Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Les forces spéciales américaines


Recommended Posts

  • 1 month later...

https://taskandpurpose.com/news/marsoc-marine-navy-cross-iraq-rescue

"Le sergent-chef Nicholas J. Jones, 29 ans, faisait partie de plus d'une douzaine de Marines d'opérations spéciales du 2e bataillon de Marines Raider qui accompagnaient les forces de sécurité irakiennes qui tentaient de "nettoyer les bunkers des grottes ennemies" dans les montagnes du nord de l'Irak le 8 mars 2020, lorsque son chef d'équipe, son chef d'équipe et un opérateur des forces spéciales françaises ont été blessés par une première salve de tirs nourris provenant de combattants "multiples et barricadés", selon la citation de la Navy Cross de Jones, qui vient juste après la Medal of Honor et reconnaît "l'héroïsme extraordinaire au combat"."

 

 

 

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Pour illustrer à quel point c'était chaud:

Citation

“The Daesh fighters popped out of one entrance and killed the two Americans. They dragged their bodies into the cave complex,” an Iraqi officer told The Los Angeles Times, using a disparaging term for the Islamic State. “It was a big firefight, one of the most intense we’ve faced in this period.”

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Les teasers de fou qu'on trouve dans les notes d'un article de l'USASOC... faut pas nous laisser comme ça sans nous en dire plus ! :pleurec:

Citation

31 COL Sully H. Fontaine, Official Military Personnel Record, National Personnel Record Center, St. Louis, MO, hereafter cited as Fontaine, OMPR; Fontaine interview 15 July 2008. 1LT Fontaine infiltrated into Communist Hungary during the 1956 revolution while ‘seconded’ to another U.S. Government (USG) agency. “Visiting’ his cousin, the French military attaché in Budapest, Fontaine discerned that the ‘freedom fighters’ were not ‘patriots.’ This was sufficient for COL Aaron Bank, Chief, Special Warfare Branch, G-3, USAREUR, to recommend that Special Forces not be sent into Hungary as advisors. Fontaine interview, 23 April 2009.

32 Fontaine interview, 23 April 2009.

33 SFC Stefan Mazak, Official Military Personnel Record, National Personnel Record Center, St. Louis, MO, hereafter cited as OMPR, Mazak; Fontaine interview, 23 April 2009; Lawson with Fontaine, Slaver’s Wheel, 27.

34 Fontaine, OMPR; Fontaine interviews, 15 and 22 July 2008, 29 July 2009, 4 and 11 August 2008, and 9 January 2018.

35 MAJ Albert V. Clement, Official Military Personnel Record, National Personnel Record Center, St Louis, MO, hereafter cited as Clement, OMPR.

36 Mazak, OMPR.

37 Fontaine interview, 22 September 2009; Specialist Five (SP5) Stefan Mazak served with 1LT Fontaine on a 10th SFG Mobile Training Team (MTT) to the 1st Bataillon de Chasseurs Parachutists at Calvi, Corsica, in early 1959. Mazak, who lived in France from 1932 to 1945, rose to the rank of corporal (CPL) in the French Forces of the Interior (FFI), 67th Infantry Battalion during World War II (March 1944-June 1945). He never served in the Foreign Legion. Captain (CPT) Albert V. Clement had been called ‘Jake’ since boyhood. He got the nickname, ‘Jake the Snake,’ not as a Jungle Warfare School Instructor in the Panama Canal Zone, but as the 77th SFG FB-1 Survival Demonstration Team leader. He handled ‘poisonous snakes’ at the Armed Forces Day demonstration in Washington, DC, in 1957. The team also gave their demonstration to an Army Security Agency officer class in Maryland and a Cub Scout troop at Fort Bragg. Clement never served in Panama nor attended the Jungle Warfare School TDY. Mazak, OMPR; Clement, OMPR.

https://arsof-history.org/articles/v14n1_congo_endnotes.html

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Les forces spéciales s'entraînent à défendre l'avant-poste radar stratégique des îles Aléoutiennes en cas de guerre totale.
Située juste aux portes de la Russie, Shemya abrite le radar Cobra Dane et un aérodrome stratégique qui serait une cible de choix en cas de conflit. 

Des opérateurs spéciaux affectés au Commandement des opérations spéciales Nord (SOCNORTH), dont des bérets verts de l'armée de terre du 10e groupe de forces spéciales, se sont déployés à Shemya pour l'exercice, s'entraînant à défendre l'île aux côtés des forces de sécurité sur place, ce qui a donné lieu à des images assez fascinantes. Il en résulte notamment des images d'équipes de plongeurs débarquant sur le rivage, de patrouilles itinérantes dans des buggys MRZR, et même le déploiement de systèmes portatifs de défense aérienne (MANPADS) FIM-92 Stinger pour contrer les menaces aériennes de niveau inférieur

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://www.thedrive.com/the-war-zone/42783/special-ops-train-to-defend-strategic-radar-outpost-in-the-aleutian-islands-during-all-out-war

Révélation

1634584524986-fbxcv_jvuaixqew.jpeg?quali

1634584542759-fb_0nx9veaed1yy.jpeg?quali

1634584556089-fb_0l56veae_oaa.jpeg?quali

1634584592212-fb_0nypuuaud70l.jpeg?quali

1634584612182-fbxcx3hvuaapwou.jpeg?quali

1634584577897-fbxccurviam3tup.jpeg?quali

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Les bérets verts affinent leurs compétences en matière de destruction des défenses aériennes ennemies pour un conflit de haute c'est intensité. Les soldats des forces spéciales de l'armée de terre ont détruit des défenses aériennes "ennemies", fouillé dans des silos à missiles factices et saboté un port simulé lors d'un récent exercice.

Les soldats des forces spéciales de l'armée américaine, plus communément appelés bérets verts, ont mis hors d'état de nuire des moyens simulés de défense aérienne de l'ennemi lors d'un récent exercice. Ils ont également saboté une installation portuaire fictive et recueilli des renseignements sur des copies de cibles stratégiques, telles que des sites radar et des silos à missiles. Cet entraînement montre comment l'ensemble de la communauté des opérations spéciales de l'armée américaine s'est recentrée sur la préparation au soutien de futurs conflits de plus grande envergure, y compris contre des adversaires potentiels de force égale tels que la Russie ou la Chine, après des décennies de missions antiterroristes de faible intensité.

Des éléments du 7e groupe de forces spéciales (aéroportées) de l'armée de terre ont effectué ces missions à l'appui des troupes conventionnelles de la 3e brigade de combat de la 101e division aéroportée, lors d'une récente rotation au centre d'entraînement interarmées (JRTC) de Fort Polk, en Louisiane. Il s'agit apparemment du même exercice qui, en septembre, a vu des troupes ennemies fictives - également connues sous le nom de force adverse (OPFOR) - utiliser pour la première fois des véhicules terrestres sans pilote armés de missiles et de mitrailleuses.

Le personnel du JRTC a également joué le rôle des forces partenaires locales travaillant avec les Bérets de Geren. Des soldats de l'armée britannique du 4e bataillon, The Rifles - une unité d'infanterie spécialisée - actuellement affectés à la brigade des opérations spéciales de ce service, ont également été rattachés à la force d'opérations spéciales américaine pour cet exercice.

"Cela reproduit vraiment ce que nous verrons dans les conflits futurs avec des partenaires multinationaux et nos alliés à l'étranger au combat", a déclaré le major Marshall McGurk, contrôleur/formateur principal des observateurs de la base opérationnelle avancée (AOB) du détachement d'entraînement aux opérations spéciales (SOTD) au JRTC, dans une vidéo sur l'exercice, vue ci-dessus, que l'armée a publiée.

Pour les Bérets verts, cet exercice au JRTC était "un peu différent de ce à quoi nous sommes habitués, car il se déroule sous les auspices du LSCO, c'est-à-dire des opérations de combat à grande échelle", a déclaré le sergent-major Afshin Aryana, de la compagnie A du 3e bataillon du 7e groupe de forces spéciales, dans sa propre interview vidéo. Le 7e groupe se concentre sur les opérations en Amérique latine et dans les Caraïbes, ce qui l'a amené à soutenir ses alliés et partenaires dans des missions de contre-insurrection et de lutte contre le trafic de drogue. Le groupe a également déployé des détachements à l'appui des opérations en Irak, ainsi que de la campagne récemment achevée en Afghanistan, à de multiples occasions au cours des 20 dernières années.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

la suite de l'article https://www.thedrive.com/the-war-zone/42848/green-berets-hone-their-destruction-of-enemy-air-defenses-skills-for-a-peer-conflict


 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 1 month later...

Après la polémique qui avait entouré la première femme officier ayant terminé le "Ranger Course" c'est la future première femme STO qui remet en lumière les passe droits probablement accordés au nom du politiquement correct: https://freebeacon.com/wp-content/uploads/2022/01/Air-Force-anonymous-memo.pdf?fbclid=IwAR2EzBJFVC2x347-XZkmcScZe8ju7oL4X9CVTQSDIzj-P76nCuNDdPkFkLw

Link to comment
Share on other sites

Vu l'attention qui a entouré l'arrivée des premières femmes dans certaines unités FR je ne doute guère de ce qui est rapporté. De plus c'est cohérent et crédible. Enfin pour qu'un gars ose faire une lettre publique de ce gabarit, avec noms et fonctions des impliqués...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 2 weeks later...

Les forces spéciales US viennent de faire un remake du raid chez le Bagdadi en trucidant son successeur, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi.

A Atmeh, à moins de 25 bornes de là où ils ont trouvé le Bagdadi en son temps, et à un jet de pierre de la frontière turque... je dis ça je dis rien.

Un hélico perdu pour raisons techniques et détruit par précaution, les bouts de dérive et profondeur qui restent m'ont l'air d'être ceux d'un H-60 pas furtif.

Edit : un article de Jack Murphy https://www.audacy.com/connectingvets/news/delta-force-raid-strikes-isis-leader-in-idlib-syria

Révélation

Delta Force strikes ISIS leader in Syria as surface-to-air fire forces helicopter landing

By Jack Murphy
Connecting Vets
an hour ago

As the 82nd Airborne Division's Immediate Response Force spun up at Fort Bragg to deploy paratroopers to Romania and Poland, a smaller clandestine force quietly deployed for a separate mission.

A squadron of Delta Force operators flew out of Fort Bragg but headed to Syria to take out ISIS leader Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi.

Joint Special Operations Command (JSOC) mission planners had been watching al-Qurayshi for some time, according to a military official speaking to Connecting Vets on the condition of anonymity due to the classified nature of his work.

While looking at the target area in Idlib province, a hotbed of ISIS activity for many years, they assessed the risk to U.S. military forces as being low during the raid.

At the same time, ISIS was in the process of trying to reorganize at the tactical level after suffering one crushing defeat after another under the combined pressure of American, Kurdish, Russian, Iranian, and Syrian military forces. Striking al-Qurayshi and taking him out of the equation kept ISIS on its heels organizationally and put them into a state of chaos according to the military official.

Delta operators landed near the objective area in the early morning hours of Feb. 3, with local nationals quickly reporting on social media that there was increased air traffic in the area as helicopters, drones, and other air support circled overhead.

The ground force commander initiated what is known as a "tactical call out." With the target structure surrounded, al-Qurayshi and his followers were instructed over a bullhorn to lay down their weapons and surrender themselves. Instead, al-Qurayshi detonated a suicide vest which partially collapsed the building and killed a number of civilians inside.

Meanwhile, with the tactical call-out portion of the mission taking nearly 45 minutes, one of the Black Hawk helicopters circling the objective area began taking surface-to-air fire and suffering mechanical problems. The pilots safely landed, and the decision was made to destroy the aircraft in place with an airstrike after the pilots and crew cross-loaded onto another aircraft.

All U.S. personnel were reported to have returned to base without injury.

"Last night at my direction, U.S. military forces in northwest Syria successfully undertook a counterterrorism operation to protect the American people and our Allies, and make the world a safer place," President Biden said announcing the raid in a prepared statement. "Thanks to the skill and bravery of our Armed Forces, we have taken off the battlefield Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi—the leader of ISIS."

Reach Jack Murphy: jack@connectingvets.com or @JackMurphyRGR.

 

Edited by Rob1
Link to comment
Share on other sites

A voir les détails qui ressortiront mais cela a une bonne tête de mission échoué en fait. On parle de deux heures d'échange de tirs avec soutien des hélicoptères pour globalement aboutir à la mort de tous les occupants de la maison y compris les femmes et les enfants, tout l'étage ayant été soufflé par disent-il le suicide par explosif de la cible. Autant bombardé directement la maison Obama-style. Biden a fait dans la foulée une conférence de presse de type "Mission accomplished".

 

Link to comment
Share on other sites

Heu, le but était de chopper le gars mort ou vif, ils l'ont eu mort, je ne vois pas comment on peut parler d'un échec. Ou alors que dire du raid contre Oussama et celui contre le Bagdadi ?

Tous (je n'ai pas vérifié) les occupants morts, mais ca c'est lié au profil de l'adversaire.

Quant au mode opératoire, un bombardement ne t'apporte pas d'échantillon ADN (ou autre) pour confirmer l'identité de la cible. Ni ses papiers ou ses mémoires informatiques.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Deres a dit :

A voir les détails qui ressortiront mais cela a une bonne tête de mission échoué en fait.

Les mecs qui arrivent et font prisonnier tout le monde en échangeant trois coups de feu, c'est dans les films.

Demande aux mecs du Raid à Toulouse comment ça se passe contre un seul défenseur fanatisé. Alors imagine le chef de Daesh. Il est évident que tu ne le prendras jamais vivant.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Oui, c'est vrai que je me disais surtout que le but d'utiliser des commandos était d'éviter les dommages collatéraux inhérents à un bombardement, donc cela aurait été un demi-échec même si la cible a été éliminée. Mais si le but est d'avoir de l'ADN/photos des corps pour confirmer le "kill" cela peut se tenir comme stratégie. En tout cas, je ne pense pas que le plan initial idéal impliquait deux heures d'échanges de tir avec soutien d'hélicoptères mais plutôt une action rapide basée sur la surprise. Après, ce sont des professionnels donc ils ont justement prévus le cas où la surprise échoue et où il faut passer en force. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Non, ils ont encerclé la baraque et demandé au porte-voix à ceux qui voulaient se rendre de sortir. Donc pas de surprise pour les résidents. L'appel permet de faire un certain tri : tout le monde sort, et c'est plutôt bon signe, ou seuls les femmes et les enfants sortent, voir personne, et là t'es sûr qu'il y a un loup... tu évites de passer par la porte, tu envoie le chien seul en reco, ou tu sors direct les trucs qui font boum (tu leur a donné leur chance avant).

On l'a un peu oublié, mais les FS américaines ont déjà connu des maisons bunkerisées ou piégées à l'époque d'al Qaïda en Irak, vers 2005.

Et apparemment, c'était le cas ici aussi :

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 01/11/2018 à 18:41, Rob1 a dit :

Panama

A Squadron pour la libération de Kurt Muse (déduction du fait qu'il était commandé par le lieutenant-colonel Eldon Bargewell

Je viens de me rendre compte que j'ai dû me tromper sur Bargewell... comme, selon le livre Never Surrender, il était lieutenant-colonel lors de Just Cause et qu'il commandait l'élément chargé de l'assaut de la prison, j'ai cru que cela impliquait qu'il commandait l'escadron. Mais maintenant, j'ai l'impression de m'être trompé. Comme il a été deux fois commandant d'escadron, dont lors des années 1986 (https://eldonbargewell.org/stories/) et 1991, il est possible qu'il était entre ces deux commandements successifs, donc à un autre poste, tout en étant lieutenant-colonel, lors de l'invasion du Panama (1989).

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Le 13/05/2018 à 00:27, Rob1 a dit :

Par contre, je n'ai pas trouvé trace d'une histoire des AC-130 gunships que le magazine Air Commando annonçait il y a déjà plusieurs années.

L'arlésienne a fini par arriver, le premier tome (1968-1975) est sorti et le deuxième devrait suivre : https://www.simonandschuster.com/series/Ghostriders

Hélas ce dernier s'arrête à 1995...

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Un pararescueman est décoré pour avoir traité sous le feu ennemi quatre blessés lors d'une opération : https://taskandpurpose.com/news/air-force-cory-haggett-silver-star/

La date et la région permet de dire que c'était le raid de janvier 2017 au Yémen, tôt dans l'administration Trump, qui avait vu la mort du SEAL Ryan Owens.

Du coup ca permet d'avoir quelques détails sur l'opé... plusieurs blessés sérieux. Curieusement pour une opé du SEAL Team Six, le pararescueman n'était pas du 24th Special Tactics Squadron mais du 23rd.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://soldat-und-technik.de/2022/05/bewaffnung/31657/spike-nlos-ussocom/

Les forces spéciales américaines reçoivent les premiers missiles Spike-NLOS

Le commandement des forces spéciales américaines (USSOCOM) a reçu les premiers systèmes de missiles Spike Non-Line-of-Sight (NLOS) intégrés sur le véhicule tactique léger interarmées (JLTV) d'Oshkosh. C'est ce qu'a annoncé récemment Lockheed Martin dans un communiqué. L'entreprise américaine a conclu en 2012 un partenariat avec le groupe de défense israélien Rafael Advanced Defense Systems - le concepteur et producteur du Spike NLOS - afin de commercialiser le système d'armes aux États-Unis.

Le Spike NLOS est un système de missile polyvalent électro-optique à infrarouge. Son moteur-fusée permet une portée de combat de plus de 32 kilomètres, ce qui permet de combattre avec précision des cibles hors de portée de vue. Outre le mode d'utilisation sur véhicule, le missile est actuellement utilisé par les forces armées américaines comme armement intérimaire pour l'hélicoptère d'attaque Apache.

Le progrès technique permet désormais d'équiper même les forces d'infanterie légère et les forces spéciales de moyens d'action performants et de leur permettre d'atteindre des distances d'action autrefois réservées à l'artillerie. Le Spike NLOS en est le meilleur exemple. Lockheed Martin indique que le Spike NLOS peut être monté directement sur presque tous les véhicules dotés d'une interface de palette standard en moins de 20 minutes grâce au dispositif de lancement télécommandé mis au point par l'entreprise américaine, sans qu'il soit nécessaire de modifier le véhicule.

Outre les forces armées américaines, le système d'armes pourrait également susciter l'intérêt de l'armée allemande en tant que moyen d'action potentiel pour la nouvelle catégorie de forces visée, les "forces moyennes".

Le système est disponible sur le marché et une coopération avec un partenaire allemand existe déjà. Diehl Defence et Rafael ont conclu en 2020 un accord de coopération pour la commercialisation et la production du Spike NLOS pour le marché allemand. Les représentants de Diehl Defence sont convaincus que le Spike NLOS est un moyen d'action approprié pour permettre aux forces moyennes de mener une lutte précise et efficace contre des cibles spécifiques sur de longues distances. Ce moyen d'action permettrait par exemple aux forces de combattre des chars de combat ennemis bien au-delà de leur propre portée d'action.

Un missile Spike NLOS pèse un peu plus de 70 kg, en fonction de la version de l'ogive (trois versions d'ogives différentes sont disponibles : HEAT = high explosive anti tank, Frag, PBF = Penetration blast fragmentation). Le Spike NLOS dispose d'une capacité Sensor-to-Shooter et est généralement tiré sur une cible identifiée au préalable. Grâce à la capacité Man-in-the-Loop - la commande s'effectue via une liaison de données radio en raison de la distance de combat - le tireur a à tout moment la possibilité de corriger le point d'impact, de changer de cible ou d'interrompre la mission si les conditions changent. Le système possède une capacité de vision jour/nuit et a en outre la possibilité d'agir au moyen d'un laser semi-actif (SAL) sur une cible éclairée par des marqueurs de cible laser.

Le poids d'une plateforme d'armement comprenant quatre lanceurs avec leurs missiles, deux missiles de réserve, un générateur de courant et une antenne radio avec mât rétractable est d'environ une tonne. Cela permet d'intégrer le système d'armes sur des plateformes 4×4 plus légères, comme un Polaris Dagor, un Enok ou un Defenture Vector.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

spacer.png

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,800
    Total Members
    1,550
    Most Online
    FredX
    Newest Member
    FredX
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...