Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

P4
 Share

Recommended Posts

Mouais.... ca ressemble tellement au feuilleton EADS.... et autres... Vu qu on a pas un sou et qu on peut plus rien faire tout seul, on est obligé de se taper nos partenaires... qui forcement, en profite, et pillent la ou ils ont besoin. 

 

OBH et Gallileo sont de hautes realisations allemandes, ca marche super bien.  :'(

Link to comment
Share on other sites

Mouais.... ca ressemble tellement au feuilleton EADS.... et autres... Vu qu on a pas un sou et qu on peut plus rien faire tout seul, on est obligé de se taper nos partenaires... qui forcement, en profite, et pillent la ou ils ont besoin. 

 

OBH et Gallileo sont de hautes realisations allemandes, ca marche super bien.  :'(

Galiléo ca devrait être pas mal malgré l'induction forcée contre les anglais d'un signal militaire et le sauvetage d'OBH par des compagnies compétentes...

Déjà, Galiléo apporte une certification pro/indu etc. que le GPS n'apporte pas.

Ensuite ca a été le plus grand bras d'honneur à la politique US des 20 dernières années (le signal mlitaire)

Link to comment
Share on other sites

 

Ils sont rigolo les allemands : la seul condition non négociable est la soutenabilité financière du projet, mais qui ne peut être objectivement déterminée car dépendante d’un marché (toujours selon eux) nébuleux ! Ou comment passer pour les plus raisonnables tout en se ménageant la possibilité de faire du chantage, avec une menace à peine voilé de faire dérailler le projet.

 

Rappelez-moi qui a gagné la deuxième guerre mondiale ? O0

Link to comment
Share on other sites

C'est vrai que A6 n'est pas flexible et sera probablement assez chère, mais que propose-il comme solution, en moins cher et plus flexible ?

 

Woerner outlined a follow-on Ariane launcher more heavily based on the Ariane 5 ME, with a liquid-fueled core stage with a Vulcain engine like the existing Ariane 5.

"Our intention is to use even more of the heritage, meaning also the main engine -- the Vulcain engine -- to use it for a future launcher," Woerner said. "Our perspective is cheaper, faster, and also more flexible for the future. We don't know what the satellite market will be like in 10 years' time. We don't know, so we better be flexible."

Such an "evolved" Ariane launcher could be augmented by strap-on solid rocket motors smaller than the large boosters used on Ariane 5 today, and Woerner said engineers could tailor the rocket with the correct number of boosters to lift a specific payload.

...

"We would propose to have a liquid first stage, maybe with some solid boosters, and then to have an upper stage with liquid propulsion"

 

http://www.spaceflightnow.com/news/n1403/27ariane6/

 

Bref, une nouvelle A4 avec des bouts d'A5. Une solution plus flexible certes, mais qui n'a absolument aucune chance d'être moins chère.

Edited by Carl
Link to comment
Share on other sites

En même temps c’est un peu vague ces histoires de flexibilité. De quoi est-il question exactement ? Et est-ce si handicapant que ça commercialement et pas plutôt un avantage que d’avoir un lanceur optimisé pour avoir l’offre économique la plus cadré possible ?

 

L’idée allemande de modularité tout azimut, je la sens moyen et la voie comme un facteur d’explosion des couts.

Link to comment
Share on other sites

En même temps c’est un peu vague ces histoires de flexibilité. De quoi est-il question exactement ? Et est-ce si handicapant que ça commercialement et pas plutôt un avantage que d’avoir un lanceur optimisé pour avoir l’offre économique la plus cadré possible ?

 

L’idée allemande de modularité tout azimut, je la sens moyen et la voie comme un facteur d’explosion des couts.

Le seul truc que je comprends pas avec Ariane6 c'est que visiblement il y aurait seulement une seul config. Hors le premier étagé aurait permit justement un peu plus de flexibilité de ce coté en jouant sur le nombre de booster.

 

Coté allemand j'ai encore l'impression qu'il ne font que mettre en avant leur absence de stratégie industrielle dans ce domaine. Ca fait penser un peu à la défense. Ils râlent ne proposent rien de concret... bref.

On peut faire le parallèle avec Vega ou ils ne se sont pas investit dans le programme et maintenant que ça tourne bien ils se ramènent pour faire un dernière étage...

Link to comment
Share on other sites

En même temps c’est un peu vague ces histoires de flexibilité. De quoi est-il question exactement ? Et est-ce si handicapant que ça commercialement et pas plutôt un avantage que d’avoir un lanceur optimisé pour avoir l’offre économique la plus cadré possible ?

 

L’idée allemande de modularité tout azimut, je la sens moyen et la voie comme un facteur d’explosion des couts.

Il me semble avoir lu à plusieurs reprises dans le passé que les petits boosters d'appoint optionnels engendrent des gros surcouts. Il doit très probablement être plus économique de lancer toujours la même fusée même lorsqu'elle celle-ci est trop puissante pour sa charge.

 

Le seul truc que je comprends pas avec Ariane6 c'est que visiblement il y aurait seulement une seul config. Hors le premier étagé aurait permit justement un peu plus de flexibilité de ce coté en jouant sur le nombre de booster.

On pourrait en théorie avoir une solution à la fois très modulable et low cost avec au 1er étage 1,2,3 ou 4 moteurs solides identique, plus encore le même au 2eme, mais en pratique, peut-être que :

- 2 ou 4 moteurs impliquent une fusée bipode ou quadripode avec une pièce particulière trop couteuse pour faire la jonction/séparation

- 1 seul moteur au 1er étage est simple mais réduit trop les performances et change trop le vol

- ne reste que la solution à 3 moteurs, et c'est moins cher et plus simple en ligne que en tripode

- c'est sans doute aussi plus simple et moins cher de lancer toujours la même fusée.

Edited by Carl
Link to comment
Share on other sites

Il me semble avoir lu à plusieurs reprises dans le passé que les petits boosters d'appoint optionnels engendrent des gros surcouts. Il doit très probablement être plus économique de lancer toujours la même fusée même lorsqu'elle celle-ci est trop puissante pour sa charge.

...

 

J’ai songé au lanceur surdimensionné, mais ça implique d’abandonner la filère actuelle au profit d’une autre au kérosène et qui reste à  développer.  

 

Je crois bien que ce qui a été proposé comme configuration est le maximum qui puissent être fait en terme de réduction des couts en recyclant l’existant.

Edited by Shorr kan
Link to comment
Share on other sites

   Ils auraient pas eu + vite fait de se diriger vers un lanceur au design Ares 1 like avec un booster a poudre + fin que le second étage ...

 

 Permettant alors de recycler les boosters d'A5 ... D'autant que 1 booster d'A5 en vaut bien 3 de ceux prévus pour l'instant me semble

 

 

    Ou alors une saucisse fortement asymétrique avec un mono-booster sur le coté =D  Ben quoi ? Le train spatial de la navette n'était il pas une bonne preuve que l'asymétrie est envisageable sur un lanceur avec la navette sur le dos de l'étage principal ? (D'autant que la navette servait elle aussi de booster mais pas a poudre lui, avec ses moteurs en marche ...)

 

    Je sais que ça fait très idée a la con destinée a finir en pétard sur patte ... Mais pas si fou si on y regarde de + près, un lanceur n'a aucune obligation d'être symétrique ... Et ce même en poussée !

Link to comment
Share on other sites

   Ils auraient pas eu + vite fait de se diriger vers un lanceur au design Ares 1 like avec un booster a poudre + fin que le second étage ...

 

 Permettant alors de recycler les boosters d'A5 ... D'autant que 1 booster d'A5 en vaut bien 3 de ceux prévus pour l'instant me semble

 

 

    Ou alors une saucisse fortement asymétrique avec un mono-booster sur le coté =D  Ben quoi ? Le train spatial de la navette n'était il pas une bonne preuve que l'asymétrie est envisageable sur un lanceur avec la navette sur le dos de l'étage principal ? (D'autant que la navette servait elle aussi de booster mais pas a poudre lui, avec ses moteurs en marche ...)

 

    Je sais que ça fait très idée a la con destinée a finir en pétard sur patte ... Mais pas si fou si on y regarde de + près, un lanceur n'a aucune obligation d'être symétrique ... Et ce même en poussée !

Oui enfin ça apporte pas grand sauf à vouloir se compliquer la vie :p

De plus il n'est pas question de recycler les vieux éléments d'A5 pour gagner du poids et faire des économies.

Link to comment
Share on other sites

  Seul le recyclage des nouveaux éléments qui vont arriver avec ME est autorisé ? Car c'est un peu con ... Les boosters a poudre d'A5 ont certes bien 15 ans de carrière derrière eux

 

 Mais seraient je pense parfaitement valable encore en 2025 pour une carrière puis les remplacer par d'autres next gen pour diluer les couts sur le temps en cour de carrière du lanceur

 

   D'autant + qu'il me semble qu'au niveau chaine industrielle, ils sont différent de l'étage principal d'A5 qui lui ne peut pas aller au de la de 6/an ...

 

  La chaine industrielle des Boosters peut probablement aller bien + loin que 12 a 14/an :  Au moins 20 ...

Edited by alpacks
Link to comment
Share on other sites

  Seul le recyclage des nouveaux éléments qui vont arriver avec ME est autorisé ? Car c'est un peu con ... Les boosters a poudre d'A5 ont certes bien 15 ans de carrière derrière eux

 

 Mais seraient je pense parfaitement valable encore en 2025 pour une carrière puis les remplacer par d'autres next gen pour diluer les couts sur le temps en cour de carrière du lanceur

 

   D'autant + qu'il me semble qu'au niveau chaine industrielle, ils sont différent de l'étage principal d'A5 qui lui ne peut pas aller au de la de 6/an ...

 

  La chaine industrielle des Boosters peut probablement aller bien + loin que 12 a 14/an :  Au moins 20 ...

Oui enfin 15 ans t'es gentil =D . Ils sont aussi vieux que le programme ariane5 qui a été lancé en 1987 et donc le premier vol a eu lieu en 1996... Du coup leur conception doit bien avoir 20 ans d'age minimum et en aura 30 en 2025.

Du coup c'est surement tout le booster qu'ils doivent reprendre : Matériaux utilisés, Design, Industrialisation, etc. Bref autant en faire un nouveau.

Link to comment
Share on other sites

Oui enfin 15 ans t'es gentil =D . Ils sont aussi vieux que le programme ariane5 qui a été lancé en 1987 et donc le premier vol a eu lieu en 1996... Du coup leur conception doit bien avoir 20 ans d'age minimum et en aura 30 en 2025.

Du coup c'est surement tout le booster qu'ils doivent reprendre : Matériaux utilisés, Design, Industrialisation, etc. Bref autant en faire un nouveau.

 

 

    Dans ce cas la, s'ils étaient un peu moins idiots ... Et qu'il y a besoin de boosters modernisés dans tout les domaines, autant en développer de nouveaux pour A5ME dont se serviraient tout autant A6 en s'adaptant a leur design, format, masse et puissance ... Et ainsi avoir un booster moderne commun au 2 lanceurs ...

 

    A croire que nos décideurs européens a ce niveau n'ont guère l'esprit "pratique" ...

Link to comment
Share on other sites

    Dans ce cas la, s'ils étaient un peu moins idiots ... Et qu'il y a besoin de boosters modernisés dans tout les domaines, autant en développer de nouveaux pour A5ME dont se serviraient tout autant A6 en s'adaptant a leur design, format, masse et puissance ... Et ainsi avoir un booster moderne commun au 2 lanceurs ...

 

    A croire que nos décideurs européens a ce niveau n'ont guère l'esprit "pratique" ...

Après j'ai du mal a voir l’intérêt de développer un truc pour A5 a partir du moment ou A6 doit la remplacer. Maintenant les booster d'A6 pourraient être installe sur A5 en les mettant par 4 plutôt que par deux.

Link to comment
Share on other sites

une autre solution serai de moderniser les booster d'A5 pour A5ME et sur A6, au lieu des 3 boosters ridicules tu groupe deux boosters d'A5 ensemble, et la si tu a 5 lancement A5 et 6/7 lancements A6 par ans, tu arrive a une production de 22/24 boosters par ans, ce qui revient au rythme de production classique d'un avion de chasse actuellement qui est optimisé (n'oublions pas que la production du rafale est passé de 22/an a 11/an sans augmentation de cout)

Link to comment
Share on other sites

une autre solution serai de moderniser les booster d'A5 pour A5ME et sur A6, au lieu des 3 boosters ridicules tu groupe deux boosters d'A5 ensemble, et la si tu a 5 lancement A5 et 6/7 lancements A6 par ans, tu arrive a une production de 22/24 boosters par ans, ce qui revient au rythme de production classique d'un avion de chasse actuellement qui est optimisé (n'oublions pas que la production du rafale est passé de 22/an a 11/an sans augmentation de cout)

Le soucis c'est que tu gardes un rythme relativement lent pour l'etage central d'A5.  avec 15 lancements d'A6 par ans tu à 4x16 booster à fabriquer soit 64. Et si à terme ils arrivent à l'intégrer sur Vega ça rajoute 3 à 6 booster en plus par ans (1 par fusée Vega) ce qui passe à presque 70. Même si j'aimerais bien qu'on arrive à terme à garder une A5 boosté pour des lancements lourds + A6 moyenne et Vega en petit lanceur, je suis pas sur que ça tienne la route.

Link to comment
Share on other sites

Après j'ai du mal a voir l’intérêt de développer un truc pour A5 a partir du moment ou A6 doit la remplacer. Maintenant les booster d'A6 pourraient être installe sur A5 en les mettant par 4 plutôt que par deux.

 

 

    Si tu pars sur le principe qu'A6 doit remplacer A5 ... Forcément ...

 

  Ce serait une erreur mortelle pour le spatial européen que de considérer A6 comme le successeur d'A5 alors qu'elle fait perdre sévèrement de la capacité tonnage/tir

 

    Autant abandonner toutes ambitions spatiales ...

 

   J'ai la désagréable impression que ce foutu projet de lanceur pour lequel on s'agite en Europe uniquement a cause du lanceur Falcon9 de spaceX est en train de nous mener droit dans le mur !  Les japonnais eux au moins ne se sont pas fait prendre dans ce piège :  Ils projettent un lanceur lourd a super lourd comme successeur a leur lanceur principal actuel

 

    Les russes pareils avec Angara ...

 

   Y aurait donc que l'Europe qui y voit de traviole a ce focaliser sur Falcon 9 ?

 

    Que ce programme crève sur le champ alors ...

Link to comment
Share on other sites

Il faut tout investir sur un avion-cargo spatial...

 

 

    Ca sera jamais mature avant 40 ans ça ... Qu'il y ait besoin d'investir de l'argent dedans pour que les bureaux d'études britanniques autour du moteur Sabre ect ne disparaissent pas et avancent petit a petit je n'y voit pas d'inconvénient bien au contraire, c'est a soutenir et c'est ce que fait l'ESA en allouant a ce projet quelques dizaines de millions d'euros d'aides

 

    Mais il ne faut pas rêver, impossible d'en faire notre successeur a A5 pour l'avenir de moyen termes, l'avion spatial et le moteur sabre, c'est du développement de long terme ça qui concernera une autre génération d'engins probablement vers 2050 environ pour les premiers vols si d'ici la ce n'est pas abandonné bien entendu ...

 

    Car les avancées autour de la possibilité d'ériger un ascenseur spatial pourraient fortement parasiter ce projet de long termes, et ce même si l'avion spatial pourrait pourtant être une aide sérieuse a la réalisation de l'ascenseur justement le problème c'est la capacité d'investissements :  L'ascenseur spatial si les avancées rendant possible sa réalisation technique si on met de coté les gros tonnages nécessaires pour démarrer les travaux et alimenter le chantier en continu, aura l'énorme défaut d'être un gigantesque aspirateur a milliards ...

 

   Mais au de la de cette question, impossible d'espérer que l'avion spatial soit près pour 2025-30 ou il va bien nous falloir un lanceur récent avec des progrès en efficacité ...

 

  D'ou pourquoi aussi la fixation sur A6 ... Mais si A6 nous apporte une régression capacitaire en tonnage, alors que les autres puissances spatiales publiques elles sont toutes en train d'investir dans les lanceurs lourds-super lourds :  C'est que quelque part il y a un aveuglement en Europe a ce niveau

 

    Les USA je crois ont littéralement trouvé l'assassin du programme spatial européen pour nous forcer a devenir des partenaires comme le Canada en subventionnant Falcon 9 par le biais de la course commerciale nous contraignant a répondre dans ce domaine mais nous tuant littéralement sur les autres ...

 

    Le programme spatial européen est a terme confronté a un danger de mort a cause de cette fixation autour de Falcon 9 ...

Link to comment
Share on other sites

    Si tu pars sur le principe qu'A6 doit remplacer A5 ... Forcément ...

 

  Ce serait une erreur mortelle pour le spatial européen que de considérer A6 comme le successeur d'A5 alors qu'elle fait perdre sévèrement de la capacité tonnage/tir

 

    Autant abandonner toutes ambitions spatiales ...

 

   J'ai la désagréable impression que ce foutu projet de lanceur pour lequel on s'agite en Europe uniquement a cause du lanceur Falcon9 de spaceX est en train de nous mener droit dans le mur !  Les japonnais eux au moins ne se sont pas fait prendre dans ce piège :  Ils projettent un lanceur lourd a super lourd comme successeur a leur lanceur principal actuel

 

    Les russes pareils avec Angara ...

 

   Y aurait donc que l'Europe qui y voit de traviole a ce focaliser sur Falcon 9 ?

 

    Que ce programme crève sur le champ alors ...

 

Il faut pas oublier quelque chose, il faut un lanceur qui réponde aux besoins. C'est bien beau d'avoir un lanceur lourd mais si tu n'as rien a lancer, ça ne va pas te servir a grand chose. Après comme je l'ai dit plus haut ce serait super d'avoir justement un marche pour A5 et au final améliorer le lanceur pour qu'il vol de concert avec A6, mais je n'y crois pas trop pour le moment.

 

Meme les US qui ont de lourdes charges a lancer et pas mal de matos a lancer tous les ans ne lance qu'une seul Delta 4 Heavy, qui a des caractéristiques proches d'A5 ME.

Link to comment
Share on other sites

Il faut pas oublier quelque chose, il faut un lanceur qui réponde aux besoins. C'est bien beau d'avoir un lanceur lourd mais si tu n'as rien a lancer, ça ne va pas te servir a grand chose. Après comme je l'ai dit plus haut ce serait super d'avoir justement un marche pour A5 et au final améliorer le lanceur pour qu'il vol de concert avec A6, mais je n'y crois pas trop pour le moment.

 

Meme les US qui ont de lourdes charges a lancer et pas mal de matos a lancer tous les ans ne lance qu'une seul Delta 4 Heavy, qui a des caractéristiques proches d'A5 ME.

 

 

    Tout comme il serait bon de ne pas oublier non plus que ce n'est pas un lanceur mono-charge qui a permis de rafler 50% de part de marché ...

 

  Et la c'est tout le problème actuellement avec l'arrivée de Le Gall a la tête du CNES ou l'évidence même est que ce type qui était certes probablement la bonne personne pour gérer Arianespace et ses tirs commerciaux en sachant défendre l'intérêt de son consortium ... Mais qui se révèle incapable de penser autrement maintenant qu'il est a la tête du CNES, alors que le CNES a une influence énorme sur l'ESA de manière générale ...

 

    Qu'on le veuille ou non, la course a l'échalote pour lequel Le Gall n'a que d'yeux est en train de saper les fondements de la possibilité d'un spatial européen d'exploration

 

  Il parait évident a l'heure d'aujourd'hui que Le Gall a pour projet d'utiliser tout le poids du CNES (et donc de la France au sein de l'ESA) pour faire évoluer le spatial européen dans une perspective d'avenir quasi uniquement commerciale ...

 

     Et le problème c'est que c'est même pas forcément une stratégie gagnante dans le sens que pour l'instant ni Space X, ni A6 n'ont fait de preuves quand a dominer le marché commercial des lancements ! Pour l'instant qu'on le veuille ou non c'est bien A5 et son format de tir double qui a raflé les 50% de part de marché ... Pas Falcon 9 ni A6

 

     Et c'est d'autant + dangereux que le principal défaut reproché a A5 qui est pourtant bien le lanceur qui a raflé nos parts de marché, sera corrigé en 2017 avec son moteur de dernier étage ré-allumable qui va permettre de sensiblement relancer l'intérêt du lanceur !

 

     C'est a dire donc qu'il y a un spectre d'intérêt qui voudrait en finir avec A5 au moment ou elle sera le + au top de sa carrière, sans au final la moindre garantie qu'A6 permette de conserver les parts de marché de l'Europe ...

 

     Tout en mettant l'Europe devant une position délicate, car sans lanceur lourd ... On ne pourra pas participer (ou si peu) a un futur d'exploration spatiale ou les masses a lancer sont appelées a sensiblement progresser ...

 

    Comme une nouvelle station internationale, un chantier spatial pour la réalisation d'un train de plusieurs centaines de tonnes vers Mars (ou autre), participer activement a un chantier d'ascenseur spatial dès que la techno sera prête ... Lancer des sondes d'exploration lourdes et dotés de nombreuses options (rovers, impacteurs, échantillonneurs a retour sur Terre ect)

 

    Tout cela avec un lanceur comme A6 et dont la chaine industrielle sera probablement surbookée sur le commercial ... Sans un autre lanceur lourd conservé sous la main ça nous sera devenu inaccessible et on sera a la traine ...

 

      Le Gall est en train de chercher a réduire a néant toutes ambitions spatiales autres que commerciale pour l'Europe ... Ca crève les yeux, et ça je ne l'accepte pas !

 

    Qu'A6 soit nécessaire pour veiller a ne pas se faire prendre de vitesse par Space X et son lanceur très fortement subventionné, oui ... Que se soit au détriment d'un avenir ou on sera encore moins impliqué que maintenant dans l'exploration du système solaire : Non ... Déja que c'est pas la joie en l'état a cause de la faiblesse politique de l'Europe dans le domaine (aucun effort budgétaire des états européens alors qu'on a une marge de progression de facteur 4 en dépenses pour être au même niveau que les USA, alors que pourtant notre poids économique est supérieur !)

 

     Sans un lanceur lourd comme A5 jamais on aurait eu l'ambition par exemple de réaliser un cargo comme l'ATV ...

 

    Les japonnais eux se lancent dans un lanceur alors qu'ils n'ont rien a lancer pour l'instant ... Mais ils le font car sentent les besoins arriver pour 2030-35-40 ou les besoins en lourd pourraient bien exploser littéralement

 

     Les USA se serviraient probablement + de Delt4 Heavy s'ils abandonnaient leur politique des tirs institutionnels verrouillé sur des lanceurs spécifiques ... Leur problème de fond quand a leur faible usage de leurs lanceurs c'est qu'ils ont fait une erreur de choix stratégiques en ne voulant pas les impliquer dans une ambition commerciale parallèle, résultat lanceur trop cher ... Tir a fréquence erratique

Link to comment
Share on other sites

Ariane 5 pour rappel c'est 120 millions d'euros de subventions par ans pour être compétitifs niveau prix, des lancements doubles qui ne sont pas facile a mettre en place et posent des soucis de timing (voir ce qui c'est passe l'an dernier),  une production pas du tout flexible avec pour conséquence la perte d’opportunité sur des contrats et un cout qui reste important. Il faut se projeter dans l'avenir pour voir quels besoins nous avons.

 

Tu ne lance pas un lanceur lourd pour ne lancer rien du tout, ou alors faudra que tu m'explique ce que tu vas faire avec une fusée vide ?

 

l'ATV c'est surtout une lot de consolation après l'abandon de la navette européenne.Et au passage c'est pas dit qu'A6 ne puisse lancer un ATV en orbite basse.

 

Pour le Japon j'attends de voir vraiment ce qu'ils vont faire. Mais leur lanceur n'est de toute façon pas compétitif. Et pour les US oui ils utilisent peut leur lanceur lourd et avec un rythme erratique parce qu'il n'y pas de gros besoins de lancements. Encore une fois, tu ne lances pas une fusée tout les mois parce que tu veux, mais parce que tu as quelque chose a lancer.

Link to comment
Share on other sites

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/0203509962610-ariane-6-paris-est-pret-a-des-adaptations-672459.php

 

Ariane 6 : Paris est prêt à des « adaptations »

 
Par Alain Ruello et Thibaut Madelin | 21/05 | 06:00
 

Signe que le dossier est loin d'être mûr, la France est ouverte à des « adaptations »pour débloquer les discussions avec Berlin sur l'avenir d'Ariane et de son financement.« Nous travaillons toujours sur le référencement de Naples, mais sommes ouverts à des solutions qui pourraient nous être proposées », a déclaré mardi, lors du Salon ILA de Berlin, Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. La feuille de route arrêtée fin 2012 en Italie, prévoyant le développement d'Ariane 5 ME - une évolution du lanceur actuel - et le lancement de la nouvelle génération Ariane 6, est « corrigible. Il faut tenir le cap et faire preuve d'ouverture ».

 

Geneviève Fioraso a rencontré lundi soir à Berlin son homologue allemande, Brigitte Zypries, à l'occasion des 50 ans de l'Agence spatiale européenne (ESA). Elles se reverront le 8 juillet à Genève pour une réunion informelle des ministres de l'Espace des pays membres de l'ESA. Le rendez-vous doit normalement accoucher d'une solution globale portant sur la configuration technique, le prix, le calendrier et l'organisation industrielle d'Ariane 6, qui mette toute le monde d'accord. « Nous avons une obligation de convergence et d'atteindre l'objectif de coût [...]. Il n'y a pas de sujet tabou », a-t-elle ajouté, de retour à Paris.

 

Le différend porte principalement sur le mode de propulsion retenu en juillet dernier. Même si Geneviève Fioraso affirme que ce sont les politiques qui auront le dernier mot, le DLR, l'agence spatiale allemande, estime que la poudre est trop chère et pas assez flexible, et préconise d'utiliser poudre et cryogénie (« Les Echos » du 13 mai). le CNES et l'ESA rétorquent que la configuration retenue est la seule permettant de garantir l'objectif de 70 millions d'euros par lancement. Les opérateurs de satellites, et donc Arianespace, plaident, eux, pour faire des lancements doubles, ce qui suppose de revoir la copie.

 

Bien que Geneviève Fioraso affirme le contraire, le dossier Ariane 6 est donc réinstruit.« Il faut être réaliste, la concurrence s'est accélérée. Il vaut mieux être sûr maintenant et perdre trois mois », souligne-t-elle, citant notamment l'américain SpaceX et ses prix cassés, grâce aux subventions de la Nasa. Surtout, les industriels - Airbus Group en tête - doivent « s'approprier » le projet tel qu'il sera arrêté. Sous-entendu, ce n'est pas tout à fait le cas actuellement...

 

Johann-Dietrich Wörner, le président du DLR, ne veut pas jeter de l'huile sur le feu. « Le but n'est pas de travailler ensemble faute de mieux, mais parce que nous le voulons », a-t-il déclaré. Pour lui, la question centrale est celle du financement. Le chiffre n'est pas confirmé, mais en l'état actuel, les projets Ariane 5 ME, Ariane 6 et l'évolution de Vega, la fusée italienne, représentent 10 milliards d'euros d'investissement. Il faudra donc faire des choix en décembre lors de la prochaine conférence ministérielle de l'ESA à Luxembourg.

 

 

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...