Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'ordre de bataille de l'armée de terre


Scarabé
 Share

Recommended Posts

Il y a 9 heures, FoxZz° a dit :

 

Actuellement l'armée de Terre dispose de :

12 escadrons de XL

21 escadrons de 10RC/Jaguar

19 ERI

24 compagnies VBCI

28 compagnies VAB/Griffon

28 compagnies VAB/Serval

 

Dans ce plan on aurait :

16 escadrons de XL

20 escadrons Jaguar (14 + les 6 des Brigades légères)

20 ERI (16 + les 4 des brigades légères)

32 compagnies VBCI

16 compagnies Griffon

32 compagnies Serval (les brigades légères).

Ce genre de calculs suppose que les dispos des différentes unités sont à peu près équivalentes, pour pouvoir au final former une division d'emploi avec le bon ratio.

En pratique est-ce que ce sera vrai? La dispo des Leclerc même rénovés va-t-elle égaler celle des engins à roue nouvellement livrés? Surtout à court préavis, les 6 mois de préavis avancés par l'EM précédemment revenant à dire qu'on est incapables de générer une force conséquente.

Link to comment
Share on other sites

il y a 58 minutes, hadriel a dit :

Ce genre de calculs suppose que les dispos des différentes unités sont à peu près équivalentes, pour pouvoir au final former une division d'emploi avec le bon ratio.

En pratique est-ce que ce sera vrai? La dispo des Leclerc même rénovés va-t-elle égaler celle des engins à roue nouvellement livrés? Surtout à court préavis, les 6 mois de préavis avancés par l'EM précédemment revenant à dire qu'on est incapables de générer une force conséquente.

Comme je disais c'est avant tout théorique. Une brigade ne générera jamais 100% de ses effectifs en GTIA. Je pense que 50% pour une crise sévère est une bonne fourchette.

Et pour le coup les Leclerc sont très loin d'avoir une mauvaise dispo. Ce qui limite le plus c'est les potentiels : les heures de maintenance négociées contractuellement avec Nexter qui donne lieux à X heures couvertes. Si on dépasse ces heures, la maintenance est "payante". C'est la principale limite des parcs de véhicules aujourd'hui.

Mais maintenant qu'on parle de haute intensité et d'économie de guerre, il serait temps de revenir dessus.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

21 hours ago, FoxZz° said:

Or pour moi, et notamment suite à la lecture de cet article très intéréssant : https://fr.linkedin.com/pulse/le-combat-de-découverte-et-la-doctrine-exploratoire-scorpion-clee, l’échelon de découverte a besoin d'une certaine puissance de feu et ne peux pas être seulement constitué d'un ERI renforcé, mais plutôt autour de peloton Jaguar. Donc n'avoir du Jaguar que dans les brigades médianes n'a pas vraiment de sens à mon avis puisque les GTIA sont constitués à partir des brigades mères.

La puissance de feu ne doit pas forcément être fournie par un peloton Jaguar. Des Leclercs peuvent remplir le même rôle. D'une certaine manière, c'est ce que fourni la troupe ACR US:

  • 2 pelotons de reconnaissance
  • 2 pelotons de combat sur MBT
  • 1 section de mortiers

On notera cependant que le peloton de reconnaissance US dispose de Bradleys fournissant donc autocannons et ATGM ainsi que 18 éclaireurs à pied, un nombre égal à la taille de l'élément d'infanterie des pelotons mécanisés dans certains pays (Suède par exemple).

Link to comment
Share on other sites

Vu passer ça sur la Lettre A : 

Les patrons de Nexter et Naval poussent leurs pions via l'institut Choiseul

Les industriels de la défense, Nexter et Naval Group en tête, entendent peser sur le débat public en amont des discussions autour de la Loi de programmation militaire et au moment où les entreprises du secteur sont sommées de produire plus vite. […]

https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2022/09/07/les-patrons-de-nexter-et-naval-poussent-leurs-pions-via-l-institut-choiseul,109810464-art?utm_source=LLA&utm_medium=email&utm_campaign=PROS_EDIT_RUB&did=109703018

Si quelqu'un a accès à l'article, peut-être peut-il nous dire de quoi il en retourne ? :happy:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Exercice Manticore, conjoint 11e BP/ALAT/FS:

https://actu.fr/insolite/l-armee-de-terre-mene-une-grosse-operation-plus-de-3-000-militaires-et-300-vehicules-dans-l-aveyron_53691350.html

Citation

Ainsi, plus de 3 000 hommes et femmes vont prendre part aux différents entraînements au combat. 300 véhicules et 30 hélicoptères seront également mobilisés pour des exercices de parachutismes et de déploiements.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 08/09/2022 à 08:48, casoucasou a dit :

Vu passer ça sur la Lettre A : 

Les patrons de Nexter et Naval poussent leurs pions via l'institut Choiseul

Les industriels de la défense, Nexter et Naval Group en tête, entendent peser sur le débat public en amont des discussions autour de la Loi de programmation militaire et au moment où les entreprises du secteur sont sommées de produire plus vite. […]

https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2022/09/07/les-patrons-de-nexter-et-naval-poussent-leurs-pions-via-l-institut-choiseul,109810464-art?utm_source=LLA&utm_medium=email&utm_campaign=PROS_EDIT_RUB&did=109703018

Si quelqu'un a accès à l'article, peut-être peut-il nous dire de quoi il en retourne ? :happy:

https://www.choiseul.info/

C'est quoi c'truc...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Patrick a dit :

C'est quoi c'truc...

Je ne connais aucun des membres du bureaux. Leur noms ne me disent rien mais ça a l'air très orienté CAC 40 grosse industrie. En tout cas pour le bureau France (on y retrouve des anciens de chez BNP, Total, Toyota, EDF etc.).

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

A la découverte de la géographie des espaces d’entraînement de l'armée de Terre

La catégorisation des espaces d’entraînement a évolué ces derniers temps dans l’armée de Terre. Elle a réparti les espaces d’entraînement en trois niveaux principaux en vue de permettre l’entraînement des unités opérationnelles du groupe à la division :
- au niveau local : les espaces d’entraînement de niveau 1 complexes haute intensité régimentaire (ou EE1 CHIR). Ce sont les camps de proximité des garnisons mais qui sont aussi des complexes de haute intensité régimentaire qui permettent d'optimiser l’entraînement de la section (unité de 20 à 40 hommes), des groupes ou équipages et l’entraînement individuel ;

- au niveau régional : les espaces d’entraînement de niveau 2 (EE2 Hi Ready) qui permettent l’entraînement au niveau compagnie ou sous-groupement interarmes. Les espaces de niveau 2 sont au nombre de huit en France : Coëtquidan, Fontevraud, la Courtine, Valdahon, le Larzac, Caylus, les Garrigues et l’Espace montagne. Ils bénéficient d’un effort de développement de leurs infrastructures de préparation opérationnelle pour optimiser l’entraînement et le contrôle, à moins de 250 km de leur garnison, des compagnies et sous groupement interarmes (SGTIA) et de leur unités subordonnées (soit 150 à 200 hommes).
Coëtquidan est désormais classé niveau 2, ce qui oblige à des réaménagements et la construction de nouvelles infrastructures.

- au niveau national : les espaces d’entraînement de niveau 3 qui permettent l’entraînement des grandes unités interarmes et participent à leur mise sur pied dans le cadre de la préparation d’un engagement majeur. La liste des EE3 comporte Mourmelon, Sissonne, Suippes, Mailly, Canjuers (au sud). Les quatre grands camps de Champagne-Picardie forment un espace d’entraînement cohérent unique en Europe, capable de supporter l’effort d’entraînement et la mise sur pied de guerre d’un système divisionnaire (unité interarmes de classe 25 à 30 000 hommes)

Il existe aussi des espaces d'entraînement outre-mer (les EE OME) dont 3 sont déjà de niveau 2 (Côte d'Ivoire, Djibouti et EAU) et 2 autres (Guyane et Nouvelle Calédonie) atteindront ce standard vers 2030.

Enfin, des espaces d'entraînement spécialisés sont disponibles:
- des espaces d'entraînement et d'expérimentation des forces spéciales à Pau, Souge et Bayonne,
- un espace montagne à Modane,
- un espace d'entraînement 3D.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Un renforcerment des moyens de l'armée de terre dans le Pacifique est prévue pour 2024. 

Actuellement nous avons

En Nouvelle Caledonie 

Le RIMaP-NC  est composé d'environ 600 hommes, avec ça compagnie de réserve

le régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie (RIMaP- NC) est constitué de six unités de combat et de soutien :

1 État-major

1 compagnie de commandement et de logistique (CCL)

Détachement de maintenance

1 Compagnie motorisée VT4 + ERI sur PVP (6 engins sur l'ile depuis 2019) 

1 Compagnie interarmes à 4 Sections plus groupe appui  Mortier 81 mm et TLD avec 15 VAB 

1 compagnie parachutiste à 4 Sections VT4 TRM 2000 valorisé 

1 Compagnie de réserve. 

75 % du personnel du RIMaP-NC 75 % est en mission de courte durée

Le COMM SUP en NC vient de confirmer que le RIMAP NC va étre transformé en Bataillon interarmes  en 2024 et sera entierement scorpionissé en 2030. 

Il prendra le noms de Bataillon d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie (BIMaP- NC)

Les effectifs vont passer  à 900 Hommes voir 1200 en 2030 avec integration d'une Compagnie Genie, d'une section artillerie M 120, et d'un groupe MMP pour ERI . Les compagnies seront en missions longue durée sauf pour la compagnie Para 

1 groupe d'assaut par mer sera aussi operationnel sur le Caillou en 2024 avec un nouvel engin de débarquement. ( EDAS)     

Pour Croix du Sud 2023

3000 hommes sont attendues sur le Caillou

3 Caracal vont remplacer les Puma air.   

A Tahiti

Le RIMaP-P est composé d'environ 300 hommes, avec ça compagnie de réserve. (En faite c'est le détachement terre de Polynésie) 

1 État-major

1 compagnie de commandement et de logistique (CCL)

Détachement de maintenance

Groupe cynophile pour la protection de dépôt de munition de Tahiti (Papeari)

2 compagnies ProTerre en MCD (Mission de courte durée) 

2e Cie  et 4e Cie

Chaque compagnie est composée de 2 sections de 27 hommes provenant de régiments de métropole. Ces militaires sont en mission de courte durée (MCD) et retournent dans leurs régiments respectifs à l’issue de la mission en Polynésie.

1 compagnie de réserve, la 3e Cie (r)

Détachements de Hao et Moruroa. Le régiment détache en permanence 17 hommes qui se relayent tous les mois sur Moruroa pour participer à l’entretien de l’île (bucheronnage, défrichage…) et à sa surveillance (patrouilles terrestres et maritimes). Lors de la relève des militaires en missions de courte durée, la permanence est assurée par la 3e compagnie.

Renforcement prevue  environ 200 hommes 

Les compagnies tournantes vont passer de 2 à 4 Sections d'autres VT4 et TRM 2000 Valorisé vont arriver sur l'ile . Les moyens genie du RSMA vont être renouveler    

Un Section d'artillerie sol-air Mistral avec un radar d'alerte SAMANTHA sera déployé ponctuellement sur l'ile lors des projections Rafale. ( le materiel sera stocké sur place )  

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Bon je ne sais pas si c'est l'endroit approprié mais bon , une observation qui part du constat que la problématique des régiments , c'est leur lieu d'implantation et souvent un espace assez limité .

bon on a souvent le pas de tir en extérieur , et j'ai toujours trouve dommage qu'on ne puisse pas rentabiliser l'espace disponible qu'offre le pas de tir , une bonne largeur et une distance pouvant aller à 600 mètres et plus selon les pas de tir .

Perso l'optique serait de creuser des tranchées , abris , poste de combat au ras du sol , etc ... 

l'idée étant bien évidemment de travailler le combat type nettoyage de tranchées , poste de combat etc...

BIen évidemment on prendrait en compte l'environnement ou a était installé le pas de tir .

L'idée étant de travailler à blanc avec munition à blanc ou même sans munition à blanc ,le drill , le drill , le drill reste le seul secret dans l'entraînement , que ce soit avec ou sans munition .

On pourrait aussi retrouver l'optique de travailler l'aspect accoutumance du feu réel quand les balles sifflent au dessus des têtes, en gros avoir une tranchée profonde sécurisée parallèle à la rangée de cibles , et là on profite des séances de tir pour accoutumer les soldats de l'unité .

alors on me dira que l'intérêt est peut-être pas si important , mais je pense que l'on y perd beaucoup , surtout quand on a l'optique du temps et de la distance quand on a pas disons un terrain d'entraînement à côté .

bref une solution qui déjà ne coûtera que peu au niveau budget , on y gagne au niveau gestion de l'emploi du temps , on peut travailler à divers niveaux , du groupe à la section , apporter de la plus value dans la formation au niveau défensif et offensif etc... Bref offrir une plus value à de l'espace qui n'est pas actuellement employé .

 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Une nouvelle couche de réalisme 

http://www.opex360.com/2022/10/07/m-lecornu-a-propos-des-reservistes-contribuer-a-la-defense-nationale-de-son-pays-doit-devenir-un-droit/

Longtemps que je n'avis pas entendu qq chose de cet ordre là:

"« Il y a une loi morale qui règle la société, une légitimité générale qui domine la légitimité particulière. Cette grande loi et cette grande légitimité sont la jouissance des droits naturels de l’homme, réglés par les devoirs; car c’est le devoir qui crée le droit, et non le droit qui crée le devoir », a écrit François René de Chateaubriand…"  Jamais trop tard ! 

****************

"il est question de doubler l’effectif de la réserve opérationnelle de niveau 1 [RO1]… Ce qui suppose de recruter environ 40’000 volontaires supplémentaires…"

"« Les critères d’admissibilité physique et de santé constituant parfois des barrières à l’engagement pourront, pour certaines missions confiées à des réservistes, être allégés », précise le ministère des Armées. Un autre axe de travail concernera les « conditions nécessaires pour créer un concours bienveillant des entreprises et des employeurs quant à leurs salariés réservistes », poursuit-il.

Cela étant, les pays nordiques ont trouvé une solution pour ne pas manquer de réservistes… En effet, un service militaire censé être obligatoire est en vigueur tant en Norvège qu’en Suède [où il a été rétabli en 2018, ndlr]. « Obligatoire » est effectivement un vain mot puisque seulement une fraction d’une classe d’âge est appelée sous les drapeaux. Ainsi, l’armée norvégienne ne sélectionne que les plus motivés [soit 10’000 hommes et femmes sur 60’000], ce qui correspond à ses besoins. Son homologue suédoise a adopté une approche identique."

 ***************** ET pour les arrières

 

 

Edited by Bechar06
Link to comment
Share on other sites

L'organisation régimentaire de l'AdT, un truc très simple:

 

Citation

plutôt que structure organique, le SGRC est généré par le regroupement d’une section ou d’un escadron de reconnaissance régimentaire et de capteurs spécialisés fournis par d’autres unités. « Le niveau d’emploi de l’ERR n’est alors plus le même, car le capitaine est alors aussi en mesure de travailler au profit de la brigade ». 

Expérimenté l’an dernier par les troupes de montagne, le SGRC constitué pour Manticore reposait cette fois sur l’ERR du 1er RHP, des pelotons sur VBL auxquels viennent s’agréger les radars Murin et nano et micro-drones du 35e régiment d’artillerie parachutistes et des moyens de guerre électronique apportés par le 54e régiment de transmissions (COMRENS). 

« Maintenant que l’on a testé cela, on en voit tous les bénéfices ». Parmi les pistes étudiées pour le futur, il serait question d’intégrer au sein du régiment les volets radar et drone. Des capacités moins spécialisées, plus « accessibles » et dont l’internalisation permettrait aux radars Murin du 35e RAP de se reconcentrer sur leurs cœurs de mission, la localisation de cibles mobiles et l’aide aux tirs de l’artillerie. 

https://www.forcesoperations.com/manticore-un-raid-a-laccent-belge-et-une-experimentation-pour-le-1er-rhp/

Les moyens sont bien là dans la brigade, mais les faire travailler ensemble n'a pas l'air facile.

Link to comment
Share on other sites

On 10/11/2022 at 12:00 PM, hadriel said:

L'organisation régimentaire de l'AdT, un truc très simple:

 

https://www.forcesoperations.com/manticore-un-raid-a-laccent-belge-et-une-experimentation-pour-le-1er-rhp/

Les moyens sont bien là dans la brigade, mais les faire travailler ensemble n'a pas l'air facile.

Tous les moyens ne sont pas là (EW par exemple). Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi les drones doivent venir du 35RAP. Il serait certainement beaucoup plus simple d'intégrer les drones aux pelotons de reconnaissance. Pareil pour les radars, qui pourraient se monter sur mat télescopique à côté ou à la place d'un équipement optique.

On pourrait imaginer que chaque VBAE soit équipé pour fournir une capacité d'observation spécifique  (drones, mat radar, mat optique) au peloton ou même à un segment du peloton (pour pouvoir former plusieurs équipes à partir d'un peloton) avec une baseline de moyens dans chaque véhicule.

Par exemple, on pourrait avoir chaque VBAE équipé avec

  • RWS
    • 30×113mm
    • MMP
    • Optique de bonne qualité
  • Brouilleur anti-drone ou senseur passif
  • Nanodrones (Black Hornet par exemple)

Chaque version serait spécialisée avec (par exemple)

  • Mat radar
  • Mat optique/drone tether
  • Drone léger (NX70 ou RQ-11 Raven)
  • Probablement d'autres trucs auxquels je ne pense pas à l'instant

 

Intégrer l'EW est plus difficile cependant (parce que le SIGINT et brouillage à grande échelle c'est compliqué) mais chaque brigade devrait probablement disposer de cette capacité de façon organique. Je sais qu'aux US, cette capacité se situe au niveau de la compagnie de renseignement qui comprend aussi une capacité HUMINT, la double capacité SIGINT et brouillage, des drones (au format plus important que les simples RQ-11, -20 ou même RQ-21 (ou Spyranger) avec des RQ-7 et désormais des Jump 20 de 100kg ayant une endurance de 14h et une portée de 185kg) et une capacité d'analyse d'information.

Côté chinois, les choses sont plus difficiles à déterminer mais on sait qu'il y a une compagnie EW située soit dans le bataillon d'appui (Combat Support Battalion) qui serait aussi doté d'une compagnie de communication, compagnie du génie, compagnie CBRN et une compagnie de MP (qui pourrait aussi se trouver au sein du bataillon logistique), soit au sein du bataillon de reconnaissance qui compterait les compagnies d'éclaireurs et peut-être une compagnie d'UAVs.

Les Russes ont une compagnie au sein de leurs divisions ou brigades indépendantes mais à priori rien au niveau du régiment ou en dessous. Ces échelons disposent aussi de compagnies CBRN et UAV ainsi que d'un bataillon de reconnaissance tandis que les régiments sont dotés d'une compagnie de reconnaissance et d'un peloton CBRN. On notera aussi que les Russes sont très rigides sur leur organisation régimentaire. Les compagnies logistiques (maintenance, médical, ravitaillement) ne sont pas attachées à un bataillon logistique mais directement au QG de la brigade. De façon similaire, les bataillons ne comptent pas de sniper mais chaque régiment dispose d'une compagnie de sniper séparée. Je suppose que tout est réassigné au vol.

 

Bref, la France gagnerait peut-être à créer des unités reconnaissance/renseignement dédiées au sein des brigades avec les ERI et éventuellement les moyens EW, HUMINT et drones moyens en leur sein (ou séparées et attachées directement au QG de la brigade).

Edited by mehari
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, mehari a dit :

 Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi les drones doivent venir du 35RAP.

Chaque regiment d'artillerie doivent avoir d'ici 2028 deux "batterie d’acquisition et de surveillance". 

Les BSA sont formé de 2 groupe d'observation avec JTAC + 2 Groupes de protection + 2 Groupes observation avec 4 mini drones ( 2 par groupe) + 1 groupe appui renseignement avec MRZ Polaris + 1 radar Murin mobile et un second Murin qui sera installer sur un blindé Serval dans un future proche voir plus tard des Serval VOA .  Les GRIFFON VOA sont pour les batteries S S   

radar_MURIN.jpg 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

5 minutes ago, Scarabé said:

Chaque regiment d'artillerie doivent avoir d'ici 2028 deux "batterie d’acquisition et de surveillance". 

Les BSA sont formé de 2 groupe d'observation avec JTAC + 2 Groupes de protection + 2 Groupes observation avec 4 mini drones ( 2 par groupe) + 1 groupe appui renseignement avec MRZ Polaris + 1 radar Murin mobile et un second Murin qui sera installer sur un blindé Serval dans un future proche voir plus tard des Serval VOA .  Les GRIFFON VOA sont pour les batteries S S 

J'ai bien compris et l'artillerie peut disposer de ses propres drones et radars si nécessaire mais je pense que ça devrait aussi être le cas des unités de reconnaissance dont la tâche est justement aussi de trouver et surveiller les positions adverses.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, mehari a dit :

Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi les drones doivent venir du 35RAP

Seuls les RA ont les Spy Ranger. Ca se trouve c'est aussi de ça dont on parle. Mais je crois que les RI doivent avoir les Parrot Anafi et les NX70 normalement.

 

Il y a 3 heures, mehari a dit :

Par exemple, on pourrait avoir chaque VBAE équipé avec

  • Nanodrones (Black Hornet par exemple)

Chaque version serait spécialisée avec (par exemple)

  • Mat optique/drone tether
  • Drone léger (NX70 ou RQ-11 Raven)

Vu qu'on est sur de l'embarqué, pourquoi se restreindre au nanodrone? Le NX70 me semble le format minimum (et en plus il est tetherisable), et on pourrait même aller sur quelque chose de plus gros.

 

Link to comment
Share on other sites

3 minutes ago, hadriel said:

Seuls les RA ont les Spy Ranger. Ca se trouve c'est aussi de ça dont on parle. Mais je crois que les RI doivent avoir les Parrot Anafi et les NX70 normalement.

J'ai bien compris. Je dis juste que les escadrons devraient avoir leurs propres drones.

7 minutes ago, hadriel said:

Vu qu'on est sur de l'embarqué, pourquoi se restreindre au nanodrone? Le NX70 me semble le format minimum (et en plus il est tetherisable), et on pourrait même aller sur quelque chose de plus gros.

Dans l'idée, je pensais à quelque chose de plus petit que le RQ-11 de peloton ou groupe, ergo le nanodrone. Un NX70 pourrait faire l'affaire mais c'est plus gros et demande plus de supervision (eu égard aux plus grosses capacités) donc un opérateur. Si on ajoute la spécificité du véhicule qui a son opérateur, ça fait un opérateur drone/radar/mat optique, un second opérateur NX70, un gunner et un chauffeur. Ça laisse assez peu de place pour du personnel additionnel.

Additionnellement, un petit drone peut être aisément emporté par une éventuelle composante débarquée du peloton ou groupe.

Enfin, j'avais l'idée d'avoir un petit groupe de nanodrone agissant en essaim de façon autonome autour du peloton/groupe/véhicule. Si il faut plus de drones, il faut des drones plus petits, à volume égal.

 

Ceci dit, si tu veux donner à chaque véhicule un NX70, tu peux mais ça impose des contraintes. Un compromis à faire je suppose.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Dans le cadre du conflit en Ukraine, je me suis intéressé au différentes organisations légères que je pouvais trouver, spécialement à cause des forces territoriales Ukrainiennes. Si les US Marines, IBCTs et Britsh Light Role Infantry sont relativement connus et si la structure exacte des forces territoriales polonaise est un mystère, j'ai réussi à trouver la structure du nouveau bataillon haute mobilité (HIMOB) chinois.

https://www.benning.army.mil/infantry/magazine/issues/2020/Fall/pdf/5_Arostegui-HIMOB.pdf (PDF File)

Le bataillon HIMOB est la nouvelle structure mise en place par la PLA pour ses brigades inter-armes légères. Pour l'instant, ces brigades comprennent un bataillon HIMOB et 3 bataillon motorisés mais ils vont probablement augmenter le nombre d'HIMOB au fil du temps. La principal différence est que le bataillon motorisé utilise des camions non blindés tandis que l'HIMOB est sur APC.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut noter que chaque brigade chinoise est composée de

  • 4 bataillons de combat (lourd, moyen, héliporté, alpin, motorisé ou himob)
  • 1 bataillon de reconnaissance (2 compagnies de reconnaissance, potentiellement d'autres moyens)
  • 1 bataillon d'artillerie (3 batteries de 9 obusiers de 122mm, 1 batterie de 6-9 MLRS 122mm, 1 batterie de 6 lance-missiles (AFT-10))
  • 1 bataillon anti-aérien (plusieurs batteries de SPAAG et 1 batterie de HQ-17, potentiellement 1 batterie MANPADS)
    • Note: les batteries SPAAG sont très petites avec 4 pièces par batterie alors qu'un équivalent occidental aurait plutôt 4 pièces par peloton
  • 1 bataillon d'appui (compagnies de transmission, génie, CBRN, EW et MP)
    • Note: le contenu exact de ce bataillon n'est pas forcément connu, les sources divergeant
  • 1 bataillon logistique (compagnies de ravitaillement, transport, maintenance et soins médicaux)
    • Note: le contenu exact de ce bataillon n'est pas forcément connu, les sources divergeant

Passons maintenant au bataillon HIMOB, en commençant par l'escouade. Chaque escouade est montée sur un APC. Selon les unités, il peut s'agir du CSK-141, du CSK-181 ou du plus petit CSK-131. Elle se compose de

  • Chef d'escouade (QBZ-95)
  • Adjoint (QBZ-95)
  • Chaufeur/Gunner RWS (12.7mm ou 35mm AGL, QBZ-95B)
  • Tireur lance-roquette (lance-roquette PF-98)
  • Assistant au tireur lance-roquette (QBZ-95, 2 roquettes pour le PF-98)
  • Mitrailleur (QBB-95)
  • 3 fusiliers (QBZ-95)

On notera deux choses. Tout d'abord, le chauffeur est aussi en charge de la RWS. Il est difficile de dire si ce n'est le cas que lorsque l'escouade est débarquée et si un autre membre peut reprendre la RWS lorsque ce n'est pas le cas mais c'est intéressant à noter.

Ensuite, la présence de ce tireur LR dépourvu de fusil. Ça paraît étrange mais c'est quelque chose qui s'est fait également sous l'Union Soviétique ou le tireur RPG-7 n'était pas doté d'AK mais d'un simple pistolet. Avant d'avancer, un petit mot sur ce PF-98A. Il s'agit d'un lance-roquette de 120mm pesant 7kg pouvant être tiré à l'épaule ou depuis un trépied et équipé d'un FCS. Une sorte de CG chinois avec une plus grosse ogive. Les munitions utilisées incluent du HEAT, HEI, Thermobarique et anti-structure et pèsent entre 7.42kg et 9.15. Les munitions HEAT portent à 800m (portée effective avec FCS) et pénètrent 800mm RHA tandis que les autres portent à 2km.

Chaque peloton comprend 3 escouades et est dirigé par un officier, assisté par un opérateur radio.

3 pelotons forment une compagnie dirigée par un officier, un instructeur politique et leurs adjoints respectifs ainsi qu'un peloton d'appui. Ce dernier consiste en 4 équipes de 3 personnes. 2 sont équipées d'un mortier de 60mm tandis que les deux autres sont équipées d'un lance-grenade automatique de 35mm QLZ-04. Ce dernier tire ses grenades à 1750m et ne pèse que 20kg (comparé aux 35 du Mk19), sans trépied ou autres accessoires.

Chaque bataillon comporte 3 compagnies de combat, 1 compagnie de commandement et de soutien et 1 compagnie d'appui. Commençons par la compagnie de commandement et de soutien.

Celle-ci comporte le peloton des transmissions (avec capacité SATCOM) ainsi que les habituels pelotons d'appui logistique dont le peloton médical, le peloton de ravitaillement et le peloton de maintenance. Celui-ci est décrit comme ayant une capacité de "repair and rescue" ce qui, je suppose, veut dire que le peloton est équipé pour faire du dépannage (recovery) de véhicules endommagés ou autrement immobilisés

Enfin, la compagnie de commandement et de soutien comprend aussi un peloton de reconnaissance doté d'éclaireurs et d'une escouade de drones ainsi que d'un peloton de génie de combat qui lui même comprend une escouade CBRN. Les drones mentionnés sont apparemment similaires aux Ravens US. La présence de génie de combat dans le bataillon peut sembler étrange en France (ou aux US ou en Italie) mais il s'agit en réalité de quelque chose qui se fait aussi en Russie, Ukraine, Norvège, Japon, Pays-Bas (chez les Marines en tout cas), Belgique (au sein du SOR) et au Royaume-Uni. Les rôles dans les différents pays peuvent être différents mais aux RU en tout cas, les assault pioneers sont chargés des tâches suivantes:

  • La création et mise en place d'outils à destination de l'infanterie pour permettre le franchissement d'obstacles (naturels ou artificiels) et la percée de fortifications ennemies
  • La supervision de l'établissement de fortifications et autres ouvrages défensifs
  • La pose et l'enlèvement de mines et autres pièges ainsi que la démolition
  • Toutes les tâches d'infanterie que la situation exige

La compagnie d'appui de son côté est dotée d'une escouade de sniper, de deux pelotons de mortiers, d'un peloton AA et d'un peloton AT. Chaque peloton de mortier est équipé de 3 PCP-001, des 4x4 non-blindé portant un mortier automatique de 82mm d'une portée de 8km similaire au 2B9 Vasilek et capable de tir direct. Le peloton AA est doté de 4 systèmes QW-2 (des MANPADS) tandis que le peloton AT dispose de HJ-73C. On notera que ce peloton AT est le seul élément disposant d'ATGM au sein du bataillon. J'ignore pourquoi c'est le cas, mais ils pourraient considérer que les capacités du PF-89A, tant en termes de portée que de puissance, justifient ce choix.

Le tout est commandé par un commandant, un officier politique, leurs adjoints et un petit état-major.

À l'avenir, il est probable que ces bataillons deviennent plus répandus et remplacent leurs équivalents motorisés. Les PCP001 pourraient se voir remplacés par des mortiers de 120mm montés sur châssis blindés comme le CTL-181 tandis que les HJ-73C se verront probablement remplacés par des HJ-12.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

http://www.opex360.com/2022/10/26/la-future-loi-de-programmation-militaire-devrait-faire-de-lartillerie-longue-portee-une-priorite/

La future Loi de programmation militaire devrait faire de l’artillerie longue portée une priorité

".... Dans une étude publiée en juin dernier, l’Observatoire de l’Artillerie, adossé à la Fédération nationale de l’artillerie [FNA] avait plaidé pour un effort significatif afin de doter l’armée de Terre de suffisamment de systèmes MAMBA pour en équiper deux régiments, de 132 postes de tir MISTRAL, de 120 MEPAC, de 215 CAESAr et de 55 lance-roquettes unitaires [ou équivalent], le tout en augmentant le stock des munitions [de 155 mm] et en recrutant 3000 artilleurs supplémentaires."

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Bechar06 a dit :

http://www.opex360.com/2022/10/26/la-future-loi-de-programmation-militaire-devrait-faire-de-lartillerie-longue-portee-une-priorite/

La future Loi de programmation militaire devrait faire de l’artillerie longue portée une priorité

".... Dans une étude publiée en juin dernier, l’Observatoire de l’Artillerie, adossé à la Fédération nationale de l’artillerie [FNA] avait plaidé pour un effort significatif afin de doter l’armée de Terre de suffisamment de systèmes MAMBA pour en équiper deux régiments, de 132 postes de tir MISTRAL, de 120 MEPAC, de 215 CAESAr et de 55 lance-roquettes unitaires [ou équivalent], le tout en augmentant le stock des munitions [de 155 mm] et en recrutant 3000 artilleurs supplémentaires."

Il faut ce qu'il se passe actuellement pour enfin ouvrir les yeux sur les dotations marginales actuelles de ce secteur jusqu'à lors délaissé et pourtant absolument nécessaire dans l'équation.

L'artillerie globalement retrouve enfin ses lettres de noblesse ... Enfin il y a un gros énorme vide à combler ... 

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, jojo (lo savoyârd) a dit :

Il faut ce qu'il se passe actuellement pour enfin ouvrir les yeux sur les dotations marginales actuelles de ce secteur jusqu'à lors délaissé et pourtant absolument nécessaire dans l'équation.

L'artillerie globalement retrouve enfin ses lettres de noblesse ... Enfin il y a un gros énorme vide à combler ... 

Oui, avec la nuance qu'on a toujours mis la priorité sur la Dissuasion Nucléaire !  contrairement à nos voisins qui avaient  moins cette "excuse"    là

Et j'ose espérer que cette priorité là ne va pas changer,  même en remontant au bon niveau les manques nés de dividendes de la paix persistants 

Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, Bechar06 a dit :

Dans une étude publiée en juin dernier, l’Observatoire de l’Artillerie, adossé à la Fédération nationale de l’artillerie [FNA] avait plaidé pour un effort significatif afin de doter l’armée de Terre de suffisamment de systèmes MAMBA pour en équiper deux régiments, de 132 postes de tir MISTRAL, de 120 MEPAC, de 215 CAESAr et de 55 lance-roquettes unitaires [ou équivalent], le tout en augmentant le stock des munitions [de 155 mm] et en recrutant 3000 artilleurs supplémentaires."

Faut pas rêver non plus ... Les Mamba à l'AdT, on oublie, à la rigueur un CTA40 et un Mistral un peu boosté vers 10-15 km ok 

Pour les 120 MEPAC, pourquoi pas la solution est simple on les transfère à l'Infanterie, ça tombe tout rond 6 par RI ...

215 Caesar, j'aimerai bien, mais si on peut déjà en avoir 160 modernisés (24 par brigade + qquns pour la formation) se serait magnifique

55 LRU, voui, voui surement ... si on arrivait à doter les 3 batteries du 1er RA soit 26 à 30 engins (avec ceux pour la formation), on pourrait déjà applaudir des mains et des pieds ..

Clairon

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Pour faire le joint ? Derrière les autres clients ! 

https://www.forcesoperations.com/des-himars-pour-la-france/

"Le HIMARS, ce lance-roquettes multiples fabriqué aux États-Unis par Lockheed Martin et livré à une vingtaine d’exemplaires aux forces ukrainiennes suscite toujours plus d’intérêt de la part des armées de l’OTAN. Jusqu’en France ? Un scénario en apparence impensable mais que le député François Cormier-Bouligeon (Renaissance) n’hésite pas à mentionner dans son rapport pour avis pour le projet de loi de finances 2023. "

"La frappe dans la profondeur y repose sur deux piliers : la rénovation à mi-vie du lance-roquettes unitaire (RMV LRU)                  et             les « feux longue portée terrestres ». "

"« qu’un des objectifs de la prochaine LPM devrait être d’anticiper leur renouvellement, afin d’être en mesure d’acquérir une nouvelle capacité plus rapidement, à l’image des lance-roquettes M142 HIMARS américains, qui disposent d’une portée de 300 km (contre 40 km pour les systèmes de canons CAESAr) ». 

L’idée d’un « HIMARS français » a un temps été étudié dans les rangs industriels français. Mais le projet, construit semble-t-il à partir d’un châssis de CAESAR, n’a pas dépassé le stade de la planche à dessin. Aujourd’hui, une solution nationale ne paraît pouvoir émerger avant au moins une quinzaine d’années, horizon d’ailleurs fixé pour le programme franco-allemand d’artillerie du futur (CIFS) supposé succéder aux CAESAR et LRU. Seul l’HIMARS est dès lors à même de répondre à l’urgence. "             "une liste déjà longue de clients." "Lockheed Martin a décider de retrousser ses manches ... accélération en coordination avec sa chaîne de sous-traitance... Il espère à terme doubler sa capacité de production sortir jusqu’à 96 HIMARS par an à compter de l’été prochain, contre 48 début 2022"

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,806
    Total Members
    1,550
    Most Online
    O.livier
    Newest Member
    O.livier
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...