Recommended Posts

Sophie Pétronin était tout à fait consciente qu'elle risquait d'être enlevé ayant déjà risqué de l'être quelques années plus tôt.

L'OGN où elle "travaille " c'est son ONG, voir ce qu'elle contient en fait.

Elle a décidé de retourner ou de rester et a été enlevé, d’accord c'est son choix, sauf qu'après il faut aller la chercher et là on risque la vie d’autrui qui n'ont pas de lien avec elle.

Je comprends que son fils a tant fait pour la libérer, mais je me pose des questions, d'après lui elle avait un cancer très avancé avec un risque de ne pas finir l'année (pas 2020 une précédente) et là ..... elle ressemble à une cancéreuse en phase terminale ?

 

 

 

 

Edited by gargouille
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'admire son dévouement mais condamne le fait qu'elle aie travaillé dans un lieu aussi pourri, n'y a t il pas à faire pour des civils innocent dans des endroits ou on ne risque de devenir monnaie d'échange pour les bandits ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, kalligator a dit :

J'admire son dévouement mais condamne le fait qu'elle aie travaillé dans un lieu aussi pourri, n'y a t il pas à faire pour des civils innocent dans des endroits ou on ne risque de devenir monnaie d'échange pour les bandits ?

C'est ce raisonnement qui consiste à réduire progressivement la sphère d'action des politiques, militaires, humanitaires et finalement de tout le monde à une poignée de zones au détriment du reste. On ne gagnera pas en abandonnant le terrain.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
33 minutes ago, Ciders said:

C'est ce raisonnement qui consiste à réduire progressivement la sphère d'action des politiques, militaires, humanitaires et finalement de tout le monde à une poignée de zones au détriment du reste. On ne gagnera pas en abandonnant le terrain.

Pour les humanitaires je reste convaincu que faute d'une sécurité sérieuse ils ne devraient pas oeuvrer dans ces régions ou ils sont bien trop souvent les otages voire les victimes de combattants dépourvu de toute norme morale.

Soit les humanitaires travaillent au côté des militaires qui assurent leur sécurité soit ils risquent de se faire tuer parce qu'ils sont Haram. Le travail humanitaire est déjà bien dur comme cela, sans parler des armes aériennes qui ont tendance à bombarder les hôpitaux "par erreur"

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, kalligator a dit :

Pour les humanitaires je reste convaincu que faute d'une sécurité sérieuse ils ne devraient pas oeuvrer dans ces régions ou ils sont bien trop souvent les otages voire les victimes de combattants dépourvu de toute norme morale.

Soit les humanitaires travaillent au côté des militaires qui assurent leur sécurité soit ils risquent de se faire tuer parce qu'ils sont Haram. Le travail humanitaire est déjà bien dur comme cela, sans parler des armes aériennes qui ont tendance à bombarder les hôpitaux "par erreur"

Adieu les couvertures pour nos fonctionnaires.
Le travail humanitaire n'est ni noir ni blanc...quelle que soit la région ou le continent, les risques sont présents. Mais il demeure fondamental. Si l'ONG est bien souvent devenue un sous-traitant des pouvoirs publics, celle-ci ne peut pas dépendre d'une force armée pour travailler efficacement.
Je connais quelques universitaires, toubibs et membres d'ONG pratiquant le Sahel depuis les années 70s et qui rongent leur frein de ne pas retourner sur le terrain afin d'y retrouver leurs connaissances et les cultures dont ils sont tombés amoureux et au milieu desquelles ils travaillaient. C'est un crève-coeur monumental pour eux, sachant que certains sont trop âgés pour encore espérer y revenir de sitôt.

Eu égard aux circonstances de la libération, la question de la rançon (en liasses de billets) n'est plus une évidence.

 

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

On parle de faire intervenir des FS comme si c'était magique, mais c'est loin d'être simple.

Il faut déjà localiser l'otage et qu'une intervention puis une extraction soit réaliste avec les moyens que nous avons. Si tu envoies 10 types se faire tuer ou capturer, ça ne sert à rien. 

Par ailleurs, il faut que les conditions politiques s'y prêtent aussi. Si t'es en train de chercher une solution diplomatique au conflit, une opération armée va faire tâche.

Mais sur le fond, effectivement payer ou échanger des otages me semble contre productif. C'est même un cercle vicieux puisque ça leur donne de la valeur. Ce n'est pas entendable pour les familles, mais parfois la meilleure solution est de ne rien faire.

 

Edited by Hypsen
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, kalligator said:

J'admire son dévouement mais condamne le fait qu'elle aie travaillé dans un lieu aussi pourri, n'y a t il pas à faire pour des civils innocent dans des endroits ou on ne risque de devenir monnaie d'échange pour les bandits ?

Faire partir les occidentaux est un des buts de ces groupes terroristes. Si plus aucun français ne va au Mali, demain ce se sera la Côte d'Ivoire ? le Sénégal ? Le Liban ?

 

Ce sont dans les zones en guerre que les gens souffrent le plus, et donc qu'il y a le plus besoin d'humanitaires...

1 hour ago, kalligator said:

Soit les humanitaires travaillent au côté des militaires

Par définition une ong ne travaille pas avec des militaires et ne veut surtout pas être associée à eux.

Edited by Hypsen
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

C'est son droit le plus strict de risquer de se retrouver prise en otage ou décapitée même si ses raison sont très honorables simplement que perso je ne pourrais pas me mettre dans cette situation

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, kalligator a dit :

J'admire son dévouement mais condamne le fait qu'elle aie travaillé dans un lieu aussi pourri, n'y a t il pas à faire pour des civils innocent dans des endroits ou on ne risque de devenir monnaie d'échange pour les bandits ?

Il faudrait en savoir plus sur son ONG, une bonne ONG ne devrait pas l'obliger d'être sur place, alors qu'il y a des locaux.

Si sans elle, sur place l'ONG n'existe plus, ce n'est plus une ONG mais une action humanitaire personnel qui s’éteindra avec elle.

 

Après vérification, ce n'est pas une ONG mais une action personnelle aidé (par la suite) par une association suisse, certainement constituée en partie de quelques proches.

Edited by gargouille
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kalligator a dit :

 

C'est son droit le plus strict de risquer de se retrouver prise en otage ou décapitée même si ses raison sont très honorables simplement que perso je ne pourrais pas me mettre dans cette situation

Dans ce cas, son fils n'avait pas le droit de faire ce qu'il a fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/248371-mali-dans-le-secret-des-negociations-qui-ont-permis-la-liberatio.html

Le 25 mars dernier, alors qu’il battait campagne pour les législatives dans sa région de Niafunké, Boubou Cissé, alors Premier ministre, est approché par Moustapha Limam Chafi. Le Mauritanien, ancien conseiller spécial de Blaise Compaoré, est réputé pour ses réseaux au sein des groupes jihadistes dans le nord du Mali et a déjà été impliqué dans plusieurs libérations d’otages occidentaux au Sahel.

Au Premier ministre malien, Chafi glisse un nom : celui de Chérif Ould Attaher, un Arabe du Tilemsi et ex-membre du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) qui a, lui aussi, déjà pris part à plusieurs négociations pour faire libérer des otages ces dernières années.

Le 5 avril, Boubou Cissé signe un mandat officiel lui donnant autorisation de « conduire toutes les démarches, formalités et de conclure tous les actes nécessaires » à la libération de Soumaïla Cissé. Chérif Ould Attaher demande à être accompagné dans sa mission par le colonel Mamadou Lamine Konaré, alors conseiller du Premier ministre sur les questions de renseignement. La mission des deux hommes est validée par Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre dans le plus grand secret, notamment pour éviter que les services français et la Direction générale de la sécurité d’État (DGSE) malienne n’en soient informés.

Les services français sont, eux aussi, informés. Ils ne veulent pas entendre parler d’une libération de Soumaïla Cissé avant celle de Sophie Pétronin. Pour ne pas froisser l’opinion publique française, probablement, mais aussi parce qu’ils souhaitent s’adosser au cas Cissé et ne pas apparaître en première ligne – notamment pour le paiement d’une rançon. Ils plaident donc pour qu’Ahmada Ag Bibi, député de Kidal, reprenne le dossier de Soumaïla Cissé en collaboration avec les services maliens.

Ce notable touareg leur sert déjà d’intermédiaire dans le dossier Pétronin. Il connaît Iyad Ag Ghali depuis les années 1990 et a déjà joué un rôle dans les négociations pour la libération des otages d’Areva et de Vinci, enlevés en 2010 au Niger.

En parallèle, le président Emmanuel Macron appelle IBK pour lui demander de confier l’affaire à ces nouveaux intermédiaires. Sous pression française, le chef de l’État malien s’exécute.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201010-mali-libération-otages-négociations-rancon-liberation-jihadistes

La libération de 200 jihahistes le week-end dernier, peut poser problème selon Christian Cambon, le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat. Notamment pour les militaires de Barkhane. Christian Cambon, joint au téléphone par Pierre Firtion du service Afrique de RFI.

« Si la junte actuellement au pouvoir a organisé cet échange dans le sens d’une réconciliation nationale, cela peut se concevoir au sens où, à chaque fois que se termine un conflit intérieur qui a entraîné beaucoup de drames, beaucoup de sang, il y a toujours des échanges de prisonniers, des libérations de part et d’autre, cela peut se comprendre.

Si malheureusement tel n’était pas le cas, et c’est là effectivement où se situe mon souci, cela voudrait dire que, parmi les 100 ou 200 – on ne sait pas encore exactement combien de prisonniers ont été libérés – et au sein desquels se trouvent de manière absolument formelle quatre ou cinq terroristes qui ont signé des crimes de sang épouvantables –, s’il n’y a pas de contrepartie de paix et d’apaisement et s’il s’agit de simplement de la contrepartie de ces quatre libérations, bien évidemment, là, cela pose problème. Et si c’était ça le marchandage, cela aurait été un marchandage particulièrement périlleux et dangereux pour nous ».

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/10/2020 à 13:56, g4lly a dit :

C'est souvent comme ça une guerre non?

Et toujours on t'explique que l'autre c'est le con, le rat, l'inhumain pour que tu puisses le tuer sans trop te tracasser.

Mouais, là c'est pour dire "qui sont trè trè méchant".

T'as raison souvent la guerre c'est nier l'autre, sinon c'est pas facile. Je le garde toujours en tête et c'est précisément ce que je déteste avec toute forme d'extremisme, il nie l'autre et dans ce cas moi et mon modèle de vie. Accessoirement c'est aussi le rapport du faible au fort.

Pour ce qui nous concerne, c'est gênant de soulever mes lapalissades :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Wallaby a dit :

La mission des deux hommes est validée par Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre dans le plus grand secret, notamment pour éviter que les services français [...] n’en soient informés.

Les services français sont, eux aussi, informés.

C'est ballot.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Hypsen a dit :

Ce sont dans les zones en guerre que les gens souffrent le plus, et donc qu'il y a le plus besoin d'humanitaires...

Par définition une ong ne travaille pas avec des militaires et ne veut surtout pas être associée à eux.

Sauf que les Ong gèrent tout de même le risque, ce ne sont pas non plus des acteurs irrationnels,  sauf dans le cas d'individus isolés qui ne voient que leur action (leur plaisir ?) sans prendre en compte l'environnement et le risque pour eux et celui-ci. ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

On le mentionne peu, mais deux autres otages italiens ont aussi recouvré la liberté durant la même "vague".

À noter que plusieurs clichés circulent du touareg Iyad Ag Ghali, patron du GSIM, accueillant les djihadistes libérés en personne (voir Twitter de Wassim Nasr pour les curieux).

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
19 hours ago, gustave said:

Sauf que les Ong gèrent tout de même le risque, ce ne sont pas non plus des acteurs irrationnels,  sauf dans le cas d'individus isolés qui ne voient que leur action (leur plaisir ?) sans prendre en compte l'environnement et le risque pour eux et celui-ci. ...

Je n'ai pas dit non plus qu'elles étaient inconscientes, simplement le risque fait parfois partie de l'engagement.

Pas besoin d'aller dans un pays en guerre, va dans une assos qui essaye de détourner les jeunes des gangs et des narcotraficants, le risque est loin d'être 0...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais tu noteras que les expatriés des ONG sont très peu présents dans les zones à risque. Ils se limitent en général aux zonescertes risquées mais où des mesures protectrices sont réalistes. Kaboul mais pas le Helmand par exemple.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://malijet.com/les_faits_divers_au_mali/lettres_ouvertes_mali/248416-soumaïla-cissé%2C-à-son-arrivée-à-bamako%2C-exprime-sa-reconnaissanc.html

Dans l’interview accordée à Monde Afrique, le chef de file de l’opposition malienne est revenu sur les circonstances de son rapt. « Je me disais qu’il était impossible de faire campagne en restant chez moi. Ce jour-là, on a pris la route pour Koumaïra après le déjeuner. C’est à un kilomètre de l’arrivée que nous avons entendu un gros boum, un coup de feu, qui a touché ma voiture. Mon garde du corps était derrière. Il a été touché au cou, à l’artère. Dès qu’ils ont arrêté le convoi, ils ont pris mes lunettes, m’ont bandé les yeux, m’ont fait monter sur une moto et je suis parti tandis que les autres sont restés sur place. J’ai passé la nuit avec mes ravisseurs, un boulet au pied, bien que je ne sois pas du genre à fuir », a-t-il révélé.

Du haut de ses 70 ans, Soumaila Cissé a vécu des difficultés liées à l’hébergement, à l’alimentation, au déplacement…durant ses 6 mois de détention. «J’ai dû me déplacer dans vingt sites différents au cours de ma captivité. J’ai voyagé en moto, en pirogue, à dos de chameau… Au fil du temps, je traversais des zones boisées, d’autres désertiques puis herbacées. Je commençais alors à me dire qu’il y a des otages qui le restent plus de trois ans.

Je vivais aux trois quarts du temps sous les arbres. Il y a les insectes qui se faufilent dans vos vêtements, les averses qui vous surprennent à deux heures du matin… L’alimentation est quasiment la même du premier au dernier jour. Des spaghettis, des macaronis, du riz, et du pain qu’ils font. Des plats que l’on partage tous ensemble. Ce n’est clairement pas le grand confort, encore moins le paradis. Il n’y a pas d’abris, pas de contacts sociaux, pas de médicaments… », confie l’ex-otage au Monde Afrique.

https://malijet.com/la_societe_malienne_aujourdhui/248415-agression-au-siege-de-la-cmas-issa-kaou-djim-victime-de-la-posit.html (12 octobre 2020)

Le Coordinateur général de la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS), Issa Kaou Djim a été agressé, le samedi dernier, par des jeunes du M5-RFP mécontents de l’ancien « N°10 » du mouvement hétéroclite. Faut-il accuser ces jeunes passionnés ? Non. Il faut plutôt s’attaquer au parrain de la CMAS pour son silence quant à l’orientation proprement dite de son mouvement : pro M5 ou Pro CNSP.

Au  même moment, Dicko est resté dans sa mosquée observant la belle mort très prochaine de son mouvement. Il ne dit aucun mot , ni en faveur du clan pro autorités transitoires ni  en faveur du clan pro M5-RFP. Ainsi, chacun de ces clans se réclame de lui. Mais où va-t-on ? Ce qui est sûr, il est le seul, aujourd’hui, à pouvoir donner une orientation claire et peut être accepté par tous au sein du mouvement.

S’il disait clairement que la CMAS soutient les autorités transitoires, ses militants du côté du M5-RFP pourraient difficilement se réclamer de ce mouvement. En ce moment, le M5 n’aurait pas aussi le courage d’aller faire ses réunions au siège de la CMAS qui soutient les autorités transitoires.

Son silence aggrave la division au sein de la CMAS. Et l’agression de Issa Kaou Djim en est l’une des conséquences.

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 minutes ago, Kerloas said:

 

Pour bien comprendre.

L'auteur des twits traduit un document émanent de "Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn" concernant la libération des otages.

Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn raconte sa version des faits ... et s'adresse au gouvernement malien et à la France.

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurais effectivement dû travailler la mise en forme. Merci pour le cadrage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://malijet.com/actualite-politique-au-mali/flash-info/248512-attaque-contre-les-fama-a-sokoura-les-terroristes-enregistrent-d.html (14 octobre 2020)

Les terroristes ont enregistré de lourdes pertes, lors de l'attaque complexe (EEI-Embuscade) contre les FAMa le 13 octobre 2020 au pont de Paroukou.

Les FAMa ont abattu 13 terroristes et calciné 2 de leurs véhicules. Les terroristes ont aussi subi d'autres dégâts matériels (munitions, armement...logistique).

L'évaluation a permis de découvrir que ces forces du mal avaient également attaqué un camion de transport civil au pont de Paroukou. Ce bilan fait état de 12 civils tués et 23 autres blessés. Lesquels blessés ont été évacués avec ceux des FAMa par la MINUSMA.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela fait plaisir de voir les Forces Armées Malienne obtenir un succès, elles étaient vraiment à la peine ces derniers mois

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,544
    Total Members
    1,550
    Most Online
    salvaggioc
    Newest Member
    salvaggioc
    Joined
  • Forum Statistics

    20,996
    Total Topics
    1,349,816
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries