Serge

[Artillerie canon] Les programmes américains

Recommended Posts

Paladin PIM deliveries to the US Army begin

Daniel Wasserbly, Washington, DC - IHS Jane's Defence Weekly

09 April 2015

1365413_-_main.jpg

BAE Systems' first seven Paladin PIM prototypes - one of which is pictured here - were delivered to the army in May 2011. Upgrades and design changes have since added capability but pushed production out until recently. Source: BAE Systems

The US Army has begun receiving its first production-model M109A7 Paladin Integrated Management (PIM) self-propelled howitzers (SPHs) and held a ceremony on 9 April to mark the new system's arrival.

The army and prime contractor BAE Systems are in the process of finalising a low-rate initial production (LRIP) plan that is expected to include 66 vehicle sets (a set is one SPH and one M992A3 Carrier Ammunition Tracked vehicle) plus an extra SPH for testing, Mark Signorelli, BAE Systems' vice-president and general manager of combat vehicles, told IHS Jane's on 8 April.

The army could buy as many as 580 sets, but the actual procurement quantity could be slightly lower and depends on funding.

For fiscal year 2016 (FY 2016) the service requested Paladin PIM programme funding to support final developmental testing with USD152.3 million and to buy 30 PIM LRIP systems with USD273.9 million. Signorelli said a full-rate production decision is expected in February 2017 after qualification and reliability testing is completed, and following an operational test slated for the second half of 2016.

PIM is to replace the legacy M109A6 Paladin howitzers and M992A2 ammunition carriers with a more advanced system, while incorporating drive train and suspension components common to the M2 Bradley infantry fighting vehicle.

The programme was approved to begin initial production in October 2014 following an extended testing period after the first seven prototypes were delivered in 2011.

Signorelli described those prototypes as "generation one" and noted that several upgrades and capabilities were added to change the configuration over time, including new armour designs for heightened protection and design changes around the gun drives and rammer. "Very few of them were individually significant," he said, although the changes took time and added testing qualifications.

The PIM retains the legacy 155 mm Paladin's cannon, but it is fitted on a new chassis based on the Bradley. The two vehicles share a 600 hp Cummins V903 diesel engine, a suspension, and other components.

Aside from the chassis, the PIM models also have a new electric ramming system and a 600 V on-board power system that builds on technologies developed during the Non-Line-of-Sight Cannon (NLOS-C) programme and is intended to ensure the PIM will have enough space, weight, and power-cooling growth potential for future upgrades.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une vidéo de séquence de tir, toujours à l'intérieur du M109A6 Paladin.
 
Quand les gens filment avec leur smartphone, ils ne prennent pas la peine de pivoter leur appareil et prennent les vidéos au format portrait (vertical). =(

 

 

Modifié par Sovngard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand les gens filment avec leur smartphone, ils ne prennent pas la peine de pivoter leur appareil et prennent les vidéos au format portrait (vertical). =(

Tourne ton écran?!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La production débute :

BAE prepares production for upgraded Paladin

By Joe Gould 4:40 p.m. EDT April 2, 2015

 

635635827290319390-DFN-US-paladin.jpg

HUNTSVILLE, Ala. — BAE Systems next week is delivering the first of its production vehicle for the Army's upgraded M109A7 Paladin self-propelled howitzers program.

Delivery will be in Elgin, Oklahoma. The vehicles are built at BAE's York, Pennsylvania, facility, and final assembly is in Elgin.

Under the Paladin Integrated Management (PIM) program, BAE will field sets of vehicles as part of low-rate initial production: the M109A7 and companion tracked ammunition carrier, the M992A2. The LRIP order covers 65 sets, and the Army is expected to acquire between 550 and 580.

The PIM is the successor to the M109A6 155mm howitzer, and continues to use the same gun as the older artillery piece. But from the bearing ring on down, the PIM is essentially a new weapon system, one that comes with digital displays and a 70 kilowatt, 600-volt on-board power system.

BAE also has built in commonality with the Army's Bradley fighting vehicle, and Armored Multi-Purpose Vehicle (AMPV), something the Britain-based company said will help cut down costs. Those are three of the four vehicles in the Armored Brigade Combat Team.

"You could take a driver out of a Bradley, drop him in a PIM, and he'd be just as at home, whereas before it was a completely different vehicle," said Mark Signorelli, BAE's vice president of combat vehicles.

Signorelli touted the electrical systems in the vehicle, including an electric rammer that helps load the projectile. Although AMPV had a lesser power requirement, he said, the PIM's power plant demonstrates what is possible. 

Email: jgould@defensenews.com

Twitter: @reporterjoe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si c'est pas une technologie de rupture :

Citation

Boeing Wants to Patent a Fire-Fighting Howitzer Round 


By Patrick Tucker August 23, 2016 

http://www.defenseone.com/technology.../?oref=d-river


Suppressent-filled shell would help firefighters gun down wildfires. 
The best way to fight fires may just be to shoot them. Boeing — better known for making aircraft than ammunition — has applied for a patent for a firefighting artillery shell.
Dropping fire suppressant material out of planes and helicopters is still relatively inefficient, albeit safer and faster than relying on trucks and firefighters on the ground. Got a blaze stretching over 883 acres? It will take more than 34 hours to airdrop the necessary 360,000 gallons of fire suppressant, according to the National Wildfire Coordinating Group’s Incident Response Pocket Guide. “During the 34.3 hour time period, the relatively large 883 acre fire has potential to grow and burn an estimated 3,130 acres of land,” the application notes.
Instead, Boeing suggests, firefighters might get the job done faster by launching salvos of special 155mm shells from a dozen or more miles away. Packed with fire-suppressant material, the shells are fired from a field howitzer — perhaps BAE Systems M777 or one of the models from Swedish arms dealer Bofors. The shell releases its load over the fire thanks to “a device comprising a timer, an altimeter, an accelerometer, a global positioning device, a temperature sensor, a pressure sensor, or a distance measuring device.”
Boeing officials estimate that each shell could put about one to six gallons of fire suppressant (depending on its load; less material means more range) on a 100-square-foot area. Steady firing with three-gallon shells could deliver 214,000 gallons of fire suppressant in about six hours — about twice as fast as a helicopter.
“Some guns may deliver the fire-retarding material within 15 feet of a target at a 15 mile range. In other embodiments, the range of the artillery shells fired by the guns and the accuracy of the guns, which delivers fire-retarding material, may vary depending on the particular artillery shells and guns used,” the application reads.
The solution may not a be a substitute for aircraft, but could be a valuable contribution, one that’s desperately needed as hotter and drier conditions, and more human settlements near fire-prone areas, are leading to a rise in mega fires. There are currently more than 32 fires raging across the United States, which has lost more than 4 million acres in 2016 so far. If firefighters are at war, perhaps they should be better armed.
The application, filed in 2014, was made public at the end of July.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"with three-gallon shells could deliver 214,000 gallons of fire suppressant in about six hours"

==> cela fait 70 000 obus et 200 obus par minutes si je comprends bien

Je doute un peu du calcul ...

Pour moi, "steady fire" ie "tir soutenu" d'un obusier de 155 mm, c'est plutôt 1 coup par minute pour gérer l’échauffement du tube !

A mon avis, le problème serait aussi le même qu'avec les militaires car il faut choisir à un instant T entre artillerie et aviation car ils occupent le même espace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 26/08/2016 à 21:26, Deres a dit :

"with three-gallon shells could deliver 214,000 gallons of fire suppressant in about six hours"

==> cela fait 70 000 obus et 200 obus par minutes si je comprends bien

Je doute un peu du calcul ...

Pour moi, "steady fire" ie "tir soutenu" d'un obusier de 155 mm, c'est plutôt 1 coup par minute pour gérer l’échauffement du tube !

A mon avis, le problème serait aussi le même qu'avec les militaires car il faut choisir à un instant T entre artillerie et aviation car ils occupent le même espace.

Avec le 155 TRF1 , on faisait du 6 coups minute avec l'équipe de pièce , le même temps qu'avec l'AUF1 qui lui était complètement automatisé ...

Donc non , on ne laisse pas une minute s'écoulée pour "refroidir" le tube ...

On a déjà fait du par 12  ( soit 2 minutes ) sans que le canon soit en surchauffe ...

 

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
16 minutes ago, Gibbs le Cajun said:

Avec le 155 TRF1 , on faisait du 6 coups minute avec l'équipe de pièce , le même temps qu'avec l'AUF1 qui lui était complètement automatisé ...

Donc non , on ne laisse pas une minute s'écoulée pour "refroidir" le tube ...

On a déjà fait du par 12  ( soit 2 minutes ) sans que le canon soit en surchauffe ...

 

Et si on te demande de soutenir le feu pour 6 heures d'affilée, qu'elle cadence serait soutenable?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, g4lly a dit :

Et si on te demande de soutenir le feu pour 6 heures d'affilée, qu'elle cadence serait soutenable?

Très bonne question ! 

Ben à Verdun en 1916 :

Citation

 

L’apocalypse sur la rive droite de la Meuse[modifier | modifier le code]

Soldats français à l'assaut sortant de leur tranchée pendant la bataille de Verdun, 1916.

Le lundi 21 février 1916 à 4 heures du matin, un obus de 380 mm explose dans la cour du palais épiscopal de Verdun. Ce n'est qu'un réglage de tir, le véritable déluge de feu commençant à 7 h 15 avec un obus de 420 mm. C’est le début de l’opération baptisée Gericht (mot allemand qui signifie tribunal, jugement et, assez fréquemment, lieu d'exécution31) par les Allemands et d'une bataille qui va durer dix mois et faire plus de 300 000 morts et 700 000 victimes32.

Sur la partie centrale, de long de 15 kilomètres, les Allemands ont installé quarante batteries de 800 canons qui pilonnent les tranchées françaises, sur un front d'environ 30 kilomètres, jusqu'à 16 heures  33. Au bois des Caures durant cette journée, 80 000 obus tombent en 24 heures 27. Le bombardement est perçu jusque dans les Vosges, à 150 km 34.

À 16 heures, le même jour, 60 000 soldats allemands passent à l’attaque sur un front de six kilomètres au bois des Caures, croyant s'attaquer à des troupes à l'agonie, totalement désorganisées mais ils se heurtent à une résistance inattendue35. Le 7e corps d'armée (Allemagne) commandé par le général Johann von Zwehl, le 18e corps d'armée (Allemagne) commandé par le général Dedo von Schenck et le 3e corps d'armée (Allemagne) commandé par le général Ewald von Lochow effectuent une progression limitée, aménageant immédiatement le terrain afin de mettre l’artillerie de campagne en batterie. La portée ainsi augmentée, les canons allemands menacent directement les liaisons françaises entre l’arrière et le front.

Les forces françaises sont écrasées par cette pluie d’acier. Le lieutenant-colonel Driant trouve la mort le 22 février dans le bois des Caures. Avec lui, 1 120 hommes tombent. Il n’y aura que 110 rescapés parmi les 56e et 59e bataillon de chasseurs à pied36. Sur le reste du secteur, les défenses sont broyées, disloquées, écrasées. En quelques heures, les massifs forestiers disparaissent, remplacés par un décor lunaire. Les massifs de Haumont, de Herbebois et des Caures sont déchiquetés, hachés, nivelés. Derrière le feu roulant, le 7e corps rhénan, le 18e hessois et le 3e brandebourgeois avancent lentement.

 

Deux millions d’obus — un obus lourd toutes les trois secondes — tombent sur les positions françaises en deux jours 37.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Artillerie_française_pendant_la_Première_Guerre_mondiale

Citation

L'évolution de la doctrine d'emploi interarmes (et son instruction aux états-majors) est confiée au Centre d'études de l'artillerie (CEA), fondé le 27 juin 1916 à Châlons-sur-Marne, tandis que l'École d'artillerie de Fontainebleau adapte rapidement son enseignement pour fournir les nouveaux officiers163. L'expérience acquise sur la Somme engendre l'instruction du 16 décembre 1916, appliquée lors de la seconde offensive de l'Aisne (au Chemin des Dames) avec un pilonnage sur 40 km de large par quatre millions d'obus de 75 mm et 1,2 million d'obus lourds (du 7 au 17 avril 1917). Il y avait un canon de 75 mm et un canon lourd par 20 m de front à attaquer. L'échec fut en partie attribué au mauvais temps (rendant difficile le réglage) et le terrain difficile (les 1 650 pièces d'artillerie de tranchée déployées furent incapables de suivre l'infanterie)164.

 

http://basart.artillerie.asso.fr/article.php3?id_article=911

 

Citation

Le 22 août dans la soirée, les 155 prennent le relais des mortiers de 120 de la Légion et des 105 anglais. Une salve de six coups traite avec précision une cible symbolique sous les yeux du commandant en chef des Serbes. Ce tir d’avertissement n’est pas pris en compte et le 28 août le marché de Makkale, le dernier encore actif dans la ville de Sarajevo, est atteint par un obus de mortier ennemi. Parmi les civils on compte 35 morts et 70 blessés. Aussi le 30 en fin de nuit, les alliés, tous moyens confondus, entament une campagne de bombardement non stop. Une coordination précise permet d’alterner les créneaux de tir de l’artillerie, les passages de l’aviation d’attaque au sol et l’arrivée des missiles tactiques tirés depuis l’Adriatique. De même, les objectifs à courte portée sont laissés aux mortiers français et aux canons anglais, tandis que les 155 prennent en compte tous les objectifs au-delà de dix kilomètres. Sous un tel déluge, dès la première nuit, le centre de commandement du corps serbe et ses dépôts majeurs à Lukavika sont détruits ; les jours suivants, tout le dispositif ennemi est traité dans la profondeur.

Alors que depuis trois ans, la capitale bosniaque vivait au rythme d’un véritable siège, en trois nuit et deux jours, les artilleurs du 40 avec 600 obus tirés, leurs camarades anglais avec 1200 obus et les légionnaires avec 1200 coups de 120mm ont permis, par la précision et l’efficacité de leurs feux, de contraindre les Serbes de Bosnie à la négociation. Le mérite de la conclusion des accords de Dayton, le 15 septembre 1995, et de l’avenir de la Bosnie leur revient en grande partie, en temps que metteurs en oeuvre du dernier argument du Droit.

 

A Daguet , ils ont tiré à peu près 138 coups de 155 par pièces , certes on était en mode offensif .http://www.assemblee-nationale.fr/rap-info/i3055-01.asp

Citation

Le 24/02 à 04h00 : les unités d'infanterie, les CRAP4 et la 2/82ème Air Borne se saisissent des débouchés sur l'escarpement.

Le 24/02 à 05h30 : les deux groupements entament leur mouvement vers As Salman.

Le 24/02 à 11h30 : le « groupement est » est positionné au sud et au sud-est de Rochambeau5.

Le 24/02 de 11h30 à 12h30 : préparation d'artillerie. Fin de positionnement du « groupement ouest » 20 km à l'ouest et au nord-ouest de Rochambeau.

Le 24/02 à 12h30 : le groupement est attaque Rochambeau.

Le 24/02 à 14h30 : la position est réduite. Faible résistance.

Le 24/02 de 15h00 à 18h00 : fin du positionnement du dispositif de nuit de la Division.

Le 25/02 à 04h00 : reprise du mouvement vers As Salman, à 08h00 destruction d'une compagnie de chars par le « groupement est ».

Le 25/02 au soir : le « groupement ouest » s'est emparé du terrain d'aviation d'As Salman. Le « groupement est » borde l'agglomération au sud. Il est décidé de stopper l'attaque pour éviter les pertes civiles.

Le 26/02 à 05h00 : la Division fait mouvement vers les objectifs de la ville (carrefours et installations militaires), elle ne rencontre qu'une faible résistance.

Le 26/02 à 09h30 : As Salman est entièrement sous contrôle de la Division et l'axe Rafha-As Salman est ouvert à la circulation de la logistique du 18ème corps. En fin d'après-midi, les CRAP prenant pied dans le fort d'As Salman subissent des pertes (2 tués et 25 blessés) par l'explosion de mines.

Jusqu'au 28/02 : la Division continue à compléter son dispositif de couverture ouest du 18ème corps à la frontière à l'Euphrate.

Le 28/02 à 08h00 : Cessez-le-feu.

 

http://webdocs.ecpad.fr/daguet/video/aux-couleurs-du-desert---48

 

http://webdocs.ecpad.fr/daguet/video/tous-en-avant---49

 

http://webdocs.ecpad.fr/daguet/video/sales-mais-beaux---50

 

Mais bon , sa ce gère bien .

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Alors que depuis trois ans, la capitale bosniaque vivait au rythme d’un véritable siège, en trois nuit et deux jours, les artilleurs du 40 avec 600 obus tirés, leurs camarades anglais avec 1200 obus et les légionnaires avec 1200 coups de 120mm ont permis, par la précision et l’efficacité de leurs feux, de contraindre les Serbes de Bosnie à la négociation. Le mérite de la conclusion des accords de Dayton, le 15 septembre 1995, et de l’avenir de la Bosnie leur revient en grande partie, en temps que metteurs en oeuvre du dernier argument du Droit."

Deux jours, cela fait 2*24*60 = 2880 minutes.

On est donc très très loin d'un coup par minute sachant que l'on parle de batterie et pas  de pièce unique.

Les cadences de tir rapide chauffe les tubes et il faut les laisser refroidir ou adopter une cadence faible.

De toute façon, il est bien connu que c'est le premier obus qui cause des pertes à l'ennemi. Les premiers obus prennent par surprise des cibles à découverts donc vulnérables à distance aux éclats. Quand les suivants arrive, les cibles se sont mis à couvert ou à défaut sont allongées et ne sont touchés que par les coups quasi-directs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Deres a dit :

"Alors que depuis trois ans, la capitale bosniaque vivait au rythme d’un véritable siège, en trois nuit et deux jours, les artilleurs du 40 avec 600 obus tirés, leurs camarades anglais avec 1200 obus et les légionnaires avec 1200 coups de 120mm ont permis, par la précision et l’efficacité de leurs feux, de contraindre les Serbes de Bosnie à la négociation. Le mérite de la conclusion des accords de Dayton, le 15 septembre 1995, et de l’avenir de la Bosnie leur revient en grande partie, en temps que metteurs en oeuvre du dernier argument du Droit."

Deux jours, cela fait 2*24*60 = 2880 minutes.

On est donc très très loin d'un coup par minute sachant que l'on parle de batterie et pas  de pièce unique.

Les cadences de tir rapide chauffe les tubes et il faut les laisser refroidir ou adopter une cadence faible.

 

N'inverse pas le sens de mon message , le rythme des obus tiré  ne s'est pas exécuté toute les minutes durant cette nuit ...

Les tirs étaient effectué selon le besoin sur des cibles désignés , et donc avec le nombre d'obus qui allé bien ... Donc tu pouvais balancé autant de pélots en une fois qu'en plusieurs tirs sur d'autres cibles durant cette période ... même si on parle d'une batterie ...

Ce n'était pas un tir continu  ...

Dans cette exemple ...

 

 

Maintenant un exemple :

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Pages-d-Histoire-Artillerie/Artillerie/tube-75-sujet_1437_1.htm

Citation

Bonjour, 
 
Il est nécessaire de bien distinguer les conditions réelles des tirs de guerre pour examiner la cadence de tir maximum du canon de 75 mm modèle 1897. 
 
Certes, aux essais dans les fossés du Mont-Valérien, les techniciens et artilleurs chevronnés de l'Atelier de Puteaux ont pu obtenir pendant des essais poussés au maximum lors de la mise au point du matériel une cadence de 20 coups/mn pendant une minute.Quelques minutes supplémentaires de tir auraient signifié non seulement la "mort" du tube mais probablement aussi d'autres organes vitaux du matériel. 
 
Les textes officiels d'emploi et ceux du Ministère de l'Armement insistent sur la nécessité de ne pas dépasser la cadence de 12 coups/mn pendant un temps très bref.Certaines conditions du combat peuvent nécessiter des cadences énormes pendant un temps réduit.Ainsi un tir de barrage pendant une attaque ennemie et un tir de Contre-Préparation Offensive (C.P.O) peuvent enregistrer des cadences de cette nature. 
Par contre, lors des préparations d'artillerie de longue durée préalables à une offensive ou pour les tirs de barrage roulant d'accompagnement d'une attaque d'infanterie, les cadences ne doivent en aucun cas dépasser: 
-4 coups à la minute pour un tir prolongé. 
-120 coups par heure pour des tirs de très longue durée. 
Dépasser ces cadences ruinerait le matériel en peu de temps.Ces chiffres sont comparables à ceux de l'artillerie allemande. 
L'exemple précité des tir d'un 75, relevés dans un "Livret de bouche à feu", permet de constater que lors de la préparation de l'offensive du 20 août 1917 à Verdun, le canon de 75 n° 11851 a tiré au maximum au cours d'une journée le total, déjà respectable, de 575 coups lors de la seule journée du 15 août 1917! 
Cordialement, 
Guy François.

Donc je pense que les tubes du 155 français actuels peut largement tenir une bonne cadence si un jour s'était à faire ...

 

 

 

Citation

De toute façon, il est bien connu que c'est le premier obus qui cause des pertes à l'ennemi. Les premiers obus prennent par surprise des cibles à découverts donc vulnérables à distance aux éclats. Quand les suivants arrive, les cibles se sont mis à couvert ou à défaut sont allongées et ne sont touchés que par les coups quasi-directs.

Tout cela est bien beau ...

Pourquoi ?

Ben le contexte et la situation sur le terrain ... phase offensive ? contre offensive ? ville ? etc ... etc ... contre batterie ? siège d'une ville ? 

L'artillerie n'a pas pour but unique de tuer l'ennemi , elle à aussi un rôle d'interdiction , CAD entraver tout mouvement de l'ennemi afin de l'empêcher de bouger ,manoeuvrer ...

Elle et aussi là pour casser la ligne de vie ,en tapant le lignes de communication , détruire des axes routiers , les convois de ravitos etc ...

Même sans tuer tout le monde ,l'artillerie permet de paralyser les mouvement de l'ennemi .

Comme pour l'infanterie ou l'équipe feu fixe l'ennemi pendant que l'équipe choc déborde ,monte à l'assaut ...

Les tirs de l'équipe feu ne tuent pas tout le temps l'ennemi , mais pour l'ennemi ce faire clouer au sol s'est très ennuyeux quand il doit aussi faire face à l'équipe feu qui monte vers lui .

 

Edit : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Pages-d-Histoire-Artillerie/Artillerie/glossaire-artillerie-munitions-sujet_817_1.htm

Sa date mais on a un sacré panel de mission pour l'artillerie !

Citation

Bonjour,  
 
voilà, j'ai fait lamise à jour de la longue liste, je la remets ici : 
 
Tir à démonter 
Dans la guerre de siège, certaines batteries ont d'ailleurs pour mission particulière de ruiner l'artillerie de la place que l'on attaque. Elles dirigent alors exclusivement leur tir sur les pièces placées à ciel ouvert sur les remparts. Ce genre de tir est désigné tir à démonter. 
 
Tir à ricochet 
Dans maintes circonstances, on cherche à utiliser les bonds que le projectile fait au-dessus du sol après l'avoir toucher une première fois. 
 
Tir continu 
Il est effectué avec une ou plusieurs pièces. Le tir se fait à intervalles irréguliers avec une cadence de tir élevée.  
 
Tir d'accompagnement 
Tir visant à accompagner et couvrir une attaque, en effectuant sur des objectifs ennemis des tirs de destruction. Le tir d'accompagnement suit la progression de l'infanterie et permet de neutraliser des objectifs ennemis avant que ceux-ci ne puissent intervenir sur l'infanterie. 
 
Tir d'accrochage d'alerte 
Une batterie, lorsqu'elle ne tire pas, est mise en surveillance. Ce principe permet de garder la batterie en état d'alerte, donc prête à ouvrir le feu à tout moment. Lorsque l'objectif se présente, l'accrochage est créé par l'ouverture du feu. 
 
Tir d'ajustage 
Tir que l'on nomme également "de préparation". 
Effectué après quelques contrôles rapides ou quelquefois sans aucune observation. Le réglage s'effectuant au fur et à mesure de la bataille. Tir apparut après les expériences de la guerre 14/18 où ce type de tir a donné de bons résultats par effet de surprise. 
 
Tir d'appui direct 
Tir exécuté pendant l'attaque pour neutraliser l'ennemi jusqu'à l'abordage par l'infanterie.  
 
Tir d'arrêt 
Tir permettant d'arrêter une colonne quelconque (infanterie, véhicules, blindés). Le tir d'arrêt est le feu combiné de l'artillerie et de l'infanterie.  
 
Tir d'arrêt d'action d'ensemble 
Ce tir prolonge à l'intérieur de la position ennemie les tirs d'arrêt d'appui direct. Ce sont le plus souvent des tirs massifs et de courte durée, effectués à cadence rapide et réalisant au minimum la densité de neutralisation. 
 
Tir d'arrêt d'appui direct 
Ce tir est exécuté au plus près des lignes amies, leur emplacement est fixé à la demande du chef de l'unité appuyée. 
 
Tir d'arrêt régressif 
Tir effectué d'après un plan préétablis et suivant l'avance ennemie. Tirs sur avant-postes, intérieur de la formation, etc. 
 
Tir d'aveuglement 
Tir exécuté en obus fumigènes armés de fusées instantanées, créant un rideau de fumée devant l'ennemi. Le tir est débuté à cadence rapide de façon à former au plus tôt un nuage dense qu'on entretient ensuite par un tir lent et régulier dont la cadence varie, pour un calibre déterminé, avec la force du vent. Le tir d'aveuglement devient impossible, si la vitesse du vent dépasse 10 mètres-seconde. 
 
Tir d'écharpe 
Lorsque l'artillerie n'a pas la possibilité de s'établir sur le prolongement des faces de fortification, ou si la mitrailleuse n'as pas la possibilité de se placer dans le prolongement d'une tranchée, elles s'en rapprochent le plus possible afin de prendre les ouvrages en biais et exécute alors un tir d'écharpe. 
 
Tir d'efficacité 
Intervient après un tir de réglage. Principe de bombarder une zone par un tir intense durant un temps donné, sans refaire de réglages. Ce tir se doit de neutraliser hommes et matériels, sans qu'aucune contre-batterie ne soit possible de leur part.  
 
Tir d'encadrement 
Tir intense visant à encadrer une zone précise, ne donnant pas la possibilité à l'ennemi de s'enfuir. 
 
Tir d'enfilade 
L'artillerie se place de préférence en prolongement des faces des ouvrages afin de les "enfiler". En fortification de campagne, une mitrailleuse se place en enfilade d'une tranchée, donc dans le prolongement de celle-ci, pour la défendre, ou l'attaquer. On pratique alors le tir d'enfilade. 
 
Tir d'entretien de destructions 
Tir sur une zone détruite après le tir de destruction. Ce tir se fait à intervalles réguliers et permet de maintenir la position détruite, inexploitable par l'ennemi. 
 
Tir d'infection 
Tir sur une zone d'une certaine quantité d'obus toxique, chargés en Ypérite, afin de contaminer la zone avant l'arrivée des troupes ennemies. 
 
Tir d'interdiction 
Lorsque qu'une zone a été détruite par notre artillerie en vue d'une attaque, on continue un tir sur cette même zone, en attendant l'attaque, afin d'empêcher l'ennemi d'y reprendre position. 
 
Tir de barrage 
Barrage d'une zone déterminé par un feu intense empêchant l’ennemi de progresser ou de contre-attaquer. 
 
Tir de barrage roulant 
Ce tir n'est pas dirigé vers un objectif déterminé, mais sert à créer un rideau de fumée et de feu, en tirant en avant de l'infanterie et en suivant son déplacement. Le tir s'effectue à environ 200 mètres en avant d'elle. 
 
Tir de concentration 
Tir intense sur une zone relativement étroite. 
 
Tir de contre-batterie 
Ouverture du feu sur une batterie repérée ouvrant le feu, afin de la réduire au silence. 
 
Tir de contre préparation 
Tir effectué sur une troupe ennemie afin de l'anéantir ou de la neutraliser avant qu'elle déclenche son attaque. La contre-préparation est organisée à l'échelon de la division, d'après un plan établi à l'avance et modifié suivant les renseignements du moment. Chaque groupe reçoit une fraction de la zone à battre, soit 4,5 hectares (pour les groupes à 18 pièces). Elle est calculée de telle sorte qu'en quatre minutes, toute l'étendue de l'objectif soit traitée au minimum à la densité de neutralisation. 
 
Tir de contre préparation offensive 
Tir effectué sur une troupe ennemie afin de l'anéantir ou de la neutraliser avant qu'elle déclenche son attaque. 
 
Tir de contrôle 
Tir effectué avec quelques coups pour observer l'écart par rapport à l'objectif pour en déduire les corrections nécessaires. Il n'y a plus d'effet de surprise. 
 
Tir de démolition 
Il s'agit de détruire un obstacle, un mur, en criblant de projectiles l'obstacle, jusqu'à sa destruction complète. 
 
Tir de destruction 
Tir intense sur un objectif donné pour le détruire. Tir devant être très précis, car grand consommateur de munitions.  
 
Tir de fausse-attaque 
Tir obligeant l'ennemi à révéler des batteries et des mitrailleuses qu'il dissimule jusqu'au dernier moment. 
 
Tir de groupe 
Lorsque l'objectif est justiciable d'un tir de groupe, le tir est réglé avec une batterie ou une pièce. Les batteries suivent l'exécution du réglage.  
 
Tir de harcèlement 
Ce sont des tirs ayant pour but, par un choix judicieux des objectifs et du moment de l'exécution, de causer à l'ennemi le maximum de pertes en le bombardant constamment lors de sa progression ou sa fuite. Il a pour but de créer un sentiment d'insécurité.  
 
Tir de neutralisation 
Tir contre le personnel, intense, afin de neutraliser une position quelconque, en évitant de détruire le matériel. Tir à obus à balles, à mitraille. 
 
Tir de plein fouet 
Se dit d'un tir tendu contre un objectif avec la charge maximale que l'on nomme également charge normale. Ex : un canon antichar pratique le tir de plein fouet contre un char. 
 
Tir de préparation 
Tir détruisant les obstacles, organes de feu de l'ennemi pour préparer la progression de l'infanterie. on le trouve plus souvent intitulé "préparation d'artillerie". 
 
Tir de protection 
Tir lors d'une attaque sur l'ennemi afin de protéger la progression de l'infanterie, en interdisant l'artillerie ou l'infanterie ennemie de riposter. Neutralisation des observatoires, etc. 
 
Tir de ratissage 
Tir au-delà du barrage roulant, battant le terrain et des zones dispersées pouvant servir de retranchement à l'ennemi. Le tir de ratissage peut atteindre 500 m de profondeur.  
 
Tir de régimage 
Le régimage permet de faire apparaître la perte de vitesse initiale des obus, suite à l'usure des bouches à feu. Dans une batterie, une des pièces est désignée "directrice". Cette pièce effectue des tirs qui seront comparés aux tables de tir. Les autres pièces de la batterie ouvreront le feu dans les même conditions et réglages que la pièce "directrice", leurs tirs seront ensuite comparés.  
 
Tir de réglage 
Tir effectué avec un type d'obus quelquefois fumigène permettant de régler les tirs suivants. 
 
Tir de représailles 
Tir effectué sur un ennemi après qu'il ait bombardé une  de vos positions 
 
Tir de ratissage 
Le tir de ratissage est exécuté de préférence "fusant"; il doit empêcher la constitution de noyau de résistance. 
 
Tir de rupture 
Lorsque l'artillerie doit attaquer des cuirasses (marine, fortifications), elle emploie le tir de rupture. Ce genre de tir s'effectue avec des bouches à feu de gros calibre, lançant des projectiles spécialement organisés pour perforer ces cuirasses. Voir également obus de rupture. 
 
Tir de saturation 
Se dit d'un tir d'un très grand nombre de projectiles sur une zone donnée, afin de la rendre invivable ou impénétrable par l'ennemi. 
 
Tir de soutien immédiat 
Tir d'accompagnement de l'attaque, après son débouché, par des tirs de soutien immédiat. Ces tirs ont pour but de couvrir au plus près les premiers échelons du dispositif d'attaque et, à cet effet, de détruire ou, à défaut, de neutraliser à l'instant opportun le personnel et les engins de feux ennemis. 
 
Tir de surprise 
Tir sur un objectif n'ayant pas décelé votre présence, la surprise ayant un effet intéressant de panique; difficulté pour l'ennemi de se réorganiser. Tir sans réglages avec une grande densité de munitions.  
 
Tir désencuivrant 
Tir effectué avec une charge comportant une mini charge désencuivrante constituée d'un alliage de plomb et d'étain. Pour le 75, la charge est de 2g, alors que pour le 155, elle est de 20g. 
 
Tir direct 
Se dit d'un tir sur un objectif visible. Le tireur voit l'objectif et peut ainsi pratiquer ce que l'on nomme le tir tendu ou le tir plongeant. 
 
Tir discontinu 
Tir exécuté avec une batterie ou un groupe, tirant à chaque fois, en un temps aussi court que possible, quelques coups par pièce. 
 
Tir en brèche 
Dans certains cas, l'artillerie a pour mission d'ouvrir, dans les murailles de la fortification, une brèche pouvant donner passage aux colonnes d'assaut. Elle fait alors usage d'un genre de tir appelé "tir en brèche. 
 
Tir en cage 
On le nomme en général "tir en tenaille". 
 
Tir en tenaille 
On le nomme également tir en cage. Tir effectué par une batterie décomposée en deux parties; la 1ère demi-batterie couvre tout l'objectif en faisant du tir progressif; la 2ème demi-batterie couvre tout l'objectif en faisant du tir régressif. 
 
Tir fusant 
Tir effectué à l'aide d'obus muni d'une fusée à double effet, fusante, à temps. Le principe est d'envoyé un bous sur un objectif et de le faire exploser au-dessus de celui-ci, sans qu'il rencontre d'obstacle. 
 
Tir indirect 
Se dit d'un tir sur un objectif invisible. Le tireur ne voit pas sur quel objectif, il tire. Le tir direct oblige à pratiquer ce que l'on appelle le tir plongeant. 
 
Tir journalier 
Tir exécuté par des batteries "nomades", durant plusieurs jours, dans le but d'éprouver le moral de l'ennemi en l'harcelant et lui causant des pertes. 
 
Tir par fauchage 
Tir effectué en direction sur une zone précise, de la gauche vers la droite, ou inversement, afin de faucher les troupes ennemies qui s'y trouvent. 
 
Tir percutant 
Tir effectué avec des obus munis d'une fusée percutante, à double effet. Le principe est de faire percuter l'obus contre un objectif ou un obstacle pour le détruire à distance. 
 
Tir percutant 
Le tir a pour but de neutraliser l'ennemi et de lui dissimuler la marche de l'infanterie de l'attaque. 
 
Tir plongeant 
On appelle tir plongeant, un genre de tir, qui s'exécute avec des charges réduites et dans lequel la trajectoire possède une courbure plus prononcée et le projectile une vitesse plus faible que lors d'un tir direct. Ce genre de tir permet d'atteindre des buts couverts et invisibles qu'on ne saurait frapper de plein fouet. 
 
Tir progressif 
Se dit "progressif", s'il est fait sur des hausses croissantes en partant de la hausse courte.  
 
Tir régressif 
Se dit "régressif", s'il est fait sur des hausses décroissantes en partant de la hausse longue. 
 
Tir roulant 
Avec le tir des mortiers lisses, tirant des projectiles sphériques, assez souvent lancés avec de faibles charges, on pratiquait le tir roulant. En raison de leur faible vitesse, les projectiles ne pénétraient pas le terrain et terminaient leur course en roulant. Ils avaient l'avantage de gravir les aspérités du terrain et éclataient derrière celles-ci.  
 
Tir vertical 
Le tir a une courbure extrêmement prononcé, le projectile s'élevant à une très grande hauteur, retombe avec un angle de chute porche de la verticale. Obusiers et mortiers sont à cet effet, des matériels adaptés au tir vertical, ayant un pouvoir d'écrasement que l'on ne peut obtenir avec des matériels conventionnels. 
 
Amicalement 
Florian 

 

 

 

 

 

 

Et des techniques pour faire la peau aux mecs en face ...bien avant qu'ils n'aient eu le temps de ce mettre à l'abri ... il y en a .

Nous on travaillait le tir "Malouines" .

Technique employé par les brits durant la guerre des Falklands .

 

Le post de ce cher Max est très intéressant pour les explications .

 

 

Modifié par Gibbs le Cajun
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5130
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    Kerloas
    Membre le plus récent
    Kerloas
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20129
    Total des sujets
    1096208
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets