Sign in to follow this  
zx

EADS et BAE Systems vont créer le numéro un mondial de l'aéronautique-défense

Recommended Posts

Ouch ! ca fait du lourd, c'est surprenant pour BAE qui est anglais. mais c'est pas encore fait.

EADS et BAE Systems vont créer le numéro un mondial de l'aéronautique-défense

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20120912trib000719167/eads-et-bae-systems-vont-creer-le-numero-un-mondial-de-l-aeronautique-defense.html

Les deux groupes vont créer le leader mondial dans le secteur de l'aéronautique et la défense. Pour autant, l'opération est fragilisée par les fuites dans la presse et pourrait ne pas se faire.

C'est un coup de tonnerre dans l'industrie aéronautique et de défense... qui va considérablement bouleverser le paysage mondial de ce secteur, en crise en raison de la contraction des budgets de défense. Le groupe européen EADS et son concurrent et partenaire britannique BAE Systems sont en train de discuter d'une "possible" fusion, qui créerait un géant du secteur comparable au mastodonte américain Boeing, selon un communiqué commun des deux groupes. Les deux réunis pourraient atteindre un chiffre d'affaires de près de 72,3 milliards d'euros (chiffres de 2011) avec 220.000 salariés dans le monde tandis que le groupe américain a réalisé l'an dernier 49 milliards d'euros de ventes. Soit une entité 1,5 plus grosse que Boeing.

Un deal à 60 % EADS, 40 % BAE Systems

Selon les discussions en cours entre les deux groupes, le nouvel ensemble serait détenu à 60 % par les actionnaires d'EADS et à 40 % par ceux de BAE. La France, Allemagne et GB auront une "golden share" dans l'ensemble EADS-BAE. Le groupe européen verserait 200 millions de livres de dividende exceptionnel en cas de fusion avec le groupe britannique. Les deux groupes collaborent déjà dans le programme Eurofighter (avec l'italien Finmeccanica) et sont également actionnaires du missilier MBDA (37,5 % chacun, 25 % Finmeccanica). En cas de réussite de l'opération, le nouveau groupe consoliderait ces actifs en devenant majoritaire.

L'opération fragilisée par les fuites dans la presse

"Tout accord sur un éventuel rapprochement devra être préalablement approuvé, entre autre, par le conseil d'administration d'EADS. Il n'y a aucune certitude quant à la réalisation de cette opération, et une communication sera faite en temps voulu", a précisé EADS dans un communiqué publié en fin mercredi en fin après-midi. Ainsi, selon nos informations, les discussions ont commencé il y a plus de trois mois environ. Ce qui coïncide avec l'arrivée du nouveau président d'EADS, Tom Enders, qui en trois mois a déjà révolutionné le groupe européen (siège social à Toulouse, chaîne d'assemblage de l'A320 aux Etats-Unis et restructuration de la filiale Cassidian). Pour autant, la fuite dans la presse d'un banquier pourrait, selon des proches du dossier, compromettre toutes les négociations, qui repose sur des équilibres. Déjà en bourse, EADS perd plus de 5 % à 18h00 tandis que BAE Systems gagne 11 %. "Cela pourrait mettre en danger les équilibres discutés", estime-t-on au sein d'EADS.

Un groupe révolutionné par Tom Enders

En cas de réussite, Tom Enders et son équipe devrait réaliser la "vision 2020" de Louis Gallois, qui préconise un rééquilibrage des activités civiles et militaires, dès 2012. Cette nouvelle entité réaliserait 53 % du chiffre d'affaires dans le civil et 47 % dans le militaire. Ce qui lui permettrait de mieux amortir les cycles de l'aéronautique civile. Ce nouveau groupe sera en outre mondial, et non plus seulement à dominante franco-allemande : BAE Systems est notamment très implanté aux Etats-Unis, Grande-Bretagne, Australie, Inde tandis que EADS est plus présent en Europe, au Moyen-Orient et en Asie. Le nouveau groupe va toucher tous les marchés et tous les pays. "On est toute l'Europe de la défense", indique-t-on chez EADS. En outre, le groupe renforce sa force de frappe par rapport aux groupes américains. Il était déjà capable de rivaliser - il était au deuxième rang mondial derrière Boeing. Mais là clairement, il passe dans un autre monde.

Timing gonflé ?

Pour autant, le timing est "gonflé" au regard des perspectives des marché de la défense, qui se contractent considérablement. "Il y a des risques. Le Royaume-Uni a annulé des commandes, d'autres pays, dont les Etats-Unis vont suivre. Même si le marché américain de la défense restera toujours le plus gros marché de la planète, rien ne dit que BAE conservera ses parts de marché à l'avenir, d'autant plus si une partie de ses racines sont en France et en Allemagne", explique, à chaud, un analyste. Et d'ajouter : "sur les marchés intérieurs, le risque est en effet de devoir financer la R&D (Recherche et développement) tandis que sur les marchés émergents, le nouveau géant devra composer avec l'agressivité des groupes américains, mais aussi des acteurs locaux. En outre, depuis un à deux ans, BAE Systems est loin de générer le milliard de livres de cash comme il faisait jusque là chaque année. "Beaucoup d'investisseurs qui sont sur EADS ne veulent pas ce scénario", explique un analyste.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si ça se fait (pour le meilleur et pour le pire), je prédit la disparition de DA dans les 5-10 ans.

Après tout, il ne faudra que 5% de parts cédés pour que l'entreprise intègre le néo-consortium.

A noter que dans ce dernier cas, le consortium serait partie prenante dans le Rafale, l'Eurofighter ET le F-35.  :oops:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas l'utilité de BAE d'intégrer cette fusion car BAE est déjà un GEANT !

Je suis étonné que l'orgueil britannique ait accepté les discussions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je dis peut-être des conneries mais l'avenir de BEA n'est-il pas plutôt sombre avec la contraction des commandes américaines (son premier client export il me semble) qui va surement s'intensifier : les anglais ne voudrait-il pas nous vendre BEA très cher avant que la boite se casse la gueule en bourse ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dassault, BAE sont des sociétés très liées à la souverainté, je serais surpris si cela va au bout.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si ça se fait (pour le meilleur et pour le pire), je prédit la disparition de DA dans les 5-10 ans.

Après tout, il ne faudra que 5% de parts cédés pour que l'entreprise intègre le néo-consortium.

A noter que dans ce dernier cas, le consortium serait partie prenante dans le Rafale, l'Eurofighter ET le F-35.  :oops:

  rah lalal! dit pas ca !!!  :'(  ca fait peur ....

p tain j espere qu ils vont savoir gerer chez  DA si ca se fait ...

  faut absolument gagner d autre marcher pour le rafale sinon ca pu ....

dassault se  fera  un plaisir de se contenter des falcons et va lacher le militaire ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je dis peut-être des conneries mais l'avenir de BEA n'est-il pas plutôt sombre avec la contraction des commandes américaines (son premier client export il me semble) qui va surement s'intensifier : les anglais ne voudrait-il pas nous vendre BEA très cher avant que la boite se casse la gueule en bourse ? 

+1

Share this post


Link to post
Share on other sites

la fusion peu échoué et EADS disparaître dans la foulé!!!

Merci Tom.  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi ce qui m'ennuie c'est plutôt le 40/60. Pour le moment la gouvernance EADS est à 50% FR et 50% GE. Qu'est-ce qu'il va se passer quand BAE va rentrer là dedans ? J'espère que ça va s'équilibrer, sinon c'est un véritable hold-up.

Sujet connexe: avec ça on aura un géant aéronautique & défense en Europe, quelle concurrence lui donner pour qu'il ne devienne pas un trust sur nos marchés ? (je pense surtout à la partie défense)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fusion EADS/BAE : Lagardère veut étudier "toutes les conditions"

http://fr.finance.yahoo.com/actualites/fusion-eads-bae-lagard-veut-060918187.html

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi 12 septembre qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement.

Lagardère, qui détient 7,5% du capital d'EADS, rappelle également dans un communiqué "que ce projet n'a pas encore été soumis à l'approbation" des conseils d'administration d'EADS et de Sogeade Gérance, la holding qui représente les intérêts de l'Etat français et de Lagardère dans le groupe EADS.

De son côté, le constructeur automobile allemand Daimler, qui détient encore 15% du capital d'EADS et 22,35% des droits de vote, avait indiqué mercredi qu'il prévoyait toujours de réduire cette année sa participation dans EADS.

Après des fuites dans la presse, EADS et BAE Systems ont dévoilé mercredi être en discussions en vue d'une fusion qui créerait le numéro 1 mondial de l'aéronautique loin devant l'américain Boeing.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce nouveau groupe verrait surtout disparaître toute prise en compte des intérêts industriels français. BAE est depuis longtemps une société entièrement axée sur le marché américain, pour laquelle l'Europe ne compte plus... Si on ajoute à cela les contradictions préexistantes entre France et Allemagne au sein d'EADS, on va se trouver avec un grand groupe sans autre mode de gouvernance que la simple recherche de rentabilité; un géant industriel sans visées politiques, au sein d'un marché exclusivement politique.......

Qui plus est, je cherche encore le modèle économique qui dit qu'être le numéro un en termes d'emplois, de capacités industrielles et de capitalisation permet de vendre plus...

Je ne sais pas si c'est une fuite en avant, en tout cas je trouve que ça y ressemble... :-\

Bonne journée à tous,

St Raph

Share this post


Link to post
Share on other sites

40% pour BAE alors que toute la division land & armaments ne vaut pas un clou. Ça serait l'arnaque du siècle mais ça ne m'étonnerait pas de la part des Britanniques.

Avec en France un gouvernement pro-Europe de la Défense (terme qui ne veut rien dire d'ailleurs), cette sacrée mauvaise idée risque d'aller au bout. Les Britanniques ne cherchent qu'à sauver les emplois en UK et se contre foutent des intérêts français dans EADS.

Comme l'a dit StRaph, les intérêts nationaux seraient complètement dilués dans un conglomérat sans gouvernance politique (tous les groupes de défense sont gouvernés par la politique) et l'unique recherche du profit.

Les socialistes (DSK) nous ont bernés à la création d'EADS il y a dix ans, ils vont faire de même encore une fois, avec leur vision naïve de l'Europe de la défense et la consolidation des groupes de défense comme lubie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On commençait à un peu tourner en rond avec des programmes qui n'avancent pas assez vite, des budgets défense se contractant, en révolutions / évolutions qui se cherchent, des fantasmes frustrés ... Nous voilà maintenant avec un super sujet MACRO qui va nous occuper un moment

En tout cas: il n'y aura pas que des aspects "aéronautiques"  à cette affaire ! mais aussi Terre & Naval + Hélicos ...

Je serais donc pour un déplacement rapide de ce topic "projet / hypothèse de Fusion  EADS * BAE Systemes"  vers "Général / Economie / défense" ou "Général / Politique étrangère"  ... Voir créer un nouveau macro Topic  du genre "Général / Stratégies globales"

Avis des rédacteurs en chefs  et grands contributeurs ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

+1

Je te verrais bien, Laurent-Simon, nous faire  un super cube à 3 dimensions des DAS domaines d'Activités Stratégiques  croisés de ces 2 gros groupes

- Axe "géographique" des grandes zones économico-stratégiques niveau mondial ( par ex. Inde - Chine, Europe, USAs )

- Axe BAE : liste des DAS de BAE  + Où BAE systems a t'il des implantations fortes ( En Australie par ex ? ) + Des clients récurrents

- Axe EADS : liste des DAS de EADS ( ex. Eurocopter )  + Où EADS a des implantations industriels, accords RT-RD + des clients récurrents

et on croise tout cela pour détecter Synergies ? Conflits potentiels ? sacrifices à terme ? opportunités d'investir en RT-RD ? Expériences acquises et cumuls d'expérience, autres effets de levier ?

Bon courage !   

Personnellement, je constate que depuis qq. années l'actionnariat de EADS n'était pas si stabilisé que nécessaire !  Va t on déboucher vers des actionnariats d'états conjugués ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

40% pour BAE alors que toute la division land & armaments ne vaut pas un clou. Ça serait l'arnaque du siècle mais ça ne m'étonnerait pas de la part des Britanniques.

Moi non plus ...

Je trouve très con cette fuite en avant vers le toujours plus gros: dans la nature c'est pas le plus gros qui gagne c'est le plus souple, et plus on est gros moins on est souple. Les groupes de plus petite taille sont obligés de se réinventer en permanence pour survivre et s'adapter, là on va avoir un dinosaure dont le seul stimulus sera la profitabilité à court terme.

Sans compter que ça va tuer la compétition en europe et donc nous condamner à être dépendant d'un seul constructeur qui en profitera bien entendu ... LM avec le F35 au USA est le parfait exemple de se qu'il ne faut pas faire.

J'espère qu'on maintiendra Dassault le plus loin possible de tout ça, il en va de l'intéret nationnal.

Share this post


Link to post
Share on other sites

est ce qu'il y aura des conséquences pour  le rafale  ?

Oui et assez rapidement à mon avis. Si ça se fait, le Typhoon aura une structure décisionnelle bien plus efficace car fini les affres des consortium trans-nationaux. De plus, on peut imaginer qu'à moyen terme le programme soit restructuré d'un point de vue industriel pour rendre l'avion plus compétitif à l'export. Il restera à négocier tout cela avec les Etats clients néanmoins.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve très con cette fuite en avant vers le toujours plus gros: dans la nature c'est pas le plus gros qui gagne c'est le plus souple, et plus on est gros moins on est souple. Les groupes de plus petite taille sont obligés de se réinventer en permanence pour survivre et s'adapter, là on va avoir un dinosaure dont le seul stimulus sera la profitabilité à court terme.

Pourtant, sur 70 ans d'après-guerre mondiale, il faut bien constater le fait: ce sont les plus maousses qui ont survécu, preuve que ceux d'entre eux qui l'ont fait ont eu la "souplesse" nécessaire. C'est la taille qui leur permet de négocier avec les Etats en imposant plus de leurs conditions, la taille qui leur permet de consacrer beaucoup de moyens à la conquête et au maintien de plusieurs marchés simultanément, la taille qui leur permet d'avoir plusieurs fers au feux (grands et petits projets) en même temps, la taille qui leur permet d'absorber les aléas de la conjoncture (notamment en existant sur plusieurs secteurs militaires, dans le domaine civil....), la taille qui leur donne les moyens de savoir et peser dans les discussions des grandes instances de décision et d'influence (forces armées, parlements, gouvernement, think tanks, voire médias) et de les orienter partiellement, cette taille alliée à la durabilité qui leur permet d'acquérir une rente de situation permettant (entre autre par les moyens précités) de garder beaucoup de marchés captifs....

Opposer "taille" et "souplesse" est une métaphore erronée dont on abuse trop facilement, au point de se leurrer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui et assez rapidement à mon avis. Si ça se fait, le Typhoon aura une structure décisionnelle bien plus efficace car fini les affres des consortium trans-nationaux. De plus, on peut imaginer qu'à moyen terme le programme soit restructuré d'un point de vue industriel pour rendre l'avion plus compétitif à l'export. Il restera à négocier tout cela avec les Etats clients néanmoins.

Oui mais ce ne sera pas l'immédiat je pense.

Une restructuration du programme eurofighter sera tout sauf simple à faire car chaque état voudra garder sa chaine de montage, son industrie au sein du programme, la restructuration ne pourra être que décisionellle et cela ne se fera pas non plus en claquant de doigts.

Du coup pour les appels d'offre actuels auquel participe encore le Typhoon (corée) cela va rien changer sinon cela pourait s'accélérer sur l'arabie saoudite et oman.

Quand à l'inde, je vais la jouer optimiste et je pars du prinicpe que le rafale a déjà gagné.

Si Dassault parvient à signer les indiens dans les 6 mois alors le contrat émiratie viendra à la foulée et là Dassault pourra encore dormir sur ses deux oreilles durant quelques années...

Je pense que cela ne va pas changer grand chose à l'heure actuelle

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus, à la différence de Boeing, ce "machin" s'il se fait sera multinational.... Comment ça se passera en interne au niveau des technologies "sensibles" et nationales, représentées par diverses structures internes implantées sur divers territoires? Déjà dans de telles organisations, ça se traduit par des bureaux et labos dont l'accès est régulé en interne, des échanges ponctuellement limités entre parties d'un même tout, l'impossibilité pour la direction de la boîte de fusionner tout ce qu'elle veut comme elle le veut.... Un machin géant comme ça aurait des centaines de complications internes de ce type; serait-ce si productif?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est deja le cas chez EADS... mon N+2 est anglais, je ne peux pas parler technique avec lui... juste gestion de projet et management...

Legislation sur la protection du patrimoine industriel francais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec une répartition 60% EADS et 60% BAE, BAE ferait une affaire en or !

Actuellement son CA est de 36% du nouvel ensemble et il est sûr que ce CA va méchamment baisser les prochaines années avec la stagnation voire la diminution des dépenses US.

Convertir +/-33% de volume en 40% d'actions et de pouvoir de décision, c'est une belle plus-value.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve très con cette fuite en avant vers le toujours plus gros: dans la nature c'est pas le plus gros qui gagne c'est le plus souple, et plus on est gros moins on est souple. Les groupes de plus petite taille sont obligés de se réinventer en permanence pour survivre et s'adapter, là on va avoir un dinosaure dont le seul stimulus sera la profitabilité à court terme.

...

J'espère qu'on maintiendra Dassault le plus loin possible de tout ça, il en va de l'intéret nationnal.

L'intérêt national, pour l'aéro, c'est d'avoir un avionneur capable de lancer des nouveaux projets avions/drones de dernière génération pour arriver à suivre les US/Chine/Russie à un coût raisonnable.

Dassault ne sied pas à cette définition car la taille critique (en terme de fonds propres et de nombres d'appareils ciblés) pour lancer des nouveaux projets aéro est la taille européenne : 3, 4, 5 ou plus de pays.

Pour en revenir à la fusion elle-même, il semble qu'EADS ait communiqué en avance de phase pour ne pas être devancé par des fuites.

40%/60% est un premier chiffre rond pour cibler le périmètre. 40% n'étant pas si éloigné des 36% du CA de BAE.

Par contre, ce qui peut porter à interrogation, ceux sont les activité terrestres et marine de BAE.

Les activités marine, je les verrais bien plutôt fusionner avec DCNS, ça serait plus cohérent.

Le défit du nouveau géant sera son organisation interne afin de garder une mise en oeuvre opérationnelle des programmes et d'éviter des fragmentations en services comme il existe chez BAE justement ou Thalès.

La plus-value pour EADS, outre le fait d'atteindre la taille critique européenne (à mon sens), c'est de bénéficier de l'implantation de BAE dans les pays anglo-saxons et donc avoir de meilleurs perspectives de développement à l'export : USA, Canada, Australie, RSA, ...

Je maintiens que si cette fusion se fait (même si il y aura des couleuvres à avaler de la perfide ...), les jours de DA seront comptés. ça ne voudra absolument pas dire la fin du Rafale ou des PEA en cours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Restera à fusionner vite fait DA-Thalès- Safran et Finmecannica , rien de moins.

Même si ce géant EADS-BAE a un sérieux risque de produire des monstres coûteux et moyennement performants, il bénéficiera de l'effet TINA : There Is No Alternative , comme Lockeed Martin (qui se porte très bien malgré le coût de ses productions).

Il asséchera les crédits disponibles et sera le seul à pouvoir suivre la course hi-tech avec les US, juste sur les budgets qu'il pourra agglomérer et les cerveaux disponibles (ainsi que des palettes de technologies variées, toutes en propriété interne).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,532
    Total Members
    1,550
    Most Online
    philippe chapleau
    Newest Member
    philippe chapleau
    Joined
  • Forum Statistics

    20,961
    Total Topics
    1,339,465
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries