Scarabé

L'ordre de bataille de l'armée de terre

Recommended Posts

Quelqu'un peut m'expliquer le vrai intérêt de ce genre de regroupement? J'ai pas assez suivi la chose, mais il ne me semblait pas que les régiments concernés allaient déménager (je suis assez sûr que, politiquement, personne ne fera bouger un seul militaire de Brive la Gaillarde avant très longtemps), ce qui fait d'une brigade quoi exactement? Un pur groupement sur le papier, sans aucune "économie d'échelle" réelle sur le fonctionnement, avec 2 CFIM distincts, et sans doute pas beaucoup d'occasions de manoeuvres communes en grand? Et quid du fait d'avoir maintenant 4 RI sans que les appuis et soutiens soient dimensionnés en fonction d'un tel accroissement du potentiel de mêlée? Y'a t-il même une ambition pour que les brigades puissent, au moins en théorie, être des unités de manoeuvres? Ou ne sont-elles plus que des réservoirs de SGTIA ou de GTIA au mieux? 

Ce qui me renvoie toujours à ce mystère que personne n'a réellement su éclairer: la recréation de "divisions". Quelle pertinence, et surtout.... Quelle réalité à la chose? 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, leclercs a dit :

Quand je pense qu'une dizaine d'assassins ont fixé 10000 soldats .... je ne peux que m'interroger sur la stratégie de nos chers gouvernants, je ne m'interroge plus en revanche sur les stratèges de l'EI...

Le gouvernement a fixé les militaires, pas les terroristes.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est ce qu'il disait Napoléon sur le fait de pas interrompre l'ennemi pendant qu'il fait une erreur... Pour ce que ça vaut, en face ils ont pas l'air franchement meilleurs au niveau "politique". 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Tancrède a dit :

Quelqu'un peut m'expliquer le vrai intérêt de ce genre de regroupement? J'ai pas assez suivi la chose, mais il ne me semblait pas que les régiments concernés allaient déménager (je suis assez sûr que, politiquement, personne ne fera bouger un seul militaire de Brive la Gaillarde avant très longtemps), ce qui fait d'une brigade quoi exactement? Un pur groupement sur le papier, sans aucune "économie d'échelle" réelle sur le fonctionnement, avec 2 CFIM distincts, et sans doute pas beaucoup d'occasions de manoeuvres communes en grand? Et quid du fait d'avoir maintenant 4 RI sans que les appuis et soutiens soient dimensionnés en fonction d'un tel accroissement du potentiel de mêlée? Y'a t-il même une ambition pour que les brigades puissent, au moins en théorie, être des unités de manoeuvres? Ou ne sont-elles plus que des réservoirs de SGTIA ou de GTIA au mieux? 

Ce qui me renvoie toujours à ce mystère que personne n'a réellement su éclairer: la recréation de "divisions". Quelle pertinence, et surtout.... Quelle réalité à la chose? 

Ce n'est pas forcement la brigade la plus incohérente, tous les régiments son dans un rayon max de 100 bornes autour de l'EM., Pour les 2 CFIM, actuellement l'AdT ouvre des CFIM provisoires, afin d'absorber le flux des recrutements supplémentaires...  

Pour le reste, je ne crois pas que la philosophie GTIA soit remise en cause. Par contre, l'EM de Forces devient un EM Division et travaille toujours avec les unités de sa division,  c'est peut être un progrès. J'avais cru comprendre que l'idée était de tourner sur les divisions, une en opex , l'autre en "repos"  / OPINT  et vici versa; sur quel cycle mystère...   

Pour les appuis faut voir au niveau divisionnaire, puisqu'il y a des unités non embrigadées. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Tancrède a dit :

Quelqu'un peut m'expliquer le vrai intérêt de ce genre de regroupement? J'ai pas assez suivi la chose, mais il ne me semblait pas que les régiments concernés allaient déménager (je suis assez sûr que, politiquement, personne ne fera bouger un seul militaire de Brive la Gaillarde avant très longtemps), ce qui fait d'une brigade quoi exactement? Un pur groupement sur le papier, sans aucune "économie d'échelle" réelle sur le fonctionnement, avec 2 CFIM distincts, et sans doute pas beaucoup d'occasions de manoeuvres communes en grand? Et quid du fait d'avoir maintenant 4 RI sans que les appuis et soutiens soient dimensionnés en fonction d'un tel accroissement du potentiel de mêlée? Y'a t-il même une ambition pour que les brigades puissent, au moins en théorie, être des unités de manoeuvres? Ou ne sont-elles plus que des réservoirs de SGTIA ou de GTIA au mieux? 

Ce qui me renvoie toujours à ce mystère que personne n'a réellement su éclairer: la recréation de "divisions". Quelle pertinence, et surtout.... Quelle réalité à la chose? 

Il y a 3 RI dans la brigade. Le 1er RIMa est un régiment avec des AMX-10 RCR, comme le RICM, le 1er REC, le 1er Spahis. 

Sinon, on peut aussi parler des brigades qui sont réparties au quatre coins de la France dans chaque division. 

 

Concernant les unités de soutien au niveau divisionnaire, j'ai l'impression que c'est plus pour le principe qu'autre chose. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas vraiment de cohérence. La 1ère Division a le 1er RA doté de LRU tandis que la 3ème Division a le 54ème RA, qui est sol-air. Mais aucune équivalence entre le deux. Peut-^être qu'il y en a une sur les deux régiments du génie mais de mémoire, il n'y en a pas. Enfin, l'une a le 2ème RD et l'autre le Bataillon Cynophile, allez trouver une équivalence dedans.

Concernant les manœuvres de niveau brigade, il ne doit plus en avoir beaucoup depuis longtemps. Je parle de vrai grosses manœuvres. Ou en tout cas, je n'en ai pas vu passer. Si l'un de vous a des infos à ce niveau, je serais preneur. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Pensez-vous que le Président va finalement décider de maintenir Sentinelle à 10.000 hommes ? 

Cela va signifier qu'il faudra encore une augmentation de la F.O.T et on parle de 9.000 soldats supplémentaires. (86.000 hommes)

Edited by Oshkosh

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il l'a dit ce soir, "on remet à son plus haut niveau l'opération sentinelle" = on revient (on reste en fait -la baisse n'ayant été annoncée que quelques heures) à 10000.

Par contre, de ce que je comprends, on resterait à 10/11 000 mais les soldats / gendarmes seraient remplacés pour partie par la réserve opérationnelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

De toute façon, la gendarmerie engage toujours ses réserves lors des grandes vacances.

Je serai curieux de savoir qui a eu cette idée rigolote d'annonce à 3h du matin.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

RESTRUCTURATIONS DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE - Principales mesures 2017

Les mesures de réorganisation 2017 s’inscrivent dans la continuité des décisions prises en 2016 : elles visent à poursuivre la mise en oeuvre du modèle de l’armée de terre « Au contact » et la remontée en puissance de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 66 000 à 77 000 militaires, en cohérence avec l’effort sans précédent consenti pour les effectifs de la défense

L’armée de terre

• Poursuite de la montée en puissance de régiments :

- 13e demi-brigade de Légion étrangère à La Cavalerie : création de trois compagnies d’infanterie, d’une compagnie d’appui et renforcement de la compagnie de commandement et de logistique ;

- 5e régiment de dragons à Mailly-le-Camp : création de deux escadrons de chars Leclerc, d’un escadron de reconnaissance et d’intervention et d’une compagnie de combat Véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI).

• Réorganisation du maintien en condition opérationnelle terrestre (MCO-terre) en deux niveaux de soutien, industriel et opérationnel, mieux scindés et complémentaires :

- renforcement en effectifs des régiments du matériel en vue d’assurer le soutien des nouvelles unités élémentaires créées sur la période 2015-2016 ;

- réorganisation du dispositif des bases de soutien du matériel.

• Renforcement des moyens d’appui au commandement du Corps de réaction rapide-France (CRR-FR) à Lille.

• Densification des capacités cyber et renseignement.

• Création de structures d’assistance militaire opérationnelle au sein des états-majors de la 1re division de Besançon et de la 3e division de Marseille.

• Adaptations capacitaires pour certaines formations du train (dissolution de pelotons de régulation renseignement et des pelotons de régulation gestion : le 503e régiment du train à Nîmes, le 511e régiment du train à Auxonne et le 516e régiment du train à Écrouves).

• Début du transfert de l’État-major spécialisé pour l’outre-mer et l’étranger (EMSOME) de Rueil-Malmaison vers Paris (période 2017-2018).

• Ouverture d’un quatrième centre du Service militaire volontaire (SMV) à Châlons-en-Champagne à compter de janvier 2017 ; l’objectif, pour l’ensemble des centres, reste la formation et l’insertion professionnelle de 1 000 stagiaires durant la phase d’expérimentation.

Sur la fin de la LPM, l’armée de terre finalisera le déploiement de son modèle « Au contact », tout en densifiant ses capacités

opérationnelles et en poursuivant la réorganisation du maintien en condition opérationnelle terrestre.

 

Marine nationale

Les mesures de réorganisation 2017 poursuivent la mise en oeuvre du plan stratégique de transformation « Horizon Marine 2025 » et renforcent les forces opérationnelles et les fonctions de renseignement, de protection et de cyberdéfense, conformément aux décisions prises par le Président de la République à la suite des attentats de 2015

Des équipages sont créés afin de permettre l’armement, la conduite des essais et la montée en puissance opérationnelle

en vue de l’admission au service actif des nouveaux bâtiments :

- un second équipage pour les bâtiments multimissions Champlain et Francis Garnier (destinés respectivement à La Réunion et Martinique) ;

- le second équipage du navire logistique polaire Astrolabe (La Réunion) ;

- le premier équipage du deuxième bâtiment de soutien et d’assistance hauturier (Brest).

• Les autres créations de postes bénéficieront principalement aux domaines prioritaires :

- poursuite du renforcement des unités de protection à Brest, Toulon et Cherbourg ;

- renforcement des unités agissant pour la défense maritime du territoire ou contribuant au renseignement nécessaire à celle-ci, à Brest, Lorient, Toulon et Cherbourg ;

- création d’un peloton de surveillance maritime et portuaire (gendarmes maritimes) à Dunkerque-Calais ;

- renforcement des centres opérationnels de la marine à Brest, Toulon, Cherbourg et Paris ;

- renforcement d’unités contribuant à la résilience des forces à Brest, Lorient, Toulon et Cherbourg ;

- renforcement des effectifs dédiés à la cybersécurité à Brest, Toulon, Cherbourg et Paris ;

- renforcement de l’accompagnement assuré au profit des contrats d’exportation à Toulon et Paris ;

- renforcement de l’équipe dédiée à la mise en place du logiciel « Source Solde » à Tours.

Parallèlement, des équipages seront dissous en attendant leur réaffectation à de nouveaux bâtiments,

conformément au processus de retrait du service actif de certains bâtiments et du renouvellement de la flotte (« Horizon Marine 2025 ») :

- de la frégate Montcalm (Toulon) ;

- du bâtiment amphibie de transport léger Dumont d’Urville (Fort-de-France) ;

- des patrouilleurs La Capricieuse et La Gracieuse (Guyane) (remplacement annoncé en 2016) ;

- du sous-marin nucléaire d’attaque Rubis – équipage rouge.

Enfin, la marine poursuit son plan de rationalisation de l’environnement de la flotte par des réductions de postes, notamment au sein des fonctions formation, maintien en condition opérationnelle et chaîne logistique.

En 2018 et 2019, la marine poursuivra sa manoeuvre de transformation, finalisant d’une part ses efforts d’optimisation et poursuivant d’autre part sa remontée progressive en puissance dans les fonctions prioritaires, en particulier pour la défense maritime du territoire, la sécurité-protection de ses emprises, la réactivité et la résilience opérationnelle.

Armée de l’air

Poursuivant la transformation définie dans le plan Unis pour « Faire Face », l’armée de l’air renforce ses capacités d’intervention, de sécurité-protection, de renseignement, de commandement et de cyberdéfense, tout en modernisant et en rationalisant ses capacités de combat. Les mesures de la période 2016-2019 sont centrées sur la mise en place de pôles de spécialisation dans une logique de concentration des moyens

En 2017, les mesures mises en oeuvre par l’armée de l’air sont :

• La poursuite de la réorganisation des commandos parachutistes de l’air :

- la création d’un commando spécialisé issu du transfert du commando parachutiste de l’air n° 30 de la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac vers la base aérienne 123 d’Orléans ;

- le transfert de personnels issus du commando parachutiste de l’air n° 30 de la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac vers la base aérienne 115 d’Orange, au sein du commando de force protection et vers la base aérienne 120 de Cazaux.

• La montée en puissance de nouvelles flottes :

- transfert de l’escadron de chasse 2/4 La Fayette de la base aérienne 125 d’Istres vers la base aérienne 113 de Saint-Dizier, en vue de sa transition sur Rafale ; - préparation de l’arrivée de l’A330 MRTT sur la base aérienne 125 d’Istres ;

- montée en puissance de la flotte C130J sur la base aérienne 123 d’Orléans ;

- montée en puissance de la capacité Reaper sur la base aérienne 709 de Cognac.

• La rationalisation de l’implantation des flottes avec le transfert de la flotte Puma de la base aérienne 120 de Cazaux vers la base aérienne 126 de Venteseri-Solenzara ;

• La montée en puissance du centre de simulation Rafale de Mont-de-Marsan ;

• Le renforcement des capacités dans les domaines de la protection, du renseignement, de la cyberdéfense, du commandement et de la conduite des opérations aériennes, de l’accompagnement des forces (systèmes d’information et de communication, infrastructures de déploiement) et des forces spéciales ;

• La déflation d’effectifs liée notamment à la décroissance de la flotte C160 et à l’optimisation des états-majors (commandement des forces aériennes, SIMMAD, direction des ressources humaines, centre d’expertise aérienne militaire).

Sur la période 2018-2019, l’armée de l’air poursuivra la spécialisation engagée par pôle et conduira les mesures adaptées à l’évolution de ses capacités.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Rubis étant en fin de carrière resterait plus souvent à quai, mais le Suffren est loin d'être mit en service...on se retrouve a 5 SNA.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Scarabé a dit :

 

L’armée de terre

 

 

- 5e régiment de dragons à Mailly-le-Camp : création de deux escadrons de chars Leclerc, d’un escadron de reconnaissance et d’intervention et d’une compagnie de combat Véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI).

 

 

 

 

On aurait un régiment ambiance mécanisée comme à l'époque des régiments mécas qui avait un escadron d'AMX 30  ,sauf que la ce serait plutôt l'inverse avec 2 escadrons de chars , un escadron de reconnaissance et d'intervention et une compagnie de combat sur VBCI .

S'est assez étrange de monter ce genre de régiment  ( le soutien sera compliqué non ? ) , même si il y a un truc intéressant à observer .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, collectionneur a dit :

Le Rubis étant en fin de carrière resterait plus souvent à quai, mais le Suffren est loin d'être mit en service...on se retrouve a 5 SNA.

C'est assez logique comme gestion; les sous mariniers c'est une toute petite confrérie, ça demande une gestion RH dans la finesse (tu ne trouves pas des atomiciens sous le sabot d'un cheval...) Passer à un équipage, dans la période 17 / 18 pour permettre la montée en puissance des équipages du Suffren (mise en service horizon 2018) ça se tient.  Le Rubis reste actif , pour faire image, d'un cycle  de 12 périodes à la mer  (6x2) on passe à 11 (5x2 +1)  

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, il y avait déjà eu la suppression d'un équipage dans les années 2000, mais cela avait mené à des contraintes tel que l'on est remonté à 10. De fait, on aura 9 équipages pour 6 SNA mais comme il y en a toujours un ou deux indisponibles...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, collectionneur a dit :

Oui, il y avait déjà eu la suppression d'un équipage dans les années 2000, mais cela avait mené à des contraintes tel que l'on est remonté à 10. De fait, on aura 9 équipages pour 6 SNA mais comme il y en a toujours un ou deux indisponibles...

C'est pour ça que ne va pas changer grand chose. Un des gains attendus avec les Suffren, c'est la réduction des périodes d'entretien entre deux patrouilles.   Mais, faut pas trop développer le HS, on est dans l'orbat AdT  :laugh:

Il y a 7 heures, Gibbs le Cajun a dit :

On aurait un régiment ambiance mécanisée comme à l'époque des régiments mécas qui avait un escadron d'AMX 30  ,sauf que la ce serait plutôt l'inverse avec 2 escadrons de chars , un escadron de reconnaissance et d'intervention et une compagnie de combat sur VBCI .

S'est assez étrange de monter ce genre de régiment  ( le soutien sera compliqué non ? ) , même si il y a un truc intéressant à observer .

J'avais cru comprendre, que le but de la manœuvre c'est d'expérimenter leur truc Scorpion , en réseau et toussa.  C'est une sorte de GTIA expérimental., pas sur que ça dure sous cette forme dans le temps.  

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour retourné à l'armée de terre, je suppute que concernant la 13e DBLE, il s'agit d'unités supplémentaires ? :

- 13e demi-brigade de Légion étrangère à La Cavalerie : création de trois compagnies d’infanterie, d’une compagnie d’appui et renforcement de la compagnie de commandement et de logistique ;

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, collectionneur a dit :

Pour retourné à l'armée de terre, je suppute que concernant la 13e DBLE, il s'agit d'unités supplémentaires ? :

- 13e demi-brigade de Légion étrangère à La Cavalerie : création de trois compagnies d’infanterie, d’une compagnie d’appui et renforcement de la compagnie de commandement et de logistique ;

http://13dble.legion-etrangere.com/ 

Au 29 juin, la 13e DBLE (commandée par le lieutenant-colonel Guillaume Percie du Sert) est composée de deux compagnies de combat, d’une demi-compagnie de commandement et de logistique et d’une compagnie de camp.

Nb la compagnie de camp, c'est peut être l'ancienne CEITO...

 

Edited by Fusilier
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Selon les nouveau modele régimentaire de l'infanterie les régiments disposeront à la fin de l'année 2017 normalement d'une compagnie de commandement, de 5 compagnies de combat à effectifs pleins (et non plus 4 comme avant), d'une compag ile d'éclairage et d'appui (CEA) et d'une compagnie de réserve. La 13eme DBLE possède déjà une compagnie de commandement (à moitié) et 2 compagnies combat, donc elle va bien créer 3 nouvelles compagnies de combat et une compagnie d'éclairage et d'appui. 

Avec la création de la 13eme DBLE et d'une compagnie supplémentaire dans les 20 autres régiments (en comptant le 5ème RC) on atteint 26 nouvelles compagnies d'infanterie sur 2 ans, pas loin de 4700 fantassins supplémentaires. Soit l'équivalent de 5 à 6 nouveaux régiments. A rajouter aux 13 nouveaux escadrons de combat (ERI sur vnr) créés dans les régiments ABC. Le reste est ventile entre les autres armes, le génie profitant aussi pas mal de ces renforcements.

Le CEITO bouge à canjuers. La 13eme DBLE reprendra la charge d'entretenir le camp du larzac ou d'autres unités viendront toujours s'exercer. 

Edited by EOA

Share this post


Link to post
Share on other sites

Créations d'escadrons Leclerc signifie que le nombre de Leclerc en service augmentera ?

Et quid de cette LPM qui se base sur 66.000 hommes et non 77.000 ? Quels seront les équipements fournis à ces nouveaux soldats ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les matériels et les formats il faut attendre la parution de la nouvelle actualisation de la LPM suite aux attentats de novembre 2015 qui devrait paraitre à l'automne au Parlement. 

Toutes les annonces actuelles sont issues de la batterie de décisions post attentats de janvier 2015. Suite à l'attentat de novembre dernier, et probablement que celui de juillet va rentrer en compte, le président de la republique avait annoncé de nouvelles mesures comme l'arrêt total et définitif des suppressions de postes alors que 15 000 postes restaient à supprimer malgré l'augmentation de la FOT a 77 000. 

Donc pour les formats et les équipements, de même que les budgets, il faut attendre l'actualisation de la nouvelle session parlementaire de cet automne. 

Sans compter que la probable alternance en 2017 va une fois de plus rebattre les cartes et que la LPM sera à nouveau modifiée en profondeur. D'où la légitime interrogation sur l'utilité de ces LPM ...

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Oshkosh a dit :

Créations d'escadrons Leclerc signifie que le nombre de Leclerc en service augmentera ?

Pas réellement. Ou à la marge. Faut pas rêver non plus. Si le 5ème RD a deux escadrons, sachant que le 5ème RC en a un, et que chaque régiment de chars en a trois, on devrait rester à peu près au même niveau, puisqu'il y a (de mémoire) quatre escadrons dans trois régiments. Donc, à priori ça ne devrait pas vraiment augmenter. 

il y a une heure, Oshkosh a dit :

Et quid de cette LPM qui se base sur 66.000 hommes et non 77.000 ? Quels seront les équipements fournis à ces nouveaux soldats ?

La LPM va être changée, comme l'a dit EOA. Pour les équipements, pour le moment y'aura rien en plus. Il n'y aura rien en plus tant que ce ne sera pas budgeté. La révision de la LPM va être intéressante à ce niveau. 

 

il y a 49 minutes, EOA a dit :

Sans compter que la probable alternance en 2017 va une fois de plus rebattre les cartes et que la LPM sera à nouveau modifiée en profondeur. D'où la légitime interrogation sur l'utilité de ces LPM ...

Entièrement d'accord. C'est aussi l'inconvénient du quinquennat. Chaque fois qu'il y a une élection présidentielle, il y a toujours un LBDSN (depuis 2008), et à chaque fois une LPM. A noter aussi que la dernière LPM respectée (dans un sens ou dans l'autre) remonte il y a bien longtemps. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cérémonie de création de la 3e division à Marseille dans le cadre du nouveau modèle de l’armée de Terre, « Scorpion ». La 3e division est composée de 25 000 hommes répartis en 25 régiments, 3 états-majors de brigade et 1 état-major de division et une école.

13567036_841807805924552_108380787099482

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,535
    Total Members
    1,550
    Most Online
    perso69man
    Newest Member
    perso69man
    Joined
  • Forum Statistics

    20,966
    Total Topics
    1,341,413
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries