Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Conflits territoriaux dans la Mer de Chine méridionale


Recommended Posts

La Chine à crée deux nouvelles entités territoriales de la ville de Sansha, sur des archipels revendiqués par le Vietnam...  :

https://www.cap-vietnam.com/actualite/vietnam-proteste-contre-la-creation-par-la-chine-de-la-soi-disante-ville-de-sansha.html?n=1&categorie=Folk

Le Vietnam a protesté vivement le 19 avril contre la création annoncée le 18 avril par la Chine des soi-disants arrondissements dans la "ville de Sansha", Xisha sur l’archipel vietnamien de Hoàng Sa et Nansha sur l’archipel vietnamien de Truong Sa, en Mer Orientale.

 

Edited by collectionneur
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • 1 month later...

L'US Navy déploie 3 porte-avions dans le Pacifique (pour la "photo"...).

Citation

WASHINGTON (AP) - Pour la première fois depuis près de trois ans, trois porte-avions américains patrouillent les eaux indo-pacifiques, une démonstration massive de la force navale dans une région où les tensions entre les États-Unis et la Chine sont exacerbées et un signe que la marine a rebondi après les pires jours de l'épidémie de coronavirus.

L'apparition simultanée et inhabituelle des trois navires de guerre, accompagnés de croiseurs, de destroyers, d'avions de chasse et d'autres aéronefs de la marine, survient alors que les États-Unis critiquent de plus en plus la réaction de Pékin à l'épidémie de coronavirus, ses tentatives d'imposer un contrôle accru sur Hong Kong et sa campagne de militarisation des îles artificielles de la mer de Chine méridionale.

"Certains écrits chinois indiquent que les États-Unis ont été durement touchés par COVID-19, que la préparation militaire était faible, alors peut-être les États-Unis s'efforcent-ils de faire comprendre à la Chine qu'elle ne doit pas se tromper", a déclaré Bonnie Glaser, directrice du projet "China Power" au Centre d'études stratégiques et internationales. "Les Chinois vont certainement présenter cela comme un exemple des provocations américaines, et comme une preuve que les États-Unis sont une source d'instabilité dans la région".

Le président Donald Trump, critiqué pour sa propre gestion de l'épidémie de coronavirus, a condamné la Chine pour ce qu'il considère comme un échec à avertir le monde de manière adéquate de la menace COVID-19. L'administration a également décidé d'interdire aux étudiants diplômés et aux chercheurs chinois ayant des liens avec l'Armée de libération du peuple ou d'autres services de sécurité des États-Unis de venir en Chine.

La convergence de trois Carrier Strike Groups dans la région est inhabituelle en raison du nombre limité de porte-avions et du fait qu'ils se relayent souvent dans les cycles de réparation, les visites de ports, les entraînements ou les déploiements dans d'autres parties du monde. Cette semaine, cependant, les commandants de la marine ont déclaré qu'ils ont pu profiter du timing, en particulier en cette période de compétition de grande puissance avec la Chine.

La stratégie de défense nationale américaine cite la Chine comme une préoccupation majeure en matière de sécurité, et les dirigeants du Pentagone ont travaillé à transférer davantage de ressources et de moyens militaires dans la région pour lutter contre ce qu'ils considèrent comme l'influence économique et la puissance militaire croissantes de Pékin.

"La capacité à être présent de manière forte fait partie de la concurrence. Et comme je le dis toujours à mes hommes ici, il faut être présent pour gagner quand on est en compétition", a déclaré le contre-amiral Stephen Koehler, directeur des opérations du Commandement Indo-Pacifique. "Les porte-avions et les groupes d'attaque de porte-avions écrits en grand sont des symboles phénoménaux de la puissance navale américaine. Je suis vraiment très enthousiaste à l'idée que nous en ayons trois en ce moment".

S'adressant à The Associated Press depuis son bureau à Hawaï, Koehler a déclaré que la Chine mettait en place lentement et méthodiquement des avant-postes militaires dans la mer de Chine méridionale, en y installant des systèmes de missiles et de guerre électronique. Les États-Unis et d'autres alliés et partenaires dans la région ont renforcé leurs opérations près des îles artificielles pour tenter d'atténuer le développement de la Chine, mais rien de tout cela ne semble fonctionner.

Koehler a déclaré que la Chine a récemment déployé des avions à Fiery Cross Reef dans les îles Spratly et qu'elle les utilise maintenant à partir de là.

Jeudi, les navires de guerre du groupe d'attaque ont été répartis dans l'ensemble de l'Indo-Pacifique. Le USS Theodore Roosevelt et son groupe d'attaque opèrent dans la mer des Philippines, près de Guam. Le groupe d'attaque de l'USS Nimitz se trouve dans le Pacifique, au large de la côte ouest des États-Unis. Le USS Ronald Reagan a quitté le port au Japon et opère dans la mer des Philippines au sud de ce pays.

Les commandants de la marine n'ont pas tardé à souligner que des dizaines d'autres navires de la marine avaient opéré autour du Pacifique, mais les trois groupes d'attaque ont mis un point d'exclamation sur l'engagement de l'Amérique dans la région et de ses alliés.

Le Roosevelt vient de reprendre du service après avoir passé plus de deux mois sur la touche à Guam avec une épidémie massive de COVID-19 au sein de son équipage. Et un petit nombre de marins du Nimitz et du Reagan ont été testés positifs pour le virus, ce qui a déclenché des quarantaines et de nouvelles procédures de santé et de sécurité qui ont dû être mises en place avant que les navires puissent être déployés.

Au fur et à mesure de leur déploiement, la vie quotidienne des marins sur les navires et, dans une certaine mesure, leurs opérations en mer ont été modifiées par le virus et les nouvelles précautions qu'ils doivent prendre pour s'assurer que les navires restent à l'abri de l'infection et puissent poursuivre leurs opérations.

À bord du Nimitz, le contre-amiral Jim Kirk a déclaré qu'il n'y avait eu aucun cas positif du virus sur le navire depuis son départ, et il est confiant quant à tous les changements mis en place pour le maintenir.

Sur le Nimitz et les autres navires du Pacifique, les membres d'équipage sont contrôlés quotidiennement, ils portent des masques si nécessaire, les heures de repas ont été allongées pour permettre une plus grande distance sociale, et des itinéraires spécifiques sont désignés sur le navire pour éviter que les marins ne se croisent dans les passages et les escaliers étroits.

"Alors que nous nous apprêtons à monter la garde, le message que j'ai reçu est que c'est la fin du commencement" pour l'équipage, a déclaré Kirk, commandant du 11e groupe d'attaque des porte-avions. "Il est temps maintenant de faire notre travail au mieux de nos capacités.

M. Koehler a déclaré que les navires continueront à travailler avec les alliés et les partenaires dans la région, en menant des exercices en mer et en patrouillant les régions contestées. Un changement clé, cependant, sera leur capacité à s'arrêter dans des ports étrangers.

Les visites dans les ports ont été largement réduites, sauf pour ramasser soigneusement les fournitures lorsque cela est nécessaire. Guam a été désignée comme le seul port sûr pour les escales dans le Pacifique jusqu'à présent, et les marins n'ont qu'une liberté limitée pour se rendre au quai et ne peuvent pas se déplacer librement dans la ville. Les dirigeants de la marine envisagent d'établir d'autres lieux de refuge, mais ne les ont pas encore approuvés.

C'est, selon Koehler, "la nouvelle normalité". Et il a déclaré que même s'il est peu probable qu'il y ait trois groupes d'attaque de porte-avions de façon constante dans le Pacifique à long terme, "c'est quelque chose que nous pouvons faire quand nous le voulons".

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

https://www.onenews.ph/us-navy-eyes-return-to-subic-bay-in-a-commercial-deal?fbclid=IwAR0_9fKZH1YWsuYVkEPCJ9y4aN9bTKOVXMU1jO49ixzyEtCXKYItTFQosXU

(Manille 12/05/2020) Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

La marine américaine prévoit de retourner à son ancienne base aux Philippines dans le cadre d'un accord commercial, a déclaré le chef de la marine philippine dimanche 10 mai, après qu'une société de capitaux américains et un constructeur naval australien aient exprimé un vif intérêt pour reprendre le chantier naval Subic d'une société sud-coréenne en faillite.

Le vice-amiral Giovanni Bacordo a déclaré que les deux sociétés sont en phase finale de négociations avec le gouvernement philippin et plusieurs banques pour reprendre les activités de Hanjin. Les entreprises auraient l'intention d'investir environ 2 milliards de dollars et d'employer les plus de 30 000 travailleurs philippins qualifiés et expérimentés du chantier naval.

Le constructeur naval australien Austal Ltd a remporté un contrat pour la livraison de six patrouilleurs offshore pour la marine philippine, tandis que le fonds d'investissement américain Cerberus exploitera l'autre moitié des installations de Hanjin pour la réparation navale.

"On m'a dit que les entreprises étaient sur le point d'achever la diligence raisonnable et les négociations finales avant l'apparition du coronavirus, ce qui pourrait retarder le processus", a déclaré M. Bacordo.

Le chef de la marine philippine a déclaré qu'il pourrait falloir plus d'un an avant que le chantier naval ne soit opérationnel sous l'égide des nouveaux propriétaires, car les installations seraient reconverties de la production d'énormes superpétroliers civils à celle de navires de guerre.

M. Bacordo a précisé que Cerberus est la société mère de Dyna Corporation, un grand entrepreneur privé de la marine américaine, qui assure l'entretien des navires de guerre américains et construit des installations dans les bases navales.

"Il est possible que l'US Navy déménage ses installations de réparation navale dans ses anciens locaux à Subic si l'accord est conclu", a-t-il déclaré, ajoutant que Subic offre un emplacement stratégique idéal avec une main-d'œuvre moins chère et qualifiée.

"De nombreux travailleurs de Hanjin avaient également travaillé dans la base de la marine américaine. Subic possède l'une des meilleures installations portuaires au monde, avec des ports profonds et sûrs", a noté M. Bacordo.

Il a déclaré que les entreprises américaines et australiennes aimeraient que la marine philippine installe une base navale à Subic. "Nous aurons environ 100 hectares à développer en tant qu'installation navale pour la réparation de navires", a-t-il dit.

Les deux sociétés, a dit M. Bacordo, sont également intéressées par deux petites îles de Subic que des sociétés chinoises avaient prévu de louer et de convertir en zones touristiques.

Les entreprises chinoises avaient signé des accords en avril 2019 lors de la visite du président Duterte en Chine pour la location de trois îles aux Philippines, mais cela a été bloqué par la marine.

"Nous préférons que des alliés proches prennent le contrôle de Subic", a déclaré M. Bacordo, expliquant que la marine s'était opposée au plan des entreprises chinoises en raison de ses implications sur la sécurité nationale.

Une entreprise chinoise a également exprimé son intérêt pour la reprise de Subic, un lobbying acharné de Washington aurait bloqué ce projet.

Hanjin, une unité du géant sud-coréen Hanjin Heavy Industries and Construction, exploitait le chantier naval de l'ancienne base navale américaine dans la baie de Subic.

Mais Hanjin a manqué à ses obligations en ce qui concerne 1,3 milliard de dollars de prêts l'année dernière. La plus grande partie du prêt, environ 900 millions de dollars, est due à des banques sud-coréennes et le reste à cinq banques locales.

Avant même que les entreprises américaines et australiennes n'expriment leur intérêt pour le chantier naval de Hanjin, des navires de la marine américaine faisaient escale à Subic, notamment des porte-avions massifs et des sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire.

En moyenne, 80 à 100 navires américains visitent Subic chaque année. Le retour des installations de réparation navale augmentera le trafic sur l'ancienne base navale américaine.

Les investisseurs ont exprimé leur inquiétude après que les Philippines ont révoqué l'accord sur les forces de visite (VFA), un accord militaire clé permettant la présence militaire américaine dans le pays pour des exercices et des formations.

Mais les responsables philippins ont assuré aux investisseurs australiens et américains que l'accord commercial ne serait pas affecté par la suppression du VFA.

Subic Bay était l'une des plus grandes installations navales américaines au monde avant sa fermeture en 1992, après que le Sénat philippin ait mis fin à l'accord de base avec Washington.

Les Philippines ont converti l'installation, qui n'a jamais abrité l'armée philippine, en une zone économique.

 

Les Etats-Unis offrent des hélicoptères d'attaque

Washington a également approuvé la vente éventuelle d'hélicoptères d'attaque Bell et Boeing à Manille, son allié de longue date en matière de sécurité et ancienne colonie, malgré des relations aigries en raison de la mise au rebut de la VFA, vieille de deux décennies.

Dans une déclaration, l'Agence de coopération pour la sécurité et la défense (DSCA) a indiqué qu'elle avait informé le Congrès américain après que le Département d'État américain ait donné son feu vert à la vente de six hélicoptères d'attaque Boeing Apache AH-64E et six hélicoptères d'attaque Bell AH-1Z Viper pour une valeur de près de 2 milliards de dollars (100 milliards de pesos).

"Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en contribuant à améliorer la sécurité d'un pays ami qui continue à être une force importante pour la stabilité politique, la paix et le progrès économique en Asie du Sud-Est", a déclaré le DSCA dans un communiqué. "La vente proposée de cet équipement ne modifiera pas l'équilibre militaire de base dans la région".

Les Philippines ont alloué 300 milliards de pesos pour améliorer leur capacité militaire afin de rattraper leurs voisins d'Asie du Sud-Est et de protéger leurs intérêts nationaux, en particulier dans la mer de Chine méridionale, qui fait l'objet d'un différend.

Elle a prévu d'acquérir séparément des hélicoptères d'attaque pour l'armée de l'air et l'armée philippine, en réservant 13,8 milliards de pesos pour un nombre non spécifié d'hélicoptères d'attaque pour la 15e escadre d'attaque de la PAF.

Il y a deux ans, le groupe de travail technique de la PAF a sélectionné l'hélicoptère T129 ATAK fabriqué par la Turquie, selon le secrétaire à la défense Delfin Lorenzana.

Mais l'accord avec la Turquie s'est heurté à un obstacle l'année dernière, car elle ne pouvait pas garantir la livraison de certains composants de fabrication américaine pour l'hélicoptère T129 ATAK après que Washington ait imposé des sanctions à Ankara lorsqu'elle a décidé d'acquérir des missiles russes.

Des sources au ministère de la défense ont déclaré que la PAF a choisi l'hélicoptère turc plutôt que les Hind et Havoc américains et russes, respectivement, en raison des coûts élevés et de l'interopérabilité des équipements.

Le T129 ATAK est non seulement beaucoup moins cher mais ses composants américains le rendraient compatible avec les hélicoptères de fabrication américaine, que l'armée philippine connaît bien.

Récemment, les fabricants américains de matériel de défense ont modifié leurs propositions, rendant l'Apache et le Viper plus abordables et adoucissant l'accord en offrant des unités supplémentaires d'hélicoptères remis à neuf.

Boeing et Bell regardent tous deux le marché philippin, espérant pouvoir vendre des équipements non seulement pour la PAF mais aussi pour l'armée. En fait, l'armée américaine a proposé des versions d'occasion et plus anciennes des hélicoptères Apache.

La DSCA a déclaré que la vente proposée aiderait les Philippines à développer et à maintenir de solides capacités d'autodéfense, de lutte contre le terrorisme et de protection des infrastructures critiques. "Les Philippines n'auront aucune difficulté à absorber cet équipement et ce soutien au sein de leurs forces armées", a-t-il ajouté.

Le Boeing basé en Arizona a proposé 18 moteurs AH-64E, dont six de rechange, ainsi que l'armement complet de 200 missiles air-sol ou AGM-1140 Hellfire, 12 missiles d'entraînement aérien captifs M36E9 Hellfire, 300 kits de systèmes d'armes avancés de précision, 18 nouveaux lanceurs air-air Stinger, 5 000 roquettes de 2,75 pouces, 80 000 munitions de 30 mm et des radars, des communications et un système de ciblage d'une valeur de 1,5 milliard de dollars.

"Cette vente proposée n'aura aucun impact négatif sur l'état de préparation de la défense américaine", a déclaré la DSCA.

Boeing s'associera avec la société Lockheed, basée en Floride, pour fabriquer les hélicoptères d'attaque et les proposer dans le cadre du programme de ventes militaires à l'étranger du Département d'État américain.

L'offre de Bell comprend 14 moteurs Viper AH-1Z, dont deux de rechange ; six missiles air-sol AGM-114 Hellfire II ; 26 kits de systèmes d'armes avancés de précision pour la mise à mort ; et des radars, de l'avionique et des communications d'une valeur de 450 millions de dollars.

Le Viper sera fabriqué à l'usine de Bell au Texas en partenariat avec General Electric.

Le département d'État américain a autorisé les entrepreneurs de la défense à se rendre plusieurs fois aux Philippines pour participer à des examens de programmes et de techniques, à des formations et à un soutien à la maintenance pour une période temporaire de 24 mois.

Les États-Unis ont renouvelé leur intérêt pour la vente d'équipements militaires aux Philippines malgré l'annulation de la VFA en février. La VFA autorisait la présence militaire américaine sur une base de rotation pour la formation et les exercices aux Philippines.

Il y a deux ans, Duterte a annulé un contrat de Bell pour la fourniture d'hélicoptères de combat utilitaires après que le Premier ministre canadien Justin Trudeau ait critiqué le bilan du leader philippin en matière de droits de l'homme, obligeant la PAF à revenir à la case départ.

Duterte a également empêché les départements de la défense et de l'intérieur d'acquérir des systèmes d'armes en provenance des États-Unis et d'autres pays occidentaux pour avoir établi un lien entre les ventes d'armes et le respect des droits de l'homme.

L'année dernière, le ministère de la défense a proposé le contrat de fourniture d'hélicoptères de combat à la société polonaise PZL Mielec, qui fabrique des hélicoptères Sikorsky Black Hawk. PZL Mielec fait partie du géant américain de l'aérospatiale Lockheed Martin. La firme polonaise s'est jointe à l'appel d'offres pour les hélicoptères d'attaque, en proposant l'hélicoptère Battle Hawk, une variante de son appareil S-70i.

La PAF doit prendre une décision sur l'hélicoptère d'attaque à acquérir car la Turquie ne peut pas garantir la livraison de six TAI 129 ATAK.

Un colonel de l'armée de terre qui connaît bien l'hélicoptère d'attaque a déclaré qu'une décision doit être prise dans deux mois car les fonds pour le projet reviendront au trésor public s'il n'est pas engagé d'ici décembre 2020.

Les Philippines sont à la recherche de fonds après avoir réaligné leur budget de 4,1 milliards de pesos pour 2020 en raison de la pandémie de coronavirus de 2019.

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Le 15/06/2020 à 01:40, Arland a dit :

Nouvelle connexe que je pose ici:

Les USA font des travaux d'agrandissement majeur sur l'île de Wake.

https://www.thedrive.com/the-war-zone/34404/big-airfield-expansion-on-wake-island-seen-by-satellite-as-u-s-preps-for-pacific-fight

Pourquoi je le mentionne ici ?
Parce que l'île est un soutien important en cas de conflit dans le Pacifique.
Elle est à 1000km plus à l'est de Guam, ce qui la rend relativement à l'abri des missiles balistiques chinois actuels (les régiments de DF-26 visant déjà Guam).

Si les bases US des 3 premières chaîne d'ile sont neutralisées, alors cette île sera une base de repli important pour les opérations US... pourvu qu'ils aient des centaines d'avion ravitailleur en réserve pour les frappes en Chine (l'île est à 5000km de la Chine ...)
https://www.google.fr/maps/place/Île+Wake/@23.8608675,145.1345832,4z/data=!4m5!3m4!1s0x647abab0d733f449:0xba60203ca2f3b808!8m2!3d19.279619!4d166.6499348

 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

addendum à l'article du onenews.ph en date du 12 mai que j'ai cité hier.

Il y est question du "VFA": "(...) Les investisseurs ont exprimé leur inquiétude après que les Philippines ont révoqué l'accord sur les forces de visite (VFA), un accord militaire clé permettant la présence militaire américaine dans le pays pour des exercices et des formations. Mais les responsables philippins ont assuré aux investisseurs australiens et américains que l'accord commercial ne serait pas affecté par la suppression du VFA.(...)"

---

"Signé en 1998, le VFA offre [offrait] un cadre légal à la présence de troupes américaines aux Philippines pour l'organisation d'exercices militaires conjoints et la pratique de l’assistance humanitaire. Le 11 février dernier, les Philippines ont annoncé l’abrogation du VFA avec les États-Unis".

---

Cependant, le 02 juin: Le ministre philippin aux Affaires étrangères, Teodoro Locsin, a indiqué le 2 juin que les Philippines suspendaient leur sortie d'un traité militaire avec les États-Unis.

https://www.lecourrier.vn/les-philippines-suspendent-leur-sortie-dun-traite-militaire-avec-les-etats-unis/779588.html

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.journaldemontreal.com/2020/07/18/entre-etats-unis-et-chine-un-parfum-de-guerre-froide

Oriana Skylar Mastro, chercheuse au cercle de réflexion American Enterprise Institute.

« Les États-Unis réagissent au déclin de leur propre puissance en augmentant la pression quoi que fasse Pékin », qui en retour, sans comprendre « les ressorts de la politique américaine », refuse par exemple de retirer ses armes en mer de Chine méridionale.

Or, « le refus de la Chine de rassurer les États-Unis pourrait nous conduire à la guerre », assure-t-elle à l’AFP.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

 

Le 18/07/2020 à 13:36, Wallaby a dit :

https://www.journaldemontreal.com/2020/07/18/entre-etats-unis-et-chine-un-parfum-de-guerre-froide

Oriana Skylar Mastro, chercheuse au cercle de réflexion American Enterprise Institute.

« Les États-Unis réagissent au déclin de leur propre puissance en augmentant la pression quoi que fasse Pékin », qui en retour, sans comprendre « les ressorts de la politique américaine », refuse par exemple de retirer ses armes en mer de Chine méridionale.

Or, « le refus de la Chine de rassurer les États-Unis pourrait nous conduire à la guerre », assure-t-elle à l’AFP.

 

Rassurer = Se mettre à 4 pattes ?

On se croit encore au 19e siècle ?

Henri K.

Link to comment
Share on other sites

Holà Henri tes émoluments ont augmenté ! on t'as de mandé en haut lieu de mettre les bouchées doubles ?

Il y a 4 heures, Henri K. a dit :

Il n'y a rien de cohérent face à un pays qui présentait un tube de lessive en le passant pour une ADM, et j'en passe...

 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, pascal a dit :

Holà Henri tes émoluments ont augmenté ! on t'as de mandé en haut lieu de mettre les bouchées doubles ?

Tu sais que je t'aime beaucoup, mais les insinuations j'apprécie moyen.

Oui je sais, je suis de très mauvaise humeur aujourd'hui....

Tiens au fait, on a trouvé de l'ADM en Irak ou pas ? Si non, je ne crois pas qu'il y a eu de conséquences pour les mensonges, et je me demande toujours pourquoi...

Henri K.

Edited by Henri K.
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Henri K. a dit :

Tiens au fait, on a trouvé de l'ADM en Irak ou pas ? Si non, je ne crois pas qu'il y a eu de conséquences pour les mensonges, et je me demande toujours pourquoi...

Parce que les mensonges sont universels Henri tout le monde a les doigts dans la confiture et que heureusement les Chinois n'en ont pas l'exclusivité (ce ne serait pas drôle !)

Moi aussi je t'apprécie :wink:

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Henri K. a dit :

Tiens au fait, on a trouvé de l'ADM en Irak ou pas ? Si non, je ne crois pas qu'il y a eu de conséquences pour les mensonges, et je me demande toujours pourquoi...

Henri K.

Une forte perte de leadership moral pour les USA, qui compte pour fédérer des coalitions larges derrière soi et obtenir des décisions unanimes au Conseil de Sécurité, par exemple.

  • Like 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Henri K. a dit :

Tiens au fait, on a trouvé de l'ADM en Irak ou pas ? Si non, je ne crois pas qu'il y a eu de conséquences pour les mensonges, et je me demande toujours pourquoi...

Henri K.

De mémoire du chimique avait été trouvé (obus chimiques) mais ce sont des stocks qui dataient de la guerre Iran-Irak et qui avait été simplement enterrés après 91. (Mais des obus, pas vraiment des ADM)

Et comme les précurseurs chimique étaient (encore de mémoire) d'origine US, ils valaient mieux ne pas trop en parler... :rolleyes:

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

"Nous avons la preuve que l'Irak possède des armes de destructions massives, nous avons encore les factures de celles qu'on a commandées à nos industriels pour les donner à Saddam Hussein afin qu'il massacre des Iraniens. Nous pensons très probable qu'il en ait conservées quelques une au lieu de toutes les lancer sur des villages iraniens comme on le lui avait demandé."

C'est sûr que ça faisait tout de suite moins chevalier blanc défenseur du droit comme discours.

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

China’s Missiles Warn U.S. Aircraft Carriers to Stay Away

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Les missiles de la Chine mettent en garde les porte-avions américains

 Le PLA aurait lancé quatre missiles en mer de Chine méridionale
 Le mouvement est considéré comme un rappel des coûts élevés des conflits entre les pouvoirs

La dernière volée de missiles lancée par la Chine dans la zone la plus contestée du monde a servi d'avertissement à deux cibles clés des États-Unis : les porte-avions et les bases régionales.

Les missiles lancés dans la mer de Chine méridionale mercredi comprenaient le DF-21D et le DF-26B, rapporte le South China Morning Post, citant un proche de l'Armée populaire de libération. Ces armes sont au cœur de la stratégie chinoise visant à dissuader toute action militaire au large de sa côte orientale en menaçant de détruire les principales sources de projection de la puissance américaine dans la région.

"La Chine signale aux États-Unis, à ses alliés et à ses partenaires que la Chine a une réponse aux groupes d'attaque des porte-avions américains, une réponse qui est toujours disponible et qui ne dépend pas des calendriers de déploiement", a déclaré Carl Schuster, membre auxiliaire du corps enseignant du programme de diplomatie et de sciences militaires de l'Université du Pacifique à Hawaï et ancien directeur des opérations du Centre de renseignement conjoint du Commandement américain du Pacifique. En effet, la Chine dit : "Si les États-Unis mettent deux porte-avions dans la mer de Chine méridionale, nous y enverrons des missiles tueurs de porte-avions".

Les lancements montrent aux États-Unis le coût croissant de tout conflit armé, avec un rappel très visible de l'arsenal croissant de missiles balistiques à moyenne et moyenne portée de la Chine. Le président Xi Jinping a déployé la nouvelle force de fusées de l'APL dans le cadre d'un défilé militaire massif en octobre, montrant une capacité qui défie la supériorité militaire américaine en Asie pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale. Des chercheurs de l'université de Sydney ont averti l'année dernière que les missiles chinois pourraient anéantir les bases américaines pendant les "heures d'ouverture" de tout conflit.

Un responsable de la défense américaine qui a demandé à ne pas être identifié a déclaré à Bloomberg News que la Chine avait tiré quatre missiles balistiques de moyenne portée lors d'une série d'exercices militaires cette semaine. Ils ont atterri dans la mer entre le sud de l'île chinoise de Hainan et la chaîne de colis litigieux près du Vietnam, a déclaré le fonctionnaire, non loin de l'endroit où les transporteurs américains ont effectué des exercices ces dernières semaines pour appuyer la décision de l'administration Trump de contester les revendications de souveraineté de Pékin.

"La conduite d'exercices militaires sur le territoire contesté dans la mer de Chine méridionale est contre-productive pour apaiser les tensions et maintenir la stabilité", a déclaré le Pentagone dans un communiqué jeudi. Les actions de la Chine, y compris les essais de missiles, déstabilisent encore plus la situation en mer de Chine méridionale".

Le ministère chinois de la défense a réitéré son affirmation selon laquelle les exercices n'étaient pas dirigés contre une seule nation jeudi, sans mentionner le lancement de missiles. Cependant, le porte-parole du ministère, le colonel Wu Qian, a accusé "certains politiciens américains" d'essayer de provoquer un conflit entre les deux nations, déclarant lors d'un briefing à Pékin que la Chine "n'avait pas peur".

spacer.png

Jeudi, l'armée chinoise a publié une déclaration disant qu'elle avait expulsé un destroyer de missiles guidés de la marine américaine qui avait "pénétré" dans les eaux proches des îles Paracel. "Nous demandons instamment aux États-Unis de mettre fin à ce genre d'actes de provocation, de gérer strictement les opérations militaires maritimes et aériennes et de restreindre strictement leurs troupes de première ligne, afin d'éviter les accidents", a déclaré Li Huamin, un porte-parole du Commandement du théâtre sud de l'armée chinoise.

Les essais de missiles semblaient destinés à la consommation américaine, plutôt qu'à un public national, la couverture sur l'internet fortement censuré du pays étant largement limitée aux reportages des médias étrangers. Au début de la semaine, la Chine a protesté contre le vol d'un avion espion américain U-2 près de la zone d'exercice en mer de Chine orientale, vraisemblablement pour recueillir des renseignements sur les capacités du pays.

"L'objectif est de tester les capacités des troupes", a déclaré Li Jie, un expert naval basé à Pékin, qui n'a pas pu confirmer l'essai du missile. "On pourrait dire qu'il s'agit d'un avertissement aux États-Unis, car les États-Unis ont augmenté leurs activités militaires dans la mer de Chine méridionale."

Alors que les deux puissances nucléaires ont de nombreuses raisons d'éviter un affrontement, le risque d'escalade augmente alors que les États-Unis et leurs alliés cherchent à repousser un Pékin plus affirmé. Ces dernières semaines, les États-Unis ont effectué une série d'exercices militaires dans la région et ont approuvé la vente d'un avion de chasse à Taïwan, dans le cadre d'une élection nationale, le président Donald Trump a tenté de se concentrer sur la Chine.

Les récents exercices de la marine américaine dans la mer de Chine méridionale ont inclus des opérations conjointes des groupes de frappe des porte-avions USS Nimitz et USS Ronald Reagan le mois dernier et des exercices séparés du Reagan ce mois-ci. Ces actions font suite à l'annonce du 13 juillet du secrétaire d'État Michael Pompeo, qui a clarifié l'opposition légale des États-Unis aux revendications chinoises sur la plus grande partie d'une voie maritime vitale, dont certaines parties sont également revendiquées par le Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Vietnam.

 

Le risque réel est qu'un conflit entre les États-Unis et la Chine au sujet de Taïwan dégénère en guerre nucléaire, en partie parce que le DF-26 peut être armé d'ogives nucléaires et conventionnelles, a déclaré Jeffrey Lewis, directeur du programme de non-prolifération en Asie de l'Est au Middlebury Institute of International Studies en Californie.

"Si les États-Unis voyaient les missiles DF-26 se mobiliser pour frapper les porte-avions américains, le président devrait ordonner des frappes contre les bases de missiles dans toute la Chine, et pas seulement dans les zones côtières", a déclaré M. Lewis. "Les États-Unis frapperaient probablement les forces nucléaires chinoises. Il serait très difficile de limiter un tel conflit".

La Chine a lancé au moins un autre missile DF-26 ces dernières semaines, dans ce que le journal Global Times du Parti communiste a qualifié de réponse aux opérations de transport des États-Unis. Le journal avait auparavant vanté ses missiles "tueurs de porte-avions" sur Twitter - en tirant une réfutation laconique de la marine américaine, qui notait que les navires de guerre étaient néanmoins "toujours là".


Bien que la Chine n'ait pas encore prouvé sa capacité à couler un navire de guerre en mouvement, le coût de la perte d'un porte-avions de 10 milliards de dollars, des troupes et du matériel à bord - et de tout le prestige militaire américain qu'ils représentent - serait incommensurable. Cette menace pousse les planificateurs du Pentagone à envisager des moyens moins voyants de projeter la force, une étude interne du ministère de la défense recommandant de réduire la flotte de porte-avions du pays de 11 à 9, rapportait Defense News en avril.

L'arsenal de missiles de l'APL est l'un des nombreux facteurs qui poussent les États-Unis à modifier leur dispositif de sécurité en Asie, le Pentagone envoyant des bombardiers B-1 à Guam, où ils sont plus vulnérables aux attaques. L'inquiétude face à cette menace a également contribué à la décision des États-Unis de se retirer du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire avec la Russie et de chercher à engager des pourparlers tripartites sur les armes avec la Chine.

Avant même les lancements de cette semaine, la Chine avait discrètement intensifié les essais de missiles balistiques, dans une tentative apparente d'évaluer leurs capacités opérationnelles. Le pays a tiré plus de 100 missiles balistiques l'année dernière, soit plus de trois fois le record de la Corée du Nord, a rapporté Kyodo News en février, citant des personnes connaissant bien le sujet.

La Chine possède ce que l'ancien commandant du Pacifique Harry Harris a appelé "la force de missiles la plus importante et la plus diversifiée au monde", avec des dizaines d'armes différentes en cours de développement. Le DF-21D peut parcourir plus de 1 500 kilomètres (900 miles), tandis que le DF-26 peut emporter des ogives sur une distance estimée à 4 000 kilomètres, ce qui est suffisant pour atteindre Guam.

Il y a de "vraies questions" sur le fait de savoir si les transporteurs tueurs de la Chine fonctionnent réellement, a déclaré Ankit Panda, chercheur principal du programme de politique nucléaire de la Carnegie Endowment for International Peace à Stanton. Les derniers tests pourraient donner aux États-Unis une chance de mieux comprendre leurs performances.

"La Force de fusées de l'Armée de libération du peuple a un programme de tests très chargé et il s'agissait probablement d'un entraînement opérationnel", a déclaré Panda. "Mais cela rappellera certainement aux gens à Washington que l'armée chinoise continue de se moderniser et peut refuser l'accès à la marine américaine dans certaines parties de l'Asie-Pacifique."

 

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

En effet, les F-35C avec un rayon d'action d'a peine 1000 km et ceci avec une simple charge des baies internes pour l'armement ne fait as trop peur. Le Rafale avec ses 1700km de rayon d'action doit rendre jaloux, ça doit rappeller les temps bénis des F-14 Tomcats à l'USN. 

Certes il faut prendre note de ce que font les chinois avec ces missiles de déni de zone DF-21D et le DF-26B. La maintenant entre le système ABL Aegis et les Carrier strike group de l'USN qui évoluent a 30 noueds ces missiles ne vont pas faire de tir au but... mais dans 20 ans avec une NG de missiles de déni de zone?

Pour le successeur du Rafale, faudra songer a augmenter le rayon d'action justement, il faudra un avion bien plus gros et endurant, et la MN n'a pas de système ABL. Puis le PANG devra être taillée pour accommoder ce Rokh!

Edited by Frencho
Link to comment
Share on other sites

11 minutes ago, Picdelamirand-oil said:

Si si ils peuvent faire tir au but, ils repèrent leur cible de haut et ont un système de guidage terminal...

Merci pour la précision, j'avais lu cet article de The Economist https://www.economist.com/briefing/2019/11/14/aircraft-carriers-are-big-expensive-vulnerable-and-popular et un expert rosbeef assurait que les missiles ne pouvaient couler un Ford/Nimnitz.

Quote

This does not mean the age of the carrier is over. “A lot of these [carrier-killing] systems are essentially unproven,” says Nick Childs, an expert at the International Institute of Strategic Studies, a London think-tank. A missile that can fly the distance required is only one part of such a system. You also need eyes that can keep track of the prey. Ground-based radar cannot see targets hundreds of kilometres out to sea. Satellites can help, but they don’t give you data of high enough quality for the necessary precision, says Sidharth Kaushal, an expert at rusi, another London think-tank. “They can tell you roughly where a carrier is, and possibly its bearing”. Bringing together different sorts of satellite and drone data to update targeting information on the fly will not be easy, not least because the target carrier’s bearing is unlikely to stay steady. Satellites can spot missile launches, too—and the Ford could travel more than four nautical miles in a new direction during the eight minutes it would take a df-21d to reach it.

America’s mighty carriers, surrounded by their protective battle groups and watched over by satellites, are more likely to survive a serious assault than the smaller carriers of other nations. This is in part because those smaller nations cannot afford fleets large enough to protect their carriers; trying to do so is already distorting their order of battle. A typical carrier strike group might tie up four or five frigates and destroyers; the Royal Navy only has 19 such ships, the French even fewer.

20191116_FBM935_0.png

Edited by Frencho
Carte.
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Frencho a dit :

un expert rosbeef assurait que les missiles ne pouvaient couler un Ford/Nimnitz.

C'est également l'avis à l'EMM.

Ceci dit on ne sait pas ce que constituait ce test tellement important pour que les US envoient un U2 et un RC-135.

Or de mémoire   @Henri K.   avait posté pzrblebpassé sur son site un test DF-21D Vs vieux tanker donc en mouvement.

Donc il s'est passé quoi de plus ce jour-là ?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...