Recommended Posts

 

Il y a 4 heures, Gibbs le Cajun a dit :

Pour le reste du message, tu n'apportes aucun argument mais ton ressenti par rapport au passif de la personne, mais le problème c'est qu'on peut se demander pourquoi il a put être professeur à Saint-Cyr si ses connaissances étaient si nulle, ou qu'il a était appelé au niveau des nations unies pour le tribunal qui a géré le génocide au Rwanda...

Qu'il n'a jamais été banni de l'université ou il enseigné, en sachant qu'il a aussi vécu très longtemps dans nombre de pays africain c'est quand même pas rien , et ça me parle aussi beaucoup pour moi qui a eu au travers de l'armée put connaître plusieurs pays africain, ou d'ailleurs ne sachant pas quoi ramené comme souvenir, j'ai donc ramené ma femme de Djibouti ( c'est bien evidemment de l'humour, ne pas prendre au 1er degré).

Plus sérieusement et  concrètement ma femme connaît très bien les problématiques clanique, éthnique, tribale, confessionnel vu comment le concept atteint des limites dans un contexte démographique qui pèse énormément puisqu'elle a put le vivre concrètement comme minorité à Djibouti qui voit toujours un Issa au commande du pays depuis l'indépendance... Suffit de juste dérouler l'histoire du pays pour le comprendre. 

Oui, il y a d'une part les connaissances et l'analyse d'une personne, d'autre part ses points de vue idéologiques.

On n'est pas obligé d'accepter les seconds pour profiter des premiers.

 

Il y a 2 heures, olivier lsb a dit :

Pour continuer d'alimenter nos discussions dans une belle veine de courtoisie, je partage ici une vidéo que je viens de re-regarder (et surement diffusée sur le topic à l'époque). L'intervention de Laurent Bigot à l'IFRI, pour exprimer une "opinion personnelle" et malheureusement, bien trop éclairée. Bien mal lui en avait pris puisque le Quai d'Orsay à l'époque l'avait limogé de son poste de sous-directeur pour le Mali, en raison de son intervention.

Elle doit donc être vue et revue, car à mon sens ce qu'il évoque est d'une terrible et cruelle actualité, 7 ans plus tard... Son passage sur le Burkina Faso notamment, en tant que prochain pays présentant des risques d'effondrement, est d'une pertinence, 7 ans plus tard, absolument gênante...

Pareil que @Hirondelle : ce genre d'intervention est utile, mais ne doit pas sortir de la bouche d'un diplomate. Sinon, ce n'est pas un diplomate.

Ce qui se retrouve d'ailleurs dans la fameuse blague

 

Révélation

 

Quelle est la différence entre une femme du monde et un diplomate ?

Quand un diplomate dit oui, ça veut dire peut-être.
Quand il dit peut-être, ça veut dire non.
Et quand il dit non, ce n'est pas un diplomate.
Quand une femme du monde dit non, ça veut dire peut-être.
Quand elle dit peut-être, ça veut dire oui.
Et quand elle dit oui, ce n'est pas une femme du monde.

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Alexis a dit :

Quelle est la différence entre une femme du monde et un diplomate ?

Quand un diplomate dit oui, ça veut dire peut-être.
Quand il dit peut-être, ça veut dire non.
Et quand il dit non, ce n'est pas un diplomate.
Quand une femme du monde dit non, ça veut dire peut-être.
Quand elle dit peut-être, ça veut dire oui.
Et quand elle dit oui, ce n'est pas une femme du monde.

Pas assez cruelle pour le diplomate :  j’en connais bien un qui réfléchit soigneusement avant de donner l’heure quand on la lui demande :bloblaugh: 

Mais je ne dois connaître aucune femme du monde :chirolp_iei:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, olivier lsb a dit :

Pour continuer d'alimenter nos discussions dans une belle veine de courtoisie, je partage ici une vidéo que je viens de re-regarder (et surement diffusée sur le topic à l'époque). L'intervention de Laurent Bigot à l'IFRI, pour exprimer une "opinion personnelle" et malheureusement, bien trop éclairée. Bien mal lui en avait pris puisque le Quai d'Orsay à l'époque l'avait limogé de son poste de sous-directeur pour le Mali, en raison de son intervention.

Elle doit donc être vue et revue, car à mon sens ce qu'il évoque est d'une terrible et cruelle actualité, 7 ans plus tard... Son passage sur le Burkina Faso notamment, en tant que prochain pays présentant des risques d'effondrement, est d'une pertinence, 7 ans plus tard, absolument gênante...

22 juin 2012

4:22 "Si c'est ça la démocratie, on va peut-être essayer autre chose. Et l'islam est apparu comme une alternative. Les associations islamiques ont fait le travail que l'État ne faisait pas. La montée en puissance du Haut Conseil Islamique en est la preuve".

Ce qui permet de mettre en perspective le dernier épisode concernant Mahmoud Dicko (voir francetvinfo du 9 septembre 2019 dont j'ai mis des extraits un peu plus haut http://www.air-defense.net/forum/topic/14067-opérations-au-mali/?do=findComment&comment=1271056

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Hirondelle a dit :

Qui ne serait pas d’accord, Gibbs ? Simplement les réalités prises en comptes par Lugan sont selectives  , pas forcément fausses.

S’il faut en retenir qu’en Afrique (comme ailleurs), il faut prendre en compte les tps longs, ou dire qu’en Afrique, les dimensions ethniques sont importantes : tout à fait d’accord.

Je suis un peu une hirondelle d’Afrique, Gibbs : je sais très bien que sur le continent on ne parle pas de quelqu’un sans commencer par dire d’où il vient, ou rappeler son clan.

Et alors ? Est ce une raison pour tout réduire à un triptyque avec les Targui au centre plus le contexte ottoman, sans parler hygro-climat, société et économie, en ramenant les phénomènes religieux à la dimension d’epiphenomenes...

Le problème Gibbs, c’est que le format du forum me paraît très peu adapté pour debattre de ce genre de rhétorique.

Pour ma part je préférerais entendre ce sur tu as toi à dire sur le sujet, par petits points.

Je ne participe pas habituellement aux discussions très générales (et idéologiques), précisément parce que je les crois impossibles sur un forum.

Tu vois, pour ne presque rien dire je suis déjà trop long :sad:

Moi j'arrive à zapper les à cotés d'une personne tant qu'il y a de la connaissance sur les sujets , je prend tout se qui amène au factuel me permettant  de poser aussi de manière plus présentable comme disons du support sur se que j'aimerais écrire, apportant si il le faut des nuances à l'intervention d'une personne qui écrit un article ou le fait à la radio , peu importe si elle passe sur tel radio ou écrit dans le Monde, etc...

Sur le sujet concernant le Sahel, à un moment il faut savoir dire stop aux dirigeants des pays concernés, en leur mettant la pression tout en proposant des solutions ou forcément il faudra qu'ils fassent des concessions des 2 côtés, et en cela Lugan a raison, et pour se faire il faut connaître les points qui opposent, et ça passent forcément par la connaissance historique, géographique et se que sont l'ex réalités des groupes humain sur place. J'ai put moi même observer et comprendre les limites des Afriques, et tout en prenant en compte la vision que me partage mon épouse au vu de ces origines de la Corne de l'Afrique ( et du Yémen), puisque elle est née là-bas, a grandie et vécue sur place avant de devenir française.

Et plus le temps passe plus le réel pèse avec plus de conséquence pour les africains, et le reste du monde. Surtout avec le retour des turcs en Libye et qui aura donc aussi des effets sur le Sahel , le poids de la Chine, des russes, des US. Mais la façon de faire de ces puissances pourrait aussi encore plus déstabiliser en arrosant d'argent juste les gvt locaux ... On observe déjà que l'effet retombée vers le bas est plus que négatif, amenant à voir des mécontents déchanter avec la Chine. 

Moi j'ai plutôt trouver très bon le président Macron ( je ne suis pourtant pas un fan) quand il était intervenu auprès des élèves de l'université au Burkina Faso  (si je ne dis pas de bêtise), puisqu' il a montré et mis en face de leurs contradictions de nombreux étudiants dans leur position ou on sentait que pour beaucoup l'idéologie ou on aime la victimisation permanente en voyant du néo colonialisme...  Et quand on observe les choix du type d'étude... Ben on observe que l'économie, etc... Sont pas le plus choisi... Donc c'est bien beau le côté révolutionnaire anti colonialiste... Mais ça ne fait pas avancer un pays... Donc on peut se poser des questions quand on observe que ces étudiants, ben seront les futurs élites dans leurs pays... Quelque part la position et le choix de préférer plutôt des études plus axé politique, c'est bien confortable pour nombres de ces étudiants qui au final ce sont eux même enfermé sans forcer dans la position de victimes permanente... 

Enfin voilà, ils ne veulent pas qu'on les infantilise à raison, mais au final leur comportement lui prouve que c'est confortable au final pour eux, surtout quand ils auront une voie royale vers des postes à responsabilités même si ils sont mauvais, les liens tribaux, éthnique etc... Feront le reste... Et c'est aussi déclinable à tout les niveaux, mon beau-frère comme jardinier-chauffeur a la présidence, ayant eu comme pb d'être viré pour être remplacé par un homme moins compétent, mais appartenant à l'ethnie dominante Issa à Djibouti... Tout en observant la problématique de la corruption à tout les niveaux... 

Enfin voilà, vu l'évolution en Afrique, rien qu'au Sahel la boîte de Pandore est ouverte... Et pour tenter de la fermer, va falloir mettre les hauts là face aux dirigeants des états dans la région, et comme expliqué plus haut dans mon message mettre la pression avec des solutions amenant du donnant donnant entre les parties qui s'opposent. 

Pour le reste avoir du support m'a aussi aidé pour disons limiter les pavés qui ont été problématique. 

Oui a un moment j'ai voulu partir du forum, conscient que les échanges par clavier interposé pouvaient être problématique, que ce soit dans la manière de faire un exposé carré dans la présentation, organisation. J'ai toujours était plus à l'aise dans des échanges direct non virtuel, parlant clairement et tout en exposant sans pb les choses à dire. 

Mais à un moment, quand on connait ses limites, se qui n'a rien de péjoratif en soi ( l'école, hormis l'histoire et la géographie, le reste fut problématique... La vie m'a appris le reste ),il faut savoir le prendre en compte pour éviter l'agacement quand on se fait reprendre sur le français, tout en voyant mes arguments au final être au final même pas abordé, que ce soit en positif ou en négatif ... 

Alors je peux comprendre que ça peut-être aussi un problème au niveau répulsion pour de potentiels futurs membres, qui pourrait en voyant un de mes messages être pas dans l'optique d'avoir de la marge dépassant la problématique du français, et donc qu'il ne devienne pas membre. 

Donc voilà, à un moment, j'en ai eu marre sans pour autant ne pas comprendre la problématique du français dans mes messages. 

J'ai opté pour moins d'interventions même si parfois je me dis qu'il vaudrait mieux partir, pour le bien du forum comme expliqué plus haut, mais sans être en mode mauvais , ils sont pas sympa mais ils m'ont fait fuir du forum. 

Voilà en gros et en mode dispersion tir à la grenade à fusil mes sentiments sur les points que tu soulève. 

 

 

 

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au final on retombe toujours sur le problème de la pirogue africaine : plein de gouvernants mais pas de gouvernail... (elle est pas de moi)

  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

@ Gibbs, l'important c'est de se faire comprendre pour exprimer son point de vu et crois moi, depuis que je te lis, tu y arrives parfaitement !
De mon point de vu, on a besoin du regard de personnes qui ont vécus bien des péripéties et la connaissance de cette partie de l'Afrique en particulier et du monde en général.
Ton niveau d'expression par écrit démontre une application que beaucoup négligent pour diverses raisons.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

A-t-on une idée du modèle de véhicule utilisé par les casques bleus belges au Mali ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Sovngard a dit :

A-t-on une idée du modèle de véhicule utilisé par les casques bleus belges au Mali ?

Ce serait de nouveau un Dingo qui a été touché par IED (la photo sur le tweet c'est celui du mois passé)

 

  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200226-dialogue-jihadistes-mali-réaction-jean-yves-drian (27 février 2020)

Les autorités de Bamako assument désormais ouvrir la voie à des discussions avec Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa.

De son côté, l'ambassadeur du Mali en France qui était auditionné ce mercredi 26 devant les sénateurs français est, lui aussi, revenu sur les négociations envisagées par Ibrahim Boubacar Keïta avec certains groupes jihadistes. Il a expliqué qu'il y aurait « des lignes rouges » et évoqué notamment la question de la charia, de l'intégrité territoriale, et de la situation faite aux femmes. Sur la question de l'impunité, il a ajouté  « même si on trouvait une solution d'entente, ceux qui ont du sang sur les mains devront en rendre compte ». 

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200213-mali-arrivée-kidal-fama-reconstituées (13 février 2020)

Arrivée à Kidal de l'armée malienne reconstituée

Ce retour est le fruit de longues négociations. L’article 21 de l’accord de paix d’Alger signé en 2015 prévoyait déjà « le redéploiement des forces de défense et de sécurité dans toutes les régions du nord. » Cinq ans plus tard, 240 hommes, des éléments de la CMA, de la Plateforme, un autre groupe armé loyal au pouvoir central, et des éléments de force régulière sont désormais installés depuis jeudi dans leur camp militaire de Kidal.

« Maintenant, il faut espérer que le processus se poursuive », analyse le sociologue Mahamadou Diouara. Sur le plan sécuritaire, « les effectifs seront isolés, car il n’y a aucun dispositif de renfort dans la zone. Il faudra également lancer le retour de l’administration qui elle aussi devra être sécurisée », poursuit-il. 188 éléments devraient rejoindre les soldats déjà sur place, précise notre correspondante Coralie Pierret. Aucune date d’arrivée n’a été précisée pour le moment.

http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200214-mali-discussion-bamako-jihadistes-positive-normand-ambassadeur (14 février 2020)

Nicolas Normand a été ambassadeur de France à Bamako.

Est-il possible de négocier avec le chef de la katiba Macina, Amadou Koufa ?

Toutes ces questions se posent, effectivement, avec de gros points d’interrogation, même avec Iyad Ag Ghali. Iyad Ag Ghali est-il libre, lui-même, de discuter ? Il fait quand même partie d’un ensemble qui s’appelle Al-Qaïda, dont les chefs se trouvent en Algérie. Lui-même risque peut-être d’être aussi assassiné, s’il a envie de négocier. Amadou Koufa, peut-être a-t-il envie de discuter, mais il ne décide pas seul. Donc, vous voyez bien que ces questions sont difficiles.

Le président IBK a parlé des chefs jihadistes Amadou Koufa et Iyad Ag Ghali, mais pas du chef jihadiste Abou Walid Al-Sahraoui de l’EIGS.

Sur le terrain, je crois qu’il faut distinguer quand même le groupe, la nébuleuse GSIM dirigée en principe par Iyad Ag Ghali, de celle de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) d’Abou Walid Al-Sahraoui. Eux, ce sont de véritables enragés, qui attaquent presque de préférence, à la limite, la population civile, qui dévastent les villages, qui tuent les femmes, les enfants et les populations civiles.

Le retour de l’État malien à Kidal après six ans d’absence, est-ce que c’est important ?

Maintenant, cela va être l’armée malienne qui va assurer la sécurité de Kidal et de la région. Mon souhait c’est aussi, d’ailleurs, que cette armée dite reconstituée s’attaque aux jihadistes, précisément.

 

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.dw.com/fr/le-gouvernement-doit-absolument-négocier-la-libération-de-soumaila-cissé/av-52977221 (1er avril 2020)

Une semaine après son enlèvement, des Maliens demandent au gouvernement d'Ibrahim Boubacar Keita d'entamer des négociations avec les terroristes pour que Soumaila Cissé soit libéré.

En campagne électorale pour les législatives du 29 mars dans son fief de Niafunké, dans la région de Tombouctou, la délégation du président de l’Union pour la République et la Démocratie est tombée dans une embuscade le mercredi 25 mars. Son garde du corps a été tué, deux autres membres de son entourage ont été blessés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/04/19/le-mali-elit-ses-deputes-malgre-les-attaques-djihadistes-et-le-covid-19_6037082_3212.html

A Ouro-Mody (région de Mopti, centre), un président d’un bureau de vote a été enlevé alors que les autres membres et des représentants de la commission électorale étaient « chassés par des hommes armés », ont affirmé à l’AFP un représentant local de la commission électorale et des sources militaires.

Dans les communes de Sosobé et Togorougoumbé (Centre), le vote n’a pas eu lieu à cause des djihadistes qui ont menacé de s’en prendre aux électeurs, ont affirmé des témoins. C’est dans la même zone du centre que Soumaïla Cissé, le chef de file de l’opposition, avait été kidnappé le 25 mars.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Wallaby a dit :

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/04/19/le-mali-elit-ses-deputes-malgre-les-attaques-djihadistes-et-le-covid-19_6037082_3212.html

A Ouro-Mody (région de Mopti, centre), un président d’un bureau de vote a été enlevé alors que les autres membres et des représentants de la commission électorale étaient « chassés par des hommes armés », ont affirmé à l’AFP un représentant local de la commission électorale et des sources militaires.

Dans les communes de Sosobé et Togorougoumbé (Centre), le vote n’a pas eu lieu à cause des djihadistes qui ont menacé de s’en prendre aux électeurs, ont affirmé des témoins. C’est dans la même zone du centre que Soumaïla Cissé, le chef de file de l’opposition, avait été kidnappé le 25 mars.

Ce c'est donc bien passé, s'il n'y a que ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/01/2020 à 18:47, Wallaby a dit :

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/societe-africaine/mali-l-influent-et-virulent-imam-mahmoud-dicko-lance-son-mouvement-politique_3609581.html (9 septembre 2019)

Inspiré par la doctrine wahhabite en vigueur en Arabie Saoudite, où il a reçu une partie de sa formation, Mahmoud Dicko vient de faire son entrée sur la scène politique, en lançant son propre mouvement, la CMAS.

Président jusqu'en avril du Haut conseil islamique, principale organisation islamique d'un pays à 90% musulman, l'imam Dicko a, par le passé, fortement contribué à faire reculer le gouvernement sur la question des droits des femmes, de l'interdiction de l'excision à un projet de manuel scolaire prônant la tolérance envers l'homosexualité.

L'imam, âgé de 65 ans, prône "une refondation" sur la base de valeurs sociétales et religieuses. Mahmoud Dicko incarne face au rite malékite dominant au Maghreb et en Afrique de l'Ouest, plus ouvert, la tendance inspirée par la doctrine wahhabite, en vigueur en Arabie Saoudite, où il a reçu une partie de sa formation théologique.

Très populaire dans le pays, il a été engagé dans les efforts de médiation quand le nord du pays est tombé aux mains des jihadistes en 2012. Il a soutenu l'intervention militaire internationale lancée à l'initiative de la France en 2013 et assisté, aux côtés d'autres dignitaires religieux, en 2015, à la signature de l'accord de paix au Mali, ou en 2017 à la conférence d'entente nationale prévue par cet accord.

Mais, avec le chérif (prédicateur musulman) de la localité de Nioro, Bouyé Haïdara, il est aussi entré en fronde contre l'ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, poussé à la démission en avril après le massacre de près 160 civils à Ogossagou et une série de manifestations contre l'incompétence imputée à l'Etat.

Le rapport Chevènement de 2013 était déjà très soupçonneux vis à vis de Mahmoud Dicko :

http://www.senat.fr/rap/r12-513/r12-513_mono.html#toc148

Certains chercheurs vont jusqu'à estimer qu'il y avait une convergence, voire un projet politique visant à instaurer au Mali un « état islamique » voire à négocier avec le mouvement d'Iyad ag Ghali l'éventuel établissement d'une plate-forme commune entre le Nord et le Sud. Sans aller jusque-là, d'autres constatent que ce n'est sûrement pas un hasard si l'imam Mahmoud Dicko, Président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), s'est rendu à Gao quand la ville était sous le joug des terroristes, où il a rencontré un porte-parole du MUJAO.

https://www.lefigaro.fr/international/crise-au-mali-un-influent-imam-defie-le-president-ibk-et-mobilise-la-rue-20200620 (20 juin 2020)

Des dizaines de milliers de manifestants ont réclamé vendredi 19 juin à Bamako la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta, à qui ses voisins ouest-africains ont conseillé de mettre sur pied un gouvernement d'union nationale et d'organiser rapidement des législatives partielles pour apaiser les tensions.

À la tête du M5-RFP, qui rassemble des responsables religieux et des personnalités de la société civile comme du monde politique, se trouve un homme à l'influence croissante : Mahmoud Dicko, imam rigoriste et patriote. L'imam, après avoir rencontré le chef de l'État, a maintenu son appel à manifester «en masse» vendredi, se gardant toutefois de réclamer lui-même sa démission. «Il n'a pas tiré la leçon, il n'écoute pas les gens. Mais cette fois-ci, il va comprendre», avait-il averti mercredi devant la presse.

 

https://www.ouest-france.fr/monde/mali/qui-est-mahmoud-dicko-l-imam-qui-monte-au-mali-et-inquiete-la-france-6876417 (20 juin 2020)

Dicko profite surtout du discrédit total des autorités dans un pays confronté à l’effondrement des services publics, la corruption, et la mort de milliers de Maliens dans des attaques djihadistes et des violences intercommunautaires. Le tout dans un contexte de rejet croissant de la présence militaire française.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Inspiré par la doctrine wahhabite en vigueur en Arabie Saoudite, où il a reçu une partie de sa formation, Mahmoud Dicko vient de faire son entrée sur la scène politique, en lançant son propre mouvement, la CMAS."

encore un bon ....  sorti comme par hasard de sa boite... 

Les wahhabites créent le trouble, entretiennent la terreur avec des bandes armées par leurs soins d'une main et après un petit moment de l'autre ils sortent le sauveur  qui arrive bien à propos en distribuant des tickets restaurants ....

 

Edited by Lezard-vert
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/06/2020 à 23:50, Lezard-vert a dit :

Les wahhabites créent le trouble, entretiennent la terreur avec des bandes armées par leurs soins d'une main et après un petit moment de l'autre ils sortent le sauveur  qui arrive bien à propos en distribuant des tickets restaurants ....

Je pense que ce serait une erreur que de les voir uniquement sous cet angle là. La population les aime bien parce qu'ils jouent un rôle utile comblant les lacunes de l'État :

  

Le 18/01/2020 à 13:44, olivier lsb a dit :

Pour continuer d'alimenter nos discussions dans une belle veine de courtoisie, je partage ici une vidéo que je viens de re-regarder (et surement diffusée sur le topic à l'époque). L'intervention de Laurent Bigot à l'IFRI, pour exprimer une "opinion personnelle" et malheureusement, bien trop éclairée. Bien mal lui en avait pris puisque le Quai d'Orsay à l'époque l'avait limogé de son poste de sous-directeur pour le Mali, en raison de son intervention.

Elle doit donc être vue et revue, car à mon sens ce qu'il évoque est d'une terrible et cruelle actualité, 7 ans plus tard... Son passage sur le Burkina Faso notamment, en tant que prochain pays présentant des risques d'effondrement, est d'une pertinence, 7 ans plus tard, absolument gênante...

 

Laurent Bigot 4:22 "Si c'est ça la démocratie, on va peut-être essayer autre chose. Et l'islam est apparu comme une alternative. Les associations islamiques ont fait le travail que l'État ne faisait pas. La montée en puissance du Haut Conseil Islamique en est la preuve".

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Wallaby a dit :

Je pense que ce serait une erreur que de les voir uniquement sous cet angle là. La population les aime bien parce qu'ils jouent un rôle utile comblant les lacunes de l'État :

  

Laurent Bigot 4:22 "Si c'est ça la démocratie, on va peut-être essayer autre chose. Et l'islam est apparu comme une alternative. Les associations islamiques ont fait le travail que l'État ne faisait pas. La montée en puissance du Haut Conseil Islamique en est la preuve".

 

Il ne faudrait toutefois pas en tirer la conclusion que c'est le caractère religieux des interlocuteurs islamiques qui serait donc la bonne réponse. N'étant pas formellement au pouvoir tout en ayant un certain degré d'autorité locale et d'organisation, vu de loin, ils peuvent apparaître comme une solution.

C'est cependant l'incurie des décideurs Maliens et le haut degré de corruption de ces dirigeants qui a miné avant tout l'autorité et l'unité du pays. Voir les islamistes sous un autre angle et potentiellement au pouvoir et aux affaires ne signifierait absolument pas qu'ils seraient imperméables aux mêmes démons que les dirigeants actuels. 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/28/au-mali-le-president-ibk-nomme-un-debut-de-gouvernement-mais-sans-union-nationale_6047456_3212.html

Mountaga Tall, ancien ministre devenu l’un des leaders de la coalition qui, depuis le 5 juin, ébranle le pouvoir, a proclamé : « Rien n’a changé. Nous ne sommes ni demandeurs ni preneurs de ce gouvernement d’union nationale. Nos positions restent les mêmes. Nous réitérons notre demande de démission d’“IBK”. »

En affirmant aux autres chefs d’Etat qu’il est l’objet d’un « coup d’Etat rampant » et que les manifestations ont pour finalité de préparer l’avènement d’une république islamique – « C’est là, la rançon de guerre de l’imam Dicko, un crime impardonnable », dit-il – « IBK » n’a pas trouvé les termes les plus conciliants pour nouer les fils de la discussion. La présidence malienne a ensuite démenti avoir tenu ces propos.

Nous demandons le départ du premier ministre qui a fait tirer sur les gens [entre 11 et 23 morts, selon les bilans, tués entre les 10 et 12 juillet]. Tant que cette question n’est pas réglée, rien n’est réglé. Nous avons besoin de présenter quelque chose au peuple », ajoute un cadre de la mouvance politique proche de l’imam Dicko.

« Derrière la stratégie collective, il y a des stratégies individuelles, décrypte une bonne source. Certains exigent la démission d’“IBK”, car ils pensent qu’ils n’auront aucun poste. Dicko ne la demande pas mais conditionne tout compromis à la tête de Boubou Cissé. Et puis, il y a la demande de la base qui est avant tout sociale. »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/06/2020 à 20:48, olivier lsb a dit :

 

C'est cependant l'incurie des décideurs Maliens et le haut degré de corruption de ces dirigeants qui a miné avant tout l'autorité et l'unité du pays. Voir les islamistes sous un autre angle et potentiellement au pouvoir et aux affaires ne signifierait absolument pas qu'ils seraient imperméables aux mêmes démons que les dirigeants actuels. 

 

Absolument d'accord avec la première phrase, pas avec la seconde qui renvoie aux lieux communs sur la délinquance devenue par opportunité islamiste. Il est très probable que les dirigeants islamistes ne se montrent pas aussi corrompus, notamment, que leurs prédécesseurs (cf. talibans ou Daesh et même l'emprise sur le Nord Mali en 2012).

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/mali-hrw-dénonce-les-dérapages-violents-en-marge-des-manifestations/1940515 (13 août 2020)

L’organisation de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW) a dénonce mercredi « l’usage excessif de le force par les forces de sécurités maliennes pour réprimer des manifestations parfois violentes organisées par l’opposition politique ».

« Lors de trois journées de troubles en juillet 2020 dans la capitale Bamako, au moins 14 personnes ont été tuées et plus de 300 autres blessées, dont des manifestants, des passants et des membres des forces de sécurité », a déclaré l’ONG dans un communiqué publié mercredi sur son site.

Lors des manifestations et des violences perpétrées du 10 au 12 juillet, les manifestants ont dressé des barricades ; lancé des pierres, parfois en se servant de lance-pierres ; occupé, incendié et pillé en partie des immeubles gouvernementaux et menacé d’attaquer le domicile d’un juge, rappelle l’ONG.

Les forces de sécurité ont arrêté au moins cinq dirigeants de l’opposition, saccagé le siège du M5-RFP et utilisé des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour démanteler les barricades et disperser les manifestants. Les dirigeants de l’opposition ont été remis en liberté le 13 juillet, ajoute la même source.

Selon un communiqué gouvernemental, la violence aurait fait 303 blessés – 176 manifestants ou passants, et 127 membres des forces de sécurité. Un communiqué du M5-RFP a déclaré que les forces de sécurité étaient responsables de la mort de 23 personnes, toutes ayant succombé à des tirs. Selon l’Agence France Presse et l’ONU, deux enfants figuraient parmi les victimes. Les dirigeants du M5-RFP ont assuré à Human Right Watch que les individus impliqués dans ces violences n’appartenaient pas à leur mouvement, bien que certains témoignages contredisent cette affirmation, précise HRW.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/08/19/au-mali-la-chute-et-les-remerciements-d-ibrahim-boubacar-keita_6049295_3212.html

Renversé par un coup d’Etat, le président a annoncé lui-même sa démission. Les militaires ont affirmé vouloir mettre en place une « transition politique civile » devant conduire à des élections générales dans un « délai raisonnable ».

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/mali/mutinerie-au-mali-le-premier-ministre-demande-aux-soldats-de-faire-taire-les-armes-et-appelle-au-dialogue_4078491.html

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé à la "libération immédiate et sans conditions" du président du Mali.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.aljazeera.com/news/2020/08/mali-keita-resigns-president-military-mutiny-200819013009179.html

Il n'y a pas eu de commentaire immédiat des leaders de l'opposition malienne, mais mardi la coalition M5-RFP derrière les protestations de masse a signalé son soutien à l'action des mutins, le porte-parole Nouhoum Togo ayant déclaré à l'agence de presse Reuters que ce n'était "pas un coup militaire mais une insurrection populaire".

Et alors que l'opposition était unie dans sa demande de démission de Keita, "il n'y a pas beaucoup de consensus sur ce qu'il faut faire ensuite ou qui devrait représenter les Maliens", a déclaré [William Lawrence, professeur de sciences politiques à American University aux États-Unis].

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Wallaby a dit :

https://www.aljazeera.com/news/2020/08/mali-keita-resigns-president-military-mutiny-200819013009179.html

Il n'y a pas eu de commentaire immédiat des leaders de l'opposition malienne, mais mardi la coalition M5-RFP derrière les protestations de masse a signalé son soutien à l'action des mutins, le porte-parole Nouhoum Togo ayant déclaré à l'agence de presse Reuters que ce n'était "pas un coup militaire mais une insurrection populaire".

Et alors que l'opposition était unie dans sa demande de démission de Keita, "il n'y a pas beaucoup de consensus sur ce qu'il faut faire ensuite ou qui devrait représenter les Maliens", a déclaré [William Lawrence, professeur de sciences politiques à American University aux États-Unis].

Comme d'habitude. L'article du Figaro reprend les éléments de langage habituels, les groupes aux acronymes en quatre lettres, les vibrants objectifs. Mais concrètement, ils vont se taper dessus pendant des semaines pendant que l'économie plongera faute d'aide extérieure.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/mali-coups-de-feu-dans-un-camp-militaire-proche-de-bamako-20200818

Citation

Les militaires qui ont pris le pouvoir ont affirmé vouloir mettre en place une «transition politique civile» devant conduire à des élections générales dans un «délai raisonnable». «Nous, forces patriotiques regroupées au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), avons décidé de prendre nos responsabilités devant le peuple et devant l'histoire», a déclaré sur la télévision publique ORTM le porte-parole des militaires, le colonel-major Ismaël Wagué, chef d'état-major adjoint de l'armée de l'air. Il a affirmé que tous les accords internationaux du Mali seront respectés.

«Notre pays, le Mali, sombre de jour en jour dans le chaos, l'anarchie et l'insécurité par la faute des hommes chargés de sa destinée», a accusé l'officier. Il a dénoncé le «clientélisme politique» et «la gestion familiale des affaires de l'État», ainsi que la «gabegie, le vol et l'arbitraire», une justice «en déphasage avec les citoyens», une «éducation nationale qui patauge» ou encore des massacres de villageois, le «terrorisme et l'extrémisme».

À lire aussi : Amnesty dénonce la «répression sanglante» des manifestations au Mali

«La société civile et les mouvements socio-politiques sont invités à nous rejoindre pour, ensemble, créer les meilleures conditions d'une transition politique civile conduisant à des élections générales crédibles pour l'exercice démocratique à travers une feuille de route qui jettera les bases d'un Mali nouveau», a ajouté le colonel-major. Il a demandé aux organisations internationales et sous-régionales de les «accompagner pour le bien-être du Mali».

«La (mission de l'ONU) Minusma , la force (anti-jihadiste française) Barkhane, le G5 Sahel (qui regroupe cinq pays de la région), la force Takuba (un groupement de forces spéciales européennes censées accompagner les Maliens au combat) demeurent nos partenaires», a-t-il également affirmé.

 

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,548
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,041
    Total Topics
    1,363,755
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries