Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Airbus Group - news


Chimera
 Share

Recommended Posts

Bon je commence le fil de ce nouveau sujet, avec un vrai titre qui parle, et qui anticipe même le changement de nom d'EADS, bref, un titre à la pointe de la technologie.

 

EADS supprime 5800 postes dans ses activités militaires

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/12/09/20005-20131209ARTFIG00499-eads-supprime-5800-postes-dans-ses-activites-militaires.php

 

Bon au final c'est les allemands qui trinquent le plus mais dans cette news ce que je trouve le plus alarmant, c'est qu'on restructure un site indispensable au maintien de la dissuasion nucléaire (Elancourt) pour des motifs purement financiers (atteindre 10% de rentabilité). Ou sont les responsables politiques français? Je n'ai vu aucune réaction dans la presse concernant cette réorga.

Link to comment
Share on other sites

Somme toute il s'agit de la conséquence rationnelle de la réduction des budgets militaires et de la stratégie allemande de la grosse commande suivie d'une réduction. C'est mignon 5 minutes pour obtenir une répartition industrielle avantageuse sauf qu'à terme, la comptabilité rattrape la fiction.

Link to comment
Share on other sites

EADS : Tom Enders présente la facture à l’Allemagne

 

http://www.usinenouvelle.com/article/eads-tom-enders-presente-la-facture-a-l-allemagne.N224648

 

 

ANALYSE  L’Allemagne supportera la majeure partie de la restructuration de la branche défense du groupe d'aéronautique européen EADS. Les dépenses militaires du pays y sont passées sous la barre des 1% du PIB.

 

L’Allemagne paie au prix fort la réorganisation d’EADS, donnant naissance à la nouvelle branche Défense et Spatial. Au total, le groupe a annoncé 5800 suppressions de postes dont 2 600 chezCassidian et 2 500 chez Astrium. Sur le plan géographique, près de 2500 sont supprimés en Allemagne contre 1440 en France (le reste des postes étants supprimés en Espagne et au Royaume-Uni). Les salariés Outre-Rhin avaient senti venir le coup : ils étaient plus de 20 000 à défiler le 28 novembre dernier sur plusieurs sites du groupe pour s’opposer à la restructuration. Tom Enders, le PDG du groupe, avait préparé ses compatriotes, s’exprimant à plusieurs reprises dans les médias allemands en promettant une restructuration draconienne.

DES BUDGETS EUROPÉENS EN BAISSE DE 13 %

 

Sans conteste, l’Allemagne est rattrapée par son opposition en octobre 2013, à la fusion entre EADS et le britannique BAE. Alors en pleine période électorale et soucieuse de préserver les emplois menacés en Bavière par une telle opération, Angela Merkel avait opposé un "nein" au projet au grand dam de la direction d’EADS. Or cette alliance avec le champion britannique de la défense lui aurait potentiellement ouvert les portes du marché américain, premier marché mondial pour les équipements militaires où BAE a réussi une belle percée. Sans ce débouché et devant faire face à la baisse des budgets européens de la défense - de 13% entre 2010 et 2012 sur les équipements de défense sur le périmètre de l’Union européenne (source IRSEM) - la restructuration, retardée un temps, devenait inévitable.

 

SOUS-INVESTISSEMENT EN ÉQUIPEMENTS DE DÉFENSE

 

L’Allemagne paie également son sous-investissement en équipements de défense. Elle a ainsi revu à la baisse ses commandes d’A400M et d’hélicoptères militaires auprès d’Airbus Military et d’Eurocopter, et tiré une croix sur son programme de drones de surveillance. Un coup dur pour EADS qui concentre le gros des troupes de sa division Espace et Defense en Allemagne avec 17000 salariés. Les dépenses militaires du pays sont ainsi passées sous la barre dde 1% du PIB, soit deux fois moins que la norme préconisée par l’Otan (2% du PIB). Pour comparaison, la France a limité les dégâts avec un effort de dépense à 1,4% du PIB, protégeant ainsi sa base industrielle. Côté allemand, Enders s’est plaint des milliards d’euros de commandes partis en fumée. Et selon lui son groupe ne pouvait pas "amortir ces annulations facilement ni réaffecter les sites et capacités à d'autres tâches".

 

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

C'est effectivement très étrange:

 

L’espace moins compétitif que la défense ?

C’est la grosse surprise : avec 2.470 postes supprimés, hors intérimaires, Astrium va perdre près de 14 % de ses effectifs, contre 9 % « seulement » pour Cassidian. La branche anglaise paye le tribu le plus lourd avec un quart de ses troupes en moins. EADS a pourtant d’avantage mis en avant la baisse des budgets militaires pour justifier sa restructuration. L’activité spatiale « n’est pas concurrentielle du tout », a lâché ce mardi Bernhard Gerwert, le directeur de la future division « Defense and Space ». « Nous avons un problème avec les satellites, surtout au Royaume-Uni », a renchéri Marwan Lahoud. Interloqué, Thierry Préfol, délégué CFE CGC d’Astrium, met en avant le carnet de commandes plutôt bien rempli. « Comme allons-nous pouvoir livrer avec 15 % d’effectifs en moins », se demande-t-il, dénonçant la « logique comptable » de la direction.

 

 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203182128925-eads-les-cinq-questions-ouvertes-par-le-plan-de-restructuration-636113.php

 

C'est quand même assez fort que l'ancien directeur de Cassidian balance de manière aussi péremptoire que l'Espace n'est pas compétitif. Qu'a-t-il fait chez Cassidian ces dernières années si ce n'est voir son portefeuille de commandes faire une chute libre? Les marges de manoeuvre et les bases d'Astrium me paraissent quand même plus solides que les produits de chez Cassidian...

Edited by Chimera
Link to comment
Share on other sites

Il y a clairement un soucis sur les satcoms, les prises de commande 2013 sont mauvaises et les Américains reviennent en force avec Boeing sur le bus électrique. Le principal responsable, hormis le manque d'anticipation sur le bus électrique, c'est l'euro mais ça les dirigeants d'EADS ne peuvent rien y faire donc ils restructurent pour baisser les coûts. On voit bien que Thales aussi restructure son activité satellite. L'histoire des 10% d'EBIT est une chose mais là pour les satcoms il s'agit de se mettre en position de remporter des contrats face aux US, et aussi bien sûr de pouvoir gagner des contrats avec une marge correcte. Heureusement qu'on a des succès sur l'optique civile/militaire mais ça compense pas tout.

Link to comment
Share on other sites

Bon on parle d'embaucher ceux de Cassidian chez Airbus (en partie j'imagine, certaines disent que les 1500 embauches d'airbus/an seront maintenant en interne). Du coup ça veut dire quoi ? les français vont devoir encore perdre du poids dans airbus parce qu'il va falloir embaucher les allemands qui ont été jarté suite aux coupes de l'état allemands dans la défense ? On se fait arnaquer encore ?

 A surveiller.

Link to comment
Share on other sites

Chez Airbus DS le moral est au plus bas.

Les ex-Astrium ne comprennent pas pourquoi le top management Cassidian qui a fait preuve d'incompétence ces dernieres années (Talarion, Global Hawk, Eurofighter...) se retrouve a la tete d'Airbus DS.

Les ex-Cassidian se plaignent de leur organisation matricielle a plus de 3 dimentions et des respondables qui passent le temps a jouer a la pattate chaude, le tout avec une culture pas du tout orientée clients (vu qu'ils bossaient surtout sur des contrats Gouvernementaux Allemands.)

 

Les jeunes dont une majorité est en interim / presta (la grande mode chez EADS, des tas d'ingé francais se font balader de site en site sous contrat précaire) se font caca dessus car comme d'habitude ils seront les premiers a dégager.

Les VIE/stagiaires en PFE chez EADS s'inquiettent car malgres leur beau diplôme il va être dur de se faire embaucher a la sortie.

Les freelancer hautement qualifiés prévoient de prendre quelques mois de vacances avant d’être réembauchés avec un plus gros salaire.

 

Une video du CEO sur le blog interne "myEADS" receuille 500 dislike contre 90 like et 350 commentaires allant du scepticisme au trolling plus ou moins subtil.

 

 

Astrium Satellite a un assez bon carnet de commande cela dit, le début d'année etait tendu (pour tous les acteurs du secteur) mais la fin d'année est bonne.

Leurs produit sont réputés assez cher mais top qualité.

Edited by Krogort
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Alors : On vous dit :

L'Allemagne paie.

 

Pourtant, Cassidian qui fait de la merde est protégé par rapport à Astrium qui n'en fait pas (Astrium  = FR en gros), la direction naze de Cassidian reste, celle d'Astrium gicle (haha), les gens de Cassidians sont repris chez Airbus, pas ceux d'Astrium.

 

Drôle de façon de faire payer l'Allemagne ! Enfin bref, on vas pas faire comme si on était pas habitué. Les analyses nazes de l'Usine Nouvelles sont à hurler de rire notamment sur le coup du "l'Allemagne paie", ou "BAe aurait ouvert le marché outre atlantique", quelle crédibilité quand les industriels américains et le Pentagone commençaient à regarder BAe et comment le virer des programmes clefs.

 

Ceci dit, chose intéressante ; L'Allemagne n'a pas voulu perdre sa petite place au profit de plus de place pourles Anglais, mais donne totalement son aval à une réorganisation d'EADS qui se base juste sur "10% de Benef", 

Autre chose intéressante ; on a laissé au privé avec succès la gestion de l'espace Français, les Allemands le découpent aujourd'hui (pas assez rentable) par contre quid d'OHB?

Link to comment
Share on other sites

Les carnets de commandes d'Airbus sont pleins ceux de la branche aviation militaire sont vides; çà ne vous rappelle rien ?

Allez je vous aide en France; Dassault vit la même expérience des Falcon qui se vendent, une gamme en évolution constante et un rafale à la peine uniquement soutenu pour le moment par des commandes étatiques anémiques

 

L'aéronautique militaire en Europe, mais aussi aux États-Unis ne nous y trompons pas est en fin de cycle, une nouvelle ère commence, celle de la concurrence des constructeurs émergents et celle du resserrement des commandes soit pour des questions financières soit à l'export pour des question de concurrence ...

 

Fini le temps des gros marchés on entre dans une nouvelle ère celle des partenariats fournisseurs/clients celle des offsets et surtout celle des regroupements.

 

Ce dernier aspect de la question pose problème, le leadership ... On le voit chez Eurocopter et Airbus où Français et Allemands ont du mal à ne pas envisager la gouvernance d'un strict point de vue national; on le voit dans le domaine militaire où (le dossier Eurofighter fut un bon révélateur) Dassault n'est pas prêt à renoncer à assurer la maîtrise d'œuvre des gros programmes et franchement on peut les comprendre ...

 

Bref çà va saigner dans ce secteur de l'aéronautique et il se pourrait bien qu'Airbus ai pris le bon virage au bon moment, dans un secteur, le civil, où les méga contrats soulignent l'envolée de l'aviation commerciale par opposition au secteur militaire.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
http://www.usinenouvelle.com/article/la-filiere-europeenne-des-satellites-en-crise.N236759

 

Si ces mesures de restructuration s’avéraient insuffisantes, un schéma plus radical pourrait s’imposer : la constitution d’un Airbus des satellites par le rapprochement des activités de Thales Alenia Space et de l’ex Astrium. Un scénario plusieurs fois évoqué mais toujours abandonné, car ses conséquences sur l’emploi serait autrement plus douloureuses.

Link to comment
Share on other sites

http://www.challenges.fr/entreprise/20140131.CHA9927/ces-villes-qui-paient-au-prix-fort-la-restructuration-d-airbus.html

Restructurer Saint Médard en Jalles pour satisfaire des actionnaires avec le taux de renta qui convient bien. Surréaliste. Pas un politique qui réagit. Même pas notre Colbert national, ce cher monsieur Montebourg. Au lieu de tapper sur PSA comme un con, il ferait mieux de s'interesser à ces licenciements boursiers dans une boite à intérêt stratégique. Genre boite qui fabrique "l'assurance vie de la France"...

Edited by Chimera
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Les carnets de commandes d'Airbus sont pleins ceux de la branche aviation militaire sont vides; çà ne vous rappelle rien ?

Allez je vous aide en France; Dassault vit la même expérience des Falcon qui se vendent, une gamme en évolution constante et un rafale à la peine uniquement soutenu pour le moment par des commandes étatiques anémiques

 

L'aéronautique militaire en Europe, mais aussi aux États-Unis ne nous y trompons pas est en fin de cycle, une nouvelle ère commence, celle de la concurrence des constructeurs émergents et celle du resserrement des commandes soit pour des questions financières soit à l'export pour des question de concurrence ...

 

Fini le temps des gros marchés on entre dans une nouvelle ère celle des partenariats fournisseurs/clients celle des offsets et surtout celle des regroupements.

 

Ce dernier aspect de la question pose problème, le leadership ... On le voit chez Eurocopter et Airbus où Français et Allemands ont du mal à ne pas envisager la gouvernance d'un strict point de vue national; on le voit dans le domaine militaire où (le dossier Eurofighter fut un bon révélateur) Dassault n'est pas prêt à renoncer à assurer la maîtrise d'œuvre des gros programmes et franchement on peut les comprendre ...

 

Bref çà va saigner dans ce secteur de l'aéronautique et il se pourrait bien qu'Airbus ai pris le bon virage au bon moment, dans un secteur, le civil, où les méga contrats soulignent l'envolée de l'aviation commerciale par opposition au secteur militaire.

 

 

  A la limite tant mieux, ça annonce un avenir d'ici a 5-10 ans ou le bénef coulera a flot, le réinvestissement interne sera fort, et ou donc les participations a d'éventuels projets militaires étatiques ou ils auront bien + de fonds propres avec lesquels ils pourront pas se débiner ... Et l'état lui aura dans l'immédiat moins a mettre la main a la poche pour que ces groupes "développent" des propositions en BE

Link to comment
Share on other sites

Une interprétation de cet achat par Charles Sannat comme un signal de l'aggravation à venir de la crise

Bof. Un peu tire par les cheveux. Un peu l'impression qu'il essaye de coller une théorie a un évènement qui n'est pas forcement en rapport.

Ils ont achete une petite banque car ils ont besoin d'une entité rapidement disponible qui leur permette de réaliser ce qui se faisait déjà avec les facilite de paiement aux compagnies. Ça n'aurait eu aucun sens d'acheter une grosse banque avec des agences et une grosse activité car ça leur aurait coute extrêmement cher et ils auraient surement du faire une énorme restructuration. La ils obtiennent juste ce dont ils ont besoin.

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi le big bang de l'industrie spatiale française a fait pschitt

 

En 2013, Airbus Groupe (ex-EADS) voulait vendre ses activités de construction de satellites à Thales... pour acheter Eutelsat. Des discussions arrêtées à la fin de l'été 2013.

 

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20140224trib000816848/pourquoi-le-big-bang-de-l-industrie-spatiale-francaise-a-fait-pschitt.html

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,749
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...