Recommended Posts

Quote

Syria's Kurds look to Assad for protection after US pullout

AKCAKALE, Turkey (AP) — Syria’s Kurds said Syrian government forces agreed Sunday to help them fend off Turkey’s invasion — a major shift in alliances that came after President Donald Trump ordered all U.S. troops withdrawn from the northern border area amid the rapidly deepening chaos.

The shift could lead to clashes between Turkey and Syria and raises the specter of a resurgent Islamic State group as the U.S. relinquishes any remaining influence in northern Syria to President Bashar Assad and his chief backer, Russia.

Adding to the turmoil Sunday, hundreds of Islamic State families and supporters escaped from a holding camp in Syria amid the fighting between Turkish forces and the Kurds.

The fast-deteriorating situation was set in motion last week, when Trump ordered U.S. troops in northern Syria to step aside, clearing the way for an attack by Turkey, which regards the Kurds as terrorists. Since 2014, the Kurds have fought alongside the U.S. in defeating the Islamic State in Syria, and Trump’s move was decried at home and abroad as a betrayal of an ally.

Over the past five days, Turkish troops and their allies have pushed their way into northern towns and villages, clashing with the Kurdish fighters over a stretch of 200 kilometers (125 miles). The offensive has displaced at least 130,000 people.

On Sunday, U.S. Defense Secretary Mark Esper said all American troops will withdraw from northern Syria because of the increasing danger of getting caught in the crossfire.

“We have American forces likely caught between two opposing advancing armies, and it’s a very untenable situation,” he said on CBS’ “Face the Nation.” He did not say how many would withdraw or where they would go but that they represent most of the 1,000 U.S. troops in Syria.

The peril to American forces was illustrated on Friday, when a small number of U.S. troops came under Turkish artillery fire at an observation post in the north. No Americans were hurt. Esper said it was unclear whether that was an accident.

Trump, in a tweet, said: “Very smart not to be involved in the intense fighting along the Turkish Border, for a change. Those that mistakenly got us into the Middle East Wars are still pushing to fight. They have no idea what a bad decision they have made.”

Later in the day Sunday, Kurdish officials announced they will work with the Syrian government to fend off the Turkish invasion, deploying side by side along the border. Syrian TV said government troops were moving to the north to confront the Turkish invasion but gave no details.

The Kurdish fighters had few options after the United States abandoned them, and it had been anticipated they would turn to Assad’s government for support.

A return by Assad’s forces to the region where Syrian Kurds have built up autonomy in the north would be a major shift in Syria’s long-running civil war, further cementing Assad’s hold over the ravaged country. Late Sunday, Syrian TV broadcast from the northern town of Hassakeh where residents took to the streets to celebrate the announcement of cooperation between the Syrian government and the Kurds, and many vowed to defeat the Turkish invasion.

It would also mean that U.S. troops no longer have a presence in an area where Russia and Iranian-backed militias now have a role.

It was not clear what Russia’s role was in cementing the agreement. But Russian officials have been mediating low-level talks between the Kurds and Damascus. Syria is allied with Russia, and Turkey, though it is a NATO member, has drawn close to Moscow in recent years under Turkish President Recep Tayyip Erdogan.

The U.S. withdrawal leaves open the question of what happens to the Kurdish-run prisons and detention centers that hold thousands of Islamic State prisoners, including more than 2,000 foreign militants.

On Sunday, heavy fighting reached a Kurdish-run displaced-persons camp in Ein Eissa, some 35 kilometers (20 miles) south of the border, that is home to some 12,000 people, including around 1,000 wives and widows of Islamic State fighters and their children.

The Kurdish-led administration in northern Syria said in a statement that 785 Islamic State supporters escaped after attacking guards and storming the gates. It was not immediately possible to confirm that figure.

“It gets worse by the hour,” Esper said of the fighting. “These are all the exact things” that U.S. officials warned Erdogan would probably happen in urging him not to invade.

Erdogan on Sunday ruled out any mediation in the dispute with the Kurds, saying Turkey won’t negotiate with “terrorists.”

Turkey’s official Anadolu news agency said Turkey-backed Syrian forces had advanced into the center of a Syrian border town, Tal Abyad, on the fifth day of Turkey’s offensive. Turkey’s Defense Ministry tweeted that its forces had taken control of the main highway running between Hassakeh, a major town and logistics hub, and Ein Eissa, the administrative center of the Kurdish-held areas.

Casualties mounted. On Sunday, at least nine people, including five civilians, were killed in Turkish airstrikes on a convoy in the Syrian border town of Ras al-Ayn, according to the Syrian Observatory for Human Rights and Syrian Kurdish officials.

Images of the attack showed bodies and severed limbs strewn in the street. Some of those killed appeared to be carrying guns. Activists said the gunmen were guarding the convoy.

Turkey said 440 Kurdish fighters have been killed since the operation began Wednesday. The SDF said 56 of its fighters have died. Turkey also said four of its soldiers were killed, along with 16 allied Syrian fighters.

https://www.apnews.com/7e90fd08a89e49d9bcae6a85a131a64a

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

L’incursion turque en Syrie mercredi est le point de basculement. La Turquie et la Russie coordonnent étroitement leurs efforts.

La Maison-Blanche a annoncé dimanche qu’elle se retirait du nord-est de la Syrie avant les opérations militaires turques de l’autre côté de la frontière. Le président Donald Trump aurait pris cette décision après un appel téléphonique avec le président turc Recep Erdogan dimanche. Le coup de tonnerre autour de la décision de Trump a secoué les alliés des États-Unis.

De nombreuses critiques se sont répandues dans le Beltway selon lesquelles les États-Unis mettent en danger leurs partenaires kurdes sur le terrain et provoquent des conséquences imprévisibles pour la Syrie – et, surtout, nuisent gravement à la crédibilité des États-Unis. Certains préviennent que le conflit syrien s’intensifie au moment même où les braises se refroidissaient.

Certaines de ces critiques sont peut-être justifiées. Parce que la Turquie est vengeuse. Elle a longtemps voulu franchir la frontière vers le nord de la Syrie, où elle voit les forces kurdes syriennes ou YPG se joindre au Parti des travailleurs du Kurdistan ou PKK, des séparatistes que la Turquie considère comme un groupe terroriste qui a mené une insurrection pendant des décennies et qui a longtemps tenu la Turquie à cran.

Mais il y a le facteur « X » : Est-ce que la Turquie se lance seule dans cette entreprise ? Beaucoup dépend de la réponse, qui à son tour est liée à l’alchimie de l’entente stratégique globale entre la Turquie et la Russie, qui va bien au-delà de la Syrie.

Mardi dernier, au cours de l’interrègne de 36 heures entre l’annonce du retrait des troupes de Trump de Syrie et l’incursion turque dans le nord de la Syrie, le ministère des Finances russe a annoncé que Moscou et Ankara avaient signé un accord sur l’utilisation de roubles russes et de livres turques pour les paiements et les règlements mutuels. Russia Today a indiqué que l’accord vise à « poursuivre l’expansion et le renforcement de l’interaction interbancaire, ainsi qu’à assurer des paiements ininterrompus entre les entités commerciales des deux pays« .

En clair, Moscou et Ankara ont créé un pare-feu contre d’éventuelles sanctions américaines et/ou occidentales contre la Turquie à l’avenir.

RT a expliqué que le nouveau système de paiement turco-russe reliera les banques et entreprises turques à l’analogue russe du réseau de paiement SWIFT, « tout en améliorant l’infrastructure en Turquie qui permettrait d’utiliser les cartes de paiement russes MIR, conçues par Moscou comme une alternative à MasterCard et VISA ».

Erdogan a annoncé l’année dernière son intention de mettre fin au monopole du dollar US par le biais d’une nouvelle politique visant à ne pas échanger de dollars avec les partenaires internationaux du pays.

L’accord avec la Turquie devient le plus récent modèle du projet ambitieux du président Poutine de se débarrasser du dollar US dans le commerce extérieur de la Russie. (Le chiffre d’affaires entre la Turquie et la Russie est considérable ; il a augmenté de 16 % l’an dernier, atteignant 25,5 milliards de dollars.) Il est clair que le système de paiement turco-russe est une initiative majeure de politique étrangère des deux pays.

Le lendemain, mercredi, l’incursion militaire turque en Syrie a commencé. Fait significatif, juste avant l’opération, le président turc Recep Erdogan s’est entretenu au téléphone avec Poutine.

Le compte-rendu du Kremlin a indiqué :

« À la lumière des plans annoncés par la Turquie pour mener une opération militaire dans le nord-est de la Syrie, Vladimir Poutine a exhorté nos partenaires turcs à peser soigneusement la situation afin de ne pas compromettre nos efforts conjoints pour résoudre la crise syrienne« .

Il a ajouté que les deux présidents ont souligné « l’importance de garantir l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie et le respect de sa souveraineté« .

La réaction russe à l’opération militaire turque est nuancée. Jeudi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré à la presse lors d’une visite au Turkménistan :

« Depuis le début de la crise syrienne, nous soulignons que nous comprenons les préoccupations de la Turquie concernant la sécurité de sa frontière« .

Lavrov a suggéré que ces préoccupations pourraient être apaisées dans le cadre de l’accord d’Adana signé entre la Turquie et la Syrie en 1998 (qui prévoyait une coordination directe de la sécurité entre Ankara et Damas).

Lavrov a  carrément imputé la responsabilité de l’incursion turque à la politique US. Il a rappelé que la Russie avait mis en garde les États-Unis contre le fait de jouer la « carte kurde » et de faire se confronter les tribus kurdes et arabes.

Il est important de noter, a ajouté Lavrov, que « les responsables militaires russes et turcs sont en contact au cours de l’opération. Maintenant, nous allons essayer d’établir un dialogue entre Damas et Ankara. Nous pensons que c’est dans l’intérêt des deux parties« .

Le même jour, jeudi, alors que les nations occidentales voulaient que le Conseil de sécurité de l’ONU condamne la Turquie, la Russie a fait obstruction, arguant qu’elle voulait que la « présence militaire illégale » d’autres nations (lire US, France, Allemagne, etc.) soit également traitée. La Russie a appelé à un « dialogue direct » entre Ankara et Damas.

Pendant ce temps, l’incursion turque présente des caractéristiques intéressantes. On ne sait pas dans quelle mesure cela est dû à l’influence russe, mais il s’avère que l’incursion est loin d’être une guerre.

L’opération se concentre principalement sur les régions à majorité arabe du nord de la Syrie, où il existe une antipathie historique envers les Kurdes et où le YPG n’est pas en mesure de défier l’armée turque. L’objectif turc semble être de créer une bande de territoire solidement arabe où les réfugiés syriens peuvent être réhabilités. (Il y a un ressentiment croissant chez les Turcs à l’égard de la présence de 4 millions de réfugiés syriens.)

La réaction modérée de la Russie tient compte des assurances données par la Turquie que l’opération ne vise pas les terres kurdes traditionnelles et qu’il n’y aura pas de guerre épique avec les Kurdes. Cependant, les choses peuvent mal tourner dans une opération militaire. Des rapports contradictoires font déjà état de pertes turques.

En effet, le sort des combattants de l’État Islamique détenus dans les zones contrôlées par les Kurdes est une question extrêmement importante pour la communauté internationale. C’est à la Turquie qu’il incombe d’agir. La Russie est également inquiète. Poutine a déclaré vendredi que la Turquie pourrait ne pas être en mesure de contenir les militants de l’EI actifs dans le nord de la Syrie.

« Les unités kurdes avaient l’habitude de garder un œil sur ces zones, mais maintenant que les troupes turques entrent dans la région, ils [les militants] risquent de s’enfuir. Je ne suis pas sûr que l’armée turque sera en mesure de prendre le contrôle de la situation, et rapidement« , a noté Poutine.

La Russie et les États-Unis doivent se coordonner sur le terrain pour veiller à ce que l’EI ne relève plus la tête. Trump y est favorable.

Toutefois, l’objectif ultime de l’acceptation par le Kremlin de l’offensive turque est qu’Erdogan accepte les plans de Moscou pour l’avenir de la Syrie, selon lesquels le président Bachar al-Assad pourra reprendre le contrôle sur l’ensemble du pays. Moscou n’acceptera pas que l’opération transfrontalière de la Turquie se transforme en une violation à long terme de la souveraineté territoriale syrienne. Autant dire que la Russie tient la main de la Turquie dans l’espoir que la synergie contribuera à façonner la Syrie d’après-guerre.

Parallèlement, la Russie espère trouver une réponse aux préoccupations des Kurdes de Turquie en encourageant les Kurdes à entamer un dialogue avec Damas pour assurer la sécurité à la frontière turco-syrienne. L’incursion turque est donc utile, d’une certaine manière, au Kremlin en faisant pression sur les Kurdes pour qu’ils se replient en Syrie.

Dans cet équilibre complexe d’intérêts contradictoires, l’essentiel est que la Russie continue à entretenir les liens de réchauffement avec la Turquie. Le grand trophée du Kremlin est qu’un grand pays de l’OTAN quitte l’orbite étasunienne. La pression européenne s’intensifiera sur la Turquie dans les jours à venir pour qu’elle soit « avec nous, ou contre nous ». La France prend les devants.

L’accord sur le nouveau système de paiement conclu mardi souligne que Moscou et Ankara sont toutes deux conscientes d’une possible rupture dans les relations de la Turquie avec l’Occident. La déclaration faite jeudi par les membres de l’UE au Conseil de sécurité de l’ONU a des connotations inquiétantes.

https://reseauinternational.net/une-entente-cordiale-turco-russe-en-preparation/

Bref, la Russie joue habilement, gagne et avance sur tous les points au Levant, les USA en retrait désorganisé sur tous les "fronts", avec en prime à la clé une criante perte de crédibilité, et d'influence ...

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les USA n'ont jamais eu vocation d'intervenir en Syrie, de plus je ne vois pas en quoi les USA perdent de l'influence et de la crédibilité.

 

  • Haha 2
  • Confused 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, kotai a dit :

je ne vois pas en quoi les USA perdent de l'influence et de la crédibilité

la diplomatie tweeter c'est assez moyen pour asseoir une crédibilité dans ce domaine, surtout quand moins de 24 h plus tard on fait machine arrière quand les spécialistes ont fait comprendre la réalité de la situation

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, pascal a dit :

la diplomatie tweeter c'est assez moyen pour asseoir une crédibilité dans ce domaine, surtout quand moins de 24 h plus tard on fait machine arrière quand les spécialistes ont fait comprendre la réalité de la situation

Les mots clés dans le message de Kotai, c'est "je ne vois pas" ; le reste est accessoire en fait.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, kotai a dit :

Les USA n'ont jamais eu vocation d'intervenir en Syrie, de plus je ne vois pas en quoi les USA perdent de l'influence et de la crédibilité.

Vraiment, tu ne vois pas ... :rolleyes:

lunettes-loucheuses-10.jpg

:wink::biggrin:

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, kotai a dit :

Les USA n'ont jamais eu vocation d'intervenir en Syrie, de plus je ne vois pas en quoi les USA perdent de l'influence et de la crédibilité.

Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

 

Mais c'est pas grave si toi tu ne vois pas. Ce qui compte, c'est que tous les dirigeants de la planète le voit. Et ils le voient, sois en bien sûr.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.bbc.com/news/world-middle-east-50034802 (14 octobre 2019)

M. Esper a déclaré que la décision de retirer les quelque 1 000 soldats américains du nord de la Syrie avait été prise après des discussions avec son équipe de sécurité nationale et le président américain Donald Trump.

Il n'a pas été en mesure de donner un calendrier pour le retrait et n'a pas précisé où les troupes seraient déplacées ensuite.

Selon lui, les SDF "cherchent à conclure un accord" avec le gouvernement syrien et ses alliés russes pour contrer l'attaque turque.

Cela, a-t-il dit, laisserait les forces américaines coincées entre " deux armées qui s'opposent en avant ".

Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche que l'objectif de l'incursion était d'établir une " zone de sécurité " qui s'étendrait de Kobane à l'ouest à Hassakeh à l'est, à environ 30 km de profondeur en territoire syrien.

Alors qu'il a dit que c'était "en ligne" avec la carte des zones de sécurité initialement proposée, Hassakeh se trouve à plus de 70 km de la frontière turque.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au final c'est assez bien joué pour la Russie et la Syrie : grâce à l'attaque turque et au retrait américain, les Kurdes se tournent vers d'autres protecteurs et reviennent vers Assad, qui regagne cette région sans vrai combat si le parapluie russe est bien au rendez vous... et c'est tout autant de forces et de moyens économisés, de supplétifs turques proche de (pas nous) dégommés,...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, rendbo a dit :

Au final c'est assez bien joué pour la Russie et la Syrie : grâce à l'attaque turque et au retrait américain, les Kurdes se tournent vers d'autres protecteurs et reviennent vers Assad, qui regagne cette région sans vrai combat si le parapluie russe est bien au rendez vous... et c'est tout autant de forces et de moyens économisés, de supplétifs turques proche de (pas nous) dégommés,...

Je me pose la question, si les turcs continue malgré tout a continuer leurs offensive vers les troupes syrienne, est il possible en état des choses, qu'il y a un affrontement syrie vs turcs ? Si oui il y en a bien un, la russie interviendra du coté syrien ? La syrie peut elle se défendre seul face à la turquie ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Bastion a dit :

Je me pose la question, si les turcs continue malgré tout a continuer leurs offensive vers les troupes syrienne, est il possible en état des choses, qu'il y a un affrontement syrie vs turcs ? Si oui il y en a bien un, la russie interviendra du coté syrien ? La syrie peut elle se défendre seul face à la turquie ? 

Non la Syrie ne peut pas se défendre seule contre la Turquie. Ce n'était pas vrai alors que les SAA étaient en pleine forme, ce n'est pas vrai après plusieurs années d'attrition du fait de la guerre civile.

Si friction il y'a entre les turcs et les syriens m'est avis que les russes vont la jouer plutot "discussion diplomatique" d'abord

Le rapprochement avec la Turquie est important pour eux, peut être autant que l'intégrité territoriale syrienne

Il y'a quand même un double jeu d'équilibriste, là ...

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, Bastion a dit :

Je me pose la question, si les turcs continue malgré tout a continuer leurs offensive vers les troupes syrienne, est il possible en état des choses, qu'il y a un affrontement syrie vs turcs ? Si oui il y en a bien un, la russie interviendra du coté syrien ? La syrie peut elle se défendre seul face à la turquie ? 

Il faut regarder plus loin. Les Turcs en Syrie, c'est les Turcs dans le dos du Hezbollah, donc ça fera grincer les Iraniens... et pas loin du Golan, ce qui fera hurler les Israéliens. Et derrière, tu as une Syrie qui redevient potentiellement un interlocuteur crédible pour les Occidentaux.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Simple posture diplomatique, où est-ce que la Russie va vraiment montrer les dents et pousser les forces turques hors de la Syrie ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Indirectement, la Turquie va peut être résoudre la guerre civile syrienne, en soudant toutes les factions contre elle.

C'est déjà pas mal si la guerre civile cesse, non?

  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, true_cricket a dit :

Indirectement, la Turquie va peut être résoudre la guerre civile syrienne, en soudant toutes les factions contre elle.

C'est déjà pas mal si la guerre civile cesse, non?

Difficile de ressouder entre eux les FSA, les loyalistes, les Kurdes, les dissidents de tous poils et les civils. Faudrait vraiment que les Turcs y aillent salement... ou que quelqu'un paie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Bastion a dit :

Je me pose la question, si les turcs continue malgré tout a continuer leurs offensive vers les troupes syrienne, est il possible en état des choses, qu'il y a un affrontement syrie vs turcs ? Si oui il y en a bien un, la russie interviendra du coté syrien ? La syrie peut elle se défendre seul face à la turquie ? 

Je vois plutôt quelques échanges d'artillerie par-ci par-là puis un accord entre les deux, sous contrôle russe, avec un retrait turc en échange d'une garantie des syriens de tenir les kurdes ou au moins leur fournir des renseignements. Le principal étant fait, à savoir virer les troupes américaines de la zone sans tirer un coup de feu contre elles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les milices djihadistes qui ont revêtu la dépouille de l'Armée Syrienne Libre sont soutenus par la Turquie et ne vont donc pas se fâcher contre elle. Les Américains, quant à eux, sont occupés à empêcher les forces du régime de rejoindre les regions kurdes car il est très important, quand on trahi, de s'assurer que la victime ne puisse pas se relever, donc ils font tous ce qu'ils peuvent pour les empêcher de trouver de l'aide ailleurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Poutine va échanger le détachement de la Turquie de l'Otan contre son non-soutien à Assad pour reconquérir le Nord-Est de la Syrie et une coopération pour en finir à Idlib.

Ça fait le jeu des turcs (gains territoriaux, élimination de ces kurdes-là), partiellement celui d'Assad (récup d'Idlib, fin du conflit sous sa forme aigüe), celui des russes (bascule turque, fin de l'onéreux conflit, réduction de Daesh, sécurisation de Tartous, désunion au sein de l'Otan.

What else ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, Boule75 a dit :

What else ?

Quelle tristesse un monde ou tout s'explique par le mastermind russe et plus par les illuminatis et les francs maçons....

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Bastion a dit :

Je me pose la question, si les turcs continue malgré tout a continuer leurs offensive vers les troupes syrienne, est il possible en état des choses, qu'il y a un affrontement syrie vs turcs ? Si oui il y en a bien un, la russie interviendra du coté syrien ? La syrie peut elle se défendre seul face à la turquie ? 

Plus le temps et les évènements se passent, plus je pense à une possible entente des 4 sur le dos des kurdes :

- les US se retire de "la bande des 30 km",  mettant leur ligne rouge à ne pas franchir à la limite sud (à l'attention des turcs), laissant le champ libre à ceux-ci, sans intervention US

- les russes n'interviennent pas dans cette même "bande des 30 km", mettant eux aussi leur ligne rouge à ne pas franchir à la même limite sud (de même à l'attention des turcs), laissant eux aussi le champ libre à ceux-ci, sans intervention russe

- les forces gouvernementales syriennes peuvent y opérer à leur guise, mais sans soutien russe sur zone, et sans intervention US

- les turcs ne seront pas pris à parti s'ils confinent leurs opérations d'agression à l'intérieur de cette zone, et pour un temps limité prévu (convenu entre les 4 parties)

Crédible ? Pour ma part oui, ça pourrait très bien l'être ... Et expliquerait possiblement et en partie les gesticulations ubuesques du "blond" Trump sur cette affaire, comme du grand théâtre de l'Erdogan 1er, et le silence plutôt douteux du Tzar Poutine (qui doit bien se marrer !) ...

Qu'en pensez-vous ... ? :huh:

Edited by jojo (lo savoyârd)

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, jojo (lo savoyârd) said:

Plus le temps et les évènements se passent, plus je pense à une possible entente des 4 sur le dos des kurdes : 

- les US se retire de "la bande des 30 km",  mettant leur ligne rouge à ne pas franchir à la limite sud (à l'attention des turcs), laissant le champ libre à ceux-ci, sans intervention US 

- les russes n'interviennent pas dans cette même "bande des 30 km", mettant eux aussi leur ligne rouge à ne pas franchir à la même limite sud (de même à l'attention des turcs), laissant eux aussi le champ libre à ceux-ci, sans intervention russe 

- les forces gouvernementales syriennes peuvent y opérer à leur guise, mais sans soutien russe sur zone, et sans intervention US 

- les turcs ne seront pas pris à parti s'ils confinent leurs opérations d'agression à l'intérieur de cette zone, et pour un temps limité prévu (convenu entre les 4 parties)

Crédible ? Pour ma part oui, ça pourrait très bien l'être ... Et expliquerait possiblement et en partie les gesticulations ubuesques du "blond" Trump sur cette affaire, comme du grand théâtre de l'Erdogan 1er, et le silence plutôt douteux du Tzar Poutine (qui doit bien se marrer !) ...

Qu'en pensez-vous ... ? :huh:

Pour le moment ce scenario est en cours.

La partie occidentale, rige gauche de l'Euphrate, anciennement occupé par les YPG/SDF ... est en cours de transfert vers les russes. Mais les rebelles turc soutenu conserve la bande de 30km.

Les autres zones transférées au loyalistes sont hors de la bandes des 30km ... Excepté Qamishli.

La ligne de démarcation semble être la M4 ... il est très fort probable que la Russie, l'Iran et le pouvoir syrien aient exigé que l’autoroute M4 reste syro-syrienne. Cette route est indispensable au fonctionnement du nord est du pays. Il se trouve que la M4 est souvent a un peu moins de 30km de la frontière ... mais pas de beaucoup.

Pour le moment il y aurait des combat entre loyaliste et éléments turcs-soutenus justement pour empêcher la coupure de la M4 par la Turquie, au moins sur la partie occidentale. LA partie centrale de la M4 et déjà largement sous controle turcs.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,436
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mav783
    Newest Member
    Mav783
    Joined
  • Forum Statistics

    20,754
    Total Topics
    1,264,304
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries