Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Afghanistan] Archive


Recommended Posts

Si ils ne reviennent pas sinon tu auras 4000 guerriers aguerris.

Totalement juste ,mes excuses .

Je les voyais plutôt se faire péter sur la route des convois ou dans les écoles ,c'est plus facile ,ou se faire allumer par des AASM et assimilés .

Malheureusement c'est vrai que c'est des gens du même genre qui ce matin de Juillet ont endeuillés le "Tube" Anglais .

+1 sur tout le post de Berkut ,si ce n'est que je pense que nos troupes ne finiront pas le contrat ,et que ce sera aux Afghans de supprimer la vermine . Si la victoire sera indiscutable ,je vois d'ici et déjà les représentants de certains Partis Français ,comptant les milliards dépensés ,et les vies perdues ,sans aucune profondeur .. Faudra penser à bien encadrer nos hommes psychologiquement ,ça sera pas le retour du Viet Nam ,mais ça va pas forcément être facile j'imagine .

Support our Troops comme qui dirait .

Link to comment
Share on other sites

Bien sûr que l'ISAF ne gagnera jamais cette guerre... Puisque c'est à l'armée afghane de la gagner. Le but de l'ISAF est de contenir ces raclures de barbus le temps que l'ANA et les forces de police afghanes soient suffisamment aguerries/fiables/compétentes pour prendre le relais, que le pouvoir politique soit stabilisé et que la population ait accès à une vie sensiblement plus décente que sous ces fanatiques à deux zlotys.

Une fois que les gens verront qu'ils ont plus à gagner à ne pas vivre sous la coupe des talibans, ces derniers perdront l'appui de certaines franges de la population et ils perdront la guerre. Ils ne pourront dès lors que se lancer dans des opérations montées depuis le Pakistan. Et là c'est l'ANA qui entre en jeu pour verrouiller la zone.

Restera plus qu'à traquer cette vermine dans les montagnes et les éradiquer comme des cancrelats. On pourrait même en profiter qui sait pour faire une virée au Pakistan et s'occuper des islamistes histoire de nettoyer l'armée les services de renseignement.

Si les armées d'occident se retire d'Afghanistan, les experts laisse quelques mois au max au gouvernement et à l'armée Afghane avant qu'ils s'effondrent, sa fait 8 ans que les Américains sont là et il n'y a pas de progrès...

Les Canadiens vont se retirer en 2011, et puis sa s'enchaînera..

Link to comment
Share on other sites

Si les armées d'occident se retire d'Afghanistan, les experts laisse quelques mois au max au gouvernement et à l'armée Afghane avant qu'ils s'effondrent, sa fait 8 ans que les Américains sont là et il n'y a pas de progrès...

Les Canadiens vont se retirer en 2011, et puis sa s'enchaînera..

Il n'a jamais été question d'un retrait complet du Canada en 2011, mais d'un changement de rôle: Le Battlegroup part et normalement, la PRT Kandahar reste, la gendarmerie(RCMP) aussi, les polices provinciales et municipale, tout comme l'air wing afghanistan, la base de soutien du canada aux UAE, le service correctionnel canadien restera, le service des douanes et les forces spéciales canadiennes devraient se renforcer avec la création de nouvelles unités etc...

On parle d'un retrait ''domestique'' canadien avec le battlegroup en moins, pas d'un vrai retrait effectif. De plus, l'armée c'est fait taper sur les doigts avec sont chiffre fantaisiste de 2800 soldats canadiens engagés, en réalité avec les TAV's on parle d'un chiffre plus proche de 5000 soldats ce qui est en contravention avec l'engagement voté par le parlement...

Le retrait ''d'unité de combat(battlegroup)'' fera plaisir à la population canadienne, mais ne changera rien à l'engagement canadien là-bas, en réalité les 6 chinook+ les 8 ch-146+ les heron + les scan eagle + les skylark + 2 c-17 + 2 cc-150 polaris + 3 cc-130 hercules + les 8 MI-17(skylink canada) + les 4 bell 412sp(CCC canada) sont beaucoup plus significatif niveau engagement que les 1500 soldats du battlegroup, surtout que ces soldats seront remplacer par des dizaine de milliers de soldats US dans les mois prochains...

La priorité étant de toute façon les moyen aériens manquant à l'ISAF. 

Link to comment
Share on other sites

Dans un premier temps, il a fallu botter le cul aux talibans, et les repousser dans les montagnes. Ca ne se fait pas en un jour. Après on occupe le terrain et on s'y habitue. Là non plus cela ne se fait pas en un jour. Après ça, il a fallu éduquer les iouesses pour qu'ils apprennent à faire du win heart and mind... Ca aussi ça ne se fait pas en un jour... On continue encore d'ailleurs.

Se faire accepter par la population comme étant non pas des occupants mais des protecteurs temporaires. Former cette foutue armée nationale qui dans un premier temps était vraiment en dessous de tout. un ami qui était sur place était horrifié par le niveau de ces gars là et leur mentalité à deux cents. Il a fallu partir de ZERO pour en faire des soldats médiocres et continuer pour qu'ils atteignent un niveau potable. C'est LOIN d'être fini car il faut former non pas uniquement la piétaille mais aussi les officiers et les sous officiers et éviter qu'ils meurent (au moins le temps qu'il y en ait suffisamment). Et quand je parle de formation, je ne parle pas uniquement de combat mais tout ce qu'il y a à côté.

Et évidemment, vient aussi la police, mais pas seulement. On en parle pas mais il y a aussi les médecins, les professeurs, les ingénieurs, les ouvriers qualifiés.

on ne parle pas de reconstruire un pays ravagé par la guerre mais de faire sortir un pays du Moyen Age dans lequel il se trouve (tant dans les têtes que dans les faits.)

Dire qu'il n'y a pas de progrès c'est au mieux de l'ignorance au pire un mensonge éhonté. Mais faut pas aussi en attendre trop de paysans à la mentalité moyenâgeuse... La majorité de la population hors agglomérations d'importance en est encore avec toutes ces fadaises de clans et autres vieilleries obscurantistes qui sont du pain béni pour des gars comme les talibans. C'est un travail de longue haleine que d'amener à faire comprendre aux afghans que l'unité est le seul moyen de combattre ces fanatiques et de leur inculquer des moyens modernes pour le faire. Il a fallu plus de mille à l'Europe pour passer d'un système féodal à un système plus efficace de gouvernance, on ne va pas demander aux afghans de faire 1000 fois plus vite et en temps de guerre non?

Link to comment
Share on other sites

Dans un premier temps, il a fallu botter le cul aux talibans, et les repousser dans les montagnes. Ca ne se fait pas en un jour. Après on occupe le terrain et on s'y habitue. Là non plus cela ne se fait pas en un jour. Après ça, il a fallu éduquer les iouesses pour qu'ils apprennent à faire du win heart and mind... Ca aussi ça ne se fait pas en un jour... On continue encore d'ailleurs.

Se faire accepter par la population comme étant non pas des occupants mais des protecteurs temporaires. Former cette foutue armée nationale qui dans un premier temps était vraiment en dessous de tout. un ami qui était sur place était horrifié par le niveau de ces gars là et leur mentalité à deux cents. Il a fallu partir de ZERO pour en faire des soldats médiocres et continuer pour qu'ils atteignent un niveau potable. C'est LOIN d'être fini car il faut former non pas uniquement la piétaille mais aussi les officiers et les sous officiers et éviter qu'ils meurent (au moins le temps qu'il y en ait suffisamment). Et quand je parle de formation, je ne parle pas uniquement de combat mais tout ce qu'il y a à côté.

Et évidemment, vient aussi la police, mais pas seulement. On en parle pas mais il y a aussi les médecins, les professeurs, les ingénieurs, les ouvriers qualifiés.

on ne parle pas de reconstruire un pays ravagé par la guerre mais de faire sortir un pays du Moyen Age dans lequel il se trouve (tant dans les têtes que dans les faits.)

Dire qu'il n'y a pas de progrès c'est au mieux de l'ignorance au pire un mensonge éhonté. Mais faut pas aussi en attendre trop de paysans à la mentalité moyenâgeuse... La majorité de la population hors agglomérations d'importance en est encore avec toutes ces fadaises de clans et autres vieilleries obscurantistes qui sont du pain béni pour des gars comme les talibans. C'est un travail de longue haleine que d'amener à faire comprendre aux afghans que l'unité est le seul moyen de combattre ces fanatiques et de leur inculquer des moyens modernes pour le faire. Il a fallu plus de mille à l'Europe pour passer d'un système féodal à un système plus efficace de gouvernance, on ne va pas demander aux afghans de faire 1000 fois plus vite et en temps de guerre non?

Tu fait encore confiance a la police et à l'armée Afghane?

:lol:

[dailymotion=650,500]x737nv[/dailymotion]

Link to comment
Share on other sites

Bien malin celui ou celle qui pourra répondre. Je pourrai te dire "quand les talibans auront été exterminés jusqu'au dernier" mais c'est:

*infaisable pour des raisons pratiques.

*infaisable pour des raisons de droit international

donc plus qu'à espérer que l'ANA pour endiguer les talebs une fois qu'elle aura été suffisamment formée et que la police pourra elle aussi jouer son rôle.

En clair, ne soyez pas pressé, on est pas prêt de partir (si tant est que l'on reste jusqu'à la fin de notre mission)

Link to comment
Share on other sites

70 policiers qui ont trahis sur une force de quelques 80 000 policiers...vite abbandonons l Afghanistan, tout est perdu !! :P

Entre temps, le UK promet encore £50m sur des projets de developements, amenant un total de £510m sur 4 ans a venir. L argent va entre autre servir a construire un route entre Lashkar Gah et Gereshk (une vraie route  :lol:), renove une centrale hydro electrique pour ameliore l electricite a Gereshk et developpe des projets d agriculture.

http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk/7920533.stm

et apres le Saffran, les ''grenades'' (merci babelfish?  =D) pour remplace l opium?

http://www.guardian.co.uk/news/blog/2009/mar/02/afghanistan-obama-administration

Link to comment
Share on other sites

U.S. official says NATO may ask China for support in Afghanistan(des officiels US laisse entendre que l'OTAN pourrait demander un  appui en Afghanistan).

20 hours ago

BRUSSELS — NATO may ask China to provide support for the war effort in Afghanistan, including possibly opening a supply link for alliance forces, a senior U.S. official said Monday.

The subject is still under consideration and no decision has been reached on whether to approach Beijing, the official said on condition of anonymity given the sensitivity of the issue.

He spoke ahead of a meeting of NATO foreign ministers in Brussels, which will include Hillary Clinton in her first European trip as U.S. secretary of state. Canadian Foreign Affairs Minister Lawrence Cannon will also attend.

One way Beijing could help would be to open an alternate logistics route through western China into Afghanistan, the U.S. official said in Brussels.

China shares a 76-kilometre border with Afghanistan in the Wakhan Corridor, a thin sparsely populated strip of Afghan territory separating Pakistan and Tajikistan. The 2,000-year-old-caravan route - once used by Marco Polo - is now a dirt road that crosses some of the world's most mountainous regions.

Until now, China - which also has faced problems with Islamic militants in its western regions - has generally been supportive of the Afghan government and the U.S.-led allied war effort. But Beijing has shied away from involving itself too closely in the conflict.

The NATO ministerial meeting in Brussels comes amid intense diplomatic efforts to secure alternate supply routes to Afghanistan, to augment the main logistical lines through Pakistan, which have been under increasing attacks by Taliban guerrillas.

Russia and several other Central Asian states - which also are concerned about the progress of the war in Afghanistan - have allowed the United States, Germany and some other NATO countries to ferry non-lethal equipment by rail to the borders of Afghanistan, thus easing the supply squeeze faced by the alliance.

But NATO has continued to look for more routes to landlocked Afghanistan, especially after President Barack Obama announced that 17,000 more U.S. troops would be sent to reinforce the 56,000 allied soldiers already there. Some officials have even suggested that individual countries could explore opening up a new route through Iran to western Afghanistan.

The U.S. official said that NATO was looking to the allies to come up with four additional infantry battalions to be temporarily deployed to Afghanistan to help secure the presidential election campaign this spring or summer. A battalion normally includes 750 to 850 soldiers.

Attacks by insurgents have intensified, and the rebels now control wide swaths of countryside where there aren't enough NATO or Afghan forces to maintain security.

Cannon said Monday he was looking forward to the talks.

"Canada is strongly committed to NATO and views this 26-country alliance as the primary forum for security consultation between Europe and North America," he said in a statement.

Link to comment
Share on other sites

Oui oui, tu peux remercier babelfish on appelle bien ce fruit une grenade ;)

Je vois que je ne suis pas le seul terrorisé par autant de défections dans les rangs des forces afghanes :lol:

Sinon, vous avez des chiffres des contributions occidentales en Astan?

quand au chinois, ouais, qu'ils viennent se faire dessouder par les armes qu'ils vendent aux talebs via Pakistan ce sera pas mal (mais bon, ils en seraient bien capable ces requins  :P )

Link to comment
Share on other sites

Le niveau de leur armée devait être bien bas pour qu'elle ne soit toujours pas opérationnelle à l'heure actuelle.

il n'en avait pas du tout au sens d'une armée nationale !!

de plus la créantion d'une armée afghane suppose au préalable la création d'un vrai état afghan reconnu comme tel par tous les protagonistes, vaste tache.......

Link to comment
Share on other sites

La construction de route semble prendre de l'importance pour désenclaver l'Afghanistan et  develloper son économie comme celle de la Kapisa ou sont basé une partie de nos forces,

ce qui n'empèche pas l'auteur de l'article d'émètre quelques remarques sur la réalité sur les avancées sécuritaires comme nous sommes en Hiver.

Afghanistan diary: A hobbled march to victory as French forces prevail

Roadbuilding in a far-flung valley under the guard of French forces augurs well. But this is winter, and the real fighting has yet to start

From the air, the Morales-Frazier firebase looks like it has been etched on to the bare rock. It sits at the bottom of a long, deep valley full of insurgents and stands between them and a new road being built under the Taliban's nose.

The French army has a long history of holding the fort in far-flung and unforgiving corners of the world, and this bleak, forward-operating base fits that tradition perfectly. Seven hundred troops, mostly mountain infantry, have been sent here to make good President Nicolas Sarkozy's pledge that France would to do more here in more dangerous places.

Task Force Tiger, as they call themselves, took over late last year from a single US rifle company that had made no progress in uprooting the Taliban and its allies from the Pashtun villages. The building of the road, designed to bypass the morass of Kabul and allow trade and traffic to move quickly from the east to the north, would not have been possible before the French arrived.

"There is a noticeable difference in putting 700 infantrymen out in those valleys," Colonel Scott Spellmon, the US commander in the region, said. "It has a very large disruptive effect on the main insurgent groups that have been operating here."

Those insurgent groups are principally the Taliban and the Hizb-e-Islami, led by the veteran warlord Gulbuddin Hekmatyar. The French claim that together with the Afghan National Army, they have killed or captured 24 "leaders" of these two groups since arriving.

The bolder approach permitted by greater numbers has meant the frequency of "contact" with insurgents – firefights and bomb blasts – has risen 70% on last year, yet French officers say they have lost no soldiers and killed no civilians. The French have kept to the high ground, leaving the Afghan army to advance up the valley floor, and asking local police to knock on doors and check buildings.

"The centre of gravity for us is the population, as with every counterinsurgency," said the French commander, Colonel Nicolas le Nen. "We have regained the initiative. That is the major change since we started operating here."

It is impossible to verify all the French claims. The Afghaniya valley, the main battlefield, remains hostile territory for foreigners, and not even the Afghan army has outposts up there. In any case, we have been flown in and then away again after a couple of hours in Nato helicopters. It's enough time for a French briefing, a quick mortar demonstration – not enough to canvass the neighbourhood.

But the maps show that the progress so far has been slow and limited. The French have ventured only about 15km up the valley, less than a fifth of its length. And this is winter; the real fighting season has yet to begin. There is already intelligence that the main body of insurgents is working its way back from its winter haven in Pakistan.

On the other hand, the breathing space won by the French has allowed work on the road to begin along the lower reaches of the Panjshir river. It is due to be given an asphalt surface within three weeks. After years of pleading from Afghan provincial governors, roads are at the centre of the new strategy being pursued in Afghanistan by the head of Central Command, General David Petraeus, and the force commander in Afghanistan, General David McKiernan.

Last year, the Taliban succeeded in making the main road that rings the country more or less impassable as it passed through the south, suffocating much of the economic gains the government and its foreign backers are trying to eke out.

"We would not even have thought of building this road a few months ago," Spellmon said. When it is completed, trucks will no longer have to sit in long lines in the congested capital on the way north. It will also mean that the seedless pomegranates, for which the Pashtun villages of southern Kapisa are famous, can be taken more rapidly to more markets.

The inevitable PowerPoint briefing at the French base, however, makes it clear why in Afghanistan even apparent victories can also be losses.

Slides and short videos show smiling French soldiers providing food and clinics, while the villagers express gratitude to the foreigners. This is not supposed to be the end result. The French mission statement explicitly states that they, like the other Nato troops here, are supposed to "enhance Afghan government credibility". Their achievements may serve to underline the relative impotence of Hamid Karzai's deeply unpopular cabinetin Kabul.

Spellmon insisted that the high profile of the French in the presentation was only "a function of where the camera was pointed".

"We try to put [local officials] up front and try very hard to stay out of the camera and in the background and to put the Afghan government out front, because that's what we want to do – to build people's confidence in the government and the services," the US commander said.

To some extent, the growing confidence and expanding role played by the Afghan army may go some way to achieving that end. Afghans in general have high regard for their armed forces. But the "surge" of western forces anticipated here will inevitably dilute the Afghan role. It carries within it the seeds of both success and failure.

Le journaliste fait sans doute partie du groupe que l'OTAN et les US balade dans le pays et dont voila notre participante.

Link to comment
Share on other sites

Feel the force…In February 2006, “2,000 Green Laser Pointers Rushed to Troops in Iraq” described the innovative approach of American troops in Iraq, which had been picked up the the US Army’s Rapid Fielding Initiative. In a great victory for Power Point warriors everywhere, American troops had discovered that same powerful but eye-safe green laser pointers used in their civilian jobs were much more effective than bright spotlights, when it came to stopping oncoming vehicles without the need for gunfire. That’s a very important consideration in counterinsurgency campaigns, where maintaining the support of the populace and acting as its protector forms the foundation of the American approach.

America’s allies have a similar mindset, and increasingly a similar doctrine as well. Not to mention a similar penchant for military nomenclature. Canada will be purchasing 750 “Visual Warning Technology (VWT) systems and ancillaries,” to include protective cases and remote operating switches, from R. Nicholls Distributors Inc. of Longueuil, QC. They’re essentially jumped-up green laser pointers that can be operated remotely, and have enough brightness to briefly “dazzle” targets without blinding them or causing any permanent damage. The deal is worth C$7.2 million, including Canada’s VAT tax (GST). DND received 3 bids, and initial delivery is expected as early as March 2009, with full delivery before June 2010. Meanwhile, Canadian Forces will make preparations to ensure that these systems are effective in theater: “In order for VWT to succeed as a warning mechanism, the intended audience needs to be educated about its existence and purpose. Accordingly, prior to the technology being introduced into theatre, CF troops in cooperation with Afghan authorities will conduct a public awareness campaign to inform the local population. This campaign will inform Afghans that the green light emitted from VWT systems signals a warning and that whenever they see it illuminated at them from a military vehicle or checkpoint they should stay away. This public awareness campaign will also inform Afghanis that the dazzling illumination is not intended to harm them, but rather to alert them to potential danger.”

C'est anecdotique mais des solutions moins aggressives peuvent être utilisées même en afghanistan, et si ça peut diminuer la tension ambiante.... 

Link to comment
Share on other sites

Afghanistan : une guerre « inutile » pour l’ancien chef des SAS britanniques



Image IPB


LONDRES (NOVOpress) – Sebastian Morley, l’ancien chef des forces spéciales britanniques (SAS) en Afghanistan a dans un entretien publié samedi par le Daily Telegraph qualifié d’« inutile » la campagne militaire contre les talibans et estimé qu’elle rappelait la guerre du Vietnam à ses débuts.

Pour le major Morley, qui a démissionné de l’armée britannique en novembre dernier en blâmant le sous-équipement chronique des troupes déployées en Afghanistan, « le nombre de victimes et l’usure des troupes ne peuvent que croître ». Il accuse également le gouvernement britannique d’avoir « du sang sur les mains ».

« C’est l’équivalent du commencement de la guerre du Vietnam », a jugé le l’officier qui a expliqué : « Nous tenons de petites portions de terrain dans la province d’Helmand (…) Nous sortons en opérations, nous bagarrons avec les talibans et rentrons au camp pour le thé. Nous ne tenons pas le terrain. Les talibans savent où nous sommes. Ils savent très bien quand nous sommes rentrés au camp ». Pour lui : « Nous nous mentons à nous-mêmes si nous pensons que notre influence dépasse 500 mètres au-delà de nos bases ». Des propos à rapprocher de ceux de l’ex-commandant français Pierre-Henri Bunel, qui déclarait voici quelques semaines au micro de Novopress : « Qui tient Kaboul, tient Kaboul, c’est tout. Mais personne n’a jamais fédéré l’Afghanistan » (voir Novopress).

Depuis, plusieurs semaines, des voix s’élèvent pour souligner la complexité de la situation en Afghanistan et le caractère aléatoire voire illusoire d’une victoire des forces d’occupation occidentales, telle celle du Premier ministre canadien Stephen Harper - qui a récemment déclaré : « nous ne vaincrons jamais l’insurrection » - ou du député français Pierre Lellouche, qui vient d’être nommé par le président Nicolas Sarkozy représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et le Pakistan, selon qui « on a réussi à fabriquer le premier narco-Etat de la planète financé par l’argent du contribuable de l’Otan ». Des doutes confirmés voici quelques jours par le géopoliticien Aymeric Chauprade au micro de Novopress : « on oublie la dimension civilisation elle. On ne transformera pas l’Afghanistan et tout ce qui est engagé là-bas est voué à l’échec comme e dut el cas avec les Russes et avant eux les Britanniques » (voir Novopress).


>>> http://fr.novopress.info/?p=15878
Link to comment
Share on other sites

Un criminel de moins...

vous connaissez le bourot americain Santos Cardona qui torture avec l'aide de son chien les prisonniers Iraquiens dans la prison de abou garib ?

d'aprés al jazeera, il a sauté sur une bombe posé par les talibans en Afghanistan...

Image IPB

Santos Cardona

Image IPB 

Image IPB

Image IPB

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/4E8E251E-D85C-403A-8ACC-C8ECF091F0E9.htm

Link to comment
Share on other sites

Pour ce genre de mec (pourriture), j'ai aucune compassion...

Visiblement ta compassion est particulièrement sélective. Faire exploser des bombes un peu au hasard pas forcément pour tuer exclusivement des cibles militaires ... tout ça avec l'espoir de tuer des militaire est aussi criminel pourtant ça te tracasse moins que de la torture...

Link to comment
Share on other sites

Visiblement ta compassion est particulièrement sélective. Faire exploser des bombes un peu au hasard pas forcément pour tuer exclusivement des cibles militaires ... tout ça avec l'espoir de tuer des militaire est aussi criminel pourtant ça te tracasse moins que de la torture...

Il y a une différence entre torturer quelqu'un sans défense et se battre contre des rebelles...

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,986
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...