Recommended Posts

https://www.liberation.fr/planete/2020/10/15/echange-de-prisonniers-au-mali-le-coup-de-la-liberation_1802497

Un gradé qui a bien connu l’opération Barkhane s’étrangle : « Aucune vie ne vaut 200 prisonniers et 10 ou 30 millions d’euros [l’existence et le montant d’une éventuelle rançon ne sont pas confirmés, ndlr].» Les responsables politiques français ne le disent pas aussi abruptement, mais Paris n’est pas ravi de voir ces prisonniers à nouveau dans la nature. La France assure n’avoir pas eu son mot à dire. «La décision de libérer des jihadistes, en particulier, appartient aux seules autorités maliennes qui ont jugé que cela était indispensable pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé », a indiqué mardi la ministre des Armées, Florence Parly, à la commission des affaires étrangères du Sénat. Selon les informations remontées à son ministère, aucun prisonnier n’aurait tué de militaires français.

Plusieurs détenus libérés sont en revanche accusés d’avoir participé à des attaques meurtrières contre les Casques bleus de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma). Ainsi, Attiyoub Ag Inine, Azibayate Ag Alhassane, Abidine Ag Biga et Oubeye Ag Inini avaient été arrêtés le 23 mai 2017 après un assaut contre une patrouille d’un bataillon tchadien de la Minusma qui avait fait deux morts et un blessé parmi les Casques bleus à Aguelhok, dans le nord du Mali.

« A Bamako, on fait croire que 200 méchants jihadistes sont prêts à rejoindre le combat, mais ce n’est pas vrai, avertit un travailleur humanitaire qui vit dans la région. Bien sûr, certains vont prendre le maquis mais la plupart, raflés par erreur, ne sont même pas des combattants, ils vont simplement retourner dans leur famille. »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, kalligator a dit :

Cela fait plaisir de voir les Forces Armées Malienne obtenir un succès, elles étaient vraiment à la peine ces derniers mois

Le Parisien parle de diverses versions des faits autorisant à comprendre que les "renforts" seraient "tombés dans une embuscade" "dont l'arrivée a « coïncidé » avec l'attaque [de civils]", ce qui semble dire qu'ils n'avaient pas l'initiative.

Le même article dit que les véhicules ennemis ont été "détruits par l'aviation militaire".

Je ne savais pas que le Mali avait une aviation militaire. Si tel est le cas, c'est la première fois que j'en entends parler depuis 2012, où le Mali engageait des pilotes mercenaires ukrainiens.

Est-il tiré par les cheveux d'imaginer qu'il s'agit de l'aviation française ?

https://www.leparisien.fr/international/mali-19-personnes-tuees-dans-des-deux-embuscades-successives-14-10-2020-8402421.php

Vers 1 heure du matin, un poste militaire à Sokoura, dans le stratégique cercle de Bankass, près de la frontière burkinabée, « a été attaqué par des individus armés non identifiés » selon le ministère de la Défense. Neuf soldats maliens ont été tués.

Un renfort dépêché sur les lieux « est à son tour tombé dans une embuscade au niveau du pont de la localité de Paroukou », selon le ministère. Là, deux autres soldats ont perdu la vie. Dans les échanges de feu, treize assaillants ont été abattus et deux de leurs véhicules détruits par l'aviation militaire.

Douze civils, des forains se rendant à la foire hebdomadaire de Bankas, ont été tués au même endroit dans des circonstances encore floues. Selon une source policière interrogée par l'AFP, les forains « suivaient le renfort de l'armée », se croyant protégés, et ont ensuite été pris pour cibles par des assaillants. Mais selon un représentant de l'Etat dans la région, s'exprimant sous couvert d'anonymat, le véhicule transportant les civils « se trouvait en première position », devant les renforts militaires, dont l'arrivée a « coïncidé » avec l'attaque.

Parmi les douze civils figuraient deux femmes et un enfant. L'armée a également fait état de dix blessés et des disparus lors de la deuxième attaque.

https://minusma.unmissions.org/communiqué-de-presse-mine-un-casque-bleu-tué-dans-les-environs-de-kidal (15 octobre 2020)

Aujourd’hui vers 13h30, un véhicule de la Force de la MINUSMA a heurté une mine ou un engin explosif, à environ 50 km de la ville de Kidal. L'explosion a entraîné la mort d’un Casque bleu. Un autre, grièvement blessé, a été évacué par la MINUSMA pour recevoir des soins médicaux appropriés.

http://www.lobservateur.bf/index.php?option=com_k2&view=item&id=5457 (13 octobre 2020)

Ajoutez-y le blocus de Farabougou, au centre du Mali, où les djihadistes empêchent, depuis une semaine, les populations de sortir ou d’entrer, causant une pénurie de denrées alimentaires qui a commencé à tuer des enfants. Ils ne se sont pas contentés de fermer les portes du patelin puisqu’en plus du siège, les maîtres des lieux ont massacré six personnes, blessé vingt-deux autres et enlevé une dizaine de villageois.

https://www.dw.com/fr/au-mali-le-village-de-farabougou-centre-assiégé/a-55266040

Ces violences font suite à l'enlèvement, lors de la foire hebdomadaire du village de Farabougou, d'une vingtaine de personnes, dont neuf étaient retenues depuis. A la suite de cet enlèvement, les ravisseurs, des djihadistes présumés, encerclent Farabougou, selon les responsables locaux cités par l'AFP.

"Le village est coupé du pays par les terroristes qui ont bloqué toutes les voies d'accès", a déclaré le chef de village, Boukary Coulibaly dont les propos sont rapportés par l'AFP.

  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils ont une aviation militaire, essentiellement une poignée de Super Tucano et de Hind.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.opex360.com/2020/04/08/un-avion-dattaque-leger-a-29-super-tucano-de-la-force-aerienne-malienne-sest-ecrase-pres-de-sevare/ (8 avril 2020)

Les capacités d’attaque au sol de la force aérienne malienne ne reposent donc plus que sur 3 A-29 Super Tucano [on ignore quand les deux derniers exemplaires commandés seront livrés] ainsi que sur quatre hélicoptère Mi-24/35M cédés par la Russie [deux autres étaient attendus en 2019].

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est ça. Les MiG-21 locaux ne sont plus (on ne les voit plus sur les images satellites), ils ont aussi quelques appareils de transport mais rien de plus.

DSI avait fait un article récent sur le sujet, il me semble.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Wallaby a dit :

Ajoutez-y le blocus de Farabougou, au centre du Mali, où les djihadistes empêchent, depuis une semaine, les populations de sortir ou d’entrer

Des djihadistes assiègent un patelin depuis une semaine, et il n'y a personne pour profiter de la présence confirmée et continue des affreux pour leur dire bonjour à grands coups de GBU ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Kelkin a dit :

Des djihadistes assiègent un patelin depuis une semaine, et il n'y a personne pour profiter de la présence confirmée et continue des affreux pour leur dire bonjour à grands coups de GBU ?

J'ai bien l'impression que ce n'est pas si simple, et que les vilains sont intégrés dans la population et non à l'extérieur en mode "siège du Gondor" :unsure:.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Kelkin a dit :

Des djihadistes assiègent un patelin depuis une semaine, et il n'y a personne pour profiter de la présence confirmée et continue des affreux pour leur dire bonjour à grands coups de GBU ?

Riche idée ça de resoudre ce qui s'apparente fort à une prise d'otage à la GBU.

Visiblement cela a eu lieu durant une foire au bétail.  J'ai lu que les djihadistes s'étaient emparés de plus de 3000 bestioles. 

Pas sûr que cela soit des djihadistes, peut être une nouvelle péripétie  peuls/dogons/bambaras

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.dw.com/fr/plus-de-2000-déplacés-après-lattaque-de-farabougou-au-mali/a-55278690 (14 octobre 2020)

Nous rapportions en début de semaine que des hommes armés avaient pris le contrôle du village de Farabougou au Mali, dans la région de Ségou. Ce mercredi, dans notre journal de 17hTU, le maire de la commune voisine de Sokolo faisait le point sur la situation. "Cela a créé un important flux de population, et les gens sont désormais dans notre commune", raconte Dramane Symbara. "Il y a plus de 300 ménages, ce qui fait plus de 2000 déplacés", indique le maire. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Wallaby a dit :

https://www.dw.com/fr/plus-de-2000-déplacés-après-lattaque-de-farabougou-au-mali/a-55278690 (14 octobre 2020)

Nous rapportions en début de semaine que des hommes armés avaient pris le contrôle du village de Farabougou au Mali, dans la région de Ségou. Ce mercredi, dans notre journal de 17hTU, le maire de la commune voisine de Sokolo faisait le point sur la situation. "Cela a créé un important flux de population, et les gens sont désormais dans notre commune", raconte Dramane Symbara. "Il y a plus de 300 ménages, ce qui fait plus de 2000 déplacés", indique le maire. 

C'est dingue comme le Mali est un état failli....

 

En une semaine aucune réaction de la part de l'armée malienne, sont il incapable de monté la moindre action... Un rezzou... J'en sais rien un truc....

 

C'est incroyable l'inefficacité absolue de cette armée, c'est presque comme si c'était fait exprès...

L'armée n'a même pas de capacité a ce projeté....

Edited by Snapcoke
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est là?
https://www.google.com/maps/place/Farabougou,+Mali/@14.0592872,-6.4995099,236478m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0xe46b018400937a3:0x7b9cd5d015b2ab2!8m2!3d14.7837137!4d-6.2306815

Si oui, le village en question est à 150km au nord de Ségou, 300km au nord-est de Bamako.
Il y a pas mal de cultures à proximité, un vrai paradis vert au milieu du désert.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Patrick a dit :

un vrai paradis vert au milieu du désert.

Ce qu'on appelle le "delta intérieur du Niger" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Delta_intérieur_du_Niger

Et qui a été aménagé par la colonisation sous le nom "d'office du Niger" pour y implanter le coton puis la canne à sucre, et maintenant le riz :

800px-Panneau_de_pr%C3%A9sentation_de_l'

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Office_du_Niger

Edited by Wallaby
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les français on construit un camp retranché en forme d'étoile inspiré par Vauban avec des fossés belle images.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kalligator a dit :

Les français on construit un camp retranché en forme d'étoile inspiré par Vauban avec des fossés belle images.

Tu vois ça où ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Mali : Le secrétaire général de l'ONU parle d'établir un "dialogue" avec les groupes jihadistes

La semaine passée, tant devant la commission des Affaires étrangères et des Forces armées du Sénat que celle de la Défense à l’Assemblée nationale, le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA], a vivement réagi aux propos tenus par [Sophie] Mariam Pétronin, l’otage franco-suisse qui venait d’être libérée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM] après un échange de prisonniers consenti par les nouvelles autorités maliennes, lesquelles cherchaient surtout à récupérer Soumaïla Cissé, un responsable politique de premier plan, enlevé six mois plus tôt dans la région de Tombouctou.

Pour rappel, Mme Pétronin avait déclaré, au sujet de ses géôliers, qu’il s’agissait de « groupes d’opposition armés au régime », tout en les assimilant à des militaires.

« Que les choses soient bien nommées : notre adversaire n’est pas un groupe armé d’opposition au régime malien. Il s’agit bien d’une organisation terroriste internationale. Les groupes terroristes que nous combattons au Mali ont fait allégeance à Al-Qaida et visent à contrevenir directement à la sécurité des Français et sur le territoire national et à l’étranger », a donc fait valoir le général Lecointre.

Et de poursuivre sa mise au point : « On ne peut comparer ces personnes aux militaires français » qui « appartiennent à une armée régulière » et qui « se battent dans le respect du droit international et du droit de la guerre, en maîtrisant leur violence, guidés en permanence par une éthique particulièrement exigeante. »

En outre, pour le général Lecointre, il ne peut y avoir la moindre ambiguïté. « Notre engagement reste guidé par la volonté d’abattre l’hydre terroriste et de garantir la sécurité des Français. […] Il doit être très clair pour l’ensemble des familles qui ont perdu des leurs dans les combats que nous menons au Mali depuis des années que nous ne déviions pas de ligne, que notre combat reste le même et qu’il est tout aussi légitime qu’il l’était. »

Cependant, le sécrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, n’est visiblement pas sur la même longueur d’ondes. Alors que, le 16 octobre, un Casque bleu égyptien de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilité du Mali [MINUSMA] a perdu la vie lors d’une attaque à Kidal, fief du GSIM, et qu’une vingtaine de personnes [dont une douzaine de soldats maliens] ont été tuées dans le centre du pays, M. Guterres a estimé qu’une dialogue avec « certains groupes extrémistes » est « possible ».

« Il y aura des groupes avec lesquels on pourra parler, et qui auront intérêt à s’engager dans ce dialogue pour devenir des acteurs politiques dans le futur », a en effet déclaré le secrétaire général de l’ONU lors d’un entretien donné au quotidien Le Monde. « Mais il reste ceux dont le radicalisme terroriste est tel qu’il n’y aura rien à faire avec eux », a-t-il ajouté, en faisant un parallèle avec l’Afghanistan, où les jihadistes de la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique [EI-K] ne prennent pas part aux discussions de paix entre Kaboul et le mouvement taleb afghan.

« En Afghanistan, il y a un groupe terroriste avec lequel le dialogue est impossible, c’est l’État islamique. Sa vision est tellement radicale qu’elle ne comporte aucune perspective de discussion possible », a relevé M. Guterres.

Si l’on suit le raisonnement de ce dernier, il y aurait donc deux types de jihadistes : les « extrémistes modérés », donc ceux du GSIM, et les « extrémistes radicaux » de l’État islamique au grand Sahara [EIGS]. Dans un cas, c’est ce qu’on appelle un oxymoron, dans l’autre, un pléonasme…

Cela étant, pour le secrétaire général de l’ONU, ce dialogue permettrait de sortir de l’impasse étant donné que, explique-t-il, l’action de MINUSMA est limitée et de permet pas un « combat efficace contre les menaces terroristes », que la force française Barkhane a des « possibilités limitées face à l’étendue du territoire à contrôler » et que la Force conjointe du G5 Sahel manque de moyens et de capacités, en partie à cause de son « échec » à faire en sorte qu’elle soit une « force africaine d’imposition de la paix et de lutte antiterroriste, basée sur un mandat clair, sous chapitre VII de
la charte des Nations unies. »

Quoi qu’il en soit, M. Guterres reprend à son compte l’avis de Smaïl Chergui, le commissaire de l’Union africaine [UA] à la Paix et la Sécurité qui, dans les colonnes du quotidien suisse Le Temps, avait appelé à « explorer le dialogue avec les extrémistes » au Sahel pour « faire taire les armes ».

Reste que l’éventualité d’un dialogue avec les groupes jihadistes, et en particulier avec ceux relevant du GSIM, avait déjà été avancée par Ibrahim Boubacar Keïta, l’ex-président du Mali. Des « contacts » furent même établis, avait-il confié à RFI et à France 24, en février 2020. Et la tenue de telles discussions avait même été recommandée par l’International Crisis Group dès mai 2019.

En mars dernier, le GSIM fit d’ailleurs fait connaître ses revendications, via une déclaration publiée par l’entremise d’al-Zallaqa, sa branche médiatique. Sans surprise, la formation jihadiste posait comme condition préalable à toute discussion le retrait des troupes françaises et de « ceux qui les suivent », donc de la MINUSMA. Et elle ne fit pas mystère de son intention d’appliquer la charia [loi islamique] au Mali.

« Iyad [Ag Ghaly, le chef du GSIM] reste un membre éminent de la hiérarchie d’al-Qaïda, donc à partir du moment où al-Qaïda reste notre ennemi, Iyad reste notre ennemi. Son statut n’a pas changé et son positionnement, à ma connaissance, n’a pas changé non plus », avait répondu un conseiller de l’Élysée, lors d’une rencontre avec l’Association de la presse diplomatique.

http://www.opex360.com/2020/10/19/mali-le-secretaire-general-de-lonu-parle-detablir-un-dialogue-avec-les-groupes-jihadistes/

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/248808-farabougou-les-fama-larguent-encore-des-vivres.html

Les FAMa ont encore largué, le mardi 20 octobre 2020, des vivres à Farabougou. Cette action humanitaire significative au profit des populations contribue à soulager leur souffrance en attendant une solution efficiente.

C'est un avion de transport Y-12 de l'Armée de l'Air qui a encore largué la cargaison de denrées de première nécessité sur le village. Cette opération a été rondement menée et coordonnée avec une équipe de largueurs des Commandos parachutistes.

Elle participe de la volonté des autorités de soulager les populations et atténuer les effets néfastes des forces obscurantistes.

https://lessor.site/cercle-de-niono-farabougou-sous-la-botte-des-terroristes.html (20 octobre 2020)

Joint au téléphone hier après-midi, un habitant de Farabougou qui a requis l’anonymat, a confirmé que l’Armée a effectivement largué de vivres pour les habitants du village. Il a tout de même relevé que cette quantité était trop insuffisante pour les 3.000 âmes du village, privées de toute activité économique depuis plusieurs jours.

«Nous n’avons reçu que cinq sacs de 50 kg de riz, autant de sucre, deux sacs de 25 kg de sel, cinq bidons d’huile et six cartons de spaghettis. Ce n’est pas suffisant pour tout le village et nous avons été obligés de partager ces vivres entre les familles dont la situation est vraiment critique», a confié notre interlocuteur, tout en confirmant que cela fait maintenant deux semaines que le village est assiégé par des terroristes lourdement armés.

«Le jour où ils sont entrés au village, nous avons compté cinq véhicules dont quatre transportaient des armes. Certains djihadistes étaient à moto. Ils ont tiré sur des habitants du village qui se rendaient aux marchés de Diabali et de Dogofry. Il y a eu au moins dix morts et des blessés.

Ils ont également pris en otage 22 personnes parmi lesquelles des femmes mariées et des enfants. Tous ont été relâchés sauf 9 jeunes garçons. Les djihadistes ont aussi enlevé nos animaux (des centaines de têtes), nos vivres et d’autres biens», a détaillé notre source de Farabougou. L’homme a ajouté que le pont donnant l’accès au village, via Diabali, a été saboté samedi soir par les assaillants.

Cette situation est survenue au moment où les habitants de Farabougou avaient commencé les travaux de récolte dans leurs champs. N’ayant plus la possibilité de sortir du village, ils craignent de ne pouvoir faire la récolte. D’où leur cri de cœur à l’endroit des autorités. «Aujourd’hui, nous sommes prisonniers dans notre propre village, c’est inacceptable. Nous sommes des citoyens maliens et nous demandons aux autorités, à l’Armée de venir nous sortir de l’emprise des djihadistes, afin que nous puissions reprendre nos activités agricoles», a lancé notre interlocuteur.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201020-mali-farabougou-médiation-active-desserrer-étreinte-jihadistes

Les combattants qui encerclent Farabougou se présentent eux-mêmes comme des jihadistes. Mais en l’occurrence, selon plusieurs membres de la médiation mise en place pour obtenir la levée du siège, ils accusent surtout certains habitants bambaras de Farabougou, d’avoir tué plusieurs membres de la communauté peule. Le dernier en date étant un jeune berger, retrouvé mort au début du mois dans son champ.

Pour mettre un terme à la situation, les médiateurs locaux ont dépêché deux émissaires, et des excuses ont été présentées aux familles des victimes peules qui ont, après une période de réflexion, accepté ces excuses.

« Les positions ont été rapprochées, et les contacts facilités via des intermédiaires, il s’agit maintenant que des représentants de Farabougou rencontrent directement, en tête à tête, les jihadistes », explique une source au sein de l’équipe de médiation, qui confie encore : « c’est trop lent et ça ne nous satisfait pas, mais nous sommes optimistes. » Et de faire remarquer que, du fait de la médiation en cours et de l’engagement intense des personnes impliquées, le blocus se poursuit mais les violences ont cessé.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201022-mali-les-populations-lattente-à-farabougou

Depuis plusieurs jours, des sources officielles et locales indiquent que l’avancée des troupes au sol est rendue difficile par l’état des routes, boueuses, et la crainte d’éventuelles mines. Les médiateurs restent quant à eux opposés à une intervention militaire. Ils souhaitent obtenir de façon pacifique la levée du blocus afin d’éviter un nouveau cycle de violences dans la zone.

https://lessor.site/situation-a-farabougou-larmee-annonce-larrivee-delements-des-forces-speciales-sur-zone.html (22 octobre 2020)

Les premiers éléments du Bataillon des Forces spéciales sont arrivés à Farabougou, ce jeudi, à bord d’un avion de l’Armée de l’Air de type Mi-24, annonce l’Armée dans un communiqué publié ce jeudi.

« En plus du personnel, beaucoup de colis dont des médicaments ont aussi été largués. Il s’agit d’abréger la souffrance des populations », indique le communiqué de l’Armée qui poursuit note que cette « situation qui fait l’objet d’une grande préoccupation est suivie avec attention par le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants ».

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Wallaby a dit :

Les premiers éléments du Bataillon des Forces spéciales sont arrivés à Farabougou, ce jeudi, à bord d’un avion de l’Armée de l’Air de type Mi-24, annonce l’Armée dans un communiqué publié ce jeudi.

Dans un Mi 24? Ils ne sont pas près de libérer le village...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201023-mali-larmée-a-repris-possession-farabougou

« Mais nous ne pouvons toujours pas sortir », déplore cet habitant de Farabougou, qui ajoute que la nourriture reste insuffisante, et qu’il lui est toujours impossible de se rendre dans son champ ou dans les localités voisines. Car les jihadistes demeurent présents dans la zone.

Ce vendredi matin, un élu local signalait que le village de Kourouma-Kobé, à seulement neuf kilomètres de Farabougou, était « sous le feu des tirs jihadistes. ». Une attaque confirmée par l’armée. Un seul blessé est à déplorer, selon un élu local, qui précise que les chasseurs traditionnels dozos ont pu repousser les assaillants avant qu’une surveillance aérienne de l’armée malienne se mette en place.

« Hier Farabougou, ce matin Kourouma-Kobé, et demain, quel village ? », interroge un médiateur local, à pied d’œuvre depuis une dizaine de jours pour tenter de trouver une issue pacifique à la situation. Ce soir, il ne cache pas son désarroi : « La zone est vaste, l’armée ne pourra pas sécuriser en permanence tous les villages. C’est pour cela que nous sommes obligés de négocier. » Comme c’est régulièrement le cas depuis des années, dans une zone où la présence des groupes terroristes n’est pas nouvelle, et où leur action se superpose à des tensions intercommunautaires.

La situation sur le terrain est donc loin d’être apaisée surtout que le processus de médiation, qui était sur le point d’aboutir, est à présent très compromis.

Jeudi, les mouvements de l’armée malienne ont provoqué l’annulation d’une rencontre, prévue entre des représentants de Farabougou et les jihadistes. Car le siège de Farabougou par ces combattants n’est pas motivé uniquement par des enjeux idéologiques, il se superpose à un conflit intercommunautaire entre Bambaras et chasseurs dozos d’un côté, et communautés pastorales peules de l’autre. Avec des accusations mutuelles d’assassinats et de vols de bétail.

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/10/2020 à 15:29, Wallaby a dit :

Car le siège de Farabougou par ces combattants n’est pas motivé uniquement par des enjeux idéologiques, il se superpose à un conflit intercommunautaire entre Bambaras et chasseurs dozos d’un côté, et communautés pastorales peules de l’autre. Avec des accusations mutuelles d’assassinats et de vols de bétail.

 

A mon avis le mot "uniquement" est encore de trop

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,544
    Total Members
    1,550
    Most Online
    salvaggioc
    Newest Member
    salvaggioc
    Joined
  • Forum Statistics

    20,996
    Total Topics
    1,349,669
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries