Sign in to follow this  
Mat

Forces de l'ordre

Recommended Posts

Mais oui Akhilleus, si c'est ça du trollage, juste de mettre en parallèle une information qui évolue au gré du media, je suis un troll.

Tiens, j'ai débusqué d'autres trolls au Parisien Libéré:

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/l-agresseur-a-prie-avant-de-frapper-27-05-2013-2838937.php

Heureusement que l'article est réservé aux abonnés, autrement on pourrait penser que le moine bénédictin dont il s'agit surement (vêtements amples -j'avais  entendu avant un journaliste parler de "soutane" (sic)- et prière) ferait penser qu'il s'agissait d'une autre religion.

Comme je disais sur un autre fil, j'ai un pays de replis, vous n'avez que cette magnifique France, faites en ce que vous voudrez pour vous et votre descendance.

Je n'interviendrai plus sur cette affaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais oui Akhilleus, si c'est ça du trollage, juste de mettre en parallèle une information qui évolue au gré du media, je suis un troll.

Et oui c'est du trollage, notamment la partie en gras

Je remarque que le "le barbu nord-africain en djellaba" est devenu un agresseur "grand, environ 1 mètre 90, il portait une barbe, un pull et un pantalon noirs" dans la version Libération. M’étonnerais qu'il ne devient pas un affreux extrémiste de la manif pour tous, car "toutes les pistes ne sont pas à écarter".

Comme je disais sur un autre fil, j'ai un pays de replis, vous n'avez que cette magnifique France, faites en ce que vous voudrez pour vous et votre descendance.

Je n'interviendrai plus sur cette affaire.

<et tu fais bien .....>

Share this post


Link to post
Share on other sites

Légitime défense normalement. Mais tu devras quand même supporter une enquête et çà va pourrir ton dossier.

et concrètement, ce n'est pas facile à gérer.

Tu peux arriver à esquiver un adversaire muni d'un couteau qui arrive en courant quand tu le remarques à 7 m, au plus près.

Entre 7m et toi, tu es planté.

Entre 7 m et toi, le gars qui court va mettre moins de 2 secondes pour te tomber dessus..

Tu ne regardes pas forcement dans sa direction,

ton arme n'est pas forcement approvisionnée ni chargée

tu ne t'y attends pas...

c'est l'heure :P

Ensuite, c'est un lieu public plein de monde, l'agression finie, le mec qui se sauve, on ne tire pas (il n'y a plus de vies en danger) ; on ne se venge pas, on ravale sa frustration, on ne perd pas des munitions dans le public... soit on lui part au Q (mais pas tout seul), soit on s'occupe du blessé en donnant l'alerte pour que d'autres puissent le coincer.

Si tu peux le tirer, au moment de la charge, il faut prouver que l'attaque ne pouvait pas etre évitée (pas comme mes collègues (Police) qui sont seuls sur une 3 voies et qui font signe à une voiture de s’arrêter.... et qui fonce. On peut se dégager sur les autres voies. La légitime défense n'est pas valide).

alors, comment éviter l'agression ?

tu ne peux pas !

ta mission est de patrouiller au milieu de la foule, tu ne peux pas avoir une bulle de + de 7 m autour de toi.

Pour gagner une fraction de seconde qui peut te permette de traiter le méchant, tu peux essayer de t’écarter de sa trajectoire en pas chassés (en latéral) : tu lui rallonges sa course, petites fractions de secondes qui peuvent te permettre de dégainer (pas de verbaliser, c'est une perte de temps)...

mais, tu vois, c'est chaud bouillant :O

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Défenseur des droits a présenté mardi plusieurs propositions visant à encadrer davantage l'utilisation du Taser et du Flash-Ball par les forces de l'ordre, citant des chiffres inédits qui témoignent notamment d'une hausse de l'usage du Taser.

Les chiffres compilés par le Défenseur des droits font état d'une nette augmentation de l'usage du Taser en 2012, tant par la police (+ 26 %) que par la gendarmerie (+ 30 %). Dans le cas de la gendarmerie, le Défenseur relève que le nombre d'usages en mode "contact" (les deux autres étant le dissuasif et le tir) a bondi (+ 48 %).

Quant au Flash-Ball, son utilisation par la police ne cesse de décroître (- 18 % de munitions utilisées en 2012, après - 26 % en 2011), alors que celle du LBD 40X46, à plus longue portée, augmente dans des proportions très importantes (+ 52 % de munitions utilisées en 2012, après + 107 % en 2011). En revanche, dans le cas de la gendarmerie, l'usage du Flash-Ball aussi bien que du LBD 40X46 était déjà modéré et est devenu "marginal".

À l'analyse des données et des usages, le Défenseur émet plusieurs recommandations. Pour le Taser, il suggère notamment d'augmenter la durée de formation initiale, de restreindre l'usage en mode contact (à bout touchant) et d'étendre aux policiers l'interdiction d'utilisation pour des opérations de maintien de l'ordre qui vaut déjà pour les militaires de la gendarmerie. En ce qui concerne le Flash-Ball (et la future munition courte portée utilisable avec le LBD 40X46), le Défenseur propose d'élargir à la région du coeur et au triangle génital les zones corporelles interdites. L'interdiction porte actuellement sur la zone située au-dessus de la ligne des épaules. Tout comme pour le Taser, le Défenseur réclame que les personnes dépositaires de l'autorité publique habilitées à utiliser ces armes reçoivent une session de formation continue chaque année. Il demande aussi que soit amélioré le contenu de cette formation.

http://www.lepoint.fr/societe/vers-un-encadrement-de-l-utilisation-du-flash-ball-et-du-taser-28-05-2013-1672996_23.php

Il va surtout falloir former des tireurs d'élites... plutôt que de se poser la question du pourquoi de la hausse des utilisations on décide de limiter d'office les possibilités de tirs, au mépris de la complexité engendré en condition réelle et de la protection des policiers et gendarmes.  >:(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Défenseur des droits a présenté mardi plusieurs propositions visant à encadrer davantage l'utilisation du Taser et du Flash-Ball par les forces de l'ordre, citant des chiffres inédits qui témoignent notamment d'une hausse de l'usage du Taser.

Les chiffres compilés par le Défenseur des droits font état d'une nette augmentation de l'usage du Taser en 2012, tant par la police (+ 26 %) que par la gendarmerie (+ 30 %). Dans le cas de la gendarmerie, le Défenseur relève que le nombre d'usages en mode "contact" (les deux autres étant le dissuasif et le tir) a bondi (+ 48 %).

Quant au Flash-Ball, son utilisation par la police ne cesse de décroître (- 18 % de munitions utilisées en 2012, après - 26 % en 2011), alors que celle du LBD 40X46, à plus longue portée, augmente dans des proportions très importantes (+ 52 % de munitions utilisées en 2012, après + 107 % en 2011). En revanche, dans le cas de la gendarmerie, l'usage du Flash-Ball aussi bien que du LBD 40X46 était déjà modéré et est devenu "marginal".

À l'analyse des données et des usages, le Défenseur émet plusieurs recommandations. Pour le Taser, il suggère notamment d'augmenter la durée de formation initiale, de restreindre l'usage en mode contact (à bout touchant) et d'étendre aux policiers l'interdiction d'utilisation pour des opérations de maintien de l'ordre qui vaut déjà pour les militaires de la gendarmerie. En ce qui concerne le Flash-Ball (et la future munition courte portée utilisable avec le LBD 40X46), le Défenseur propose d'élargir à la région du coeur et au triangle génital les zones corporelles interdites. L'interdiction porte actuellement sur la zone située au-dessus de la ligne des épaules. Tout comme pour le Taser, le Défenseur réclame que les personnes dépositaires de l'autorité publique habilitées à utiliser ces armes reçoivent une session de formation continue chaque année. Il demande aussi que soit amélioré le contenu de cette formation.

http://www.lepoint.fr/societe/vers-un-encadrement-de-l-utilisation-du-flash-ball-et-du-taser-28-05-2013-1672996_23.php

Il va surtout falloir former des tireurs d'élites... plutôt que de se poser la question du pourquoi de la hausse des utilisations on décide de limiter d'office les possibilités de tirs, au mépris de la complexité engendré en condition réelle et de la protection des policiers et gendarmes.  >:(

Bonsoir,

moi, je l'ai trouvé sur Libé, cet article http://www.liberation.fr/societe/2013/05/28/les-tasers-et-flashballs-dans-le-viseur-du-defenseur-des-droits_906311

et j'aime "bien" la qualité de l'article  :rolleyes: :lol:

je cite : ... Le Flash-Ball et le LBD 40X46 (version à plus longue portée) ont néanmoins occasionné plusieurs blessures graves, le plus souvent aux yeux, ces dix dernières années, dans le cadre de leur utilisation par les forces de l'ordre. ... fin de citation

surtout que le LBD de 40, ça ne fait que 3-4 ans qu'il est en dotation un peu partout...

et qu'il a été "vendu" pour palier à l'insuffisance de précision du Flash Ball.

Ils me font toujours "rigoler" les tronches qui pondent des recommandations comme ça.

On ne les voit jamais lors des violences urbaines, lors d'evenements qui necessitent l'emploi de ces moyens...

Je les imagine bien en train de mesurer les 7 m minimum qu'il faut pour engager, la ligne des épaules sur des gens qui courent, qui bougent... les copains qui tombent à coté (en gros, faut pas dormir et se tirer les doigts)

Bref, et comme j'aime bien prendre les problemes dans l'autre sens, ma question, à moi, c'est plutot :

comment en est on arrivé là ?

pourquoi la police (gendarmerie) sont obligés d'utiliser des FB, des tasers contre des citoyens ?

qui a laissé dériver ces comportements ??

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Défenseur des droits a présenté mardi plusieurs propositions visant à encadrer davantage l'utilisation du Taser et du Flash-Ball par les forces de l'ordre, citant des chiffres inédits qui témoignent notamment d'une hausse de l'usage du Taser.

Les chiffres compilés par le Défenseur des droits font état d'une nette augmentation de l'usage du Taser en 2012, tant par la police (+ 26 %) que par la gendarmerie (+ 30 %). Dans le cas de la gendarmerie, le Défenseur relève que le nombre d'usages en mode "contact" (les deux autres étant le dissuasif et le tir) a bondi (+ 48 %).

Quant au Flash-Ball, son utilisation par la police ne cesse de décroître (- 18 % de munitions utilisées en 2012, après - 26 % en 2011), alors que celle du LBD 40X46, à plus longue portée, augmente dans des proportions très importantes (+ 52 % de munitions utilisées en 2012, après + 107 % en 2011). En revanche, dans le cas de la gendarmerie, l'usage du Flash-Ball aussi bien que du LBD 40X46 était déjà modéré et est devenu "marginal".

À l'analyse des données et des usages, le Défenseur émet plusieurs recommandations. Pour le Taser, il suggère notamment d'augmenter la durée de formation initiale, de restreindre l'usage en mode contact (à bout touchant) et d'étendre aux policiers l'interdiction d'utilisation pour des opérations de maintien de l'ordre qui vaut déjà pour les militaires de la gendarmerie. En ce qui concerne le Flash-Ball (et la future munition courte portée utilisable avec le LBD 40X46), le Défenseur propose d'élargir à la région du coeur et au triangle génital les zones corporelles interdites. L'interdiction porte actuellement sur la zone située au-dessus de la ligne des épaules. Tout comme pour le Taser, le Défenseur réclame que les personnes dépositaires de l'autorité publique habilitées à utiliser ces armes reçoivent une session de formation continue chaque année. Il demande aussi que soit amélioré le contenu de cette formation.

http://www.lepoint.fr/societe/vers-un-encadrement-de-l-utilisation-du-flash-ball-et-du-taser-28-05-2013-1672996_23.php

Il va surtout falloir former des tireurs d'élites... plutôt que de se poser la question du pourquoi de la hausse des utilisations on décide de limiter d'office les possibilités de tirs, au mépris de la complexité engendré en condition réelle et de la protection des policiers et gendarmes.  >:(

L'augmentation de l'utilisation du Taser ce n'est pas surtout à cause d'une dotation plus grande que l'année précédente ? Il faudrait voir si les unités qui sont déjà équipé de Taser l'utilisent plus et ne pas prendre un chiffre général du nombre de cas où le Taser a été utilisé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'augmentation de l'utilisation du Taser ce n'est pas surtout à cause d'une dotation plus grande que l'année précédente ? Il faudrait voir si les unités qui sont déjà équipé de Taser l'utilisent plus et ne pas prendre un chiffre général du nombre de cas où le Taser a été utilisé.

Le probleme du taser en mode contact c'est que c'est facile ... pratique, et donc on prend vite la mauvaise habitude de l'utiliser pour contraindre, intimider etc. C'est pas nouveau, et l'augmentation des dotations doit correspondre a l'augmentation des souci... Reste que ce n'est pas une excuse pour utiliser cette arme comme un engin de "torture" alors que d'autre solution existe - certes avec les autres solution faut mettre un peu la main a la patte -.

Pour le flashball c'est différent. Le machin ne sert pas a grand chose contre des individus préparés a se faire flashballé ... d'où la recrudescence des tirs pour essayer de regagner un peu de dissuasion. Sauf que contre quelqu'un qui ne s'y attend pas du tout ca peu faire vite mal ou tres mal ... Donc on a d'un coté les tirs multiple sur des individu qui s'en foutent et sur qui ca ne fait rien, et d'un autre une balle perdu sur des gens tres sensible qui vont morfler - c'est le cas dans les manifs ou la population est tres disparate -

Share this post


Link to post
Share on other sites

et concrètement, ce n'est pas facile à gérer.

Tu peux arriver à esquiver un adversaire muni d'un couteau qui arrive en courant quand tu le remarques à 7 m, au plus près.

Entre 7m et toi, tu es planté.

Entre 7 m et toi, le gars qui court va mettre moins de 2 secondes pour te tomber dessus..

Tu ne regardes pas forcement dans sa direction,

ton arme n'est pas forcement approvisionnée ni chargée

tu ne t'y attends pas...

c'est l'heure Tongue

Ensuite, c'est un lieu public plein de monde, l'agression finie, le mec qui se sauve, on ne tire pas (il n'y a plus de vies en danger) ; on ne se venge pas, on ravale sa frustration, on ne perd pas des munitions dans le public... soit on lui part au Q (mais pas tout seul), soit on s'occupe du blessé en donnant l'alerte pour que d'autres puissent le coincer.

Si tu peux le tirer, au moment de la charge, il faut prouver que l'attaque ne pouvait pas etre évitée (pas comme mes collègues (Police) qui sont seuls sur une 3 voies et qui font signe à une voiture de s’arrêter.... et qui fonce. On peut se dégager sur les autres voies. La légitime défense n'est pas valide).

alors, comment éviter l'agression ?

tu ne peux pas !

ta mission est de patrouiller au milieu de la foule, tu ne peux pas avoir une bulle de + de 7 m autour de toi.

Pour gagner une fraction de seconde qui peut te permette de traiter le méchant, tu peux essayer de t’écarter de sa trajectoire en pas chassés (en latéral) : tu lui rallonges sa course, petites fractions de secondes qui peuvent te permettre de dégainer (pas de verbaliser, c'est une perte de temps)...

mais, tu vois, c'est chaud bouillant shocked

Il y a aussi le problème de l'arme. Quand bien même les FAMAS seraient chargés et prêts à tirer après avoir enlevé la sécurité, ça reste du 5,56 mm... le genre de cartouches faites pour traverser un corps humain, pas pour s'arrêter au milieu des côtes. Et dans une gare bourrée de monde... ça craint.

A la rigueur, il faudrait équiper les Vigipirate de PA, mais ça perd le côté dissuasif que peut avoir un fusil d'assaut. Effet dissuasif qui fond comme neige au soleil depuis que tout le monde sait qu'ils ne sont pas chargés. Une solution intermédiaire consisterait peut-être à les pourvoir de leur baïonnette.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le probleme du taser en mode contact c'est que c'est facile ... pratique, et donc on prend vite la mauvaise habitude de l'utiliser pour contraindre, intimider etc. C'est pas nouveau, et l'augmentation des dotations doit correspondre a l'augmentation des souci... Reste que ce n'est pas une excuse pour utiliser cette arme comme un engin de "torture" alors que d'autre solution existe - certes avec les autres solution faut mettre un peu la main a la patte -.

Plutot que de me battre avec un contrevenant pour le maitriser, j'aimerais autant être doté d'un taser!

Il y a aussi le problème de l'arme. Quand bien même les FAMAS seraient chargés et prêts à tirer après avoir enlevé la sécurité, ça reste du 5,56 mm... le genre de cartouches faites pour traverser un corps humain, pas pour s'arrêter au milieu des côtes. Et dans une gare bourrée de monde... ça craint.

A la rigueur, il faudrait équiper les Vigipirate de PA, mais ça perd le côté dissuasif que peut avoir un fusil d'assaut.

Le 9 mm a également la sale réputation de traverser les corps!

Une solution intermédiaire consisterait peut-être à les pourvoir de leur baïonnette.

Aux dernières nouvelles ils avaient leur baïonnette au ceinturon... j'en ai même déjà vu avec un couteau digne de rambo attaché sur la poitrine! ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ensuite, c'est un lieu public plein de monde, l'agression finie, le mec qui se sauve, on ne tire pas (il n'y a plus de vies en danger) ; on ne se venge pas, on ravale sa frustration, on ne perd pas des munitions dans le public... soit on lui part au Q (mais pas tout seul), soit on s'occupe du blessé en donnant l'alerte pour que d'autres puissent le coincer.

Si tu peux le tirer, au moment de la charge, il faut prouver que l'attaque ne pouvait pas etre évitée (pas comme mes collègues (Police) qui sont seuls sur une 3 voies et qui font signe à une voiture de s’arrêter.... et qui fonce. On peut se dégager sur les autres voies. La légitime défense n'est pas valide).

Dans ce cas précis, tout n'est pas dit.

L'agresseur a été mis en joue au FAMAS par l'un des soldats. Il n'a pas ouvert le feu pour une unique raison: l'agresseur commençait à prendre la fuite. L'agresseur aurait continué une seconde de plus, il aurait été tiré.

Le soldat n'a pas tiré car il a eu un doute sur la légitime défense. L'agression avait cessé pour lui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plutot que de me battre avec un contrevenant pour le maitriser, j'aimerais autant être doté d'un taser!

C'est évident ... moi je préfererai le pistolet hypodermique, d'autre le lanceur de filet, et d'autre encore un décharge de micro-onde anti émeute.

Sauf que ce n'est pas fait pour ca réglementairement ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est évident ... moi je préfererai le pistolet hypodermique, d'autre le lanceur de filet, et d'autre encore un décharge de micro-onde anti émeute.

Sauf que ce n'est pas fait pour ca réglementairement ...

Lorsque tu es au contact, les "armes" que tu cites ne servent pas à grand chose! (je ne connais pas >>> "décharge de micro-onde anti émeute")

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lorsque tu es au contact, les "armes" que tu cites ne servent pas à grand chose! (je ne connais pas >>> "décharge de micro-onde anti émeute")

Toi t'as jamais vu Dexter!

Le machin a micro-onde c'est la grande antenne monté sur un hummer qui "brule" les émeutiers ;)

Tiens! un bisounours qui découvre la vie réelle :lol:

J'adore le coté dramatique donné a l'événement :lol:

Selon nos informations, le bilan de la rafle s’élèverait à 93 interpellations dont une femme enceinte, un aveugle un prêtre et 8 mineurs.

Mais quelle horreur la police interpelle des manifestants! Le plus amusant se sont les commentaires http://www.ndf.fr/nos-breves/27-05-2013/manif-pour-tous-la-police-rafle-93-manifestants-dont-une-femme-enceinte-un-aveugle-un-pretre-et-8-mineurs

Les FdO apprécieront ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aux dernières nouvelles ils avaient leur baïonnette au ceinturon... j'en ai même déjà vu avec un couteau digne de rambo attaché sur la poitrine! ^^

Je pensais à la mettre directement sur le canon.  ;)

Mais on dirait, et sans doute avec raison, que ce serait trop dangereux à l'usage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

moi, je l'ai trouvé sur Libé, cet article http://www.liberation.fr/societe/2013/05/28/les-tasers-et-flashballs-dans-le-viseur-du-defenseur-des-droits_906311

et j'aime "bien" la qualité de l'article  :rolleyes: :lol:

je cite : ... Le Flash-Ball et le LBD 40X46 (version à plus longue portée) ont néanmoins occasionné plusieurs blessures graves, le plus souvent aux yeux, ces dix dernières années, dans le cadre de leur utilisation par les forces de l'ordre. ... fin de citation

surtout que le LBD de 40, ça ne fait que 3-4 ans qu'il est en dotation un peu partout...

et qu'il a été "vendu" pour palier à l'insuffisance de précision du Flash Ball.

Ils me font toujours "rigoler" les tronches qui pondent des recommandations comme ça.

On ne les voit jamais lors des violences urbaines, lors d'evenements qui necessitent l'emploi de ces moyens...

Je les imagine bien en train de mesurer les 7 m minimum qu'il faut pour engager, la ligne des épaules sur des gens qui courent, qui bougent... les copains qui tombent à coté (en gros, faut pas dormir et se tirer les doigts)

Bref, et comme j'aime bien prendre les problemes dans l'autre sens, ma question, à moi, c'est plutot :

comment en est on arrivé là ?

pourquoi la police (gendarmerie) sont obligés d'utiliser des FB, des tasers contre des citoyens ?

qui a laissé dériver ces comportements ??

Tu t'attendais à quoi comme article? Un truc qui présente la totalité de l'armement des policiers, la réglementation, la formation des forces de l'ordre.... Ce genre de choses. Bah Libé', faut éviter.

Remarques:

- les Gendarmes n'ont pas de LBD (Lanceur de Balles de Défense) de 40mm. Ils le refusent en dotation car considèrent le choc comme trop violent. De plus, le diamètre est trop petit. Il peut rentrer dans la cavité occulaire et tuer. Pour cette raison, ils n'ont que des Cougar en 57mm. Le tir ici n'a pas de risque mortel sur ce point.

- les munitions d'autodéfense ont TOUTES deux distances. Une d'emploi maximale à partir de laquelle la munition n'a plus de capacité de percution et de précision. L'autre minimale au-deçà de laquelle le choc est mortel. C'est le cas du Flashball contre lequel les racailles se placent toujours à moins de 4m du tireur pour le provoquer.

- le LBD est simplement un lanceur polyvalent très intéressant car capable de prendre en compte de nombreuses situations. Il faut simplement mettre en dotation des munitions "à bout touchant" pour des tirs de réaction au contact. Une munition poussée pour percuter sur 2 à 3 mètres.

Pour illustrer l'emploi du 40mm, voici une vidéo de l'émeute du 01 mai 2010 à Zurich:

C'est une excellente vidéo car elle présente de nombreux éléments tactiques propres au rétablissement de l'ordre. J'ai deux trois objections mais ils ont un système de très bon niveau.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne comprendrais jamais l'utilité des gommes cognes en MO.

Soit les FdO sont à distances donc de toute façon c'est "safe" (en principe, à moins qu'ils soient assis sur un mur de parpaing en face)

Soit les FdO sont au contact donc de toute façon le gomme cogne est interdit et il faut que l'unité force la foule à rompre le contact.

A mi distance (en général la phase d'affrontement) le tir est trop risqué à cause des conditions de visée, du stress, du fait qu'il y a une foule ou un groupe en face. J'ajouterais que dézinguer un casseur n'empêche pas les autres de poursuivre le trouble à l'ordre public. On pourrait discuter de l'effet psychologique, à mon avis ce bidule ne marche pas contre les casseurs qui de toute façon viennent pour donner et prendre des coups, les mecs sont des habitués ou des furieux dopés à l'adrénaline, ils ne vont pas détaler. Par contre le reste, "la masse des gens normaux" qui est toujours autour ou derrière dans une émeute/manif/rassemblement risque de se marcher sur les pieds en reculant et d'occasionner des blessures supplémentaires. (ça c'est du vécu coté service de sécurité en manif, (presque) jamais de bagarre par contre beaucoup de temps passé à dire aux gens de se calmer et de pas paniquer/traîner dans le coin quant il y a un truc à coté)

Bref, c'est une arme trop incertaine dans un environnement bordélique où ce qui compte c'est la maîtrise collective, déjà un sacré challenge où nos FdO sont pas mauvais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne comprendrais jamais l'utilité des gommes cognes en MO.

Soit les FdO sont à distances donc de toute façon c'est "safe" (en principe, à moins qu'ils soient assis sur un mur de parpaing en face)

Soit les FdO sont au contact donc de toute façon le gomme cogne est interdit et il faut que l'unité force la foule à rompre le contact.

A mi distance (en général la phase d'affrontement) le tir est trop risqué à cause des conditions de visée, du stress, du fait qu'il y a une foule ou un groupe en face. J'ajouterais que dézinguer un casseur n'empêche pas les autres de poursuivre le trouble à l'ordre public. On pourrait discuter de l'effet psychologique, à mon avis ce bidule ne marche pas contre les casseurs qui de toute façon viennent pour donner et prendre des coups, les mecs sont des habitués ou des furieux dopés à l'adrénaline, ils ne vont pas détaler. Par contre le reste, "la masse des gens normaux" qui est toujours autour ou derrière dans une émeute/manif/rassemblement risque de se marcher sur les pieds en reculant et d'occasionner des blessures supplémentaires. (ça c'est du vécu coté service de sécurité en manif, (presque) jamais de bagarre par contre beaucoup de temps passé à dire aux gens de se calmer et de pas paniquer/traîner dans le coin quant il y a un truc à coté)

Bref, c'est une arme trop incertaine dans un environnement bordélique où ce qui compte c'est la maîtrise collective, déjà un sacré challenge où nos FdO sont pas mauvais.

Il vaut mieux éviter d'employer le terme gomme cogne car cela prête à confusion avec la munition pour fusil à pompe.

Si je lis ton analyse, c'est ou trop loin ou trop prêt donc cela ne sert à rien, restons aligné, cela sera pas mal.

Quelques éléments pour comprendre l'intérêt de ces armes:

- Les LBDs sont avant tout des lanceurs, comme les chars. Il y a donc un lien entre "munitions différentes disponibles" et "effet tactique". Ainsi, ils peuvent percuter mais aussi délivrer du lacrymogène, des munitions éclairantes et marquer l'adversaire à distance. Se priver des LBDs, c'est se priver de ces effets.

- Depuis les années 90, il est compris qu'il faut réduire le nombre de contacts physiques sur une foule hostile. C'est une priorité. Ne pas le faire, c'est augmenter les blessers chez les forces de l'ordre et donc imposer le recours à la violence. L'emploi des LBDs permet donc de tenir à distance en frappant à distance sans avoir besoin de lacrymogènes qui posent problèmes. Le lacrymogène touche même les innocents. Les LBDs non. Ils touchent les personnes visées.

- Le Flashball et surtout le Cougar avec son Blinis de 57mm sont particulièrement aléatoires en précision. Le LBD-40 est lui plus précis par la trajectoire tendue des munitions. Tu fais but et là, il y a une grosse différence. L'effet est immédiat.

- Le tir fait partie d'un ensemble tactique. Une frappe réussi fait tomber le fauteur de trouble ce qui doit declancher un assaut pour appréhender l'individu. Quand tu commences à analyser l'arme dans un ensemble tactique, tu trouves des solutions au lieu de rester à te faire défoncer.

- le LBDs est visible donc il dissuade. Sa présence calme. À la condition que le corpus juridique ne soit pas absurde. Dans la vidéo du 1 mai 2010, on voit l'Ordnungsdienst de Zürich faire un emploi intensif du 40mm. Chez eux, c'est légale et face à des Black Blocks et autres ultra-violents, cela les arrêtent. Comme le canon à eau. Pour le PSG, la PP aurait prévu ses VID, il aurait pu y avoir une autre conclusion, surtout avec du colorant.

- Le tir du munitions de frappe créé une séparation de la foule. Les mouvements de paniques n'ont pas lieu comme cela, c'est une construction intellectuelle. Quand un groupe violent commence à se manifester, immédiatement les gens normaux partent. Ne restent que les journalistes et les voyeurs. Ceux-ci doivent assumer. Quand des tirs débutent en réponse, la foule diminue encore plus vite car personne ne veut s'en prendre. Résultat : la densité devient très vite très faible. Les risques sont bas. L'action de la police se trouve facilité. Si les manifestants du CPE restaient avec les casseurs, là, ce ne serait plus le cas. Le côté sympa de la révolution est un peu plus risqué. Le môme se dit "si je m'en prend un, qu'est-ce que je va dire maman? Elle pourrait se rendre compte que je fais la Révolution. Et papa me coupera les vivres. Je pourrais plus aller chez Mc Do."

- Enfin, quand une personne lance des pavés, il y a une volonté de nuire explicite. On n'est plus à la maternelle ou à des interviews de sociologues qui ne sortent pas dans la rue et ne vivent pas avec les casseurs. Celui qui commets un acte doit en assumer les conséquences. Et faire mal aux casseurs ne me dérange pas le soir dans mon lit.

Share this post


Link to post
Share on other sites

y a des émeutes en suisse..? :O :happy: :happy:

En plus des supporters de foot, les suisses connaissent des manifestations émeutières venant de l'extrême gauche de façon assez spécifique. Depuis quelques temps déjà, le 1 mai y est "jour de lutte".

Rappelons aux français que la Suisse est divisée en cantons où les polices (KantonsPolizeï) sont autonomes. Selon les villes, il y a des différences dans les pratiques mais aussi les cycles de violences.

- Zürich concentre l'expression de mouvement très violent depuis plusieurs années. Il y a eu un pic très graves en 2010. Depuis 2012, ça s'est calmé. En 2008, un émeutier s'est fait écraser par une voiture.

- Genève reste traumatisée par 2003. L'effet fut tel qu'une votation de 2012 à réduit drastiquement les libertés de manifestation dans la ville. Une manif peut être interdite quand certaines zones sont, elles, définitivement interdites; ce n'était pas le cas avant.

Avant l'événement, un sociologue écrivait fièrement que la gendarmerie genèvoise employait presque jamais de LBD à la différence de Zürich où 3/4 des manifs donnent lieu à des tirs. Pour lui, les zurichois sont "légalistes". Résultat, ils y sont allés avec des bisous contre des Black-Block. Il y a eu sac de la ville. Ils ont refusés l'intervention des Gendarmes Mobile français du sommet d'Evian pourtant prévue. Trop tard. Le résultats 10 ans après est que les genévois votent des restrictions à leur liberté.

En conclusion, mieux vaut être légaliste, traquer la racaille et garder ses libertés que de faire des bisous pour perdre le contrôle et ses libertés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/29/97001-20130529FILWWW00288-agression-a-la-defense-une-interpellation.php

Un homme de 22 ans a été interpellé ce matin à La Verrière dans les Yvelines dans l'enquête sur l'agression au cutter d'un militaire samedi à la Défense, a annoncé le ministère de l'Intérieur...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vu sur le Monde, il s'agirait au niveau de la DCRI un Merah "bis" ...

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/29/l-agresseur-presume-d-un-soldat-a-la-defense-signale-sans-succes-a-la-dcri-en-fevrier_3420367_3224.html

    =(

  Foutu boutique ... Toute façon c'est pas en un an qu'on révolutionne de très mauvaises habitudes surtout s'il y a des pontes a l'origine de ce type de gestion dont il pourrait être difficile de "faire partir" (parce que ce sont des gens qui savent souvent trop de choses ...) et grosso modo dont on attend peut être la retraite pour espérer pouvoir bosser "différemment" ? (je ne fais qu'hypothèses hein)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Foutu boutique ... Toute façon c'est pas en un an qu'on révolutionne de très mauvaises habitudes surtout s'il y a des pontes a l'origine de ce type de gestion dont il pourrait être difficile de "faire partir" (parce que ce sont des gens qui savent souvent trop de choses ...) et grosso modo dont on attend peut être la retraite pour espérer pouvoir bosser "différemment" ? (je ne fais qu'hypothèses hein)

Le pire c'est que ca marchait très bien avant que ne liquide les RG au profit de la DST ...

La SDIG en frontal avec les wanabe terroriste n'a plus de moyen et est totalement déconsidéré par la DCRI et diluée dans la DSCP. La DCRI ne semble que se préoccuper des "gros coups" et faire de la politique ... et pendant ce temps la la gendarmerie organise sa filière renseignement en propre.

Et comme aujourd'hui c'est les wanabe terroristes qui font parler d'eux ... et que les gros coup ne semble plus trop a la mode ... le bordel jailli au grand jour.

Le pire dans tout ca c'est la terrible perte de compétence des RG de terrain, ceux qui au quotidien piochait des infos dans la vie du quidam, et qui comme ca sortait des instannés très réaliste de la situation, en plus d'extraire les individus suspects.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  Quand tu dis cela, j'ai l'impression que la DCRI a sa "fusion" pour naitre aurait grosso modo été briefée pour ne faire rejaillir que des "gros coups" ...

Probablement par un pouvoir politique qui ne voulait pas que se fasse médiatiser du menu fretin, mais qu'on entende parler de nos renseignement que pour des affaires dignes de ce nom :

  Un moyen comme un autre pour faire faire dire :  Voyez la sécurité nationale moi ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les auteurs du livre "l'espion du président" pensent que côté politique, Sarkozy avait surtout une sacrée dent contre le RG à cause des nombreuses rumeurs à son sujet figurant dans les carnets du patron Yves Bertrand (exemples : http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2008-10-09/bertrand-joue-contre-sarkozy/917/0/281153, il y a de quoi fâcher), YB qui passe pour un chiraquien. Donc une intention de museler les RG et mettre fin aux "notes blanches" où on peut mettre n'importe quoi.

Sitôt président, il nomme un "sarkoziste" de confiance à la tête de la DST, Bernard Squarcini. Ironie du sort, Squarcini a fait toute sa carrière aux RG, mais va ensuite être à la tête de la fusion et imposer à la DCRI un fonctionnement "DST" avec uniquement du renseignement vérifié, compartimentation et secret-défense à gogo. Je n'ai jamais compris ce qu'était le concept de "FBI à la française", mais en tout cas il verrouille bien.

En attendant, les préfets pleurent de ne plus avoir de renseignement de proximité, tout le monde depuis le 11 septembre dit qu'il faut faire du "need to share" à propos des mouvances non-structurées, et grâce à ses hauts standards de fonctionnement, quand un commissaire fait les fadettes d'un journaliste pour trouver sa source, il laisse une trace facile à remonter pour la justice.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,499
    Total Members
    1,550
    Most Online
    szymanski
    Newest Member
    szymanski
    Joined
  • Forum Statistics

    20,872
    Total Topics
    1,310,547
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries