Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Opérations au Mali


Recommended Posts

Il y a 7 heures, P4 a dit :

Si c'était le cas comment tu expliques leur présence dans la Minusma

Elle est la bienvenue, et nous ne pouvons pas oublier qu'ils ont déjà perdu du monde là-bas. En outre les discours d'Angela Merkel, notamment, illustrent une prise de conscience (au moins verbalisée, dira-t-on) des enjeux, et ce depuis plusieurs années. Mais ils ont de grosses difficultés, énormes mêmes, à en tirer les conséquences concrètes. Des quelques discussions tenues avec une personne frayant à Berlin dans des cercles réfléchissant sur ces affaires (pas à très haut niveau, ni en étant spécialiste), je retire les enseignements suivants :

  1. la grande coalition est largement paralysante en la matière : comme le SPD n'obtient rien de ce qu'il souhaite en matière budgétaire, par exemple, il n'est pas enclin à lâcher sur le reste. Bonus texto : "les Verts sont des bisounours" ;
  2. mon impression est que les responsables politiques allemand semblent avoir perdu de vue, en profondeur, au niveau de la culture en quelque sorte, ce qu'implique la chose militaire et ses exigences d'efficacité, d'acceptation des risques et de sacrifices. Rajoutons qu'étant conscients de l'état de désorganisation crasse de leur outil militaire, ils ne sont pas enclins à l'utiliser.

Et puis je ne suis pas certain qu'on fasse les efforts de persuasion nécessaires, ni entre parlementaires, ni au niveau médiatique sur la scène allemande, ni entre militaires : on ne voit rien. L'idée bien ancrée que les allemands ne bougeront pas risque de se transformer en prophétie auto-réalisatrice.

Edited by Boule75
Avec les mots qui manquaient... :-[
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Va falloir ressortir le petit chapeau bicorne dans le coin, ils pourraient nous refiler leur base

Les États-Unis envisagent une réduction importante de leurs troupes au Sahel

https://fr.yahoo.com/news/états-unis-envisagent-réduction-importante-001530927.html

Citation

Selon la presse américaine, les États-Unis envisagent un vaste retrait de leurs forces militaires en Afrique et en particulier au Sahel. Le ministère de la Défense a donné jusqu’à janvier à l’Africa Command pour établir un plan de retrait des troupes qui luttent contre les groupes jihadistes aux côtés des armées locales et des soldats français.

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

Les États-Unis envisagent une réduction majeure de leurs troupes en Afrique, peut-être même un retrait total. D’après le New York Times, Washington pourrait l’annoncer officiellement dès janvier.

Actuellement, jusqu’à 7 000 soldats américains stationnent sur le continent, la plupart en Afrique subsaharienne et en Somalie. Mais ce sont les troupes au Niger, au Tchad et au Mali qui sont les plus concernées par cette vaste révision. Les États-Unis pourraient même abandonner leur toute nouvelle base de drones construite près d’Agadez au Niger pour un montant de 110 millions de dollars.

Une bien mauvaise nouvelle pour Paris après le retrait américain de Syrie, d’autant que ce désengagement inclus aussi la fin de l’assistance à l’armée française au Sahel. Un soutien qui coute 45 millions de dollars par an au Pentagone.Mais c’est aussi la fin aussi de l’encadrement des armées sahéliennes.

Sortir des « guerres sans fin »

Le ministre de la Défense américain Marc Esper veut tout simplement clore 18 années d’une doctrine contre-terroriste américaine héritée du 11 septembre pour se reconcentrer sur les grandes menaces stratégiques que constituent la Chine et la Russie.

Un départ d’Afrique qui prélude au retrait militaire américain du reste du monde également. Car avant l’élection de 2020, Donald Trump souhaite appliquer sa promesse de campagne de 2016 : sortir les États-Unis de ce qu’il appelle « des guerres sans fin ».

 

Edited by zx
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.ouest-france.fr/monde/mali/au-mali-un-millier-de-manifestants-reclament-le-depart-des-troupes-etrangeres-6684097 (10 janvier 2020)

Le gouvernement français est un frein à notre développement, pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant. « À bas la France, Barkhane doit quitter, La France dehors, Barkhane dehors, les FAMa (Forces armées maliennes) peuvent sécuriser le Mali », indiquaient des banderoles.

Des manifestants ont brûlé un drapeau français.

Des députés du Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, ont pris part vendredi à la manifestation de Bamako, alors que le chef de l’État a répété ces derniers jours qu’il ne fallait pas se tromper d’ennemi.

« Les Forces étrangères présentes dans notre pays sont nos alliés dans cette guerre tragique qui nous est imposée. Nous ne gagnerons pas cette guerre en nous trompant d’ennemi et en faisant le jeu des hordes terroristes », a déclaré Boubacar Keïta. Dans son traditionnel discours télévisé du 31 décembre 2019, il s’était dit convaincu que les Maliens éprouvaient majoritairement un sentiment de gratitude envers les pays alliés. « Cela ne saurait être confondu avec une minorité d’activistes, de francs-tireurs ou de forces centrifuges qui cherchent à faire feu de tout bois, y compris le jeu des terroristes ».

  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Tandis que "l'Essor" titre "Lutte contre le terrorisme : Sahéliens et français, même combat" ( https://malijet.com/a_la_une_du_mali/237923-lutte-contre-le-terrorisme-saheliens-et-francais-meme-combat.html ), le "Figaro du Mali" a une position plus alambiquée, entre humiliation d'être dans un "processus de recolonisation" et désir de "mayonnaise de riposte" contre les groupes armés ennemis :

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/237926-emmanuel-macron-un-coup-de-pied-a-la-dignite-des-maliens.html

Notre confrère Ibrahima Traoré, depuis l’université, cultivait une audace et une pertinence. La question n’aurait pas plu à IBK, la réponse encore moins. Mais sachez que le Président du Mali ne pouvait rien dire, d’ailleurs il n’a rien dit. La France a été décriée par de dignes maliens (Mahamoud DICKO, Oumar Mariko, Salif Keita ou encore Adama Ben Diarra et Siriki Kouyaté) qui sont convaincus qu’il y a un processus de recolonisation. 

Mais dans cette atmosphère de réponse à une question claire et clarifiée, Macron, tout près de lui, a porté un autre coup à la dignité des maliens, à leur posture démocratique et à l’expression de leur insondable et insurmontable horreur dont les auteurs et leurs complices se renforcent au fil des années. 

Pour l’heure, PAU n’a fait qu’armer les protestataires anti français que Macron qualifie de vendus d’autres « puissances étrangères » qu’il n’a pas daigné citer.

Se plaindre de Macron ne soulage pas non plus la peine d’un Peuple qui se voit déshonoré à la même table que celui (IBK) a avait juré de donner au Mali son honneur et sa grandeur.

La République est affaissée et la thérapie empire la maladie.

Une porte de sortie s’offre à Macron et à ses potes africains. Parvenir à faire des résultats urgemment et incontestablement sur le terrain militaire, réussir à endiguer ces massacres et ces horreurs perpétrés contre les armées nationales jusque dans leurs casernes. D’ici là, la mayonnaise de riposte se prépare dans les capitales du G5 Sahel à commencer par le Mali.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Wallaby a dit :

https://www.ouest-france.fr/monde/mali/au-mali-un-millier-de-manifestants-reclament-le-depart-des-troupes-etrangeres-6684097 (10 janvier 2020)

Le gouvernement français est un frein à notre développement, pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant. « À bas la France, Barkhane doit quitter, La France dehors, Barkhane dehors, les FAMa (Forces armées maliennes) peuvent sécuriser le Mali », indiquaient des banderoles.

Braves gens qui se claquemurent chez eux quand ils apprennent l'arrivée d'une unité des FAMa.

Link to comment
Share on other sites

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/societe-africaine/mali-l-influent-et-virulent-imam-mahmoud-dicko-lance-son-mouvement-politique_3609581.html (9 septembre 2019)

Inspiré par la doctrine wahhabite en vigueur en Arabie Saoudite, où il a reçu une partie de sa formation, Mahmoud Dicko vient de faire son entrée sur la scène politique, en lançant son propre mouvement, la CMAS.

Président jusqu'en avril du Haut conseil islamique, principale organisation islamique d'un pays à 90% musulman, l'imam Dicko a, par le passé, fortement contribué à faire reculer le gouvernement sur la question des droits des femmes, de l'interdiction de l'excision à un projet de manuel scolaire prônant la tolérance envers l'homosexualité.

L'imam, âgé de 65 ans, prône "une refondation" sur la base de valeurs sociétales et religieuses. Mahmoud Dicko incarne face au rite malékite dominant au Maghreb et en Afrique de l'Ouest, plus ouvert, la tendance inspirée par la doctrine wahhabite, en vigueur en Arabie Saoudite, où il a reçu une partie de sa formation théologique.

Très populaire dans le pays, il a été engagé dans les efforts de médiation quand le nord du pays est tombé aux mains des jihadistes en 2012. Il a soutenu l'intervention militaire internationale lancée à l'initiative de la France en 2013 et assisté, aux côtés d'autres dignitaires religieux, en 2015, à la signature de l'accord de paix au Mali, ou en 2017 à la conférence d'entente nationale prévue par cet accord.

Mais, avec le chérif (prédicateur musulman) de la localité de Nioro, Bouyé Haïdara, il est aussi entré en fronde contre l'ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, poussé à la démission en avril après le massacre de près 160 civils à Ogossagou et une série de manifestations contre l'incompétence imputée à l'Etat.

Le rapport Chevènement de 2013 était déjà très soupçonneux vis à vis de Mahmoud Dicko :

http://www.senat.fr/rap/r12-513/r12-513_mono.html#toc148

Certains chercheurs vont jusqu'à estimer qu'il y avait une convergence, voire un projet politique visant à instaurer au Mali un « état islamique » voire à négocier avec le mouvement d'Iyad ag Ghali l'éventuel établissement d'une plate-forme commune entre le Nord et le Sud. Sans aller jusque-là, d'autres constatent que ce n'est sûrement pas un hasard si l'imam Mahmoud Dicko, Président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), s'est rendu à Gao quand la ville était sous le joug des terroristes, où il a rencontré un porte-parole du MUJAO.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://malijet.com/actualite-politique-au-mali/editorial-journaux-mali/237960-éditorial-le-discours-qui-pose-problème….html (15 janvier 2020)

La France d’En marche ira-t-elle jusqu’à exiger des régimes du G5 Sahel, notamment celui d’IBK, que cessent les défoulements anti-français ? À moins d’exiger d’IBK de changer la Constitution du Mali, sinon on voit bien mal comment lui et les autres chefs d’État pourraient empêcher leurs opinions de critiquer et de dénoncer la politique de la France ou même le maintien de Barkhane. Parce que, tout comme en France, la liberté de penser, la liberté d’opinion et la liberté de manifester sont garanties par la Constitution.

https://malijet.com/la_societe_malienne_aujourdhui/education_et_formation_au_mali/237959-sans-tabou-qui-pour-sauver-l’école-malienne.html (15 janvier 2020)

Le ridicule, pendant ce temps, c’est que les écoles où la plupart des enfants des hauts cadres et des membres du Gouvernement sont inscrits continuent de travailler normalement comme si de rien n’était. Tandis que les enfants des honnêtes citoyens reçoivent une éducation au rabais comme étant des citoyens de seconde zone, on constate que ceux des plus nantis étudient à l’étranger.

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/237821-au-mali-le-sentiment-anti-francais-gagne-du-terrain.html (10 janvier 2020)

L’hymne malien résonne sur la place de l’indépendance de Bamako, la capitale. La main droite sur le cœur, un homme brandit une pancarte proclamant « A bas la France ». Vendredi 10 janvier, le drapeau français brûle sous les cris de près de 1 000 personnes rassemblées à l’appel d’organisations de la société civile et de personnalités politiques pour demander le départ de l’opération Barkhane et des forces internationales de leur pays. Des manifestations qui se multiplient depuis quelques mois.

Alors que les présidents des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) sont attendus en France, à Pau, lundi 13 janvier, pour « éclaircir leur position » vis-à-vis de l’opération Barkhane, le sentiment anti-français gagne du terrain au Mali. « Ce n’est pas contre le peuple français que nous sommes en colère, mais contre la politique de son Etat », insiste un technicien opposé à l’intervention de l’armée française dans son pays depuis 2013. Lui qui ne rate pas une manifestation et refuse de s’approvisionner dans les stations essence Total, fustige la durée de l’opération Barkhane et son manque de résultats. « Comment voulez-vous que l’on comprenne que la cinquième puissance mondiale, avec tous les moyens techniques et technologiques à sa disposition, n’arrive pas à arrêter des bandits sur des motos ? », interroge-t-il.

Selon un sondage publié mercredi 11 décembre par le site Maliweb.net, une aide russe « pour sortir définitivement de la crise » aurait la faveur de 89,4 % des Maliens, et 80 % de la population aurait une opinion défavorable de la France. Pourtant, cette enquête a été uniquement réalisée « dans le district de Bamako ».

Mamadou Sinsy Coulibaly, patron du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), connu dans le pays pour son engagement contre la corruption et son franc-parler, affirme qu’une petite frange de la société malienne opposée à la présence française est « manipulée par ceux qui ont échoué à résoudre la crise dans le monde politique, et qui souhaitent maintenant remettre sur d’autres la faute. De l’argent est viré à des leaders d’opinion pour l’organisation de marches et la galvanisation du sentiment anti-français ».

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/237989-le-mali-receptionne-130-blindes-militaires.html (16 janvier 2020)

Arrivée ce matin sur le tarmac de l’aéroport International Modibo Keïta d’un vol cargo avec à son bord sept véhicules blindés de type Typhon sur un parc attendu de 130 blindés acquis avec nos partenaires émiratis dont une trentaine en donation et 100 achetés sur le budget national du Mali.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Wallaby a dit :

Selon un sondage publié mercredi 11 décembre par le site Maliweb.net, une aide russe « pour sortir définitivement de la crise » aurait la faveur de 89,4 % des Maliens, et 80 % de la population aurait une opinion défavorable de la France.

Tiens c'est bizarre, pourquoi pensent-ils que la Russie ferait mieux que la France ? Étrange.

De là à penser que la propagande anti-française est exploitée opportunistiquement et renforcée par la Russie...

Mais peut-être que ça leur ferait du bien, en effet, si c'était le Russie qui venait aider Bamako a rétablir son contrôle, avec les méthodes russes éprouvées en Syrie.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, Wallaby a dit :

https://malijet.com/actualite-politique-au-mali/editorial-journaux-mali/237960-éditorial-le-discours-qui-pose-problème….html (15 janvier 2020)

La France d’En marche ira-t-elle jusqu’à exiger des régimes du G5 Sahel, notamment celui d’IBK, que cessent les défoulements anti-français ? À moins d’exiger d’IBK de changer la Constitution du Mali, sinon on voit bien mal comment lui et les autres chefs d’État pourraient empêcher leurs opinions de critiquer et de dénoncer la politique de la France ou même le maintien de Barkhane. Parce que, tout comme en France, la liberté de penser, la liberté d’opinion et la liberté de manifester sont garanties par la Constitution.

La dernière manif rassemblait 1000 personnes... dans une capitale qui en compte - d'après wiki - 2,5 millions. Je trouve qu'on en fait beaucoup pour aussi peu de gilets-jaunes. Mais bon : on a quand même raison de s'émouvoir si la politique polititicienne conduit à des prises de position absurdes.

Notez l'absence totale de précisions sur "ce qui ne va pas" dans la politique française, l'absence de toute proposition alternative en fait. Tapis de bombes ? Sur quoi, sur qui ?

Les critiques d'ordre économique me semblent autrement pertinentes, sans que j'aie la possibilité d'en évaluer la réalité.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, kalligator a dit :

 

Se faire discret le temps que les méchant se rassemblent pour la victoire finale et PAF...

 

Les méchants doivent avoir compris depuis lurette que la bataille rangée n’est pas en leur faveur, et préfèrent le harcèlement et l’entrisme.

Et puis le côté « j’occupe le sud utile » n’enverrait pas un message très favorable dans la perspective d’une (re)conquête des coeurs.

Parce qu’il doit bien s’agir de ça au final : éroder patiemment les terros en leur laissant le moins de zones de confort possible (pas facile au Sahel...).

Mais pour qu’ils s’érodent, il ne faudrait pas que les recrutements excèdent les pertes : bataille des cœurs, humilité, ouverture, solidarité, communication, coopération, aides directes aux populations, infrastructures transport et sanitaires, soussous...

[n’empeche que les européens pas trop chauds pour mettre des pioupious dans les pierriers ou des helicos dans le fech-fech pourraient très utilement remplir ce rôle capital. Peut-être est-ce déjà le cas, j’avoue mon ignorance]

Quelqu’un sait ce que l’on fait déjà en matière de coopération au Mali ?

Edited by Hirondelle
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 34 minutes, Hirondelle a dit :

Quelqu’un sait ce que l’on fait déjà en matière de coopération au Mali ?

Tu as déjà la formation  des FAMa et de la police 

Avec l'ONU tu auras forcément des "Quick Impact Project" type puits, salle de classe...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Hirondelle a dit :

Les méchants doivent avoir compris depuis lurette que la bataille rangée n’est pas en leur faveur, et préfèrent le harcèlement et l’entrisme.

Et puis le côté « j’occupe le sud utile » n’enverrait pas un message très favorable dans la perspective d’une (re)conquête des coeurs.

Parce qu’il doit bien s’agir de ça au final : éroder patiemment les terros en leur laissant le moins de zones de confort possible (pas facile au Sahel...).

Mais pour qu’ils s’érodent, il ne faudrait pas que les recrutements excèdent les pertes : bataille des cœurs, humilité, ouverture, solidarité, communication, coopération, aides directes aux populations, infrastructures transport et sanitaires, soussous...

[n’empeche que les européens pas trop chauds pour mettre des pioupious dans les pierriers ou des helicos dans le fech-fech pourraient très utilement remplir ce rôle capital. Peut-être est-ce déjà le cas, j’avoue mon ignorance]

Quelqu’un sait ce que l’on fait déjà en matière de coopération au Mali ?

Je pense qu'il y a des réponses très intéressante dans cette analyse sur la situation régionale. 

Et vu se qu'il avait déjà annoncé et qui est devenu du concret à se jour, et avec mon expérience africaine, je suis d'accord avec son analyse. 

Dès Serval qui a été une réussite militaire le gvt français aurait du imposé au gvt central des options dans chaque phase de reconquête en se qui concerne les relations entre ceux du nord et ceux du sud ( nomades et sédentaire) qui reste le principal facteur d'instabilité, les trafics et les islamistes étant des sur infection sur une plaie déjà présente. 

À la conférence de Pau, la pression aurait dû être de mise. Mais il faut écouter la vidéo, c'est plus précis et détaillé. 

Il y a 5 heures, Pierre_F a dit :

Les allemands disent avoir déjà investis 1 mdr € dans la construction d'écoles, d'une banques, de ponts et de routes. 

A la veillée d'armes de leur élection, les allemands mettent en cause cet investissement qu'ils considèrent à perte car la stratégie militaire de la France, n'est à leur avis, pas la bonne. Certains experts confirment ce point de vue.

Source Arte Journal 

Le pb c'est que le développement est une bêtise sans phase de stabilisation éthnique entre nomades et sédentaires , les humanitaires ayant cru apporter du moderne la ou les gens étaient habitué depuis des siècles à se gérer... Alors quand on a permis l'explosion démographique via des campagnes de vaccination, on a surtout déséquilibrer le besoin et la disponibilité de l'eau, des terres à bétail, terre cultivable. etc... Mon constat peut paraître rude mais c'est du factuel. 

On aura beau construire des routes, des infrastructures, les gens de la région ont déjà leurs habitudes via des siècles de vie en zone sahelienne ou des pistes où circuler tout les trafics  dans un contexte tribal, clanique, éthnique ou le système sociétal est le plus bas niveau en comparaison des états nation optique européenne. Ces pistes sont bien plus importante que des routes toute neuve reliant la capitale et donc les gens du sud, les sédentaires à ceux du nord, les nomades... Et qui ont en commun le faît de ne pas pouvoir se voir en peinture, vu qu'ils ne ce sont jamais aimé. 

Donc donner de l'argent pour le développement c'est juste de la bonne conscience... Mais ça ne réglera rien. 

On le voit bien avec tout l'argent que la France a donnait pour le développement, et l'image que derrière il y aurait des intérêts français , l'uranium du Niger c'est peanuts par rapport au marché de l'uranium. 

Donc les allemands sont bien gentil, je veux bien que le gvt français qui a lancé l'affaire libyenne à commis une connerie, mais l'Allemagne a aussi fait des conneries en faisant le mode open bar aux "réfugiés" ( soyons honnête, ils n'étaient pas tous syrien, ni venant de pays en guerre...) alors que l'idée de fond était de combler un pb national qui est celui dz la baisse démographique du pays qui vieilli sans faire de gosses, permettant une main d'œuvre t en payée à des salaires très bas ... À l'instar de du gvt français qui a merdé en Libye, les allemands n'ont demandé l'avis à personne en Europe quand ils ont décidé pour leur propre intérêt ( celui du gvt français de l'époque on cherche encore les raisons...) l'accueil des réfugiés devenu migrants, l'Allemagne râlant que des pays Européens refusent de prendre leur part de migrants, sauf que pour certains pays soient il y a trop de chômage, soit ils ont du boulot mais juste pour leur propres citoyens qui eux sont aussi en phase d'évolution de niveau de vie ( les pays de l'Est), et s'est Merkel qui est toujours patronne en Allemagne mais aussi avec une montée de l'extrême droite qui a vu un parti avec des représentants en haut lieu ...

Aujourd'hui les pb sont là et il faudra les gérer , mais il semblerait que personne ne veut prendre sa part, alors que le pb des migrants et celui du Sahel sont très lié... On critique la France mais l'Allemagne a autant de responsabilités d'une certaine manière, car elle a aussi permis la surinfection pour un intérêt propre... 

Enfin voilà, les allemands sont bien gentil, mais ils ne sont pas meilleur pour autant, se qui me pousse à encore être plus critique sur une UE et le pseudo couple franco-allemand, j'y ai jamais cru d'ailleurs mais là je ne peux qu'être conforté vu le constat. 

Là solution s'est de peser sur les états centraux pour qu'ils prennent en compte Le pb entre gens du nord et ceux du sud, imposer de l'autonomie avec en fond la menace de l'arrêt des aides au développement et le départ de Barkhane, qui verra forcément les gens du nord rapidement descendre au sud... 

En influant ainsi, on permettrait la cicatrisation de cette plaie ouverte entre nomades et sédentaires, pour que la sur infection islamiste, trafic se réduisent. 

Ça critique la stratégie militaire de la France, mais ils savent très bien que le problème n'est pas là, mais surtout là où comme je le met en avant plus haut dans mon message, mettre la pression de manière logique sur les gvt des pays du Sahel qui profitent très bien de l'aide au développement, tellement bien que depuis des années rien n'a changé concrètement... Beaucoup de monde se demande où fini l'argent, et la réalité pas là ou c'était prévu... Ça me rappel quand avec ma femme d'origine djiboutienne on allait sur le marché à Djibouti, et que des étales revendaient des sacs de riz marqué don des USA, don de programme alimentaire d'organisation internationale ... Alors imaginer se qui peut arriver avec de l'argent... Même ma femme était désabusée sur la possibilité de voir évoluer les choses, et c'était à Djibouti, pas au Mali ou autres pays du Sahel ou la corruption est de mise... 

Donc les allemands ils me font bien rigoler vu leur manière de faire... 

Mais bon voilà mon humble constat. 

 

Edited by Gibbs le Cajun
  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,956
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Amoroso
    Newest Member
    Amoroso
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...