Philippe Top-Force

Les conséquences d'une chute capacitaire DTO/MCO de nos hélicoptères

Recommended Posts

Grande Bretagne

Dans sa livraison du 16 novembre, le magazine Jane's révèle que Le royaume uni va réduire le nombre de ses Puma à rétrofiter Alors que le contrat prévoyait la rénovation de 28 plate-formes, le ministère de la défense a réduit le nombre de machine a rénover à 24 appareils HC2. Certains au ministère souhaiteraient annuler complètement ce programme car en même temps , on réduit les nombre d' hélicoptères d'attaques WAH 64D de 67 a 45 appareils.

C'est une coquille ou bien c'est effectivement en projet de n'avoir que 45 apache ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une coquille ou bien c'est effectivement en projet de n'avoir que 45 apache ?

Londres est capable de tout pour faire des économies mais là  :lol:

Leurs Puma sont constamment revalorisés, s'ils veulent faire des économies ils pourraient abandonner leurs dernières revalorisations.

En HM: ils auront 70 Merlin + 60 Chinook + 38 Puma RAF mais leurs officiers se sont tous offusqués du fait que leurs Apache en ligne, soit 48 appareils c'est trop juste pour tout faire...A moins que la coquille concerne le programme 28+34 =62 AW159 Wildcat Lynx

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/03/97001-20121203FILWWW00406-guyane-penurie-d-helicopteres.php

Une opération de démantèlement de sites d'orpaillage clandestins en Guyane, initialement prévue ces prochains jours, a dû être annulée faute d'hélicoptères, a-t-on appris d'une source proche du dossier, à l'occasion de la visite du ministre de la Défense en Guyane. "On paye le parc d'hélicoptères vieillissant des armées. Leurs cinq Puma sont à bout de souffle. Une opération prévue la semaine prochaine a dû être démontée parce qu'il n'y a pas assez de Puma disponibles", a-t-on souligné dimanche de même source.

La gendarmerie possède deux hélicoptères (un Ecureuil et un EC 145) en Guyane, sur un territoire plus vaste que l'Autriche. Lors des opérations de démantèlement de sites aurifères isolés dans la forêt, des Puma de l'armée accompagnent les hélicoptères de gendarmerie notamment pour des questions de sécurité. Selon des sources concordantes, il ne s'agit pas de la première opération de démantèlement de sites annulée cette année. "On m'a fait état de l'annulation d'une opération, peut-être y en a-t-il eu d'autres", a déclaré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, interrogé par l'AFP. "J'ai aussi été informé d'opérations réussies. Il est possible qu'à des moment précis il y ait eu des manques de moyens, l'information m'a été donnée et j'en prends note", a-t-il ajouté.

"Les Puma sont vieux en Guyane comme ailleurs. Le Puma doit être remplacé par un nouvel hélicoptère, le NH 90, dont les premières unités commencent à sortir de l'usine, on est au tout début des livraisons nationales", a précisé le ministre. "La question du remplacement des Puma se posera inévitablement", a-t-il constaté, en soulignant les "problèmes d'humidité majeurs" dans la région, qui accélèrent la vétusté des appareils.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les pilotes d'hélicoptères des trois armées vont beaucoup moins voler qu'en 2013. Les pilotes de l'armée de terre devraient tenir le manche de leur machine 156 heures en moyenne par an (contre 177 heures en 2011, 165 heures en 2012 et 160 heures en 2013). C'est aussi le cas pour les pilotes de l'armée de l'air : 160 heures de vol (190 heures de vol en 2011, 199 heures en 2012 et 190 heures en 2013). Enfin, les pilotes de la Marine devraient moins profiter de leurs machines : 180 heures de vol en moyenne (contre 199 heures en 2011, 220 heures en 2012 et 202 heures en 2013). Une préparation qui est très loin des standards requis de l'OTAN : 180 pour les terriens, 200 heures pour les pilotes de l'armée de l'air et 220 heures pour les marins.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les armées comptent 305 appareils en France. Deux cent sont répartis à peu près équitablement au sein des trois régiments des forces conventionnelles : le 1er, le 3e et le 5e RHC [Régiment d’Hélicoptères de Combat] et le 4e RHFS [Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales]. Parmi ces 200, environ 30 sont en opération, plus une vingtaine d’alerte en France ; sept (cinq Puma de l’armée de terre et deux de l’armée de l’air) pour des alertes opérationnelles du GIH au profit du GIGN dont deux Puma sont en alerte permanente ; quatre pour la mission Sentinelle.

Enfin environ 70 appareils se trouvent en école et les 30 autres sont en turnover. Mais leur disponibilité n’est que de 40 %. Il y en a 30 % chez l’industriel en grande visite, alors que 30 % sont indisponibles dans nos régiments parce que la maintenance est lourde et la disponibilité en opérations affecte notre capacité logistique et de maintenance en métropole. Pour les Tigre la disponibilité en métropole est tombée à moins de 30 %.

Pourquoi ?

Parmi les 53 Tigre livrés, 22 appareils ont été projetés à 44 reprises depuis 2009 en Afghanistan, en Libye, au Mali, en République Centrafricaine et en Somalie. Par « reprise » j’entends une opération de guerre qui va au-delà de deux mois. Et je ne compte pas les exercices ou l’entrainement. Il n’y a pas d’autre système d’arme autant utilisé. A titre d’exemple, un Tigre a été rapporté du Mali avec 19 impacts de balles, il est difficile de le remettre en état de vol.

L’ALAT c’est une grande famille de 5 000 personnes. Elle est composée de 1 000 pilotes, de 2 200 mécaniciens aéronautiques et de 300 mécaniciens terrestres. Donc, sur le théâtre et à l’exception d’interventions trop complexes, c’est l’ALAT qui répare et entretient.

Le cas échéant, Airbus Hélicoptères peut apporter son aide. L’industriel a ainsi envoyé en permanence deux ou trois mécaniciens pour l’entretien des Tigre en Afghanistan où il nous a beaucoup aidé. Il a également projeté une équipe pour les Caïman à Gao [Mali]. S’agissant des nouveaux appareils, Airbus Helicoptères peut apporter des diagnostics, des analyses et éventuellement proposer des modalités de réparations. Mais sur les appareils qui sont en service dans l’ALAT depuis longtemps nous sommes autonomes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme quoi c'est toujours dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes... enfin celles qui datent de l’époque ou le matos était fait pour la vraie guerre, avec le PAVA a 2-3h de vol de Paris et 2-3 jours de voyage champêtre a travers la Germanie  :destabilisec:

 

Pour les prochaines machines, on pourrait parler aux industriels de rusticite et de resilience, au lieu des normes euro-machin &co, non? les normes ont une utilité, mais quand les machines tournent, c'est mieux, et de préférence, avec un vrai budget pieces detachees et lots de rechange, pas un truc de manager paramétré au quart de poil de cul pour passer l'annee quand les machines ne sortent que pour l'entrainement en metropole, sinon on fait des engins de sport, pas des engins de guerre.

Edited by French Kiss

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca s'appelle la normalisation, c'est une tragédie le plus souvent, mais en fait c'est pas tant au niveau des produits eux même mais pour leur suivi/entretien que c'est la merde, et crois moi que c'est à distribuer des coups de poings dans la gueule parfois

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà ce que dit Jean-Marc Tanguy, ce jour.

Citation

« on a accepté des livraisons partielles parce que le développement n’était pas terminé" le dir SIAé sur le Caïman

Citation

Le besoin d'équiper Gazelle en M134 identifié dès 2004, bloqué jusqu'en 2017 par DGA rappelle 4e RHFS

J'ai commencé ce fil de discussion, il y a presque 12 ans, sur la base de ce Rapport d'information n°350 (2001-2002) de Feu M. Serge VINÇON, fait au nom de la commission des affaires étrangères, déposé le 10/07/2002

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Pourquoi les opérations manquent d'hélicoptères "    

- quand on cherche depuis des décennies à sophistiquer les hélicos, sous prétexte bien compris alors de "guerre froide", avouons qu'on a tous admiré cette hyper - sophistication, puisqu'elle était dans l'air du temps ( techno techno quand tu nous tiens )

- qu'en "après guerre froide", dividendes de la paix aidant, il eu quand même été impensable de vendre du rustique plutôt que du sophistiqué 

- et que quasiment volontairement on veut ignorer la maintenance correspondante, parce qu'elle signifierait simultanément des budgets futurs intenables => Donc on sous-budget la MCO 

Le résultat est celui que l'on connait aujourd'hui... Alors que nos hélicos sophistiqués au Sahel ne risquent pas trop d'être opposés aux menaces du front de l'est !   On est en pleine contradiction

l'H215 se vend bien, à côté du sophistiqué Caracal et de l'hyper-sophistiqué Caïman ... Retour de la réalité ?  

Déshabiller le Caïman et le Tigre de leurs gadgets inutiles en milieu Sahel et Désert ??  Modularité et flexibilité opérationnelles  insuffisantes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,411
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Napoléon_Ier
    Newest Member
    Napoléon_Ier
    Joined
  • Forum Statistics

    20,716
    Total Topics
    1,250,156
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries