Joab

Armes biologiques.

Recommended Posts

Je réagis au message de Loki qui disait que les armes chimiques ont une mauvaise image mais qu'au final, elles étaient mois léthales que le nucléaire ou le biologique.
Quelles sont les armes biologiques? Quel est l'état des arsenaux? Ont ils déjà été utilisés dans des conflits?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voila ce qui me vient en tête: une arme biologie est une arme basé sur des maladies pouvant se propager de manière autonome et blesser/tuer des êtres vivants => animaux et/ou humains.

 

Cas d'utilisation récente: les Japonais répandant peste et choléra en Chine dans les années 40.

Share this post


Link to post
Share on other sites

les études montrent que les agents bactériologiques ( anthrax par exemple ) sont bien plus dangereux que les pires armes chimiques ( en gros besoin de moins de kg par km2 )

L'anthrax a été envisagé comme arme par les britanniques durant la 2ième GM ( un îlot a été infecté pendant des décennies au large de l'Ecosse )

Le principe d'emploi est le même que pour une arme chimique ( pas de contagion possible ) mais la zone peut être contaminée pour des années

L'autre possibilité consiste à utiliser une maladie contagieuse sur les troupes ou populations ennemies, 2 exemples me viennent à l'esprit : les mongols qui envoyaient des cadavres infectées sur les villes assiégés et les américains et les dons de couvertures aux indiens.

Le risque est alors que la contagion touche celui qui le lance

Au final l'arme bactériologique est délicate à employer car plus difficilement contrôlable ( risque de retour à l'envoyeur important pour un vecteur contagieux, durée de vie importante etc )

Les japonais et les britanniques ont fait d'importantes études d'armes bactériologiques durant la 2iè GM

Les soviétiques durant la guerre froide

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'arme bio ultime (avec effet boomerang très probable cependant) consisterait en un agent cumulant la contagiosité de la grippe, le temps de latence du vih et la virulence de l'ébola...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parmi les usages d'armes biologiques le premier cas recensé est l'usage de la variole contre des Indiens pendant les guerres américano-indiennes. Il y aurait aussi eu usage de virus en Rodhésie (ex-Zimbabwe).

 

Parmi les armes biologiques étudiées il y a eu (liste non exhaustive) : la peste bubonique, la variole, ebola, la maladie du charbon et la fièvre de Marburg.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une arme bactériologique sera beaucoup plus longue à agir. Et elle ne peut pas être tiré à partir d'un missile.

 

De plus, il faut une porte d'entrée pour agir.

Donc une bonne protection des voies aériennes supérieures (FFP2 voire FFP3 à moindre cout) / cutanée si blessure, diminuerait drastiquement son intérêt. Surtout si un traitement précoce voire prophylactique est entrepris une fois l'agent pathogène identifié.

 

Dans un pays développé, je ne pense pas que son efficacité soit réellement énorme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

une arme biologique peut être tirée par un missile tout comme une armée chimique à l'exemple de l'anthrax ( qui a souvent été cité comme arme de prédilection pour le biologique ), le problème est celui de la dispersion du produit ( airburst ) et de sa militarisation

Mais le 2ième point a été fait depuis plus de 70 ans

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur les navires purement mili, les dispositions constructives pour contrer les menaces NBC sont prises en compte : individuellement ( EPI équipement de protection individuelle ) ou collectivement ( concept citadelle pressurisée ) , y compris d’ailleurs la décontamination ( arrosage en pluie extérieur) ou par SAS… le DNV explique cela très bien :

http://exchange.dnv.com/publishing/ruleshslc/2005-01/hs610.pdf

Je me demande si toutes ces dispositions génériques NBC sont réellement efficaces face aux menaces purement bactériologiques évoquées

Share this post


Link to post
Share on other sites

La plupart des maladies citées plus haut ne connaissent pas de traitement. Dans le cas de la variole il y a un vaccin (qui n'est plus administré depuis 30 ans) mais la maladie est incurable. Idem pour Ebola ou le charbon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une arme bactériologique sera beaucoup plus longue à agir. Et elle ne peut pas être tiré à partir d'un missile.

 

De plus, il faut une porte d'entrée pour agir.

Donc une bonne protection des voies aériennes supérieures (FFP2 voire FFP3 à moindre cout) / cutanée si blessure, diminuerait drastiquement son intérêt. Surtout si un traitement précoce voire prophylactique est entrepris une fois l'agent pathogène identifié.

 

Dans un pays développé, je ne pense pas que son efficacité soit réellement énorme.

L'impact psychologique serai tout simplement énorme !! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au niveau des armes biologiques, il faut bien distinguer deux niveaux d'agent utilisables, avec des capacités et des finalités différentes :

- les agents vivants, pour les armes bactériologiques ou virologique. L'action est plus lente (qu'avec une arme chimique), mais peut être démultipliée par l'effet "contagion", particulièrement si l'incubation se fait sans le moindre symptôme apparent avant la crise aigue (mortelle ou incapacitante). Ce type d'arme est virtuellement impossible à "synchroniser" pour obtenir l'effondrement physique d'un front ou de la défense d'une zone. Par contre, son action à long terme est redoutablement efficace à cause de l'attrition provoquée, de l'effet multiplicateur de la contagion, et de l'impact moral qu'il peut avoir.

- les agents "inertes", principalement des toxines. On pense immédiatement à la Ricine, la toxine botulique ou certaines toxines issues de champignons (mycotoxines). Là, l'effet est similaire à celui d'une arme chimique, seule la production des toxiques est différente : c'est un organisme qui produit l'agent toxique, plutôt qu'un processus de synthèse artificiel. Les effets sont, du coup, plus rapides et l'arme peut être utilisée à des fins d'affaiblissement local de front ou bien d'interdiction.

 

Un dernier point sur lequel je sais que Fort Detrick a mené des recherches (il y a longtemps), c'est sur les agents vivants non pathogène et à action indirecte.

 

Il s'agit soit de champignons, de larves, d'insectes ou de toxines capables de s'attaquer aux ressources alimentaires adverses pour les interdire (récoltes, cheptels, points d'eau), soit d'organismes (principalement des champignons ou des bactéries) capables de s'attaquer particulièrement à certains matériaux afin de les bouffer/digérer et mettre les matériels les composant hors d'état de servir. Je sais qu'un champignon capable de dévulcaniser le caoutchouc avait été envisagé, avec pour objectif la mise en panne des véhicules légers (pneus, durits, etc.) et le sabotage des installations de climatisation/pressurisation, rendant ainsi les forces adverses vulnérables à une attaque chimique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fatac a bien résumé

 

Il y'a quelques informations sur ce fil : http://www.air-defense.net/forum/topic/2712-biopreparat/

 

L'article wiki anglais est assez complet : http://en.wikipedia.org/wiki/Biological_warfare

 

Liste des agents utilisables comme armes biologique (avec fiches techniques) : http://www.fas.org/biosecurity/resource/agents.htm

 

un pdf sur l'agroterrorisme : http://www7.inra.fr/dpenv/pdf/suffertc56.pdf

 

notes sur les programmes US et Soviet dans la même veine : http://agora.qc.ca/documents/terrorisme--le_terrorisme_biologique_agricole__lexperience_par_michael_margolian

 

un résumé sur les programmes d'armes biologiques US/URSS/France/UK et l'état actuel de prolifération   :  http://www.projet22.com/histoire-29/les-services-de-renseignements/article/les-programmes-de-guerre

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

A propos du Prion, est-ce que c'est un virus ? Je lis que c'est une protéine mais est-ce que c'est "vivant" ?

 

Merci d'avance !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Tu entends quoi par "vivant" ?

 

Le prion est une proteine .

 

Si je me souvient de mes cours , la forme saine est naturellement présente ( protéine normale PrPC) dans les cellules mais lorsque il y a changement de forme , on obtient la forme pathogène (PrPSc). La PrPSc résulte donc d’une modification de la structure tridimensionnelle de PrPC.

 

Prion.jpg

Edited by wolfmoy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais donc ce n'est pas comparable à un virus ? Ce n'est pas unicellulaire et ça n'a pas la capacité de se dupliquer comme un virus ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

pour te répondre, d'après ce que j'ai lu, on peut définir que:

  1. les virus ne contiennent qu’un seul type d’acide nucléique (ADN ou ARN) qui constitue le génome viral. Le génome est emballé dans une structure protéique appelée capside,
  2. les virus se reproduisent à partir de leur matériel génétique et par réplication.
  3. les virus sont doués de parasitisme intracellulaire absolu.

En résumé, les virus sont constitués de protéines, d'acides nucléiques et de lipides. Ces acides nucléiques (ARN ou ADN) contiennent le code génétique qui aident ces virus à se reproduire une fois qu'ils se retrouvent dans un organisme vivant. L'acide nucléique est emballé dans une enveloppe protectrice appelée capside.

 

Avant d'entrer dans les cellules, les virus sont de forme extracellulaire et sont appelés virions. A l'interieur des cellules, les virus sont sous forme intracellulaire, la capside est enlevée et seul l'acide nucléique (ARN ou ADN) reste.

 

Le prion est défini par:

  1. le prion PrPSc est une protéine prion de forme anormale, pathogène.
  2. le prion n'a pas d’acide nucléique (ADN ou ARN). Ils n'ont pas de matériel génétique
  3. le prion a la capacité de replication. ils semblent se reproduire sans cesse

 

Si on ne retient que la capacité de replication , ils peuvent être comparés aux virus.

Edited by wolfmoy

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Même si ce n'est pas une arme biologique (on a les preuves que ça c'est fait naturellement du passage du foyer avicole au foyer humain, mais non pas sans difficulté car le virus a bien du mal a s'adapter a l'humain mais y arrive peu a peu par les mutations des continaminations humaines réussies)

 

  Le Virus de la grippe H7N9 qui a tué 137 personnes en Asie et le reste du monde pour l'instant, a quand même une mortalité extrêmement élevée de 33% avec 45 morts ...

 

 D'ou d'ailleurs pourquoi il y a tant de remous médiatique a chaque découverte de nouveaux cas même s'ils sont rares et isolés, c'est flippant une mortalité pareille (d'autant qu'en général vu que les cas sont rares même si trop souvent pas identifié assez tot, il n'en demeure pas moins que la rareté des cas faits qu'ils ont des soins maximisés dans les hopitaux qui les acceuillent pour la plupart des cas)

 

   Voila qui n'est pas rassurant pour l'avenir, on a fait tout un pataquès qui n'aurait jamais du avoir lieu pour la grippe A ... Alors que le vrai monstre est probablement a venir et que ces mutations font qu'ils n'est pas encore "prêt" mais il tambouille, il tambouille ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais le prion se reproduit comment s'il n'a pas d'ADN ? :huh:

Oui

Enfin pas tout à fait

C'est une question de repliment (folding) des protéines

Pour qu'il y'ait prion (protéine anormale) il faut qu'il y' ait d'abord protéine normale. Qui est codée comme toute protéine par l'ADN

Là ou est l'originalité du prion c'est que la forme anormale semble s'accrocher aux formes normale pour les transformer en anormales (tu me suis)

Donc le prion (la forme anormale) se "reproduit" bel et bien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Et cette capacité originale n'est pas encore expliquée. On l'observe ces faits.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il se reproduit en transformant les protéines normales ? Je crois que j'ai compris. ;)

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une chose que je ne comprends pas : certains virus très mortels comme la variole ou ebola n'ont pas de traitement, mais comment se fait-il que certains malades vont mourir et d'autres pas ? Qu'est-ce qui fait que dans certains cas le virus tue et pas dans d'autres ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

En gros il y a une course contre la montre entre le virus qui se multiplie le plus vite possible et le système immunitaire qui cherche à le détruire.

 

La survie ou non du patient dépendra du gagnant de la course et il suffit parfois de pas grand chose pour faire la différence :

- qualité des soins

- état de santé avant l'infection

- condition de vie

- qualité ou diversité de l'alimentation (avant et pendant la maladie)

- diversité génétique qui fait que certains ont de "meilleur" gène que d'autres

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,848
    Total Topics
    1,301,725
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries