Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'ordre de bataille de l'armée de terre


Scarabé
 Share

Recommended Posts

Je suis retombé sur l’organigramme des nouvelles divisions de l’US Army, et j’ai voulu regarder ce que ça pourrait donner une brigade blindée à la sauce française, surtout d'un point de vue matériel. Il faut se rappeler qu'il y a un niveau au-dessus de prévu, les "Armoured Division (reinforced)".

Une brigade blindée de l'US Army c'est 8 "grosses" unités:

-        2 brigades blindées

-        1 brigade motorisée

-        1 brigade d’artillerie

-        1 brigade d’aviation

-        1 bataillon de génie

-        1 « brigade de protection »

-        1 brigade logistique

 

spacer.png

Les brigades blindées ont trois bataillons blindés mixtes, une section de cavalerie, un bataillon de soutien. C’est un peu le bazar au niveau des comparaisons, parce que leurs bataillons sont plus petits que nos régiments et nos compagnies/sections plus grosses que leurs pelotons, mais en gros, une brigade c’est 3000 pax (depuis qu’ils ont retiré les appuis du niveau brigade), 87 Abrams et 152 Bradley. Cela représente un régiment de Leclerc type RC80 et deux régiments d’infanterie à quatre compagnies sur VBCI, qu’on peut mixer en GTIA infanterie ou cavalerie. Soit 80 Leclerc et 150 VBCI par brigade blindée. Si on en veut deux, c’est 160 Leclerc et 300 VBCI, soit davantage que tous nos Leclerc en régiment et la moitié de nos VBCI. Pour la section de cavalerie de brigade, on peut penser à un escadron sur Jaguar pour éviter d’avoir à alourdir la facture, soit 12 ou 16 Jaguar selon qu’on conserve la nomenclature AMX10RC ou Leclerc.

Pour la brigade motorisée, c’est plus simple. C’est peu ou prou une brigade scorpion, trois bataillons d’infanterie, une section de cavalerie. On peut imaginer une brigade à 1 Régiment de Cavalerie et 3 Régiments d’Infanterie pour donner de la masse et former 4 GTIA à dominante infanterie. Pareil, penser à rajouter un bataillon de soutien.

Pour l’artillerie, c’est un état-major, trois bataillons d’artillerie, un bataillon de soutien. Soit 24x3=64 CAESAR, et 16x3=48 MEPAC. Pour être complètement honnête leurs bataillons sont à 18 obusiers mais ça revient peu ou prou au même, il faudrait de toutes façons y mettre toute notre artillerie. Quoiqu’avec Nexter qui augmente les cadences, en un an de production on pourrait créer suffisamment de matos pour créer une nouvelle brigade (avec quels hommes ?).

Pour la brigade d’aviation, on parle d’un bataillon d’attaque, un bataillon d’assaut, un escadron de reconnaissance, un bataillon de drones. Difficile de trouver exactement la composition, mais on est à 10 UH-60 par compagnie d’assaut, et 8 AH-64 par compagnie d’attaque. Avec des bataillons à 3 compagnies ça donne 30 UH60 et 24 AH64. Disons 24 de chaque, soit 24 Tigre, 24 NH90, et 8 Gazelle pour l’escadron de reconnaissance. Aucune idée du nombre de MQ-1C, disons 24 par commodité, soit 24 Patroller. On pourrait donc, en raclant bien et en augmentant les commandes de Patroller, générer 2 brigades d’aviation.

Pour le bataillon de génie, c’est 5 compagnies, j’imagine qu’on peut considérer que nos régiments du génie font l’affaire, sachant que les moyens de génie lourd sont concentrés dans l’US Army dans les Armored Division (reinforced) ex-Penetration Division, donc on peut considérer que comme on en a pas, on peut mettre le paquet en termes de franchissement, contre mobilité, travaux lourds etc.

La « Brigade de Protection », c’est un bataillon de DCA, un bataillon de police militaire, un bataillon NRBC. Si on reprend les exemples plus haut, la DCA est équivalente à nos futurs Serval LAD 30mm et Mistral, sauf que c’est sur une seule plateforme (Stryker), disons donc 24 Serval 30mm et 24 Serval Mistral. Pour le bataillon NRBC et la police militaire, à voir ce qu’on pourrait générer à partir des régiments du train et le 2e Dragons.

Et enfin, la brigade logistique n’est pas très lourde (mais il faut dire qu’il y a des bataillons dédiés dans chaque brigade), j’imagine qu’avec notre brigade logistique ou pourrait soutenir deux divisions type US Army.

Conclusion : on pourrait difficilement générer une division blindée d’environ 10-15 000 pax. Il nous resterait une brigade médiane, deux brigades légères, la brigade franco-allemande et les brigades relevant des commandements spécialisés pour soutenir tout ce beau monde, on pourrait donc monter autour de 20 000 pax voire déléguer une brigade médiane ou légère dans une division alliée (et la commander à partir d’un état-major de corps d’armée, mais faudra être persuasif), ou alors former une division légère (mais il faudra alors intégrer des éléments de soutien étrangers).

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Aisym a dit :

 

Conclusion : on pourrait difficilement générer une division blindée d’environ 10-15 000 pax. Il nous resterait une brigade médiane, deux brigades légères, la brigade franco-allemande et les brigades relevant des commandements spécialisés pour soutenir tout ce beau monde, on pourrait donc monter autour de 20 000 pax voire déléguer une brigade médiane ou légère dans une division alliée (et la commander à partir d’un état-major de corps d’armée, mais faudra être persuasif), ou alors former une division légère (mais il faudra alors intégrer des éléments de soutien étrangers).

Le contrat ops de la LPM c'est une division à deux brigades FR pour 20 000 pax au total. Avec une brigade en rab (Belge par exemple), et une div en rab (Brit?) pour former un corps.

Link to comment
Share on other sites

16 hours ago, FoxZz° said:

Un petit point sur les régiments de cavalerie et la fonction reconnaissance. Comme je l'expliquais dans un précédent poste, je ne vois aucun intérêt à former des régiments de cavalerie de "reconnaissance". Dans l'armée de terre la reconnaissance "tactique" est du ressort de tous avec des pions plus ou moins spécialisés (PRI, TE, pelotons de cavalerie, drones, observateurs d'artillerie, etc) qui viennent ensuite s'insérer dans l'échelon de découverte scorpion. Ces régiments tels qu'on les envisages sont des régiments de mêlée normaux et n'ont donc pas lieux d’être. En revanche, avoir des unités de reconnaissance et de renseignements dans la profondeur au niveau divisionnaire pourquoi pas, mais on serait plus sur quelque chose du style 2eRH. Et au vu du format de notre armée, je pense qu'en effet il vaut mieux garder ce type de régiments dans la brigade rens, quitte à la renforcer avec un 3e RH et un deuxième régiment comme le 54.

C'est une vision restrictive de la fonction de la cavalerie dans d'autres pays. Son rôle n'est pas simplement la reconnaissance (même si c'est celui qui est le plus marketable). Le rôle est la vision et la sécurité (plus les missions d'économie de force).

Je vais laisser cet extrait de BattleOrder expliquer les fonctions de la cavalerie US (via l'ACR) vu qu'il rendra ça probablement plus clair que moi.

Quote

 

Ceci est à prendre en compte en plus des autres emplois des blindés au sein des CAB par exemple. C'est aussi quelque chose qu'on peut retrouver en France dans la structure de la Division Javelot de la Guerre Froide:

Quote

a137e0_2a1e445f16e0440cabff57eab97e6b07~

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

9 hours ago, hadriel said:

Le contrat ops de la LPM c'est une division à deux brigades FR pour 20 000 pax au total. Avec une brigade en rab (Belge par exemple), et une div en rab (Brit?) pour former un corps.

Qu'est-ce qui vous fait penser que vous allez avoir une division britannique en rab pour former un Corps? Tout le monde à l'air de penser que les autres auront des divisions à leur refiler pour son corps mais les britanniques vont remplir en priorité le leur (Allied Rapid Reaction Corps). En y regardant de plus près, la France participe à deux corps différents (CRR-FR et Eurocorps).

Edited by mehari
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 28/03/2024 à 10:24, Clairon a dit :

Cela existe en effet depuis plus de 60 ans au sein de l'EMHM (Ecole Militaire de Haute Montagne) de Chamonix qui forme chaque année une 40taine d'élèves sous-officiers directs et un nombre équivalent indirects. 

https://www.emhm.terre.defense.gouv.fr/index.php/fr/

Si la montagne est un milieu tout à fait particulier nécessitant un entrainement et une formation différenciés, comme par exemple la jungle, la dimension "Troupes de Marine"/"Amphibie" et "Aéroportée" n'est en rien "un milieu" spécifique nécessitant, à part quelques stages particuliers de quelques semaines, un enseignement spécifique.

Plusieurs observateurs sont très sceptiques sur ces chemins "différenciés" de formation des sous-off directs.

1° L'aspect "Troupes de Marine" pour l'école 9e BIMa : que je sache il existe encore plein d'autres unités TdM dans l'AdT qui ne font pas partie de la 9e BIMa (21e RIMa, RMT, 3e et 8e RPIMa, 3e RAMa, ...) et le 126e RI est aussi "colonial" qu'un plateau de fromages d'Auvergne ... Et on va encore recréer les fameuses chapelles de l'AdT qui ont fait pas mal de tort dans certains domaines, en particulier avec l'esprit "léger/félin/souple/manoeuvrier/ouille ouille la chenille ça sent mauvais/vive le VBL" qui a pollué toute décision technique au sein de l'AdT depuis 1995. Pourquoi pas une formation pour les sous-offs "Armée d'Afrique" pour ceux qui se destinent au 1er Spahis, 1er Tirailleurs, 68e RAA, 19e RG ou au 41e RT

2° L'aspect "Amphibie", là aussi désolé, mais c'est pas en débarquant sur une plage plate depuis un EDIC que l'on est "amphibie", n'importe quel biffin d'Alsace apprend cela en 10 jours max. Les vrais amphibies ce sont les fusiliers marins, les US Marines, les Royal Marine Commando's, qui vivent dans des bateaux, pensent comme des marins et sont totalement équipés "amphibie" ... Je me rappelle pas qu'on livre des Griffons "spécial eau de mer" à la 9e BIMa ... Et puis la 6e BLB elle est pas un peu amphibie non plus ?

3° On peut aussi se poser des questions pratiques : ça sera le CFIM d'Angoulême qui devra accueillir les candidats, étonnant il était jugé trop petit à tel point qu'on a dû ouvrir un 2e CFIM à Coëtquidan pour la 9e BIMa, 2e CFIM qui entre parenthèse fout un peu le boxon dans l'accueil des élèves officiers St Cyr, EMIA et EMAC de Coëtquidan (confirmé par le dernier rapport assez cinglant de la cour des comptes).

4° L'ENSOA c'est nul alors ? Pourquoi déshabiller Paul pour mal rhabiller Pierre ? On rabote d'ailleurs la formation à St Maix (elle passe en Juillet de 8 à 6 mois pour les directs), alors que partout ailleurs en Europe la formation de base d'un sous-off, hors Ecole d'armes prend de 1 à 3 ans. On rajoute au passage que l'anglais à St Maix, ça sert pas à grand chose, mais on ne parle que d'armées de coalition et d'alliances (peut-être que toutes les autres armées se seraient mis au français ...).

5° Et L'ETAP ? Elle est chargée de l'instruction spécialisée de toutes les unités parachutistes des Armées (AdT, Marine, Adla, Gendarmerie), pas de l'instruction de base de sous-officiers, et le parachutisme militaire c'est pas un "milieu" comme la montagne, c'est un "moyen de transport ou de mise en place", une fois son nylon et ses suspentes repliés, c'est à pince dans les rangers ....

Bon, j'arrête on va dire que je râle trop encore une fois ...

Clairon

Hmm je te rejoins sur le côté dévalorisation de l'ENSOA au profit de ce que je soupçonne être un "nous les ('insert' TAP/TDM) on sait faire mieux que les cons de l'école TTA, on va voir ce qu'on va voir, enfin on va faire de la qualité et des guerriers." C'est très clairement cet "esprit FAR", une soi-disant élite à part qui veut survivre. A l'heure de l'Ukraine et du mécanisé, ça laisse effectivement rêveur.

 

Le succès de l'EMHM (incontestable !), c'est aussi du à une meilleure sélection en amont, et une formation plus longue avec plus de moyens et une meilleure sélection des cadres.

Je te rejoins @Gibbs le Cajun sur le bon côté de choisir sa brigade. Perso' j'aime quand même bien le côté méritocratie de l'ENSOA. Cependant, quand y a aucune place TAP sur ta promo' parce que c'est comme ça, c'est quand même nul... Maintenant ça c'est la vision fidélisation. Parce que l'institution elle, elle s'en fout que le jeune devienne para' ou pas. Il servira là où il y a besoin, c'est tout.

 

Enfin, y a un aspect que je soupçonne également : l'ENSOA sature...ça expliquerait aussi les formations des ss-off' directs passées à 06 mois (contre 08 avant) et celle des semi-directs qui repassent à 03 mois (brièvement passées à 04 mois auparavant.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, FoxZz° a dit :

 

 

Néanmoins, je considère que la précédente doctrine qui était chacun se spécialise sur son corps de métier, la structure des régiments est standardisée et ensuite on assemble des briques avait quand même du bon.  Tant que l'on reste sur un principe de GTIA, je ne vois aucun intérêt dans la recréation de SRRI infanterie par exemple. Qui dans les faits sont des PRI avec des véhicules moins adaptés et des gens dont ce n'est pas les métier (les fantassins). De la même manière je ne vois aucun intérêt à créer dans la cavalerie des unités de type SAED (les GAEB LOL) car là aussi ce n'est pas leur métier. Dans 90% des cas c'est issue de la lubie des chefs de corps d'avoir leur unité spéciale et de la FSmania. En général ça aboutit à des unités de mauvaise qualité qui n'ont pas vraiment d’intérêt à part bouffer de la masse salariale.

 

 

 

Clairement un héritage de Barkane, ou pour briller et exister (et donc fidéliser et recruter...), il fallait faire du sexy, donc du commando avec du body-count, de la capture etc. Pour certains régiments/spécialités, ça a été la seule façon d'exister. A l'aune de la HEM, ça devient effectivement plus suspects... Cela aura eu un immense effet positif, les sections spécialisés ayant importés des savoirs "FS" à la conventionnelle, et globalement augmenté le niveau des régiments.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Gibbs le Cajun a dit :

 

 

Donc pourquoi toujours rabaisser l'idée que les unités française dédié à l'amphibie qui ont un rôle amphibie à la française n'est pas concrète car pas à l'image qu'on se fait de l'amphibie des US etc...

 

...bah c'est un peu comme ça qu'elles se vendent...

Typiquement le GAEA ou si on raisonne en terme de doctrine, on voit pas bien où ça se place...c'est quand même surprenant d'avoir une unité spé' sans emploi.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, mehari a dit :

Qu'est-ce qui vous fait penser que vous allez avoir une division britannique en rab pour former un Corps? Tout le monde à l'air de penser que les autres auront des divisions à leur refiler pour son corps mais les britanniques vont remplir en priorité le leur (Allied Rapid Reaction Corps). En y regardant de plus près, la France participe à deux corps différents (CRR-FR et Eurocorps).

Je pense que c'était un exemple. Mais effectivement le problème est que plusieurs pays ont le même raisonnement et qu'il n'y a pas pléthore de brigades qui cherchent une division pour se caser... Sans même parler des EOCA qui ne sont pas légion non plus en Europe... Les Allemands ont bien joué en intégrant d'emblée plusieurs unités de leur "étranger proche".

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Polybe a dit :

Hmm je te rejoins sur le côté dévalorisation de l'ENSOA au profit de ce que je soupçonne être un "nous les ('insert' TAP/TDM) on sait faire mieux que les cons de l'école TTA, on va voir ce qu'on va voir, enfin on va faire de la qualité et des guerriers." C'est très clairement cet "esprit FAR", une soi-disant élite à part qui veut survivre. A l'heure de l'Ukraine et du mécanisé, ça laisse effectivement rêveur.

 

Le succès de l'EMHM (incontestable !), c'est aussi du à une meilleure sélection en amont, et une formation plus longue avec plus de moyens et une meilleure sélection des cadres.

Je te rejoins @Gibbs le Cajun sur le bon côté de choisir sa brigade. Perso' j'aime quand même bien le côté méritocratie de l'ENSOA. Cependant, quand y a aucune place TAP sur ta promo' parce que c'est comme ça, c'est quand même nul... Maintenant ça c'est la vision fidélisation. Parce que l'institution elle, elle s'en fout que le jeune devienne para' ou pas. Il servira là où il y a besoin, c'est tout.

 

Enfin, y a un aspect que je soupçonne également : l'ENSOA sature...ça expliquerait aussi les formations des ss-off' directs passées à 06 mois (contre 08 avant) et celle des semi-directs qui repassent à 03 mois (brièvement passées à 04 mois auparavant.

Ce développement envisagé des écoles de sous-officiers au sein des brigades est corrélé à la décentralisation du recrutement et à la volonté de multiplier les possibilités de recrutement. Ce n'est pas une demande des paras, qui se sont juste portés volontaires pour tester. Une bonne part du succès de l'EMHM tient à l'attrait de la montagne (pas de critique de l'esprit FAR dans ce cas?), pas de raison que cela ne fonctionne pas avec les paras. Pour le reste effectivement cela n'offre qu'un choix géographique, mais c'est peut-être déja en soi un attrait?

Edited by gustave
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, gustave a dit :

Ce développement envisagé des écoles de sous-officiers au sein des brigades

Ce type d'instruction décentralisé ne risque-t-il pas de créer une somme "d'esprits maisons" au sein de l'institution ? L'AT n'a-t-elle pas besoin d'un corps de doctrine commun à toutes ses Armes qui serait favorable à la mobilité par exemple ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, gustave a dit :

Ce développement envisagé des écoles de sous-officiers au sein des brigades est corrélé à la décentralisation du recrutement et à la volonté de multiplier les possibilités de recrutement. Ce n'est pas une demande des paras, qui se sont juste portés volontaires pour tester. Une bonne part du succès de l'EMHM tient à l'attrait de la montagne (pas de critique de l'esprit FAR dans ce cas?), pas de raison que cela ne fonctionne pas avec les paras. Pour le reste effectivement cela n'offre qu'un choix géographique, mais c'est peut-être déja en soi un attrait?

J'entends l'argument, je suis surpris que ça vienne du haut. J'ai du mal à croire que ça n'est pas un résultat d'entre-soi. Mais effectivement, c'est une suite logique vu comme ça.

 

L'EMHM c'est ancien, et ça porte aussi cette logique d'élite de par la sélection initiale il me semble.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, pascal a dit :

Ce type d'instruction décentralisé ne risque-t-il pas de créer une somme "d'esprits maisons" au sein de l'institution ? L'AT n'a-t-elle pas besoin d'un corps de doctrine commun à toutes ses Armes qui serait favorable à la mobilité par exemple ?

Bah on pourrait dire que c'est déjà le cas. ^^

Mais effectivement, je pense aux gars du 1er RCP qui quand il s'agit d'être muté, partent en RI et pas en RPIMa...si ça, ça pouvait changer, ça serait pas mal. Mais ça ouvre d'autres problématiques.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, mehari a dit :

C'est une vision restrictive de la fonction de la cavalerie dans d'autres pays. Son rôle n'est pas simplement la reconnaissance (même si c'est celui qui est le plus marketable). Le rôle est la vision et la sécurité (plus les missions d'économie de force).

Je vais laisser cet extrait de BattleOrder expliquer les fonctions de la cavalerie US (via l'ACR) vu qu'il rendra ça probablement plus clair que moi.

Ceci est à prendre en compte en plus des autres emplois des blindés au sein des CAB par exemple. C'est aussi quelque chose qu'on peut retrouver en France dans la structure de la Division Javelot de la Guerre Froide:

 

Mais même, toutes les missions dont tu parles sont des missions classiques des armes de mélée : la couverture, la flanc-garde, la reconaissance, la surveillance, le controle de zone, etc. Certaines sont particulièrement typée cavalerie comme la flanc garde ou la reco, mais il n'y a pas besoin d'unités spécifiques pour le faire. A titre d'exemple, à l'heure actuelle, l'unité de N6 la plus adaptée pour remplir une mission de flanc garde, c'est un peloton de char Leclerc.

 

Il y a 3 heures, Polybe a dit :

Hmm je te rejoins sur le côté dévalorisation de l'ENSOA au profit de ce que je soupçonne être un "nous les ('insert' TAP/TDM) on sait faire mieux que les cons de l'école TTA, on va voir ce qu'on va voir, enfin on va faire de la qualité et des guerriers." C'est très clairement cet "esprit FAR", une soi-disant élite à part qui veut survivre. A l'heure de l'Ukraine et du mécanisé, ça laisse effectivement rêveur.

 

Le succès de l'EMHM (incontestable !), c'est aussi du à une meilleure sélection en amont, et une formation plus longue avec plus de moyens et une meilleure sélection des cadres.

Je te rejoins @Gibbs le Cajun sur le bon côté de choisir sa brigade. Perso' j'aime quand même bien le côté méritocratie de l'ENSOA. Cependant, quand y a aucune place TAP sur ta promo' parce que c'est comme ça, c'est quand même nul... Maintenant ça c'est la vision fidélisation. Parce que l'institution elle, elle s'en fout que le jeune devienne para' ou pas. Il servira là où il y a besoin, c'est tout.

 

Enfin, y a un aspect que je soupçonne également : l'ENSOA sature...ça expliquerait aussi les formations des ss-off' directs passées à 06 mois (contre 08 avant) et celle des semi-directs qui repassent à 03 mois (brièvement passées à 04 mois auparavant.

L'EMHM a une vraie plus value puisqu'elle forme des spécialiste de la montagne, c'est une vraie spécialité.

Pour les TDM et les Para, ça n'a strictement aucun intérêt. C'est même déshabiller Paul pour habiller Jacques puisque les l'ENSOA est en grande difficulté.

Cette tendance est déjà de retour dans le corps des officiers puisque les TDM sont désormais à nouveau une arme à part entière. Donc les sous-lieutenants choisissent l'arme de TDM à la sortie de Coet, vont faire leur acculturation, et ensuite rejoignent leurs école d'arme d'appartenance en ayant déjà la certitude de retourner dans les TDM. Il parait que se serait pour mieux les préparer aux séjours. Je ne vois vraiment pas l’intérêt, c'est juste des mecs qui vont moins se donner en école d'arme puisque sans la pression du classement.

La mafia a encore de beaux jours devant elle.

Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, FoxZz° a dit :

Mais même, toutes les missions dont tu parles sont des missions classiques des armes de mélée : la couverture, la flanc-garde, la reconaissance, la surveillance, le controle de zone, etc. Certaines sont particulièrement typée cavalerie comme la flanc garde ou la reco, mais il n'y a pas besoin d'unités spécifiques pour le faire. A titre d'exemple, à l'heure actuelle, l'unité de N6 la plus adaptée pour remplir une mission de flanc garde, c'est un peloton de char Leclerc.

 

L'EMHM a une vraie plus value puisqu'elle forme des spécialiste de la montagne, c'est une vraie spécialité.

Pour les TDM et les Para, ça n'a strictement aucun intérêt. C'est même déshabiller Paul pour habiller Jacques puisque les l'ENSOA est en grande difficulté.

Cette tendance est déjà de retour dans le corps des officiers puisque les TDM sont désormais à nouveau une arme à part entière. Donc les sous-lieutenants choisissent l'arme de TDM à la sortie de Coet, vont faire leur acculturation, et ensuite rejoignent leurs école d'arme d'appartenance en ayant déjà la certitude de retourner dans les TDM. Il parait que se serait pour mieux les préparer aux séjours. Je ne vois vraiment pas l’intérêt, c'est juste des mecs qui vont moins se donner en école d'arme puisque sans la pression du classement.

La mafia a encore de beaux jours devant elle.

...et c'est quoi/où l'école d'arme des TDM ? Ils ne passent donc plus dans les...écoles d'armes de leurs spé' ? :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

24 minutes ago, FoxZz° said:

Mais même, toutes les missions dont tu parles sont des missions classiques des armes de mélée : la couverture, la flanc-garde, la reconaissance, la surveillance, le controle de zone, etc. Certaines sont particulièrement typée cavalerie comme la flanc garde ou la reco, mais il n'y a pas besoin d'unités spécifiques pour le faire. A titre d'exemple, à l'heure actuelle, l'unité de N6 la plus adaptée pour remplir une mission de flanc garde, c'est un peloton de char Leclerc.

En supposant une action de brigade, la présence d'un élément dédié pour le rôle de reconnaissance/sécurité permet de conserver les forces de mêlée pour le contact, facilite la concentration de force et permet plus de flexibilité sur leur engagement. Dans l'exemple présenté, l'élément de cavalerie est supposé sévèrement affaiblir l'avancée adverse avant même que les éléments de mêlée n'entrent en jeu, et ce à plusieurs dizaines de kilomètre de la force principale.

Si tu considères à l'inverse que chaque GTIA est chargé de sa propre reconnaissance et sécurité, tu affaiblis fortement cette possibilité vu que le GTIA est supposé agir beaucoup plus en avant de sa propre force, ce qui n'est pas le cas si ce rôle est laissé à la brigade.

En opération dispersée cependant, il reste possible de répartir les escadrons de cavalerie au sein de GTIAs pour s'occuper de leur sécurité. Dans l'autre sens, ça veut dire que l'élément de mêlée doit aussi disposer de suffisamment d'éléments en propre pour fonctionner lorsque les élément de brigade sont occupés ailleurs, d'où les mortiers lourds et les pelotons de reconnaissance organiques.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, Aisym a dit :

Je suis retombé sur l’organigramme des nouvelles divisions de l’US Army, et j’ai voulu regarder ce que ça pourrait donner une brigade blindée à la sauce française, surtout d'un point de vue matériel. Il faut se rappeler qu'il y a un niveau au-dessus de prévu, les "Armoured Division (reinforced)".

Une brigade blindée de l'US Army c'est 8 "grosses" unités:

-        2 brigades blindées

-        1 brigade motorisée

-        1 brigade d’artillerie

-        1 brigade d’aviation

-        1 bataillon de génie

-        1 « brigade de protection »

-        1 brigade logistique

 

spacer.png

Les brigades blindées ont trois bataillons blindés mixtes, une section de cavalerie, un bataillon de soutien. C’est un peu le bazar au niveau des comparaisons, parce que leurs bataillons sont plus petits que nos régiments et nos compagnies/sections plus grosses que leurs pelotons, mais en gros, une brigade c’est 3000 pax (depuis qu’ils ont retiré les appuis du niveau brigade), 87 Abrams et 152 Bradley. Cela représente un régiment de Leclerc type RC80 et deux régiments d’infanterie à quatre compagnies sur VBCI, qu’on peut mixer en GTIA infanterie ou cavalerie. Soit 80 Leclerc et 150 VBCI par brigade blindée. Si on en veut deux, c’est 160 Leclerc et 300 VBCI, soit davantage que tous nos Leclerc en régiment et la moitié de nos VBCI. Pour la section de cavalerie de brigade, on peut penser à un escadron sur Jaguar pour éviter d’avoir à alourdir la facture, soit 12 ou 16 Jaguar selon qu’on conserve la nomenclature AMX10RC ou Leclerc.

Pour la brigade motorisée, c’est plus simple. C’est peu ou prou une brigade scorpion, trois bataillons d’infanterie, une section de cavalerie. On peut imaginer une brigade à 1 Régiment de Cavalerie et 3 Régiments d’Infanterie pour donner de la masse et former 4 GTIA à dominante infanterie. Pareil, penser à rajouter un bataillon de soutien.

Pour l’artillerie, c’est un état-major, trois bataillons d’artillerie, un bataillon de soutien. Soit 24x3=64 CAESAR, et 16x3=48 MEPAC. Pour être complètement honnête leurs bataillons sont à 18 obusiers mais ça revient peu ou prou au même, il faudrait de toutes façons y mettre toute notre artillerie. Quoiqu’avec Nexter qui augmente les cadences, en un an de production on pourrait créer suffisamment de matos pour créer une nouvelle brigade (avec quels hommes ?).

Pour la brigade d’aviation, on parle d’un bataillon d’attaque, un bataillon d’assaut, un escadron de reconnaissance, un bataillon de drones. Difficile de trouver exactement la composition, mais on est à 10 UH-60 par compagnie d’assaut, et 8 AH-64 par compagnie d’attaque. Avec des bataillons à 3 compagnies ça donne 30 UH60 et 24 AH64. Disons 24 de chaque, soit 24 Tigre, 24 NH90, et 8 Gazelle pour l’escadron de reconnaissance. Aucune idée du nombre de MQ-1C, disons 24 par commodité, soit 24 Patroller. On pourrait donc, en raclant bien et en augmentant les commandes de Patroller, générer 2 brigades d’aviation.

Pour le bataillon de génie, c’est 5 compagnies, j’imagine qu’on peut considérer que nos régiments du génie font l’affaire, sachant que les moyens de génie lourd sont concentrés dans l’US Army dans les Armored Division (reinforced) ex-Penetration Division, donc on peut considérer que comme on en a pas, on peut mettre le paquet en termes de franchissement, contre mobilité, travaux lourds etc.

La « Brigade de Protection », c’est un bataillon de DCA, un bataillon de police militaire, un bataillon NRBC. Si on reprend les exemples plus haut, la DCA est équivalente à nos futurs Serval LAD 30mm et Mistral, sauf que c’est sur une seule plateforme (Stryker), disons donc 24 Serval 30mm et 24 Serval Mistral. Pour le bataillon NRBC et la police militaire, à voir ce qu’on pourrait générer à partir des régiments du train et le 2e Dragons.

Et enfin, la brigade logistique n’est pas très lourde (mais il faut dire qu’il y a des bataillons dédiés dans chaque brigade), j’imagine qu’avec notre brigade logistique ou pourrait soutenir deux divisions type US Army.

Conclusion : on pourrait difficilement générer une division blindée d’environ 10-15 000 pax. Il nous resterait une brigade médiane, deux brigades légères, la brigade franco-allemande et les brigades relevant des commandements spécialisés pour soutenir tout ce beau monde, on pourrait donc monter autour de 20 000 pax voire déléguer une brigade médiane ou légère dans une division alliée (et la commander à partir d’un état-major de corps d’armée, mais faudra être persuasif), ou alors former une division légère (mais il faudra alors intégrer des éléments de soutien étrangers).

Ce système serait assez proche de ce qui a été propose dans les messages précédents.

Néanmoins après voir refait les calculs, et à iso régiments de mélée, si l'ont veut BM et BL à 3 RI et 1 RC et des BB à 2 RC (XL/JAG) et 2 RI ; on ne peut générer que 3 BB, 2 BM et 2BL (avec 1 régiment XL basculé en Jaguar, et 3 régiments d'Infanterie surnuméraires qui seraient soit dissous pour recréer des régiments d'appui ou transformés en autre chose). C'est donc loin d’être optimal.

L'alternative serait d'avoir des brigades blindées plus petites à 1 régiment XL et 2 régiment VBCI et des brigades légères blindées à l'ancienne à 2 régiments Jaguar et 2 Griffon. On aurait ensuite 2 brigades légères à 1 Régiment de cavalerie et 3 d'infanterie. On pourrait ainsi avoir nos deux divisions mécanisées et 1 division légère. Ça laisserait trois régiments surnuméraires : le 21 qui pourrait basculer pour emploi dans la Marine, le 3e RH qui pourrait devenir un clone du 2e RH ou un régiment type Rangers regroupant les GCM/GCP/SAED et enfin le 8 qui deviendrait un régiment héliporté façon 1er RI de jadis, ou alors l'inverse. Personnellement j'aime bien l'idée du 3e RH en mode régiment héliporté façon aircav et d'un 8 régiment rangers dans la brigade RENS. Il faudrait aussi retro-basculer 2 régiments Griffon en régiments VBCI, mais ça tombe bien on suffisamment de VBCI. A coté de ça il faudrait "juste" générer deux régiments de génie combat, et deux régiments d'artillerie supplémentaires. D'un point de vue RH je pense que c'est possible en réduisant la taille des régiments de mêlée mais c'est au niveau foncier que ça risque de coincer. Il faudrait faire un inventaire des casernes récemment fermées qui pourraient être rachetées ou réquisitionnées.

 

Link to comment
Share on other sites

On parle ici de la nouvelle brigade logistique ? Mise sur pied le 26 mars 2024.

Faire et défaire, c'est toujours travaillé, c'est du niveau de la 1ère brigade logistique des années 98/2016 en plus petit avec 7000 militaires d'actives et 2600 réservistes :

8 régiments + centre de formation :

https://www.defense.gouv.fr/terre/nos-brigades/brigade-logistique

spacer.png

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 39 minutes, FoxZz° a dit :

Ce système serait assez proche de ce qui a été propose dans les messages précédents.

Néanmoins après voir refait les calculs, et à iso régiments de mélée, si l'ont veut BM et BL à 3 RI et 1 RC et des BB à 2 RC (XL/JAG) et 2 RI ; on ne peut générer que 3 BB, 2 BM et 2BL (avec 1 régiment XL basculé en Jaguar, et 3 régiments d'Infanterie surnuméraires qui seraient soit dissous pour recréer des régiments d'appui ou transformés en autre chose). C'est donc loin d’être optimal.

L'alternative serait d'avoir des brigades blindées plus petites à 1 régiment XL et 2 régiment VBCI et des brigades légères blindées à l'ancienne à 2 régiments Jaguar et 2 Griffon. On aurait ensuite 2 brigades légères à 1 Régiment de cavalerie et 3 d'infanterie. On pourrait ainsi avoir nos deux divisions mécanisées et 1 division légère. Ça laisserait trois régiments surnuméraires : le 21 qui pourrait basculer pour emploi dans la Marine, le 3e RH qui pourrait devenir un clone du 2e RH ou un régiment type Rangers regroupant les GCM/GCP/SAED et enfin le 8 qui deviendrait un régiment héliporté façon 1er RI de jadis, ou alors l'inverse. Personnellement j'aime bien l'idée du 3e RH en mode régiment héliporté façon aircav et d'un 8 régiment rangers dans la brigade RENS. Il faudrait aussi retro-basculer 2 régiments Griffon en régiments VBCI, mais ça tombe bien on suffisamment de VBCI. A coté de ça il faudrait "juste" générer deux régiments de génie combat, et deux régiments d'artillerie supplémentaires. D'un point de vue RH je pense que c'est possible en réduisant la taille des régiments de mêlée mais c'est au niveau foncier que ça risque de coincer. Il faudrait faire un inventaire des casernes récemment fermées qui pourraient être rachetées ou réquisitionnées.

 

Pourquoi un format "rangers" (donc de la Direct Action) dans la BRENS ? :huh:

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, mehari a dit :

Qu'est-ce qui vous fait penser que vous allez avoir une division britannique en rab pour former un Corps? Tout le monde à l'air de penser que les autres auront des divisions à leur refiler pour son corps mais les britanniques vont remplir en priorité le leur (Allied Rapid Reaction Corps). En y regardant de plus près, la France participe à deux corps différents (CRR-FR et Eurocorps).

Ah bonne question, j'en sais pas plus que toi. D'ailleurs qui dans les pays européen est capable de fournir une division mais pas d'encadrer un corps? Ptetre que les Espagnol ou les Italiens sont une option plus raisonnable que les Brits.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Polybe a dit :

...et c'est quoi/où l'école d'arme des TDM ? Ils ne passent donc plus dans les...écoles d'armes de leurs spé' ? :rolleyes:

Si, ils passent en école d’armes mais le choix des régiments TDM leur est réservé.

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, gustave a dit :

Si, ils passent en école d’armes mais le choix des régiments TDM leur est réservé.

Ouais, on revient donc au mythe de "l'arme des TDM", la seule arme sans école d'appli'.

Après si c'est pour contraindre les gens à partir en séjours sans possibilité de refus, ça peut s'entendre. J'ai ouïe dire que le colo' est parfois frileux à l'outre-mer...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, FoxZz° a dit :

Cette tendance est déjà de retour dans le corps des officiers puisque les TDM sont désormais à nouveau une arme à part entière. Donc les sous-lieutenants choisissent l'arme de TDM à la sortie de Coet, vont faire leur acculturation, et ensuite rejoignent leurs école d'arme d'appartenance en ayant déjà la certitude de retourner dans les TDM. Il parait que se serait pour mieux les préparer aux séjours. Je ne vois vraiment pas l’intérêt, c'est juste des mecs qui vont moins se donner en école d'arme puisque sans la pression du classement.

RMT ou  RPIMa ?

Ca vaut quand même le coup de se sortir les doigts

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, hadriel a dit :

Ah bonne question, j'en sais pas plus que toi. D'ailleurs qui dans les pays européen est capable de fournir une division mais pas d'encadrer un corps? Ptetre que les Espagnol ou les Italiens sont une option plus raisonnable que les Brits.

J'ai bien peur qu'un peu tous les pays européens de ce "rang" aient fait ce même choix... Le problème est que ce sont les seuls à également pouvoir encadrer des divisions, mais une seule en générale...

Link to comment
Share on other sites

15 hours ago, hadriel said:

Ah bonne question, j'en sais pas plus que toi. D'ailleurs qui dans les pays européen est capable de fournir une division mais pas d'encadrer un corps? Ptetre que les Espagnol ou les Italiens sont une option plus raisonnable que les Brits.

C'est là qu'est le problème. Les pays européens/OTAN à >40M habitant ont tous un corps OTAN (UK, Allemagne, Pologne, Italie, Grèce, Espagne, France, Turquie). Les pays à ca. 20M sont pourraient en théorie générer 1 division mais disposent également d'un corps OTAN (Roumanie (et dans ce cas là génère 2 divisions)) ou disposent de tellement d'éléments disparates qu'une division est hors de question (Pays-Bas (intégrés en conséquence à l'Allemagne)). En dessous (ca. 10M et moins), il est quasiment impossible de générer une division d'active et la plupart génère 2 brigades. La seule exception à laquelle je peux penser est la Suède (et la Finlande mais je pense qu'il génèrent 4 corps tout seuls) mais il sont assez centrés sur le théâtre nordique.

Et même si division il y avait, ce serait plutôt 3 brigades sans réels appuis divisionnaires. Je ne suis d'ailleurs pas sûr que ceux qui fournissent supposément des corps soient tous capables de fournir des appuis à ce niveau non plus.

 

La solution serait de commencer à réellement s'organiser au niveau supranational avec des formations divisionnaires (et au dessus) multinationales plutôt que des corps qu'on ne sait remplir sans solide mobilisation. Ces formations seraient composées de brigades interarmes nationales et d'élément d'appuis multinationaux pour des opérations de niveau européen ou OTAN (mon exemple fétiche étant une division Nord-Ouest Europe composée de la Brigade motorisée BE, la 13e Brigade Légère NL et la BFA, attachée à l'Eurocorps).

Bien sûr, ça suppose que beaucoup de pays abandonnent "leur" corps mais ça donnerait quelque chose de plus cohérent que ce qu'on peut voir maintenant.

Edited by mehari
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, mehari a dit :

Bien sûr, ça suppose que beaucoup de pays abandonnent "leur" corps mais ça donnerait quelque chose de plus cohérent que ce qu'on peut voir maintenant.

C'est plus compliqué que ça. Il faut comprendre pourquoi l'Otan en est resté a l'interopérabilité et n'est pas passé a la fusion d'unité. Tout dépend en fait de l'échelon politique qui peut tres bien décider pour l'un de s'engager dans un conflit et pas pour l'autre. L'exemple typique est la brigade franco-allemande inemployable cause de trop grand ecart entre la politique fr et l'allemande.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...