Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Exploitation minière dans l'espace


Recommended Posts

On sait que les ressources sur terres sont très limités et qu'au vue de la croissance mondiale on va assez rapidement se retrouver avec de gros manquent de ressources naturelles. En parrallèle les nouvelles technologies qui sont amenés à être développés nécessitent de plus en plus de matériaux rares, voire pour certains absent de notre planète. Bref L'avenir est à l'exploitation minière dans l'espace.

Pour débuter un petit site qui référence certains astéroïdes et leurs valeurs pour une exploitation minière :

http://www.asterank.com/3d/

Link to post
Share on other sites

Tu envisage d'extaire le minerai puis de le transforter sur terre pour le raffiner, ça risque de faire chers le transport

Ou pas tu peux envisager le transformer dans l'espace directement. En fait y'a pas mal d'options. par contre ça va faire cher au début c'est sur.

Mais avec la hausse des prix des matières premières ca pourrait devenir pas si cher que ça :D

Link to post
Share on other sites

Vu les valeurs qu'il y aura a se faire sur XX années d'exploitations l'investissement quand les technologies d'envoi de masse de matériel ne sera que formalité ...

Le top ça serait les états qui engagent des levées de fonds bancaires et boursiers pour éviter l'intérêt privé et préférer l'intéret national multiple ... (plusieurs états investissant ensemble)

Mais c'est sur déja avec cette liste d'asteroïdes la, les intérêts ne manqueront pas, vu la facilité pour renvoyer des charges utiles sur Terre étant donné qu'ils sont géocroiseurs ...

Ceci dit la plupart sont de petite taille, pour d'autres types d'intérêts il serait pas mal aussi de privilégier d'autres de tailles + sensiblement grandes pour cumuler intérêts d'exploitation dessus, et bases permanentes a buts divers a capacité extensible ... L'utilité serait multiple avec de l'espace habité qui serait en plein "boom" parallèle ... Même si la logique veut des process automatisés, la présence de l'homme restera fortement utile quand même, tant pour le controle que des opérations qui seront difficile a confier a des robots et automatismes

Link to post
Share on other sites

Pourrait on envisager une myriade de satellite autonome qui s'accrocherait à des petits astéroïdes pour les ramener sur terre ?

Ce serait efficace et pas trop chère.

Les satellites tombent toujours dans la même zone, dans une zone non dangereuse, et il ne reste plus qu'a récupéré le fragment et à l'exploiter.

Link to post
Share on other sites

Pourrait on envisager une myriade de satellite autonome qui s'accrocherait à des petits astéroïdes pour les ramener sur terre ?

Ce serait efficace et pas trop chère.

Les satellites tombent toujours dans la même zone, dans une zone non dangereuse, et il ne reste plus qu'a récupéré le fragment et à l'exploiter.

Je pense pas, dans l'immédiat quand on envisage l'exploitation d'un astéroïde : le minerai le + intéressant et attractif : est le régolite a sa surface, régolite qui évidemment disparaitra si le bolide subit une rentrée atmo ... Les roches et métaux divers qui ont eux aussi des taux de métaux forts intéressants : eux subiront une forte évaporation lors du plasma de friction pendant la rentrée qui peut faire fondre d'un facteur 20 a 100 la masse de départ

De la, ça sera pas une méthode tip top ... Qui n'aura quasi aucun intérêt

  Et les astéroïdes qui deviendront peu intéressant une fois après avoir exploités le "meilleur" (genre il ne resterait plus que de la roche de sillicium a faible taux d'autres métaux/minéraux, encore faut il que le cas se présente ...) le mieux, serait de les faire crasher sur Mars, pour participer a un épaississement de l'atmosphère marsienne (comme ça produit beaucoup de gaz divers un impact ...) en choisissant des sites d'impacts a faible intérêt (scientifique & économique)

Cela provoquerait sur Mars un épaississement atmosphérique au fur et a mesure, via : production massive de gaz via la friction pendant la rentrée, production massive de gaz a l'impact, et libération de masse d'eau en sous sol qui s'évaporeraient en un instant ... 1 impact n'aurait que peu d'effet visible, mais imaginons a la longue 500 impacts ... Mars changerait de visage par un net réchauffement et une atmosphère qui aurait pris de la masse & épaisseur ! Le top du top serait même d'y crasher des comètes en fin d'exploitation pour d'autres matériaux ... (Elles auraient un excellent rendement pour provoquer un réchauffement sur Mars a la longue)

  Le problème après serait les levées de bouclier contre une telle méthode hélas ... Je le crains, alors que se serait une excellente méthode pour préparer petit a petit Mars sans passer par une solution a CFC douteuse pour une terraformation par réchauffement, ce qui est peu crédible dans cette méthode, c'est qu'elle ne compte que sur un apport gazeux de disparition des calottes polaires + pergélisol ... Ce qui pourrait être très insuffisant en réalité, Par rapport a une méthode qui remplacerait le manque d'émissions gazeuse d'origine géologique a cause de la cristallisation très tot de Mars dans son histoire, lié a un impact majeur qui a eu un effet néfaste sur le manteau marsien : l'immense plaine du nord marsien témoigne de cet évenement, qui a tué la géologie marsienne très tot dans son histoire : des impacts a répétitions pourraient remplacer cette production de gaz qui n'a pas eu lieu comme sur Terre en continue avec un volcanisme suffisamment actif ... Malgré les volcans géants marsiens qui n'ont pas suffit et son trompeur par leur taille de leur activité réelle dans le temps ... Enfin bref je voulais juste dire que sur Mars ça sera intéressant de le faire quand on sera plus quoi faire de certains astéroïde dépouillés de matériaux de valeur

  Les meilleurs méthodes seront :

_ Installation direct d'usine sur l'astéroïde pour y réaliser le traitement des matériaux, pour les transformer en métaux : soit lingot dans le cas des matériaux rares et a haute valeur pour leur injection sur le marché mondial + tard, en prenant garde de faire ces injections sur le marché en continu pour conserver des valeurs suffisamment importante pour garantir le soutien financier a ces futures filières industrielles ...

  Mais aussi installation en parallèle d'usine et installations de thermoformage des produits a + faibles valeur comme réaliser des aciers, alliages fer/alu ect qui eux auront pour marché de futurs chantiers spatiaux et dont la masse produite n'aura pas besoin de revenir sur Terre : autant réaliser toute une filière industrielle dans l'espace pour s'en servir en masse dans l'espace : construction d'engins spatiaux de grande taille ect ... Matériaux pour des bases/stations

Le problème sera l'apport de certains matériaux et produits chimiques ... Qui pourrait trouver solution dans l'exploitation des comètes qui peuvent être très intéressantes autant pour les matériaux rares (beaucoup de régolite de même type que sur les astéroïdes est mélé a la glace/neige de de surface mais aussi en interne ... Mais aussi présence de matériaux de type pétrolier + ammoniac ect pour y envisager de la pétrochimie spatiale qui ne sera pas de trop pour produire en grande quantité : des plastiques spéciaux ect ...

_ Pour les petits astéroïdes vraiment de petite taille (moins de 100m) le + interessant serait de réaliser une orbite terrestre "réservée" a du développement industriel a des orbites très sécurisantes (géostationnaires) ... Qui seront fort utile pour réaliser des chantiers spatiaux, et pour apporter le + possible de matériaux pour éventuellement un projet futur d'ascenseur spatial :  Une sorte de développement a la "Gundam"

(pour ceux qui connaissent), pour ceux qui connaissent pas : c'est une licence de diverses séries animés a succès maintes fois reprises au Japon, dont le sujet principal SF sont les colonies spatiales et leur géopolitiques ... Dont certaines part du background ne sont pas de la SF du tout, seul leurs engins de combat le sont par contre ... Comme les ascenseurs spatiaux géants, d'immenses stations géostationnaires qui formeraient un anneau terrestre solaire ect ... Des idées qui ont beaucoup de crédit en réalité, mais évidemment qui prendront forme réellement que dans 150 ans au moins ... Mais qui demanderont une forte exploitation de l'espace pour les matériaux !

  Les petits astéroïdes eux auront intérets d'être amené en orbite terrestre pour y être exploité par des unités industrielles en stations spatiales fixes, avec toutes les suites industrielles accolées ... Réaliser des filières industrielles en 1 ensemble de station géostats lourdes, qui deviendraient en même d'excellent terminaux de base pour réaliser les premières versions (légères) de l'ascenseur spatial ...

  Le faire dans une certaine cohérence quoi, avec une visibilité d'avenir d'un grand projet en mettant les efforts de plusieurs nations ensembles ...

Mais bon, au début il faudra bien des solutions de conteneurs a bouclier thermique pour faire retomber sur Terre les productions a moyenne valeur nécessaire au marché mondial (celles a haute valeur, seront mieux en lingot avec des solutions humaines de rentrée atmo ... Pour atterrir rapido en lieu sécurisés bien entendu ...) qui retomberaient en continu en conteneur dans des zones désertiques prévues a cet effet, des conteneurs pouvant "planer" pour éviter des aléas facheux et couteux ...  La difficulté serait bien entendu de renvoyer a rythme soutenu ces conteneurs en orbite : en espérant que d'ici la, on aura trouvé des solutions lanceurs/avions spatiaux crédibles et a faibles couts en attendant l'ascenseur spatial qui de toute façon mettra pour les premières versions des décennies a apparaitre après que le contexte de l'exploitation spatiale aurait déja lui démarré

  Un type de matériaux qui deviendra ultra intéressant et quasi inexistant sur Terre, que les labos de science s'arracheront et qu'on trouvera en quantité non négligeable  dans les astéroïdes : ce seront les métaux et matériaux isotopiques qui deviendraient un véritable marché ... Car les astéroïdes en contiennent des traces qui pourraient produire des quantités intéressantes de divers isotopes quasi inexistant sur Terre aujourd'hui, et que la science pourrait se faire une joie d'avoir a disposition, ou encore les très hautes technologies stratégiques éventuellement elles aussi ...

 

Link to post
Share on other sites

Il faut déjà repérer les astéroïdes intéressants, avec des sondes foreuses, il faudrait qu'elle fasses des bonds pour sonder plusieurs sites, puis ramener les échantillons   pour analyse, on ne sait pas encore faire. on sait s'approcher, voir toucher  comme hayabusa qui a essayé de collecter des poussières.

Link to post
Share on other sites

Il faut déjà repérer les astéroïdes intéressant, avec des sondes foreuses, puis ramener les échantillons  on ne sait pas encore faire. on sait s'approcher, voir

toucher  comme hayabusa.

  En réalité non, il y a des géocroiseurs pour lesquels il n'y a pas "besoin" de visites au préalable pour savoir ce qu'ils valent en matériaux disponibles et évaluables par divers instruments potentiellement très précis si les astéroïdes ont permis des passages suffisament prêts de la Terre pour des études poussées radar (radio-astronomie) et spectroscopie de surface, reconstitution 3D ...

  Mais aussi : connaissance globale du régolite qui aura une moyenne minimale sur la plupart des matériaux de valeurs recherchés (mais avec des marges, car il faut pas oublier que les astéroïdes ne sont pas tous nés et agrégés a l'origine aux mêmes endroits ou on les trouvent aujourd'hui ... Qu'une grande partie d'entre eux ont subit un jeu de billards entre Vénus et Jupiter (pour la majorité) ... Et que le régolite il est vrai, a sa "formation" quand le disque protoplanétaire refroidissait n'avait pas le même comportement de solidification depuis un état sublimé voir de quasi plasma quand le disque était encore très chaud, et que l'activité de l'étoile naissante rayonnait intensément en lumière avant de trouver un régime de croisière "normal"  ... Mais ça n'empêche pas qu'on sait qu'en 5 milliards d'années : c'est un couscous qui s'est suffisamment mélanger depuis pour s'attendre a une moyenne de présence de matériaux minimale qu'on peut appliquer ...

(Ce qui veut dire alors, que les valeurs déja estimées de certains astéroïdes sur le site mis en lien par Seb24 : ne sont que des estimations minimales, et que la réalité de richesses présentes dessus pourrait être encore + élevées

  Il existe suffisamment de données pour certains géocroiseurs de taille moyenne (1 km environ) vu et revu régulièrement par les + puissants observatoire radio-astronomique et parfois de la spectroscopie même de ce que rayonne la surface pour confirmer que le régolite y est conforme aux moyennes en richesses auxquelles on peut s'attendre ... Mais aussi les épaisseurs de ce type de matériaux qui sont connues sans même avoir été visité :

  La radio-astronomie en est capable de voir a travers en terme de structure si le bolide passe régulièrement suffisamment prêt pour être examiné plusieurs fois avec les + puissants radio-télescopes qui peuvent dans certains cas avoir les réponses

  Ca ne marche évidemment pas pour tous, mais un certains cumul de faits sont la, par l'étude scientifique répétées des géocroiseurs "moyen" et la disponibilité des données sur le net libre de la science : fait qu'on en sait suffisamment sur certains pour déja commencer a investir dès maintenant sans avoir besoin le moins du monde d'aller "vérifier" et "prospecter" : si on avait les technologies déja prêtes, les lanceurs a couts suffisamment bas : on pourrait démarrer l'exploitation dès "demain" (avec les délais que ça demande pour activer des premières machines de récoltes, triages, traitement ect et surtout installation de tout ça)

  Pour ces astéroïdes la : ne manque que l'infrastructure ET on peut y aller ...

  Ce seront globalement des astéroïdes a très fortes épaisseurs de régolite, dits "cotonneux" ... Et qui sont passés régulièrement suffisamment près de la Terre pour les bombarder en radio_astronomie pour savoir et évaluer la structure sous le coton ... Et toute la richesse connues est l'évaluation de la masse de régolite

Car ça serait impossible a évaluer sur un astéroïde a chondrites carbonées, ou a sillicate "monobloc" ...

  Mais on est déja capable de répondre pour au moins un vingtaine d'entre eux, qui en + sont sur des orbites qui faciliteraient superbement les choses, tant pour l'accès (facile) et le retour aisée des matériaux régulièrement : croisant l'orbite terrestre parfois 2x par an pour certaines orbites : rien de + aisé, c'est pas les méthodes qui manqueraient pour ça

  Ceci dit, ça n'empêche pas que pour l'ensemble des astéroïdes connus et inconnus : ça passera par de la prospection pour ceux non géocroiseurs, + loin , + sombre, monobloc peu aisé a aborder ... Qui ne sont pas abordables pour la radio-astronomie en l'état ect ... A part la simple détection

Link to post
Share on other sites
  • 5 weeks later...

dans l’hypothèse que ça serait possible : et si on arrivait a intercepter un météorite de quelque centaine de kilogramme que l'on arriverait a le mettre en orbite basse autour de la terre  et qu'ensuite on lui colle des gros parachute et le faire rentrer dans l’atmosphère et le faire atterrir en gardent intacte le gros cailloux sa relève peut être de la science fiction  se que je propose mais c'est peut être plus réaliste et moins chère ?

Link to post
Share on other sites

Tu ne pourras pas utiliser de parachute dans la première partie de l'entrée dans l'atmosphère et ton cailloux si déjà il ne disparaît pas en poussière aura perdu une grande partie de sa valeur.

Link to post
Share on other sites

c'est la ou les structures gonflable peuvent devenir utile

ou alors on trouve le moyens de le casser en petit morceaux et on les rapportes  sur terre avec un vaisseaux spatial

sa reste du domaine du rêve mais  dans un avenir proche sa sera peut être faisable !      

Link to post
Share on other sites
  • 6 months later...

Je répond ici aux message qui était sur ce sujet : http://www.air-defense.net/forum/topic/17050-le-potentiel-économique-des-technologies-de-rupture/page-4#entry689255
 

 

FH = 2000 dollars/kg LEO. Une FH est capable de délivrer 3 fois moins sur l'orbite de Mars que en LEO soit 6000 dollars/kg LMO. Le dV aller-retour astéroide est un peu prés égale a celui  pour aller en LMO voir bien moins.
 
Donc une fois l'usine d'extraction en place sur l'astéroide, avec une capsule/vaisseau de transfert reutilisable, t'a juste a envoyer la capsule (dans lequel tu mettra ce que l'usine a extrait) + le carburant (aller-retour sur l'astéroide). Soit 6000 dollars/kg de capsule. Une capsule peut avoir facilement 40-50% de sa masse sous forme de charge utile donc on arrive a 12000-15000 dollars/kg de ressources extrait de l'astéroide.
 
Calcul pésimiste car j'ai probablement surestimé le dV aller-retour astéroide. D'autant plus qu'une partie du carburant est peut etre disponible sur l'astéroide. En plus la capsule est vide a l'aller.
Tiens je me demande si il est pas plus interresant d'amener le carburant utile pour les missions depuis les astéroides que depuis la terre ?
 
Et a t'on avis de quoi a besoin d'une colonie pour survivre et s'etendre. Du carburant, de l'eau et de la nourriture, de l'acier/plastique qui peut etre extrait/produit localement. Le reste constitue une parti mineure.

 
Le problème c'est que tu ne regardes pas les bon chiffres. Premièrement, il faut regarder la capacité en GTO et non en LEO car je doute que l'on décide d'embouteiller l'orbite basse avec des astéroïdes. Mais surtout, il ne faut pas calculer le coût d'exploitation en fonction de la masse envoyable (comme pour l'envoie d'un satellite), mais en fonction de la masse récupérable.
 
Avec l'envoie d'un satellite, la seul chose qui compte, c'est "combien de kilo je peux envoyer". Ici, c'est le contraire. Ce qui nous intéresse "c'est combien de kilo je peux faire redescendre".  La capsule envoyé étant vide, la charge de départ n'est pas le facteur limitant. Il faut donc non pas regarder la capacité de la fusée, mais la capacité de la capsule. Vu que qu'il n'existe pour l'instant qu'un seul cargo, la capsule dragon, c'est avec sa capacité qu'il faut faire nos projections. Comme je ne pense pas que l'on soit capable d'envoyer plus d'une capsule à la fois, la masse récupérable de minerais par tir de fusée sera donc celle d'une capsule, 3 tonnes, ce qui donne la suite de mon calcul avec la conclusion final : ce n'est toujours pas rentable.

 

Pour améliorer le processus, il y a plusieurs piste :

 

- Baisser le coût du tir d'une fusée.

- Augmenter la capacité de la capsule.

- Augmenter le nombre de capsules envoyé par tir.
 

Pourquoi? Qu'est ce qui t'empêche de le faire?

 

Les compétences, l'amortissement de l'investissement, etc... Par exemple pour fabriquer un moteur, il faut un nombre souvent très important de sous traitants, un très grand nombre de machines qu'il serait impossible de recréer à petite échelle sans faire exploser les coûts, et je ne parle même pas de certaines technologies de pointe comme les micro-processeurs qui seront juste hors d'atteinte vu l'expertise qu'elles demandent pour être fabriqué.

 

Soyons réaliste, pour l'instant, les seuls éléments que l'on envisage de fabriquer dans l'espace sont les composants qui sont facilement imprimable (par exemple un tuyau, un joint, une panneau). Ce sont des éléments avec peu de valeur ajouté et qui  peuvent prendre pas mal de place si ils doivent être envoyé depuis une fusée.

Edited by Dino
Link to post
Share on other sites

 

Le problème c'est que tu ne regardes pas les bon chiffres. Premièrement, il faut regarder la capacité en GTO et non en LEO car je doute que l'on décide d'embouteiller l'orbite basse avec des astéroïdes. Mais surtout, il ne faut pas calculer le coût d'exploitation en fonction de la masse envoyable (comme pour l'envoie d'un satellite), mais en fonction de la masse récupérable.

Ton raisonnement est quand meme faux puisque tu assume que chaque lancement peut envoyer seulement une capsule et en plus tu ne prend pas le lanceur le moins cher du marché (FH). De meme la capsule Dragon n'est pas opitmiser pour transporter que du fret.

 

En prenant en compte que la capsule est vide au départ + qu'une partie du carburant néssécaire pour le retour est peut etre disponible sur l'astéroide. Une FH peut t'envoyer plein de dragon pour chaque lancement avec suffisament de carburant pour un aller-retour LEO/Astéroide.

 

 

- Baisser le coût du tir d'une fusée.

FH bien moins cher au kg que Ariane 5 ou une F9.

 

 

 

- Augmenter la capacité de la capsule.

Capsule optimiser pour transporter que du Fret.

 

 

- Augmenter le nombre de capsules envoyé par tir.

La FH peut transporter bien plus qu'une Ariane 5 ou F9 donc probablement plusieurs capsules a chaque tir avec tout le carburant néssécaire pour un aller-retour LEO/Astéroide.

Edited by stormshadow
Link to post
Share on other sites

La capsule dragon c'est 40/50% de sa masse totale en charge utile.Donc on en serait a 4000 dollars/kg de matériaux récupérés si l'astéroide est en LEO. Le dV pour aller/revenir d'un astéroide depuis la surface de la terre est a peine plus elevés que celui pour aller en LEO. Sans compter que la capsule est vide au départ ce qui permet d'en lancer plus pour chaque vol et une partie du carburant néssécaire au retour peut etre disponible sur l'astéroide.

 

Mon cher stormshadow, il serait bon pour la suite des débats de faire quelque chose que vous n'avez manifestement jamais l'habitude de faire : vérifiez vos chiffres au lieu de balancer ce qu'il vous plait pour correspondre à votre idéal.

 

Pour vous aider, voici le lien sur le site de spaceX qui indique la masse total de la charge utile transportable : http://www.spacex.com/dragon.

Ici le coût de lancement de chaque fusée (il faut regarder le coût unitaire et non pas par kilo) http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_orbital_launch_systems.

Et enfin le court de l'or http://www.24hgold.com/francais/cours_or_argent.aspx?money=Eur et de la platine http://www.metaux-precieux.fr/cours-dachat-platine/

 

- Pensez vous qu'il serait réaliste d'amener un astéroïde en LEO alors que cela complexifierait sa capture et poserait de nombreux problème de sécurité vu que c'est une région déjà très chargé ?

- Qu'est ce qui vous permet de dire que l'aller retour vers un astéroide serait à peine plus complexe que vers le LEO ?

- Dernier point, où avez vous vu qu'il était possible d'envoyer plus d'une capsule par vol ? SpaceX n'a, il me semble, jamais fait mention d'une telle possibilité. Il n'y a pas que des problème de masses, mais aussi de volume qui lui ne diminue pas, même à vide. 

 

Pour rappel mon analyse qui explique pourquoi ce n'est pas encore rentable : 

 

J'ai essayé d'être pessimiste dans les estimations car il y a toujours de mauvaises surprise qui font grimper les coûts. Le cargo serait donc une capsule de type dragon qui peut ramener jusqu'à 3t de fret sur terre. Le coût annoncé d'une telle capsule est de 100M€. Vu qu'elle serait réutilisable une dizaine de fois, et en comptant la moteur perdu plus entretien, j'ai arbitrairement défini que que le prix pour chaque vol serait de 50M€. Pour le prix du lanceur, je n'ai aucune confiance dans les annonces de Space X sur le coût de lancement du Falcon 1.1 pour moins de 60M$. J'ai donc préféré me baser sur le prix annoncé pour Ariane 6 avec une petite majoration, soit 80M€. Cela fait donc un envoie à 120M€. Pour le prix de la matière première, j'ai pris un peu moins que le court de l'or (32K€/kg) ou de la platine (35K€/kg), soit 30K€/kg. Cela ferrait donc pour 90M€ d'euros de matière première récupérable à chaque fois. 

 

Résultat un trou net de 40M€ pour chaque cargaison récupérée  :-[  

 

Contrairement à ce que je croyais, il y en bien du chemin encore avant que l'exploitation des richesses soient rentable. Surtout que j'ai été gentil dans l'estimation du prix de la matière récupérable, car rien ne dit qu'on trouverait suffisamment d'or ou de platine pour remplir un cargo, que les autre métaux comme les terres rares ont un prix au kg bien plus faible (autour de 10k€/kg) et que je doute qu'il soit facile de dégager les impuretés qui entourent les minerais, ce qui ferrait diminuer encore plus le prix de revient.

 

Faites un vrai calcul, et après nous pourrons en discuter.

Edited by Dino
Link to post
Share on other sites

Falcon heavy c'est 2000 dollars par kg et 21t en GTO et 13.2 vers Mars. http://en.wikipedia.org/wiki/Falcon_Heavy

 

La capsule Dragon c'est 4t de masse a vide et 3t de charge utile. Soit presque 50% de la masse totale en charge utile. http://en.wikipedia.org/wiki/Dragon_%28spacecraft%29

La capsule Dragon n'est pas optimiser pour la FH et ni pour transporter que du Fret. Donc avec ses optimisations on pourrait encore augmenter la charge utile.

 

Pour l'envoi de plusieurs capsules rien n'empeche de refaire la coiffe de la fusée pour transporter plusieurs Dragon. Ca a déja été fait notamment avec la fusée Saturn 5 pour envoyer Skylabe.

 

Donc le plan c'est d'abord d'envoyer une usine automtique sur l'astéroide pour l'extraction puis ensuite d'envoyer des capsules pour récupérer ce que l'usine a extrait et le ramener sur Terre.

 

Pour la quantité de carburant néssécaire par capsule c'est trés compliqué car faut prendre en compte le dV aller-retour LEO/Astéroide + le fait que le capsule est vide a l'aller + le fait qu'une partie du carburant est disponible.

 

Mais en assumant que l'astéroide se trouve en LEO et le fait que 40% de la masse totale d'une capsule Dragon soit de la charge utile, on en arrive a 5000 dollars/kg de matériaux récupérer. Le fait que l'astéroide se trouve pas en LEO mais plus loin va considérablement réduire la charge utile a chaque lancement mais vu que l'or coute 43000 dollars/kg, on a de la marge. Faudrait que la charge utile soit 9 fois plus faible que ce qu'on peut envoyer en LEO pour que ça ne soit plus rentable ce qui est énorme.

Link to post
Share on other sites

Falcon heavy c'est 2000 dollars par kg et 21t en GTO et 13.2 vers Mars. 

On se fout de ce chiffre, ça n'a aucun sens dans notre cas, c'est le prix du lancement total qui nous intéresse.

 

Un calcul de rentabilité ce fait en prenant le chiffre d'affaire moins la somme des coûts. Soit le prix de la matière première récupérable (charge utile * prix au kilo) auquel on soustrait le prix de lancement de la fusée (au passage entre $77M et $135M pour la fusée Falcon Heavy), le coût du carburant pour envoyer la capsule sur le site d'extraction, le coût d'entretien et d'amortissement du cargo (réutilisable ne veut pas dire illimité) et le coût d'exploitation même de l’astéroïde (maintenance des robots, amortissement sur chaque voyage du coût de déplacement de l’astéroïde sur une orbite terrestre). C'est à partir de ce calcul que j'ai trouvé le chiffre de 40M€ de pertes par mission (chiffre très vague, je le reconnais, vu que j'ai simplifié pas mal de variables). Au passage tu peux m’expliquer comment tu as trouvé le chiffre de  5000 dollars/kg de matériaux récupérer ? Au dernière nouvelle ni la platine, ni l'or ne sont à de tels niveaux de prix alors que ce sont les métaux les plus cher que l'on espère trouver dans les astéroïde en quantité exploitable.

 

Maintenant bien sur il y a des possibilités d'amélioration pour optimiser le processus et le rendre rentable. Mais ma projection se faisait sur une exploitation sur les 10/15 ans à venir, et utilise donc les technologies qui seront disponible sur cette période. Pour l'instant il n'est fait aucune mention d'envoie de plusieurs capsule dragon par les fusées falcon, ni du développement de nouvelles capsule spécifiquement pour le minage spatial.

Edited by Dino
Link to post
Share on other sites

Je comprend pas ton raisonnement. Pour que l'exploitaiton spatiale soit rentable il suffit que le cout pour extraire/ramener les matériaux rares depuis l'espace soit plus faible que de le faire sur Terre.

Edited by stormshadow
Link to post
Share on other sites

Le coût d’extraction terrestre peut être connu grâce au prix du marché actuel. Si tu es incapable de proposer un prix plus faible, c'est que ton coût d'exploitation est plus élevé que les installations terrestre et que tu n'es pas compétitif. Comme tu ne pourras pas vendre plus cher que les autres, tu perdras de l'argent et tu ne seras pas rentable.

 

Pour bien comprendre, il nous suffit de prendre les coûts que j'ai annoncé plus haut (encore une fois mes chiffres étant arbitraire pour certains, ils sont contestable, mais il faut me dire pourquoi). Vu ces coût, il faudrait pouvoir vendre la cargaison retourné au prix minimum de 120M€ pour être dans les clous. Vu qu'on ne peut ramener que 3 tonnes maximum par voyage, cela ferrait 40k€/kg alors que les cours actuels de l'or et du platine sont respectivement de 32k€/kg et 35k€/kg.

 

Pour être compétitif, il faut proposer un prix moins élevé que ce qui est actuellement pratiqué, disons par exemple 30k€/kg. Pour y arriver il faudra jouer sur plusieurs variable : le tonnage récupéré ou encore le coût d'envoi du cargo. Par exemple en récupérant 4t de minerais par voyage où en baissant le prix de chaque tir à 90M€, il serrait possible de devenir compétitif.

 

Mais pour cela il faut faire de nouveaux développement, et cela ne se fait ni gratuitement, ni instantanément. Sans compter que j'ai omis sciemment à la base certains coût supplémentaire. 

 

Par exemple imaginons que la mission de capture coûte 150M€ (80M€ la fusée et 70M€ le véhicule de capture), que le matériel de minage coûte 200M€ (toujours 80M€ pour le tir et 120M€ pour le matériel), cela ferrait 350M€ de frais supplémentaire qu'il faudrait amortir sur la durée total d'exploitation d'un astéroïde. Imaginons qu'on espère récupérer 50 tonnes sur chaque astéroïde (chiffre très optimiste), cela ferrait quand même un surcoût de 7k€/kg, faisant grimper dans notre première estimation le prix à 47k€/kg. Et je n'y ai pas ajouté le coût d'envoie des satellites de détection, le coût du développement de toutes ces technologies, les droits d'exploitations que nos états ne manqueront pas d'ajouter, les impôts classique, les salaires, etc, etc...

 

Bref, ma conclusion c'est qu'il y a encore pas mal de boulot, et que sans subvention, ce ne sera certainement pas rentable avant un petit moment.

Edited by Dino
Link to post
Share on other sites

Moi je ne comprend pas votre discussion. Vous faites des calcules avec des coûts actuels, sachant qu'on a même pas idée des technologiques qu'on aura à disposition à l'avenir, ni le coût des éléments les plus rares d'ici la fin du siècle. On ne sait pas si les travaux sur le graphène et les nanotubes rendront l'ascenseur spatial possible. On ne sait pas si de nouveau concept de moteur à réaction ne vont pas totalement changer la donne technologique. Le prix de l'once de platine a été multiplié par 4 en 15 ans. Combien ça coutera dans 50 ans? dix fois plus parce qu'on sera à sec? Dix fois moins parce qu'on aura appris à s'en passer (comme le mercure quasiment plus utilisé) ou qu'on exploitera des mines sous marines

Link to post
Share on other sites

Tout simplement parce-qu’on réfléchit à savoir si c'est déjà exploitable pour les 10/15 ans à venir (c'est à dire demain) comme plusieurs société semblent le prétendre (par exemple planetary resources). Et si ce n'est pas le cas, sur quoi il faut travailler pour que ça le devienne, vu qu'on sait tous ici qu'une telle exploitation minière serait un magnifique multiplicateur de budget pour la conquête de l'espace.

Edited by Dino
Link to post
Share on other sites

Je pense que l'excercie de réflexion en lui-même est une bonne chose.

 

Par contre, si c'est pour exploiter des 3-4 tonnes à la fois autant rester sur terre. Si on exploite les ressources de l'espace on doit pouvoir pouvoir y aller à coups de centaines voir de milliers de tonnes. D'ailleurs, il risque d'être plutôt difficile de trouver des astéroïdes beaucoup plus petits =D

 

On doit pouvoir amener l'industrie dans l'espace si on veut faire quelque chose de rentable et non l'espace à l'industrie =)

Link to post
Share on other sites
Tout simplement parce-qu’on réfléchit à savoir si c'est déjà exploitable pour les 10/15 ans à venir (c'est à dire demain) comme plusieurs société semblent le prétendre (par exemple planetary resources)

 

Si on arrive a rapporter des échantillons de quelques kilo d'ici 10-15 ans ça serait déjà énorme. Ce qu'on peut évaluer c'est le cout de ces prises d'échantillons, absolument pas le cout de l'exploitation.

Link to post
Share on other sites

Si on arrive a rapporter des échantillons de quelques kilo d'ici 10-15 ans ça serait déjà énorme. Ce qu'on peut évaluer c'est le cout de ces prises d'échantillons, absolument pas le cout de l'exploitation.

 

Ça a déjà été fait, on a envoyé des sondes sur des astéroïdes pour récupérer des échantillons et les ramener sur terre ^-^

Link to post
Share on other sites

Je pense que l'excercie de réflexion en lui-même est une bonne chose.

 

Par contre, si c'est pour exploiter des 3-4 tonnes à la fois autant rester sur terre. Si on exploite les ressources de l'espace on doit pouvoir pouvoir y aller à coups de centaines voir de milliers de tonnes. D'ailleurs, il risque d'être plutôt difficile de trouver des astéroïdes beaucoup plus petits =D

 

On doit pouvoir amener l'industrie dans l'espace si on veut faire quelque chose de rentable et non l'espace à l'industrie =)

On est pas sur les même échelles. On parle de métaux très rares et très cher. Une tonne de platine c'est déjà 35 millions d'euros.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,631
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21,251
    Total Topics
    1,437,180
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...