Akhilleus

Police, Gendarmerie, Pénitentiaire, Pompiers [infos only]

Recommended Posts

Bonjour,

Je me pose une question : si un policier est condamné à de la prison, est-ce qu'il est mis dans un quartier spécial ? Est-ce que des précautions sont prises pour lui éviter de côtoyer d'autres détenus ?

Un tout grand merci !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Kiriyama a dit :

Bonjour,

Je me pose une question : si un policier est condamné à de la prison, est-ce qu'il est mis dans un quartier spécial ? Est-ce que des précautions sont prises pour lui éviter de côtoyer d'autres détenus ?

Un tout grand merci !

Bonsoir

 

 

s'il est condamné à de la prison ferme, il n'est plus policier.

Ensuite, il existe des detenus protegés, soit placés à l'isolement pour leur sécurité, soit mis dans des quartiers avec des gens qui ont commis les memes peines.

Tu pourras y trouver les pédophiles, les assassins de noirs ou d'arabes (pour eviter les reglements de comptes des congeneres en prison), les flics, les violeurs... tous vivent mal leur détention et rasent les murs

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Présentation des nouveaux matériels de la police nationale 

Les véhicules de patrouilles renforcés

Ces fourgonnettes sont aménagées à partir d’un Trafic Renault ou d’un Expert Peugeot, à l’atelier central (un service de l’État) de Limoges, en Haute-Vienne. Elles sont destinées à patrouiller dans les zones de sécurité prioritaire, mises en place par le gouvernement de Manuel Valls. Ces véhicules comprennent deux places à l’avant, trois à l’arrière. Le pare-brise et les bas-côtés « résistent à la plupart des tirs provenant d’armes de poing », précise la commissaire Charlotte Bonnet, responsable de l’atelier central.

Les vitres disposent, elles, d’un film leur permettant de ne pas voler en éclats en cas de jets de pierre. Par ailleurs, les jantes sont également renforcées « pour que, même avec des pneus crevés, le véhicule puisse continuer à rouler et se mettre à l’abri ». Au total, 280 VPR ont été livrées.  

Image-1024-1024-251758.jpg?t=%22e22e36d1

 

Les boucliers balistiques souples

Ils sont dits souples car pliables. Mais ces protections pèsent tout de même 24 kg. Ils peuvent résister à des munitions de calibre 9 mm, 5,56 mm et surtout 7,62 mm, calibre qui correspond au fusil-mitrailleur AK-47, plus connu sous le nom de Kalachnikov. Deux modèles équiperont les forces de l’ordre : un finlandais doté de plaques fabriquées en Isère et un modèle allemand.

4 450 boucliers ont été livrés notamment dans tous les équipages de police secours.

Image-1024-1024-251759.jpg?t=%22e22e36d1

 

Les gilets porte-plaque

11 900 de ces gilets ont été livrés ;Dotés de quatre plaques métalliques, ils sont plus performants que les simples gilets pare-balles. « Ils permettent d’être protégés de tirs plus puissants et notamment ceux provenant des Kalachnikov », précise le colonel Xavier Lejeune, sous-directeur du Saelsi (Service de l’achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure). Chaque gilet pèse 11 kg. « Les policiers et gendarmes ne le porteront pas en permanence. C'est un équipement supplémentaire en cas de nécessité. »

Image-1024-1024-251760.jpg?t=%22e22e36d1

 

Le pistolet-mitrailleur HK UMP

De fabrication allemande, ce pistolet-mitrailleur (PM) va remplacer le PM 9 Beretta qui équipait les policiers depuis 1989. Le HK UMP dispose d’un chargeur de 30 cartouches pour un poids d’un peu moins de 2,5 kg. D’ici à la fin juillet, un peu plus de 5 000 PM vont être déployés. Fin Avril, 630 armes avaient déjà été livrées  dont 300 dans les écoles de police pour que les nouvelles promotions soient formées à son utilisation.

Image-1024-1024-251761.jpg?t=%22e22e36d1

 

Le fusil d’assaut HK G36

le HK G36 de la firme Heckler and Koch. Avec un calibre de 5,56 mm, cette arme offre une vitesse de balle de 850 m/seconde. Pour la police, il est en mode semi-automatique : coup par coup, ou rafales de deux coups. Son poids : 4,5 kg. 690 fusils d’assaut HK G36 ont été livrés au Bac et Psig afin de renforcer la lutte antiterroriste. « Ces armes permettent de percer les gilets pare-balles. C’est devenu indispensable car désormais les terroristes sont équipés de tels gilets », précise-t-on au centre technique de l’armement à Limoges

Image-1024-1024-251756.jpg?t=%22e22e36d1

 

lanceurs de balles, casques

Près de 2 300 lanceurs de balles de défense (munitions en caoutchouc) vont également être déployés dans les services. Ces armes sont destinées à remplacer les Flash-Ball, réputés imprécis et plus dangereux. Enfin, 6 200 casques balistiques, près de 25 000 couvertures antifeu, 21 400 extincteurs et 24 500 trousses de secours vont être livrés dans les commissariats et brigades.

Image-1024-1024-251762.jpg?t=%22e22e36d1

 

Image-1024-1024-251757.jpg?t=%22e22e36d1

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

il n'y a pas l'air d'avoir le renforcement du toit demandé dans un précédent projet sur lequel avait bossé mon pote Stratege/JCD :

Les specs appelaient à la capacité d'encaisser une machine à laver balancée par une fenêtre...

Il avait fallu envisager un sandwich de mousse d'aluminium.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A part les véhicules, quels sont les équipements ''made in France'' ? Les casques et les lanceurs de balles de défense ?

Armements allemands, boucliers finlandais... Cela peut faire tiqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, BPCs a dit :

il n'y a pas l'air d'avoir le renforcement du toit demandé dans un précédent projet sur lequel avait bossé mon pote Stratege/JCD :

Les specs appelaient à la capacité d'encaisser une machine à laver balancée par une fenêtre...

Il avait fallu envisager un sandwich de mousse d'aluminium.

Faut quand même pas exagère. les fourgons de polices ne rasent pas les murs. Une machine à laver par dessus un balcon elle arrive dans un ré de jardin.

Pour réussir à la lancer sur la route il faut au moins construire une catapulte romaine.

 

Edited by Scarabé
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, Scarabé a dit :

Faut quand même pas exagérer. les fourgons de polices ne rasent pas les murs. Une machine à laver par dessus un balcon elle arrive dans un ré de jardin.

Pour réussir à la lancer sur la route il faut au moins construire une catapulte romaine.

 

C'était pourtant des specs de ce type : Stratège disait en se bidonnant que c'était des specs de Leclerc :biggrin:

Vu la complexité du trucs avec un sandwich de 30 cm d'épaisseur on comprend que cela ait été abandonné.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, collectionneur a dit :

Armements allemands, [...] Cela peut faire tiqué

Quels sont les fabricants français de fusils d'assaut et de pistolets-mitrailleurs ? Moi c'est plutôt ça qui me fait tiquer. Et malheureusement on ne peut, pour un marché administratif intérieur aussi restreint que la France, sans débouchés exports sur un créneau saturé, ni débouchés commerciaux civils intérieurs au vu des caractéristiques spécifiques de la détention d'armes en France comparativement aux USA ou certains pays d'Europe de l'Est, en sus d'une perte de compétence datant au bas mot d'il y a 20 ans, envisager de recréer de toutes pièces, en comptant sur la seule volonté étatique, une entité industrielle apte à combler ce manque.

Il y a 6 heures, Scarabé a dit :

Faut quand même pas exagère. les fourgons de polices ne rasent pas les murs. Une machine à laver par dessus un balcon elle arrive dans un ré de jardin.

Pour réussir à la lancer sur la route il faut au moins construire une catapulte romaine.

Et un objet plus petit et moins lourd mais ayant la même densité sectionnelle qu'un encombrant comme frigo ou machine à laver, par exemple une plaque d'égout, ça ne s'est jamais vu ?
Oups...
https://www.google.fr/search?q=plaque+d'égout+jetée+sur+police&oq=plaque+d'égout+jetée+sur+police&aqs=chrome..69i57.7727j0j8&sourceid=chrome&ie=UTF-8
Ne négligeons pas le problème posé par la facilité de lancer ce genre de projectiles n'ayant besoin que de la gravité pour faire des dégâts depuis de grandes hauteurs.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est un peu triste, c'est que l'on fasse un gros effort de modernisation maintenant, alors que dans une institution (ici le minint) bien géré, cet effort aurait été grosso modo constant sur les 20 dernières années. Résultat, je vois venir gros comme une maison le fait que dans 20 ans tout ça sera vétuste à nouveau. Il faudra un nouvel "Uzbin" de l'intérieur pour relancer un plan de modernisation à la bourre...

D'un point de vue plus technique, les UMP à chargeur courbe, ce sont bien les 9mm ? Et je remarque qu'ici le 5.56 est jugé suffisant pour percer les GPB. Ils sont donc arrivé à des résultats différents que ceux du GIGN. Maintenant les paramètres sont pas forcément les mêmes...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, TimTR a dit :

Ce qui est un peu triste, c'est que l'on fasse un gros effort de modernisation maintenant, alors que dans une institution (ici le minint) bien géré, cet effort aurait été grosso modo constant sur les 20 dernières années. Résultat, je vois venir gros comme une maison le fait que dans 20 ans tout ça sera vétuste à nouveau. Il faudra un nouvel "Uzbin" de l'intérieur pour relancer un plan de modernisation à la bourre...

D'un point de vue plus technique, les UMP à chargeur courbe, ce sont bien les 9mm ? Et je remarque qu'ici le 5.56 est jugé suffisant pour percer les GPB. Ils sont donc arrivé à des résultats différents que ceux du GIGN. Maintenant les paramètres sont pas forcément les mêmes...

Oui les UMP c'est du 9 mm

Le nouveau 7.62 du GIGN c'est du renouvèlement de matériel .  Pour la police le RAID et ses antennes ont aussi des armes en 7.62 en dotation.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enfin un bon article sur les CRS et sur la nouvelle doctrine d'emploi.

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/contre-terrorisme-crs-se-militarisent-128284

L’Elysée devrait divulguer, ce mercredi 7 juin, les détails sur le rôle et l’organisation de la task force antiterroriste dont Emmanuel Macron a promis la création. Son premier responsable devrait être le diplomate Christophe Bigot, selon des informations de l’Opinion. Cette annonce intervient au lendemain de l’attaque d’un policier sur le parvis de Notre-Dame. On ignorait les motivations de l’assaillant (au marteau) qui a été blessé par balles. La lutte contre le terrorisme implique de nombreux services, qui ne sont pas toujours spécialisés. Ainsi, les CRS se sont profondément transformés depuis 5 ans pour faire face à cette nouvelle menace.

Les CRS ne sont plus ce qu’ils étaient. Force de police mobile et spécialisée dans le maintien de l’ordre, ils se sont profondément transformés pour répondre au terrorisme, sans abandonner le cœur de leur métier traditionnel. L’impulsion a été donnée par le préfet Philippe Klayman, un ancien officier des commandos-marine, qui les dirige depuis 2012.

Avant les attaques terroristes de 2015, ce sont les violences urbaines qui avaient poussé les Compagnies républicaines de sécurité à réfléchir sur l’évolution de leurs tactiques, notamment lors des affrontements de Villiers-le-Bel (95) en 2009. Les policiers étaient alors tombés dans de vrais guets-apens, subissant des tirs d’armes à feu de petit calibre. Un officier parlait alors de « véritable guérilla urbaine » ; 45 policiers avaient été blessés. D’où l’interrogation : comment réagir si des CRS sont confrontés à des tirs d’armes de guerre, désormais fréquentes dans le grand banditisme et le terrorisme ? « La Kalach change la donne », assure un expert. Depuis lors, la doctrine d’emploi des CRS a évolué, les attentats de 2015 accélérant les choses. La mue est désormais quasiment achevée.

Colonne d’assaut. Elle a pris la réforme d’une nouvelle organisation des 60 compagnies de CRS, qui se sont, en quelque sorte, « militarisées ». Organisée en quatre sections, chaque compagnie comprend en principe 135 hommes, dont 80 à 85 peuvent être déployés sur le terrain. L’une des sections, baptisée SPI4G, pour « section de protection et d’intervention de 4e génération », a été spécialisée pour former une « colonne d’assaut » dans le cas d’une action de contre-terrorisme. Cette SPI4G regroupe les éléments les plus jeunes et les plus sportifs de la compagnie, « ceux qui sortent des boucliers » lors des manifestations pour aller procéder à des arrestations.

Face au terrorisme, le Bataclan a contraint le ministère de l’Intérieur à revoir de fond en comble les responsabilités des différentes unités. Contrairement aux prises d’otages, les tueries de masse imposent en effet d’intervenir immédiatement pour « essayer d’enrayer le massacre ». Impossible d’attendre, parfois des heures, l’arrivée du RAID ou du GIGN. Un « schéma national d’intervention » prévoit désormais des « primo-intervernants » qui doivent arriver très rapidement sur les lieux pour relayer les « primo-arrivants », en général une simple patrouille de police ou de gendarmes.

Pour gagner la « guerre du temps », ces « primo-intervenants » doivent être répartis sur tout le territoire : ce sont, par exemple, les BAC (Brigades anticriminalité) de la Police ou les Pelotons de surveillance et d’intervention (PSIG) Sabre de la Gendarmerie. Et la soixantaine de SPI4G des CRS. Ils ont ainsi été formés à entrer de vive force et sous le feu dans un lieu où se déroule une attaque terroriste. Ces unités opèrent aussi pour des missions de protection sensible, comme lors de l’Euro 2016.

Binômes observateur-tireur. Autre innovation : les binômes observateur-tireur (BOT), en clair des tireurs d’élite. On en compte au moins deux par compagnie. Placés sur les points hauts, ils observent, rendent compte et, si besoin, ouvriraient le feu pour une « neutralisation à distance ». Ils sont formés aux techniques d’évolution en hauteur par les spécialistes du centre national d’entraînement à l’alpinisme et ski de Chamonix.

Dernière nouveauté : le secourisme de combat. Il s’agit de préparer les CRS à réagir à des blessures par balles. Au départ, du fait de leur excellent niveau en secourisme, les nageurs/sauveteurs des CRS - ceux que l’on retrouve l’été sur les plages - ont été formés par le Service de santé des armées à l’hôpital Laveran de Marseille. À la fin de l’année, tous les CRS l’auront été et sont désormais équipés de lots paramédicaux d’urgence. C’est grâce à ces nouveaux équipements que le CRS grièvement brûlé lors des manifestations du 1er mai a pu être traité en urgence.

Cette médicalisation va désormais bien au-delà : les sections d’élite SPI4G sont désormais capables d’aller chercher des blessés sous le feu, de leur prodiguer les soins d’urgence et de les évacuer pour les remettre aux pompiers et au Samu, dans le cadre d’une « bulle » sécurisée par le reste de la compagnie. Un médecin, ancien du RAID, sert de référent pour ce « paramédical tactique » qui a donné lieu à plusieurs exercices.

L’armement des CRS a aussi été renouvelé. Adieu les antiques mousquetons AMD à la crosse de bois. Cet été, ils auront tous été remplacés par des fusils d’assaut HK G36 de fabrication allemande. D’autres équipements (boucliers, casques) ont également été renouvelés.

Sécurisation. L’activité des CRS se partage en deux grandes moitiés : le maintien de l’ordre, bien connu, et la « sécurisation », comme à Calais ou à Menton. Les CRS participent également à la lutte contre la délinquance et la criminalité. Les unités motocyclistes qui faisaient de la police de la route sur les autoroutes sont, par exemple, engagées dans les villes pour y « faire du flag », des interpellations en flagrant délit. Testé à Marseille, ce nouveau dispositif a déjà été déployé à Chalon-sur-Saône, Valence ou Besançon avec succès, assure-t-on dans la police.

Les CRS ne représentent que 10 % des effectifs de la Police nationale. Ils sont au total 13 200, dont 9 000 dans le « service général » organisés autour des 60 compagnies réparties sur tout le territoire national. Aujourd’hui stabilisé, leur nombre a baissé depuis 2008, lorsqu’ils étaient encore 15 000. C’était avant la révision générale des politiques publiques (RGPP)… « Les CRS sont devenus une boîte à outils extraordinaires », se réjouit-on dans la hiérarchie policière. « Nous devons coller aux besoins de sécurité de demain, car pour continuer à exister, il faut être indispensable », ajoute-t-on de même source. Y compris, désormais, dans le contre-terrorisme.

 

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un agent agressé se fait volé ses armes de service (taser et flash ball) par une dizaine d'individus alors que ses collègues coursé un gus qu'ils voulaient contrôler. Cela arrive de plus en plus couramment... 

http://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/seine-saint-denis-un-jeune-homme-place-en-garde-a-vue-apres-l-agression-de-policiers_2333843.html

Edited by collectionneur

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, collectionneur said:

Un agent agressé se fait volé ses armes de service (taser et flash ball) par une dizaine d'individus alors que ses collègues coursé un gus qu'ils voulaient contrôler. Cela arrive de plus en plus couramment... 

http://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/seine-saint-denis-un-jeune-homme-place-en-garde-a-vue-apres-l-agression-de-policiers_2333843.html

Le vol des armes a eu lieu dans la voiture ... c'est assez courant que le policier se fasse embrouiller a coté ou qu'il soit plus loin de la voiture.

Il y a un vrai probleme avec les véhicules de police qui ne sont pas adapté a l'usage. On ne peut pas les verrouiller de l'extérieur moteur tournant par exemple. Il n'y a pas de système de retenues des armes dans la cabine qui empêche quelle soit volées par la fenêtre ouverte etc.

L'autre souci c'est que souvent les policier ne sont pas du coin ou ne patrouille pas le coin assez pour connaître le nom de chacun ... résultat c'est la croix et la bannière pour savoir qui a fait quoi. Quand les policier connaisse tout le monde dans le quartier, c'est facile d'interpeller ce qui font ci ou là plus tard, même avec une cagoule quand tu as l'habitude de croiser untel ou unetelle tu le reconnais.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Il y a un vrai probleme avec les véhicules de police qui ne sont pas adapté a l'usage. On ne peut pas les verrouiller de l'extérieur moteur tournant par exemple. Il n'y a pas de système de retenues des armes dans la cabine qui empêche quelle soit volées par la fenêtre ouverte etc.

Mais il existe quand même des voitures qui proposent ces "fonctions" ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, Kiriyama said:

Mais il existe quand même des voitures qui proposent ces "fonctions" ?

Aux USA oui il y a un vrai marché de la voiture de police complétement dédié, en France on transforme des voitures quelconques mais c'est vite cher donc on fait souvent le minimum, avec des vehicule pas forcément adapté a l'emport "police". Rien que les sieges sont une gageur quand on a un ceinturon plein de matériel ... on finit assis sur son matos ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kiriyama a dit :

Mais dans les autres pays européens, comment ça se passe ? 

bonjour

 

 

tu fais un petit arret sur image :

quand j'etais en police secours, en 3x8, les véhicules avaient, en moyenne 21conducteurs par semaine (certains qui s'arretent au feu le pied sur l’embrayage, ou qui se maintiennent en cote en faisant patiner l'embrayage ...), nous roulions en moyenne 100 km (de ville, parfois en urgence) par vacation... (300 km par jour, 10 000 par mois ou 120 000 km par an).

 

Donc, si tu prends un véhicule spécifique, avec des pieces mécaniques différentes de la grande série, tu penses bien que le cout d'entretien va exploser.

Que ce soit en pneus, en huile, en freins, en carburant...

 

Theoriquement, les voitures sont réformées avant 200 000 km.. ; elles n'ont pas 2 ans (et parfois n'atteignent pas les 5 ans et sont lessivées).

 

donc, avoir des véhicules spécifiques, renforcés, ça a un cout d'achat et un cout d'entretien

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, christophe 38 said:

donc, avoir des véhicules spécifiques, renforcés, ça a un cout d'achat et un cout d'entretien

Aménager l'intérieur, et reprogrammer l'électronique de servitude c'est pas la mort non plus ... le souci c'est qu'il va falloir repasser le véhicule modifier a la DRIRE ...

L'autre souci c'est de prendre des bagnole adaptée ... ne serait ce que suffisamment grande a l'intérieur ... réclamer que tous les vitrages soit feuilletées ou filmées.

Enfin tout un tas de chose possible sans faire "exploser" le budget ... On dépense bien des fortune pour changer la sérigraphie toutes les 4 semaines ... c'est pas comme si l'argent pour ca il n'y en avait pas.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sujet intéressant.

Je pense qu'il y a matière à interrogation , même si je pense qu'il faut rester prudent , on a pas forcément tout les éléments à notre niveau pour disons avoir un avis tranché .

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Member Statistics

    5,353
    Total Members
    1,132
    Most Online
    JohnCleese
    Newest Member
    JohnCleese
    Joined
  • Forum Statistics

    20,575
    Total Topics
    1,216,596
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries