Recommended Posts

Il faut dire qu'avec le GIA, la population algérienne a été "vaccinée" contre ça. Au fait, comment est choisi le président en Algérie ?

Au suffrage universel, il me semble à un tour

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

On a pas mal de membres algériens sur le forum et leur armée et pays est fort intéressant mais je le connais mal finalement et je voulais en savoir plus.

Je voulais savoir quelle "place" tenait l'Algérie dans sa région (Afrique et Maghreb) dans le sens :

- quels sont ses pays alliés ;

- ses pays rivaux ou ennemis (s'il y en a) ;

- comment est-ce qu'elle est perçue par les autres pays de la région et comment est-ce que, elle, voit la région qui l'entoure ;

- ...

Merci d'avance !  =)

salut,

grosso modo algérie c'est un pays:

économiquement et politiquement qui sort d'une gestion dirigé depuis l'indépendance et qui tend vers une démocratisation politique et une économie de marché libre....j'ai bien dit qui tend donc pas encore abouti.

sa population est composé d'une majorité d'amazighs mais dirigé sans prendre en compte cette dimension essentiel.

son armée avec la sonatrach (compagnie pétrolière nationale) sont les seules institutions qui garantissent la viabilité financière et sécuritaire du pays.

elle n'a pas réellement d'ennemis et a plutôt des relations amicales historiques avec la chine, la russie, l'inde, serbie (du fait de l'ex-yougoslavie), cuba et maintenant avec les sud-africains, l'italie, l'allemagne,emirat arabe unis.

pour ses relations avec la france c'est je t'aime moi non plus ou des côtés politiques des deux rives c'est, c'était et ce sera toujours tendu du fait du poids de l'histoire mais les liens culturelles, économiques et de populations fait que quoi qui ce passe en matière de tentions tous cela reste et tend même à augmenter.

pour le maroc comme l'a écrit un participant c'est pas notre ennemis bien au contraire une grande partie de leur population ce trouve être majoritairement amazighs comme nous mais c'est plutôt ce régime monarchique qui se casse les dents avec nous du fait qu'il revendique une partie sud ouest de notre pays et que nous soutenons la rasd et qu'ils se sentent quelque peu à l'étroit et enclavé....c'est pas de notre faute ca!

géologiquement nous sommes assis sur un trésors en plus d'être maintenant le plus grand pays d'afrique notre sol recèle tant de richesse minières, fossiles.....et même des nappes souterraine d'eaux de quoi garantir une sécurité en eaux potables pour des dizaines de siècles pour notre agriculture ( renaissante) et population qui aujourd'hui fait 32 millions d'habitants et 70 millions en 2050.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est plutôt ce régime monarchique qui se casse les dents avec nous du fait qu'il revendique une partie sud ouest de notre pays et que nous soutenons la rasd et qu'ils se sentent quelque peu à l'étroit et enclavé....c'est pas de notre faute ca!

On a toujours garder une dentition impeccable  =) et l'espace qui nous convient.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est arrivé à l est, n arrivera jamais en Algérie, parce que les algériens sont tres patriotiques, anti sionistes, anti impérialisme américain, anti sarkozy, bienvenu Hollande, et one two three viva Djazair

Encore un qui a tout compris. :rolleyes:

Attention, tu risques de ne pas faire long feu sur le forum si tu continues sur ce rythme...

Mettre Révolution arabe et impérialisme américain, sionisme et sarkozy et hollande dans la même phrase illustre que tu n'es pas dans le bon forum...

Car si on suit ton raisonnement, les lybiens, les tunisiens et les égyptiens, les syriens sont pro-sionniste, pro-américain, pro-Sarkozy (les lybiens oui)etc....  :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Tu risques de te faire lyncher à la place Tahir toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah OK...

Akhilleus a déjà procédé au nettoyage. =)

Le cerbère du forum veille ! =)

Mais bon, c'est indiquer nulle part que le gaillard a été éjecté de Air Defense.

Et devant un tel post remplis d'amassis de conneries, je ne pouvais pas rester silencieux surtout que personne avait réagit .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon il y avait un reportage (7 à 8 ) sur l'Algérie et le phénomène des immolations qui sont fréquentes là-bas. C'était assez choquant car en fait des gens vivaient dans une sorte de bidonville (comme une favelas), à 6 dans 2 pièces, toute la famille mélangée, tous les jeunes du quartier étaient au chômage et, surtout, les dirigeants de la ville n'étaient pas très corrects. En fait ils se fichaient pas mal de ce qui se passaient. Les gens brûlés n'avaient que les soins de leur famille et pas d'aide des autorités.  

Jusqu'à récemment j'imaginais plutôt l'Algérie comme un pays similaire à l'Italie au niveau du train de vie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est la débâcle chez partie islamistes , ils ont du mal a digérer leurs défaite , le principal partie politique islamiste menace d'implosé . >:(

premières répercussions des législatives sur le camp islamiste

Le msp au bord de l’éclatement

Image IPB

Abou Djerra Soltani évite toute attaque frontale contre le pouvoir, alors que Abderrezak Mokri a accusé, sans coup férir, l’administration d’avoir “manipulé les résultats”.

Les résultats des dernières législatives auraient-ils précipité le MSP dans un gouffre ? Ils ont, du moins, révélé au grand jour que le Mouvement de la société pour la paix (MSP, ex-Hamas) est miné par des dissensions internes qui risquent de l’imploser. La défaite a fait remonter à la surface les guerres de leadership, qui se font sentir de plus en plus à la faveur de la débâcle de  l’Alliance verte aux législatives. Cette défaite est révélatrice d’un malaise profond. Les premières lectures faites des déclarations de différents responsables du parti de feu Nahnah expliquent que les prochains jours ne seront pas de tout repos pour un parti qui a choisi, à quelques jours seulement des élections, la voie de l’opposition, en claquant la porte de l’alliance présidentielle. Une alliance qu’il avait contractée huit années auparavant.

À la lecture des résultats obtenus par l’Alliance verte, il en ressort, d’abord, un net recul de l’électorat islamiste. Ensuite, les deux formations alliées du MSP, El-Islah et Ennahda en l’occurrence, issues  toutes les deux de mouvements de redressement qui les a soustraites à l’hégémonie de Djaballah, sont désormais de potentiels alliés du parti dominant à la future APN. Et cela, dans le cas où le MSP n’arriverait pas à dresser une feuille de route commune pour le triumvirat. Elles le seront d’autant plus que l’alliance n’était que conjoncturelle et électorale. Ennahda et El-Islah, en subalterne insignifiant sur l’échiquier politique national et surtout dans la mouvance islamiste, sortent grands gagnants en comparaison avec l’échec cuisant du MSP. La moitié des sièges obtenus par l’alliance leur reviennent de droit. Ce qui ne laisse au MSP que la moitié des 48 sièges obtenus. Le MSP avait 52 sièges lors de la précédente législature. Autant que faire se peut, Abou Djerra Soltani évite toute attaque frontale contre le pouvoir. L’annonce des résultats par Ould Kablia a fait réagir, plutôt, Abderrezak Mokri, qui, sans coup férir, a accusé l’administration d’avoir “manipulé les résultats”. Il a même menacé de “prendre les mesures qu’il faudra”. Les réactions de Mokri sont venues au moment où Abou Djerra Soltani s’est contenté de lire la déclaration de l’Alliance. D’aucuns estiment que la réaction de Soltani est une manière déguisée de valider les résultats annoncés par le ministère de l’Intérieur. Ceci dit, le chef du MSP prend du recul par rapport aux différentes déclarations de campagne.

À cet imbroglio s’ajoute l’équation Ghoul, qui, à lui seul, a récolté une quinzaine de sièges dans la capitale. C’est une première pour le MSP. “J’appartiens, d’abord, à l’État.”

Telle a été la déclaration d’Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, tête de liste de l’Alliance verte à Alger et membre influent au sein du MSP, dans la soirée de jeudi, au moment où tombaient les premiers résultats. Ghoul prend-il ses distances par rapport à sa formation ? S’opposera-t-il aux mesures que prendra son parti contre ce qu’il appelle “la manipulation grossière des résultats” ? Fort des quinze sièges obtenus à Alger, presque la moitié des sièges du MSP, Amar Ghoul pourrait être reconduit dans le futur gouvernement. Avec une légitimité acquise par les urnes, des années aux services de l’État, Ghoul voit ainsi son avenir politique assuré, même en dehors d’un cercle partisan. Cette sentence prononcée par Ghoul balaie d’un revers de la main toute probabilité, pour lui, de rester fidèle à son parti, si celui-ci décidait de ne pas siéger dans le futur gouvernement. Lui, qui n’a pas quitté le gouvernement Ouyahia après le retrait du MSP de l’alliance présidentielle, s’adjuge des trophées électoraux qui renforceront sa position au sein de sa formation et même au sein du futur gouvernement.

Ce rififi au sein du MSP profitera sans doute à la formation d’Abdelmadjid Menasra, qui aura vu juste, plus tôt que tout le monde, en considérant que la ligne imprimée au parti par Soltani menait à la déroute.

En définitive, tout cela participe à l’implosion du MSP, dont le président actuel est sur la sellette, lui qui croyait qu’avec un score appréciable aux élections, ses détracteurs feront flanelle…

http://www.liberte-algerie.com/actualite/le-msp-au-bord-de-l-eclatement-premieres-repercussions-des-legislatives-sur-le-camp-islamiste-178003

d'autre partie islamiste tente de minimisé la débâcle ou détourné l'attention avec des accusation de fraude .

Il conteste son résultat et appelle à une révolution

Djaballah, le mauvais perdant

Il a perdu les élections, Abdallah Djaballah perd aussi son calme. Il ne croit plus au verdict des urnes. Il attend le changement à la tunisienne pour se placer sur le dos de la révolution. Il le dit, sur un ton irrité, déçu, au téléphone de l’AFP. Le leader du Front de la justice et du développement, troisième parti à son actif, un record sur la scène politique nationale, dénonce le scrutin du 10 mai et menace d’une révolution. À la tunisienne, préfère-t-il.

Sans analyse, ce leader de l’islamisme radical préfère le commentaire et les états d’âme pour dénoncer un vote qui l’a laminé, ainsi que tous les autres partis de sa mouvance.

“Nous ne reconnaissons pas ces résultats. Ils ont fermé la porte du changement par les urnes et il ne reste à ceux qui croient au changement que le choix tunisien”, a-t-il déclaré à l’AFP. Référence qui en dit long sur l’ignorance du plus prolifique créateur de partis islamistes en Algérie de la sociologie du pays, notamment ses évolutions ces dernières années, la sociologie électorale qui l’a poussé vers la marge à l’APN, mais surtout son ignorance de la perception à la base de son discours qui rappelle, malheureusement, celui d’un parti (dissous) qui promettait l’enfer à tous ceux qui dévieraient de sa ligne une fois au pouvoir ; discours qu’il recycla immédiatement après avoir reçu son nouvel agrément pour nous promettre à son tour de “squatter” le changement, comme en Tunisie où la révolution des jeunes a été spoliée par les islamistes embusqués.

Obnubilé par les victoires “illégitimes” des islamistes en Tunisie, en Égypte et au Maroc que Djaballah et ses semblables se sont empressés de féliciter tout en ambitionnant de refaire le “coup” par les urnes après avoir constaté que les Algériens sont “fatigués” de ce discours, de cette guerre et surtout pas prêts à revivre le cauchemar des années 1990. Non, Djaballah souhaite que le peuple se soulève, fasse la révolution dont il récoltera les dividendes.

Prévoyant, Djaballah, comme les autres leaders islamistes avec lesquels il n’arrive même pas à s’entendre, qui ont prévu un raz-de-marée pour leur mouvance. Comme des joueurs du PMU, ils se sont aventurés même dans les chiffres dans l’espoir d’influer sur les suffrages.

Ces résultats qui n’arrangent nullement le FJD, qui l’ont surtout choqué par leur surprise, ouvrent la voie, selon lui, à “une situation d’insécurité et d’instabilité”. Sécurité et stabilité, faut-il le lui rappeler, caractérisent son pays modèle, la Tunisie post-Ben Ali, au même titre que l’Égypte ou la Libye.

“Tôt ou tard, le choix sera tunisien”, sera l’avenir de l’Algérie, selon Djaballah.

Belle prophétie pour pousser la majorité des électeurs à la fatalité, à un destin islamiste de l’état que les Algériens ont franchement rejeté. Et Djaballah ne croit pas à la sanction des urnes lorsqu’elle ne l’arrange pas.

Décodé, ce propos peut se résumer en un sens unique, sans alternative : “ou c’est nous ou c’est le chaos”, slogan dont on affublait avant le régime.

Autrement dit, Djaballah veut le départ du régime pour le remplacer en imposant le sien avec toutes les restrictions, entraves et verrouillage des libertés et surtout de l’opposition. Cela transparaît d’ailleurs dans tous les discours islamistes, y compris ceux dits modérés. Modération qui, par ailleurs, est dissoute une fois le pouvoir conquis. La Tunisie de Ghannouchi en est un exemple frappant.

Et pour enfin continuer dans les prévisions du mage Djaballah, il serait utile qu’il nous renseigne sur ses troupes révolutionnaires. Dans quel réservoir de troupe va-t-il puiser pour renverser le régime ? Peut-être les électeurs qui ont voté pour son parti et lui ont donné 7 sièges !

En définitive, l’ivresse des succès accidentels des islamistes en Tunisie et en Égypte semble avoir rendu amnésique M. Djaballah au point d’oublier le désastre provoqué par l’islamisme en Algérie en une seule décennie.

Aurait-il dû se pencher sur ce dramatique épisode pour comprendre sa déroute le 10 mai 2012. Car le premier enseignement à tirer de ce scrutin est l’échec de l’islamisme politique en Algérie. Pire encore pour Djaballah, parce qu’il est son échec personnel.

http://www.liberte-algerie.com/actualite/djaballah-le-mauvais-perdant-il-conteste-son-resultat-et-appelle-a-une-revolution-178004

Une hirondelle ne fait pas le printemps !

Par : Salim Tamani

C’était prévisible. L’islamisme a perdu. Ceux qui misaient sur une victoire de l’Alliance verte, un nouveau parti né des décombres du MSP, des résidus d’Ennahda et d’El-Islah ont déchanté. Au-delà de la signification du vote des Algériens en faveur du FLN, la déroute des partis islamistes s’explique par plusieurs raisons. D’abord, il y a l’héritage du terrorisme qui demeure lourd même si la réconciliation nationale a quelque peu effacé certaines traces du traumatisme subi par le peuple. Le souvenir des années noires est encore présent dans la mémoire collective et les électeurs ne sont pas dupes à ce point pour vouloir retenter l’aventure islamiste juste par mimétisme. Et le cas de Amar Ghoul peut s’expliquer par le fait que les électeurs n’ont pas voté Alliance verte mais plutôt pour un ministre de la République omniprésent dans la vie des Algériens. Une hirondelle ne fait pas le printemps, dit l’adage.

Ensuite, il s’agit de savoir quel est le poids des autres formations avec lesquelles Soltani s’est engagé pour les élections. Ennahda n’a jamais réussi à décrocher plus d’un siège à l’APN alors que le parti d’El-Islah a été le théâtre de plusieurs mouvements de redressement. Que peut-on attendre alors de ces formations dont le nationalisme est à mettre sérieusement en doute. Djaballah, qui vient d’avoir un score inespéré de 7 sièges, a appelé à une révolution en citant l’exemple tunisien alors que le résultat des urnes a été confirmé par les observateurs de l’UE et salué par la communauté internationale dont Washington, Paris, Rome et Londres.

Enfin, les islamistes algériens, dont le poids a été réduit à sa plus simple expression les vingt dernières années en raison des profondes mutations sociales qu’a connues le pays, et notamment la présence de plus en plus remarquée de la femme dans la vie professionnelle, paient aussi l’intervention de l’Otan en Libye donnant ainsi cette image d’un mouvement soutenu par l’Occident et décrédibilisant par là même la notion de Printemps arabe.

S. T.

une illustration de dilem :lol:

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon il y avait un reportage (7 à 8 ) sur l'Algérie et le phénomène des immolations qui sont fréquentes là-bas. C'était assez choquant car en fait des gens vivaient dans une sorte de bidonville (comme une favelas), à 6 dans 2 pièces, toute la famille mélangée, tous les jeunes du quartier étaient au chômage et, surtout, les dirigeants de la ville n'étaient pas très corrects. En fait ils se fichaient pas mal de ce qui se passaient. Les gens brûlés n'avaient que les soins de leur famille et pas d'aide des autorités.  

Jusqu'à récemment j'imaginais plutôt l'Algérie comme un pays similaire à l'Italie au niveau du train de vie.

pas pour tout le monde , il y aussi de la pauvreté , la mauvaise gouvernance est un problème national sans parlé de la corruption .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon il y avait un reportage (7 à 8 ) sur l'Algérie et le phénomène des immolations qui sont fréquentes là-bas. C'était assez choquant car en fait des gens vivaient dans une sorte de bidonville (comme une favelas), à 6 dans 2 pièces, toute la famille mélangée, tous les jeunes du quartier étaient au chômage et, surtout, les dirigeants de la ville n'étaient pas très corrects. En fait ils se fichaient pas mal de ce qui se passaient. Les gens brûlés n'avaient que les soins de leur famille et pas d'aide des autorités.  

Jusqu'à récemment j'imaginais plutôt l'Algérie comme un pays similaire à l'Italie au niveau du train de vie.

Pourquoi l'Italie ? Tu leur en veux ?  :oops::happy:

Blague à part, l'Algérie est encore loin des niveaux de développement des pays européens ou des puissances émergentes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

en fait Kiriyama  tu n'es pas le seul a le croire certains méme en europe croyant a l'eldorado algerien on fait des action extrême pour venir en algerie.

Des clandestins espagnols arrêtés au large d’Oran

La crise économique mondiale, qui a frappé les pays européens, et qui a fait des milliers de chômeurs en Europe, mais aussi dans la grande majorité des pays du monde, à l’instar des USA, a donné aux espagnols une idée, utilisée généralement par des africains, et des habitants de l’Europe de l’Est.

En effet, les gardes côtes de la wilaya d’Oran ont appréhendé, dernièrement, un groupe d’espagnol, sur une embarcation clandestine, qui a tenté de mettre les pieds sur les terres algériennes, dans le but de chercher du travail, nous précisera une source officielle des gardes côtes.

Ces jeunes espagnols, avaient perdu leur travail après que leurs sociétés aient déclaré faillite, et avaient effectué la demande de visa algérienne, dans l’espoir de trouver du travail au niveau des entreprises espagnoles installées en Algérie, et surtout à Oran, tel que la SEOR (société de l’eau et de l’assainissement d’Oran) ou Tram Nour, chargée de la réalisation du méga projet du Tramway, mais ça n’a pas marché, sachant que l’obtention d’un visa algérien au niveau du monde entier est la plus difficile, nous ajoutera notre même source, avant de nous confirmer que les jeunes espagnols appréhendés avaient, cependant, décidé de choisir la « Harga » pour trouver du travail.

Ils seront, donc, et d’après notre source, refoulés vers l’Espagne dans les jours à venir.

malheureusement en Algérie aussi il y a le chômage .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Depuis plusieurs années, il y a des vidéos qui circulent sur youtube ou dailymotion sur de gigantesques projets urbains en Algérie. Des villes nouvelles reliées par des autoroutes nouvelles, une extension d'Alger façon manhattan, etc.... c'était de la propagande ou ces projets sont effectivement en cours de construction ?

Enfin, ça règle pas le problème du chômage si c'est des chinois qui les construisent.  =)  

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui oui c'est bien des projets réel , d'ailleurs le projet de l'autoroute est-ouest , les station de dessalement d'eau de mer dans certaines alimente en eau le sahara algerie d'une distance de 700 km au sud un des projet les plus titanique  , les tramway   et autre metro sont aussi parmis les plus importante réalisation de ces dernières années , il y a également les logement sociaux l'état en a construit et distribuer des centaines de milliers (l'objectif était de 2 million de logement ).

il y a des projet de modernisation et de création de plusieurs ville en algerie moderne dans le pays faut dire que c'est pas l'argent qui manquent en se moment dans le pays  mais certains projet ont était gelé a cause de la crise économique vue qu'ils ont était fait avec des partenariat étranger d'autre connaisse des retards  .

le Méga Projet: Alger Médina

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=NS-4KUtiPP0&feature=player_embedded

Siéges de CMA CGM, ABC Bank, ATM Mobilis et Algérie Postes

Image IPB

Image IPB

Vue par satelite

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

...

Enfin, ça règle pas le problème du chômage si c'est des chinois qui les construisent.  =)  

Oui effectivement c'est un des gros problèmes du gouvernement algérien, il s'est laissé corrompre par les chinois et les algériens ne ramassent que des miettes  >:(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui effectivement c'est un des gros problèmes du gouvernement algérien, il s'est laissé corrompre par les chinois et les algériens ne ramassent que des miettes  >:(

Il y a même des agressions racistes contre des ressortissants chinois !

Selon certaines opinions au Maroc et en Tunisie, l'image ou cliché des jeunes algériens est plutôt celle de la paresse, de l'immobilisme et de l'acceptation d'une certaine sorte de "victimisation" politique. Sans vouloir défendre les Algériens, mais ce raccourci facile dit clairement : "N'investissez pas en Algérie, ils sont corrompus, fainéants, intolérants, insécurité, ... Venez au Maroc et en Tunisie pour faire du business et du tourisme !"

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour se qui est de la corruption en algerie elle existe biensur mais pas plus que chez les pays voisin , la seul différence c'est qu'en Algérie la population dénonce ouvertement la corruption et critique tout le monde a commencer par le président de la république et le pouvoir en général bien avant les années 90 et le printemps , la presse algerienne a était longtemps considéré comme la presse la plus indépendante du monde arabe il suffit de lire les critque contre bouteflika ou les caricaturiste algérien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a même des agressions racistes contre des ressortissants chinois !

Selon certaines opinions au Maroc et en Tunisie, l'image ou cliché des jeunes algériens est plutôt celle de la paresse, de l'immobilisme et de l'acceptation d'une certaine sorte de "victimisation" politique. Sans vouloir défendre les Algériens, mais ce raccourci facile dit clairement : "N'investissez pas en Algérie, ils sont corrompus, fainéants, intolérants, insécurité, ... Venez au Maroc et en Tunisie pour faire du business et du tourisme !"

Bonjour Mani,

Lorsqu'un investisseur envisage une installation ou un investissement au Maghreb, il ne se fit pas à "certaines opinions". Seul les indicateurs comptent, notamment le cadre légale, financier...

Alger, fort de sa rente n'est pas dans la meme position que Rabat ou Tunis. Eux, on un impératif a drainer les IDE, et ont donc mis en place un cadre adéquat (exemption de taxe, rapatriment des profits, règles de dédouannement simplifées, disponibilité du foncier...).

Et après avoir considérer ces éléments, ils apprécient d'autres éléments : qualification de la MO locale, cadre de vie pour ses expat eventuels, taille du marché, infrastructures..

Alger, avec sa règle des 49/51 (une entreprise étrangère ne peut détenir plus de 49% du capital)a fait fuir les investisseurs potentiels.Sans compter les histoires comme celle de Djezzy ou l'état, à partir d'une simple histoire footbalistique, s'est brouillé avec l'egypte et ejecter le groupe Orascom (propriétaire de Djezzy) du pays.

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon je ne vois pas l'intérêt de construire un quartier high tech en Algérie si les gens n'ont pas les moyens d'acheter les appartements. Ce serait comme ouvrir un concessionnaire Volvo dans un bidonville.

Oui, je suis aussi assez frappé par la liberté de ton de la presse algérienne dans un pays plutôt fermé. A quoi est-ce dû ? Est-ce que les autorités acceptent cela ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a même des agressions racistes contre des ressortissants chinois !

Selon certaines opinions au Maroc et en Tunisie, l'image ou cliché des jeunes algériens est plutôt celle de la paresse, de l'immobilisme et de l'acceptation d'une certaine sorte de "victimisation" politique. Sans vouloir défendre les Algériens, mais ce raccourci facile dit clairement : "N'investissez pas en Algérie, ils sont corrompus, fainéants, intolérants, insécurité, ... Venez au Maroc et en Tunisie pour faire du business et du tourisme !"

Je savais qu'il y avait une sorte de rivalité entre différentes nationalités du maghreb, mais je ne pensais pas que l'hostilité envers les algériens atteignait ces niveaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon je ne vois pas l'intérêt de construire un quartier high tech en Algérie si les gens n'ont pas les moyens d'acheter les appartements. Ce serait comme ouvrir un concessionnaire Volvo dans un bidonville.

faut pas exagérer Kiriyama. Tout n'est pas blanc ou noir. A Rio les favelas sont séparées des quartiers chics de quelques centaines de mètres. Les inégalités sont devenues très répandues en ce bas monde  =(

Oui, je suis aussi assez frappé par la liberté de ton de la presse algérienne dans un pays plutôt fermé. A quoi est-ce dû ? Est-ce que les autorités acceptent cela ?

Le pays est peut être fermé aux investisseurs internationaux et n'a pas développé de tourisme mais les algériens sont acceuillants et ouverts sur le monde. La liberté de presse et la liberté de s'associer politiquement sont des acquis des soulèvements de 1988. Ce n'est pas la RDA ni la Corée du Nord... Les autorités comme partout voudraient une presse docile mais doivent composer avec les critiques très virulentes. Il y a très peu de tabous. Il n'y a qu'a voir en France les polémiques suscitées par les politiques qui trouvent les medias trop à gauche ou trop vendus aux grands groupes industriels.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,419
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mordhin
    Newest Member
    Mordhin
    Joined
  • Forum Statistics

    20,729
    Total Topics
    1,254,625
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries