 heures, kotai a dit :

Est ce un calcul des américains ?

Bien sur. Reste à savoir si le calcul est bon. Comme on ne sait toujours pas ce qui va sortir du face à face Turquie/loyaliste/Russie pour le moment y a pas moyen de le savoir. 

On voit mal les Turcs défoncer allègrement les lignes des loyalistes en butant au passage des dizaines de mercenaires et conseillers russes et/ou en abattant plusieurs avions russes :dry:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, kotai a dit :

Est ce un calcul des américains ?

Le Président serait Obama ou même Bush Jr, je dirais oui.

Dans ce cas, on a un Président qui n'en fait qu'à sa tête à la consternation de son entourage et des deux partis politiques majeurs, donc non ; il n'y a là aucun calcul, juste les impulsions d'un égomaniaque atteint de démence sénile qui n'écoute que ses tripes.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Kelkin a dit :

Le Président serait Obama ou même Bush Jr, je dirais oui.

Dans ce cas, on a un Président qui n'en fait qu'à sa tête à la consternation de son entourage et des deux partis politiques majeurs, donc non ; il n'y a là aucun calcul, juste les impulsions d'un égomaniaque atteint de démence sénile qui n'écoute que ses tripes.

Des récits convergents indiquent que le blanc-sein donné par Trump à Erdogan pour intervenir contre les FDS au Nord de la Syrie l'a été lors d'une conversation qui avait été conçue avec l'objet exactement opposé, côté américain.
Trump ne travaille qu'à l'instinct.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moscow: Israeli air strike hazarded Beirut, Damascus civilian aircraft, weighs extending Syria’s missile shield to Lebanon

https://www.debka.com/moscow-israeli-air-strike-hazarded-beirut-damascus-civilian-aircraft-weighs-extending-syrias-missile-shield-to-lebanon/

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Moscou : Les frappes aériennes israéliennes ont mis Beyrouth en danger, 
L'avion civil de Damas implique l'extension du bouclier antimissile de la Syrie au Liban
 26 déc. 2018 @ 16:50 Kremlin, Général de division Amikam Nurkin, ministère russe de la Défense, bouclier antimissile russe pour le Liban ?


Dans une réponse furieuse à l'offensive aérienne israélienne du mardi 25 décembre contre des cibles militaires syriennes au sud-ouest de Damas, le porte-parole du ministère russe de la Défense a accusé Israël de " provocations... lorsque six F-16 ont lancé une attaque aérienne sur le territoire syrien depuis l'espace aérien du Liban voisin, créant une menace directe pour deux avions passagers ". Selon le porte-parole, le général Igor Konashenkov, l'attaque israélienne contre la Syrie a été "de nouveau menée sous le couvert" de deux avions civils atterrissant aux aéroports de Beyrouth et Damas. Ni l'un ni l'autre n'appartenait aux transporteurs aériens russes, a souligné le général russe, mais il n'a pas dit à quels pays ni à quelles compagnies aériennes les deux avions appartenaient.

Des sources militaires russes ont décrit l'attaque israélienne comme étant menée par des avions de guerre de l'IAF qui ont lancé 16 missiles transportant des GBU-39 bunker busters. Deux ont atteint leurs objectifs et 14 ont été interceptés par des armes de défense aérienne syriennes.
Les sources militaires et de renseignement de DEBKAfile notent que la version russe correspond en partie à la version présentée par des sources militaires américaines. Tous deux affirment que des bombes GBU-39 Small Diameter ont été utilisées, mais les Américains affirment qu'elles ont été utilisées lors de la deuxième vague de frappes israéliennes - et seulement après que les missiles anti-aériens syriens aient détruit la plupart des missiles de croisière Delilah tirés par les avions F-16. 

Nos sources soulignent également que c'était la première fois qu'un porte-parole russe de la défense faisait référence à l'aéroport international de Beyrouth, ou au Liban en soi, dans le contexte d'une frappe aérienne israélienne sur la Syrie. Cela peut être considéré comme un message russe à Jérusalem que les chefs du Kremlin et de l'armée russe sont en train d'évaluer leurs options pour riposter contre l'offensive aérienne israélienne. L'une des possibilités est l'extension du bouclier russe des systèmes de missiles de défense aérienne S-400 et S-300 protégeant l'espace aérien syrien vers le ciel au-dessus du Liban. Ce rideau de sécurité protégerait également le Hezbollah. Une décision à Moscou sur la manière de réagir contre Israël peut prendre quelques jours, comme le laps de temps qui s'est écoulé avant que les systèmes de défense aérienne russes S-300 ne soient déployés en Syrie après le crash de l'avion espion IL-20 le 17 septembre, dont Israël a été accusé.

Les sources de DEBKAfile expliquent la fureur de Moscou face à la dernière frappe aérienne israélienne par deux facteurs :

On a toujours attendu d'Israël qu'il respecte le rôle de la Russie en tant que protectrice du régime d'Assad, pilier essentiel de sa politique étrangère, et qu'il s'abstienne de toute action déstabilisatrice. Mardi soir, des missiles israéliens ont visé le quartier général de la 4e Division de l'armée syrienne en tant que Saboura, le pilier du régime. Pour Moscou, cela a franchi une ligne inacceptable dans la relation, même si des forces iraniennes ou du Hezbollah s'y trouvaient.

Les Russes étaient convaincus que le nouveau bouclier de défense aérienne qu'ils avaient déployé autour de Damas, composé de batteries de missiles Pantsir-S2, S-200 SAM, BUK-M2 et S-300, était à toute épreuve contre toute attaque aérienne ou missile israélien sur la capitale syrienne et dans ses environs. Et, en effet, ce réseau a détruit la première vague de missiles israéliens. 

Mais Moscou ne comptait pas sur la persévérance de l'IAF et la libération immédiate d'une deuxième vague de missiles avant que les Syriens puissent se réorganiser pour se défendre. C'est cette persévérance qui a tant irrité les Russes en septembre, après que l'IL-20 ait été abattu par un missile syrien, et qui a déclenché la crise dans les relations entre Moscou et Jérusalem.

La réplique du Premier ministre Benjamin Netanyahou : "Nos actions contre l'establishment militaire iranien en Syrie vont se poursuivre ", a-t-il déclaré mercredi. "Nous restons sur nos lignes rouges." Et le chef de l'armée de l'air, le général de division Amikam Nurkin a dit : "Grâce à un effort conjoint extraordinaire, nous avons contrecarré la volonté de l'Iran d'avoir un pied militaire actif à notre frontière nord. Nous n'avons pas encore fini. Si nécessaire, nous sommes prêts pour d'autres opérations terrestres et aériennes."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les USA confirment que la première vague a été détruite ?

Sacré résultat !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/12/2018 à 12:32, Lezard-vert a dit :

Dans l'antiquité le Hittite a été contré par Pharaon.... (si les Hebreux lui laissent le passage)

Le syrien est convalescent ;  le reste ;  à l'Est  l'Assyrien est hors jeu.... et les bédoins du désert pas trés capables ; quant aux Mèdes ils sont un peu loin.

les Myceniens sont prêts en Méditerrannée et autour de Chypre à faire le boulot .....

Oui enfin faut pas sous-estimer les Mèdes... pour autant que quelqu'un veuille bien leur indiquer comment sortir de ce fichu désert !

07de326f-5e6f-41bc-b04b-2fc7dba69c8d.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,535
    Total Members
    1,550
    Most Online
    perso69man
    Newest Member
    perso69man
    Joined
  • Forum Statistics

    20,966
    Total Topics
    1,341,324
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries