Sign in to follow this  
aigle

WAR 80 (air et transmissions)

Recommended Posts

Et non, l'ALAT russe ne se rattaché à l'armée de terre quand 2014 ou 2015, voir la revue DSI consacré à l'armée russe (enfouie sous une tonne de mag, je n'arrive pas y mettre la main..)

Marrant ca parceque en fouinant un peu il se trouve que les unités indépendantes d'helicoptères (rattachées jusque là  à l'armée de Terre) ont été basculées sur l'Armée de l'Air et ça seulement en 2003 (dixit wiki : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_regiments_of_the_Russian_Air_Force )

Font le chemin en sens inverse ?

rectification : ils semblent regulièrement faire des aller retour entre les 2 structures

Par exemple si on prend le 280th regiment il fait partie de l'armée de l'air entre 46 et 56 puis de l'armée (dans une unité combiné) entre 80 et 88

http://www.ww2.dk/new/air%20force/regiment/ovp/280ovp.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites

En faite la doctrine russe ne réfléchit pas en composante matérielle mais en moyen d'action

Les hélico destiné a l appuie sont gérer par l'armée de l'air.La logistique par la composante terre.Et certaines branche sont autonomes comme les troupes aéroportés

Apres  les appareils type mil mi 24 sont dans les différentes armes car ils servent aussi de transport de troupe

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous de vos contributions. je précise que j'écartais l'emploi (précoce) des armes nucléaires - mais j'aurais du préciser qu'elles existaient encore et que leur destruction préventive aurait pu (et du) faire partie des plans des deux camps en vue d'empêcher leur emploi dan sun second temps.

Je déduis des échanges qui précèdent qu'en cas d'offensive faisant suite à uen période de tensions et de montée en puissance parallèle des deux blocs, l'aviation soviétique aurait eu du mal dans le ciel ouest-allemand ce qui aurait permis aux aviations alliées d'appuyer avec une relative efficacité la défense terrestre et de laisser le ciel français à peu près clair d'ennemi et le sol français à peu près intact.

Cela laissait au pacte deux options : soit effectuer très tôt des frappes chimiques avec missiles balistiques de portée intermédiaire. D'où de nouvelles questions : sont ils suffisamment nombreux ?précis? assez efficaces pour bloquer le fonctionnement d'une base aérienne plusieurs heures ou quelques jours ?

Soit utiliser des forces spéciales pour saboter les forces aériennes : spetznaz infiltrés avant la guerre (le parachutage en masse me semble peu crédible), terroristes divers (éventuellement des communistes français), ...

Pour les transmissions : je veux bien qu'un escadron d'AMX30 puisse manoeuvrer au fanion (comme en mai 40) - mais je m'inquiète plus des communications stratégiques. Comme l'état major de l'armée de l'air aurait il pu communiquer avec ses escadres ? comment les cibles repérées par les reco françaises ou alliées auraient elles pu être communiquées à la FATAC ? par estafette ?

En revanche en cas d'attaque sans préavis, le pacte n'avait il pas les moyens de

- effectuer une première frappe sur les cibles prioritaires (défense anti aérienne et bases aériennes alliées en RFA) avec les unités stationnées en RDA en temps de paix

- faire venir des renforts aériens massifs en quelques heures vers la RDA et la Tchécoslovaquie pour doubler la première frappe puis élargir les cibles vers le Benelux et la France

- compléter le tout par l'emploi des gaz ?

ce scénario sous estime peut-être les capacités de renseignement de l'OTAN? mais depuis 1942, les soviétiques étaient les maitres du camouflage non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

...

Je déduis des échanges qui précèdent qu'en cas d'offensive faisant suite à uen période de tensions et de montée en puissance parallèle des deux blocs, l'aviation soviétique aurait eu du mal dans le ciel ouest-allemand ce qui aurait permis aux aviations alliées d'appuyer avec une relative efficacité la défense terrestre et de laisser le ciel français à peu près clair d'ennemi et le sol français à peu près intact.

...

Ce n’est pas ce que j’ai compris des interventions. Certes, le ciel français aurait été laissé indemne or quelques incursions ou frappes de natures stratégiques, pour de simple question d’allonge ; mais même surclassé, l’aviation du Pacte aurait représenté une gêne considérable pour son adversaire de l’Ouest, ne serai-ce que par l’effet de masse, et en  ne considérant qu’elle ne servent que de cibles, c’est amplement suffisant pour distraire l’aviation otaniènne de sa mission de soutient des manœuvres au sol  - ce dont les soviétiques sont bien moins dépendant.

Ça, plus ce que l’on sait désormais sur l’efficacité de l’Air Power qui montre que le temps qu’elle face effet est assez long, pourtant dans un environnement plutôt sure et avec une écrasante supériorité numérique, enfin le temps que métreraient les renforts US à arriver - pour peu que leur convoyage ne soit pas gêné au-dessus de l’atlantique ; et bien, de mon point de vue l’Air Land Battle aurait été caduque, et la contribution des forces aériennes le premiers jours/semaines les plus décisives plutôt négligeable.

Cela laissait au pacte deux options : soit effectuer très tôt des frappes chimiques avec missiles balistiques de portée intermédiaire. D'où de nouvelles questions : sont ils suffisamment nombreux ?précis? assez efficaces pour bloquer le fonctionnement d'une base aérienne plusieurs heures ou quelques jours ?

Soit utiliser des forces spéciales pour saboter les forces aériennes : spetznaz infiltrés avant la guerre (le parachutage en masse me semble peu crédible), terroristes divers (éventuellement des communistes français), ...

Le Pacte aurait certainement mis en œuvre des méthodes pour contrer la supériorité aérienne de l’Otan par des méthodes « asymétrique » par l’attaque à l’artillerie sol-sol longue portée des aérodromes, ainsi que des sabotages, sans parler des méthodes de brouillages et de déceptions. Leur avantage et le très faible préavis donné à l’un par le lancement balistique, à l’autre, la facilité à mobiliser/déployer des forces spéciales. je pense que ces moyens auraient fait leur petit effets, avec ou sans monté progressive de la crise. mais si quelqu'un peu donner plus de détail, qu'il se manifeste...c'est un point intéressant à discuter.

...

Pour les transmissions : je veux bien qu'un escadron d'AMX30 puisse manoeuvrer au fanion (comme en mai 40) - mais je m'inquiète plus des communications stratégiques. Comme l'état major de l'armée de l'air aurait il pu communiquer avec ses escadres ? comment les cibles repérées par les reco françaises ou alliées auraient elles pu être communiquées à la FATAC ? par estafette ?

...

Dans une configuration statique, et à condition d’avoir le temps d’appréhender le terrain et de le préparer un peu, ces techniques plutôt rustiques auraient été valable dans le cadre de hérissons strictement défensif ; à terme ils auraient été condamné mais ils auraient fait payer chèrement leur peau. je suppose que cette fixité s’accommode mieux de communication difficile, et paradoxalement plus "manœuvrable" stratégiquement :lol:. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela laissait au pacte deux options : soit effectuer très tôt des frappes chimiques avec missiles balistiques de portée intermédiaire. D'où de nouvelles questions : sont ils suffisamment nombreux ?précis? assez efficaces pour bloquer le fonctionnement d'une base aérienne plusieurs heures ou quelques jours ?

Soit utiliser des forces spéciales pour saboter les forces aériennes : spetznaz infiltrés avant la guerre (le parachutage en masse me semble peu crédible), terroristes divers (éventuellement des communistes français), ...

Les 2 auraient été utilisées

Attaques de spetnaz soit cellules dormantes, soit opérations de type FS sur les arrières de l'ennemi

Quant au chimique avec des produits persistants ou semi persistants (VX, gaz moutarde et agent 15) ca permet d'inactiver les fonctions et/ou de ralentir les fonctions d'une base aérienne pendant longtemps (evacuation des blessés et des morts, decontamination des avions, des infrastructures notamment les hangars ou peuvent se concentrer les agents et personnel en MOPIV donc perdant 30 à 40% de son efficacité, augmentant la fatigue donc le turn over et les erreurs de manipulation ou d'appreciation)

ainsi le VX a une demi vie de 350 jours à 25°C

Le gaz moutarde c'est different, il se decompose assez vite (16 min de demi vie) mais en composés aussi toxiques voire plus (dont des dioxines) qui eux ont une durée de vie longue

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les Spetsnaz, n'oubliez pas qu'il s'agissait essentiellement de conscrits faisant juste deux ans de service militaire et n'ayant jamais mis les pieds à l'ouest.

Je crois que c'est Viktor Suvorov (de son vrai nom Vladimir Rezun) a balancé cette histoire de Spetsnaz super-commandos parlant douze langues et ayant son propre réseau d'agents dormants à l'Ouest... C'était peut-être vrai (dans une certaine mesure) au KGB, mais certainement pas dans les Spetsnaz de l'armée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement il faut distinguer les spetznazs de l'armée, des paras ou de la marine qui sont des unités d'élites, parfois de type FS (mais plus orientées 75th ranger que delta force). Bien qu'ils n'aient pas démérité en Afghanistan, il parait difficile qu'ils soient capables de mener des opérations d'infiltration commandos en civil à l'Ouest. Par contre des opérations coup de poing (mais de type militaire) sont tout à fait théoriquement possible, plus difficiles en pratiques.

A coté de ça y'a les unités spéciales du KGB, MVD qui elles sont des unités d'actions en profondeur, faites pour l'infiltration à l'ouest

(de même que des unités identiques chez les allemands de l'est et les autres alliés du PV. Avec l'avantage pour les Est allemands de ressembler fortement aux nationaux ouest allemands)

Ne pas oublier que même si ces elements sont peu nombreux en regard de l'Orbat du PAVA ca fait quand même pas mal de personnes au final

Quant aux elements dormants ils auraient été probablement encore moins nombreux (mais si on se fie à ce qui existe en Corée du Nord, système militaire basé sur le PAVA, cela devait exister quand même, peut etre à doses homéopathiques mais néanmoins réelles)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,388
    Total Members
    1,178
    Most Online
    SLT
    Newest Member
    SLT
    Joined
  • Forum Statistics

    20,666
    Total Topics
    1,237,447
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries