Recommended Posts

Il y a 11 heures, Conan le Barbare a dit :

- le Run de Kessel commence très bien et s'arrête brutalement... en mode "quoi !? c'est tout !? Vous pouviez pas prendre 10 minutes en plus pour le développer plus que ça !?"

Bon alors, comment il le fait ce run en 12 parsecs ? Est ce que les fanboys ont raison avec leurs explications pour débancaliser le fait que Solo utilise une unité de distance plutot que de temps ?

Il y a 3 heures, Conan le Barbare a dit :

Ce film canonise le fait que Han shot first n'empêche...

Solo un sniper ? deux bisous en 4 films je trouvais que c'était déjà osé, mais en plus ça couche dans un film de Disney ? Est ce qu'on revoit Emilia un peu dénudée ? Est ce qu'elle utilise la même doublure de corps que dans GoT ou est ce le sien ?

Edited by rendbo

Share this post


Link to post
Share on other sites

On ne voit pas le Run en lui même... c'est là où ça blesses. Ils s'échappent de Kessel (une planète minière au milieu d'un maelström de gaz ionisé...) en prenant un "raccourci", s'en suit un moment de pilotage pour montré que Solo est le meilleur (avec la musique du champ d'astéroïdes de l'Ep.V)  et... paf on arrive à destination avec Solo qui se vente d'avoir fait le run de Kessel en 12 parasecs...

il y a 45 minutes, rendbo a dit :

Solo un sniper ? deux bisous en 4 films je trouvais que c'était déjà osé, mais en plus ça couche dans un film de Disney ? Est ce qu'on revoit Emilia un peu dénudée ? Est ce qu'elle utilise la même doublure de corps que dans GoT ou est ce le sien ?

Niet... Emilia reste habillée Durant tout le film hélas.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Je sort de la séance les gens et honnêtement il est pas mal du tout... il vaut pas Rogue One mais il est clairement meilleurs que les VII et VIII...

J'imagine qu'on pouvait difficilement faire pire... 

Sinon c'est vrai qu'on a de plus en plus tendance à faire des films et séries des "objets" diffusant un message culturel, politique ou social (Wonderwoman, Handmaid's tale...) où on essaie de caser le plus de "minorités" possibles (minorités "raciales", sexuelles, culturelle...) et de messages "progressistes".

Après je ne sais pas si les réalisateurs le font par conviction et qu'ils pensent avoir un rôle "éducatif" à remplir, ou parce qu'ils ont peur des représailles s'ils ne le font pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 19/05/2018 à 22:41, Ciders a dit :

Entre ça et la grosse com' sur le fait que Lando serait pansexuel... ça devient trop gauchiste SW.

Va se faire flageller

Alerte!
Nous avons un Cylon Vong infiltré dans le forum.
Il s'est trahi par son goût pour la SM :tongue:

Le 22/05/2018 à 20:29, Ciders a dit :

La fille cachée de Guri et d'un châssis d'IG-88 ? Ça deviendrait sacrément intéressant ! :happy:

Heu ...
Correction, il a juste des goûts cyberpunk bizarres.

(repart écouter la BO de Bubblegum Crisis et AD Police :tongue:)

Edited by rogue0
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans les produits dérivés, Ils vont sortir un jeu d'escarmouche dont le principe me fait penser à un mix entre "confrontation" et "conan" :

Citation

Star Wars Légion

Description : 
"C’est une époque de guerre civile....
L’Empire Galactique resserre son étreinte sur la galaxie, sa puissance militaire écrasant toute forme de résistance. Depuis des bases secrètes, les troupes de l’Alliance Rebelle se dressent vaillamment en travers de son chemin, multipliant les tentatives désespérées pour enrailler la machine de guerre Impériale. C’est une lutte acharnée, chaque bataille pouvant faire la différence entre la victoire et la défaite…

[...]

Le visuel de la boîte et son contenu : 
La boîte de jeu contient 33 Figurines en plastique, 8 Barricades en plastique, 15 Dés, 3 Gabarits de Déplacement 1 Règle des Portées, 8 cartes Unité, 35 cartes Amélioration, 14 cartes Commandement, 12 cartes Bataille, 1 Compteur de Round, 107 Pions divers et 1 Livret d’Apprentissage. Le matériel est de très bonne qualité, surtout les figurines, qui sont assez détaillées.

[...]

Le déroulement d’une partie : 
Rebelles et Empire s’affrontent, les deux camps montent leur armée (jusqu’à environ 500 points dans la boîte de base), en choisissant ses figurines (et ses cartes associées) et en leur octroyant (ou pas) des bonus (armes, caractéristiques, pouvoirs etc... supplémentaires). Chaque choix, coûte bien entendu des points de création et les deux armées devront être équilibrés en nombre de points. Ensuite, selon le type de jeu choisis (à travers des cartes d’environnements qui seront tirées au hasard) , les objectifs de chacun sont différents, les déplacements se font avec des gabarits selon la valeur de mouvement de chaque figurine, les combats se font avec des dés spéciaux. Tout ceci est très classique (mais très efficace) dans tous les jeux de figurines à collectionner. Le cœur du jeu se trouve tout de même déplacé dans un petit deck de cartes de commandement (à construire en début de partie et qui évoluera avec les extensions) pour apporter plus d’originalité. À chaque tour, on joue une de ces cartes de commandement face cachée puis on la révèle ensemble. 

[...]

Le verdict : 
Tout d’abord, il faut savoir que ce jeu est destiné aux débutants en jeu de figurines. Ses règles simples (un tout petit livret) claires et équilibrées, sa boîte complète (avec les marqueurs, gabarits, cartes) et son montage ultra-rapide, le démontrent. Le jeu, vendu pour 2 joueurs, peut bien entendu être joué à plus (mais toujours en 2 groupes qui s’affrontent, chaque joueur ne jouant qu’une partie des figurines de la faction). Le tout reste classique, car inspiré de tout ce qui se fait de mieux dans le domaine. Le jeu comporte toutefois 2 énormes avantages par rapport à leurs concurrents. Premièrement, le fournisseur de la licence (Disney), l’éditeur (FFG) et le distributeur (Asmodée) ont des reins et une expérience très, très solides. Ainsi, comme dans toute édition FFG, le suivi de gamme est pérenne dans le temps avec une qualité assurée, mais surtout très rythmé, ce qui permet de renouveler ses armées au fur et à mesure de la vie du jeu, de façon certaine et équilibrée.

[...]

l'article complet avec les photos http://www.unificationfrance.com/article52830.html#Ex2F7BaxMt1mqWT0.99 

 

 

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Tancrède a dit :

C'est maintenant officiel: le WE de sortie de Solo est considéré comme un bananage. (...)
On voit depuis vendredi Lucasfilm et Disney en mode damage control plutôt hystérique, en train de faire le spin: (...) Mais pas à cause de SW. Faudrait plutôt regarder du côté de ceux qui gèrent la franchise et sa ligne narrative ces temps-ci. #danlecul

J'ai vu le tweet suivant (parodique) qui m'a bien fait rire.

Mais vu la capacité humaine à refuser de se remettre en question (+ groupthink) , ça va peut être se réaliser. :dry:


 

Citation

 

The Force Awakens: Female lead, $247M opening weekend

Rogue One: Female lead, $155M opening weekend

The Last Jedi: Female lead, $220M opening weekend

Solo: Male lead, $83M opening weekend (3-day)

Thus, the obvious conclusion: LEIA: A Star Wars Story, December 2020

 

 

Edited by rogue0

Share this post


Link to post
Share on other sites
35 minutes ago, rogue0 said:

J'ai vu le tweet suivant (parodique) qui m'a bien fait rire.

Mais vu la capacité humaine à refuser de se remettre en question (+ groupthink) , ça va peut être se réaliser. :dry:

 

T'es sûr que son tweet est parodique? J'adore Scalzi, mais il est très "girl power", et je sens pas vraiment la puissance du sarcasme dans les propos tenus. Je suis pas vraiment sûr, au global, que Lucasfilm prenne les bonnes leçons de cette histoire, surtout avec quelqu'un d'aussi puissant que Kathleen Kennedy (dans la sauce politique interne de Disney et du cinéma à Hollywood) et sa clique aux manettes, et un Bob Iger qui a laissé la politique s'insinuer dans le business Disney, bien au-delà de Lucasfilm, ce pourquoi il s'est récemment fait retoquer en Assemblée Générale des actionnaires (qui lui a refusé son augmentation annuelle, un fait rarissime, surtout alors que les bénefs sont là). Il y a une mentalité désormais très à gauche et très sectaire et absolutiste dans les milieux du divertissement aux USA: elle a toujours été là, et elle est très dominante depuis 40 ans, mais ça n'a jamais été à ce point là, et elle n'a jamais imposé une telle obligation de conformisme idéologique dans les scripts et le recrutement qu'aujourd'hui. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-être qu'une partie du mythe et de la fascination pour Star Wars venait du fait que la saga ne comportait pas beaucoup de films jusqu'à récemment, ce qui laissait beaucoup de place à l'imagination et aux fantasmes des spectateurs sur de nombreux aspects de l'histoire et des personnages. 

A force de passer la série à la moulinette et de faire des films pour raconter tout et n'importe quoi, on tue peut-être cette part de mystère et l'aura si particulière de la saga. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas pour Han Solo, dont on connaissait déjà beaucoup de choses, ne serait-ce que par l'UE. Peut-être surtout que le film n'est tout simplement pas bon, du moins pas suffisamment. Et qu'à force de vomir sur le vivier de vrais fans de départ, celui-là même qui serait normalement prêt à casquer plus que les autres pour vibrer, on se prive d'une bonne partie des gens capables de payer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
33 minutes ago, Kiriyama said:

Peut-être qu'une partie du mythe et de la fascination pour Star Wars venait du fait que la saga ne comportait pas beaucoup de films jusqu'à récemment, ce qui laissait beaucoup de place à l'imagination et aux fantasmes des spectateurs sur de nombreux aspects de l'histoire et des personnages. 

A force de passer la série à la moulinette et de faire des films pour raconter tout et n'importe quoi, on tue peut-être cette part de mystère et l'aura si particulière de la saga. 

Je dirais oui s'il n'y avait pas des données persistantes, notamment le fait que les personnages "historiques" de la saga restent de très loin les plus populaires, y compris auprès des publics les plus jeunes (ceux -assez nombreux- qui ont la chance d'avoir des parents conscients de leurs devoirs sacrés et qui incluent le visionnage de SW dans leur éducation): cela se voit non seulement dans les sondages de popularité (où quasiment aucun perso de l'actuelle trilogie n'apparaît, et surtout pas en bonne position) mais plus encore dans les achats et la consommation de merchandising en général (jusque dans les costumes/panoplies). C'est qu'il y a peut-être quelque chose à gratter de ce côté: sens du récit, contenu et image des personnages, sens du "souffle épique" et de ce qui impacte les consciences et reste dedans.... Lucas n'a jamais été un grand scénariste, mais il semble avoir un certain sens de ce qui maruqe, de ce qui fait date, de ce qui a de l'ampleur, tous facteurs peu quantifiables et certainement pas réductibles à une liste d'ingrédients ou une pile de concessions aux délires sociopolitiques (d'une "élite" politico-universitaire) du moment. Une bonne histoire n'est JAMAIS un échantillon "représentatif" (surtout la "représentativité telle que définie par les enragés de la soi-disant "diversité"), et s'imposer un tel cahier des charges avant même de commencer à l'écrire, c'est se condamner d'avance. Et un bon personnage n'est certainement pas non plus un jeu de peinture par numéros où on essaie de fourrer tous les trucs cools ou merdiques suivant la façon dont on veut le faire apparaître. Et la franchise avait une force: cette fanbase immense et fanatiquement dévouée qui suivait tout et servait de relais, de multiplicateur de puissance énorme.... La nouvelle direction l'a attaquée, l'a divisée, et s'en est aliénée une partie qui travaille maintenant activement contre Lucasfilm. Tout en nétant pas capable de la remplacer par une nouvelle. Pas forcément un très bon calcul de considérer la fanbase comme acquise et de chier dessus en fantasmant sur une hypothétique nouvelle fanbase supplémentaire.... Surtout en plus si on fait ça avec de mauvais produits. 

J'ai l'impression que dans l'ensemble, une bonne partie du travail de scénarisation aujourd'hui est fait par des geeks qui n'ont rien vécu et n'ont qu'une connaissance limitée de la vie (et des êtres humains), soit qu'ils soient trop jeunes et/ou idéologisés, soit qu'ils aient baigné au final depuis trop longtemps dans le même milieu sans jamais changer d'horizon, et ne connaissent les humains et leurs interactions qu'au travers de ce qu'ils ont vu ou lu dans des BDs, romans, séries et films. Je ne peux pas m'empêcher de penser que tous les grands mythes et réussites de la culture populaire américaine, ou presque, ont été écrits (quel que soit leur média de diffusion principal à la fin) avant tout par des gens avec une vraie expérience de la vie, ayant souvent bourlingué, n'étant pas forcément passé par l'université (et certainement pas par les cursus de "creative writing"), et qui avaient du gagner leur place ou qui avaient eu le coup de génie qui fait la différence et permet de brûler des étapes. Et depuis un certain temps, Hollywood vit plus de cet héritage qu'il ne le développe, par des copies, des redites et remakes, de la répétition qui ne dit pas son nom, des pastiches. Parce qu'au fil du temps, et en partie par le biais du modèle économique et de temps plus "calmes" qu'auparavant, le métier en est venu à être trusté par des geeks parfois certes très connaisseurs du matériel accumulé, mais ayant bien peu vécu: certains peuvent être des virtuoses à manier les codes existants (une corde qui s'use à force de l'utiliser), mais pas le genre à en créer de nouveaux, à être réellement inventifs. Et beaucoup font n'importe quoi, donnent dans la facilité, se cooptent les uns les autres par solidarité, entrisme, idéologie.... Au final, j'ai plus l'impression d'une industrie qui, au fil de ses générations, ne fait plus que de la photocopie... De photocopies antérieures, elles-mêmes photocopiées sur ce qui précédait. 

Edited by Tancrède
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Tancrède a dit :

Lucas n'a jamais été un grand scénariste, mais il semble avoir un certain sens de ce qui marque, de ce qui fait date, de ce qui a de l'ampleur, tous facteurs peu quantifiables et certainement pas réductibles à une liste d'ingrédients ou une pile de concessions aux délires sociopolitiques du moment.

J'aurais même tendance à dire que les œuvres majeures de la science-fiction ne reposent pas forcément sur un grand scénario... du moins dans le sens que l'on attribue usuellement au concept de scénario. Ce qui importe davantage, c'est la constitution d'un monde original,  l'instauration de principes de société subversifs, une créativité graphique, etc. Bien souvent, le scénario ne fait qu'alimenter l'un ou plusieurs des aspects précédemment évoqué et l'on a d'une certaine manière une inversion : le scénario ou l'intrigue ne font que révéler ce monde original, ces principes subversifs, cette créativité graphique. Pour moi, c'est un des particularismes de la science-fiction. Soit dit en passant, cela fait un moment que j'ai de plus en plus de mal à considérer starwars comme étant, dans mon esprit, une oeuvre de science-fiction. Sans doute parce que j'accorde peu d'importance aux effets spéciaux, ou du moins à une certaine gamme d'effets-spéciaux, dans ma définition de la science-fiction.

Edited by Skw
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon je l'ai vu ce soir avec un ami.
Je m'attendais à un massacre, et c'est bien moins pire que prévu. C'est même regardable, pour vous dire!
Pas toujours très bien mené, un peu kitsch ou hors de propos parfois, mais autrement, sachant qu'il parait que 80% du film a du être reshooté, je trouve qu'ils s'en sortent pas si mal que ça. En tout cas bien mieux du point de vue narratif que les épisodes 7 et 8.

Après ça ne m'a pas vraiment fait vibrer, le raid de Kessel était en deçà de mes attentes, il manque ce petit je-ne-sais-quoi qui ferait naître la magie, et sur 2h de film c'est quand même hautement dommageable. Les personnages quoiqu'un peu fades, ne sont pourtant pas trop mal amenés, bien que Han soit un gros Gary Stu.

Vite regardé, vite oublié, mais à 6 euros la place après réductions, c'était plutôt honnête. J'ai beaucoup moins le sentiment d'avoir été pris pour un con que précédemment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
28 minutes ago, Patrick said:

Bon je l'ai vu ce soir avec un ami.
Je m'attendais à un massacre, et c'est bien moins pire que prévu. C'est même regardable, pour vous dire!
Pas toujours très bien mené, un peu kitsch ou hors de propos parfois, mais autrement, sachant qu'il parait que 80% du film a du être reshooté, je trouve qu'ils s'en sortent pas si mal que ça. En tout cas bien mieux du point de vue narratif que les épisodes 7 et 8.

Après ça ne m'a pas vraiment fait vibrer, le raid de Kessel était en deçà de mes attentes, il manque ce petit je-ne-sais-quoi qui ferait naître la magie, et sur 2h de film c'est quand même hautement dommageable. Les personnages quoiqu'un peu fades, ne sont pourtant pas trop mal amenés, bien que Han soit un gros Gary Stu.

Vite regardé, vite oublié, mais à 6 euros la place après réductions, c'était plutôt honnête. J'ai beaucoup moins le sentiment d'avoir été pris pour un con que précédemment.

C'est clair: à 10-11 euros, on est un gros con. A 6 euros, on est un aventurier pas effrayé par la déception :tongue:

Mais ce Solo, désormais connu sous le nom de Soylo (parce que le soja ferait baisser la testostérone des djeunz), un Gary Stu? J'aurais dit un avatar émo pasteurisé qui essaie de jouer aux grands (et se fait rabrouer constamment sans que ce soit charmant) et a apparemment besoin de demander la permission pour être le héros de sa propre histoire. C'était mon impression perso. Grosse déception aussi côté Lando. 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Tancrède a dit :

Soylo (parce que le soja ferait baisser la testostérone des djeunz), un Gary Stu?

Bah:

Révélation

il parle wookie, c'est un as du pilotage de tout type de vaisseau alors que c'est un pouilleux des bas-fonds de Correlia, il sait jouer au sabacc comme un dieu, etc etc etc.

Je n'ai rien contre cela intrinsèquement (c'est quand même Han Solo) mais la manière dont c'est présenté et filmé donne vraiment l'impression du héros Disney bien trop parfait pour être crédible. Ça nuit vraiment à l'exploitation du suspense je trouve.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y aurait peut-être de l'eau dans le gaz entre Kathleen Kennedy et Lucas Films. Un film sur Lando Calrissian qui avait été annoncé par Kennedy a été démenti par Lucas Films.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Il y aurait peut-être de l'eau dans le gaz entre Kathleen Kennedy et Lucas Films. Un film sur Lando Calrissian qui avait été annoncé par Kennedy a été démenti par Lucas Films.

En même temps avoir réussi à bousiller ( ou quasi) en moins de 5 ans une franchise aussi culte et universelle ça relève du génie. . .

Tancrède avait prévenu que les prochains mois risquaient d'être en mode "red wedding" pour notre féministe néo 3.0 ^^

Et si le microsome holliwodien se sent investi d'une mission sacrée pour éduquer un peuple occidental aka le mâle blanc hétéro cis facho, intolérant et porteur de toute l'ignominie du monde ( très péché originelle ^^), faire du fric reste le premier des commandements et là ( et encore merci Tancrède pour les analyses!) ça commence à sentir le sapin. . . 

Tiens petite question pour uchronie éventuelle:

Si vous étiez investisseur, que feriez vous pour rendre SW de nouveau attirant et aussi culte ( ou s'en rapprochant) de la trilogie orignale ? S'inspirer de l'UE (univers étendu)?, Donner un pouvoir décisionnel aux fans ?

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, elannion a dit :

Kathleen Kennedy

Quand on lit sa biographie, Kathleen Kennedy est un monument de la production et fut un facteur essentiel des succès de Spielberg. Pourtant, je ne me souviens pas d'un tel militantisme politiquement correct dans ces films. Ma question est donc: Kennedy a-t-elle toujours eu cet agenda caché?

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 hours ago, SinopeMT said:

Quand on lit sa biographie, Kathleen Kennedy est un monument de la production et fut un facteur essentiel des succès de Spielberg. Pourtant, je ne me souviens pas d'un tel militantisme politiquement correct dans ces films. Ma question est donc: Kennedy a-t-elle toujours eu cet agenda caché?

K Kennedy est depuis longtemps aux plus hauts niveaux de la production, mais jusque très récemment, elle était "juste" dans des positions managériales, pas au top absolu de la chaîne de décision de la production: ergo, elle n'a jamais réellement eu de pouvoir de décision au niveau créatif, ou à l'intersection entre création et management/business: elle a fait partie d'équipes dirigeantes où sa tâche était plus purement comptabilité/gestion/management d'équipes côté business/relations avec les studios (ou représentation des studios). Lucasfilm est en fait son premier job de patronne de la production, ce qui réclame infiniment plus que ce qu'elle faisait avant, où elle a plus tiré gloire d'être proche du top d'équipes de production à grand succès. Je doute qu'elle ait jamais eu la capacité ou la latitude de dire à Spielberg quoi faire. Et en plus, la rumeur dit qu'elle a jamais été fan de Star Wars.... Ca aide pas. 

 

3 hours ago, elannion said:

En même temps avoir réussi à bousiller ( ou quasi) en moins de 5 ans une franchise aussi culte et universelle ça relève du génie. . .

 

N'exagérons rien: il y a dommage. On ne sait pas encore si la franchise est "bousillée". Il faudra attendre les films suivants pour ça. Rappelons que la majorité des audiences ne suit en aucun cas les développements et histoires décrites ici, et, surtout pour l'audience des 2 premières semaines, n'est pas faite en majorité de fans, mais de gens lambda et de "semi-fans" et enthousiastes "légers" qui se rallient à une franchise connue et à des critiques correctes, rien de plus (et le bouche à oreille, si puissant). Ca va prendre du temps d'avoir un diagnostic réel de la situation (suivi des ventes de jouets/merchandising et des "tie-ins" -produits de fiction dérivés-, des jeux vidéos et attractions, et des films suivants) sur une franchise aussi vaste. Même le dommage à la fanbase est compliqué à évaluer dans son ampleur. Le résultat de l'épisode VIII peut être jugé en demi-teinte, et son impact sur les ventes dérivées n'est pas bon du tout, mais le film a quand même fait 1,3 milliards, donc difficile d'appeler ça une foirade complète, même si à mon sens, il y a de quoi critiquer la sous-performance, et surtout, le dommage observé (fanbase, revenus ancillaires, impact sur l'image....) pour la suite. Le management d'une franchise de cette ampleur peut souffrir quelques échecs.... Si des décisions sont prises et un fort travail accompli. 

Mais bon, tout va bien, puisque Lando est libre de s'envoyer en l'air avec des robots. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, Tancrède a dit :

Je doute qu'elle ait jamais eu la capacité ou la latitude de dire à Spielberg quoi faire

D'après cet article, il semblerait que son rôle fut plus important. Elle est l'associée historique de Spielberg au sein d'Amblin. Il y a un vrai rapport d'égal à égal et sa contribution semble clairement importante dans les réussite de Spielberg. Bien au contraire, sa carrière ne s'est pas fait uniquement en corporate d'après sa biographie puisqu'elle fut une cheville ouvrière du plus grand indépendant qu'est Spielberg dans l'écosystème hollywoodien. Connaissant les relations entre Lucas et Spielberg, ça avait du sens de la nommer à la tête de Lucasfilm version Disney. Voir Lucasfilm épouser avec tant d'entrain la doxa PC sous son active impulsion m'étonne in fine, puisque je ne pensais que c'était la plus susceptible de le faire. Et puis quand on regarde les classiques de Spielberg, difficile à croire qu'elle aurait accepté une Mary Sue qui une faute d'écriture, une faute professionnelle presque.

https://www.ecranlarge.com/films/news/1006998-steven-spielberg-revele-pourquoi-la-productrice-de-star-wars-lui-a-passe-le-pire-savon-de-sa-vie

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
53 minutes ago, SinopeMT said:

D'après cet article, il semblerait que son rôle fut plus important. Elle est l'associée historique de Spielberg au sein d'Amblin. Il y a un vrai rapport d'égal à égal et sa contribution semble clairement importante dans les réussite de Spielberg. Bien au contraire, sa carrière ne s'est pas fait uniquement en corporate d'après sa biographie puisqu'elle fut une cheville ouvrière du plus grand indépendant qu'est Spielberg dans l'écosystème hollywoodien. Connaissant les relations entre Lucas et Spielberg, ça avait du sens de la nommer à la tête de Lucasfilm version Disney. Voir Lucasfilm épouser avec tant d'entrain la doxa PC sous son active impulsion m'étonne in fine, puisque je ne pensais que c'était la plus susceptible de le faire. Et puis quand on regarde les classiques de Spielberg, difficile à croire qu'elle aurait accepté une Mary Sue qui une faute d'écriture, une faute professionnelle presque.

https://www.ecranlarge.com/films/news/1006998-steven-spielberg-revele-pourquoi-la-productrice-de-star-wars-lui-a-passe-le-pire-savon-de-sa-vie

Qu'elle ait eu un rôle important, parfois crucial, en termes de management, de rapports "politiques" entre prod et studios, de business relations (financement surtout) et public relations, c'est indéniable: elle n'a jamais été une secrétaire niveau VIP. Je parlais de sa position en termes de participation à la direction artistique/éditoriale, au niveau d'un film ou d'une franchise toute entière. Elle a jamais été un producteur à la Daryl Zanuck ou... Harvey Weinstein (on peut dire ce qu'on veut et doit sur lui, mais il a pondu mille succès qui n'auraient pas du l'être, soutenu des films qu'aucun studio n'aurait produit....), soit ceux qui ont à la fois un sens de l'écriture et un sens du public, en plus de leur entregent, de leur sens du business et de leur "capital politique" dans le métier et de la force de leur caractère (parfois, des gens comme Weinstein ont pu lancer ou continuer un projet juste aux coups de gueule et à la persévérance). Elle est pas ce genre de producteur, pas plus qu'elle n'a fait de carrière "par l'extérieur", en indépendante: elle vient du "cursus intérieur", soit ceux qui ont essentiellement eu un parcours de carrière aussi conventionnel que possible dans ce genre de métier, en étant rattachée à de grands noms (c'est essentiellement Spielberg qui a fait sa carrière... Et son mari l'a aussi pas mal aidée). C'est une politicienne et une manager, pas une créative, pas une interface prod-public, et pas cet indispensable mais indéfinissable caractère qui opère la jonction création-business en pouvant bien gérer les deux aspects (une qualité rare, même à Hollywood: Spielberg et sa femme sont bien meilleurs dans cette fonction). 

 

Mais pour revenir au présent film, les questions qui se posent peuvent être résumées:

- dans quelle mesure la foirade de Solo est-elle due à l'épisode VIII et/ou à la ligne directrice qui semble se dégager des 3 derniers opus, de façon de moins en moins déguisée, entraînant un impact sur la franchise et la fanbase, voire une partie du public?

- dans quelle mesure est-ce la faute du film lui-même, écrit avec les pieds, remplaçant un personnage iconique, sans doute viscéralement lié à l'image de Harrison Ford (surtout d'un HF plus jeune), par un "soy boy" pasteurisé, sans ambition, esprit ou souffle épique? 

 

Edited by Tancrède
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Tancrède a dit :

Je parlais de sa position en termes de participation à la direction artistique/éditoriale, au niveau d'un film ou d'une franchise toute entière. Elle a jamais été un producteur à la Daryl Zanuck ou... Harvey Weinstein

Ok avec ces explications c'est plus clair. Dans ce cas, ce n'est pas un entrepreneur de talent comme le furent Zanuck et Weinstein (dont les réussites furent nombreuses et dans des genres différents, le type n'est pas un Madoff dans son activité pro mais une enflure dans son comportement)

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, SinopeMT said:

Ok avec ces explications c'est plus clair. Dans ce cas, ce n'est pas un entrepreneur de talent comme le furent Zanuck et Weinstein (dont les réussites furent nombreuses et dans des genres différents, le type n'est pas un Madoff dans son activité pro mais une enflure dans son comportement)

Je dirais même que ce n'est pas une entrepreneuse du tout, pas une "initiatrice" de projet: elle a aidé au succès de Spielberg, mais en tant que surfeuse d'une vague, pas force motrice. Et là, à la tête de Lucasfilm, c'est en fait la première fois de sa carrière qu'elle est réellement aux commandes et avec le rôle de celui/celle qui donne le "la", et doit pour ce faire avoir un "skillset" très différent de celui qu'elle a eu à démontrer jusqu'à présent (commencer par avoir des idées originales serait pas mal, de même que respecter le public, voire, crime suprême, la franchise dont elle a la charge). 

Edited by Tancrède

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,388
    Total Members
    1,178
    Most Online
    SLT
    Newest Member
    SLT
    Joined
  • Forum Statistics

    20,666
    Total Topics
    1,237,379
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries