Sign in to follow this  
Tomcat

Débarquement de Normandie (Côté Allemand)

Recommended Posts

Alors, je me posais la question, comment les allemands auraient pu repousser le débarquement? Vu que je n'ai pas trouvé de Général Allemand ayant connu le débarquement, je m'adresse à vous, chers "Air-défenseurs", comment auriez vous fait pour repousser le débarquement allié?

Pour recadrer le scénario, nous sommes le 6 juin 1943, vous savez que les alliés vont tenter de faire un débarquement sur la face atlantique mais vous ne savez pas où, vous avez carte blanche d'Adolph pour rendre le front de l'ouest imperméable !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans la littérature "grand public" sur le Débarquement, on dit souvent que Rommel avait pour idée de détruire les troupes débarquées sur les plages (d'où les défenses du "Mur de l'Atlantique"), alors que von Rundstedt et les autres généraux allemands pensaient les battre dans les terres au cours de batailles de chars très classiques.

Est-ce vrai ? Il y a quand même eu une tentative de contre-attaque dès le 6 juin par je ne sais plus quelle unité, qui n'a pas marché.

Quant à Fortitude, ca ne semble pas avoir marché, et dès le 6 juin les Allemands ont donné l'ordre à bon nombre de leurs unités d'aller en Normandie ([1]).

Donc du coup, où se trouve la marge de manoeuvre des Allemands ? Dans de meilleures décisions moins parasitées par les conneries d'Hitler (suicide de von Kluge, contre-attaque sur Mortain)... ailleurs ? Est-ce suffisant pour changer l'affaire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Alliés ont étaient très loin d'avoir accompli leur objectif initiaux le soir du 6 juin, Caen à morflé des semaines avant de tombé et les poches de débarquement étaient isolé. Il est probable que sans le moustachu, des contre attaques blindé plus rapides et efficaces auraient eu lieu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourquoi ils n'ont pas pilonner les ports anglais ou n'ont pas fait couler dans bateaux dans les entrées et sorties? Ca aurait pu saper le build up des alliés. Ils auraient également du piéger les plages à risque, y faire enterrer d'énorme charge plus efficace que de simples mines anti-char.

Pour la contre attaque "tardive" des allemands, j'avais lu, il y a bien longtemps, que personne n'a osé réveiller Hitler, ce qui a retardé les renforts stationnés à quelques kilomètres du mur atlantique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon plan

- Ne pas se faire avoir par l'opération "Fortitude" et faire de même en construisant une armée gonflables pour amener les alliés à débarquer sur des plages qui sont le moins favorables à un débarquement.

- Continuer à espionner au maximum les alliés , l'Angleterre notamment

- Placer les XV armée près des plages où les alliés vont débarquer pour renforcer les défenses ou contre-attaquer à tout moment et le plus rapidement possible

- Placer toute l'artillerie allemande dans des positions camouflés à portée de tir de toutes les plages pour bombarder au maximum les plages en cas de débarquement

- Ne pas mettre de "Hérisson tchèque" qui permette à l'infanterie de s'abriter , placer dans les plages des champs de mines AP/AC + fossé pour empêcher les véhicules et l'infanterie de passer et des tranchées en V pour l'infanterie et les véhicules (tranchée fine pour l'infanterie et large pour les véhicules). Les tranchées doivent être entourés de barbelés et relié par des couloirs en V. Les bunker et casemates sont placés dans les tranchées et entourée de barbelées, idem pour les canons et nid de mitrailleuses.

- Inonder toutes les prairies pour empêcher les parachutiste de se poser

- Placer les radar et une DCA solide dans des positions camouflés  près de côtes et des villes importante

- Disperser les chasseurs en les faisant décoller par les routes et en les plaçant dans des fermes/granges.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourquoi ils n'ont pas pilonner les ports anglais ou n'ont pas fait couler dans bateaux dans les entrées et sorties? Ca aurait pu saper le build up des alliés.

Les Alliés ont monté deux opérations pour neutraliser des batteries qui posaient danger (Merville et Pointe du Hoc), et d'autres ont été mise HS très rapidement au cours de l'offensive (Crisbecq / Saint-Marcouf).

Pour la contre attaque "tardive" des allemands, j'avais lu, il y a bien longtemps, que personne n'a osé réveiller Hitler, ce qui a retardé les renforts stationnés à quelques kilomètres du mur atlantique.

Certes, mais je me demande si ca a beaucoup pesé.

En relisant Le jour le plus long, et en faisant abstraction du message d'ensemble "c'est de la faute à Hitler si on a perdu", je constate :

- que la 21e Panzer était déjà dispo, mais elle s'est empêtrée dans les ruines de Caen. L'auteur suggère qu'elle aurait pu aller dans la brèche entre June et Gold Beach et "compromettre le débarquement tout entier", sans expliquer pourquoi c'aurait été faisable et comment la 21e Panzer aurait pu se balader

- Hitler est quand même réveillé à 9h00 heure allemande

- la question des réserves n'est même pas soulevée lorsque Hitler est briefé (!)

- ce n'est qu'à 15h40 que l'OKW donne les réserves demandées (12e Panzer SS et la Panzer Lehr) : re-! !

Les généraux de l'OKW ont donc perdu environ 6h30 ce jour-là... facile de rejeter la faute sur Hitler.

La 21e Panzer a bien contre-attaqué sur Biéville et Périer avec une soixantaine de chars, mais s'en est pris plein la figure (16 chars HS rapidement). Dans les deux secteurs, les commandants ont la même réaction : ils arrêtent l'offensive et enterrent leurs blindés en défensif.

Des fameux renforts, la 12e Panzer SS arrive le 6 juin vers 22 heures (merci wiki, ca l'auteur l'a "oublié"), quant à la Panzer Lehr elle arrive le 9 juin.

Donc bon, rien qu'en listant scrupuleusement les faits, on voit bien que les généraux allemands cachent pas mal d'erreurs derrière le prétexte Adolf.  :P Et une fois les erreurs liées au "brouillard de guerre" passés, il faut tenir compte des problèmes logistiques, des mouvements gênées par l'aviation alliée, etc. Les quelques heures de sommeil d'Hitler ne doivent pas compter pour beaucoup dans la faiblesse des contre-attaques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Stormshadow tu dis : placer des troupes près des plages de débarquements. Le problème c'est qu'on ne savait pas trop où ils allaient débarquer.

Par contre, l'idée qui consiste à mieux piéger la plage me convient.

Je me pose aussi la question de savoir pourquoi davantage de troupes n'ont pas été mobilisées par les allemands en prévisions du débarquement. La solution n'était-elle pas de créer une sorte de défense en profondeur, sur x couches (3 par exemple). Le mur de l'atlantique est la première couche, submergée comme elle l'a été, la seconde  couche (blindés légers et ss) lance une contre-attaque de grande envergure, le but c'est de détruire les têtes de ponts alliées. Bref une bataille sanglante quoi. La troisième couche, elle sera constituée de blindés lourds et du commun des forces allemandes. Située relativement loin des plages, elle se prépare à un combat blindé de grosse envergure.

Bref mon idée principale c'est qu'il est nécessaire de concentrer le maximum de troupes disponibles pour casser l'élan des alliés.

N'aurait il pas fallu aussi y envoyer les restes de la Kriegsmarine? couler les destroyers qui pilonnent le mur? Certes l'aviation subsiste, mais elle au moins est relativement à portée de tous les moyens aa déployés.

Oui je l'admets, cette destruction du mur je l'ai en travers de ma gorge. Ils se sont faits  <?@çè&%s¤^$d£¨§er pourtant ils avaient les moyens de saigner les alliés sur leur terrain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut poser des explosifs ou des mines sur des plages inondables à marée haute ?

L'absence de Rommel a pu jouer sur la désorganisation des troupes allemandes, par ailleurs, qu'ils aient gobés aussi facilement la diversion de Fortitude reste pour moi un mystère.

Il suffit de quelques espions près des ports anglais pour savoir quand la totalité de la flotte quitte les ports et avec des appareils de reconnaissance voir la direction prise et agir en conséquence.

Incroyable de n'avoir rien vu venir avant une détection à vue de la plage, trop tardive, d'autant que l'amassement de troupes et de matériels ainsi que les conditions climatiques indiquaient clairement un débarquement forcément imminent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quant à Fortitude, ca ne semble pas avoir marché, et dès le 6 juin les Allemands ont donné l'ordre à bon nombre de leurs unités d'aller en Normandie ([1]).

Ben si justement Fortitude a marché

L'opération a eu pour effet que les Allemands maintiennent jusqu'au 6 juin d'importantes forces dans le Pas de Calais. Le but de Fortitude n'était pas que ces forces restent ad vitam aerternam dans le Pas de Calais mais qu'elles y demeurent suffisamment de temps. Au soir du 6 juin vu les forces en jeu, les milliers de navires présents etc ... il ne faut pas être grand clerc pour se rendre compte qu'on est plus face à une diversion. Or à ce moment là toutes les divisions présentes dans le Nord-Est ne sont pas positionnées au bon endroit.

Une division réclame des trains entiers pour son matériel ses rechanges les hommes etc etc ...

Or depuis des mois la 9 Air Force et le 2 ATAF de la RAF démolissent systématiquement tout ce qui est pont, gare ou nœud routier important entre Le Havre, Paris et Orléans.

Il va falloir des jours et des jours aux unités bloquées dans le Pas de Calais pour faire mouvement alors que le ciel appartient aux alliés (le 6 juin les alliés opèrent 15000 sorties quand la Luftwaffe en réalise 800) et que les chasseurs bombardiers matraquent tout ce qui roule.

En ce sens Fortitude est un succès. En revanche une chose a été sous estimée: les haies du bocage normand.

Hautes de 1 à 5 mètres délimitant des petits champs de 500 m² en moyenne c'est un piège aussi bien pour les assaillants qui se font tirer à bout portant que pour les défenseurs pris au piège des chemins creux par les Typhoon et les P 47.

Peu d'endroit où déployer ses chars, peu d'endroit pour manoeuvrer à l'aise.

Finalement Rommel semblait avoir vu juste.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'opération a eu pour effet que les Allemands maintiennent jusqu'au 6 juin d'importantes forces dans le Pas de Calais. Le but de Fortitude n'était pas que ces forces restent ad vitam aerternam dans le Pas de Calais mais qu'elles y demeurent suffisamment de temps. Au soir du 6 juin vu les forces en jeu, les milliers de navires présents etc ... il ne faut pas être grand clerc pour se rendre compte qu'on est plus face à une diversion. Or à ce moment là toutes les divisions présentes dans le Nord-Est ne sont pas positionnées au bon endroit.

Effectivement. Exposé clair et net =)

Je suis encore dans la réaction aux arguments vaseux type la XVe armée restant dans le Pas-de-Calais jusqu'au 24 juillet à cause de Fortitude. Même au 60e anniversaire du débarquement, il y avait encore des articles pour dire qu'un agent double avait été utile pour enfumer les Allemands entre le 6 et le 9 juin...

Il me semble juste de dire que Fortitude a été un succès total jusqu'au 6 juin, ce qui était sans doute son but.

Finalement Rommel semblait avoir vu juste.

Indeed. Du coup, le wargame devient : comment faire un meilleur "mur de l'Atlantique" ? Les Allemands n'avaient pas chômé, et il y a l'effet pervers que si on blinde trop une plage, les Alliés attaqueront ailleurs.

Sinon, pour les arrières, prévoir un réseau de voies praticables mais camouflées était peut-être possible ? Des routes recouvertes de buissons, de fausses haies, permettraient de surprendre l'adversaire en manœuvrant plus vite que lui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est clair que Fortitude a incroyablement bien marché.

Les allemands manquaient de troupes, de blindés, d'artillerie, d'avions... envoyés sur le front de l'est. Le peu qui restait doit couvrir une zone immense et ne pouvait plus se déplacer facilement à cause des sabotages de la résistance et du parachutage des soldats alliés.

Une fois passer les plages, les alliés étaient inarrêtables. Si les allemands avaient eu des lance roquettes style orgues de staline, le débarquement aurait été encore plus sanglant et aurait peut-être été un échec.

Un échec du débarquement nous aurait conduit à attendre la libération de Paris par les T-34 russes... et on écrirait en cyrillique sur ce blog aujourd'hui. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc du coup, où se trouve la marge de manoeuvre des Allemands ?

C'est vrai que j'ai l'impression qu'ils ne pouvaient pas faire beaucoup mieux que ce qu'ils ont fait avant le 6 juin.

Bien sur on peut dire qu'il faut rajouter des pièges et renforcer le mur, mais on a tout un continent à protéger (pas que Calais, s'ils sont allé en Normandie ils auraient aussi pu aller sur l'Atlantique) et ça devient vite hors de prix quand on ne sait pas quoi protéger. Déjà qu'ils ont gaspillé des fortunes dans les armes révolutionnaires (missile ballistique, jet ...) et dans la Flack au point de ne plus pouvoir s'équiper en nombre crédible de matériel classique, il ne faut peut-être pas en rajouter avec une ligne Maginot supplémentaire.

La seule solution que je vois c'est de faire stationner des mini sous-marins d'observation au large des plages pour prévenir plusieurs heures avant tout débarquement. Bon vu l'attrition sous-marine à cette époque, ça risque aussi d'être très cher.

Ce qu'il aurait fallu, c'est dés le début du débarquement effectuer des missions de reconnaissance aérienne pour voir s'il s'agit d'une diversion ou d'un véritable débarquement. Face à la supériorité aérienne des alliées, il aurait fallu utiliser les ME262 (trop rapide pour la chasse alliée) qui aurait pu faire cette mission sans trop de problème (comme l'a fait le 25 un proto de l'Ar234) En même temps qu'on envoie les avions de reconnaissances, on envoie aussi les unité les plus proches (mais on garde les réserves de disponible, on sait jamais) Dés qu'on réalise qu'il s'agit bien du débarquement (donc assez rapidement vu qu'on a envoyé des avions de reco qui devraient pour la plupart revenir) on donne l'ordre à toutes les unités d'aller au front. Vu les effectifs utilisés pour cette tentative de débarquement (on est optimiste le 6 juin) on peut presque supposer qu'il n'y aura pas d'autres débarquements avant plusieurs semaines et donc dégarnir le reste du mur de l'Atlantique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors, je me posais la question, comment les allemands auraient pu repousser le débarquement? Vu que je n'ai pas trouvé de Général Allemand ayant connu le débarquement, je m'adresse à vous, chers "Air-défenseurs", comment auriez vous fait pour repousser le débarquement allié?

Pour recadrer le scénario, nous sommes le 6 juin 1943, vous savez que les alliés vont tenter de faire un débarquement sur la face atlantique mais vous ne savez pas où, vous avez carte blanche d'Adolph pour rendre le front de l'ouest imperméable !

historiquement, les allemands manquent en premier lieu d'une doctrine et d'un vrai commandement unifié.

Chaque arme ( aviation, armée de terre, marine ) a son propre plan voire plusieurs plans ( armée de terre ), l'OKW qui doit normallement organiser tout celà ne fait rien et Hitler ne tranche rien

Le résultat, c'est la dispersion des moyens blindés en plusieurs groupements, la marine qui ne veut pas mener d'actions préventives ( minage ) et qui croit que la débarquement aura lieu dans le nord et une aviation qui ne prépare rien de trés cohérent

L'aviation, la Marine et Rundstedt ( Gudérian et Von Schwepenburg en fait ) veulent contre-attaquer après le débarquement avec le gros des forces

Rommel et Hitler veulent empêcher tout débarquement mais avec un dispositif différent, Hitler se révélant encore incapable de planifier un plan cohérent à la différence de Rommel

Si j'avais été à la place du haut commandement allemand, je n'aurais pas du tout défendu les plages françaises ni même la france en fait

J'aurais détruit les ports et aéroports français ainsi que les ouvrages d'art pour défendre bien plus en profondeur ( ligne siegfried ou frontière franco-belge )

Stratégiquement le gros des moyens affectés au mur de l'atlantique aurait servi à un Eastwall sur le Dniepr voire le Boug/Dniestr/Carpathes pour stopper le gros des armées soviétiques avec l'infanterie d'élite

Une ligne ouest renforcée et tenue par environ 60 divisions plus ou moins statiques aurait protégé la frontière franco-belge ou belgo-allemande ( en renforçant le westwall )

Une fois le débarquement effectué, j'aurais laissé les alliés venir percuter mon westwall et fait venir à ce moment seulement une partie des réserves blindés et d'infanteries d'élites pour monter une série de contre-attaques visant à détruire entièrement les forces alliées débarquées 

En gros j'aurais tout misé sur ma position centrale     

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si j'avais été à la place du haut commandement allemand, je n'aurais pas du tout défendu les plages françaises ni même la france en fait

J'aurais détruit les ports et aéroports français ainsi que les ouvrages d'art pour défendre bien plus en profondeur ( ligne siegfried ou frontière franco-belge )

Presque d'accord avec cela (la seconde partie me parait cependant plus hasardeuse)

Vu que le scénario date les evenements de 43 (1 an avant le D Day ce qui est soit voulu soi une coquille) je n'aurait pas englouti des sommes et des moyens faramineux dans le Mur de l'Atlantique

Au pire miner la Manche aurait été plus profitable

Avec les moyens alloués il etait possible d'equiper plus de divisions et de faire une defense en profondeur dans le Bocage. Le tout étant de limiter l'expansion de la tete de pont (comme à Anzio) ce qui necessite des forces au sol, forces qui ont manquées parceque affectées à l'Est (ca on peut pas y changer grand chose) ou mises en garnison sur le Mur (ca on peut libérer des hommes pour faire le coup de feu même si les garnisons sont des unités de "seconde" main)

Par ailleurs, vu l'acier, l'argent et l'equipement aloué (en pure perte) au Mur, il était possible d'équiper de nouvelles divisions de chars et d'artillerie (pour mémoire le Mur c'est 1 million de tonnes d'acier qui auraient pu servir à autre chose dont des blindés ou des pièces d'artillerie alors que certaines PzD en sont reduites à 80 chars que ce soit à l'Ouest ou à l'Est)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avais pris la date de 1943 pour une coquille   ;)

Historiquement il faut toutefois se souvenir que les services de renseignements allemands surestimaient ( et de beaucoup ) les effectifs américains, ça change beaucoup de choses aux reflexions stratégiques de l'époque ( bien que les termes reflexion, stratégique et Hitler n'aillent pas ensemble )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par ailleurs, vu l'acier, l'argent et l'equipement aloué (en pure perte) au Mur, il était possible d'équiper de nouvelles divisions de chars et d'artillerie (pour mémoire le Mur c'est 1 million de tonnes d'acier qui auraient pu servir à autre chose dont des blindés ou des pièces d'artillerie alors que certaines PzD en sont reduites à 80 chars que ce soit à l'Ouest ou à l'Est)

Mais du coup, est-ce qu'on a les effectifs humains et le carburant nécessaire pour ces nouvelles unités ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais du coup, est-ce qu'on a les effectifs humains et le carburant nécessaire pour ces nouvelles unités ?

Les effectifs ne sont pas le problème ( la partie blindée d'une PzD c'est un millier d'hommes par PzD )

Le problème du carburant est plus sérieux ( notamment pour la formation des équipages ) mais en 1943 et jusqu'à 1944 la situation du carburant pour l'Allemagne est correcte ( les usines de carburant synthétiques commencent à bien tourner en 1943 )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense qu'il est préférable de contre-attaquer tout de suite plutôt que de laisser les alliés débarquer et renforcer leur tête de ponts. Ils faut les rejeter à la mer le plus vite possible.

- Donc je place les DB/DI allemande dans des positions camouflés près des plages mais pas trop près afin d'être hors de portée de l'artillerie alliés. Elles doivent contre-attaquer immédiatement après le débarquement

- L'artillerie allemande doit être placé dans des positions camouflés à portée de tir de toutes les plages afin de les bombarder au maximum une fois qu'il y a débarquement

- Pour les plages , pas de Mur de l'atlantique mais champs de mines AP/AC + fossé + obstacle afin de retarder au maximum les alliés

- Contre l'aviation , il faut des radars et une DCA solide près de côtes et également inonder les prairies afin d'empêcher les parachutistes de s'y poser

- Disperser les chasseurs en les faisant opérer par les routes et en les stockant dans des fermes/granges peut être une solution

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu as une vision tactique mais qui pêche sur un point : personne en 1944 ( ou 1943 ) ne sait où les alliés vont débarquer ce qui explique pourquoi les unités allemandes sont dispersées

Les rares DI tiennent des secteurs de 50/60 km par division en ayant ainsi quasiment aucune chance de contre-attaquer sans compter que la plupart des DI sont statiques et remplies de combattants agés ( les meilleures DI combattent à l'est )

C'est pour ça que Rommel propose de placer les divisions blindées en support immédiat des DI cotières

Si son plan avait été adopté, il y aurait eu 3 PzD ( la panzerlehr, la 21iè PzD, la hitlerjugend ) prêtes à contre-attaquer dans les 24 heures dont la Pzlehr à Omaha beach

Pour les chasseurs allemands, il y en a environ 50 disponibles le 6 juin 1944......

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, pour les arrières, prévoir un réseau de voies praticables mais camouflées était peut-être possible ? Des routes recouvertes de buissons, de fausses haies, permettraient de surprendre l'adversaire en manœuvrant plus vite que lui.

faut pas oublié que la résistance Française renseigné un max ,aidé par les services secrets alliés .

donc pas facile pour les Allemands  ;)

On peut poser des explosifs ou des mines sur des plages inondables à marée haute ?

L'absence de Rommel a pu jouer sur la désorganisation des troupes allemandes, par ailleurs, qu'ils aient gobés aussi facilement la diversion de Fortitude reste pour moi un mystère.

ben à force de cogiter ,sur un max de possibilités sa devait pas être simple .

d'ailleurs la valeur des hommes à aussi joué ,Patton s'est retrouvé à la tête d'une armée virtuelle positionné dans une zone de la GB susceptible d'accueillir la force d'invasion qui irait sur le Pas de Calais ,et les Allemands étaient persuadé que Patton mènerais l'attaque .

et sa s'est reproduis encore en Hollande (lors de l'opération Market Garden ) mais avec pour résultat le succès pour les Allemands ,car ceux-ci pensais que sa serait Patton qui mènerais l'attaque ,se disant que les alliés ne seraient pas assez fou pour laissé Montgomery mené l'attaque sur la Hollande .

donc ils ont mis au repos une PZD SS à côté de Arnheim en prévision d'une offensive mené par Patton ,et là s'est les alliés qui ont ramassaient (alors que pas mal d'info signalé la présence de blindés dans la zone de Arnheim ) .

on a l'impression que la valeur du chef qui mènerais l'assaut principale était aussi d'une importance capital pour les Allemands .

donc pour revenir au DDay ,je ne suis pas surpris que les Allemands n'ai rien vu  =)

Il suffit de quelques espions près des ports anglais pour savoir quand la totalité de la flotte quitte les ports et avec des appareils de reconnaissance voir la direction prise et agir en conséquence.

il y en a eu ,mais sa ne devait pas être simple pour eux ,car ils n'avaient pas le soutien comme pouvait avoir les SR alliés avec la résistance Française en zone occupé  =)

donc pas facile de savoir avec plus de précision .

dans wiki ,il semble que la plupart des agents secrets allemands avaient été localisé ,et qu'on a joué la carte agent-double .

il y a avait des mouvements de troupe effectué sur la GB ,afin de brouillé les cartes .

pas évident pour les espions Allemands sans réseau de résistant pour les soutenir en GB ,à l'inverse des alliés qui avait des yeux amis en France occupée .

l'acteur qui joue le rôle du major Howard (prise du pont de bénouville "Pegasus Bridge ",par une unité transporté par planeurs )dans le film le jour le plus long  était un jeune parachutiste Britannique et participa au D-Day .il se souvient que la mise au secret avait été terrible ,et une fois il du se déplacé avant le DDay dans un autres cantonnement ,il avait tellement la pression qu'il ne dit pas un mot ,paniqué à l'idée de lâcher un mot qui aurait put "renseigné" .

il y a du y avoir une sacré pression en GB mine de rien 

Incroyable de n'avoir rien vu venir avant une détection à vue de la plage, trop tardive, d'autant que l'amassement de troupes et de matériels ainsi que les conditions climatiques indiquaient clairement un débarquement forcément imminent.

s'a s'est joué à pas grand chose et la fenêtre météo semblait trop courte en se qui concerne le 6 juin .qui se serait risqué avec si peu de marge de temps pour lancer un débarquement d'une importance capitale .les Allemands n'y ont pas cru .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au niveau aérien les allemands ont tout prévu ... en cas de débarquement les unités de défense du Reich prévues de basculer sur le front ouest sont prévenues les calendriers de démangements sont étables les trains et les convois de camions réservés ...

Sauf que le patron de la Luftflotte 3 Hugo Speerle a négligé l'accueil de ces unités, les terrains de desserrement ne sont pas prêts ni même désignés, tout le monde va se retrouver entassé sur les mêmes terrains parfois loin du front car la crainte du patron du front ouest est que les terrains proches des plages soient l'objet d'attaques parachutistes ...

Bref un gros bordel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une fois passer les plages, les alliés étaient inarrêtables.

Je ne pense pas. Ils étaient encore assez faible les 1ères heures. C'est lorsque les bateaux sont revenus avec les renforts qu'ils sont alors inarrêtables.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne pense pas. Ils étaient encore assez faible les 1ères heures. C'est lorsque les bateaux sont revenus avec les renforts qu'ils sont alors inarrêtables.

Pas vraiment

Une tête de pont n'est in-arretable que si elle devient expensive

Ca nécessite des renforts (ce que les alliés ont pu mettre en place mais avec un bémol :  les moles artificiels permettant l'acheminement du gros materiel et du matériel lourd sont détruits trèèèèèèès vite après le 6 juin par une tempete d'été 12 jours après le D-Day)

Et une activité offensive qui n'est pas bloquée dans un réduit (comme à Anzio)

Or : la zone choisie est pauvre en routes, coupée par du bocage, difficle à approvisionner (voir au dessus)

Mais il n'y a comme opposition que 3 PzD qui y arrivent au compte goutte et 3 InfDiv dispersées

Et avec ca pourtant à une grosse infériorité numérique sur le théatre ainsi que dans les airs, il faut plusieurs semaines de combat "Guadalcanal style" pour sortir d'une poche de 30 à 50 km autour des points de débarquement

Et plusieurs autres semaines pour libérer Cherbourg et ensuite le Havre (et je ne parle même pas de Caen ou de Rouen)

Quelques unités en plus auraient très bien pu faire stagner l'offensive jusqu'à l'automne avec les tempetes automnales (plus fortes et fréquentes que les tempetes estivale, ceux qui ont prit le ferry savent de quoi je parle) et là zou, plus de ravito, plus de supériorité aérienne, y'a plus qu'à rembarquer (je grossis le trait mais un gain de temps de quelques semaines, peut etre même quelques jours aurait foutu les alliés dans la panade)

Après......

Ben après c'est un autre what if (qui aurait sans doute vu les alliés chouiner auprès de Staline pour qu'il avance son offensive d'hiver 44 afin de géner le transfert Est-Ouest et obliger le transfert Ouest-Est d'unités de la Heer)

Mais y'a moyen de rendre les combats dans le bocage encore pire que ce qu'ils ont été et de transformer l'avance angloaméricaine en déplacement d'escargot athritique (ce qu'lle était déjà à la base)

Partant de là, sans succès rapides et massifs et avec possiblement un ravito qui coince tant que Cherbourg et le Havre ne sont pas libérés, tout reste envisageable, d'un jusqu'au boutisme d'Ike, à la création d'un reduit "Normandie Libre" à un ré-embarquement

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si je suis un grand chef de l'axe, j'ai le droit de déporter/déplacer toute la population civile des départements côtiers et des départements voisins, vers ailleurs en France ou des usines en Allemagne ?

Ainsi, je n'ai plus d'otages, mais je n'ai plus, non plus, de résistants, de saboteurs ou de terroristes dans les pattes. Tout ce qui ne parle pas allemand ou qui n'est pas un prisonnier (lire "esclave") en train de bosser dans un camp/chantier est un espion ou un clandestin et peut être abattu.

Du coup, il ne reste que l'airpower pour que les alliés coupent mes moyens de communication. C'est déjà un peu plus difficile.

Comme, en plus, face à l'augmentation de l'activité aérienne, je vais tenter d'augmenter mes éléments de flak fixes et mobiles par tous les moyens ... je crois que les pilotes alliés vont sombrer dans la dépression.

Est-il raisonnable d'augmenter la présence de la Kriegsmarine en Manche, notamment au moyen de sous-marins de poches (5 à 10 hommes d'équipage, 2 tubes lance-torpilles et des moyens radio ? Le but, c'est de faire du guet, du piquet, et éventuellement du tir d'opportunité sur tout ce qui entre/sort des ports anglais. Comme les torpedo-boats, mais en sous-marin.

Est-ce que le RLM ne pourrait pas me sortir des avions torpilleurs enfin plus efficaces que les sempiternels Ju-88/188 et Do-17 largement dépassés et bien trop lents pour aller faire de la chasse en Manche sans couverture. Les convois alliés disposent d'une quasi-impunité et nous dénient l'accès à la Manche. Il faut que ça change.

Enfin, voila ... le but n'est pas tant d'empêcher les alliés de prendre pied sur le continent, que de les empêcher de quitter leur île. Enfermons les en Grande-Bretagne. Et s'ils tentent une sortie, qu'ils se fassent hacher menu sur le glacis que l'on leur prépare.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,356
    Total Members
    1,132
    Most Online
    web123_2
    Newest Member
    web123_2
    Joined
  • Forum Statistics

    20,580
    Total Topics
    1,217,550
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries