Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

équipement individuel du combattant français


Gibbs le Cajun
 Share

Recommended Posts

si je comprends bien un régiment d'infanterie sur GRIFFON obtiendra :

-16 GRIFFON VTT ( sous version FELIN ) par compagnie de combat

-4 GRIFFON VTT ( sous version 2 variante MMP )

-4 GRIFFON VTT ( sous version 2 variante mortier 81mm )

-4 GRIFFON VTT ( sous version 2 variante TELD )

-2 GRIFFON POSTE DE COMMANDEMENT par compagnie de combat

-4 GRIFFON POSTE DE COMMANDEMENT pour l'état majors régimentaire

-éventuellement 2 GRIFFON POSTE DE COMMANDEMENT pour la compagnie des appuis

-4 GRIFFON VTT ( sous version 4 ELI 

1 GRIFFON SANITAIRE par compagnie

-quelqu'un peut m'éclairer pour le nombre de GRIFFON LOGISTIQUE DE CONTACT

 

Edited by titispv28
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Philippe Top-Force a dit :

Rien que pour vos yeux. Accord inédit d'achat de protections oculaires par le CESCOF, passé avec oakley & ESS http://lemamouth.blogspot.com/2018/08/rien-que-pour-vos-yeux.html

DktHxlvW0AMFRjL.jpg

D'ailleurs je devrais à l'occasion regarder la référence de mes lunettes de dotation histoire de faire le comparatif :biggrin:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Je vois que certains se posent un peu des questions sur le nombre d'hommes embarqués par un VBMR, VBCI ou autres.

La chose essentielle à retenir, c'est de connaitre "l'organisation" de notre armée. Un civil, même passionné par la question militaire pourrait juste voir des soldats à mettre dans des véhicules pour aller au combat tout en concluant que plus on peut en mettre dans un véhicule moins on aura besoin de véhicules. C'est une mauvaise approche de la chose.

Pour l'infanterie on a 1 régiment avec 5 compagnies de combat, qui ont chacune 4 sections de 4 groupes. Pour les véhicules, c'est simple, on en a 1 par groupe et c'est par rapport a l'effectif de ce dernier que l'on définit le besoin d'emport d'un véhicule. En l'occurrence, un groupe d'infanterie de l'ADT c'est 2 trinômes et 1 chef de groupe, soit 7 personnes.

7 hommes pour 7 places. C'est à dire qu'actuellement que ce soit les VBCI ou futur VBMR ont déjà un siège de vide, mais par rapport au VAB (dont l'ultima) qui n'en a que 6, on a des véhicules adaptés ne nécessitant pas de devoir prendre du rab pour mettre les effectifs de trop, ce qui désorganise totalement la gestion des groupes pour son commandement. Certains se diront, mais pourquoi 8? Tout simplement par ce que la symétrie d'un véhicule, dans l'habitacle fait qu'avoir 2 rangées de 4, devient logique et que cette 8e place peut toujours être utile lorsqu'il s'agit d'avoir un interprète ou autre.

Mais le gros problème de cette dotation de véhicules par groupe, c'est que l'équipage est à part du groupe. Pour moi il est nécessaire d'avoir l'équipage qui est pleinement intégré au groupe, dans le but d'éviter de devoir piocher de droite à gauche pour armer pleinement une compagnie qui est projetée ou même à l'entraînement. Car c'est l'équivalent d'une section qui "manque".

Aux USA, chez eux, on fonctionne par équipe de 4 (un groupe de 9 avec le cdg), tous leurs véhicules de transports de troupes suivent ce facteur là. Que ce soit le véhicule de base, le Humvee ou son successeur le JLTV, mais aussi des MRAP de 4 ou 8 places. Chez eux par contre, l'effectif de l'équipage "intègre" bien, à sa manière l'équipe "débarquée". Mais généralement chez eux on reste sur des "squads" de 4, ce qui fait que les américains ont le double de véhicules de nous, là ou nous on sort avec 8 VBCI, eux ils sortiront avec 16 MRAP/humvee sans pour autant être plus nombreux ensuite à débarquer. Chacun son organisation et ses besoins.

Et en cas de guerre haute intensité nécessitant pleins d'hommes, donc sans doute un retour à la conscription, ben on fera comme toutes les autres armées du monde qui le feront ou qui le font tout le temps pour transporter de la quantité humaine, on utilisera les camions!

Que ce soit chez nous ou ailleurs, faut pas uniquement voir le blindé comme unique moyen de transport. Les russes ils ont peut être 6000 véhicules blindés de transport de troupes, de quoi emmener environ 40 000 hommes, mais la majorité des hommes, c'est sur camions. Ne pas s'obnubiler à avoir pleins de blindés dans l'hypothèse d'une guerre de haute intensité pour pouvoir emmener plus d'hommes, chaque armée du monde a un certain nombre de blindés pour ne certaine quantité d'unités, mais la masse humaine, c'est le camion et je ne sais pas pourquoi chez nous, sortir un camion deviendrait honteux. Dans le passé l'infanterie dîtes légère, c'était l'infanterie qu'on transportait en camions, c'était tout à fait normal, y compris en pleine guerre froide avec les milliers de chars et de canons de l'armée soviétique.

Link to comment
Share on other sites

Rien n’interdit à l’infanterie française de passer à des groupes de 8 ou 9 pax en 2 équipes de 4 + 1 CDG le cas échéant.... la plupart des retex montrent les limites de l’équipe à 3 pax ... Au lieu d’avoir créé une 5e compagnie dans chaque RI, on aurait mieux fait de gonfler les effectifs des 4 autres pour être complètes avec même un deux groupes de “renfort” pour combler absences, accidents et changements d’affectation de dernière minute ... l’excuse du véhicule est un cache-misère

Clairon

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Clairon a dit :

Rien n’interdit à l’infanterie française de passer à des groupes de 8 ou 9 pax en 2 équipes de 4 + 1 CDG le cas échéant.... la plupart des retex montrent les limites de l’équipe à 3 pax ... Au lieu d’avoir créé une 5e compagnie dans chaque RI, on aurait mieux fait de gonfler les effectifs des 4 autres pour être complètes avec même un deux groupes de “renfort” pour combler absences, accidents et changements d’affectation de dernière minute ... l’excuse du véhicule est un cache-misère

Clairon

Je ne cherche pas une "excuse" avec le véhicule, je dis que l'on a définit les nouveaux véhicules (VBCI/VBMR) en fonction de l'organisation d'un groupe de combat et non l'inverse.

Le débat pour changer ce format il est présent depuis des années et bien entendu il est plus avantageux d'avoir 2 équipes de 4.

Je reste comme vous, d'avis pour renforcer les compagnies existantes, mais je ne remet pas en cause une cinquième compagnie par rapport au besoin d'amener de l'effectif rapidement. J'ai soutenu le choix de privilégier la création d'une compagnie supplémentaire par régiment plutôt que de recréer de nouveaux régiments (même si on peut évoquer la transformation de la 13e DBLE qui est devenu en soit un "nouveau" RI).

Si demain il faut "augmenter" le volume des forces, je soutiendrai comme vous, de gonfler l'existant afin d'obtenir une certaine cohérence. J'ai déjà consulté de nombreux rapports internes, notamment pour les perspectives avec les coupes (qui ont été annulées) et ceux de l'augmentation de la FOT et ce qui est certain, c'est que la revue du format infanterie avec densification des groupes, s'y trouvaient et que fatalement ce genre de choses restent dans les cartons et que la transformation pourrait s'effectuer rapidement sans études.

Le principal projet (qui sera peut-être fait, je ne sais pas la suite, je ne suis plus dans la boutique) prévoyait qu'en 2020, il y ait 20 RI à structure identique comprenant:

-5 compagnies de combats, avec 5 sections chacune. Il y avait celle de commandement avec un effectif de 2/4/13//19, trois sections de combat effectifs 1/5/34//40 et une section appui avec effectif 0/6/28//35. Total compagnie 5/25/144//174 personnels.

-1 CEA avec 4 sections totalisant 4/22/76//102 personnels.

Une section aurait donc été à 40 personnels, soit techniquement 4 groupes de 10, mais en réalité le groupe appui étant moins nombreux (groupe de 7 équipés de 2 roquettes NG) les 3 personnels restants pouvant se caractériser par le CDS son SOA et son radio. Le plan était donc bien d'avoir 10 personnels par groupe de combat, 2 équipes de 4 (dont l'une incorporant le chef de groupe et l'autre un chef d'équipe pour 3 combattants et non plus deux comme dans le trinôme) mais comprenant aussi 2 personnels "véhicules" (conducteur + tireur), le chef de groupe pouvant et devant même occuper le rôle de chef d'engin (surtout "utile" sur un VBCI un peu moins sur VBMR) il aurait une double casquette (et il se pourrait bien que pour le VBCI on ait besoin de maintenir en permanence un chef de char pour éviter qu'une équipe ne reste à 3 comme le modèle actuel. Ce projet devient peut-être une réalité en ce moment, je l'ignore, mais en tout cas il rejoint bien plusieurs choses qui se passent en ce moment. La section appui, elle, par contre ne changerait pas vraiment, 3 groupes, l'un avec 2 mortiers de 81mm, les deux autres avec 1 mmp et une mitrailleuse de 7.62 par groupe.

L'ambition est donc bien là, peut-être en route même, amenant 3 personnels à chaque groupe tout en intégrant pleinement un véhicule et son équipage à celui-ci.

Ensuite concernant des groupes de "renforts" ce n'est pas utile, on comble avec d'autres effectifs de compagnies. Il n'y aura de toute façon jamais aucune compagnie avec 100% de ses effectifs présents et aptes et si on a des groupes en "renforts" dans ces compagnies on cherchera à faire la même chose, compléter la réserve. Nous n'avons plus une armée de conscrits, on ne peut pas se permettre avec les difficultés du recrutement d'avoir des engagés en réserve qui ne serviraient que de bouche trou. Non fixons nous par exemple un contrat opérationnel qui imposerait que chaque RI dispose de 4 compagnies de combat mobilisables (avec une compagnie de réservistes disponibles pour assurer la garde de l'implantation) avec les ponctions sur la 5e que de créer du gras dans les troupes qui serait néfaste dans la cohérence organisationnelle d'une compagnie. Aucune armée dans le monde le fait ou ne l'a fait, ce n'est pas pour rien. Et s'il s'agit d'amener du renfort en opération, on peut imaginer rattacher une section de combat en plus à une compagnie, mais certainement pas d'avoir un stock de roues de secours.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

26 minutes ago, Xavier said:

Je ne cherche pas une "excuse" avec le véhicule, je dis que l'on a définit les nouveaux véhicules (VBCI/VBMR) en fonction de l'organisation d'un groupe de combat et non l'inverse.

On a défini l'aménagement intérieur de nos véhicules en fonction de ...

La preuve pour d'autre client on propose d'autre aménagement et d'autre solution sur les même véhicules.

L'AdT fait preuve d'une extrême rigidité dans la composition des groupe de combat ... a mon avis ca confine a la bêtise.

Par exemple il n'y a rien de raisonnable qui fasse qu'un groupe méca ... soit construit de la mème manière qu'un groupe moto ... pareil avec les troupe encore plus légère type paras ou alpins.

A mon sens cette rigidité est néfaste à l'efficacité des sections ... les rendant peu utilisable comme pion élémentaire ... imposant un sur-emploi de section malvenu et pas vraiment cohérent en terme de commandement et d’organisation.

Naturellement les groupe motorisé qui combattent a pieds avec moins d'appui organique devrait être sur surdoté en personnel ... encore plus pour les unité légère ou employé comme telle comme les paras et les alpin.

De la même manière on comprend qu'aider par le feu et la mobilité de leur VCI les groupe mécanisé puisse se suffire d'un peu moins de monde dans les groupes.

Rien ne s'oppose mécaniquement à mettre 18+3 marines dans un AAV-7 ... c'est pas pour qu'on ne puisse pas aménager un autobus grenre Griffon ... pour héberger 10 pax en cabine "arrière".

De la même manière le VBCI est proposé en tourelle inhabité-nonpénétrante a 12-14 places ... donc nos engin son capable ... c'est pas eux qui ne sont pas capable.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Xavier a dit :

Mais le gros problème de cette dotation de véhicules par groupe, c'est que l'équipage est à part du groupe. 

Ah bon ?

Si la section est complète les équipages font partie de la section. 

 

Il y a 5 heures, Xavier a dit :

Aux USA, chez eux, on fonctionne par équipe de 4 (un groupe de 9 avec le cdg), tous leurs véhicules de transports de troupes suivent ce facteur là. Que ce soit le véhicule de base, le Humvee ou son successeur le JLTV, mais aussi des MRAP de 4 ou 8 places.

Nombre de place du Bradley ?

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, g4lly a dit :

 

Vous savez, quand on regarde les autres armées dans le monde, celle de notre armée n'est pas un cas à part ou un cas exceptionnel et d'autres ont des systèmes parfois plus complexes qui produisent des difficultés plus grandes que celles qui sont les nôtres. Un groupe de 7, n'est pas une exception française, beaucoup l'ont en pratique, dont les russes.

Tous les formats sont en réalité un problème de commandement dont le dernier élément est le chef de groupe. Il a été démontré qu'une équipe de 4 est un meilleur compromis qu'un équipe de 3, je ne sais pas si nous allons évoluer vers ce modèle ou non, mais il est préférable de le faire. Par contre il a aussi été démontré qu'au delà de 4, un groupe devient complexe à gérer pour un seul chef.Donc l'utilité d'un VBCI transportant 12-14 personnels à débarquer posera un souci de commandement si on parle bien d'un groupe. Avoir un véhicule transportant 2 groupes de 7 comme on en a actuellement, oui, mais c'est aussi devoir assumer deux fois plus de pertes en cas de problèmes, c'est foutre en l'air la moitié d'une section de combat, ça aussi c'est un paramètre à prendre en compte car ça peut remettre en cause tout un plan d'action. Il ne faut pas juste vouloir plus en pensant que ça règle les problèmes d'effectifs tout en pensant faire l'économie en véhicules, il faut aussi voir le véhicules/groupe, comme un outil de manoeuvre sur un champ de bataille, ou tout le monde ne débarque pas au même endroit ni ne tient les mêmes positions. La quantité de moyens et d'effectifs pour une mission sont un choix de commandement ce n'est pas par ce qu'un VBCI transporterait deux fois plus de monde qu'il y aurait forcément deux fois plus de monde engagé, il y aurait 2 fois moins de véhicules, c'est bien cela que l'on verrait. Après je me trompe peut-être aussi sur ce que vous désirez voir avec des véhicules transportant le double de ce qu'ils transportent actuellement et ce n'est pas une question de non faisabilité industrielle qui imposerait les quantités recherchées par nos armées et qui restent tout de même très standard, y compris à travers le monde.

Fondamentalement aujourd'hui, on ne peut plus vraiment parler d'infanterie "légère" (motorisée) ou "lourde" (mécanisée) comme on pouvait l'entendre hier. On a une infanterie qui est globalement mécanisé partout, l'infanterie motorisé on l'a "abandonnée" avec la fin de la conscription, elle, c'était une infanterie de "masse" qu'on allait transporter en camions. Actuellement, tous ont des blindés et si le parachutages ou les opérations en montagne sont des spécialisations, des spécificités, elles restent tout de même des infanteries classiques qu'on va envoyer en blindés, pour faire un travail d'infanterie qui n'est pas différent d'un RI de base. Même si on peut avoir en tête l'organisation et l'armée du passé, l'armée actuelle n'a plus d'unités d'infanterie qu'on déploie en masse, on a une infanterie qui est assez standard dans le besoin comme dans l'utilisation. Il n'y a plus des dizaines de milliers de conscrits à mettre dans des camions pour apporter cette masse humaine ici ou là, l'infanterie française c'est aujourd'hui environ 20 000 hommes et ces unités ne doivent pas être traité comme de la chair à canon qu'on va envoyer en paquet, comme si elle serait une ressource consommable à l'envie.

Vous évoquez aussi la section comme "pion élémentaire". Je pense que vous faîtes allusion à une utilisation de la section comme une unité écartée ou indépendante de sa compagnie? La section reste organisée autour d'un commandement de compagnie. Si avoir des sections autonomes peut être utile dans certaines situations ou certains conflits, il va falloir donner les moyens d'être autonome. Généralement pour avoir des petites unités autonomes, on a recours aux FS. Faut-il créer une armée de FS avec des dizaines d'unités indépendantes d'une commandement centrale ou faut-il garder une structure et une organisation permettant la manoeuvre d'unités à plus grande échelle? Personnellement je trouve l'organisation d'une compagnie cohérente par rapport à son contrôle sur les sections et vouloir chercher à donner à la section une autonomie tactique, ça peut vite devenir un problème à commander et à soutenir. Si avoir 4-5 sections à gérer sur un petit théâtre d'opération ou ce genre de choses peuvent se faire, ça va, mais au delà vaut mieux gérer 6 compagnies d'infanterie que de gérer 25 sections (il faut avoir mis les pieds dans un PC pour comprendre qu'on est loin de la gestion d'une armée dans un jeux-vidéo).

Link to comment
Share on other sites

15 minutes ago, Xavier said:

Donc l'utilité d'un VBCI transportant 12-14 personnels à débarquer posera un souci de commandement si on parle bien d'un groupe

C'est 12 à 14 en tout en fait.

Idéalement

  • Il faut transporter deux équipe de 2 binômes ... 8 pax
  • Un chef pour ce groupe ...

On est déjà a 8 ou 9 selon que le CdG est intégré ou non.

Quelques part Il faut transporter

  • le CdS
  • et son radio.

Si c'est pas ce couple ci c'est un autre genre SOA, AUXSAN, etc.

On est a 10 ou 11.

Si on veut un siège de libre pour un interprète ou un renfort quelconques on arrive a 11 ou 12.

Ajoute

  • Le pilote
  • Un tireur

On est a 13 ou 14.

15 minutes ago, Xavier said:

Fondamentalement aujourd'hui, on ne peut plus vraiment parler d'infanterie "légère" (motorisée) ou "lourde" (mécanisée) comme on pouvait l'entendre hier. On a une infanterie qui est globalement mécanisé partout, l'infanterie motorisé on l'a "abandonnée" avec la fin de la conscription, elle, c'était une infanterie de "masse" qu'on allait transporter en camions. Actuellement, tous ont des blindés

C'est pas parce qu'on te promene dans un blindé que tu es mécanisé?!!!!

L'infanterie mécanisé combat AVEC le feu ET la mobilité du blindé qui les porte jusqu'au front. L'engin fait partie intégrante du combat.

On a voulu jouer au con en VCIsant les VAB avec des doucette dessus ... ça a fait gros bobo.

On n'expose pas un engin aux coups de l'ennemi s'il n'a pas été conçu pour ça.

Les motorisé sont des fantassin qui sont promené en véhicule a moteur ... blindé ou pas ... mais qui combatte a pied ... a poil ... sans le feu ou la protection d'engin organique.

Cette logique mécanisé n'est possible que ... si on a un engin de combat capable de suivre l'infanterie la ou elle combat. Or ce n'est pas si souvent le cas que ca ...dans la BSS ou en Afgha c'estdu combat motorisé par nécessité.

Le combat mécanisé en pratique on en fait quasiment jamais ... nous. Faute au contexte, et au engin qu'on déploie.

Typiquement le combat mécanisé c'est Falloujah.

15 minutes ago, Xavier said:

Vous évoquez aussi la section comme "pion élémentaire". Je pense que vous faîtes allusion à une utilisation de la section comme une unité écartée ou indépendante de sa compagnie? La section reste organisée autour d'un commandement de compagnie.

Sauf que pour tout un tas de mission on engage pas une compagnie ... on a juste pas les effectif pour se permettre cela!!!

Uzbeen ... c'est deux sections faméliques.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Fanch a dit :

Ah bon ?

Si la section est complète les équipages font partie de la section. 

 

Nombre de place du Bradley ?

 

On affecte un véhicule et un équipage à un groupe pour une opération et autres, mais les effectifs sont ponctionnés ailleurs, ils ne sont pas organiquement présent dans la section à l'origine. Dans toutes les compagnies d'infanterie qui partent en opex ou ailleurs, elles ne partent pas avec leur effectif théorique de métropole, elles sont plus nombreuses, il y a toujours du personnel d'autres compagnies qui sont rattachées, pas seulement pour combler les trous. Et si ce n'est pas le cas, en opération la compagnie ne sera jamais complète (tous les effectifs seront consommés), mais il n'y aura pas la section de commandement, les 3 de combats et celle d'appui qui seront "débarqués" à pieds, il y aura un certain nombre qui seront consommés pour les véhicules (bon parfois pour les VAB on trouve même des conducteurs ou tireurs d'autres régiments en opex). Il faut donc amener à "gonfler" les sections pour absorber dès le départ ces équipages.

Pour le Bradley, c'est déjà un VCI et non un VTT. Mais le concept ne change pas, ça reste basé sur une section avec des "squads" de 2 équipes de 4 + 1 CDG et s'ils cassent l'un des 3 groupes de combats pour entrer dans les 4 Bradley composant 2 sections devant travailler ensemble, l'erreur est de trouver cela exemplaire et cohérent dans l'esprit ou tout ce que font les autres serait plus sensé que nous. Vous verrez que son successeur ne le sera pas, car du côté américain, l'incohérence tactique du Bradley nécessitant 4 véhicules au lieu de trois pour le transport de 3 groupes est pointée du doigt.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 37 minutes, Xavier a dit :

 Il a été démontré qu'une équipe de 4 est un meilleur compromis qu'un équipe de 3, je ne sais pas si nous allons évoluer vers ce modèle ou non, mais il est préférable de le faire. Par contre il a aussi été démontré qu'au delà de 4, un groupe devient complexe à gérer pour un seul chef.

 

Fondamentalement aujourd'hui, on ne peut plus vraiment parler d'infanterie "légère" (motorisée) ou "lourde" (mécanisée) comme on pouvait l'entendre hier. On a une infanterie qui est globalement mécanisé partout

Vous évoquez aussi la section comme "pion élémentaire". Je pense que vous faîtes allusion à une utilisation de la section comme une unité écartée ou indépendante de sa compagnie? La section reste organisée autour d'un commandement de compagnie. Si avoir des sections autonomes peut être utile dans certaines situations ou certains conflits, il va falloir donner les moyens d'être autonome. Si avoir 4-5 sections à gérer sur un petit théâtre d'opération ou ce genre de choses peuvent se faire, ça va, mais au delà vaut mieux gérer 6 compagnies d'infanterie que de gérer 25 sections

En fait la question est le nombre de pions subordonnés, où effectivement 5 pions semble être le  max, le nombre de pax composant ce pion en s'en fout un peu. C'est pour ça que les Marines avec un groupe à 13 (3 équipes de 4) ; ça passe bien même avec une équipe en renfort (génie, par exemple)

Le combat d'infanterie est différent si tu as des VAB ou des VBCI, voire à pied. L'infanterie française n'est pas mécanisée "partout" ; c'est une vision réductrice. Les combats récents font que le distinguo n'était pas nécessaire tout le temps (les régiments méca partant sur Vab en Afgha) mais cette différence existe. suivant l'ennemi tu ne combats pas de la même manière suivant tes véhicules.

Ainsi que tu le dis, la section doit pouvoir combattre et opérer seule (ceci dépendant de la menace, de l'environnement… ). Comme les patrouilles compagnies sont rares, la section DOIT être autonome dans une certaines mesures

Si le PC ne va commander que 6 compagnies (dans ton exemple) il voudra quand même connaître la position des sections

Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, g4lly a dit :

Idéalement

  • Il faut transporter deux équipe de 2 binômes ... 8 pax
  • Un chef pour ce groupe ...

On est déjà a 8 ou 9 selon que le CdG est intégré ou non.

Quelques part Il faut transporter

  • le CdS
  • et son radio.

Si c'est pas ce couple ci c'est un autre genre SOA, AUXSAN, etc.

On est a 10 ou 11.

Si on veut un siège de libre pour un interprète ou un renfort quelconques on arrive a 11 ou 12.

Ajoute

  • Le pilote
  • Un tireur

On est a 13 ou 14.

Dans ce détail, je comprend mieux ce que vous voulez dire et je suis d'accord avec vous. Les 8 hommes à débarquer on doit pouvoir le faire. Contrairement aux américains je pense que le CDG peut y être intégré et agir comme chef d'équipe directement dans une équipe et qu'il dispose d'un "adjoint" chef d'équipe qui fait le même job en face et qui pourrait prendre la tête du groupe en cas de perte du primo CDG.

Avoir un pilote et un tireur en plus, oui d'accord.

Pour les CDS, le SOA,  son radio, il y a un véhicule dédié, le VPC pour le VBCI et pour le VBMR il y aura aussi une version PC, donc c'est encore à part et on pourrait bien envisager greffer sur ce véhicule là, un ou deux personnel en extra, même s'il faut le dire aussi, c'est que généralement il y a toujours un module de soutien, un véhicule san, un véhicule d'intervention en cas de problème mécanique (ELI) ou l'artillerie ou je ne sais quoi.

Concrètement on a donc pas besoin d'avoir plus de places assises, y compris en passant à 2 équipes de 4, dès lors qu'on prend en compte tout le soutien qui accompagne de facto en arrière la progression d'une unité qu'on aura constitué en GTIA ou SGTIA. Des places il y en a toujours ici ou là, pas la peine de créer des véhicules avec pleins de places juste pour le cas ou.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Xavier a dit :

On affecte un véhicule et un équipage à un groupe pour une opération et autres, mais les effectifs sont ponctionnés ailleurs, ils ne sont pas organiquement présent dans la section à l'origine. Dans toutes les compagnies d'infanterie qui partent en opex ou ailleurs, elles ne partent pas avec leur effectif théorique de métropole, elles sont plus nombreuses, il y a toujours du personnel d'autres compagnies qui sont rattachées, pas seulement pour combler les trous. Et si ce n'est pas le cas, en opération la compagnie ne sera jamais complète (tous les effectifs seront consommés), mais il n'y aura pas la section de commandement, les 3 de combats et celle d'appui qui seront "débarqués" à pieds, il y aura un certain nombre qui seront consommés pour les véhicules (bon parfois pour les VAB on trouve même des conducteurs ou tireurs d'autres régiments en opex). Il faut donc amener à "gonfler" les sections pour absorber dès le départ ces équipages.

Le REO d'une compagnie d'infanterie en métropole comprend les pilotes et RT

Si vous devez récupérer des pax pour partir en OPEX (hors renforts du TUEM propre à la destination) c'est que le REO compagnie n'est pas respecté soit par choix régimentaire, soit par manque de personnel.  

Link to comment
Share on other sites

10 minutes ago, Xavier said:

Pour les CDS, le SOA,  son radio, il y a un véhicule dédié, le VPC pour le VBCI et pour le VBMR il y aura aussi une version PC

Surtout pas ... les véhicules spécifiques ... et donc ciblable par l'ennemi ... doivent être a distance de l'ennemi aussi loin que possible.

De même les cadres de la section ne doivent pas se retrouver séparer de leur section par un ennui mécanique ou un dommage au combat.

Donc les cadres de la section sont forcément dans les véhicules standard de la section ... et réparti de manière redondante ... pour qu'en cas de perte d'un véhicule ... on conserve suffisamment de cadres pour commander. Ça induit le CdS et son adjoint dans des véhicules différent par exemple. Dans ma section idéal ça ajoute deux Chef d'Escouade, un dans chaque véhicule restant, pour disposer d'un cadre capable de commander la section dans chaque véhicule sans cannibaliser le CdG -

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Xavier a dit :

Pour les CDS, le SOA,  son radio, il y a un véhicule dédié, le VPC pour le VBCI et pour le VBMR il y aura aussi une version PC, donc c'est encore à part et on pourrait bien envisager greffer sur ce véhicule là, un ou deux personnel en extra, même s'il faut le dire aussi, c'est que généralement il y a toujours un module de soutien, un véhicule san, un véhicule d'intervention en cas de problème mécanique (ELI) ou l'artillerie ou je ne sais quoi. 

L'idée d'un véhicule pour le chef de section avait été envisagé en Afgha (PVP) mais abandonnée. trop dangereux pour le groupe commandement (CF chef de corps au Mali)

Les véhicules PC (VAB VPC ou futur Griffon PC) ne sont adapté à un usage au niveau section 

Edited by Fanch
Link to comment
Share on other sites

Je vous rappelle qu’un va-nus-pieds de la BSS a pu identifier le VBL d’un chef de corps grace à ses fanions, et le faire sauter avec 2 morts à la clé... alors un VPC ou Griffon PC ça s’identifie à des km, autant le peindre en orange avec des pois mauves et blancs ...

Clairon

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Fanch a dit :

Le REO d'une compagnie d'infanterie en métropole comprend les pilotes et RT

Le REO, c'est le nouveau petit nom du DUO (Document Unique d'Organisation) c'est ça ? en clair le Tableau d'Effectifs

Clairon

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Clairon a dit :

Le REO,

Référentiel des Effectifs en Organisation

En gros ça veux dire que chaque unité (Terre Air Mer) doit suivre son REO en matières de réalisation des effectifs,  des compétences,  et du parcours professionnels de l'ensemble des catégories de personnel . Pour faire encore plus simple un RI devra avoir un certain nombre de soldats de sous officiers et d'officiers avec un certain nombre de compétence (Conducteur Tireur 12.7 MMP etc...) 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Le fait est qu'on aurait eu besoin d'un véhicule à 2 + 10 Places minimum dans la moto pour pouvoir avoir des groupes de combat à 9 (taille optimale).

Le Titus a 3 + 11 places, Blindage stanag 4 mines et balistique, je ne sais pas ce qui péchait chez lui.

Link to comment
Share on other sites

Le Titus c'est 15 places... dont trois pour l'équipage. Le chef est en position centrale entre le pilote et le copilote juste un peu reculé.

Le machin est énorme ... il doit faire presque 8m de long.

et c'est un châssis étranger.

Link to comment
Share on other sites

41 minutes ago, FoxZz° said:

Certes, mais il est plus léger que le Griffon ...

Ca ne veut pas dire grand chose ... on compare quoi? la PTAC? la masse a vide? avec quel kit blindage?

Le châssis Titus il prend 27 ou 28t ... y a pas de raison que l'engin soit plus léger ... encore moins avec le même kit de blindage vu qu'il y a plus de volume a blinder.

Y a presque 15m3 sous blindage et 4t de charge utile. Et la protection semble être moindre, niveau 2, et un kit pour passer a 3.

Link to comment
Share on other sites

La protection va jusqu'au Stanag 4, la masse max est donnée pour 27tonnes, mais il peut aussi porter des tourelles. On doit pas être très loin de la masse du Griffon. On se demande comment il est aussi lourd d'ailleurs ...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,986
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...