Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre civile en Syrie


Recommended Posts

25 minutes ago, penaratahiti said:

Est-ce que le Rafale a une victoire air-air à son actif, ne serait-ce qu'un drone ?

Le Rafale n'a pas besoin de victoire air-air ... ses adversaires s'inclinent ... et ne décollent même pas en sa présence.

  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, g4lly a dit :

Le Rafale n'a pas besoin de victoire air-air ... ses adversaires s'inclinent ... et ne décollent même pas en sa présence.

Le Rafale ne décolle pas, il pousse la terre vers le bas...

Un jour, un Rafale a allumé son radar et a abattu 5 Su-35S. Ensuite, il a tiré son premier missile.

  • Thanks 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, penaratahiti a dit :

Est-ce que le Rafale a une victoire air-air à son actif, ne serait-ce qu'un drone ?

Le gouvernement l'a interdit, soit disant que commencer mènerait à l'extinction de la population de drones sauvages.

Plus sérieusement, non. Et quelle importance ?

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 4 weeks later...
  • 1 month later...
  • 1 month later...

Syrie : les enfants sacrifiés de l’or noir. Le secteur pétrolier syrien a subi la destruction des usines d’extraction et de raffinage lors des frappes aériennes de la coalition occidentale contre Daech. Des enfants syriens âgés de 7 à 15 ans, réfugiés d’Alep et d’Idlib, travaillent dans ces raffineries dans les conditions d’un autre temps. https://www.rts.ch/play/tv/faut-pas-croire/video/syrie--les-enfants-sacrifies-de-lor-noir?urn=urn:rts:video:13054533

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bombardement par la Turquie ce soir de positions des kurdes syriens, et de l'armée syrienne elle même, première frappe du genre selon l'article suivant :

https://avia.pro/news/turciya-nanesla-udary-po-poziciyam-siriyskoy-armii-i-aerodromu-minning

Après que les troupes syriennes ont renforcé leur présence dans le nord de la Syrie et que les formations kurdes ont marqué les positions de l'armée syrienne en arborant des drapeaux de l'État syrien, empêchant ainsi l'opération militaire turque, on a appris que les troupes turques avaient attaqué cette région. En fait, il s'agit de la première attaque directe de l'armée turque et de militants pro-turcs contre l'armée syrienne.

À l'heure actuelle, on sait que les zones désignées de l'armée syrienne ont été soumises à de violents bombardements. Au même moment, entre autres, des frappes ont été menées sur l'aérodrome de Minnig près de Tell Rifat. On sait qu'à la suite de la frappe contre le quartier général des Kurdes syriens, il y a eu un certain nombre de victimes et de blessés, cependant, aucune information précise à ce sujet n'a encore été annoncée.

spacer.png

spacer.png

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

La Turquie et son opération spéciale contre les kurdes ...

Quote

L'armée syrienne a averti mardi soir dans un communiqué qu'elle ripostera immédiatement et directement à toute attaque turque visant ses bases militaires.

Quelques heures plus tôt, la Turquie a attaqué mardi une base militaire dans le nord de la Syrie, tuant trois soldats.

L'armée syrienne a dit avoir visé certaines bases turques, causant des pertes matérielles et humaines. Elle a indiqué dans son communiqué que la Turquie avait récemment intensifié ses provocations et ses attaques contre la Syrie, à l'heure où les forces turques intensifient leur offensive contre les milices kurdes dans le nord et le nord-est de la Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée à Londres, estime à 11 le nombre de soldats syriens tués lors de l'attaque turque de mardi.

Selon l'OSDH, ces attaques se sont intensifiées dans la nuit de lundi à mardi, avec des affrontements avec des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS, majoritairement kurdes) près de la frontière.

Depuis quelque temps, la Turquie menace de lancer une grande offensive militaire dans le nord de la Syrie, tandis que la Russie et l'Iran tentent de désamorcer les tensions.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2022-08/17/content_78376060.htm

---

Autre son de cloche sur l'opération spéciale ...

https://www.urdupoint.com/en/world/syrian-kurds-deny-reports-turkey-launched-mil-1548064.html

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Une trentaine de morts, essentiellement des miliciens kurdes et des soldats du régime syrien dans les bombardements turcs ce matin. sur le nord de la Syrie, du côté de Kobané notamment.

L'opération turque s'appelerait "croc épée" et répond soit-disant à l'attentat perpétré à Istambul la semaine passée ; plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées immédiatement, la Turquie a fini son enquête avant qu'elle n'ait démarré et incrimine le PKK, qui dément.

#cestr'partit

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 3 weeks later...

https://www.realclearworld.com/articles/2023/01/17/how_the_us_can_leverage_a_turkey-syria_rapprochement_876219.html

Juste avant le début de la nouvelle année, la Turquie et la Syrie ont entamé ce qui sera certainement un long processus de réconciliation. Utilisant la Russie comme intermédiaire, les ministres syriens et turcs de la défense et du renseignement se sont rencontrés à Moscou le 28 décembre pour discuter des réfugiés, de la lutte contre le terrorisme, de la sécurité des frontières et de l'état général des relations bilatérales. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, l'un des principaux partisans de l'opposition syrienne et l'un des premiers dirigeants régionaux à isoler le dictateur syrien Bachar-Assad au début de la guerre civile en 2011, songe maintenant à un sommet en personne avec l'homme fort.

Pour les États-Unis, les liens positifs entre la Turquie et la Syrie sont à la fois une malédiction et une bénédiction. D'une part, une telle évolution renforcerait la position d'Assad, saperait les tentatives de Washington de faire pression sur lui en vue d'un règlement politique, et accélérerait encore la réintégration de la Syrie dans l'architecture diplomatique du Moyen-Orient. De meilleurs liens pourraient également limiter les assauts militaires turcs dans les zones contrôlées par les Kurdes et permettre un retrait plus en douceur des troupes américaines de Syrie, évitant ainsi aux États-Unis de s'embarquer dans une autre mission militaire indéfinie dans la région.

Peut-être conscients de l'intérêt décroissant de l'Amérique, les Kurdes syriens seraient en discussion avec Damas pour se fondre dans l'armée régulière syrienne.

La fusion des Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes, au nombre d'environ 30 000, avec l'armée syrienne serait une aubaine pour les rangs des forces de sécurité syriennes, qui ont perdu plus de 158 000 personnes depuis 2011. Assad serait également en mesure de faire des percées dans les provinces orientales de la Syrie, riches en pétrole, après avoir été essentiellement persona non-grata dans ces régions pendant près d'une décennie.

Les États-Unis devront finir par quitter la Syrie. Plus tôt les Kurdes trouveront d'autres sources de sécurité, mieux ce sera.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Wallaby a dit :

https://www.realclearworld.com/articles/2023/01/17/how_the_us_can_leverage_a_turkey-syria_rapprochement_876219.html

Juste avant le début de la nouvelle année, la Turquie et la Syrie ont entamé ce qui sera certainement un long processus de réconciliation. Utilisant la Russie comme intermédiaire, les ministres syriens et turcs de la défense et du renseignement se sont rencontrés à Moscou le 28 décembre pour discuter des réfugiés, de la lutte contre le terrorisme, de la sécurité des frontières et de l'état général des relations bilatérales. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, l'un des principaux partisans de l'opposition syrienne et l'un des premiers dirigeants régionaux à isoler le dictateur syrien Bachar-Assad au début de la guerre civile en 2011, songe maintenant à un sommet en personne avec l'homme fort.

Pour les États-Unis, les liens positifs entre la Turquie et la Syrie sont à la fois une malédiction et une bénédiction. D'une part, une telle évolution renforcerait la position d'Assad, saperait les tentatives de Washington de faire pression sur lui en vue d'un règlement politique, et accélérerait encore la réintégration de la Syrie dans l'architecture diplomatique du Moyen-Orient. De meilleurs liens pourraient également limiter les assauts militaires turcs dans les zones contrôlées par les Kurdes et permettre un retrait plus en douceur des troupes américaines de Syrie, évitant ainsi aux États-Unis de s'embarquer dans une autre mission militaire indéfinie dans la région.

Peut-être conscients de l'intérêt décroissant de l'Amérique, les Kurdes syriens seraient en discussion avec Damas pour se fondre dans l'armée régulière syrienne.

La fusion des Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes, au nombre d'environ 30 000, avec l'armée syrienne serait une aubaine pour les rangs des forces de sécurité syriennes, qui ont perdu plus de 158 000 personnes depuis 2011. Assad serait également en mesure de faire des percées dans les provinces orientales de la Syrie, riches en pétrole, après avoir été essentiellement persona non-grata dans ces régions pendant près d'une décennie.

Les États-Unis devront finir par quitter la Syrie. Plus tôt les Kurdes trouveront d'autres sources de sécurité, mieux ce sera.

 

Il serait plus exact de dire que les Russes font pression pour que Damas accepte un accord avec des Turcs désireux de régler leurs problèmes liés à la Syrie et pour que les Kurdes acceptent de rejoindre le régime….

Link to comment
Share on other sites

Mais sans un réglement politique entre kurde et Damas pour un minimum de droit et d'autonomie des régions kurdes un tel accord est-il possible? Le régime est-il prêt à un tel précédent? J'en doute fortement la distance idéologique entre les kurdes et leur révolution et le régime rends cela très improbable. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je crois que les Kurdes se savent condamnés à un accord avec le régime (d'ailleurs ils ne réclament qu'une autonomie, pas l'indépendance). La question est à quels termes: les Kurdes veulent conserver leur culture, leur système éducatif et leurs forces armées comme garantie, le régime donner le moins possible.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
il y a 5 minutes, collectionneur a dit :

@Ciders Ce désastre peut aider justement Damas a sortir de l'isolement avec l'aide internationale qui s'organise.

Ce n'est même pas évident. Surtout, cela va engendrer de nouveaux problèmes dans une région qui n'en manque pas.

Tiens, juste en passant : est-ce que les barrages du projet GAP ont été touchés ?

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/03/20/quand-l-usine-lafarge-en-syrie-servait-de-base-d-espionnage-pour-la-coalition-anti-etat-islamique_6166188_3210.html

L’ex-responsable jordanien de la sécurité de l’usine de ciment française, Ahmad Jaloudi, mis en examen pour « financement de terrorisme », assure que les services de renseignement occidentaux, notamment français, ont profité du maintien sur place de Lafarge.

Ahmad Jaloudi, 54 ans, est colonel à la retraite de l’armée de l’air jordanienne. Il a aussi officié pour les services de renseignement de son pays, participé à des missions de maintien de la paix de l’ONU au Soudan, en Somalie, notamment. Surtout, il a travaillé de 2013 à 2019 pour l’entreprise française de ciment Lafarge. Il a notamment exercé les fonctions de « risk manager » de l’usine de Jalabiya, dans le nord-est de la Syrie, qui a continué de fonctionner jusqu’en septembre 2014, malgré la guerre civile en cours dans ce pays.

Comme l’avait révélé une enquête du Monde en juin 2016, confirmant des informations publiées par le journal syrien d’opposition Zaman Al-Wasl, la firme française a payé des droits de passage, des rançons, et acheté des matières premières brutes taxées par différents groupes rebelles armés syriens, dont l’EI.

Les conclusions de l’audit conduit en 2017 par le cabinet Baker McKenzie, à la demande des nouveaux dirigeants du cimentier, ont permis de conclure qu’une somme totale de 15,34 millions de dollars (14,3 millions d’euros) a pu être versée par la société Lafarge Cement Syria (LCS), filiale syrienne de Lafarge, sur la période de 2011 à 2015, tant au titre de l’achat irrégulier de matières premières qu’à celui de la rémunération des différents groupes armés, parmi lesquels des organisations terroristes. L’EI, par ses intermédiaires, aurait récupéré entre 4,8 millions et 10 millions de dollars, selon les estimations de la justice française.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,938
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...