Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre civile en Syrie


Recommended Posts

je pensais que les chiites étaient pas si nombreux que sa dans cette affaire  .

 

le hezbollah reste quand même une force qui s'est adapté et est disons bien géré militairement parlant ,rien à voir avec les islamiste d'en face ,sauf pour les Tchétchènes / caucasiens .

 

la différence s'est que là ils sont en position disons offensive se qui est quand même beaucoup plus différent que faire de la défensive je dirais .

 

apparemment ils ont l'air de s'adapté .

 

 

à mon avis je pense que les Russes auraient la capacité de faire très mal si ils déploieraient des forces terrestre ,aux côté de l'armée syrienne qui elle même a engrangé une expérience .

 

le rythme offensif serait largement doublé .

Il ne faut pas oublier les miliciens irakiens chiites qui sont bien plus nombreux que le Hezbollah. Officiellement (pas pour le régime par contre) ils ne sont là que pour protéger le mausolée de Zaynab à l'est de Damas. Mais disons qu'ils ont tendance à un peu déborder de leur objectifs...

Link to comment
Share on other sites

@Alexandre (regarde les dates a chaque fois) 

 

Oui, je connais cette vidéo et les autres.

 

Cela ne change rien à l'historique des événements : les manifestations et appels aux réformes économiques ont commencé en février 2011. A la fin du mois des centaines de personnes ont déjà été arrêtés. Des centaines sont battus. 

 

Les manifestations prennent de l'ampleur en mars 2011(on parle pour la première fois de printemps arabe en Syrie) : la police tire dans la foule et les représentants des droits de l'homme sont arrêtés en masse. Les premiers témoignages de tortures et de mauvais traitements apparaissent. Les manifestations s'étendent à tout le pays, des fonctionnaires changent de camp.

 

Fin mars, des milliers de personnes sont arrêtés mais la police ne contrôle plus la situation dans certaines villes, des manifestations géantes sont organisés chaque vendredi et l'armée entre en jeu : le nombre de manifestants abattus explose. Des manifestants sont achevés dans les hôpitaux, les enterrements des victimes entraînent encore plus de manifestations. 

 

La répression devient encore plus sanglante (les policiers tirent à vue, les victimes se comptent par centaines) mais le régime perd le contrôle de plusieurs villes. La population se range massivement du coté des manifestants et même des membres du parti de Bachar démissionnent. Les arrestations se comptent par milliers.

 

Le régime syrien continue d'alterner promesses et répression massive mais désormais les manifestants veulent la démission de Bachar avant toute négociation, le combat devient politique et religieux (refus de la domination des alaouites dans la société, appels à la rébellion dans les mosquées).

 

Avril débute dans un bain de sang, l'opinion internationale commence à prendre position en faveur des manifestants. Plusieurs policiers sont abattus, les manifestations deviennent beaucoup moins pacifistes. Le régime syrien parle de "terroristes" et mobilise l'armée pour mater les manifestations, sans succès.

 

Fin avril l'armée encercle et bombarde des villes et villages.  Des soldats et officiers commencent à déserter. Le siège de plusieurs grandes villes commence. L'armée compte ses premières pertes (embuscades). 

 

Début mai des groupes armés apparaissent partout et se lancent dans l'exécution de fonctionnaires pro-régime en représailles des attaques de l'armée. La situation devient anarchique.

 

Début juin le régime commence à parler d'assassinats de policiers et de militaires capturés sur la base des premières vidéos qui apparaissent, tandis que les villes sunnites basculent toutes aux mains des groupes armés. Des "brigades" formés d'étrangers apparaissent. c'est le début de la guerre civilo-religieuse. Le Conseil National Syrien sera crée 3 mois plus tard.

Edited by alexandreVBCI
Link to comment
Share on other sites

sa fait un moment que je me pose la question :

 

est ce que techniquement (au niveau internationale ) ,il n'y a rien qui empêche la Russie d'allé aidé sur le terrain le régime de Bachar ?

 

étant donné qu'allait aidé un pays ami est pas interdit au vu de l'internationalisation de se conflit ,avec l'arrivé en nombre d'étrangers .

 

quel serait la taille d'un engagement Russe sur le terrain en terme d'effectif et de moyens pour disons assurer la mission ?

 

possédant déjà une base sur place il y aurait une grande facilité pour mettre en place une force conséquente .

 

je fais un peu de wath if en même temps  =)

 

Techniquement, c'est une puissance nucléaire avec la capacité de projeter des forces sur une longue distance. 

 

Légalement, c'est ce qu'on appelle en droit international une intervention sollicitée. La question n'est pas traitée par un cadre légal contraignant mais durant la guerre froide pour éviter qu'elle ne devienne chaude l'AG et l'Institut de droit international avait proclamé l'illégalité d'une intervention sollicitée. La dernière résolution de IDI (résolution de Rhodes) revient quelque peu sur ce principe et considère comme licite  une intervention sollicitée dans une guerre civile à condition qu'elle soit demandée uniquement par le gouvernement en fonction et que l'intervention ne se fasse pas pour réprimer la volonté d'un peuple ( de mémoire). Donc légalement, je pense que cette intervention serait douteuse sauf si elle intervient dans la région de Lattaquié largement pro-gouvernement.

Link to comment
Share on other sites

Oui, je connais cette vidéo et les autres.

 

Cela ne change rien à l'historique des événements : les manifestations et appels aux réformes économiques ont commencé en février 2011. A la fin du mois des centaines de personnes ont déjà été arrêtés. Des centaines sont battus. 

 

Les manifestations prennent de l'ampleur en mars 2011(on parle pour la première fois de printemps arabe en Syrie) : la police tire dans la foule et les représentants des droits de l'homme sont arrêtés en masse. Les premiers témoignages de tortures et de mauvais traitements apparaissent. Les manifestations s'étendent à tout le pays, des fonctionnaires changent de camp.

 

Fin mars, des milliers de personnes sont arrêtés mais la police ne contrôle plus la situation dans certaines villes, des manifestations géantes sont organisés chaque vendredi et l'armée entre en jeu : le nombre de manifestants abattus explose. Des manifestants sont achevés dans les hôpitaux, les enterrements des victimes entraînent encore plus de manifestations. 

 

La répression devient encore plus sanglante (les policiers tirent à vue, les victimes se comptent par centaines) mais le régime perd le contrôle de plusieurs villes. La population se range massivement du coté des manifestants et même des membres du parti de Bachar démissionnent. Les arrestations se comptent par milliers.

 

Le régime syrien continue d'alterner promesses et répression massive mais désormais les manifestants veulent la démission de Bachar avant toute négociation, le combat devient politique et religieux (refus de la domination des alaouites dans la société, appels à la rébellion dans les mosquées).

 

Avril débute dans un bain de sang, l'opinion internationale commence à prendre position en faveur des manifestants. Plusieurs policiers sont abattus, les manifestations deviennent beaucoup moins pacifistes. Le régime syrien parle de "terroristes" et mobilise l'armée pour mater les manifestations, sans succès.

 

Fin avril l'armée encercle et bombarde des villes et villages.  Des soldats et officiers commencent à déserter. Le siège de plusieurs grandes villes commence. L'armée compte ses premières pertes (embuscades). 

 

Début mai des groupes armés apparaissent partout et se lancent dans l'exécution de fonctionnaires pro-régime en représailles des attaques de l'armée. La situation devient anarchique.

 

Début juin le régime commence à parler d'assassinats de policiers et de militaires capturés sur la base des premières vidéos qui apparaissent, tandis que les villes sunnites basculent toutes aux mains des groupes armés. Des "brigades" formés d'étrangers apparaissent. c'est le début de la guerre civilo-religieuse. Le Conseil National Syrien sera crée 3 mois plus tard.

 

Comme je l'ai dit, Ahrar Al Sham a été crée avant même le mois de février, leurs actes violents ont commencé dès le début de la répression "normale" soit au mois de février/mars. Par ailleurs, si tu suis un peu la propagande du régime, elle parle rarement de terroriste mais "d'hommes/groupes armés". Cette phrase tourne dans les journaux occidentaux et c'est devenu la phrase type pour pouvoir faire un article sur la Syrie. 

 

Cela ne change rien au fait que je pense comme beaucoup que la guerre civile en Syrie a commencé par la répression de manifestants pacifistes en très grande partie. La différence qui explique pourquoi cette répression a tourné à la guerre civile en Syrie et pas Bahrain tient à l'influence étrangère. Les rebelles Syriens ont très très tôt trouvé des soutiens étrangers par des alliances naturelles entre les sunnites Libanais/Jordanien et Syrien puis avec l'implication des puissances étrangères (Qatar, Turquie, France) pensant pouvoir réitérer l'expérience Libyenne  où un soulèvement populaire quelque peu instrumentalisé avait permis de se débarrasser d'un partenaire gênant.  Et oui, parce qu'avant d'être des responsables de crime contre l'humanité, Bachar Al Assad et Khadafi étaient des partenaires ( et de très bons) des pays occidentaux notamment en matière de sous traitance de la torture des islamistes radicaux. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@Gibbs

 

A mon avis ça sera catastrophique pour la russie et pareil pour bachar.

Ca donnerai toutes les raison du monde a la Turquie, au europeen au saoudiens et surtout au américain d'aider un maximum la rébellion. 

C'est militairement , politiquement et diplomatiquement tres risqué. Quand on envahis une péninsule pépère on donne pas au autres, l'occasion de te faire payer la crimée au centuple sur un front ou il leur serai facile de faire mal.

en fait ,je posé plutôt la question du point de vue stricto militaire ,en mettant de côté le point de vue géostratégique  =)

pour aidé sur le terrain sa représenterait combien d'unités à déployer etc  ... dans l'optique qu'il n'y ai pas eu la Crimée au même moment .

 

Il ne faut pas oublier les miliciens irakiens chiites qui sont bien plus nombreux que le Hezbollah. Officiellement (pas pour le régime par contre) ils ne sont là que pour protéger le mausolée de Zaynab à l'est de Damas. Mais disons qu'ils ont tendance à un peu déborder de leur objectifs...

à effectivement je ne savais pas qu'il y avait des miliciens chiites qui étaient là pour protégé le mausolée de Zaynab .donc ils ont une tendance à débordé de leur objectifs ,du genre action offensive ,et devant commettre aussi des exactions comme le camps d'en face peut-être (en fait s'est une question ) .

 

 

Techniquement, c'est une puissance nucléaire avec la capacité de projeter des forces sur une longue distance. 

 

Légalement, c'est ce qu'on appelle en droit international une intervention sollicitée. La question n'est pas traitée par un cadre légal contraignant mais durant la guerre froide pour éviter qu'elle ne devienne chaude l'AG et l'Institut de droit international avait proclamé l'illégalité d'une intervention sollicitée. La dernière résolution de IDI (résolution de Rhodes) revient quelque peu sur ce principe et considère comme licite  une intervention sollicitée dans une guerre civile à condition qu'elle soit demandée uniquement par le gouvernement en fonction et que l'intervention ne se fasse pas pour réprimer la volonté d'un peuple ( de mémoire). Donc légalement, je pense que cette intervention serait douteuse sauf si elle intervient dans la région de Lattaquié largement pro-gouvernement.

ok .

donc en dehors de tout contexte géopolitique ,une intervention limité dans une région serait la seul possibilité pour les Russes .

action strictement défensive ou aussi offensive ?

 

une région comme Lattaquié sa représente quoi en terme de taille pour déployé un contingent russe ?

Link to comment
Share on other sites

le plus simple pour les russe serait d'envoyé une ou deux escadrille de chasseur bombardiers sur des base syrienne, avec quelques loulou pour le FAC.

ensuite ils mobilise leurs aviation en crimé et dans le caucase.

 

comme sa les russes pourront frappé les terro, partout en syrie, même proche de la frontiere turc, ainsi les turc ferait pas chiez les syriens ils prendrait pas le risque de shooté un avion russe, et si les turc s'amuse a bombardé depuis la frontiere avec l'arti un tout petit detour devrait permettre de refroidir les ardeurs turc.

Link to comment
Share on other sites

IRIB- Une haute source saoudienne a fait part de l’accord des Etats-Unis avec la levée des restrictions sur l’envoie d’armes sophistiquées à l’Armée Syrienne Libre (ASL).

Cet accord a été obtenu lors de la rencontre d’Obama avec les autorités saoudiennes dont Malek Abdellah, a révélé cette source,cité par le quotidien al-Arabe. L’administration américaine a donné son accord à la levée de l’interdiction d’envoyer de missiles anti-aériennes, anti-char et des blindés, a-t-elle ajouté avant de préciser : Prochainement la livraison d’armes et l’entrainement à l’utilisation d’armes sophistiquées des éléments de ce groupe seront lancés, ce qui mettra fin à la suprématie militaire de Bachar al-Assad. L’administration américaine s’est opposée à l’intervention directe dans les évolutions syriennes et promis de fournir aux groupes terroristes via les satellites des renseignements sur les déplacements des forces de l’armée syrienne. Obama aurait demandé toutefois aux saoudiens d’empêcher que ces armes tombent entre les mains des groupes extrémistes liés à Al-Qaïda. L’administration américaine a été contrainte de changer sa position car les groupes extrémistes reçoivent sans cesse des aides financières et militaires tandis que l’ASL reste le seul groupe à être affecté par les restrictions américaines, prétend le journal londonien al-Arabe.

 

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/319730-washington-donne-son-accord-%C3%A0-la-demande-des-saoudiens-pour-ce-qui-est-de-la-syrie

Link to comment
Share on other sites

pas mal la rapidité à 4:30

https://www.youtube.com/watch?v=MKxZl9UCixg

 

edit: remarquez l'utilisation de l'artillerie en appui direct.

 

Syrie: les insoutenables souvenirs de djihad de la "brigade française"

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/video-syrie-les-insoutenables-souvenirs-de-djihad-de-la-brigade-francaise_1503823.html#ChZRBVgpkfmMROwD.99

 

Edited by Conan le Barbare
Link to comment
Share on other sites

IRIB- Une haute source saoudienne a fait part de l’accord des Etats-Unis avec la levée des restrictions sur l’envoie d’armes sophistiquées à l’Armée Syrienne Libre (ASL).

Cet accord a été obtenu lors de la rencontre d’Obama avec les autorités saoudiennes dont Malek Abdellah, a révélé cette source,cité par le quotidien al-Arabe. L’administration américaine a donné son accord à la levée de l’interdiction d’envoyer de missiles anti-aériennes, anti-char et des blindés, a-t-elle ajouté avant de préciser : Prochainement la livraison d’armes et l’entrainement à l’utilisation d’armes sophistiquées des éléments de ce groupe seront lancés, ce qui mettra fin à la suprématie militaire de Bachar al-Assad. L’administration américaine s’est opposée à l’intervention directe dans les évolutions syriennes et promis de fournir aux groupes terroristes via les satellites des renseignements sur les déplacements des forces de l’armée syrienne. Obama aurait demandé toutefois aux saoudiens d’empêcher que ces armes tombent entre les mains des groupes extrémistes liés à Al-Qaïda. L’administration américaine a été contrainte de changer sa position car les groupes extrémistes reçoivent sans cesse des aides financières et militaires tandis que l’ASL reste le seul groupe à être affecté par les restrictions américaines, prétend le journal londonien al-Arabe.

 

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/319730-washington-donne-son-accord-%C3%A0-la-demande-des-saoudiens-pour-ce-qui-est-de-la-syrie

 

Est ce qu'on pourrait éviter de citer IRIB, c'est de le degré 0 de journalisme. 

 

L'info sur l'autorisation de MANPADS par les E-U est confirmée par d'autres sources (article de NY times)  et déjà critiquée notamment par James Mcmichael qui dit que cela violerait plusieurs engagement pris par les E-U dans la lutte contre le terrorisme notamment celui d'empêcher l'accès aux MANPADS aux groupes non étatique qui pourraient à terme menacer le trafic aérien civil. 

 

 

http://www.joshualandis.com/blog/obama-approval-manpads-rebels-violate-us-agreements-policy-endanger-airliners-james-mcmichael/

Link to comment
Share on other sites

Originaire de Rastan, entre Homs et Hama, le général Ahmed Tlass, a vécu les premières heures de la contestation en Syrie, avant de choisir l'exil, révulsé par la violence de la répression. D'Amman, il a témoigné sur les agissement du clan Assad. 

 

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/syrie-ahmed-tlass-ou-le-systeme-assad-vu-de-l-interieur_1504817.html#xtor=AL-447

Link to comment
Share on other sites

Mortier artisanale de 300mm à Alep:

Pas mal, même si la cadence de tir est un peu faible. Avec un système de chargement automatique ce mortier pourrait être assez redoutable même si je doute que le canon puisse supporter la cadence.

C'est quoi ça une canalisation recyclée? on fait vraiment de l'artillerie avec n'importe quoi aujourd'hui.. ^-^

Link to comment
Share on other sites

je pensais qu'ils avaient du évacuer la zone a cause des tirs de l'artillerie turques?

Ca a d'ailleurs rendu furax les arméniens http://www.armenews.com/article.php3?id_article=98552

 

Ce sont les arméniens de Kassab qui rapportent que des obus sont tiré de Turquie sur Kassab, et que les "insurgés" détruises les églises et pillent les maison.

 

C'est d'ailleurs assez étonnant que le puissant lobby arméniens en France, ne remettent pas plus en cause le soutien français aux djihadistes.

 

C’EST LA VERSION SYRIENNE du pot de fer contre le pot de terre. En début de semaine, prenant à contre-pied le régime Assad, qui concentrait ses efforts sur la reprise en main de la zone frontalière avec le Liban, des brigades rebelles ont avancé dans le djebel turkmène, au sud de la frontière avec la Turquie. Avec la couverture tacite de l’armée turque, quia abattu un chasseur syrien et les a laissés passer par son territoire, les insurgés ont, pour la première fois, atteint le rivage méditerranéen. Mais cette percée, qui rompt avec une série de revers préoccupants pour l’opposition, semble déjà marquer le pas, en raison de la puissance de feu largement supérieure du camp loyaliste. Jeudi 27mars, fidèle à l’une de ses tactiques contre-insurrectionnelles préférées, l’aviation syrienne a lâché des barils d’explosifs sur l’Observatoire 45, une colline stratégique, proche de la localité de Kastal Maaf. Selon une source militaire syrienne, citée par l’Agence France-Presse (AFP), les bombardements ont forcé les rebelles à abandonner ce point haut, qui surplombe la province de Lattaquié, la terre ancestrale du clan Assad. Parallèlement, l’armée régulière pilonnait les environs de Kassab,un village arménien,à un jet de pierre de la Turquie, dont les insurgés se sont emparé dimanche,en même temps qu’un poste-frontière.

Selon Rami Abdel Rahmane, de l’Observatoire syrien des droits de l’homme,Damas a mobilisé des milliers de soldats et de miliciens, en puisant dans la communauté alaouite, la confession du clan Assad, dominante dans la région de Lattaquié. Le pouvoir syrien, qui grignote peu à peu les positions rebelles depuis la chute de Qoussair, en juin2013, ne peut laisser ses adversaires prendre pied dans son sanctuaire, sans réagir vite et fort. D’autant qu’un parent de Bachar Al-Assad, Hilal Al-Assad, chef des comités de défense nationale, un groupe paramilitaire alaouite,a été tué dans les combats de Kassab.

« Le régime est furieux, dit Rania Kisar, une militante anti- Assad, de passage à Paris. Il a dépêché de nombreux renforts sur la côte. Cela va diminuer la pression sur les autres fronts. Le moral des révolutionnaires a été regonflé par cette offensive surprise. » Le politologue Radwan Ziadeh,membre du gouvernement intérimaire mis en place par l’opposition, est nettement moins enthousiaste. « Il y a une pression populaire très forte pour porter le combat sur les terres d’Assad.Mais comme le régime a la maîtrise du ciel, l’attaque n’ira pas loin. Et puis sur un terrain comme celui de Lattaquié, peuplé par de nombreuses minorités, le risque de dérapage est grand. C’est une stratégie à courte vue. » En août2013, des combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un groupe djihadiste, s’étaient déjà infiltrés dans la campagne de Lattaquié. Avant que la contre-offensive des forces gouvernementales ne les en repousse, les djihadistes avaient exécuté environ 200 civils alaouites, selon Human Rights Watch, dont des femmes et des enfants. Cette fois-ci, l’attaque est menée par le Front Al-Nosra, une autre formation djihadiste, affiliée à Al- Qaida, mais davantage acceptée dans les milieux de l’opposition, ainsi que par d’autres bataillons islamistes. Attaqué par ses rivaux au début de l’année, l’EIIL s’est retranché ilya deux semaines dans son fief de Rakka, dans l’Est syrien.

Les hommes d’Al-Nosra sauront ils éviter les exactions sectaires ? Aux yeux de ces radicaux,Arméniens et alaouites,en plus d’être soupçonnés de soutenir le régime, sont considéré scomme des hérétiques.

Grand classique du conflit syrien, la guerre des vidéos et des témoignages contradictoires a commencé.Un Arménien de Kassab, joint par téléphone à Lattaquié où il s’est réfugié, affirme que 800 familles ont fui l’arrivée des rebelles. Il assure que des obus ont été tirés de Turquie et que des maisons et une église ont été pillées.

Dans ce village, rescapé du génocide de 1915, on voit volontiers la main d’Ankara derrière l’attaque des djihadistes.Mais une vidéo, tournée par un militant présent aux côtés des assaillants,montre une église intacte.« Nous sommes différents de l’EIIL, indique un rebelle joint par l’AFP.Nous n’avons pas de problème avec les communautés religieuses.Nous voulons juste que le régime s’en aille. »

Benjamin Barthe

avec Guillaume Perrier

Visiblement les turcs ont lâché l'affaire, il y a du y avoir des grosse tractation en coulisse.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Pour changer de la guerre:

 

En plein conflit, un artiste syrien a décroché un record Guinness pour la plus grande "peinture murale" faite entièrement à partir d'objets recyclés. Moaffak Makhoul, à la tête d'une équipe formée de six professeurs d'arts, a réalisé cette création dans le quartier huppé de Mazzé à Damas, alors que les violences ravagent le pays depuis trois ans.

"La plus grande 'peinture murale' faite de matières recyclées mesure 720 mètres carrés, et elle est réalisée par Moaffak Makhoul et une équipe de six artistes dans le quartier de Mazzé à Damas", a indiqué le Guinness des records sur sa page Facebook, indiquant que le travail a été achevé en janvier.

"Nous avons entamé le travail en octobre dernier", raconte Makhoul à l'AFP affirmant avoir eu "besoin, dans le climat actuel, d'offrir quelque chose à la patrie, de faire connaître le peuple syrien qui aime la beauté, la vie et la nature".

Le mur est fait à partir de pièces recyclées de voitures, de vélos, d'ustensiles de cuisine, de tuyaux, de cannettes de boissons, de céramique et de miroirs. "C'est le premier record Guinness pour un mur artistique fait à partir de déchets", indique Makhoul.

Le mur donne sur l'autoroute de Mazzé, dans le centre de la capitale, que traversent quotidiennement des centaines de passants et de voitures.

"Le mur redonne de l'espoir. Damas est blessé et triste, mais les amoureux viennent se faire photographier près du mur", affirme Souheil Amayri, un des professeurs ayant participé à l’œuvre. "Créer de belles choses à partir d'ordures signifie que nous pouvons tout reconstruire malgré les destructions", dit-il.

"C'est un simple message visant à revêtir la rue de couleurs. Cela émeut les gens", a déclaré pour sa part l'artiste Rajaa Wabi. "Les couleurs apportent de la joie et cet ouvrage a fait sortir l'art dans la rue, attirant les gens de toutes les catégories", explique-t-elle. "L'ouvrage les a réunis", ajoute Rajaa. "Des femmes au foyer ont apporté des déchets domestiques et beaucoup de personnes venant de zones de guerre ont remis les clés ou des objets de leurs maisons, ajoutant un côté humain au tableau", a-t-elle indiqué.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,946
    Total Members
    1,749
    Most Online
    maiquel
    Newest Member
    maiquel
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...