Scarabé

L'ordre de bataille de l'armée de terre

Recommended Posts

13 minutes ago, mehari said:

Je n'ai rien qui indique l'un ou l'autre. Dans les deux cas, ma source dit que la brigade a un bataillon génie avec 2 compagnies génie de combat, 1 compagnie renseignement et une compagnie télécom. Par contre, ils ont une compagnie de soutien logistique attachée du bataillon de support logistique mais ça s'applique à toutes les BCT US.

My bad: je date d'une réforme. L'intégration organique des compagnies de génie combat a disparu avec la réforme de 2013 dont la principale caractéristique était le passage de 2 à 3 bataillons interarmes pour les ABCT et IBCT (les SBCT étaient déjà à 3 et servirent de modèle). Oups. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Scarabé a dit :

On a quand même un probleme avec la longeur des essais et des qualifiquations.

Oui sur les drones je suis d'accord. Sur le reste? Des systèmes bien plus complexes? C'est franchement l'inverse! Les programmes Griffon/Jagua/Serval ont été réalisés à vitesse grand V. Le Suffren malgré ses 3 ans de retard est en train d'achever ses essais à la mer avec une célérité jamais vue...

Je ne pense pas me tromper en disant qu'une bouse volante en plastique motorisée par un Rotax d'ULM comme le TB2 du sultan turc(ovid) ou un tagazou volant bourré d'explosif comme le Harop sont "un peu" moins technologiques qu'un sous-marin nucléaire et ses missiles de croisière ou un éventail complet de véhicules blindés et leur système de combat info-centré...

Donc c'est peut-être qu'il y a des points de blocage dans la définition de la méthodologie lors des essais des drones, qui produisent de la lenteur. Mais je crois surtout que le blocage est politique avec des industriels presque pas soutenus.

 

Il y a 7 heures, Scarabé a dit :

Quand on sais qu' Il faut 10 ans à la DGA pour qualifier le systeme et 5 ans de plus pour tirer 2 roquettes . Le drone Patrolleur que l'armée de terre attend en est un exemple parfait, avoir des drones qui te cartographie un terrain avec des boules optroniques de la mort qui tue, c'est certe bien mais pour les construitre en masse c'est une autre histoire surtout aux prix que nos industrielles nous les vendent.

Là-dessus je suis d'accord: manque de synergie entre les acteurs industriels français. C'est pas récent.

 

Il y a 7 heures, Scarabé a dit :

Nos enemies ont une masse de drone bon marché qu'ils sortent des boites pas trop loin du front les assemblent comme un simple planeur piloté d'un club de modélisme, calcul vite fait une trajectoire en fonction de leur autonomie et de la météo et les envoient s'écraser au dessus de leur objectifs. Même chose pour les drone turc produit à la chaine même si  3 ou 4  sont perdue 10 autres arrivent derriere. Nous depuis le crash du Patrolleur à Istres c'est silence radio.

"La quantité est une qualité en soi" est une leçon qui n'a toujours pas été apprise à l'état-major.

 

Il y a 7 heures, Scarabé a dit :

L' Armée Francaise à besoin de Drones qui volent tous de suite pas dans 10 ans.

Et ça tombe bien, des programmes pouvant servir de base il y en a des masses. Et en plus on est loin d'être mauvais dans les liaisons de données protégées par exemple.

 

***

 

Mais oui, je suis d'accord que tout cela nous ramène à la fameuse phrase de l'adjoint d'hermann goering, le général Milch, homologue du général français Vuillemin, qui, au cours de la visite française du 16 au 21 Aout au 1938, à Berlin, faisant suite à une invitation de Ernst Udet, et supposée servir à désinformer les allemands sur les capacités françaises, alors qu'il se fait présenter le prototype de bombardier Amiot 340-01, déclara:

- "cet avion est le meilleur du monde, mais, malheureusement pour vous, vous n'en avez qu'un".

 

C'est un épisode assez connu de la période précédant la "drôle de guerre". Si ça intéresse quelqu'un il y a plus d'information dans ce lien, c'est un .pdf, source musée Safran, journal "prendre l'air n°1, janvier 2019", de la fin de la page 29 au début de la page 30.

Il y a même une photo prise à l'arrivée de l'avion à l'aérodrome de Staaken, de la poignée de main entre Vuillemin et Milch.

https://www.museesafran.com/search/global/prendre%20l%27air

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,533
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Tyreas
    Newest Member
    Tyreas
    Joined
  • Forum Statistics

    20,963
    Total Topics
    1,340,314
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries