Recommended Posts

P'tet un peu HS, mais pour le SE/Chimiste en moi, quand je lis que les terroristes auraient voulu faire péter la chose, ce n'est pas si difficile s'ils le voulaient vraiment (avis perso) puisque pas besoin de tout miner, les explosions se propageront plus par effet domino (cf: cas de Feyzin).

En gros, pour faire dans la vulgarisation: faire sauter une installation pour laquelle, en temps normal, on essaie de lui éviter de péter la plupart du temps, ce n'est pas difficile.

je partage complétement ton avis et me gardé de le faire depuis le début, mais connaissant ce type d installation il est évident que les terroristes étaient vraiment des ploucs ! ou avaient peur de mourrir dans un blast et non sous les balles ......et louper les 12500 vierges

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai évité de commenter le volet militaire de ce sujet pour la simple raison que bcp de paramètres m'échappent, donc une fois que j'émets une remarque sur un sujet que je maitrise parfaitement, je crois que je me passerais volontiers de ce genre d'idioties en commentaire. Et merci.

ah oui toi qui te permets d'attribuer mes propos à de l'idiotie , connais-tu donc, la fonction de ce site en mode de production classique et celui ou la pression en gaz à l'arrivée du site est stoppé et par la même occasion le gestion chimique est stoppé en vu du traitement nécessaire du gaz brute qui doit être épuré avant d'être envoyer pour une consommation domestique ou industrielle...

non jt'assure tes propos sont parfaitement idiots et ne semble pas être de quelqu'un qui maîtrise le sujet, ceux-là veux dire :

En gros, pour faire dans la vulgarisation: faire sauter une installation pour laquelle, en temps normal, on essaie de lui éviter de péter la plupart du temps, ce n'est pas difficile.

car sa configuration de production n'était pas "en temps normal" vu qu'elle fut stoppé, cad: pression en amont du site de gaz brut néant, épuration chimique du méthane stoppé, dépression des cuves de traitements...ect, ils avaient surtout le torchis qui brûle le reste des impuretés sous la dent, et encore éloigné de tout sur un certain périmètre ils seraient devenu de magnifiques cibles pour les snipers. 

renseignes toi des sites gérés par bp entre autre, bénéficient de standards de sécurités en cas d'urgence ( tsunami, tremblement de terre, départ incendie...ect) qui stoppent la production et rendent ces sites bien moins dangereux une fois la procédure enclenchée! 

d'ailleurs chapeau aux ingénieures sur place d'avoir fait en sorte qu'une telle tragédie n'est pas eu lieu et ont neutraliser l'ensemble de certains systèmes névralgiques et stratégiques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ben ils savent à qui faire appel pour la prochaine fois  :O

ah oui toi qui te permets d'attribuer mes propos à de l'idiotie

Je crois que j'en ai plus qu'assez de la susceptibilité foireuse de certains.

Au revoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En Algerie, je n'aurai rien dit si c'etait les vilains qui avaient fait peter les gentils..

c'est toute la différence entre nos deux metiers : vous avez une resistance dans un logement, vous lancez une grenade, vous entrez et vous rafalez.

Nous on se planque, on observe, on cherche à savoir combien il y a de méchants et de civils (innocents) et ensuite, on essaie de trouver une solution.

c'est a double trancher ce se genre de notion  :

1- se temps qu'on a laisse au terroriste ils l'utilisaient pour miné les installations et les otages  pour tout faire explosé .

2- il y a de nombreux otages qui ont fuie et donnée tout les informations qu'il fallait sur le nombre de terroriste , le nombre d'otage exécuté , les explosif posé ....ect

d'ailleurs au norme de n'importe quelle groupes d'intervention dans le monde l'assaut est donnée en cas d'exécution des otages.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Algérie : dans la région de Bouira, une attaque près d'un gazoduc fait deux morts.

Après In amenas, une nouvelle action des islamistes armés a fait deux morts et sept blessés parmi un groupe d’hommes chargés de la surveillance d'un gazoduc, ont indiqué lundi 28 janvier des habitants de la région de Bouira, à 125 km au sud-est d’Alger. L’attaque, qui s’est produite dimanche soir, visait le campement de Djebahia. Les gardes visés assuraient la sécurité du gazoduc par où transite le gaz du champ de Hassi R'mel, dans le Sahara, en direction nord de l'Algérie.

« Un groupe armé islamiste a attaqué le campement au mortier vers 21 heures » (20 heures GMT), ont- ajouté les témoins. C’est au cours de l’accrochage de près d'une heure qui a suivi que les deux gardes de sécurité ont trouvé la mort. L'armée algérienne a ensuite lancé une opération de ratissage des maquis islamistes de la région pour tenter de retrouver les assaillants. Les jihadistes restent très actifs dans la zone de Bouira et celle des départements voisins de Boumerdes et de Tizi Ouzou (110 km à l'est d'Alger).

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est a double trancher ce se genre de notion  :

1- se temps qu'on a laisse au terroriste ils l'utilisaient pour miné les installations et les otages  pour tout faire explosé .

2- il y a de nombreux otages qui ont fuie et donnée tout les informations qu'il fallait sur le nombre de terroriste , le nombre d'otage exécuté , les explosif posé ....ect

d'ailleurs au norme de n'importe quelle groupes d'intervention dans le monde l'assaut est donnée en cas d'exécution des otages.

l'avantage d'attendre, c'est que tu peux aussi te faire communiquer les plans, connaitre l'endroit où ils sont et avoir assez de personnel.

envoyer au casse pipe des gens qui ont une plus value (parce que les groupes d'intervention, ce ne sont pas des bidasses moyens), sans savoir ce qui les attend devant, ni en nmbre, ni en localisation, ni en armement, ce n'est pas rationnel

là, les terros ont eu pas mal de temps (il me semble plus de 48h) ; donc, si leurs intentions étaient de faire péter.... ils se seraient fait peter sur place, non ?

le nombre d'otages exécutés ? ce n'est pas forcement le facteur de déclenchement de l'assaut : tu déclenches quand tu as assez d'info, que tes mecs sont là et prets, qu'en face, ils sont fatigués (parce que tu les tiens éveillé)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Christophe38, t'as toutes les réponses à tes questions ici, j'ai mis en gras les points les plus importants au premier rang que c'est une affaire interne algérienne et que certains aspects du contexte algérien t'échappent visiblement (tu nous expliqueras comment tu gères dans un pays qui a vécu une guerre qui a fait des dizaines de milliers de morts contre ces memes djihadistes) :

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/exclusif-chef-du-gign-la-prise-d-otages-massive-d-in-amenas-a-confirme-toutes-nos-analyses-26-01-2013-1620480_53.php

Je constate que la manoeuvre a été conduite en fonction de choix politiques qu'il ne m'appartient pas de commenter. Deux points ont été clairs dès le départ : les autorités seraient très fermes sur la protection de leurs ressources naturelles et leur attitude ne serait pas modifiée par la présence d'otages étrangers.

....

Pour autant, nous voyons la confirmation de l'importance qu'il faut apporter à la gestion du temps. Le temps "opérationnel" est le même pour les terroristes et les forces de sécurité. Mais pour les premiers, il s'agit d'occuper les médias le plus longtemps possible, de profiter de l'impact mondial de l'opération. D'autant plus qu'ils savent leurs revendications impossibles à satisfaire. Et pour les seconds, il faut du temps, pour recueillir du renseignement, pour faciliter la montée en puissance des forces, faire venir des renforts et pour construire une manoeuvre plus élaborée.

....

Nous en avons trois. La première, c'est l'opération longue que nous avons le temps de préparer, avec les personnels nécessaires. Il s'agit de jouer sur les diversions, la discrétion, la fulgurance, pour prendre l'ascendant sur l'adversaire. Si le temps nous est compté, par exemple si les preneurs d'otages font des victimes, il faut monter un plan d'assaut d'urgence, éventuellement en mode dégradé (avec des moyens minimaux, NDLR). La troisième option, c'est le plan d'assaut immédiat. Le temps est alors rétréci et on envoie des opérationnels en les faisant intervenir dès qu'ils arrivent sur place, sans aucune préparation, c'est-à-dire en mode très dégradé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Christophe38, t'as toutes les réponses à tes questions ici, j'ai mis en gras les points les plus importants au premier rang que c'est une affaire interne algérienne et que certains aspects du contexte algérien t'échappent visiblement (tu nous expliqueras comment tu gères dans un pays qui a vécu une guerre qui a fait des dizaines de milliers de morts contre ces memes djihadistes) :

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/exclusif-chef-du-gign-la-prise-d-otages-massive-d-in-amenas-a-confirme-toutes-nos-analyses-26-01-2013-1620480_53.php

merci

(j'avais déjà lu)  =) ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

       

Transparency International épingle l'Algérie

Les deux derniers groupes :

GROUPE E – risque très élevé (18 pays): Afghanistan, Bahreïn, Côte d'Ivoire, Indonésie, Iran, Iraq, Maroc, Nigeria, Oman, Philippines, Qatar, Arabie saoudite, Sri Lanka, Tunisie, Ouganda, Ouzbékistan, Venezuela, Zimbabwe

GROUPE F – risque critique (9 pays): Algérie, Angola, Cameroun, RDC, Égypte, Erythrée, Libye, Syrie, Yémen

J'ai oublié de preciser que ce classement c'est dans le domaine de la defense .

La carte :

http://government.defenceindex.org/results/map

Share this post


Link to post
Share on other sites

                                       Image IPB

L'Algérie a vraiment fait une mauvaise CAN !  :-[

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjà quand tu lis le premier mot "Transparency" tu sais que c'est mal barré pour l'Algérie  :lol:

On remarquera que c'est une organisation britannique et les UK ne vendent pas des masses de matos de matériel aux algériens, de là à y voir un syndrome de mauvais perdant  O0

Share this post


Link to post
Share on other sites

BHL  Appelle  a un printemps arabe en Algérie !

cet énergumène est de plus en plus insupportable

http-~~-//www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qMrlZYXPqAE

Hélas sa femme à lui ne tweete pas

je sors [move] :-[[/move]

Share this post


Link to post
Share on other sites

David Cameron en visite à Alger, deux semaines après l'attaque d'In Amenas

Le Premier ministre britannique a entamé mercredi une visite de deux jours dans la capitale algérienne. Deux semaines après l'attaque d'In Amenas, Londres entend établir "un partenariat" avec l'Algérie pour lutter contre le terrorisme.

Le Premier ministre britannique David Cameron a entamé mercredi une visite à Alger en scellant un partenariat de sécurité entre les deux pays, deux semaines après l'attaque sur un site gazier en Algérie d'un commando islamiste ayant fait 37 morts étrangers, dont des Britanniques.

Il s'agit de la première visite d'un chef du gouvernement britannique en Algérie depuis l'indépendance de ce pays en 1962.

M. Cameron a été accueilli par son homologue Abdelmalek Sellal à son arrivée à l'aéroport d'Alger, à 16h15 GMT. Il s'est ensuite entretenu avec le président Abdelaziz Bouteflika, selon l'agence de presse APS.

Les deux dirigeants ont décidé de mettre en place un nouveau partenariat stratégique pour mieux lutter contre les nouvelles menaces terroristes, a-t-on précisé de source gouvernementale britannique.

"Lorsque le terrorisme se développe dans différentes parties du monde, il atteint nos peuples et nos intérêts non seulement dans ces parties du monde, mais également chez nous dans notre pays", a déclaré M. Cameron lors d'une conférence de presse.

"La menace terroriste d'Al-Qaïda à laquelle nous sommes confrontés dans certaines régions du Pakistan, du Yémen ou de Somalie, est nettement plus grande que le terrorisme d'Al-Qaïda qui se développe au Mali", a poursuivi le Premier ministre britannique. "Mais dans la mesure où elle grandit nous ne devrions pas l'ignorer, ne devrions travailler en partenariat pour essayer de la combattre".

Dans le cadre de ce partenariat, Londres et Alger devraient échanger des informations sur la sécurité des frontières, la sécurité aérienne, et la lutte contre les menaces visant la stabilité de l'Afrique du Nord, selon cette source gouvernementale ayant requis l'anonymat.

Les premières rencontres d'experts britanniques et algériens pourraient se tenir dans les prochains mois, a-t-on précisé de même source.

"Nous avons retenu les leçons du passé, ces problèmes ne peuvent être traités seulement par des moyens militaires ou de sécurité", a poursuivi M. Cameron.

"Il nous faut combiner une réponse sécuritaire forte mais également travailler avec nos partenaires internationaux, utiliser notre diplomatie, notre budget d'aide, utiliser tous les moyens à notre disposition - y compris tenter de trouver un règlement politique à certaines revendications sous-jacentes dont profitent les terroristes", a-t-il ajouté.

"Je suis ici suite à la terrible attaque terroriste d'In Amenas dans laquelle six citoyens britanniques et un résident de la Grande-Bretagne ont perdu la vie. Cela nous rappelle que ce qui se passe dans d'autres pays nous affecte directement chez nous", avait-il expliqué à une télévision britannique.

M. Cameron a également indiqué que l'Afrique du Nord ne devait pas devenir un autre Irak ou Afghanistan. "Nous ne regardons pas cette région en pensant que la réponse est purement militaire. Ce n'est pas le cas", a-t-il dit.

Peu après son arrivée, M. Cameron s'est recueilli sur le Monument des Martyrs de la guerre d'Algérie, à El Madania, sur les hauteurs d'Alger, où il a déposé une gerbe de fleurs sur la stèle érigée à leur mémoire.

Sa visite intervient moins de deux semaines après la prise d'otages sur le site gazier d'In Amenas, dans le Sahara algérien, et l'assaut de l'armée algérienne qui se sont soldés par la mort de 37 étrangers, d'un Algérien et de 29 ravisseurs.

La visite de M. Cameron en Algérie doit s'achever jeudi. Le Premier ministre britannique est attendu vendredi au Liberia, où il doit co-présider une conférence sur le développement international.

AFP

http://www.france24.com/fr/20130130-royaume-uni-algerie-david-cameron-alger-visite-securite-attaque-in-amenas-terrorisme-bouteflika-londres

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjà quand tu lis le premier mot "Transparency" tu sais que c'est mal barré pour l'Algérie  :lol:

On remarquera que c'est une organisation britannique et les UK ne vendent pas des masses de matos de matériel aux algériens, de là à y voir un syndrome de mauvais perdant  O0

Transparency International est une ONG.

ONG signifie bien dans leur cas "Organisation Noyautée par un Gouvernement", n'est-ce pas  :lol: ?

Je pense que cette organisation en tout cas est au-dessus de tout soupçon.

De tout soupçon d'aller à l'encontre des intérêts des Etats-Unis d'Amérique, s'entend  :oops:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avis à ceux qui s'essayent à l'analyse à posteriori ..... spécialement en ce qui concerne le fonctionnement d'une usine de gaz

Retour sur le site de la prise d’otages

Reprise partielle de la production de gaz à In Amenas dans moins d’un mois

In Amenas : Hamid Guemache

Deux semaines après la prise d'otages sanglante, la vie reprend son cours sur le site gazier de Tiguentourine, près d’In Amenas. Des travailleurs de Sonatrach s’attèlent à inspecter minutieusement l’usine, à l’arrêt depuis l’attaque terroriste. « Il y a actuellement 120 travailleurs de Sonatrach et de ses différentes filiales à l’œuvre pour remettre l’usine en marche dès que possible », affirme ce jeudi 31 janvier à un groupe de journalistes algériens et étrangers en visite sur les lieux Lotfi Benadouda, directeur général de l’association Sonatrach‑BP‑Statoil qui exploite le site gazier.

Afin de faire redémarrer l’usine, Sonatrach doit compter uniquement sur ses salariés algériens. Leur mission : inspecter l’installation et rechercher des impacts de balles sur les tuyaux et les citernes risquant d’être fatales en cas de remise sous pression des installations. Un travail de fourmi qui peut prendre encore plusieurs jours.

« L’usine est constituée de trois trains de production. Le premier train n’a pas été touché lors de l’assaut de l’armée et les affrontements avec les preneurs d’otages. Nous travaillons pour le remettre en marche rapidement. Il représente 35 % de la production de l’usine », ajoute M. Benadouda.

Pour le deuxième et le troisième train, le redémarrage risque de prendre plusieurs mois. « Les deux autres trains ont été endommagés, mais c’est la troisième unité qui a subi le plus de dommages », précise Haraoui Aloui Tahar, de Sonatrach. Le troisième train a été sérieusement endommagé par une explosion, survenue la veille de la fin de l’assaut des forces spéciales pour libérer les otages. Les terroristes qui s’y sont refugiés avec des otages ont fait exploser une partie des installations de la troisième unité de production de gaz.

D’importants travaux sont nécessaires pour réparer les dégâts. Et les pertes se chiffrent, chaque jour, en millions de dollars pour Sonatrach et ses partenaires. L’usine d’In Amenas, qui a coûté 2,55 milliards de dollars, représenant plus de 10 % de la production de gaz de l’Algérie, selon Sonatrach.

Des centres d’écoute psychologique pour les rescapés

Sur le site qui s’étend sur plusieurs hectares, le climat est lourd. La prise d’otages sanglante a laissé des stigmates partout et a choqué le monde entier. « La majorité des 120 travailleurs présents chargés de remettre l’usine en marche étaient en congé lors de la prise d’otages. Ceux qui étaient là ont quitté l’usine. Ils sont pris en charge dans centres d’écoute psychologique pour les aider à surmonter l’épreuve. Ils sont sous le choc. Beaucoup pensaient qu’ils n’allaient pas s’en sortir vivants », ajoute‑t‑il.

L’usine sous haute surveillance militaire

L’usine, partiellement endommagée, est sous haute surveillance militaire. À l’entrée, un tank à pneumatique et des militaires armés de Kalachnikov sont en poste. Ce qui rassure les travailleurs algériens. « En venant ici pour participer à la réparation de l’usine, j’ai laissé ma femme très inquiète », affirme un cadre de Sonatrach. L’attaque perpétrée mercredi 16 janvier contre ce site gazier a obligé les autorités algériennes à renforcer la sécurité de l’usine.L’attaque perpétrée contre ce site gazier a obligé les autorités algériennes à renforcer la sécurité de l’usine, en déployant des militaires et des gendarmes aux alentours. Un signal fort pour les expatriés qui ne sont pas encore revenus depuis la fin de la prise d’otages, samedi 19 janvier, avec la mort de 37 otages étrangers et un agent de sécurité algérien.

http://www.tsa-algerie.com/divers/reprise-partielle-de-la-production-de-gaz-a-in-amenas-dans-moins-d-un-mois_23636.html

Vidéo Le Parisien

Des explosifs étaient encore cachés

Le ministre de l'Energie Youcef Yousfi, avait annoncé le 20 janvier la réouverture de l'usine dans les 48 heures «mais nous avons découvert des explosifs à l'intérieur et avons laissé l'armée procéder au déminage, qui est terminé. Nous devons faire toutes les vérifications pour éviter le moindre risque», déclare un responsable de Sonatrach. Pour Mohamed Laid Khalfi, le préfet d'Illizi dont dépend In Amenas, la prise d'otages «n'affectera pas le tourisme dans la région».

http://www.leparisien.fr/international/video-algerie-sous-haute-surveillance-in-amenas-rouvrira-fin-fevrier-31-01-2013-2529135.php

Autres vidéos

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=zQfIaB_kaUA

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=tfn73GJwPEc

Share this post


Link to post
Share on other sites

le redémarrage risque de prendre plusieurs mois.

c'est exactement le délais que j'ai donné au début de cette histoire , quand certain se félicités des moyens employé et de la rapidité d interventions qui permettraient ainsi de redémarrer au plus vite...... signe qu'ils s'y connaissent autant en FS qu'en pétrochimie  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour Mohamed Laid Khalfi, le préfet d'Illizi dont dépend In Amenas, la prise d'otages « n'affectera pas le tourisme dans la région ».

Mouais... Il a dû prendre des cours de comm' auprès de Mohammed Said al-Sahhaf...

Image IPB

J'ai bien peur que l'économie touristique souffre de cette histoire durant quelques temps, et pas seulement dans la région d'In Amenas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjà quand tu lis le premier mot "Transparency" tu sais que c'est mal barré pour l'Algérie  :lol:

On remarquera que c'est une organisation britannique et les UK ne vendent pas des masses de matos de matériel aux algériens, de là à y voir un syndrome de mauvais perdant  O0

Transparency est une ONG internationale avec des bureaux partout dans le monde (comme MSF, la croix rouge ou le WWF). Elle est d'ailleurs d'origine allemande

Si c'est précisé UK c'est que c'est ce bureau qui a compilé les données

Le reste du post frises le syndrome "palestinien" à savoir tout le monde est méchant avec moi alors que je suis un bisounours ..... :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,467
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Odenlachips
    Newest Member
    Odenlachips
    Joined
  • Forum Statistics

    20,806
    Total Topics
    1,284,954
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries