Sign in to follow this  
Chevalier Gilles

construction navale

Recommended Posts

voila c'est un sujet ou je ne m'y connais pas beaucoup et j'ai des parties que j'aimerai bien qu'on m'éclaire comme par exemple, quand je regarde la cale sèche de brest ou le bassin 9 mesure 315 mètres de long et quand je demande pourquoi on n'a pas put faire un charles plus grand on me dit que la forme de construction était trop petite

alors si quelqu'un pourrais m'expliquer comment on construit des navires et aussi qu’es ce que la forme de construction,....

merci pour tout

Share this post


Link to post
Share on other sites

voila c'est un sujet ou je ne m'y connais pas beaucoup et j'ai des parties que j'aimerai bien qu'on m'éclaire comme par exemple, quand je regarde la cale sèche de brest ou le bassin 9 mesure 315 mètres de long et quand je demande pourquoi on n'a pas put faire un charles plus grand on me dit que la forme de construction était trop petite

alors si quelqu'un pourrais m'expliquer comment on construit des navires et aussi qu’es ce que la forme de construction,....

merci pour tout

Une boutade pour éviter de dire qu'on avait pas le pognon de voir + grand ?  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, on va essayer d'être clair et synthétique ...

La construction navale est la manière d'assembler les futurs constituants du navire, de manière à obtenir un flotteur, autonome en flottaison, voire en propulsion, que l'on va, ensuite, armer - c'est à dire équiper avec tout ce qui est nécessaire à la mission du navire (hôtellerie/hébergement, chaînes de détection et de communication, appareils de manoeuvre, armes et munitions, ...).

Cette construction se fait, traditionnellement, en assemblant une charpente (membrure) que l'on habille ensuite d'une peau (bordé ou bordage à l'extérieur, vaigrage à l'intérieur). Progressivement, cette dualité charpente/peau a cédé la place à une construction par blocs et par caissons, ce qui a débouché sur les méthodes actuelles de construction par "anneaux". Le top du top, sur les anneaux de frégates ou de sous-marin étant d'assembler des anneaux déjà équipés, déjà "armés".

Cet assemblage, bien sûr, se fait "au sec". Ce travail au sec peut s'organiser de différentes manières :

- sur une cale, c'est à dire une rampe inclinée menant à l'eau. La partie aérienne est la "cale sèche". Le problème est alors que le travail se fait "en pente", ce qui est assez inconfortable.

- dans une forme, c'est à dire dans un bassin que l'on peut fermer et assécher. Là aussi, on parle aussi parfois de "cale sèche", même si c'est moins adapté

- dans un dock flottant, ou sur un radier immergeable par ballastage.

Dans tous les cas, le navire est construit en étant posé sur une structure de support destinée à éviter qu'il ne tombe ou ne bascule : les tins ou lignes de tins en dessous, et des clefs, sur les côtés, pour rapporter les efforts de bascule vers les murs du bassin.

S'agissant des "formes", c'est à dire des bassins asséchables, on est limité en taille de navire par les dimensions du bassin - aussi bien pour la construction que pour l'entretien/réparation. Eventuellement, il peut être possible de construire ou réparer plusieurs navires simultanément dans un grand bassin.

S'agissant du Charles de Gaulle, sa construction a commencé en 1989, dans le bassin N°9. Ses lignes de tins étaient centrées dans le bassin, ce qui a permis la construction du gros du flotteur sans soucis, avec notamment assez de place autour du navire pour pouvoir à volonté tous les éléments du chantiers, entre les murailles.

Ensuite, la construction ayant bien avancé, en 1992, il a fallu mettre la coque à l'eau une première fois afin de décaler les lignes de tins. En effet, les encorbellements - dissymétriques - ne pouvaient pas être construits dans cette forme trop petite. Le navire a été déplacé de 3 m sur le côté, si ma mémoire est bonne. Ainsi, l'encorbellement a pu être mis en place, tandis que sur l'autre bord il n'y avait plus guerre de place entre le mur du bassin et la muraille du navire.

Le PAN a, ensuite, définitivement quitté le bassin en 1994, pour être achevé à quai et pour son armement.

Les finitions réalisées ensuite lui interdisent tout retour dans les bassins de Brest, à moins d'agrandir ceux-ci pour accueillir le navire tout en ayant la place de passer les engins de chantier autour. Le bassin fait, certes, 315 m de long, alors que le CdG ne fait "que" 261 m, mais le plan du navire ne permet pas d'exploiter la pleine longueur de la forme - sans compter qu'il faut de la place libre, aux abords de la porte (du bateau-porte en l'occurrence), afin de manoeuvrer celle-ci lors des mises au sec et des mises en eau.

Est-ce que ces éléments te permettent d'y voir plus clair ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

la construction navale a évolué, "avant" pour construire on habillait un squelette aujourd'hui on assemble des élément préfabriqués dans lesquels les aménagements sont très avancés.

Cà permet de travailler bien plus vite avec moins de monde mais cela nécessite une rigueur de construction et d'organisation que seuls les grands chantiers peuvent avoir confère la mésaventure des australiens avec les premiers éléments de leurs F 100.

La soudure permet ce mode de construction d'un autre côté quand on regarde les cales de construction et de lancement des années 30/40 on se dit qu'il ne fallait pas grand chose pour construire un bateau ... même un engin de 260 m comme le Hood chez John Brown ...

L'inventeur de la préfabrication c'est Henry J. Kaiser venu du BTP à qui on doit les Liberty Ships et autres CVE Casablanca les LST .... près de 5000 navires dont les éléments venaient de 3000 sites industriels différents répartis dans 30 états. Grâce au chemin de fer ...

Des villes champignons de 30 000 personnes poussaient autour de ces chantiers nés de rien ... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est au chausse pied ...

------------------------------

La forme "Caquot" à Saint-Nazaire imaginée par l'ingénieur Albert Caquot à la place aujourd'hui il y a les Chantiers de l'Atlantique

çà c'était novateur en terme de lancement de navires

http://www.sabix.org/bulletin/b28/5.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au contraire c'est très simple ! tu joues sur les hauteurs d'eau, c'est assez génial.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au contraire c'est très simple ! tu joues sur les hauteurs d'eau, c'est assez génial.

C'est par contre contraignant quand aux volumes d'eau déplacés, et donc en temps de manœuvre. Aujourd'hui, l'arrivée des portiques à très forte capacité (1400t de lavage chez STX, par exemple), permet de faire de la construction "à plat", comme sur les formes à deux étages comme la forme Jean Bart d'autrefois, mais en ayant deux étages uniquement : un au dessus de tout marrée pour le pré-assemblage de blocs de  1400t max, et un étage en fond de bassin pour l'assemblage proprement dit.

Les grues permettent aussi le retournement des blocs, ce qui permet de travailler "à l'envers" puis de retourner à l'endroit au moment du montage. C’est extrêmement pratique pour fixer toutes les tuyauteries et câbles au plafond, qui lors du travail à l'envers, devient le sol, beaucoup plus facilement accessible aux ouvriers.

Au contraire c'est très simple ! tu joues sur les hauteurs d'eau, c'est assez génial.

C'est par contre contraignant quand aux volumes d'eau déplacés, et donc en temps de manœuvre. Aujourd'hui, l'arrivée des portiques à très forte capacité (1400t de lavage chez STX, par exemple), permet de faire de la construction "à plat", comme sur les formes à deux étages comme la forme Jean Bart d'autrefois, mais en ayant deux étages uniquement : un au dessus de tout marrée pour le pré-assemblage de blocs de  1400t max, et un étage en fond de bassin pour l'assemblage proprement dit.

Les grues permettent aussi le retournement des blocs, ce qui permet de travailler "à l'envers" puis de retourner à l'endroit au moment du montage. C’est extrêmement pratique pour fixer toutes les tuyauteries et câbles au plafond, qui lors du travail à l'envers, devient le sol, beaucoup plus facilement accessible aux ouvriers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On l'a déjà évoqué mais je ne sais plus dans quel fil... il n' a pas de fil civil sauf erreur de ma part

et quelques uns ne trouvaient pas d'avenir à ce projet innovant... et pourtant il a de l'espoir ....

2015_05_07_a2v_679.jpg

http://www.meretmarine.com/fr/content/a2v-vend-son-premier-navire-de-transport-rapide-peschaud

Un joli succès après deux années de recherche et d’essais. La société rochelaise A2V, qui a développé un concept novateur de navire rapide à portance aérodynamique, vient de vendre son premier bateau à la société Péchaud. Cette dernière, fondée en 1956 par Philippe Peschaud, est spécialisée dans la logistique de soutien aux champs pétroliers en mer et à terre.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, Lezard-vert a dit :

On l'a déjà évoqué mais je ne sais plus dans quel fil... il n' a pas de fil civil sauf erreur de ma part et quelques uns ne trouvaient pas d'avenir à ce projet innovant... et pourtant il a de l'espoir ....

http://www.meretmarine.com/fr/content/a2v-vend-son-premier-navire-de-transport-rapide-peschaud

Un joli succès après deux années de recherche et d’essais. La société rochelaise A2V, qui a développé un concept novateur de navire rapide à portance aérodynamique, vient de vendre son premier bateau à la société Péchaud. Cette dernière, fondée en 1956 par Philippe Peschaud, est spécialisée dans la logistique de soutien aux champs pétroliers en mer et à terre.

Joli.  Faudra attendre pour voir son comportement en mer formée, au-delà du petit clapot....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je poste l'info ici faute de mieux.

On construit la réplique grandeur nature du Titanic dans un chantier naval chinois :rougitc:

Mais pas fou, il sera basé dans un parc d'attraction bien loin de l'océan  :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/12/02/20002-20161202ARTFIG00003-en-chine-un-parc-d-attraction-pour-vivre-le-naufrage-du-titanic.php

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ceux que ça interesse voici les horaires de naufrages:

10h, 12h 17h (naufrage supplémentaire à 20h le dimanche)

Prévoir maillot de bain

enfants de moins de 1m10 non acceptés

Attraction avec Fastpass

Les musiciens peuvent amener leur instrument

Entrée gratuite pour Henri K

Edited by DrWho
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et ils vont pouvoir relancer la construction à rivets apparents, s'ils fabriquent la coque selon les mêmes procédés :biggrin:.

Edited by Benoitleg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je confirme que cet ouvrage est superbement illustré et  commenté.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/07/05/derriere-le-nouveau-naval-group-400-ans-d-innovation-navale-18342.html

Une remarque cependant concernant l’arsenal trop souvent  à mon sens  à tort assimilé uniquement à la DCAN , DCN, DCNS et maintenant Naval Group.

Un arsenal était un ensemble de moyens permettant se subvenir  aux besoins en matériel de la flotte , bref un dispositif indissociable de la Marine.

Jean Latty dans son remarquable ouvrage ; traité d’économie maritime et construction navale 1951 précisait , je cite « que les arsenaux avaient un double caractère car à la fois établissement industriel et base navale. En terme d’organisation cf décret de 1927 qui reprenait celui de 1909  , l’arsenal était établi selon la répartition suivante des services;

-          Direction des constructions navales

-          Direction de l’artillerie navale

-          Direction du commissariat de la Marine

-          Direction des travaux maritimes

-          Direction du port

Depuis 1940  les deux premières directions ayant fusionnées sous le nom de  DCAN.

DCAN administration faisait donc partie de l’arsenal, mais depuis DCN/années 90 et la séparation étatique industrielle ce n’était plus le cas puisque dissociée de la Marine. 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

En avril 1968 , un demi-siècle  déjà , l’EE Maillé Brézé  terminait sa refonte  ASM dans la forme de Lorient .

Par ces liens ,  ambiance construction navale des années 60/70 donc  ; ergonomie des CO et PAC ASM , des machines  , des locaux vie ( hamac s d’abord puis bannettes) et vivres ( la route du vin  si si :rolleyes: ) , séquence de tir malafon , peinture des chaines ( noire en méditerranée et blanche atlantique ) et puis j’avais oublié que le Maillé Brézé avait été équipé d’un bulbe d’étrave DUBV23 , préfiguration des F67 qui posait d’ailleurs problèmes  lors des mouillages vu position très avancée des ancres  ( point examiné de près pour les FDA et FREMM  et ouais ). Pour les grincheux  de la propreté , quand on tirait de la roquette 375 , ben çà noircissait  aussi …pfff

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0ahUKEwiotbCY5s_aAhXGJVAKHTFmC14QFggoMAA&url=http%3A%2F%2Fwezzar.free.fr%2Ffiles%2Fcours%2FIUT%20de%20Nantes%2F1ere%20annee%2Fcommunication%2FExpos%E9%20Maill%E9%20Br%E9z%E9%2FMAIL_BR_.DOC&usg=AOvVaw2kjQ5EO2LaE8plSg6q8sLD

http://www.laroyale-modelisme.net/t19747-photos-du-maille-breze

http://www.marines-editions.fr/boutique/images_produits/31096_escorteur-fm.pdf

Bref tout ceci pour dire que notre savoir en lutte ASM à bien plus de 50 ans et c’est pas rien !

Edited by ARMEN56
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, ARMEN56 a dit :

des locaux vie ( hamac s d’abord puis bannettes)

Pour ceux qui iront visiter le bateau-musée Maillé-Brezé, vous verrez justement le poste d'équipage avant, dans l'étrave qui a été aménagé en double : côté tribord, retour à l'aménagement pré-refonte, avec hamacs et crochets pour les sacs ; côté babord, aménagement post-refonte avec banettes et casiers.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, FATac a dit :

Pour ceux qui iront visiter le bateau-musée Maillé-Brezé, vous verrez justement le poste d'équipage avant, dans l'étrave qui a été aménagé en double : côté tribord, retour à l'aménagement pré-refonte, avec hamacs et crochets pour les sacs ; côté babord, aménagement post-refonte avec banettes et casiers.

Le hamac au dépôt de Cherbourg années 60. 

Cherbourg%20Hamac.jpg

Poste d'équipage du Maillé Brézé 

maille-breze11409.jpg

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Fusilier a dit :

Le hamac au dépôt de Cherbourg années 60. 

Sur les soums de cette époque çà devait encore être plus spartiate   j’imagine ?

Sinon , c’est clair que la refonte ASM des T47 était concomitante à la montée en puissance de la FOST dont la surveillance des atterrages , truffés d’observateurs ……

 D’origine les EE n’étaient pas conçus pour la discrétion acoustique, les bruits rayonnés  toussa , je me demande ce que çà pouvait donner sur polygone d’écoutes surtout coté propulsion  en particulier ; réducteur , turbine , hélice et les coussinets en gaiac qui s’usaient rapidement . J’imagine que les structures d’écoutes naissantes  ( GESMA …) doivent encore avoir ces données .

Edited by ARMEN56

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, ARMEN56 a dit :

Sur les soums de cette époque çà devait encore être plus spartiate   j’imagine ?

il me semble que sur les soums c'était bannette (chaude) sauf quand il y avait du personnel supplémentaire. Si mes souvenirs sont bons, sur les 1200 t il y avait parfois du monde qui dormait dans des hamacs dans la salle torpilles, il me semble que c'était du personnel en plus.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Point gratuit sur la construction navale française  via https://www.meretmarine.com/fr/content/le-point-sur-les-chantiers-navals-francais-1  

"Nous vous proposons la première partie d’un état des lieux sur la construction navale française. Nous traiterons ainsi, d’ici juillet, de l’activité et des perspectives des chantiers tricolores.

A lire, pour commencer un point sur : 

- Piriou

- Chantiers navals Bernard

- Navalu

- Chantier naval Gatto

- Chantier naval Gléhen

- Bord à Bord

- Plastimer 

- Delavergne"

avec les renvois qui vont bien !  Merci à M&M !

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,486
    Total Members
    1,550
    Most Online
    ThomasM
    Newest Member
    ThomasM
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,299,939
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries