Alexis

Du Frappeur de René Loire à l'Arsenal Ship de l'amiral Metcalf III

Recommended Posts

Je reprends notre discussion après cette interruption momentanée...

LEs Youesses seraient aussi dans l'option LRU sur navire :

Citation

Harris praised the Marine Corps for its efforts to cost-effectively develop and field tools for this type of joint cross-domain warfighting environment, noting that “Headquarters Marine Corps and [Marine Corps Forces Pacific] are working to deploy HIMARS (M142 High Mobility Artillery Rocket System) rapidly aboard ships to shoot at other ships.

https://news.usni.org/2017/05/30/pacom-integrating-multi-domain-battle-into-exercises-ahead-of-2018-rimpac-army-sinkex

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci @Rescator d'avoir pris le temps de cette longue réponse qui éclaire ce que l'on pressentait de facto :
A savoir que l'option M31 sur Mk13 évoquée par @Scarabé en 2012 avait, dans la réalité des faits, laissé place au LRU sur BPC.

Il y a 15 heures, Rescator a dit :

donc les bricolos de chez bricolette avec des M31 lancés par des antiquités récupérées, faut vite oublier. 

Indépendamment d'un mode de management à la sauce F35 (tu payes, je développe et tu te la fermes), l'option LRU a quand même deux qualités :

• un coût de la munition relativement faible par rapport à ce que propose un soutien en CAS.

• un stockage des munitions indépendant du goulot d'étranglement  du petit nombre de Sylver par Frégate.

Puisque l'on est sur le fil du Frappeur de René Loire, il me semble que, bien avant le flotteur semi-submersible qui a marqué les esprits,  la base du concept était avant tout la combinaison d'une munition low cost avec sa disponibilité en très grande quantité sur un flotteur.

Que ce flotteur soit lui-même low cost n'était qu'une extension du concept de base.

On avait entrevu bien avant la communication lors du récent sommet Franco-allemand l'émergence de ce système de feu Indirect dont vous étiez venu nous parler déjà dans un autre fil (sur le char de demain).

http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cdef/16-17/c1617018.asp

Citation

...les programmes futurs pour de la décennie 2030, autour des deux concepts appelés à remplacer le char Leclerc et le système d’artillerie CAESAR en France, mais également, puisqu’il s’agit de programmes franco-allemands, ouverts à d’autres pays européens, le char Leopard et le système d’artillerie Panzerhaubitze 2000 (PZH 2000) : je veux parler du futur système majeur de combat terrestre (Main ground combat system — MGCS) et du CIFS (Common indirect fire system), système d’artillerie du futur.

La proposition CVS302 Hoplite de MBDA donnait une idée de ce que pourrait être un tel système.

Mais, est-ce que ce Future Indirect Fire System saura garder ce cœur du concept de Frappeur dans ses gènes ? Surtout à l'heure des guerres hybrides (et de leur coûts prohibitifs pour dézinguer du pick-up Toyota)...mais qui redeviendrait aussi le problème central du pourquoi de la roquette M26 dans un retour des conflits symétriques.

Il y a 15 heures, Rescator a dit :

Soit on bricole un montage de LRU sur le pont d'un BPC, soit c'est rien. 

On a en tout cas compris que cela représente notre SFI (Système de Frappeur Intermédiaire)  :blush: puisque le FIFS est envisagé pour les années 2030 et au delà.

images?q=tbn:ANd9GcRKZqpMWgYfIhSOlXe-Kk8

Ah ! Un ultime P.S. de solidarité avec tous ceux qui, comme vous et moi, sont amenés , le long de la plage, à bloguer (et autres activités d'écriture annexe LOL), entre un apéro et une sieste :

Faire comme moi et basculer sur l'incroyable confort de frappe des BlackBerry sous Android : le confort d'un grand écran associé à l'efficacité redoutable du clavier physique au sein d'un système sécurisé !

images?q=tbn:ANd9GcTDG4bLy0eQhrNKezGoMVJ

Edited by BPCs

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, BPCs a dit :

dans la réalité des faits, laissé place au LRU sur BPC.

Vive le Ministère de la Marine, seule véritable solution :biggrin:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Fusilier a dit :

Vive le Ministère de la Marine, seule véritable solution :biggrin:

La réponse des Youesses s'appelle Multi domain battle

Citation


This evolving battlefield has led the Army to tackle what leaders are calling multi-domain battle .

“When I grew up in the Army, we published Air-Land Battle,” Perkins said. “By definition, that was two domains, air and land, but, quite honestly, it focused primarily on the land, and the air part was ‘what can the Air Force do for the land guys?’ What we’re saying is that’s not going to work in the future.”

Under multi-domain battle, the Army must learn how to operate in and affect all domains in conjunction with the other services, Perkins said.

http://www.defensenews.com/articles/the-multi-domain-battle

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, BPCs a dit :

La réponse des Youesses s'appelle Multi domain battle

Pour être exact, c'est la réponse de l'Army, qui est un secrétariat (ministère) différent du secrétariat à la Navy. Contrairement à nous, le chef d'état major et le comité des chefs d'états majors, n'a aucun pouvoir en termes de programme et doctrine, qui sont gérés par les secrétariats respectifs et à ma connaissance pas de pouvoir opérationnel inter-armées. L'inter-armées est géré soit en régional (commandement de zone) soit au niveau central pour des trucs genre "forces spéciales".  Aux US il n'y a qu'un chef, c'est le PR, le comité n'a qu'un rôle de conseil au président. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/07/2017 à 18:12, Rescator a dit :

désolé de répondre avec 2 jours de retard mais entre la plage, la sieste et l'apéro, je n'ai plus une seconde à moi.

Il faut se mettre dans le crâne une bonne fois pour toutes que nous ne maîtrisons rien sur le LRM/LRU. Lockheed Martin est le maître d'oeuvre du système complet et les utilisateurs du système "cotisent" régulièrement à sa mise à hauteur technique (logiciel, maîtrise des interfaces, traitement des obsolescences, pilotage technique,etc). Demander à LM de modifier ces roquettes pour les interfacer à autre chose que son pack standard de 6 ne se produira jamais. Ils mettront le courrier à la poubelle sans même vous répondre. Si le Pentagone/certains gros utilisateurs payent, ils condescendront à examiner la demande sans garantir pour autant de suite. Et la France avec son stock impressionnant de 264 roquettes et ses 13 lanceurs homéopathiques n'apparaît même plus dans le radar de LM. Soit on bricole un montage de LRU sur le pont d'un BPC, soit c'est rien. 

quand vous achetez un système américain (AWACS, Hawkeye, LRU, Reaper, BGU) vous avez obligation de vous conformer au process US du Pentagone qui n'a pas que des inconvénients car il vous garantit que le système est qualifié, que vous aurez un soutien logistique, un suivi technique, et que si il y a des évolutions de capacités elles vous serons proposées. C'est pourquoi de nombreux pays achètent en FMS. Mais les IPR ne vous appartiennent pas et vous n'y avait pas accès, c'est une boîte noire. Vous prenez le système comme il est ou vous le prenez pas. Sauf accord spécifique (dans le cas du LRU, les Européens ont pu intégrer leur propre conduite de tir mais ce fut l'objet d'une âpre négociation), vous n'avez aucune marge de manoeuvre. 

donc les bricolos de chez bricolette avec des M31 lancés par des antiquités récupérées, faut vite oublier. 

notre seul salut passe par le développement d'un nouveau système d'appui dans la profondeur dont une ETO est menée avec l'Allemagne et qui s'appelle Future Indirect Fire System. Le système devrait avoir une composante terrestre et une application navale avec l'option de pouvoir lancer depuis les Sylver.

Bon à savoir. Pour Future Indirect Fire System, si on peut quad-packer des équivalents de GMLRS+ dans des Sylver A43 (voire faire une version longue pour quadpacker dans des A70), ça doterait chaque FREMM de 64 munitions de 120km de portée et de 100kg de charge militaire. Ce serait très bien pour maintenir des feux littoraux, après avoir cassé l'aviation adverse et si la menace soum/batteries terrestres n'est pas trop intense. 

Edited by hadriel
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui et c'était très exactement la conclusion de l'ETO Futur système d'artillerie de 2012. Et en plus il faudrait être astucieux pour pouvoir l'intégrer dans les VLS Mk41 ce qui ouvrirait la marché aux nombreux destroyers équipés Aegis.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Just now, hadriel said:

Bon à savoir. Pour Future Indirect Fire System, si on peut quad-packer des équivalents de GMLRS+ dans des Sylver A43 (voire faire une version longue pour quadpacker dans des A70), ça doterait chaque FREMM de 64 munitions de 120km de portée et de 100kg de charge militaire. Ce serait très bienpour maintenir des feux littoraux, après avoir cassé l'aviation adverse et si la menace soum/batteries terrestres n'est pas trop intense. 

SPEAR 3 VL? Globalement, c'est la version (très) légère de ce que tu évoques (une charge d'ATGM, je pense, 130km de portée en lancement par air, on devrait chercher autour de 90-100km pour la version VL et compatible avec les même VLS que le CAMM donc probablement du A35 et en plus des capacités anti-navire sur le côté).

Sur un navire du calibre d'une FLF (3500t), on pourrait mettre 16 VLS avec 32 SAM 4-pack et autant de SPEAR 3 VL (en plus des habituels Exocet et 76mm pour ce qui est plus loin ou plus proche).

Sinon, une version VL de la GLSDB? C'est annoncé à 150km de portée depuis un M270, dans la direction du lanceur (70 dans la direction opposée). Et on devrait en plus pouvoir en faire une variante avec le SmartGlider de MBDA...

Share this post


Link to post
Share on other sites

en termes de portée, la référence c'est le besoin exprimé par la Navy pour l'AGS du Zumvalt et l'obus (hors de prix $k800 pièce) c'est à dire pouvoir tirer hors de portée des batteries côtières de missile sol-mer (soit 70 km environ) et atteindre des cibles à 80 km à l'intérieur des terres, soit une portée totale de 100 nautiques (avec qq marges de manoeuvre) . Une GLSBD doit pouvoir le faire. L'idée c'est de donner à une FREMM la capacité de tirer entre une douzaine et une vingtaine de munitions soit 3/5 packs de 4. 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

images?q=tbn:ANd9GcQnygOKXKOMEEtHqGZnG_W@mehariCela correspond plus probablement aux Hoplite CVS302 de MBDA dont les caractéristiques sont dans la vidéo ci dessus avec effectivement des portées de 120- 140 km.

On y voit aussi le tir à partir d'une version quadpackée dans un Sylver

il y a 34 minutes, Rescator a dit :

. L'idée c'est de donner à une FREMM la capacité de tirer entre une douzaine et une vingtaine de munitions soit 3/5 packs

C'est quasi plus des ordres de grandeur pour les 16 VLS d'une FTI !

Edited by BPCs

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, mehari a dit :

SPEAR 3 VL? Globalement, c'est la version (très) légère de ce que tu évoques (une charge d'ATGM, je pense, 130km de portée en lancement par air, on devrait chercher autour de 90-100km pour la version VL et compatible avec les même VLS que le CAMM donc probablement du A35 et en plus des capacités anti-navire sur le côté).

Sur un navire du calibre d'une FLF (3500t), on pourrait mettre 16 VLS avec 32 SAM 4-pack et autant de SPEAR 3 VL (en plus des habituels Exocet et 76mm pour ce qui est plus loin ou plus proche).

Sinon, une version VL de la GLSDB? C'est annoncé à 150km de portée depuis un M270, dans la direction du lanceur (70 dans la direction opposée). Et on devrait en plus pouvoir en faire une variante avec le SmartGlider de MBDA...

 

il y a une heure, BPCs a dit :

 

images?q=tbn:ANd9GcQnygOKXKOMEEtHqGZnG_W@mehariCela correspond plus probablement aux Hoplite CVS302 de MBDA dont les caractéristiques sont dans la vidéo ci dessus avec effectivement des portées de 120- 140 km.

On y voit aussi le tir à partir d'une version quadpackée dans un Sylver

C'est quasi plus des ordres de grandeur pour les 16 VLS d'une FTI !

Je ne crois pas à un système avec un turboréacteur, si c'est dérivé d'un système d'artillerie il faut que ce soit pas cher. Et les solutions planantes comme la GLSDB/le Smartglider ont un temps de vol long, ce qui n'est pas génial pour de l'artillerie (ça interdit la contre-batterie, c'est interceptable, c'est dangereux pour appuyer un combat urbain, etc), donc c'est moyen comme système sol-sol tactique. Même si je ne doute pas que MBDA préfère vendre des missiles à turboréacteur pour 10x le prix d'une roquette.

De ce que je vois, si il faut que ça se quadpacke dans tous les Sylver export et les VLS export, faut que ça rentre dans une longueur de 4.3m (qui correspond au Sylver A43) et avec un diamètre de 27.5cm (le Sylver c'est 22 pouces de large). Les dimensions des roquettes M31 actuelles c'est 3.94m par 22.7cm, et elles ont une portée de 120km en version GMLRS+. C'est trop court pour 100 nautiques, donc si on veut garder une munition non planante il faut grossir la roquette ou alléger sa charge militaire. Vu les contraintes ci-dessus il y a 60% de volume en plus par rapport à la M31, avec ça et un profil de poussée adapté il y a peut-être moyen d'atteindre les 180km.

Si on laisse tomber l'emport par le plus petit des Sylver et qu'on se rabat sur la version A50, plus courante, du Sylver (chez nous ça nous force à les mettre dans les A70 de nos FREMM, qui n'ont que A43 et A70), alors la contrainte sur la longueur est relâchée à 5.0m (dimensions du moins profond des mk41), et du coup ça fait qu'on a 86% de volume disponible en plus comparé à une M31.

Edited by hadriel
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/07/2017 à 12:02, capmat a dit :

Oui,

Mais le problème urgentissime semble être le lancement des BATSIMAR, le reste est du domaine du divertissement de passionnés (dont je suis).

Il faut tout de même souligner que nos FREEM sont dotés de MDCN et que nos SNA a venir en seront également dotés.

Les MDCN connaitront bien sûr des évolutions dans plusieurs domaines.

Ben vu le nombre de missiles commandés....  ca sera utilisé avec grande parcimonie.  Surtout avec un budget des armées amputé.

Le 12/07/2017 à 14:37, capmat a dit :

J'ai lu il y a quelques temps, qu'en cas de conflit maritime avec la Chine les USA n'envisageaient d'utiliser que des sous marins (là ou ils sont sûrs de dominer) et en surface des navires de moins de 400 tonnes dont le prix de revient

serait inférieur au prix du missile apte a le détruire.

Quels navires de moins de 400T ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/07/2017 à 16:53, Gaspardm a dit :

Je ne vois pas la nécessité de chemin de câbles, le LRU est un système autonome  qui est très bien équipé pour recevoir des ordre de tirs. L'état majors embarqué sur le BPC doit pouvoir lui transmettre les ordres de tirs exactement de la même manière que si il était débarqué à terre. On pourrait se débarrasser du châssis chenillé pour monter le lanceur et ses équipements sur un chariot plus adapté au pont d'envol et si possible doté d'un système de stabilisation. 

Un LRM terrestre n'est pas équipé d'un asservissement (nottament en site) pour corriger des mouvements du navire (le sol est fixe quand il tire à terre).

D'une part, il faut pouvoir calculer cette correction, donc soit en équipant les LRM d'une centrale inertielle, soit en récupérant les données des centrales inertielles du navire.

D'autre part, il faut pouvoir effectuer ces corrections en temps réel jusqu’au moment du tir. Sinon, c'est la dispersion des munitions qui augmente largement.

Le 12/07/2017 à 16:53, Gaspardm a dit :

Il me semble aussi qu'il y a des navires qui pourraient aussi êtres adaptés voir plus que le BPC pour  embarqué un tel système, les futurs bâtiment ravitailleurs. Ils disposent de vrais soutes à munition, il suffirait de  disposer le lanceur et les soutes à proximité l'une de l'autre pour avoir u système plus fonctionnel que le pont d'un BPC, il n'y aurait pas d'interférence avec les opérations aérien si disposé loin de la plage arrière. Il me semble qu'en cas d'opération amphibie un ravitailleur serait de toute façon dans les parages. Sur ces futurs Brave je mettrais aussi des VSLs, il serviraient directement de magasin à munitions pour les munitions qu'il ne peuvent ravitailler en cas d'opérations d'envergure.

Les bâtiments ravitailleurs ne sont pas conçus pour opérer près des côtes : ils sont de gigantesques citernes flottantes. Vouloir s'en servir pour bombarder la côte c'est mettre en danger tout le soutien logistique de l'escadre, et donc à être incapable de tenir une opération dans la durée. Et quand je parle de durée, je parle de semaines, car la logistique devient très vite essentielle.

 

Le 16/07/2017 à 08:57, Fusilier a dit :

Vive le Ministère de la Marine, seule véritable solution :biggrin:

Ministère de la Marine et des Colonies !

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, true_cricket a dit :

Ministère de la Marine et des Colonies !

Soyons raisonnables :biggrin: En fait le colonies ont été détachées de la Marine début du 20e. Mais, on a gardé un Ministère jusqu'en 1947  et un secrétariat  à la Marine (au sein de la Défense) jusqu'en 1958 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/7/2017 à 20:12, true_cricket a dit :

Un LRM terrestre n'est pas équipé d'un asservissement (nottament en site) pour corriger des mouvements du navire (le sol est fixe quand il tire à terre).

D'une part, il faut pouvoir calculer cette correction, donc soit en équipant les LRM d'une centrale inertielle, soit en récupérant les données des centrales inertielles du navire.

D'autre part, il faut pouvoir effectuer ces corrections en temps réel jusqu’au moment du tir. Sinon, c'est la dispersion des munitions qui augmente largement.

Je part du principe que depuis la mer à distance de sécurité de la cote on tir uniquement des glmrs donc la correction se fait en vols avec les gouvernes et la central inertiel de la roquette. Il n'y a plus de problème de dispersion, on tir une roquette sur coordonnées sur une cible. Les mouvents de gite et de tangage étant plus ou moins prévisible et cyclique on doit pouvoir se débrouiller pour déclencher le tir à un moment ou le navire est dans une position proche du pointage idéal ce qui limiterait les corrections nécessaires. Cela aurait bien sur un prix à payer sur la porté puisque il faudrait prendre une marge de sécurité  (tirer plus loin que nécéssaire pour avoir suffisaient d'énergie pour manoeuvrer). Avec 120km annoncé pour les GMLRS+ on aurait de la marge.

Edited by Gaspardm

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce débat a déjà eu lieu plusieurs fois sur ce forum ...

Oui, on pourrait quadpacker des roquettes dans un SYLVER mais ce ne serait pas des simple G-MLRS déjà existantes car elles devraient avoir un système de contrôle très réactif sur toute la trajectoire apte à agir dès le tir et à grande vitesse et pas faire uniquement des corrections lentes à vitesse subsonique pendant la phase de descente balistique ou la phase terminale.

Ce serait donc un développement complet et coûteux d'un système complètement nouveau (compte un bon milliard de développement, d'essais et d'industrialisation).

Et notre marine qui a déjà un porte-avion et des Rafale pour faire les bombardements préfère ne pas se séparer de deux frégates pour obtenir cette capacité.

Ceci dit, je ne sais pas si le SYLVER est vraiment apte au quadpacking autrement que sur le papier ...

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Deres said:

Ce débat a déjà eu lieu plusieurs fois sur ce forum ...

Oui, on pourrait quadpacker des roquettes dans un SYLVER mais ce ne serait pas des simple G-MLRS déjà existantes car elles devraient avoir un système de contrôle très réactif sur toute la trajectoire apte à agir dès le tir et à grande vitesse et pas faire uniquement des corrections lentes à vitesse subsonique pendant la phase de descente balistique ou la phase terminale.

Ce serait donc un développement complet et coûteux d'un système complètement nouveau (compte un bon milliard de développement, d'essais et d'industrialisation).

Et notre marine qui a déjà un porte-avion et des Rafale pour faire les bombardements préfère ne pas se séparer de deux frégates pour obtenir cette capacité.

Ceci dit, je ne sais pas si le SYLVER est vraiment apte au quadpacking autrement que sur le papier ...

En théorie, le VT1, le CAMM et le CAMM-ER sont quadpackable mais ça n'a jamais été matériellement démontré.

Dans le premier cas, on ne sera probablement jamais fixé: le VT1 est un missile à guidage semi-actif de la génération précédente: qui va vouloir financer une version VL?

Dans le second, on saura pour sûr si les Brits le mettent sur leur T45 à la place de leurs Aster 15 (ce qui permettrait une configuration 32 CAMM + 40 Aster 30 ou 64 CAMM + 32 Aster 30). Cependant, MBDA affirme que le CAMM "can operate from the SYLVER and Mk41 launchers using a quad-pack configuration". Donc, je suppose que c'est oui. Il est intéressant de noter que les VLS des T26 ne seront pas les Mk41, les Sylver ou même les nouveaux ExLS (supposément plus petits et moins cher) mais des lanceurs spéciaux comprenant un missile chacun.

Enfin, pour le CAMM-ER, le quad-pack n'a jamais été explicitement confirmé mais il semblerait qu'il soit capable de l'être au vu de la présence d'ailerons pliables et la description fournie par MBDA ("Compact missile allows for multiple weapons fit in limited spaces") se retrouve aussi sur le CAMM. Cependant, vu que la page CAMM-ER ne parle pas de la version navale, il est pour l'instant impossible de dire si c'est vrai. Je suppose qu'on sera fixé à la sortie du missile si on le voit sur PPA ou Trieste. Par ailleurs, l'Espagne l'aurait sélectionné pour ses F-110 mais c'est à confirmer vu que je n'ai jamais trouvé de confirmation de cette info et que la source mentionnée par Wikipedia a été écrite en 2015 (alors que le contrat aurait été signé en 2016) et ne parle pas de l'information en question.1

Le problème, je pense, est que le SYLVER a été conçu pour tirer l'Aster d'abord et avant tout et par conséquent, il s'avère trop petit pour éventuellement caser soit des trucs plus gros, soit plusieurs trucs plus petits alors que la largeur des Mk.41 leur permet de faire rentrer des ESSM par groupe de 4 ou des SM-3.

L'autre solution serait de faire comme les Russes et d'avoir un type de VLS pour l'AAW et un autre type de VLS pour les missiles anti-navires et de croisière.

Dans tout les cas, développer un SR-SAM ou MR-SAM 4-pack serait utile pour augmenter les capacité AAW de frégates à la dotation en VLS restreinte (FREMM, FTI et PPA). De plus, l'absence d'alternative à l'ESSM peut aussi décourager certains pays de passer aux SAM européens vu que ça signifierait pour eux une perte en terme de nombre de SAM.

 

 

1 Pour être clair la source dit

Quote

El grupo MBDA ha dejado patente en la feria de Defensa y Suguridad DSEI, celebrada en Londres del 15 al 18 de septiembre, que su idea de comunalidad de sistemas para Tierra, Mar y Aire ya ha calado en Europa.

Entre los sistemas mostrados en el stand de la compañia destacaba el CAMM (Misil Modular Antiaéro Comùn), el misil que se ha propuesto para las fragatas F-110 españolas y que ha sido el elegido por Italia y Reino Unido tanto para sus fragatas como para sus fuerzas terrestres aunque los italianos han aptado por la versión de rango extendido, CAMM-ER. Asimismo ambos han acordado utilizar para sus Ejércitos de Tierra el camión con lanzador de misiles MEADS, que permite lanzar hasta ocho CAMM.

El director general de MBDA España, Daniel García Guelbenzu, ha explicado a Infodefensa.com que ambos países también han acordado utilizar en mismo sistem de mando y control. Se trata

Traduction Google Translate:

Le groupe MBDA a clairement fait savoir à la foire de défense et de sécurité DSEI tenue à Londres du 15 au 18 Septembre, que son idée de communalité des systèmes pour la terre, air et mer a déjà percé en Europe.

Parmi les systèmes représentés sur le stand de la société le CAMM (Missile modulaire Anti-aérien commun) est mis en évidence, le missile a été proposé pour les frégates espagnoles et a été choisi par l'Italie et le Royaume-Uni tant pour leurs frégates que pour leurs forces terrestes bien que les Italiens ont opté pour la version à portée étendue, CAMM-ER. Aussi les deux ont accepté d'utiliser pour leurs armées le camion lance-missiles MEADS qui permet jusqu'à huit CAMM.

Le PDG de MBDA Espagne, Daniel García Guelbenzu, a expliqué à Infodefensa.com que les deux pays ont également convenu d'utiliser la même sistem dans la commande et le contrôle. Il s'agit

Une partie de l'article est cependant réservé aux inscrits, donc les trucs intéressant sont peut-être derrière. Cependant, certains trucs me perturbent comme cette histoire de camion lance missile MEADS qui n'utiliserait que 8 CAMM (alors que les images de lanceurs montraient jusqu'à présent 12 missiles).

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème du quadpack, ce n'est pas tant un problème pour le missile que pour le lanceur ...

Il faut avoir les liaisons électrique nécessaires dans un seul tube pour 4 missiles et être capable de garantir que le tir des 4 missiles successivement ne va pas endommager les missiles restants et leurs tubes.

En particulier, le propulseur d'un missile va frapper la partie avant du tube des autres missiles sachant que tu ne peux pas mettre un simple capot en acier avec un vérin mais que tu auras une partie frangible lors du tir.

Idem pour la partie basse où il y a la surpression du propulseur.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, Deres said:

Le problème du quadpack, ce n'est pas tant un problème pour le missile que pour le lanceur ...

Il faut avoir les liaisons électrique nécessaires dans un seul tube pour 4 missiles et être capable de garantir que le tir des 4 missiles successivement ne va pas endommager les missiles restants et leurs tubes.

En particulier, le propulseur d'un missile va frapper la partie avant du tube des autres missiles sachant que tu ne peux pas mettre un simple capot en acier avec un vérin mais que tu auras une partie frangible lors du tir.

Idem pour la partie basse où il y a la surpression du propulseur.

MBDA affirme que le CAMM peut-être quadpack dans un SYLVER sur son site internet. À ce stade, ce n'est plus des rumeurs ou infos tirées d'interview, c'est du marketing donc je n'ai aucun doute sur la possibilité de mettre 4 missiles dans une cellule. Il se pourrait que ce ne soit pas le cas si le "using a quad-pack configuration" ne s'applique qu'au Mk41 mais je pense que dans ce cas, il aurait fallut dire "SYLVER or Mk.41 using ..." au lieu de "SYLVER and Mk.41 using ...".

Par ailleurs, pour le CAMM, le missile utilisant un soft launch, le moteur ne s'allume qu'une fois le missile à 30m d'altitude et orienté dans la bonne direction (voir cette vidéo de MBDA sur le sujet).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, LBP a dit :

Dans la variante du "Frappeur jetable" René Loire avait envisagé un frappeur avec un équipage minimal qui abandonnerait le navire aussitôt la bordée de MdC balancée au plus près des côtes.

La dronisation permet de ne plus avoir à se soucier de la question de l'équipage :

une évolution du concept ?

Mais qui pourrait aussi convenir à un Frappeur dronisé servant de sac à dos à une FREMM ou une FTI .

 

Edited by BPCs

Share this post


Link to post
Share on other sites

et une autre solutions plus militaire

https://www.meretmarine.com/fr/content/rolls-royce-presente-son-premier-concept-de-batiment-militaire-sans-equipage

 

Citation

Après les navires de commerce, les bâtiments militaires n’échappent pas aux projets d’autonomisation des navires. Rolls-Royce vient ainsi de dévoiler un concept de navire militaire sans équipage de 60 mètres de long et d’une autonomie de 3500 milles et 100 jours.

Ce type de navire serait mono-mission et pourrait effectuer des tâches diverses, allant de la patrouille à la détection de mines. Avec son déplacement de 700 tonnes, il pourrait croiser à des vitesses supérieures à 25 nœuds.......

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 03/09/2017 à 20:15, BPCs a dit :

Dans la variante du "Frappeur jetable" René Loire avait envisagé un frappeur avec un équipage minimal qui abandonnerait le navire aussitôt la bordée de MdC balancée au plus près des côtes.

J'ai l'intuition que ce serait le cas du frappeur semi-submersible chinois montré par @Henri K..
Même s'il est difficile à engager, vu son profil de mission risqué (engager des GAN US) , je le verrais bien avec une capsule de sauvetage éjectable si la situation sent le sapin ...


Voire même avec un autopilote pour qu'il finisse sa carrière en beauté.
un brûlot de 6000 tonnes sur un PA
, ça doit faire mal!

A noter dans le dernier hors série DSI spécial déni d'accès, une interview de René Loire.
Je n'ai pas eu le temps de voir ce qu'il racontait

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,489
    Total Members
    1,550
    Most Online
    tzaantonia
    Newest Member
    tzaantonia
    Joined
  • Forum Statistics

    20,853
    Total Topics
    1,303,171
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries