Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Soyez fiers de votre héritage et faite le vivre .


Scarabé
 Share

Recommended Posts

Son analyse, très développée me semble plutôt pertinente. Ceci dit le fait que la Guerre d'Algérie, la plus polémique/conttroversée aie été "oubliée" ne me choque pas en soi car cette affiche a pour but de susciter un sentiment positif, et pas de réouvrir des vieux débats houleux ... D'ailleurs y a t-il un peuple et une armée qui soient fier de 100% de leur héritage sur Terre ?

Link to comment
Share on other sites

Son analyse, très développée me semble plutôt pertinente. Ceci dit le fait que la Guerre d'Algérie, la plus polémique/conttroversée aie été "oubliée" ne me choque pas en soi car cette affiche a pour but de susciter un sentiment positif, et pas de réouvrir des vieux débats houleux ... D'ailleurs y a t-il un peuple et une armée qui soient fier de 100% de leur héritage sur Terre ?

Oui

Les US of A

'Merica Fuck Yeah !!!

Link to comment
Share on other sites

Son analyse, très développée me semble plutôt pertinente. Ceci dit le fait que la Guerre d'Algérie, la plus polémique/conttroversée aie été "oubliée" ne me choque pas en soi car cette affiche a pour but de susciter un sentiment positif, et pas de réouvrir des vieux débats houleux ... D'ailleurs y a t-il un peuple et une armée qui soient fier de 100% de leur héritage sur Terre ?

 

A partir du moment où ne sont pas évoquées les batailles coloniales, alors que nombre d'unités terrestres ont été créées dans ce contexte expansionniste du 19ème siècle, il n'est pas étonnant que soit mise de côté la Guerre d'Algérie et ses batailles.* D'autant plus que cette guerre n'était à l'époque pas considérée comme un conflit extérieur... même si l'on parvenait néanmoins à trouver cet ennemi "étranger" dans le conflit intérieur.

 

"L’armée française n’est fière que d’une partie de son héritage et a accepté l'idée d'un côté obscur, comme s’il s’agissait de fâcher seulement ceux qui ont combattu dans ses rangs et surtout pas les descendants de ceux qui combattaient en face." : C'est ici que l'idée d'un conflit intérieur joue à mon avis toute son importance. C'est oublier que cette Guerre d'Algérie fut une source de vives tensions au sein de notre pays et une menace pour l'unité républicaine, entre les partisans et opposants d'une Algérie française. Ainsi, il ne s'agit pas en premier lieu d'éviter de se fâcher avec les descendants de ceux qui combattaient en face. Il s'agit surtout, à mon avis, de ne pas rouvrir des cicatrices qui ont existé au sein même de la société française. Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas ce que tu évoques en filigrane, Bruno. Ne pas oublier une chose : des soldats ont combattu en Algérie sans jouir d'un réel soutien de la population. 

 

_________________

 

* Par contre, ce qui est plus étonnant, étant donné ce vaste oubli colonial, c'est Dien Bien Phu...

Link to comment
Share on other sites

Moi, cet oubli de la Guerre d'Algérie ne me choque pas ... à condition d'apporter un regard assez complet sur l'affiche. Il ne s'agit ni d'une vue d'ensemble, ni d'une revue de détails, mais il faut faire attention aux deux ...

 

En fait, ce qui est indiqué sur l'affiche, ce ne sont pas seulement des guerres. Ce sont des batailles dans ces guerres.

 

Ainsi, et pour en faire le détail :

- Marignan dans les conflits de la Renaissance

- Valmy pour la Révolution Française

- Dantzig et Wagram pour le Premier Empire

- Puebla pour le Second Empire

- Bazeilles pour la guerre de 1870-1871

- Verdun pour 1914-1918

- Garigliano pour 1939-1945

- Dien Bien Phu pour l'Indochine

 

Ces choix ne sont pas foncièrement mauvais - même si j'aurai plutôt évacué Dantzig au profit de Marengo, Austerlitz, Iena, Friedland ou Eylau, et si j'aurai plutôt vu Bir Hakeim, Koufra, Tobrouk, ou Monte-Cassino pour faire plus large que Garigliano (même si c'est la même chose, c'est plus parlant).

 

Après, comme je ne suis pas parisien, ça ne m'aurait pas choqué de voir Chatillon, Malakoff ou Solférino à la place de Puebla (pour les deux dernier) ...

 

Pour en revenir à la Guerre d'Algérie, qu'elle manque à cette affiche est, pour moi, surtout le signe qu'il s'agit d'un conflit qui n'a pas connu de bataille majeure comme on en a "l'habitude". Il y a de forte chance pour que le pékin moyen cite la bataille d'Alger, ou la bataille de Bab-el-Oued ... et là, il vaut peut être mieux s'abstenir ...

 

Pas facile de trouver une "Bataille" pour intégrer la guerre d'Algérie.

 

Cette difficulté est d'ailleurs illustrée avec la dernière vignette. Pour la période contemporaine, on ne trouve pas mieux que "le temps des Opex" car il y a peu de vraies batailles, avec un engagement conséquent de troupes et de soutien associé. Peut-etre pourrait on envisager Kolwezi. Sinon, il y a la Bosnie et Sarajevo, mais ce n'est pas très porteur pour la population ciblée. L'Afghanistan n'a pas connu de vraie bataille impliquant nos troupes - et Uzbeen n'est qu'une escarmouche, sinistre et meurtrière, mais pas de nature à altérer le cours de la guerre. Dans quelques années, cependant, j'espère qu'on pourra reconnaître une "Bataille de l'Adrar des Ifhogas" ou une "Prise de Gao" ou "Reprise de Tombouctou". Ce sont, à mon avis, les meilleurs exemples récents d'actions dont il faut être fiers et faire vivre le souvenir.

Link to comment
Share on other sites

pour faire plus large que Garigliano

 

Plus large? Tu peux pas: et la résistance héroïque de Bayard au pont du Garigliano? Un même endroit, 4 siècles d'écart :happy: .

 

Mais c'est bien une affiche sortie de l'étroite mentalité culturelle de la république: la France n'existe pour ainsi dire pas avant 1789, et n'a pas 13 siècles d'histoire (en tant qu'entité) avant cette date, ou au moins 3 (ancienneté de l'armée permanente avant 89).

 

En tout cas, je regarde cette affiche, et je déprime: ces encarts sentent la vieille iconographie sortie du coffre, qui pue la naphtaline et le renfermé dans une pièce qui sent le vieux (et appartient sans doute à un). Elle est par ailleurs trop "fouillée", dans le sens où ce sont des petits encarts, rempilés avec des écrits un peu partout: impression globale de confusion, pas de fierté, de force ou d'émotion. Bref, une impression de "non choix" et d'absence d'inspiration.

Oui

Les US of A

'Merica Fuck Yeah !!!

 

Ouaip, j'ai bien envie d'émigrer et d'aller agiter un micro drapeau en gueulant devant les Meuwines! D'ailleurs, je viens de voir une pub américaine pour le gaz naturel, et ça m'a donné envie de péter: je dois me sentir de plus en plus américain!

Edited by Tancrède
Link to comment
Share on other sites

Pas mal de régiments, une sale tradition aristocratique à peine remaquillée (ça se voit et ce sent dans la culture et les habitudes) dans le corps des officiers, une certaine quantité de bâti (les ministères de la défense et de la marine, les Invalides, Vincennes....) et de propriété foncière, diverses traditions, appellations et formules présentes dans la "mémoire pratique", le principe d'une armée permanente, et la base historique de la conscription (via les milices, qui ont fourni cadres et registres).

Link to comment
Share on other sites

Gné????!!!!! Passé les guerres de l'empire (où la noblesse a joué un grand rôle, avec quelques noms -parmi mille autres- comme Davout, Berthier, Gouvion StCyr, Marmont, St Hilaire....), ça peut se discuter, mais on pourrait faire là l'histoire du corps des officiers au XIXème siècle (et tant qu'à faire au XXème siècle), qui n'est qu'au mieux en demi teinte, ce qui semble lié à des questions de formation, de culture du corps et de ses écoles et voies d'accès, de son entrisme et de son fonctionnement en interne, d'une part, et à des questions de rapports entre ce corps et la direction politique (et la classe politique, le régime) à ces périodes, cette dernière jouant aussi un rôle dans la sélection des hauts postes militaires et dans l'attitude et le comportement du corps des officiers (en le mettant entre autres choses plus ou moins en défense par rapport au gouvernement). En tout cas, un équilibre vertueux n'a jamais été trouvé après 1815, et un n'a été trouvé que brièvement pendant la 1ère guerre mondiale, notamment via quelques figures politiques et militaires (dont certains étaient.... Aristos). Il y a quand même par ailleurs quelques grands noms de la noblesse qui ont continué à se distinguer et à être utiles (pas forcément la même chose), en proportion "normale", voire supérieure à d'autres pans de la société vu le maintien pendant longtemps d'une tendance plus fréquente à la vocation militaire dans l'ancienne "caste guerrière" (Castelnau, Leclerc, de Lattres....).

 

Et avant la révolution, faut pas déconner non plus: réservoir prioritaire et parfois abusif pour trouver des cadres, avec fonctionnement aléatoire lié au système de relations nobiliaires, à la vénalité des charges et au système de cour pour l'attribution des grades et commandements, l'histoire militaire a quand même globalement été positive. Henri IV lui-même, Turenne, Condé, Luxembourg, Vendôme, Villars.... Rien que pour citer quelques grands chefs stratégiques/opératifs de la dernière période de l'Ancien Régime. A côté, oui, y'a aussi une longue liste de tocards, de glandus arrivés là pour de mauvaises raisons, atteignant leur seuil d'incompétence ou carrément ineptes en tout.... Ca vaut partout, dans toutes les histoires militaires nationales.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je comprends pas vraiment l'attitude du Col.Goya. Résumer l'histoire de l'adt en 10 batailles est un exercice casse gueulle, donc un peu d'indulgence. 

Maintenant, je trouve que la liste pourrait être un peu améliorée.

Par exemple:

 

- Marignan : je garde.

- J'ajoute Malplaquet. A mes yeux, la bataille la plus importante de l'histoire de France. Entre l'appel du Roy à la "nation" lu dans toute les églises de France et le caractère épique de la bataille elle-même, domage de passer à coté

- Valmy pour la Révolution Française : j'hésite, mais je garde.

- Siège de Dantzig: je vire. Je le connaissais pas y a encore 5 minutes et j'y vois rien d'extra. et le 1ièr empire est déjà représenté.

- Wagram pour le Premier Empire. je garde. Ou remplace par une autre des très nombreuses victoires du 1ère empire, c'est pas le choix qui manque.

- Puebla pour le Second Empire: je remplace par l'Alma ou le siège de Sébastopol

- Bazeilles pour la guerre de 1870-1871: je garde, une belle page de gloire pour la division bleue. 

- Verdun pour 1914-1918. Pourquoi pas.

- Garigliano pour 1939-1945. Je garde. Rupture de la ligne Gustave et ensuite l'exploitation "rustique" de la percé, que du positif.

- Dien Bien Phu pour l'Indochine. Là quand même c'est c**. Il pouvait pas prendre d'une des victoires de De Lattre ?  Vinh Yen par exemple ?

- Opex: je remplace par Bataille de l'Adrar des Ifhogas. C'est un peu tôt mais après tout pourquoi pas. Entre l'effort logistique, la performance des soldats, la variété, quantité et qualité des moyens employés, c'est vraiment une bataille (de taille modeste certes) et surtout c'est quand même mieux qu'un sigle à la con signifiant opération extérieur. 

Edited by TimTR
Link to comment
Share on other sites

Je comprends pas vraiment l'attitude du Col.Goya. Résumer l'histoire de l'adt en 10 batailles est un exercice casse gueulle, donc un peu d'indulgence. 

Maintenant, je trouve que la liste pourrait être un peu améliorée.

 

En fait c'est l'idée même qui est une erreur. On ne pourra jamais résumer autant de siècles d'histoire militaire en une seule affiche. Isoler les batailles par affiches individuelles n'a pas de sens. C'est encore faisable aux USA où les batailles majeures ayant changé l'Histoire et menée par un corps (Marines, Air Force, Army, Navy) se comptent encore sur les doigts d'une main. C'est plus compliqué en France. Ça sert à quoi d'aller ressasser des guerres coloniales en Afrique ? À part se coller une image de colonialiste et d'agent du big business ? Pareil pour l'Indochine, un conflit mené "presque" en cachette au sortir d'une seconde guerre mondiale ayant laissé le pays exsangue, un acharnement pour une colonie à l'autre bout du monde, fruit d'une OPEX mal fichue, conflit mené sur subventions américaines parce qu'il n'y avait pas l'argent. C'est plus l'oraison funèbre d'un monde révolu qu'un épisode de gloire militaire. Schoendorffer l'a bien montré au fond avec son film. Bataille désespérée sur fond de paris portant sur le moment d'une défaite inéluctable alors que les élites locales vont écouter un concerto dramatique à l'opéra. Un corps qui se sabre une paire de rois, un empereur et une république à la fois.

Ce que les ancêtres ont fait compte, il ne faut pas le nier. Mais ce qui est, à mon avis, important pour la cible d'une telle publicité (en gros tranche 17-22 ans), c'est ce qu'il peut faire maintenant, fera demain et ce qu'il peut devenir en s'engageant*. Faudrait arrêter de se croire à la tête d'un musée. Je doute quand même que l'engagé moyen ait pour ambition de faire "comme à Wagram ou Solférino".

 

Côté américain c'est intéressant. Depuis dix ans environs il y a de plus en plus d'intégration systématique d'équipe de tournage dans les unités de combat. Ils renouent avec la tradition de la WW II et en tirent des outils pour les campagnes futures de recrutement et propagande. Les équipes travaillent en lien avec Hollywood, jusque dans la création de décors pour les entraînements. Les références à l'Histoire -récente- sont nombreuses (on parle pas des OPEX en Caraïbes et Amérique Latine du début XXième, ni des guerres du Mexique, c'est acté, point) mais visent quelques points précis. pas une espèce de continuité sur 13 ou 2 siècles. Une série d'affiches présentant les missions actuelles du soldat français (humanitaire, casque bleu, combat, dissuasion...) serait à mon sens plus percutante. Il y a assez de photos sorties de Serval** ou des opérations en Afghanistan pour trouver de quoi faire son bonheur non ?

 

 

*ça implique qu'on le considère pas comme le recruté moyen des périodes précédentes : un appelé payé au lance pierre ou la victime d'une presse/conscription des guerres d'Empire...

 

**Surtout Serval.

 

 

usmc-ad-the-few-the-proud1.jpeg

female_marine_poster(1).jpg

 

bd8dc702f23e48f5bebe3956eec2935b-969x193

Edited by Chronos
Link to comment
Share on other sites

Ils ont compris qu'il faut s'adresser à l'égo: l'affiche doit parler à l'individu appelé à servir, lui parler de LUI (ou elle, évidemment). Après, certaines affiches peuvent sembler plus ou moins "too much", voire ridicules à l'occasion, mais la sentimentalité/l'affectif de chaque pays est réglée sur des fréquences toujours un poil différentes, et les images et leurs composantes (expressions, gestes, couleurs, évocations....) ne parlent pas exactement de la même façon à chaque environnement culturel.

Mais bon, faut pas non plus trop attendre de campagnes d'affichages ou de spots vidéos. Ils ne sont que la partie la plus superficielle d'une vraie stratégie de recrutement, et rarement la plus efficace; de fait, ce sont de quasi détails, qui, mis à leur juste place, concourent plutôt d'une stratégie d'image et d'imprégnation dans l'environnement visuel, culturel et de conscience (au lieu d'être de bêtes campagnes dont on essaie de mesurer le résultat chiffré, ce qui est un exercice vain, coûteux et inutile). Aux USA, ils vont nettement plus chercher la recrue, et ils lui proposent nettement plus; pas en terme de paie, mais quand même en terme objectifs (possibilités de formation, hébergement, constitution de capital....) et subjectifs (valorisation, identification, environnement de vie et travail....). Pour cette dernière famille de motivations, tout n'est pas vrai, tout n'est pas à la hauteur des promesses (parfois très loin de là, surtout pour "l'après armée", particulièrement pour les troupes de combat proprement dites) et il y a beaucoup de déceptions; mais c'est quand même beaucoup plus et mieux travaillé. L'armée en France est à des années lumières de ce genre de travail, se limitant beaucoup plus à une com externe assez pathétique. On y fait peu attention, parce que.... Hé, y'a des affiches et des vidéos, comme aux USA ou ailleurs. Mais outre qu'elles sont pas terribles le plus souvent, elles sont l'élément le moins important d'une vraie com, ou plus exactement, d'un vrai marketing de l'armée.  

 

Louvois l'avait compris, et après lui ça c'est désappris: c'est revenu après les réformes post guerre de 7 ans, c'est encore revenu brièvement sous Napoléon, et après, hors quelques épisodes et beaucoup de lamentations (celles de Lyautey étant les plus éloquentes), on attend toujours.... Mais sur toute cette période depuis Louvois, y'a toujours eu des affiches promettant monts et merveilles, décrétant que l'engagé sera riche, accompli et attirera toutes les gonzesses tout en servant une juste cause et s'inscrivant dans une histoire glorieuse.... Les évolutions des chiffres de recrutement, de la qualité des recrues et, plus encore, de leur motivation à l'engagement et pendant les premières années (là on un soldat devient un bon ou un gland, un fervent ou un "fonctionnaire", un bon pour la carrière ou un touriste), devraient pourtant être des indications. Mais le problème est qu'il s'agit de bien plus que de com externe, et que ça engage de l'argent (conditions de travail et d'emploi, reconversions.... La GRH et l'environnement du soldat, quoi) et un changement de mentalités (culture du commandement, place de l'individu/soldat, relations internes, responsabilités/conception du soldat....). Plus simple de dire à une agence de com (ou un service du ministère) de pondre une affiche et des vidéos avec plus ou moins de moyens, de faire un plan média à deux balles et de se plaindre du peu de résultats (quali et/ou quanti) après, tout en planquant son cul en disant qu'on a rempli toutes les bonnes cases et fait tout ce qu'il fallait (suivant les paramères en vigueurs.... Sans voir ou dire qu'ils sont à chier).

 

Personnellement, pour avoir beaucoup pratiqué le domaine (com/marketing), je constate toujours qu'une affiche ou n'importe quel type de message reflète la réflexion, l'intention (consciente ou non) et la culture qu'il y a à la base: et cette affiche me dit tout ce qu'il y a à savoir de l'état de la culture GRH des armées en France. C'est un message sans force, sans conviction, provenant d'une (non) réflexion confuse, ne faisant aucun choix tranché. Derrière les affiches des Marines mises plus haut, y'a nettement plus de réflexion, d'attention, et à l'arrivée un message clair qui s'adresse au bon public de la bonne façon (quoique la première me rappelle beaucoup une campagne de recrutement d'il y a une quinzaine d'années pour une grande banque d'investissement.... Moultement parodiée dans certaines écoles: j'ai du mal à la regarder sans rire.... Mais c'est juste moi).

Edited by Tancrède
Link to comment
Share on other sites

Le choix de certaines batailles est en effet surprenant sur cette affiche:

- Marignan pourquoi pas. Mais j'aurais ajouté Malplaquet ou Rocroi. 800 ans de Royauté française résumée en une seule bataille c'est fort peu...

- Valmy c'est une bataille de type match nul et le choix de batailles pour la Révolution eut pu être de vraies victoires comme Jemmapes et Rivoli.

- La prise de Dantzig par le général Lefebvre en 1807 n'est connue que des fanas de l'histoire du Premier Empire. Pour le Premier Empire Austerlitz et Wagram s'imposaient par leur ampleur, leur impact géopolitique, leur notoriété et la valeur déployée par nos soldats.

- Pour le Second Empire Magenta et Solferino s'imposaient. Je me demande si le choix du petit combat de Bazeilles sur l'affiche ne vient pas d'un désir de citer les Troupes de marine... ;)

- Pour la Première guerre mondiale on avait Verdun et La Marne.

- Pour la Seconde on avait Bir Hakeim et effectivement le Garigliano.

Et il fallait s'arrêter là. Les guerres coloniales c'est trop récent pour en parler et ça ne comporte pas de grandes batailles. Citer la glorieuse (car pleine d'actes d'héroïsme des soldats français) défaite de Dien Bien Phu relève de l'autoflagellation.

 

Ceci dit, comme nos contemporains n'apprennent l'Histoire que par des lectures personnelles dans les magazines ou les livres, et très peu dans l'EN, certains noms de batailles leur évoquent-ils encore quelque chose? Comment susciter un sentiment patriotique quand l'Histoire genre roman national n'a plus vraiment droit de cité dans l'enseignement, marginalisée qu'elle est au profit d'une Histoire universelle des cultures par thèmes et sans repères chronologiques?

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Mais bon, faut pas non plus trop attendre de campagnes d'affichages ou de spots vidéos. Ils ne sont que la partie la plus superficielle d'une vraie stratégie de recrutement, et rarement la plus efficace; de fait, ce sont de quasi détails, qui, mis à leur juste place, concourent plutôt d'une stratégie d'image et d'imprégnation dans l'environnement visuel, culturel et de conscience (au lieu d'être de bêtes campagnes dont on essaie de mesurer le résultat chiffré, ce qui est un exercice vain, coûteux et inutile). Aux USA, ils vont nettement plus chercher la recrue, et ils lui proposent nettement plus; pas en terme de paie, mais quand même en terme objectifs (possibilités de formation, hébergement, constitution de capital....) et subjectifs (valorisation, identification, environnement de vie et travail....). Pour cette dernière famille de motivations, tout n'est pas vrai, tout n'est pas à la hauteur des promesses (parfois très loin de là, surtout pour "l'après armée", particulièrement pour les troupes de combat proprement dites) et il y a beaucoup de déceptions; mais c'est quand même beaucoup plus et mieux travaillé. L'armée en France est à des années lumières de ce genre de travail, se limitant beaucoup plus à une com externe assez pathétique. On y fait peu attention, parce que.... Hé, y'a des affiches et des vidéos, comme aux USA ou ailleurs. Mais outre qu'elles sont pas terribles le plus souvent, elles sont l'élément le moins important d'une vraie com, ou plus exactement, d'un vrai marketing de l'armée.

 

 

 

Oui Michael Moore filmait ça dans Colombine (je crois que c'est celui-là) : des équipes de Marines qui par pair de deux déambulent dans les centres commerciaux des banlieues paumées pour offrir un avenir à ces gens sans perspective professionnelle. Pas vraiment l'idée qu'on se fait du recrutement de la recrue de qualité mais bon, ya une démarche positive derrière.

Link to comment
Share on other sites

Quelle est la recrue de qualité? Un même sujet pourra être un très bon soldat ou un mauvais, voire un vrai poids mort, suivant son état d'esprit, la façon dont il est traité, une part de hasard/circonstances (qui permettent le "déclic"), l'adaptation psychologique de l'entraînement, l'adaptation du cadre de vie et de travail, la motivation qu'on crée.... Un tas de facteur environnementaux et humains qui permettent de révéler les potentiels, de le faire plus ou moins bien, ou de pas le faire du tout, voire de rendre inévitable ou presque le fait d'avoir une forte proportion de gens juste là pour toucher la paie ou qui n'ont nulle part ailleurs où aller. Et les mêmes pourraient être de bonnes recrues et de bons soldats: je crois beaucoup moins à l'idée d'un déterminisme faisant qu'il y a de "bonnes" recrues d'emblée. Certains sont plus prêts à entrer dans le moule et à s'y épanouir, c'est sûr, mais comme dans toute activité, il y a bien peu de déterminisme: suivant les moyens, capacités et opportunités (et la façon de le faire) que tu donnes à un individu de se révéler (y compris à lui-même), il le fera dans la grande majorité des cas. Mais c'est le réflexe éternel que de considérer la méthode qu'on a "bonne", ou au mieux "légèrement perfectible", et qu'en conséquence, s'il y a beaucoup de déchet dans la "production" de soldats, c'est que le matériel de base est mauvais pour tous ces gars là. Et on prend l'effet pour la cause....

Entre ce genre d'approche, héritée d'une armée qui n'est jamais allé chercher la recrue, et ne l'a jamais prise en considération autrement que comme une commodité ou une abstraction, et les moyens consacrés à l'être humain dans l'armée (ceux qu'il voit, utilise et reçoit), on peut comprendre que les candidatures n'affluent pas, que les gens restent peu (surtout les bons) et que beaucoup ne soient jamais incités à -comme le dit le slogan de l'US Army- "être tout ce qu'ils peuvent être".

La 1ère GM a montré l'évolution radicale en moins de 4 ans de la considération à accorder au soldat, de la place à lui accorder (un être pensant et sensible -j'entends "avec une âme", pas "sensible = tapette"-, un citoyen, pas un produit jetable, un individu capable de tâches complexes et de responsabilité -qui change la nature du combat-....), évolution faite en grande partie CONTRE la culture du corps des officiers (entre mépris aristocratique, considération déshumanisante de la "vision d'en haut" et paternalisme condescendant).... Qui est revenue au galop après la guerre, comme bien d'autres mauvaises habitudes. Les Anglais, et plus encore les ricains, avaient une autre façon de traiter l'humain. Et le pire est qu'on voit encore cette différence aujourd'hui: tu croirais que le temps suffirait à faire rentrer la leçon.

Je sais que c'est pas directement perceptible, mais cette affiche vient pour moi de la même conception culturelle, et donc de la même réflexion déficiente: ne pas prendre au sérieux le fait d'avoir une stratégie de communication en est le premier élément. Qu'y peut-on, les gens "en haut" n'ont même pas la queue du début de cette culture; résiltat, pour eux, la com, c'est jeter du fric à des agences ou services spécialisés pour qu'ils fassent des affiches et des spots. Pas besoin d'être même un professionnel du marketing pour dire qu'ils conçoivent mal leur produit, qu'en conséquence c'est un mauvais produit, et que donc ils le vendent mal et peu.

 

On peut se prendre le chou pour savoir quelles batailles, vieilles images d'Epinal pourries mettre sur l'affiche, on passe à côté de l'essentiel: mauvaise compréhension, mauvaise culture de l'humain, mauvais calcul, mauvaise stratégie, mauvais moyens.... Et à l'arrivée, tout en bas de la chaîne de choix et actions, mauvais message et mauvaise affiche. Ceux qui croient que faire du marketing et de la com va se résumer à des trucs comme la couleur et les motifs de l'affiche, ou du spot télé, et, au final, à un truc très "strass et paillettes", auront du mal à comprendre pourquoi ce genre d'exercices est vain avant même d'être commencé. Une bonne approche avec une affiche moyenne, voire pas terrible (une erreur est toujours possible, tout en bas de la chaîne, côté création; ce n'est qu'un problème esthétique, le moins important des aspects -c'est la moindre part de l'impact), aura des résultats; une mauvaise approche ne produit pas de bonne affiche (mais peut en produire une belle à l'occasion), et n'obtient pas de résultat.

Edited by Tancrède
Link to comment
Share on other sites

Mais de quoi tu parles Tancrède? De l'Armée française qui n'aurait pas le souci de l'humain? Si c'est le cas, ce n'est pas l'Armée que j'ai connue durant 27 ans que tu évoques là.

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Mais oui, tout est toujours parfait ou presque, surtout quand il s'agit d'émettre même l'hypothèse de remettre en question le milieu dans lequel on a baigné: tout est au mieux de notre côté, c'est ailleurs que ça merde. En attendant, on constate le résultat. Mais évidemment, ce sera toujours la faute de quelqu'un ou de quelque chose d'autre: encore ces sales politiques, sans doute, toujours eux.

 

Je constate juste l'angle sous lequel est abordé le recrutement (et si tu veux du bon recrutement, de la bonne "production" de soldats et de la fidélisation, toute la conception de la GRH doit changer: ça s'appelle concevoir un bon produit), dont une affiche telle que celle-ci, dans tous les aspects de com/marketing qu'elle traduit, reflète la stratégie et la culture dont elle émane. Ca semble abstrait à qui n'a pas trempé dans le milieu, c'est évident pour qui y a été. Après, y'a des données à collecter sur d'autres aspects (et le forum est un des endroits où on a déjà des échos permettant de commencer à dresser un tableau), mais le problème culturel est évident. Et quand on compare à l'organisation de la GRH dans les diverses formes US, par exemple (qui est pourtant tout sauf parfaite), ou dans les forces nordiques, et aux stratégies de recrutement qui en découlent, on voit les différences et les arriérations côté français (ça veut pas dire qu'il n'y a pas aussi des bons points, mais le bilan global n'est pas au même niveau). Le paternalisme culturel des officiers français est un des exemples les plus atterrants de cette "considération pour l'humain" ressortant d'une culture autiste et imbue d'elle-même.

 

Mais ça doit encore être mes délires intellos; il faut certainement continuer comme c'est, y'a pas de vrai problème fondamental. C'est tout une question de fric et de ces abrutis de politiques.

 

 

En attendant cette affiche est une nullité à tous les échelons auxquels une stratégie de com se fait: du plus haut et du marketing jusqu'au plus bas et à la conception esthétique du message. Zéro pointé. Efficacité à venir garantie: nulle. De l'argent gâché.

Edited by Tancrède
Link to comment
Share on other sites

Tancrède,

Je ne parle pas de l'affiche ni de la stratégie de recrutement, je parle d'une armée, la nôtre, celle que j'ai connue et que je côtoie encore, où le sens de l'humain prévaut, à l'exception près bien sûr. C'est vrai que je l'ai connue de l'intérieur. Et je serais dans la démarche de caste, moi le fils de sous-off et de paysanne, laisse-moi rire... De ton côté tu prétends déduire plein de trucs à partir d'une simple affiche. Alors que tu ne fais que projeter tes à-priori voire tes rancoeurs sur le clavier, tout ça camouflé sous un vernis de raisonnement.

 

Pour le recrutement je ne suis pas sûr que nos méthodes actuelles soient les meilleures, là je te rejoins, mais pour en parler en détails, je laisse ça aux spécialistes.

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

De ton côté tu prétends déduire plein de trucs à partir d'une simple affiche. Alors que tu ne fais que projeter tes à-priori voire tes rancoeurs sur le clavier, tout ça camouflé sous un vernis de raisonnement.

 

Je déduis pleins de trucs à partir d'une affiche, des résultats obtenus et de ce qui transparaît depuis des années. Mais oui, rien que sur l'aspect de la simple affiche, je déduis plein de trucs comme le ferait n'importe quel professionnel ou ex-professionnel de la communication et du marketing. C'est peût-être imperceptible pour qui n'est pas passé par là, c'est évident pour qui y est passé. L'intention et la culture se devinent aux "messages" apparents, aux symptômes si l'on veut: c'est vrai dans n'importe quelle discipline et domaine, pour peu qu'on les connaisse.

Et je serais dans la démarche de caste, moi le fils de sous-off et de paysanne, laisse-moi rire...

 

Bon, ben tu as tes certitudes; y'a rien que de très marginal à changer dans la culture.... Pas la peine d'en discuter, ce serait du temps perdu.

C'est sans doute pour ça que tout marche si bien. C'est marrant, parce que d'Ardant du Pic à Goya en passant par lLyautey et tant d'autres, il y a pourtant beaucoup de contestations de la culture d'un milieu qui change peu (sauf à ses propres yeux). Ou parce que d'autres armées font autrement et ont de meilleurs résultats, tant dans la motivation, la fidélisation et la "fabrique de soldats" (à moindre taux de déchet entre le nombre de bons soldats/motivés, ceux qui grimperont, et ceux qui sont juste là pour en faire un minimum: phénomène peu visible, donc facilement évacuable).

Pour le recrutement je ne suis pas sûr que nos méthodes actuelles soient les meilleures, là je te rejoins, mais pour en parler en détails, je laisse ça aux spécialistes.

 

Déjà là, dans cette formulation, tu as une bonne partie du problème: le recrutement, c'est un domaine séparé, donc juste des "méthodes" à revoir.... Absolument pas une question du produit qu'on vend, c'est juste comment on le vend. Donc aucun problème dans la GRH, la question de qui on recrute, de comment on en fait des soldats, de ce qu'est être un soldat aujourd'hui (et de ce qu'est le public de recrutement d'aujourd'hui), de comment on les traite, des perspectives et de l'image d'eux-mêmes qu'on leur donne et qu'on les aide à se faire (deux choses différentes.... Meunon, je dis encore que des conneries qui sont des coupages de cheveux en quatre d'intello à la con).... Non, c'est juste une question d'emballage; y'a qu'à bouger ça. Ca fera une nouvelle affiche et un nouveau plan média à deux balles.

 

projeter tes à-priori voire tes rancoeurs sur le clavier

 

Nope; passé la minute et demie que ça me prend à taper.... J'en ai rien à foutre. Et le soleil brille.

Edited by Tancrède
Link to comment
Share on other sites

moi j'aurais vu un truc plus stylisé qui te fait voir avant et maintenant ,avec des couleurs du style bleu nuit qui mette le personnage plus en visuel .

 

sans trop de bla bla car là sa devient trop tassé et qui ne donne pas envie de le lire (exemple : courage ,abnégation et combativité en petit ...) .

 

on est dans une époque ou il faut allé au vif du sujet alors dix tonnes de mots alors qu'avec moins on peu marqué l'esprit s'est mieux .

 

j'ai pas la formule mais un truc du genre à la Napoléon :

"soldats ,songez que du haut de ces monuments ,quarante siècles vous contemplent ".

 

on pourrait modifié avec un style comme sa :

"tant de siècles te contemple ,voila d'ou tu viens soldat de France !

 

bon s'est pas du top top mais bon il y a de l'idée à fouillé avec sa .

 

je verrais plus des slogans aussi du style rejoins nous et non devient toi même comme on peu le lire .

le Sergent DOUADY qui a écrit le livre d'un guerre à l'autres a écrit sa : "en voyant les affiches qui me disait devient toi même ,je me disais non je veux devenir comme eux ".

 

on rejoint un groupe ,et pas "devenez vous même" .

 

on doit occulter l'individualisme et la distance avec le "vous" mais  attiré avec un tutoiement par exemple du genre :"rejoins nous !" .

 

je vais peut-être choqué mais on s'aperçoit que derrière l'individualisme il y a souvent une envie de faire parti de la "bande" .

 

enfin voilà je balance en vrac mais faut justement allé à l'encontre du phénomène individualisme ,car on ne veut pas forcément être soi même mais devenir comme eux .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
Link to comment
Share on other sites

Ceci dit, comme nos contemporains n'apprennent l'Histoire que par des lectures personnelles dans les magazines ou les livres, et très peu dans l'EN, certains noms de batailles leur évoquent-ils encore quelque chose? Comment susciter un sentiment patriotique quand l'Histoire genre roman national n'a plus vraiment droit de cité dans l'enseignement, marginalisée qu'elle est au profit d'une Histoire universelle des cultures par thèmes et sans repères chronologiques?

 

L'histoire, ce n'est pas qu'une suite de batailles. Comprendre le rôle de la religion dans une société, le fonctionnement de la famille à une époque donnée, la structuration progressive de l'espace public, c'est aussi de l'histoire. Et pour le citoyen en construction, c'est peut-être tout aussi important, voire davantage, de connaître ces aspects-là plutôt que de connaître la Bataille de Bazeilles... Et je dis cela en ayant pourtant un penchant pour l'histoire militaire.

 

Sinon, je rejoins l'avis de Tancrède quant à l'aspect suranné de l'affiche. Je n'irai pas nécessairement aussi loin dans l'analyse. Mais je ne la trouve pas vraiment valorisante. Même la posture du soldat au centre de l'image semble avoir été négligée... Ils ont dû prendre un copier/coller d'une photographie au pif... Ca n'est pas possible autrement.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,966
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...