Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Effectif réel d'une armée de terre


STNG
 Share

Recommended Posts

Bonjour à tous, je voudrai savoir quelle est le pourcentage réel de combattant d'une armée de terre?  Disons que si le chiffre officielle d'une armée de terre est de 97 000 soldats, combien sont réellement soldats (fantassins) dans des unités combattante? Régiment etc... Quand ont retire tous les autres ) savoir les meccanos, les conducteurs de blindés, cuisto, génie, etc...

Link to comment
Share on other sites

Si bien sur, mais pas intégré à des unités combattante "plus conventionnelle"...

Bah si ... un GTIA opere avec des sapeurs dans ses rang, sinon il sera pas foutu de gérer quand il croise des explosif, mine etc. Il peut intégrer des JTAC qui viennent de l'AdlA, il peut intégrer des artilleurs qui servent d'observateur d'artillerie etc.

Les bataillons qui opère sont un savant mélange des divers spécialité.

Le cuistot en chef ou les gars de l'ordinaire ne devrait pas monter a l'assaut d'un nid de mitrailleuse certes, mais les personnel impliqué directement dans le combat va au delà des compagnie de combat de l'infanterie tout de même.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous, je voudrai savoir quelle est le pourcentage réel de combattant d'une armée de terre?  Disons que si le chiffre officielle d'une armée de terre est de 97 000 soldats, combien sont réellement soldats (fantassins) dans des unités combattante? Régiment etc... Quand ont retire tous les autres ) savoir les meccanos, les conducteurs de blindés, cuisto, génie, etc...

Pour te donner une idée : Goya avancait dans son livre "les armées du chaos" que l'US ARMY en 2003 disposait ( sur environ 500 000 hommes ) d'environ 40 000 fantassins.

Link to comment
Share on other sites

ce n'est pas une nouveauté pour les USA : déjà en 1945, leur armée de terre compte environ 430 000 fantassins pour 5 millions d'hommes ( j'ai retranché les chiffres de l'aviation qui est à l'époque rattachée à l'US ARMY ).

La nouveauté c'est que l'ensemble des armées occidentales a adopté le format US après la seconde guerre mondiale.

Link to comment
Share on other sites

Les sapeur sont pas des combattant?! Les conducteur de Char non plus? Les artilleurs non plus?

L’artilleur, non. Il mélange le pulvérin dans les cuisines de la popote, à l’arrière. Il est gras, c’est à ça qu’on le reconnaît, pas assez svelte souple et félin pour la voltige. D’ailleurs l’artilleur n’a jamais faim, c’est bien connu, car il caracole continuellement entre ses jambons farcis et ses terrines de gibiers braconnés sur position. L’acier de sa pièce ne rougie qu’après celle de ses marmites, entre deux gabions au fond du bastion.

Mode humour Off  ;).

Link to comment
Share on other sites

Donc, ont peut compté que sur les 130 000 soldats de l'armée de terre francaise, seul 8 à 9 000 sont des fantassins?

A la louche avec les éléments ci dessus je trouve 16000 fantassins dans l'AdT en compagnie de combat ou CEA, mais je me trompe peut être.

Link to comment
Share on other sites

combien de ses 97 000 soldats, ce retrouveraient en régime de ligne?

Qu'est-ce que la ligne? On se pose la question déjà selon les conflits:

- un conflit jugé "symétrique", face à un adversaire relativement équivalent (étatique, un peu développé): les combattants sont les fantassins (et conducteurs d'engins), FS/commandos/reco/observateurs d'artillerie/coordinateurs de feux/C -SAR, artilleurs, cavaliers, sapeurs de combat et une partie des effectifs logistiques de l'avant.

- un conflit jugé "asymétrique" voit la ligne disparaître et l'ennemi pouvant être partout: de fait, une bonne partie des effectifs de soutien est susceptible d'être attaquée et doit pouvoir être en mesure de se défendre

Si tu prends l'effectif infanterie, en France (à peu près le chiffre que tu mentionnes ;)), il y a autour de 20 000h dans les effectifs de l'infanterie, auxquels il faut retrancher la partie non combattante (effectifs fixes, de base, recrues à l'entraînement); pour arrondir, on va décréter un total à la louche de 15-16 000 combattants "en ligne" (en unités et sous-unités de combat), auxquels ont peut ajouter quelques autres petites formations plus souvent outre-mer. Note pour Gally: je compte en moyenne 800h projetables par RI (CC, CEA et CCL en retranchant toujours un peu pour un "effectif réalisé" ;)).

Un régiment Leclerc de 1000h doit compter pas plus de 450h en chars, VAB et VBL faits pour combattre. Un régiment AMX-10RC (900h environs) doit tourner dans les mêmes eaux.

donc un pourcentage ridicule

Non, mais c'est le changement amené par la Ière GM: en 1914, plus de 70% des troupes sont des fantassins. En 1918, ils sont à moins de 40%. Outre l'accroissement du génie et de l'artillerie, d'autres corps apparaissent (blindés, transmissions....) et les effectifs de soutien et d'EM explosent. Pour des armées de cette taille et plus encore de cette technicité, cette évolution est nécessaire pour optimiser l'efficacité des combinaisons d'armes modernes. Considère ça comme une rationalisation des dispositifs, cherchant à maximiser l'efficacité militaire.

Evidemment, le temps de paix tend à renforcer nombre des dérives potentielles de cet alourdissement des branches non combattantes. D'autre part, la prise d'importance de conflits ne répondant pas à cette logique d'organisation (faite pour taper fort sur un type d'adversaire précis) souligne le besoin de troupes combattantes au sol en nombre. Mais un fantassin moderne n'est pas juste un fantassin: pour obtenir son niveau d'efficacité, il lui faut ses appuis, son soutien, ses coordinateurs et officiers d'EM en haut, son réseau satellite, ses transports.... Pour caricaturer et faire vraiment simple, quand un occidental affronte un taliban, il affronte "1,2 gars" (le 0,2 résumant le soutien derrière); à l'inverse, un taliban doit affronter plutôt 2 ou 3 gars, même s'il n'y en a qu'un réellement/physiquement en face (les chiffres sont évidemment fantaisistes, c'est juste pour souligner le principe).

Link to comment
Share on other sites

Pour l'armée française j'ai toujours entendu le chiffre de 23k de personnel combattant (tout compris), seulement quand je dis toujours c'est surtout au début des années 2000, du coup c'est un peu vieux, mais je n'ai jamais eu ce type de discussion depuis c'est pour ça ce chiffre met resté  O0

Link to comment
Share on other sites

Pour l' armée française nous comptons comme cela:

Armée de terre = Pour 1 homme au combat il faut 10 hommes en soutien.

Armée de l'air = Pour un avion en vol il faut 100 hommes à terre en soutien. (même chose pour l'aéronavale)

Marine nationale = Pour 1 Marin en mer nous avons 6 Marin à terre en soutien.

Link to comment
Share on other sites

Compte-t-on les personnel du soutien médical des régiments, qui peuvent être autant exposés que les combattants. Je me souviens d'un livre sur les brancardiers, infirmiers de la première guerre mondiales qui disait qu'ils avaient un taux de perte équivalent aux fantassins.

Link to comment
Share on other sites

D'après un petit calcul sur les divisions françaises d'infanterie de 1940:

16 000 hommes

9000 dans les 3 RI dont 6000 dans les compagnies de combat, 3000 qui se divisent entre ravitaillement, transmissions et service médical

1000 dans le GRDI (bataillon de reconnaissance cheval/moto) dont les 2/3 en compagnies de combat

4000 dans l'artillerie

2000 ailleurs dans la division

Si on divise les effectifs directement en ligne (6700) par le total on arrive à environ 40% ce qui se rapproche du chiffre de Tancrède. La définition de "combattant" peut être variable (on peut compter ou non les sapeurs par exemple) mais ne change pas en grand les choses.

Maintenant en prenant le théatre nord est français en 1940 et en divisant l'effectif "combattant" (6700*94 en approximant toutes les divisions à de l'infanterie dans un premier temps) par le total en ligne on arrive en 25 et 30%. Le chiffre réel est surement en dessous, l'approximation négligeant les divisions mobiles à plus fort taux de soutien et plus faibles en effectifs. Ca tourne probablement autour du double du ratio "combattant"/total actuel, ce qui est logique pour une armée ayant moins de moyens matériels. Bien sûr ça reste du brut de décoffrage mais ça permet de se faire une idée.

Link to comment
Share on other sites

Pour essayer de répondre à la question initiale différemment, la question n'est donc peut-être pas de compter les individus pouvant être qualifiés de "combattant" dans la mesure où ce terme peut être très relatif à la situation (types de conflit....) et où beaucoup de spécialités a priori non combattantes se retrouvent en situation exposée et peuvent avoir besoin, voire ont besoin sur une base régulière, de faire le coup de feu et reçoivent donc une formation individuelle en ce sens, et bien souvent une formation collective au moins à petit niveau (groupe, section), voire peuvent être appelées, si le besoin s'en fait sentir, à former des "unités de marche" (vu que beaucoup de personnels non fantassins se retrouvent souvent à faire les fantassins débarqués pour certaines tâches).

De ce fait, on peut en revenir à mon avis à la méthode imparfaite mais déjà plus révélatrice du comptage des "pions de manoeuvre" d'une armée, ces pions étant aujourd'hui les GTIA ou battlegroups. Techniquement, l'armée française peut être assimilée à un amas potentiel de 24 battlegroups (en comptant 3 par brigades), même si elle n'a pas les moyens de tous les déployer et les soutenir. Au moins, cette méthode de comptage prend en compte les ensembles opexables pour opérations de combat, une troupe "combattante" dépendant de toutes ses spécialités pour produire l'effet de destruction, de manoeuvre, de menace, de conquête ou de contrôle de zone voulu.

Peuvent s'y ajouter quelques unités et sous-unités de combat déployées en permanence outre mer, les FS, et quelques unités spécialisées et non embrigadées ayant des formations de combat au sol (renseignement, guerre électronique, ALAT, log) dont je ne connais pas le compte total.

En somme, vu sous cet angle, l'armée "combattante" au sens des unités faites pour aller au combat au sol (donc là en déduisant les unités spécifiques de soutien et appui) peut être simplement assimilée à l'effectif des brigades interarmes moins leurs éléments sédentaires (éléments fixes et en formation): si on dit de façon arbitraire autour de 4000 à 4500h par brigade, on se retrouve autour de 32 000-36 000h, plus les autres éléments "combattants" non embrigadés mentionnés plus haut.

Si le critère est ceux dont la formation et la destination première sont le combat au sol, c'est un tout autre comptage, mais à mon avis moins révélateur vu que le combat est un sport collectif. Votre avis?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,644
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mehdi2909
    Newest Member
    Mehdi2909
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...