Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'ordre de bataille de l'armée de terre


Scarabé
 Share

Recommended Posts

J'ai vue un truc passer dans les options envisager pour un nouvelle remonter en puissance de la FOT 

La 13 DBLE pourrait doubler ses effectifs avec une integration de moyen artillerie comme des Griffon MECAP et des Serval AA  ( a Voir). Peux etre que notre Adjudant a des infos ? 

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Scarabé a dit :

J'ai vue un truc passer dans les options envisager pour un nouvelle remonter en puissance de la FOT 

La 13 DBLE pourrait doubler ses effectifs avec une integration de moyen artillerie comme des Griffon MECAP et des Serval AA  ( a Voir). Peux etre que notre Adjudant a des infos ? 

Je pense depuis longtemps que si tu veux faire remonter le niveau de l'artillerie, faudra faire (re)passer les mortiers 120 dans l'infanterie.  

Link to comment
Share on other sites

Le 19/02/2022 à 01:01, herciv a dit :

Par ailleurs, le gouvernement va commander une nouvelle tranche de blindés à concurrence d'1,2 milliard d'euros. Cette commande concernera 302 véhicules Griffon (339 sont entrés dans les forces depuis deux ans), 88 blindés de reconnaissance et de combat Jaguar , et 54 Griffon dit Mepac, c'est à dire équipé d'un mortier semi-automatique de 120 millimètres.

Dans la logique de remontée en puissance, est-ce que cela n'aurait pas de sens de commander plus de Jaguars et moins de Griffons, afin d'arriver plus vite à la cible des 300 prévus.

Et de passer ensuite à autre chose ? Exemple un char de 45t ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, BPCs a dit :

Dans la logique de remontée en puissance, est-ce que cela n'aurait pas de sens de commander plus de Jaguars et moins de Griffons, afin d'arriver plus vite à la cible des 300 prévus.

Et de passer ensuite à autre chose ? Exemple un char de 45t ?

Poser la question en termes uniquement matériels, me parait insuffisant. Tu ne t'épargneras pas le débat : quelle armée et pourquoi faire?  Dans cette affaire d'Ukraine, on est pris à revers (nous et tous les occidentaux) avec nos formats expéditionnaires.

Les matériels c'est une question subordonnée. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Fusilier a dit :

Tu ne t'épargneras pas le débat : quelle armée et pourquoi faire?  Dans cette affaire d'Ukraine, on est pris à revers (nous et tous les occidentaux) avec nos formats expéditionnaires.

Tu donnes en partie la réponse par toi-même :  recouvrer une capacité de défense de notre territoire ou de celui d'un allié face à une menace conventionnelle à parité de nos capacités.

Là on a l'Ukraine qui sonne le tocsin, mais, ouf, Uncle Joe a dit qu'on n'avait pas à y aller car pas dans l'Otan...

Mais si ça avait été les Turcs, on aurait eu du mal à  aligner de quoi faire masse pour secourir les Grecs.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Plus de détails sur l'exercice Orion:

https://mars-attaque.blogspot.com/2022/03/exercice-hemex-orion-2023-preparation-operationelle.html

 

 

Citation

L’ambition est néanmoins de faire participer l’intégralité des capacités détenues par l’armée de Terre française, même si, pour certaines, rares, cela sera à des niveaux très réduits. A l'inverse, certains moyens (notamment lourds : chars, artillerie, etc.) devraient voir des niveaux de déploiement rarement vus depuis bien des années..

Citation

L’ambition du chef d’état-major de l’armée de Terre est de tenir effectivement à cette occasion l’ensemble du contrat opérationnel : soit 10.000 hommes déployés sur le territoire national en quelques jours (notamment via l'appui des unités de réserves), un engagement de 15.000 hommes dans une coalition (soit l’Hypothèse d’engagement majeur - HEM), l’échelon national d’urgence (ENU), et cela, en plus de la Situation opérationnelle de référence (SOR) qui devra être maintenue.

Citation

La mobilisation réelle pourrait être plutôt autour d’un peu plus de 7.000 militaires en simultané, avec des pics à 10.000 lors de certaines séquences. Et grâce à la simulation, et aux alliés, la masse pouvant aller jusqu’à 60.000 hommes environ.

Citation


A titre d’exemple, un volet de Lutte informatique défensive (LID), plutôt costaud sera inclus (liant l’exercice à la 10è édition de l’exercice annuel Defnet), avec des séquences qui ne manqueront pas d’être jouées en mode dégradé (avec l’absence de liaison par satellite, dans des phases dites "Back to the 80s", soit parce que la liaison a été brouillée totalement ou partiellement par l’adversaire, soit par choix du commandement comme une contre-mesure aux moyens adverses de détection). Des évolutions dans le domaine des leurres à grande échelle, ou des effets dans les champs immatériels (EClm), dont la guerre électronique, parfois difficile à simuler du fait des contraintes de diffusion des ondes, seront également mises en œuvre.

Citation

En termes de structures, il sera a priori possible de voir aussi la mise sur pied d’un bataillon de reconnaissance divisionnaire, niveau supérieur au sous-groupement de renseignement de contact au niveau brigade

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Une arme peu évoquée dans notre forum, et peu aussi pour sa contribution aux armées : Les Transmissions

Pourtant, souvent en pointe en France, par rapport à d'autres pays majeurs.

Ainsi le système RITA  des années 70s, Réseau Intégré des Transmissions Automatiques , vendu à l' US ARMY

https://fr.wikipedia.org/wiki/Réseau_intégré_des_transmissions_automatiques 

Ainsi aussi la radio PR4G  utilisée en France et qui a été déclinée pour le marché export

Or voilà que leur suite intéresse l'Armée US: 

https://www.forcesoperations.com/une-filiale-de-thales-en-lice-pour-un-mega-contrat-de-lus-army/

"Thales Defense and Security Inc.  TDSI , filiale américaine du groupe Thales, est à mi-chemin d’une nouvelle victoire majeure avec l’US Army. Elle est l’une des deux entreprises retenues pour moderniser un système de communication de l’US Army, un programme valorisé à plusieurs milliards de dollars. 

Cette enveloppe de 6,1 Md$ (5,5 Md€), TDSI devra la partager avec le groupe américain L3Harris Technologies. Tous deux seront systématiquement placés en compétition pour chacun des lots d’un marché qui courra qui jusqu’en 2032. 

L’enjeu ? La modernisation du système de radio de combat SINCGARS (Single Channel Ground and Airborne Radio System) pour l’aligner aux standards de sécurité dictés par la National Security Agency (NSA). En service depuis plus de trois décennies dans les forces américaines, la famille SINCGARS assure l’interopérabilité des communications entre l’US Army, l’US Air Force, l’US Navy et l’US Marine Corps. Elle entre dans une catégorie de radios tactiques incluant notamment la PR4G en usage en France et a été déclinée pour le marché export....

La sélection de Thales n’a rien d’anodin. TDSI, alors Thales Communications Inc., est associé au programme SINCGARS depuis 2009. L’entreprise fournit également la radio logicielle tactique AN/PRC-148 Multiband Inter/Intra Team Radio (MBITR), développée dans les années 1990 avec l’USSOCOM. "

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je voulais publier le même article! :biggrin: Cela démontre une fois de plus l'avance technologique de nos majors de la BITD.

De toute façon, Harris et Thales sont les deux leaders mondiaux dans les com tactiques et maintenant dans la radio logicielle. En France, Contact en est le 1er exemple et je ne crois pas qu'elle ait encore un équivalent en Europe.

Le développement attendu des forces armées terrestres va certainement se traduire par d'autres commandes pour Thales.

En ce qui concerne le marché US pour SINCGARS, j'ai compris que les deux sociétés se partageront le marché. Sur quel ratio?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, hadriel a dit :

 

L’ambition est néanmoins de faire participer l’intégralité des capacités détenues par l’armée de Terre française

 

Armée de terre commence à intégrer des tracteurs dans ses régiments. RETEX Ukraine :combatc:

FOyhWKLXIAAxOtV?format=jpg&name=900x900

  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

On 1/26/2022 at 7:32 PM, Rescator said:

j'ai retrouvé l'organisation des ACR de la guerre froide

The old 3rd ACR was organized this way:

• Three ground-cavalry squadrons. Each squadron contained three cavalry troops (cavalry troop: nine M1A2 Abrams tanks, 13 M3A3 Bradley Fighting Vehicles and two M1064 mortar carriers, plus h e a d q u a r t e rs , m e d i c a l a n d maintenance sections), one tank company, an organic field-artillery battery (M109A6) and an HHT, which contained the staff, medical platoon and support platoon.

• An attack-aviation squadron with an assault company and aviationmaintenance company (4th Squadron, 3rd ACR: 24 AH-64 Apache attack helicopters and 10 UH-60 Blackhawk helicopters).

• A regimental-support squadron (RSS). The regiment’s separate companies included 66th Military Intelligence Company, 43rd Combat Engineer Company (three sapper platoons and an assault/ obstacle platoon) and a Bradley Linebacker battery (for air defense)

ça donne matière à réflexion

J'ai pris pas mal de retard pour répondre à ça mais j'avais pas vu ce post. Bref...

 

C'est un concept intéressant mais pour un élément supposément faire de la reconnaissance et de la sécurité, il m'a l'air extrêmement lourd: pas loin de 41 chars par bataillons (je vais appeler les "escadrons" US des bataillons pour éviter la confusion), 123 par ACR. Combiné aux hélicoptères, ça fait penser que cet élément est fait pour l'exploitation immédiate des informations dans un contexte "assaut" plutôt que simplement collecte d'information/sécurité.

Je m'inquiète aussi un peu de la logistique très variée de cette formation: un escadron d'hélicoptères, un paquet de véhicules chenillés très très lourd, etc. Ça doit pas être joyeux. Il aurait peut-être été plus simple d'attacher certains éléments depuis les autres éléments du corps dont l'artillerie et l'aviation. Le VII US Corps était par exemple doté, outre le 2nd ACR, de 3 brigades d'artillerie comportant 3 bataillons d'howitzer chacune ainsi que d'une brigade d'aviation (hélicoptères). Dans le cas de l'artillerie cependant, c'était peut-être nécessaire, le M109 ne disposant que d'une portée assez restreinte comparée aux 155 modernes (20km avec munition standard et 30 avec RAP contre ~40 avec base bleed et +60 avec RAP pour certains .

D'un autre côté, la présence des compagnies MI et NBRC sont judicieuses à mon sens. On notera quelques autres choses:

  • La compagnie MI comprenait un élément de support logistique, un élément de communications, un élément support opérationnel équipé HUMINT, CI et analyse, un peloton de surveillance équipé de radars et un peloton de guerre électronique capable d'interception et de brouillage et un élément EW en vol travaillant de concert avec les hélicoptères EH-60 du bataillon d'aviation. Pas de drone cependant.
  • La compagnie du Génie a aussi une fonction de renseignement car elle analyse la qualité de l'infrastructure lors du passage de l'ACR, au profit du Corps.
  • Pas de compagnie de transmissions?

https://irp.fas.org/doddir/army/fm34-35/Ch2.htm

Ceci dit, je pense que si les US devaient recréer un élément de reconnaissance et sécurité au niveau du Corps, il le mettraient probablement sur Stryker.

Autre truc auquel ça me fait penser, la nouvelle Deep Strike Brigade Britannique. Elle se compose de

  • 2 bataillons de reconnaissance Ajax
  • 1 bataillon de reconnaissance légère Jackal
  • 1 bataillon de reconnaissance légère Jackal (réserve)
  • 1 bataillon RSTA
  • 2 bataillons d'artillerie 155mm (assignés aux 12e et 20e Brigades Blindées)
  • 2 bataillons d'artillerie MLRS
  • 1 bataillon d'artillerie MLRS (réserve)
  • 1 bataillon d'artillerie 105mm (réserve)
  • 1 bataillon de maintenance REME

Le raisonnement est probablement ici que les unités de reconnaissance vont bouger à une vitesse telle que les roquettes guidées sont le meilleur moyen de continuer à les supporter où qu'elles soient. On notera qu'un support AT pourrait être fourni par les MLRS si on avait développé des roquettes BONUS.

Cependant, je pense que je séparerais les deux en une brigade de reconnaissance et une brigade d'artillerie.

 

Maintenant, imaginons qu'on veuille rétablir un Corps au sein de l'armée française, avec 2 divisions française et la possibilité d'inclure une ou deux divisions étrangères (disons Ibériques) dans une structure intégrée pour des opérations Article 5 ou similaires. Il serait intéressant pour ce Corps de disposer d'atouts en propre pour appuyer ses divisions. Parmi ces atouts, on pourrait compter une artillerie à longue portée avec capacités STA supplémentaires, aviation légère, génie, logistique, etc. mais aussi un élément de reconnaissance. Celui-ci pourrait être aussi lourd qu'un ACR mais personnellement j'étudierais 2 autres pistes, une médiane et une légère, toutes deux sur le modèle des escadrons US (en mélangeant un peu de structure moderne dans le tas).

Un peu de nomenclature d'abord. Je vais utiliser le vocable suivant: Groupe - Bataillon - Compagnie - Peloton pour discuter des types d'unités |||, ||, | et ···. Appliquez la nomenclature traditionnelle que vous préférez (que ce soit Régiment - Escadron - Troupe - Peloton ou Brigade - Régiment - Escadron - Peloton ou autre) à ça1. C'est pour éviter les confusions.

Commençons par établir la structure de base. Comme l'équivalent ACR, le groupe est constitué de

  • 3 Bn Cavalerie
  • 1 Coy Génie
  • 1 Coy Renseignement Militaire
  • 1 Coy CBRN
  • 1 Coy Anti-aérienne (missiles)
  • 1 Bn Logistique

On notera ici l'absence d'un bataillon d'hélicoptère, groupe de reconnaissance (RG) recevant des éléments de la Brigade d'Aviation Légère du Corps. Par ailleurs, la compagnie MI est désormais composée d'un peloton Analyse, un élément HUMINT, un élément SIGINT (formant ensemble le peloton de collecte d'information), un peloton EW et un peloton UAV. Aux US il s'agit de RQ-7 mais on peut probablement trouver autre chose qui satisfasse. Le bataillon logistique de son côté comprend les éléments de ravitaillement, de maintenance et médicaux.

Le bataillon est constitué comme suit

  • 1 Compagnie QG et Logistique (éléments transmissions et C2, maintenance, ravitaillement et médicaux)
  • 3 Compagnies de reconnaissance
  • 1 Compagnie de combat (correspondant à la compagnie de chars des escadrons de l'ACR)
  • 1 Compagnie d'appui
    • Peloton Sniper/Reconnaissance à pieds (Scout Sniper)
    • Peloton AA (SPAAG)
    • Peloton Munitions Rôdeuses (fournissant une capacité de reconnaissance et de frappe en avant du bataillon)
    • Peloton Radar de Surveillance?

Comparé à l'escadron ACR, le bataillon RG perd la batterie d'obusiers qui est remplacée par une combinaison de munitions rôdeuses et d'appui à plus longue portée en provenance du Corps. On voit aussi l'addition d'un peloton AA équipé de SPAAG éventuellement combinés à des missiles légers comme des MANPADS, une addition que je ferais à toutes les unités de contact au moins dans l'armée de terre en général (i.e. infanterie et cavalerie). Le peloton de Sniper/Scout pourrait déjà se trouver dans l'organisation ACR, je ne suis pas sûr. Dans tous les cas, ça me paraît être une bonne idée pour fournir une capacité encore plus légère et une capacité sniper qui sinon manque aux compagnies et au bataillon en général.

Enfin, le peloton radar de surveillance est normalement localisé au sein de la compagnie de renseignement mais a disparu de celles-ci ces dernières années. Il s'agit cependant d'une capacité ISTAR potentiellement intéressante (attention à l'ELINT adverse cependant). J'hésite cependant entre la mettre au niveau du bataillon ou des compagnies de reconnaissance.

Enfin, chaque compagnie de reconnaissance est composée comme dans le cas de l'ACR, de deux pelotons de reconnaissance, de deux pelotons de combat, d'une section de mortiers de 120mm, d'une équipe d'observateur d'artillerie, d'une équipe médicale (ambulance) et d'une équipe de ravitaillement. On y trouve aussi un spécialiste équipé d'un UAV type RQ-11 soit colocalisé avec les observateurs d'artillerie ou avec le commandant de compagnie.

Les pelotons de reconnaissance suivent l'organisation américaine en "6×36". Selon cette organisation, le peloton est divisé en 3 sections plus ou moins identiques de 12 mais dont l'une est contient le CO et XO. Chaque section se divise alors en un élément monté et un élément à pied de 6 personnes chacun. Ça permet alors de créer 3 équipes de reconnaissance montée transportant une équipe de reconnaissance à pied chacune.

Et c'est ici qu'on commence à différencier entre un scénario moyen et un scénario léger.

Dans le cas moyen, le bataillon est équipé principalement de véhicules 8×8. Un exemple typique serait le couple Freccia-Centauro. Ainsi le peloton de reconnaissance est doté de 6 Freccia équipés de tourelles de 30mm, de missiles et éventuellement d'un mat télescopique (ce sera apparemment le cas des nouveaux Freccia EVO de reconnaissance) tandis que le peloton de combat est équipé de 4 Centauro 105 ou 120mm. La section de mortiers est dotée de 2 Freccia 2R2M.

On peut imaginer une configuration alternative avec des Vextra ou VBCI équipés de tourelles 40CT+MMP et de tourelles 105/120mm. La section mortier peut être composée de 2 MEPAC ou de deux 8×8 équipés d'un mortier en tourelle comme l'AMOS ou le NEMO. On considère alors par compagnie, 9 105/120mm, 13-15 8×8 40CT reconnaissance/commandement/observation de tir (les Suédois et US mettent leurs équipes d'observateurs de QG dans les Bradley, M113 ou CV90 donc suivant d'à quel point on suit l'exemple, on peut obtenir jusqu'à 15 véhicules sans compter l'ambulance). L'effectif total de la compagnie s'élève alors à 130-140 personnes réparties comme suit (plus les trucs que j'oublie)

  • 13 personnes dans le QG
  • 72 dans les pelotons de reconnaissance
  • 24 dans les pelotons de combat
  • 4 dans l'équipe d'observation d'artillerie
  • 4 dans l'élément de ravitaillement
  • 4 dans l'équipe médicale
  • 9 dans la section de mortiers
  • 1 spécialiste UAV

La compagnie de combat est elle dotée de 14 8×8 105/120mm additionnels (et probablement 2 8×8 PC et OA) ce qui monte le total à 41 105/120mm et un paquet de 8×8 divers et variés dont au moins 36 pour la reconnaissance.  La structure du QG de la compagnie de combat est alors similaire à celle de la compagnie de reconnaissance à quelques détails près. Je chiffrerais le total à environ 60 personnes.

Ainsi le total sans compagnie de commandement et logistique et sans compagnie d'appui est de 405 (supposant une compagnie de reco de 125 personnnes et une compagnie de combat de 60).

Le peloton AA peut être chiffré à 16 personnes (4 véhicules avec 4 personnes), le peloton Scout Sniper US est à un peu moins de 30 personnes (et un GCP français serait aussi à 20-30 personnes). Difficile de chiffrer les deux autres mais ça donne un bataillon à probablement 600 personnes.

 

La variante légère est probablement plus proche de ce que la France ferait. La reconnaissance est alors équipée de 9 VBAE portant 4 personnes chacun (3 sections de 3 VBAE). Les pelotons de combat de leur côté sont équipés d'EBRC et le Mortier est un MEPAC. Des Griffons ou Servals assurent alors les fonctions de la compagnie.

 

Je crois que je prendrais un compromis où les pelotons des compagnies de reconnaissance seraient composés de VBAE et Jaguar avec un Vextra NEMO en mortier, et une compagnie de combat faite de Vextra 120mm canon. Le groupe de reconnaissance comprend alors 81 Jaguars et 42 Vextra 105mm.

 

Autre question que l'on peut se poser: est-ce qu'on utilise cette structure de bataillon dans les brigades normales?

 

 

1 Personnellement, pour la cavalerie, je préfère Groupe - Aile - Escadron - Troupe (aile vient du latin Ala désignant une unité d'auxilia de cavalerie de ~500 hommes sous le principat) mais restons simples. L’appellation "Régiment" s'applique alors si le groupe constitue l'ensemble des éléments du régiment et n'en contient pas d'autres.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, mehari a dit :

J'ai pris pas mal de retard pour répondre à ça mais j'avais pas vu ce post. Bref...

 

C'est un concept intéressant mais pour un élément supposément faire de la reconnaissance et de la sécurité, il m'a l'air extrêmement lourd: pas loin de 41 chars par bataillons (je vais appeler les "escadrons" US des bataillons pour éviter la confusion), 123 par ACR. Combiné aux hélicoptères, ça fait penser que cet élément est fait pour l'exploitation immédiate des informations dans un contexte "assaut" plutôt que simplement collecte d'information/sécurité.

Je m'inquiète aussi un peu de la logistique très variée de cette formation: un escadron d'hélicoptères, un paquet de véhicules chenillés très très lourd, etc. Ça doit pas être joyeux. Il aurait peut-être été plus simple d'attacher certains éléments depuis les autres éléments du corps dont l'artillerie et l'aviation. Le VII US Corps était par exemple doté, outre le 2nd ACR, de 3 brigades d'artillerie comportant 3 bataillons d'howitzer chacune ainsi que d'une brigade d'aviation (hélicoptères). Dans le cas de l'artillerie cependant, c'était peut-être nécessaire, le M109 ne disposant que d'une portée assez restreinte comparée aux 155 modernes (20km avec munition standard et 30 avec RAP contre ~40 avec base bleed et +60 avec RAP pour certains .

D'un autre côté, la présence des compagnies MI et NBRC sont judicieuses à mon sens. On notera quelques autres choses:

  • La compagnie MI comprenait un élément de support logistique, un élément de communications, un élément support opérationnel équipé HUMINT, CI et analyse, un peloton de surveillance équipé de radars et un peloton de guerre électronique capable d'interception et de brouillage et un élément EW en vol travaillant de concert avec les hélicoptères EH-60 du bataillon d'aviation. Pas de drone cependant.
  • La compagnie du Génie a aussi une fonction de renseignement car elle analyse la qualité de l'infrastructure lors du passage de l'ACR, au profit du Corps.
  • Pas de compagnie de transmissions?

https://irp.fas.org/doddir/army/fm34-35/Ch2.htm

Ceci dit, je pense que si les US devaient recréer un élément de reconnaissance et sécurité au niveau du Corps, il le mettraient probablement sur Stryker.

Autre truc auquel ça me fait penser, la nouvelle Deep Strike Brigade Britannique. Elle se compose de

  • 2 bataillons de reconnaissance Ajax
  • 1 bataillon de reconnaissance légère Jackal
  • 1 bataillon de reconnaissance légère Jackal (réserve)
  • 1 bataillon RSTA
  • 2 bataillons d'artillerie 155mm (assignés aux 12e et 20e Brigades Blindées)
  • 2 bataillons d'artillerie MLRS
  • 1 bataillon d'artillerie MLRS (réserve)
  • 1 bataillon d'artillerie 105mm (réserve)
  • 1 bataillon de maintenance REME

Le raisonnement est probablement ici que les unités de reconnaissance vont bouger à une vitesse telle que les roquettes guidées sont le meilleur moyen de continuer à les supporter où qu'elles soient. On notera qu'un support AT pourrait être fourni par les MLRS si on avait développé des roquettes BONUS.

Cependant, je pense que je séparerais les deux en une brigade de reconnaissance et une brigade d'artillerie.

 

Maintenant, imaginons qu'on veuille rétablir un Corps au sein de l'armée française, avec 2 divisions française et la possibilité d'inclure une ou deux divisions étrangères (disons Ibériques) dans une structure intégrée pour des opérations Article 5 ou similaires. Il serait intéressant pour ce Corps de disposer d'atouts en propre pour appuyer ses divisions. Parmi ces atouts, on pourrait compter une artillerie à longue portée avec capacités STA supplémentaires, aviation légère, génie, logistique, etc. mais aussi un élément de reconnaissance. Celui-ci pourrait être aussi lourd qu'un ACR mais personnellement j'étudierais 2 autres pistes, une médiane et une légère, toutes deux sur le modèle des escadrons US (en mélangeant un peu de structure moderne dans le tas).

Un peu de nomenclature d'abord. Je vais utiliser le vocable suivant: Groupe - Bataillon - Compagnie - Peloton pour discuter des types d'unités |||, ||, | et ···. Appliquez la nomenclature traditionnelle que vous préférez (que ce soit Régiment - Escadron - Troupe - Peloton ou Brigade - Régiment - Escadron - Peloton ou autre) à ça1. C'est pour éviter les confusions.

Commençons par établir la structure de base. Comme l'équivalent ACR, le groupe est constitué de

  • 3 Bn Cavalerie
  • 1 Coy Génie
  • 1 Coy Renseignement Militaire
  • 1 Coy CBRN
  • 1 Coy Anti-aérienne (missiles)
  • 1 Bn Logistique

On notera ici l'absence d'un bataillon d'hélicoptère, groupe de reconnaissance (RG) recevant des éléments de la Brigade d'Aviation Légère du Corps. Par ailleurs, la compagnie MI est désormais composée d'un peloton Analyse, un élément HUMINT, un élément SIGINT (formant ensemble le peloton de collecte d'information), un peloton EW et un peloton UAV. Aux US il s'agit de RQ-7 mais on peut probablement trouver autre chose qui satisfasse. Le bataillon logistique de son côté comprend les éléments de ravitaillement, de maintenance et médicaux.

Le bataillon est constitué comme suit

  • 1 Compagnie QG et Logistique (éléments transmissions et C2, maintenance, ravitaillement et médicaux)
  • 3 Compagnies de reconnaissance
  • 1 Compagnie de combat (correspondant à la compagnie de chars des escadrons de l'ACR)
  • 1 Compagnie d'appui
    • Peloton Sniper/Reconnaissance à pieds (Scout Sniper)
    • Peloton AA (SPAAG)
    • Peloton Munitions Rôdeuses (fournissant une capacité de reconnaissance et de frappe en avant du bataillon)
    • Peloton Radar de Surveillance?

Comparé à l'escadron ACR, le bataillon RG perd la batterie d'obusiers qui est remplacée par une combinaison de munitions rôdeuses et d'appui à plus longue portée en provenance du Corps. On voit aussi l'addition d'un peloton AA équipé de SPAAG éventuellement combinés à des missiles légers comme des MANPADS, une addition que je ferais à toutes les unités de contact au moins dans l'armée de terre en général (i.e. infanterie et cavalerie). Le peloton de Sniper/Scout pourrait déjà se trouver dans l'organisation ACR, je ne suis pas sûr. Dans tous les cas, ça me paraît être une bonne idée pour fournir une capacité encore plus légère et une capacité sniper qui sinon manque aux compagnies et au bataillon en général.

Enfin, le peloton radar de surveillance est normalement localisé au sein de la compagnie de renseignement mais a disparu de celles-ci ces dernières années. Il s'agit cependant d'une capacité ISTAR potentiellement intéressante (attention à l'ELINT adverse cependant). J'hésite cependant entre la mettre au niveau du bataillon ou des compagnies de reconnaissance.

Enfin, chaque compagnie de reconnaissance est composée comme dans le cas de l'ACR, de deux pelotons de reconnaissance, de deux pelotons de combat, d'une section de mortiers de 120mm, d'une équipe d'observateur d'artillerie, d'une équipe médicale (ambulance) et d'une équipe de ravitaillement. On y trouve aussi un spécialiste équipé d'un UAV type RQ-11 soit colocalisé avec les observateurs d'artillerie ou avec le commandant de compagnie.

Les pelotons de reconnaissance suivent l'organisation américaine en "6×36". Selon cette organisation, le peloton est divisé en 3 sections plus ou moins identiques de 12 mais dont l'une est contient le CO et XO. Chaque section se divise alors en un élément monté et un élément à pied de 6 personnes chacun. Ça permet alors de créer 3 équipes de reconnaissance montée transportant une équipe de reconnaissance à pied chacune.

Et c'est ici qu'on commence à différencier entre un scénario moyen et un scénario léger.

Dans le cas moyen, le bataillon est équipé principalement de véhicules 8×8. Un exemple typique serait le couple Freccia-Centauro. Ainsi le peloton de reconnaissance est doté de 6 Freccia équipés de tourelles de 30mm, de missiles et éventuellement d'un mat télescopique (ce sera apparemment le cas des nouveaux Freccia EVO de reconnaissance) tandis que le peloton de combat est équipé de 4 Centauro 105 ou 120mm. La section de mortiers est dotée de 2 Freccia 2R2M.

On peut imaginer une configuration alternative avec des Vextra ou VBCI équipés de tourelles 40CT+MMP et de tourelles 105/120mm. La section mortier peut être composée de 2 MEPAC ou de deux 8×8 équipés d'un mortier en tourelle comme l'AMOS ou le NEMO. On considère alors par compagnie, 9 105/120mm, 13-15 8×8 40CT reconnaissance/commandement/observation de tir (les Suédois et US mettent leurs équipes d'observateurs de QG dans les Bradley, M113 ou CV90 donc suivant d'à quel point on suit l'exemple, on peut obtenir jusqu'à 15 véhicules sans compter l'ambulance). L'effectif total de la compagnie s'élève alors à 130-140 personnes réparties comme suit (plus les trucs que j'oublie)

  • 13 personnes dans le QG
  • 72 dans les pelotons de reconnaissance
  • 24 dans les pelotons de combat
  • 4 dans l'équipe d'observation d'artillerie
  • 4 dans l'élément de ravitaillement
  • 4 dans l'équipe médicale
  • 9 dans la section de mortiers
  • 1 spécialiste UAV

La compagnie de combat est elle dotée de 14 8×8 105/120mm additionnels (et probablement 2 8×8 PC et OA) ce qui monte le total à 41 105/120mm et un paquet de 8×8 divers et variés dont au moins 36 pour la reconnaissance.  La structure du QG de la compagnie de combat est alors similaire à celle de la compagnie de reconnaissance à quelques détails près. Je chiffrerais le total à environ 60 personnes.

Ainsi le total sans compagnie de commandement et logistique et sans compagnie d'appui est de 405 (supposant une compagnie de reco de 125 personnnes et une compagnie de combat de 60).

Le peloton AA peut être chiffré à 16 personnes (4 véhicules avec 4 personnes), le peloton Scout Sniper US est à un peu moins de 30 personnes (et un GCP français serait aussi à 20-30 personnes). Difficile de chiffrer les deux autres mais ça donne un bataillon à probablement 600 personnes.

 

La variante légère est probablement plus proche de ce que la France ferait. La reconnaissance est alors équipée de 9 VBAE portant 4 personnes chacun (3 sections de 3 VBAE). Les pelotons de combat de leur côté sont équipés d'EBRC et le Mortier est un MEPAC. Des Griffons ou Servals assurent alors les fonctions de la compagnie.

 

Je crois que je prendrais un compromis où les pelotons des compagnies de reconnaissance seraient composés de VBAE et Jaguar avec un Vextra NEMO en mortier, et une compagnie de combat faite de Vextra 120mm canon. Le groupe de reconnaissance comprend alors 81 Jaguars et 42 Vextra 105mm.

 

Autre question que l'on peut se poser: est-ce qu'on utilise cette structure de bataillon dans les brigades normales?

 

 

1 Personnellement, pour la cavalerie, je préfère Groupe - Aile - Escadron - Troupe (aile vient du latin Ala désignant une unité d'auxilia de cavalerie de ~500 hommes sous le principat) mais restons simples. L’appellation "Régiment" s'applique alors si le groupe constitue l'ensemble des éléments du régiment et n'en contient pas d'autres.

@meharimerci pour l'analyse. Une chose fondamentale à comprendre c'est la deep strike brigade britannique et l'ACR US sont destinés à détruire l'ennemi, pas à occuper le terrain car ils n'ont pas d'infanterie. L'un le fait à distance, l'autre en combat rapproché. La question est de savoir si ce type d'unité doit être pérenne ou si elles peuvent être des unités de marche constituées à partir de morceaux d'autres régiments pour une durée donnée et une mission spécifique. Avec des Leclerc, des JAguar, des Mepac et quelques VBCI on saurait faire l'équivalent. Il manquerait des drones d'attaque que nous n'avons pas et des moyens de GE de l'avant. Je suis convaincu qu'il existe un besoin d'une nouvelle forme d'unité entre le GTIA et la brigade. L'ACR me paraissait pas mal, il faudrait le remettre au goût du jour.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Rescator a dit :

@meharimerci pour l'analyse. Une chose fondamentale à comprendre c'est la deep strike brigade britannique et l'ACR US sont destinés à détruire l'ennemi, pas à occuper le terrain car ils n'ont pas d'infanterie. L'un le fait à distance, l'autre en combat rapproché. 

Pour compléter, l'ACR est un concept de la Guerre Froide pure où il s'agissait pour les corps US du CENTAG de freiner autant que possible les divisions soviétiques dès le début de l'engagement. Il ne faut pas oublier que s'ils avaient deux corps d'armée en Allemagne, une division sur les trois pour chacun d'entre eux restait stationnée aux USA. D'ailleurs, cela se retrouvait bien sur l'emplacement du 11e ACR, situé littéralement au niveau de la trouée de Fulda. Donc je pense que la diversité des matériels quand l'unité avait une espérance de vie de quelques jours tout au plus, c'était clairement le cadet de leurs soucis. 

Il y a 1 heure, Rescator a dit :

La question est de savoir si ce type d'unité doit être pérenne ou si elles peuvent être des unités de marche constituées à partir de morceaux d'autres régiments pour une durée donnée et une mission spécifique.

Tout dépend de ce que l'on veut faire dès le temps de paix, ce qui nécessite une vraie réflexion sur le niveau d'engagement de la France en cas de conflit en Europe. Car il ne faut pas oublier que si on constitue des unités de marche, c'est systématiquement au détriment de la puissance du gros des unités, qui se retrouvent affaiblies. C'est d'ailleurs pour ça que dès qu'un pays peut réellement se le permettre, il constitue des unités de reconnaissance au niveau du corps d'armée (de la taille d'un bataillon ou d'une brigade, peu importe). Parce que ça évite d'affaiblir les gros. 

Il y a 1 heure, Rescator a dit :

Avec des Leclerc, des JAguar, des Mepac et quelques VBCI on saurait faire l'équivalent. Il manquerait des drones d'attaque que nous n'avons pas et des moyens de GE de l'avant. Je suis convaincu qu'il existe un besoin d'une nouvelle forme d'unité entre le GTIA et la brigade. L'ACR me paraissait pas mal, il faudrait le remettre au goût du jour.

N'y aurait-il pas plus simple ? Prendre une brigade médiane dont ça pourrait être le rôle. J'avais lu quelque part (mais je ne le retrouve plus) que cela pourrait être d'ailleurs une de ses missions. Sinon, je m'inscris en faux concernant les moyens de Guerre Electronique de l'avant. On en a. On a même un régiment, le 54e régiment de transmissions avec quatre compagnies de guerre électroniques multirôles, chacune disposant d'une section GE d'appui de zone (avec station LINX), une section GE d'appui contact (avec VAB SAEC et VAB CATIZ) et deux sections légères d'appui électronique (avec PVP GE). En revanche, je suis d'accord sur le fait qu'il y en a trop peu (mais c'est comme la quasi-totalité des moyens de l'Armée de Terre). 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, mehari a dit :

On notera qu'un support AT pourrait être fourni par les MLRS si on avait développé des roquettes BONUS.

Un grand oui d'ailleurs pour leur prochaine roquette les allemands veulent une version conteneur pour mettre des sous munitions intelligences. Mais effectivement comme tu l'as dit a priori dans la doctrine scorpion l'appui des formation de reconnaissance (échelon d'e découverte) se fait par les MEPAC.

Link to comment
Share on other sites

35 minutes ago, Rescator said:

Une chose fondamentale à comprendre c'est la deep strike brigade britannique et l'ACR US sont destinés à détruire l'ennemi, pas à occuper le terrain car ils n'ont pas d'infanterie. L'un le fait à distance, l'autre en combat rapproché.

À mon sens, il y a 4 ou 5 missions pour l'ACR

  • Reconnaissance (explique la présence de nombreux éléments de reconnaissance ainsi que la présence d'une unité de traitetement de l'information dédiée)
  • Destruction des éléments trouvés (explique la présence des chars, hélicoptères d'attaque et d'artillerie)
  • Sécurité (sécurise les flancs du Corps)
  • Renforcement (Peut renforcer rapidement et avec une large puissance de feu un secteur en danger)
  • Servir de jouet personnel au commandant du Corps.

Il ne faut pas négliger le premier élément. L'ACR est à remettre dans le contexte du Corps US de la fin de la Guerre Froide. À l'époque, la brigade interarme pourtant standard en Belgique au Pays-Bas ou en Allemagne à l'époque n'existe quasiment pas aux US. Les Brigades IA sont des éléments constitués pour alimenter les endroits où on ne peut placer une division ou par la Garde Nationale. Tout est un élément divisionnaire y compris la cavalerie qui se trouve au sein de la brigade d'aviation légère comprenant un élément de reconnaissance combiné aviation-terre.

Comparé aux capacités de reconnaissances US ou françaises actuelles, c'est pas grand chose. L'aspect réaction rapide/renforcement me paraît à ne pas négliger et pour ces deux raisons, je considère avant tout une force plus légère, chose en laquelle la France excelle.

Par ailleurs, je fais aussi usage des moyens plus modernes (artillerie guidée à longue portée, munitions rôdeuses, drones) pour délester le groupe de reconnaissance et augmenter la capacité de collecte d'information.

58 minutes ago, Rescator said:

Avec des Leclerc, des JAguar, des Mepac et quelques VBCI on saurait faire l'équivalent.

C'est ce que je fais en partie au dessus (encore que des Leclercs me paraîssent très lourds pour ces fins).

 

59 minutes ago, Rescator said:

Il manquerait des drones d'attaque que nous n'avons pas et des moyens de GE de l'avant.

Je crois que je laisserais l'EW dans un groupe transmissions au sein du corps. La compagnie de renseignement en a un peu (et l'actuelle en a beaucoup plus que l'ancienne grâce à la portabilité des nouveaux systèmes).

59 minutes ago, Rescator said:

Je suis convaincu qu'il existe un besoin d'une nouvelle forme d'unité entre le GTIA et la brigade. L'ACR me paraissait pas mal, il faudrait le remettre au goût du jour.

Beaucoup de pays en ont un. On appelle ça une "brigade".

Le truc c'est que la Brigade française correspond à une force considérable en elle même: jusqu'à 8000 hommes! Aux US, en Italie, en Suède ou en Espagne en revanche, la brigade fait environ 5000 hommes (parfois moins) et se compose de juste 3 à 4 bataillons blindés ou infanterie plus une compagnie ou bataillon de reconnaissance, un bataillon d'artillerie, un du génie, un logistique. Chacun des bataillons compte par ailleurs une à deux compagnies en moins par rapport à l'équivalent français tandis que l'artillerie est notablement plus forte (18 mortiers de 120mm et 18 155mm pour 5000 hommes aux US (ABCT, c'est plus pour les Stryker) contre quelque chose comme 16 155 et 12 120 pour la brigade française de 7500-8000 hommes) et les appuis sont généralement mieux proportionnés.

Si on s'amusait à créer un GTIA "escadron de combat ACR" à partir de la 2e Brigade Blindée, on tomberait à court d'obusiers et de mortiers après 2 GTIA.

À mon sens, il faut commencer à réduire la taille des brigades et régiments français et utiliser ce qu'on récupère pour créer des brigades supplémentaires, des divisions (probablement 2) et une structure de Corps avec les appuis qui vont avec.

Prenons une structure de brigade médiane comme suit

  • Bataillon QG
    • Compagnie renseignement (modelée sur l'américaine)
    • Compagnie transmissions
    • Peloton logistique (pour faire tourner les deux)
  • Bataillon de cavalerie (reconnaissance)
    • Compagnie de QG et logistique
    • 3 compagnies de reconnaissance (on peut prendre celles que j'ai mentionné ci-dessus si on veut mais c'est pas nécessaire (si on le fait pas, reprenez l'identique, éliminez les Jaguars et gagnez une centaine d'homme sur le bataillon))
    • Compagnie de combat (Jaguars)
    • Compagnie d'appui (Plt AA, Plt Sniper/Recon, Section/Plt Munition rôdeuse)
  • 3 Bataillons d'infanterie médiane
    • Compagnie de QG et logistique
    • 3 compagnies d'infanterie (Griffon ou VBCI)
    • Compagnie d'appui (Plt AA, Plt Recon (comprend une équipe Sniper), Section/Plt Munition rôdeuse, Plt Mortier 120mm)
  • Bataillon d'Artillerie
    • Compagnie de QG et logistique
    • Peloton STA (radars de contre-batterie)
    • 3 Compagnies de tir (6 ou 8 155mm)
      • 2 pelotons de tir avec FDC indépedants
      • 2 sections de ravitaillement en munitions
  • Bataillon du Génie
  • Compagnie AA
    • Peloton C2 et radars
    • 2 pelotons missiliers (4 équipes missiles montée sur un véhicule chacun)
    • Peloton logistique
  • Bataillon logistique
    • Compagnie de QG et logistique
    • Compagnie de maintenance
    • Compagnie de ravitaillement
    • Compagnie médicale

Cette brigade possède 3 bataillons d'infanterie déjà partiellement auto suffisants pour une partie des fonctions (AA de base, artillerie de base, reconnaissance de base) qu'elle eut choisir de renforcer pour créer 3 "GTIA" en ajoutant (au plus) une compagnie de reconnaissance, une d'artillerie, un peloton du génie et un de cavalerie de combat et des éléments logistiques additionnels à chacun d'entre eux (on peut aussi mix and match et mettre une compagnie du génie complète à un endroit et rien à un autre, il y a autant de configuarations que de missions). Elle peut également se voir assigner un GTIA additionnel ou déployer avec un GTIA manquant suivant ce qui est demandé.

L'avantage ici est qu'on a une structure où, suivant le nombre de GTIA concernés par le déploiement on a plusieurs configurations chacune avec un QG adapté:

  • GTIA: juste un GTIA
  • Brigade- : 2 GTIA plus un QG brigade et éléments renforcés
  • Brigade: 3 GTIA ou juste la brigade de façon organique
  • Brigade+: 4 GTIA ou Brigade augmentée d'un élément d'une autre partie de la division

Et ainsi de suite. Une Division- serait alors une division se déployant avec 2 brigades soit 5 à 7 GTIAs. Une Division(-) serait une division à 8 GTIAs et une Division+ serait une division ayant reçu une brigade de l'extérieur (10 à 13 GTIAs).

 

Bref, en augmentant le nombre d'élément C2 et appuis par rapport à l'infanterie et la cavalerie on facilite la création de GTIA mais aussi on permet la création de formations organiquement déployable. Dans le cas où ces formations se déploient en tant que telle, la formation des GTIAs devient par ailleurs dynamique, les appuis devenant assignables dynamiquement (pour la mission) et non statiquement (pour le déploiement).

Sinon, vous pouvez prendre le chemin inverse et augmenter la taille de chaque brigade pour autoriser la création de 2 DBIA (Demi-Brigades Inter-Armes) par Brigade mais à ce stade autant créer des Brigades de cette taille là au lieu de s'embêter, sans compter le problème C2 que ça pose, les régiments n'étant pas prévus pour avoir 4000+ hommes sous leur commandement (le commandant se retrouve à faire du micro-management) et le QG de brigade étant unique, ce qui veut dire créer des unités QG DB dédiés...

Bref, un peu compliqué.

 

À mon sens, la France utilisant la structure donnée ci-dessus devrait pouvoir créer 8 brigades au total. En se basant sur le nombre de Leclerc encore en service, au moins deux peuvent être blindées (i.e. Leclerc + un IFV quelconque (VBCI ou un truc chenillé (CV90)), 2 sont légères (montagne et aéroportée) et 4 sont médianes (dont la brigade la Légion et la Brigade des Troupes de Marine, soit totalement motorisées (Griffon), soit motorisée plus mécanisée (i.e. 2 Griffon et 2 VBCI ou un truc du genre). En supposant une taille moyenne de 5500 personnes par brigade et une force actuelle de ~56000 hommes (2 Divisions de ~25000 plus ~6000 hommes dans le commandement logistique), on doit pouvoir récupérer quelque chose comme 12000 hommes pour recréer des appuis de division et de corps. À partir de là difficile de dimensionner exactement et de dire ce qui devrait avoir la priorité mais pêle-mêle, on trouve comme candidats

  • Bataillons de transmissions divisionnaires
  • Compagnies EW divisionnaires
  • Compagnies divisionnaires d'analyse de l'information
  • Groupes d'artillerie divisionnaire avec
    • Bataillon(s) 155mm supplémentaire(s)
    • Bataillon(s) MLRS + Munitions rôdeuses
    • Drones (MQ-1C? TB2? TB3?)
  • Groupes de défense anti-aérienne divisionnaires
    • Batteries de missile à moyenne portée
  • Groupes logistique
    • Bataillon de ravitaillement
    • Bataillon de maintenance
    • Bataillon de transport
    • Bataillon médical
  • Groupe/Brigade d'artillerie de Corps
    • Capacités MLRS
    • Capacité SRBM
  • Groupe/Brigade AA de Corps
  • Groupe/Brigade du Génie de Corps
  • Groupe/Brigade des transmissions et d'EW de Corps
  • Groupe/Brigade de soutien logistique de Corps
  • Groupe médical de Corps
  • Groupe de cavalerie/reconnaissance de Corps
  • Etc.

Et, spécial pour @Fusilier, le transfert de personnel à la Marine pour la création de Commandos amphibies à la néerlandaise ou l'anglaise.

 

Faudrait que je fasse un graphe de mes idées un jour...

18 minutes ago, hadriel said:

Un grand oui d'ailleurs pour leur prochaine roquette les allemands veulent une version conteneur pour mettre des sous munitions intelligences. Mais effectivement comme tu l'as dit a priori dans la doctrine scorpion l'appui des formation de reconnaissance (échelon d'e découverte) se fait par les MEPAC.

Il y a des limites sur ce qu'on peut faire cependant (convention sur les sous-munitions) mais elles ne sont pas compliquées:

  • Les sous-munitions sont bannies sauf
  • Si elles pèsent individuellement plus de 4kg chacunes et
  • Si elles sont au nombre maximal de 10

Donc, on a une limite haute là dessus et une limite basse sur l'explosif. Ceci dit, en sachant qu'on peut mettre une charge de 90kg dans une roquette M31, on doit pouvoir faire des trucs. Le prototype allemand (M32 SMArt) emportait 4 munitions cependant et ça, seul signifie qu'une volée d'un lanceur M270 embarquerait 48 projectiles, largement suffisant pour éradiquer un bataillon de char russe (et demi) et stopper net un régiment blindé russe.

Et si ça a la même portée que la M31, ça tire à 70km...

 

Quelqu'un connaît la masse des sous-munitions sur un obus BONUS?

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 03/03/2022 à 09:56, Scarabé a dit :

J'ai vue un truc passer dans les options envisager pour un nouvelle remonter en puissance de la FOT 

La 13 DBLE pourrait doubler ses effectifs avec une integration de moyen artillerie comme des Griffon MECAP et des Serval AA  ( a Voir). Peux etre que notre Adjudant a des infos ? 

elle s’appellera 13eme BLE alors ....   2(1/2BLE)  = BLE :biggrin:

Edited by Lezard-vert
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Lezard-vert a dit :

elle s’appellera 13eme BLE alors ....   2(1/2BLE)  = BLE :biggrin:

ça sent l'OSEILLE pas loin (pour les artistes des rétro-acronymes) :biggrin:

-> [] je suis déjà loin
 

Edited by rogue0
Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, mehari a dit :

Et, spécial pour @Fusilier, le transfert de personnel à la Marine pour la création de Commandos amphibies à la néerlandaise ou l'anglaise.

Pas nécessairement un transfert. La FAI des années 60 était un embryon d'organisation intéressant. Mais, sur l'organisation amphibie j'ai plein d'idées...  :biggrin:

Link to comment
Share on other sites

1 minute ago, hadriel said:

7kg par tête de pipe.

Soit 10 munitions par roquette (120 total par volée) si le volume le permet (j'ai un doute). On peut aussi imaginer faire la même avec des bombes SmartGlider. 12 portées sur Rafale, chacune avec 6 ou 8 munitions...

10 minutes ago, Fusilier said:

Pas nécessairement un transfert. La FAI des années 60 était un embryon d'organisation intéressant.

C'est pour forcer la Marine à faire attention à l'amphibie. Tu te souviens de la théorie comme quoi elle négligeait l'AVT parce que personne dans son état major n'avait une quelconque conscience du fait qu'elle devait aussi faire ça? Voilà la solution!

10 minutes ago, Fusilier said:

Mais, sur l'organisation amphibie j'ai plein d'idées...  :biggrin:

Balance les! Définis ton contexte d'opérations, donne toi un budget personnel et fait péter!

 

 

 

Sinon, la FAI c'est quoi? J'étais pas né en 60.

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, mehari a dit :

Sinon, la FAI c'est quoi? J'étais pas né en 60.

Force Amphibie d'Intervention.  Dissolution suite à la création de la force de dissuasion; affectation de moyens dans le Pacifique pour le centre d'expérimentation. 

En gros un Amiral à la tête de l'EM amphibie avec un adjoint terre. forces affectées GROUFUMACO (à l'époque organisé en bataillon) l'équivalent de la flottille amphibie (ça devait s'appeler centre amphibie) une unité des troupes de marine qui mettait en oeuvre des alligators. 

Je ne me souviens plus si l'Amiral FAI avait sous coupe les navires amphibies, je crois que oui mais pas certain.

C'était loin d'être parfait mais ça peut faire une base de réflexion. 

Une première idée serait de créer une vrai compagnie de plage à la flottille amphibie; avec des équipes organiques qui travaillent toujours ensemble : reconnaissance de plage, beach master, génie de plage, etc..  Peut-être transformer la flottille amphibie en unité de fusiliers marins (commandant flottille toujours officier fusilier)

Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
Il y a 1 heure, Lezard-vert a dit :

elle s’appellera 13eme BLE alors ....   2(1/2BLE)  = BLE :biggrin:

13 em Demi Brigade de légion étrangère soit 

13 DBLE

1000 hommes environ aujourd'hui et plus de 2000 demain.

Edited by Scarabé
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, mehari a dit :

Beaucoup de pays en ont un. On appelle ça une "brigade".

Le truc c'est que la Brigade française correspond à une force considérable en elle même: jusqu'à 8000 hommes

C'est là que je comprend pas trop la structure française. Les brigades sont sensées être des réservoirs de force, mais dans les exercices au niveau supérieur au GTIA c'est le PC de la brigade organique qui est impliqué.

Et on parle de système ternaire/quaternaire comme étant l'optimum en terme de nombre d'unités à commander pour le chef, mais la brigade française a l'air d'avoir plus de 4 GTIA.

Après la différence tient peut-être entre les effectifs théoriques et ce qui est générable comme force. Ici on parle de brigade interarmes Scorpion à 6500 hommes max  : https://www.defense.gouv.fr/commandement-lentrainement-ecoles-du-combat-interarmes

Et la première BIA Scorpion devrait être projetable en 2023 mais c'est pas clair si elle correspond à une brigade organique. J'ai pas l'impression que les premières livraison Scorpion atterrissent toutes dans la même brigade.

 

Link to comment
Share on other sites

Mille mercis @mehari bel effort de vulgarisation pour le péquin moyen dont je suis :rolleyes:

Dis moi, peux-tu nous parler des différents échelons « supérieurs » qui eux, prennent les décisions pour organiser ces GTIA (États-majors) ? 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,763
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Poivre62
    Newest Member
    Poivre62
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...