Philippe Top-Force

SNA Suffren, SNLE et SSGN capacité française

Recommended Posts

Il y a un sonar d'évitement à l'avant du massif et un autre truc ... je sais plus trop ... un sonar d'interception je crois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici la vidéo "Naval News"

In article (plus ou moins) détaillé est sur le site aussi, mais je suis dans le train retour, et c'est galère sur le téléphone...

Un autre article by @PolluxDeltaSeven Sera également publié prochainement, avec focus sur la partie nucléaire et les versions export/conventionel (private joke 100,000 mots!) :biggrin:

 

Edited by xav
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, tom a dit :

partie arrière a l'air plus pixeliser

y a de cela aussi

Et donc positionnement du train d’attinage en dehors des zones anéchoïdes

19071308462217051.png

il y a 59 minutes, xav a dit :

Voici la vidéo "Naval News"

soit dit en passant V.M.L ayant été aussi directeur de projet SW2 et FREMM

Share this post


Link to post
Share on other sites

French Navy’s New Generation SSN ‘Suffren’ Launched by Naval Group
Video-French-Navys-New-Generation-SSN-Su

The Barracuda class SSN will have a 70-day autonomy (compared to 45 currently) and will be able to carry 50% more weapons than its predecessors (including the naval cruise missile, the future F21 heavy-weight torpedo and the SM 39 anti-ship missile).

For the first time thanks to the Suffren-class submarines, the French Navy will have a deep strike capability with MBDA’s naval cruise missiles (MdCN). The latest generation of SSN also allows the discreet deployment of special forces underwater, in particular thanks to its “divers hatch” and the optional carrying of a dry deck shelter (DDS) allowing for the deployment of underwater vehicles such as the new PSM3G swimmer delivery vehicle. Naval Group will build two DDS for the entire fleet. Fit checks for physical integration were already conducted last week with the Suffren.

...

Suffren is set to hit the water by the end of July 2019. It will start sea trials in the first quarter 2020. First around Cherbourg (where the first static diving will be conducted), then in Brest area (for deep diving tests) and finally in Toulon area (in the late summer/early fall of 2020) for tests of the weapon systems. Commissioning by the French Navy should take place in late 2020.


Deux autres vidéos inédites suivrons dans la semaine:
- Une avec une visite (virtuelle) du central operations
- Une autre sur les capacités de soutien aux forces spéciales du Suffren


https://www.navalnews.com/naval-news/2019/07/video-french-navys-new-generation-ssn-suffren-launched-by-naval-group/

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/07/2019 à 11:55, ARMEN56 a dit :

Il est beau ....puisse les essais bien se dérouler .....belle carrière à lui 

Un beau sous-marin est un sous-marin qui vole bie....euh... :blink:

Edited by TarpTent
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, TarpTent a dit :

Un beau sous-marin est un sous-marin qui vole bie....euh... :blink:

En pratique c'est un peu comme un dirigeable ... alors ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, g4lly a dit :

En pratique c'est un peu comme un dirigeable ... alors ...

ben oui ... évolution en trois dimensions, avec les contraintes liées à la flottabilité et à l'inertie de cette dernière ... la pression en plus

Ceux qui pratiquent la plongée (scaphandre autonome) savent je pense de quoi je parle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, TarpTent a dit :

Un beau sous-marin est un sous-marin qui vole bie.

Des similitudes sans doute …….ne dit on pas que le GTH ( grand tunnel hydrodynamique ) au Val de Reuil est une soufflerie liquide…Val de Reuil où sont testées les maquettes de soums

https://www.liberation.fr/sciences/2000/01/25/silence-on-tourne-bassin-geant-soufflerie-liquide-houle-artificielle-dans-le-secret-de-val-de-reuil-_313468

L’équilibre/pesée ( caisse de réglage/compensation ) du SOUM en plongée sont  toutefois liés aux contraintes du diagramme de Girousse, pas sûr que ce soit le cas pour la dynamique du vol .

Edited by ARMEN56

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, mgtstrategy a dit :

et un passage aux US: espion !!

Peut être à la MTA ( mission technique de l'armement ) de Washington

A une époque le passage par une MTA faisait partie je crois du cursus carrière des IA ( ingénieur de l'armement )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quels sont les critères qui ont mené à une endurance de la classe Suffren normée à 70 jours pour un équipage de 65 hommes?

  • Un compromis du à la place prévue pour les stocks alimentaires et autres provisions?
  • Un compromis du au manque d'espace de relaxe ou gym.
  • Par conséquent des deux compromis précédents, observation d'une fatigue psychologique de l'équipage dégradant les performances en mission/combat après 2 mois, donc peu d’intérêt à étaler la mission au delà.

En contraste, les SNA britanniques de la classe Astute sont données pour une endurance de 90 jours avec un équipage de 98 hommes, les SNA états-uniens de la classe Virginia pour une endurance de 100 jours avec une équipage de 135 hommes et les SNA russes de la classe Akula sont données pour une endurance de 100 jours pour un équipage entre 62 et 73 hommes selon les versions. Bref les sous-mariniers de nations rivales/alliées tiennent 1 mois plus que nos sous-mariniers avec presque le double d'équipage.

De mémoire, je crois avoir lu un article de Michel Goya (que je ne retrouve plus) analysant les performance au combat d'une unité ou division de la 2ème Guerre Mondiale ( ou je le confonds avec celui-ci sur le Vietnam), bref le roulement optimal revenait à 90 jours de déploiement. De plus le perfide Lindybeige , francophobe pop-history youtuber extraordinaire, parle également cette dégradation du moral et des performances au combat après 90 jours de déploiement ça part en sucette. D'ailleurs je viens de remarquer que le gros du combat de l'Opération Serval à duré 3 mois, janvier-mars 2013.

Alors dans un SNA ça doit être encore pire avec le sentiment d'enfermement, cycle jour/nuit artificiel, plus de nourriture fraîche au bout d'une semaine. Donc je me demande si une endurance de 90-100 jours ça fait joli sur le papier mais en réalité est jugée contre-productive par le FOST/ESNA même si on pouvait augmenter les stocks alimentaires pour durer autant?

Edited by Frencho

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Frencho a dit :

Quels sont les critères qui ont mené à une endurance de la classe Suffren normée à 70 jours

A mon avis, on s'est calé sur les patrouilles SNLE.. C'est un cycle en double équipage que l'on maîtrise;  Pour les comparaisons faudrait savoir les rythmes opérationnels des autres; combien de jours de mer  sur quel cycle, annuel bi annuel;18 mois, double équipage ou pas, etc...  A mon avis, pour y avoir passé quelques jours sous l'eau, 70 jours ça doit faire long... 

Edited by Fusilier

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Fusilier a dit :

A mon avis, on s'est calé sur les patrouilles SNLE.. C'est un cycle en double équipage que l'on maîtrise;  Pour les comparaisons faudrait savoir les rythmes opérationnels des autres; combien de jours de mer  sur quel cycle, annuel bi annuel;18 mois, double équipage ou pas, etc...  A mon avis, pour y avoir passé quelques jours sous l'eau, 70 jours ça doit faire long... 

En quoi le maintient d'une atmosphère respirable limite la durée en opération? On sait produire de l'O2 et du N2 a bord ... mais la séquestration du CO2 n'est elle plus chimique?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, g4lly a dit :

En quoi le maintient d'une atmosphère respirable limite la durée en opération? On sait produire de l'O2 et du N2 a bord ... mais la séquestration du CO2 n'est elle plus chimique?

Là je ne sais pas répondre.  Ceci dit, un SNA n'est pas soumis aux même contraintes de discrétion qu'un SNLE , sauf cas particulier. Il peut aller chercher de l'air frais via schnnorchel , quand il est immersion périscopique et même faire escale au cours d'une patrouille 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, Fusilier a dit :

Là je ne sais pas répondre.  Ceci dit, un SNA n'est pas soumis aux même contraintes de discrétion qu'un SNLE , sauf cas particulier. Il peut aller chercher de l'air frais via schnnorchel , quand il est immersion périscopique et même faire escale au cours d'une patrouille  

Vérification fait il existe des absorbeur de CO2 qu'on peut facilement régénérer par chauffage ...

https://en.wikipedia.org/wiki/Carbon_dioxide_scrubber#Regenerative_carbon_dioxide_removal_system

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,365
    Total Members
    1,132
    Most Online
    Kirpi2019
    Newest Member
    Kirpi2019
    Joined
  • Forum Statistics

    20,601
    Total Topics
    1,223,906
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries