Sign in to follow this  
Raoul

[ICBM sol-sol]

Recommended Posts

L'un des camps de Mourmelon fait 9800 hectares... soit 98 km2 ...

http://www.mourmelon.fr/content/view/30/44/

Suippes? il fait en gros 10km de large sur 15km de long, mais il sert de camp d’entraînement, tu veux le miter avec des installations pour TEL de missile de 50t?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les missiles S3 d'Albion étaient conçus pour une réplique rapide càd tir tendu avec une portée de "seulement" 3 500 km

la force des missiles d'Albion était que leur trajectoire tendue les rendait difficilement interceptables

Albion c'est 36 000 ha avec 18 silos séparés de 3 à 8 km les uns des autres en terrain vallonné (ceux qui ont pédalé là bas savent de quoi je parle) pour limiter les effets de souffle

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a quoi comme technos pour regarder sous la surface? Je sais que les pétroliers font de la prospection avec des camions qui créent des vibrations. On doit pouvoir aussi trianguler une position de foreuse au bruit qu'elle fait, mais est-ce que ça a des résolutions intéressantes pour trouver un tunnel?

Share this post


Link to post
Share on other sites

voilà une image du projet de SSBS S4 remplaçant d'Albion 

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non c'est Hadès que tu nous propose portée 480 km

7.5 m 1.8 tonnes

on est dans le tactique pas dans le stratégique

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non c'est Hadès que tu nous propose portée 480 km

7.5 m 1.8 tonnes

on est dans le tactique pas dans le stratégique

tu es sur ? l'image montre un missile sur un lanceur

Il y avait 2 missiles par remorque pour l'Hadès.

Et en plus sur l'image c'est un missile à deux étages.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Raoul

le coût de ce que tu proposes (TEL, tunneliers, galerie ...) c'est à iso coût par rapport au budget actuel ?

Au niveau dissuasion que vaut-il mieux tirer depuis un train (50 tonnes de missile çà ne partira pas d'ailleurs) ou depuis un coin d'océan perdu ?

Tiens d'ailleurs sur ce youtube qui serait mieux sur le fil de Henri K. sur le second Corps d'Artillerie :

on voit à 12'45 se mouvoir un TEL (un camion) le long d'un Tunnel

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=fGweDRqj1iU

Share this post


Link to post
Share on other sites

Suippes? il fait en gros 10km de large sur 15km de long, mais il sert de camp d’entraînement, tu veux le miter avec des installations pour TEL de missile de 50t?

Je préfèrerais utiliser les terrains déjà mités de la ligne maginot

qui s'étendent sur plusieurs km pour certains avec des galeries principales de près de 3 m de diamètre

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dessous_de_la_ligne_Maginot

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

un TEL par ouvrage fortifiés par exemple...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est la base de la dissuasion, si un missile adverse décolle, les tiens doivent être en l'air quelques minutes plus tard pour faire réfléchir ton adversaire pendant la demi-heure de vol du missile et peut-être le faire annuler sa frappe.

Avoir des site à terre c'est se les faire atomiser/saboter/détruire pour nous empêcher de riposter.

Un SNLE lui est tranquille à des coordonnées inconnu dans un océan grand comme la totalité des terres émergées habitées, ou pour être plus précis dans un espace 100 fois plus grand que la France si on prend en compte l'océan Arctique et pas l'Atlantique Sud.

Le choix et vite fait.

Je dis pas, on serait la Russie ou les USA, il y aurait moyen de créer des milliers de silos dispersé au 4 coins du pays (silos leurre etc.), mais en France c'est strictement impossible et le plateau d’Albion était une hérésie au bon sens.

J'ai l'impression d'avoir déjà lu ce genre d'objections, mais je n'y vois pas d'explication argumentée, seulement une accumulation d'idées reçues :

- qu'est-ce qui te permets d'affirmer que des icbm terrestres seraient forcément neutralisés ?

- concernant notre fameux snle "perdu au milieu de nul part", que fais-tu de la phase de vulnérabilité, c-a-d les entrées/sorties du port (dont les coordonnées sont connues de tous) et des risques de fortune de mer ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais résumé moi meme les souci lié a une zone de lancement imposé par la géographie de la France.

Le point de départ est connu, il est donc plus facile de créer une défense anti missile barriere proche de ce point de lancement. C'est la solution US vers la Russie notamment avec l'installation de radar en Europe de l'est etc. Dans le cas d'un lancement de n'importe ou y a de l'eau, la mise en place d'une défense barriere ne peut etre que terminale ... et souvent c'est trop tard quand c'est juste terminale.

Le point de départ est connu donc facile a spotter pour des guetteur a vu, mais aussi pour des satellites de reconnaissance. Le départ de coup mais aussi la trajectographie de base est simplifier. Il est alors facile de savoir qui tire, vers ou, quand etc. et donc d'engager une riposte ou contre mesure. Dans le cas d'un lancement de n'importe ou y a de l'eau, et pour peu que la trajectoire soit formé de maniere intelligente, le départ de coup peu être détecter tres tres tard. Ca facilite la survie du lanceur, mais aussi complique largement la défense. Immédiatement car le préavis sur la défense ABM est tres cours, et a moyen terme, sur qui riposter? Un ir coup d'arret peu etre effectué anonyment ou presque, et dévoilé seulement quelques heures plus tard. Exemple ... La Syrie abuse, arme chimique etc etc. il faut que ca cesse un pays tente un coup d'arret boum nucléaire sur Bachar ... mais pas de revendication immédiate. Les allié de Bachar aurait bien du mal dans l'immédiat de riposter sur quelqu'un. Est les USA, la France, le UK, ou meme Israel?!  C'est fourbe mais c'est une carte jouable.

G4lly, je te rappelle la même objection que je t'ai faite naguère sur le même sujet : les USA (qui sont les plus avancés en matière d'ABM) ont abandonné l'ambition de faire de l'interception en boost-phase (j'ai la flêmme de rechercher les liens que j'ai déjà donnés à ce sujet) !

Reste effectivement les interceptions en mid-phase qui seraient facilitées par la connaissance du point de lancement.

Mais, d'une part, seuls les gbi (qui se comptent sur les doigts) sont capables de le faire face à des icbm (les sm3 sont limités à une interception de mrbm/irbm) et, d'autre part, ces défenses sont aisément saturables car elles ne peuvent discriminer les leurres et les vraies têtes.

Je note qu'il y a chez ceux qui refusent l'option icbm terrestre une constante sur-estimation des défenses abm et une constante sous-estimation des vulnérabilités des snle (notamment lors de leur approche de leur port d'attache).

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai l'impression d'avoir déjà lu ce genre d'objections, mais je n'y vois pas d'explication argumentée, seulement une accumulation d'idées reçues

Le fait que tu n'y vois guère d'explications argumentées est-il la traduction d'une réelle connaissance du dossier (tant sur le plan technique que conceptuel) ou bien le fait que comme tout le monde ici à différents niveaux tu ne maîtrises absolument pas le sujet dans son ensemble et que comme les autres tu accumules les idées reçues.

La différence étant que, défendant une option divergente avec la foi du charbonnier par rapport à celle globalement en vigueur, tu entends draper tes interventions (ici et sur d'autres fils) d'une certaine forme de légitimité fondée uniquement sur une possible originalité, mais en faisant fi de nombreuses contraintes notamment géographiques et financières.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le fait que tu n'y vois guère d'explications argumentées est-il la traduction d'une réelle connaissance du dossier (tant sur le plan technique que conceptuel) ou bien le fait que comme tout le monde ici à différents niveaux tu ne maîtrises absolument pas le sujet dans son ensemble et que comme les autres tu accumules les idées reçues.

La différence étant que, défendant une option divergente avec la foi du charbonnier par rapport à celle globalement en vigueur, tu entends draper tes interventions (ici et sur d'autres fils) d'une certaine forme de légitimité fondée uniquement sur une possible originalité, mais en faisant fi de nombreuses contraintes notamment géographiques et financières.

Du plaisir de lire du Français bellement écrit ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le fait que tu n'y vois guère d'explications argumentées est-il la traduction d'une réelle connaissance du dossier (tant sur le plan technique que conceptuel) ou bien le fait que comme tout le monde ici à différents niveaux tu ne maîtrises absolument pas le sujet dans son ensemble et que comme les autres tu accumules les idées reçues.

La différence étant que, défendant une option divergente avec la foi du charbonnier par rapport à celle globalement en vigueur, tu entends draper tes interventions (ici et sur d'autres fils) d'une certaine forme de légitimité fondée uniquement sur une possible originalité, mais en faisant fi de nombreuses contraintes notamment géographiques et financières.

Non, fondée surtout sur des liens sérieux montrant la validité du concept. Alors que les arguments sur l'invulnérabilité du snle, la neutralisation facile des icbm terrestres ou encore les hypothétiques capacités des icbm ne sont pas, eux, corrélés par des liens ou autres documents.

C'est la différence entre ce que j'appelle "explications argumentées" et "idées reçues".

Quand tu décrètes que la réplique doit être immédiate pour être crédible, c'est une idée reçue (invalidée par le document que j'ai mis en lien montrant que notre éventuelle réplique n'est d'ores et déjà pas considérée comme immédiate et par le fait qu'avec un seul snle en patrouille, on ne peut répliquer immédiatement à la Chine et aux USA à partir de la même position... du moins tant qu'on a des m45).

Quand je dis que les projets d'interception en boost-phase sont tellement difficiles qu'ils ont été abandonnés (en fournissant les liens adéquats), c'est une explication argumentée.

Ceci dit, je peux comprendre ta réticense à utiliser des liens appuyant ton argumentation, vu que la dernière fois que tu l'a fais sur un sujet concernant la fin prochaine des PA, tu a posté un lien infirmant ta propre position  :-X

http://www.air-defense.net/forum/index.php/topic,5632.msg700073.html#msg700073

A bon entendeur...

Share this post


Link to post
Share on other sites

La question n'est pas la faisabilité technique du concept (dans l'absolu presque tout est possible) mais bien sa pertinence et son coût.

Une base de missiles terrestres nécessite une importante garnison pour les protéger contre une actions de sabotage ainsi que des infrastructures actives (missiles sol-air voire intercepteurs de missiles balistiques) ou passive (multiples silos/tunnels/leurres) pour empêcher sa neutralisation par une frappe adverse.

Tout cela a un coût qu'il faudrait comparer à la construction et l'entretien d'une flotte de SNLE.

A cela il faut encore rajouter les retombée industrielles, creuser des tunnels puis payer une armée à les garder ne me semble à priori pas aussi intéressant que de faire tourner les bureaux d'étude de DCNS et ses chantiers navals.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La question n'est pas la faisabilité technique du concept (dans l'absolu presque tout est possible) mais bien sa pertinence et son coût.

Une base de missiles terrestres nécessite une importante garnison pour les protéger contre une actions de sabotage ainsi que des infrastructures actives (missiles sol-air voire intercepteurs de missiles balistiques) ou passive (multiples silos/tunnels/leurres) pour empêcher sa neutralisation par une frappe adverse.

Tout cela a un coût qu'il faudrait comparer à la construction et l'entretien d'une flotte de SNLE.

Construction, entretien ET protection (patmar, fremm, sna :happy:)

A cela il faut encore rajouter les retombée industrielles, creuser des tunnels puis payer une armée à les garder ne me semble à priori pas aussi intéressant que de faire tourner les bureaux d'étude de DCNS et ses chantiers navals.

D'une part, le rôle de la dissuasion n'est pas celui là, d'autre part, le différentiel de coût (en faveur de la solution terrestre selon moi) pourrait être réinvesti dans du matos apportant une vraie plus-value.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Raoul

L'article en question annonce la fin de l'ère des super carrier un peu comme H. Reeves peut prédire la fin de la vie terrestre

c'est évident que les super carrier verront un jour supplantés par d'autres systèmes ... en attendant il y en a deux en construction et un autre en programmation. Il faut savoir analyser un texte même en anglais l'arrivée des missiles balistiques comme arme anti-navire est un nouveau postulat bien réel. Mais au-delà sa pose alors le débat de l'attitude à avoir face à cette nouvelle menace. Une nouvelle posture ne sera pas prise du jour au lendemain, il y aura une "viscosité" de la prise de décision fondée sur des arguments plus ou moins bons pas tous d'origine militaire. Mais de là à annoncer la fin des porte-avions c'est jeter le bébé avec l'eau du bain, ce que ne font pas nombre de pays y compris les chinois qui mettent en oeuvre l'option ballistique.

Pour en revenir aux ICBM tu développe tes arguments selon une méthode affirmative qui décrédibilise le propos que tu attaque exemple:

tu bases ton argumentation sur le fait que l'invulnérabilité des SNLE est un lieu commun qu'il convient de combattre pour éventuellement promouvoir une option terrestre ...

invulnérable:

"qui ne peut être blessé, intouchable"

Mais qui a dit que les SNLE sont invulnérables et que la solution est 100 % sécure ? ; personne sinon pourquoi aurait-on 4 frégates à Brest, des SNA des liaisons cryptées et un régiment d'infanterie à Châteaulin  etc etc ?

Le SNLE n'est pas invulnérable, c'est pour le moment le moyen le plus pertinent le plus fiable pour assurer la permanence et l'efficience de la dissuasion ... çà changera peut être mais c'est ainsi. Tu parles d'études envisageant d'autres solutions okay: mais alors posons nous tous la question de savoir pourquoi elles restent au stade d'études?

Peut être parce qu'une solution terrestre mobilise trop de moyens pour sa sécurité, peut-être parce que au niveau environnemental et foncier les difficultés sont trop grandes, peut-être parce que une zone de lancement terrestre est ENCORE PLUS vulnérable qu'une base de SNLE ...

Il y a une différence entre un concept valide et un concept opérationnel ...

L'éolien çà marche très bien seulement on continue à faire du nucléaire

Pourquoi on ne fait pas les choses ?

ET protection (patmar, fremm, sna)

ces outils servent-ils EXCLUSIVEMENT à protéger la FOST ? Alors que foutaient les ATL 2 au Mali, les SNA en Méditerranée etc ...

Analyser les choses dans leur ensemble et ne pas prendre un fragment d'argumentation pour en fonder une autre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a une différence entre un concept valide et un concept opérationnel ...

Malheureusement, si on ne trouve pas un autre concept, on se retrouve avec une équation insoluble entre des desiderata de grande puissance et des moyens alloués de puissance moyenne.

D'où la tentation de bouger les paramètres pour voir si l'on ne pourrait pas trouver une autre combinaison.

Sachant qu'effectivement la décision de lancer les M51 a générer un surcout qui a plombé le PA2 et continue de plomber le reste des forces conventionnelles ...

D'où la Bronca de Desportes... même si, vu que les principaux choix ont été faits, il n'y a plus guère à grapiller dessus (et notamment pas sur les ASMP-A achetés et servis par des équipages au savoir faire crucial pour les long range strike (y compris conventionnel).

D'où le questionnement des TEL (et pas forcément de Trains, quand on voit les TEL des Chinois ou simplement l'existence de porte MBT ;) )

Mais effectivement l'argument de G4lly de pouvoir tirer de n'importe où sans être identifiable comme tel...

M'enfin l'argument, à première vue recevable, redevient plus délicat dans la réalité...

Car aller balancer du Nuke sur le mode Black Ops...

C'est pas très concret dans la réalité :

Avant d'avoir à le faire, il faut en arriver à un niveau de confrontation tel que la désignation a de grande chance d'être évidente...

Donc une fois que l'on a laissé de côté cette option reste la question de l'ABM mais lequel se développera forcément pour gérer 360° , dans un monde devenant multipolaire... et où il y a des soum...

La question n'est pas la faisabilité technique du concept (dans l'absolu presque tout est possible) mais bien sa pertinence et son coût.

Une base de missiles terrestres nécessite une importante garnison pour les protéger contre une actions de sabotage ainsi que des infrastructures actives (missiles sol-air voire intercepteurs de missiles balistiques) ou passive (multiples silos/tunnels/leurres) pour empêcher sa neutralisation par une frappe adverse.

Concernant   les garnisons, je note qu'il y a aussi des sites protégés en France et avec des installations nuke : les ASMP-A... ou l'ile Longue...

De surcroit si l'on superpose les tunnels très profonds avec les camps d'entrainements, on couple une emprise militaire avec une garnison pour la protéger.

Je serais étonné que l'on n'ait pas suffisamment d'emprises militaires type mourmelon ou autres pour y disséminer une quinzaine de TEL avec un espacement suffisant entre les spots de tirs...

Tout cela a un coût qu'il faudrait comparer à la construction et l'entretien d'une flotte de SNLE.

A cela il faut encore rajouter les retombée industrielles, creuser des tunnels puis payer une armée à les garder ne me semble à priori pas aussi intéressant que de faire tourner les bureaux d'étude de DCNS et ses chantiers navals.

Mais on pourrait d'ailleurs croiser cette préoccupation des TEL et celle des investissements futurs de DCNS, en posant aussi le cout futur du renouvellement des SNLE qui risque aussi de continuer à plomber les investissements :

Est ce qu'une puissance moyenne comme la France n'aurait pas intérêt à faire un choix aussi "sioux" que celui du cout d'un Rafale low observable plutôt que vraiment stealth mais couplé à un système Spectra et à des AASM/SCALP

En bref, n'aurait on pas intérêt à trancher pour un Super Barracuda, apte à emporter quelques M51, à la mode du MX sur sous marins :

Le concept permettant d'avoir des sous marins plus polyvalents, en fonction des problèmes géopolitiques envisageables.

http://www.princeton.edu/~ota/disk3/1981/8116/811607.PDF

Et un cout de développement moindre ...

Sachant de sucroit que les SNLE ne sont pas exportables...

Tiens, Hadriel, je crois , posais la question du délai pour forer la sortie des tunnels  :

il semble qu'il y ait eu des systèmes autoperforant d'envisagés (comme les vis...)

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la question de la "vulnérabilité" des SNLE, pour en avoir discuté avec JC , qui était un expert dans ce domaine, il était très clair pour lui qu'un SNLE qui tirait même un seul ICBM était dévoilé, d'où la nécessité d'en avoir un deuxième en back up pour la contrefrappe.

Il y avait eu des évaluations en temps de guerre froide de l'impact d'une risposte sur la zone d'où aurait émergé l'ICBM , au nuke, ...

On peut dire que dans ce scenario, Greenpeace ne serait pas très content car outre le SNLE, la faune y passe aussi...

L'intérêt du TEL est qu'il répond pour lui même...

Une fois qu'il a été tiré il en reste encore 15 disséminés et potentiellement un SNLE en back up avec ses 16 M51...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la question de la sécurité des installations à terre, on peut noter que l'hypothèse des tunnels souterrains sous emprise militaire est à mettre en parallèle avec le précédent des missiles HADES :

que l'on n'a pas hésité  à envisager de balader sur les routes en pleine guerre froide...

Image IPB

Il me semble que c'est encore l'option choisie par Israel pour une partie de ses missiles Jericho 2 http://en.wikipedia.org/wiki/Jericho_%28missile%29

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la question de la "vulnérabilité" des SNLE, pour en avoir discuté avec JC , qui était un expert dans ce domaine, il était très clair pour lui qu'un SNLE qui tirait même un seul ICBM était dévoilé, d'où la nécessité d'en avoir un deuxième en back up pour la contrefrappe.

J'avais eu cette discussion avec JC et je lui disais

"deux choses l'une"

soit tu fait tirer ton SNLE sur une nation qui a les moyens 1-de détecter ses tir 2-de tuer ton SNLE dans la journée qui suit ... il y a aujourd'hui deux pays qui peuvent faire çà USA Russie mais dans ce cas de figure on est dans une stratégie du faible au fort qui signifie que le SNLE tire tous ses missiles en un conflit d'annihilation c'est le propre de notre doctrine qui officiellement au moins n'a guère évolué

soit tu fait tirer ton SNLE sur une nation genre Iran car tu as la preuve que ce pays a porté atteinte à nos intérêts vitaux or ce (ces) pays n'ont aucun moyen de détecter un SNLE dans ce cas là effectivement le SNLE peut se permettre de se dévoiler sauf à imaginer que russes et Américains envisagent de le détruire "au noir"

on était d'accord sur le fait que le scenario changeait selon l'adversaire si tant est que l'on utilise l'arme nucléaire contre une nation non nucléaire ou n'ayant pas soutenu une attaque nucléaire contre nous

Pour ce qui est des TEL qu'est-ce qui empêche une grande puissance nucléaire de balancer 25 missiles mégatonique sur la zone dédiée à leur déploiement ? Puisque nous serions dans le cas de figure d'une riposte non rapide et non simultanée.

Quand on voit quelle était la doctrine d'emploi du nucléaire tactique par le pacte de Varsovie en cas de guerre en centre europe (nucléarisation maximale) il y a de quoi se poser des questions ...

@BPC

Hadès est un missile tactique et non stratégique çà change tout

Israel n'a pas de SNLE et un petit territoire ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

@BPC

Hadès est un missile tactique et non stratégique çà change tout

Israel n'a pas de SNLE et un petit territoire ...

Je répond déjà à la fin de ton (interessant) poste :

Je m'attendais à la réplique sur l'Hadès en tant missile tactique...

Toutefois il n'en était pas moins nucléaire et donc avec une valeur à protéger énorme.

L'exemple d'Israel est encore plus parlant dans le sens où il s'agit de missile "stratégique" et que le risque terroriste est potentiellement plus élevés vu la proximité de l'adversaire...

Je voulais surtout souligner que l'on peut prendre le risque de faire circuler des TEL nuke en considérant le risque comme acceptable...

Pour le début de ton post, on peut déjà dire que dans une optique de puissance type Iran, tirer un TEL n'est pas différent de celui de tirer un simple M51

Ensuite, il reste toujours le SNLE en back up avec ses 16 M51 :

donc 25 Têtes mégatoniques = 16 M51 en riposte...

Bon je vais y réfléchir ... ;)

J'avais eu cette discussion avec JC et je lui disais

"deux choses l'une"

Ah... déjà la question dans la stratégie du Faible au fort,

Il y a une troisième alternative à ton hypothèse :

On tire un M51 sur un petit pays type Syrie par exemple, soutenu par l'URSS, par exemple, qui elle a les moyens de détecter le SNLE :

On revient à la nécessité d'avoir un deuxième SNLE en back up pour concrétiser la stratégie du faible au fort car très probablement, l'Urss tuera le 1er SNLE...

Ce qui renvoie à la nécessité d'une arme d'avant l'ultime frappe :

soit un 2d SNLE

soit un TEL pour faire le premier tir

soit un ASMP-A à portée (FAS mais pourquoi pas une version soum pour Barracuda).

Share this post


Link to post
Share on other sites

soit un ASMP-A à portée (FAS mais pourquoi pas une version soum pour Barracuda).

c'est pour çà qu'on parle à son propos de frappes pré-stratégiques

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Raoul

L'article en question annonce la fin de l'ère des super carrier un peu comme H. Reeves peut prédire la fin de la vie terrestre

c'est évident que les super carrier verront un jour supplantés par d'autres systèmes ... en attendant il y en a deux en construction et un autre en programmation. Il faut savoir analyser un texte même en anglais l'arrivée des missiles balistiques comme arme anti-navire est un nouveau postulat bien réel. Mais au-delà sa pose alors le débat de l'attitude à avoir face à cette nouvelle menace. Une nouvelle posture ne sera pas prise du jour au lendemain, il y aura une "viscosité" de la prise de décision fondée sur des arguments plus ou moins bons pas tous d'origine militaire. Mais de là à annoncer la fin des porte-avions c'est jeter le bébé avec l'eau du bain, ce que ne font pas nombre de pays y compris les chinois qui mettent en oeuvre l'option ballistique.

Sauf que tu as présenté ce texte comme appui à ton argumentation pro-PA  =) ; mais c'est effectivement un autre sujet

Pour en revenir aux ICBM tu développe tes arguments selon une méthode affirmative qui décrédibilise le propos que tu attaque exemple:

tu bases ton argumentation sur le fait que l'invulnérabilité des SNLE est un lieu commun qu'il convient de combattre pour éventuellement promouvoir une option terrestre ...

invulnérable:

"qui ne peut être blessé, intouchable"

Mais qui a dit que les SNLE sont invulnérables et que la solution est 100 % sécure ? ; personne sinon pourquoi aurait-on 4 frégates à Brest, des SNA des liaisons cryptées et un régiment d'infanterie à Châteaulin  etc etc ?

Tu inverses les rôles : ce sont les "anti-icbm terrestres" qui affirment que cette option est trop vulnérable (sans démontrer pourquoi), ce à quoi je rétorque que l'option snle présente de sérieuses failles.

Tu parles d'études envisageant d'autres solutions okay: mais alors posons nous tous la question de savoir pourquoi elles restent au stade d'études?

Pour la France (ailleurs, ça existe) :

Pour les trois raisons que j'ai décrites à la page précédente liées au "coup parti" de l'option snle (ces derniers devenant inutiles si débarassés de leur missile)... sans oublier le corporatisme (la marine ferait tout pour empêcher un tel scénar) et une certaine inertie doctrinale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ce qui est des TEL qu'est-ce qui empêche une grande puissance nucléaire de balancer 25 missiles mégatonique sur la zone dédiée à leur déploiement ? Puisque nous serions dans le cas de figure d'une riposte non rapide et non simultanée.

Dans l'option que je défends (galleries à sortie non terminée) il faudrait un nombre tellement énormes de têtes pour faire une contre batterie efficace avec des tunnels de seulement une vingtaine de km, que cette hypothèse est à écarter ; le périmètre rasé par l'explosion d'une tn (même mégatonique) est faible concernant les cibles enterrées. De plus, les arsenaux des grands pays sont en baisse de même que la puissance des têtes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'intérêt du TEL est qu'il répond pour lui même...

Une fois qu'il a été tiré il en reste encore 15 disséminés et potentiellement un SNLE en back up avec ses 16 M51...

Un autre intérêt, c'est qu'avec l'option snle, on n'a que 16 missiles (sur 48) constament prêts au tir, alors qu'avec l'option terrestre on en aurait 48 sur 48  =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,499
    Total Members
    1,550
    Most Online
    creek
    Newest Member
    creek
    Joined
  • Forum Statistics

    20,873
    Total Topics
    1,310,832
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries