Recommended Posts

Le prototype de vaisseau spatial développé par le groupe privé Sierra Nevada a raté son atterrissage sur le tarmac de la base militaire Edwards en Californie.

 

PHO0fc62436-4181-11e3-823f-5e442ec762c8-

 

Commentaire plus vidéo

 

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/10/30/20005-20131030ARTFIG00521-vol-test-a-moitie-rate-pour-l-avion-spatial-dream-chaser.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La navette spatiale Dream Chaser s’est crashée

 

dreamchaser.jpg

 

Le Dream Chaser juste avant le crash. Crédit : Sierra Nevada Corp.

 

Le 26 octobre, le prototype de navette spatiale américaine Dreamchaser s'est crashé en raison d'une défaillance de son train d'atterrissage.


Le train gauche est en cause

Le 26 octobre ce petit avion spatial long de 9 m a fait un vol d'essai sans pilote. Il a été largué à 4000 m par un hélicoptère et devait effectuer un retour en vol plané en pilotage automatique, sur la base Edwards de l'US Air Force.

Tout s'est parfaitement bien déroulé jusqu'à l'atterrissage. Quelques secondes avant de toucher le sol, le train d'atterrissage gauche ne s'est pas déployé. Sierra Nevada Corp, fabricant dans Dream Chaser, a préféré de pas divulguer les vidéos ni les photos de l'aéronef après cet atterrissage chaotique.

On imagine quelles sont impressionnantes : à 300 km/h l'avion est parti dans un dérapage incontrôlé avant de se retourner.

La vidéo ci-dessous montre l'essai en vol. La fin de l'atterrissage a été coupée.

 

Vidéo : http://www.cieletespace.fr/node/11070

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Marrant, malgré l'accident d'atterrissage ils considèrent que c'est un succès, et ils continuent

 

http://www.nasaspaceflight.com/2013/12/dream-chaser-ccdev-2-green-light-nasa/

 

Dream Chaser receives CCDev-2 green light from NASA  
16 décembre 2013 par Chris Bergin
Z29-350x139.jpg

As had been expected, Sierra Nevada Corporation’s Dream Chaser ETA (Engineering Test Article) spacecraft successfully passed the final NASA Commercial Crew Development Round 2 (CCDev-2) milestone requirement, despite her tumble at the end of what was an impressive debut free flight in October.

 

 

Thankfully, the damage was not as bad as that feared by those observing the landing, with her scars mainly of the cosmetic nature, as opposed to structural. It was later revealed that had there been a crew on board, they would have “walked away” from the accident.

 

The confirmation of the successful milestone came after extensive post-flight analysis by NASA, resulting in SNC receiving the full award value.

 

“We thank NASA for the tremendous support we have received over the life of the CCDev2 agreement and look forward to continuing our strong working relationship in building the next-generation crew transportation vehicle,” added Mr. Sirangel

Modifié par zx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 C'est peut être un accident "bête" mais le problème est que c'est assez grave pour un engin qui au niveau du vol atmosphérique on ne lui demande justement que de savoir planer et atterrir en sécurité ...

 

   Ce qui fait qu'au final c'est échec sur un point central de l'intérêt de l'engin ...

 

  C'est tout le problème ... Alors peut être que pour se rassurer l'entreprise communique de sorte qu'elle conserve son ambition, mais il n'empêche que le signal envoyé est très mauvais pour la suite et remporter le futur marché définitif de l'accès a l'ISS

 

   Ceci dit, si ceux qui auront ces décisions entre les mains dans quelques années, sauront se poser la bonne question même avec un échec qu'est qu'il vaut mieux soutenir ? Une capsule qui n'invente pas l'eau tiède dans le domaine voir qui représente un net recul d'ambition technologique par rapport aux navettes qui auraient pu continuer une longue épopée si les USA n'avaient pas eu + de 1000 milliard de guerre a financer a partir de 2003 (largement de quoi y trouver un budget pour un successeur a la navette coutant moins cher et + sécurisant par du développement classique qui apporte toujours de solides améliorations attendues)

 

   Guerre qui a d'ailleurs couté bien d'autres ambitions au niveau du spatial US entre l'annulation de Constellation, Ares I & V  ... Et cela a été suffisamment grave car cela a décapité des transitions naturelles enfin que je considère naturelles ...

 

   Malgré un tel incident les USA ont beaucoup + intérêt a continuer a soutenir une entreprise qui perdure dans la technologie de navette car ce sont des compétences qui perdurent, que de dépenser des ronds pour une technologie qui pourrait ne servir a rien comme les capsules du fait de leur très faible apport en termes d'avancée de maitrise technologique spatiale ... Surtout a une époque ou on a autant de navettes suborbitales en préparation un peu partout dans le monde aéronautique ...

 

   Navettes suborbitales ou il n'y aura besoin que de leur apporter une pichenette de poussée en + qui peuvent largement être apporté par des petits boosters a poudre larguage portés comme des missiles sous un fighter (franchement y a moyen de faire quelque chose a se niveau) et d'en faire de nouvelles versions avec un bouclier thermique ventral et des mini-réacteurs directionnels ...

 

   Une fois que le marché des navettes suborbitales aura un petit rythme de croisière il faudra pas beaucoup pour les transformer en navette spatiale, déja vraiment au niveau poussée une pichenette a poudre fera la différence entre vol suborbital et mise en orbite : Mais évident aucun intérêt si la navette ne peut pas revenir a cause d'une absence de bouclier thermique ... Mais il faut bien en prendre conscience aussi de la proximité et du peu qu'il faudra pour en faire des navettes spatiales véritables ou les agences spatiale pourront les tuner a loisirs d'ailleurs pour leur propre usage et ne dépendant plus de lanceurs ayant une chance sur 100 ou 200 d'exploser ... (bon peut être une chance sur 500 vu les conceptions actuelles de fusées en occident qui n'explosent même plus au premier vol : Ares I, Vega qui en sont de bons indices ...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dream Chaser achève l'examen de la sécurité Milestone 

décembre 23, 2013

 

Tout le monde  "boss" car ils veulent leur navette ...

 

Dream Chaser la conception de l'engin spatial de la Sierra Nevada Corporation achevé la deuxième revue intégrée d'analyse de la sécurité des systèmes, une étape importante dans la capacité commerciale Equipe intégrée de l'entreprise, ou CCiCap, initiative. L'analyse de sûreté couvert ailé vaisseau spatial Dream Chaser, son lanceur Atlas V et les systèmes de soutien au sol et de mission nécessaires pour effectuer un vol de succès en orbite basse.

 

La suite :http://www.nasa.gov/exploration/commercial/crew/index.html#.Ur1awfTuKSq

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

ca me rappelle la version russe du projet spirale, mettre le son off si on veut pas de musique

 

Cette ressemblance avec le projet Russe n'est pas une coincidence.

 

Le concept Dream Chaser est dérivé d'une étude sur un véhicule Américain antérieure : le HL-20 de 1988

 

http://www.astronautix.com/craft/hl20.htm

 

Et cette étude de concept était destiné à comprendre comment fonctionnait l'original Russe, le BOR-4. C'était du reverse-engineering totalement assumé. A l'époque, les Soviétiques ne donnaient pas d'informations. Cela a été fait avec des photos d'espions

 

http://www.astronautix.com/craft/bor4.htm

 

Ce BOR-4 est visiblement dérivé de Spiral

 

http://www.astronautix.com/craft/spiralos.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok,  merci Marcus :), je comprends mieux.

 

Il avait donc bien un petit  air de famille, je suivais le programme Dream Chaser de très très loin.

 

why not. affaire a suivre quand il fera des tests.

Modifié par zx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 C'est peut être un accident "bête" mais le problème est que c'est assez grave pour un engin qui au niveau du vol atmosphérique on ne lui demande justement que de savoir planer et atterrir en sécurité ...

 

   Ce qui fait qu'au final c'est échec sur un point central de l'intérêt de l'engin ...

 

 

(...)

 

   Une fois que le marché des navettes suborbitales aura un petit rythme de croisière il faudra pas beaucoup pour les transformer en navette spatiale, déja vraiment au niveau poussée une pichenette a poudre fera la différence entre vol suborbital et mise en orbite : Mais évident aucun intérêt si la navette ne peut pas revenir a cause d'une absence de bouclier thermique ... Mais il faut bien en prendre conscience aussi de la proximité et du peu qu'il faudra pour en faire des navettes spatiales véritables ou les agences spatiale pourront les tuner a loisirs d'ailleurs pour leur propre usage et ne dépendant plus de lanceurs ayant une chance sur 100 ou 200 d'exploser ... (bon peut être une chance sur 500 vu les conceptions actuelles de fusées en occident qui n'explosent même plus au premier vol : Ares I, Vega qui en sont de bons indices ...)

 

Il faut voir ce qui va se passer lorsque l'ambition reviendra et que le gouvernement pourra inscrire l'espace comme une priorité. Même avec les programmes en gel la NASA et l'Air force poursuivent l'expérimentation de X37 (A et B). Quid de cet appui si un vrai marché du vol suborbital voir davantage émerge ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
...

 

   Navettes suborbitales ou il n'y aura besoin que de leur apporter une pichenette de poussée en + qui peuvent largement être apporté par des petits boosters a poudre larguage portés comme des missiles sous un fighter (franchement y a moyen de faire quelque chose a se niveau) et d'en faire de nouvelles versions avec un bouclier thermique ventral et des mini-réacteurs directionnels ...

 

   Une fois que le marché des navettes suborbitales aura un petit rythme de croisière il faudra pas beaucoup pour les transformer en navette spatiale, déja vraiment au niveau poussée une pichenette a poudre fera la différence entre vol suborbital et mise en orbite : Mais évident aucun intérêt si la navette ne peut pas revenir a cause d'une absence de bouclier thermique ... Mais il faut bien en prendre conscience aussi de la proximité et du peu qu'il faudra pour en faire des navettes spatiales véritables ou les agences spatiale pourront les tuner a loisirs d'ailleurs pour leur propre usage et ne dépendant plus de lanceurs ayant une chance sur 100 ou 200 d'exploser ... (bon peut être une chance sur 500 vu les conceptions actuelles de fusées en occident qui n'explosent même plus au premier vol : Ares I, Vega qui en sont de bons indices ...)

 

 

Il faudra juste des pichnettes 25 fois plus énérgétique qu'actuelement pour passer du suborbital à l'orbital O0

 

C'est pas vraiment un hasard si la plupart des projets privés de tourisme spatial se concentre sur des vol parabolique : c'est qu'il n'y a pas moyen de faire autrement en l'état actuelle de la téchnologie, de ses couts et des lois de la physique.

Modifié par Shorr kan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faudra juste des pichnettes 25 fois plus énérgétique qu'actuelement pour passer du suborbital à l'orbital O0

 

C'est pas vraiment un hasard si la plupart des projets privés de tourisme spatial se concentre sur des vol parabolique : c'est qu'il n'y a pas moyen de faire autrement en l'état actuelle de la téchnologie, de ses couts et des lois de la physique.

 

 

    Heu, une fusée ne fais pas un vol parabolique d'après toi ?  La seule différence c'est pas 25x + de poussée qui est le nécessaire pour arracher le lanceur pesant des centaines de tonnes du sol ...

 

   C'est que la fusée a largué ses masses mortes, boosters, étage principal depuis belle lurette, a son ascension qui s'horizontalise (parabole) et qu'a partir d'une certaine altitude l'attraction terrestre s'inverse pour non plus tirer le lanceur par le bas, mais par le nez maintenant ...

 

   A 80 km d'altitude la plupart des lanceurs volent a 1,2 km/s ... Je te laisse faire le calcul de combien en mach ça représente sachant qu'un mach fait environ 320 m/s

 

  Oooh mach 3 ... Quel hasard dites moi !

 

 

    La différence entre un avion suborbitale et une fusée c'est une pichenette de poussée en + et durant 5 min de +   C'est tout !

 

  D'autant que le véritable responsable de la vitesse atteinte par le lanceur arrivé en orbite n'est pas ses moteurs a qui eux on demande simplement de continuer la poussée pour ne pas redescendre en parabole trop marquée ... Mais d'atteindre la lisière ou la parabole arrive vers son seuil de permanente avec l'attraction terrestre qui donne maintenant une accélération en continu en tirant par le nez le lanceur (enfin sa charge utile car y a belle lurette que le lanceur a abandonné ces centaines de tonnes de masse morte) qui est la véritable responsable de la vitesse acquise de 25 000 m/s environ

 

 

    Il n'y a réellement qu'une pichenette de différence, 2 petits booster monté sur ton avion suborbital de la puissance d'un missile supersonique classique dans la troposphère ou basse stratosphère ... : Tu auras l'énergie nécessaire pour faire la différence et aller en orbite depuis ton avion déja a mach 3 a 80 km de haut ... Ou 4 missiles air air qu'on ne se séparerait qu'une fois vidés ...

 

   Ton 25x de poussée nécessaire en + : C'est au sol que ton lanceur en a besoin, pas a 80 km de haut ou il vole a mach 3 comme l'avion orbitale, la seule différence étant qu'on a prévu un étage pour continuer a avoir de quoi pousser en continu depuis cette altitude a + haut ou la parabole sera bien + longue et c'est tout

 

   Un moteur d'étage de charge utile est en général 10 a 15x moins puissant que le total des moteurs au sol dont le lanceur s'est déja séparé car devenus masse morte depuis longtemps ...

 

    Avec un réacteur le poussant a mach 3 a 80 km de haut les avions suborbitaux n'ont pas besoin de beaucoup en + pour aller en orbite si on leur demanderait : Du carburant en + pour continuer la poussée de base sur le même réacteur, 2 petits boosters a poudre basé sur des corps de missile supersonique sans système directionnel et ta pichenette de différence tu l'auras ...

 

  Mais bon a quoi bon si tu n'as pas de bouclier thermique pour le retour condamnant l'équipage ? Ben tu te contentes d'un moteur avec une masse carburant calculée pour s'étteindre juste au point d'horizontalisation de la ascension a environ mach 3 ... La même vitesse que les lanceurs lourds quand ils en sont au même point tu peux vérifier ...

 

  25x la puissance, n'est nécessaire que pour arracher une énorme masse depuis le sol et la pousser a mach 3 a cette même altitude + de quoi continuer a pousser avec un moteur beaucoup + petit pour l'étage charge utile et c'est tout (l'attraction terrestre s'inversant s'occupe du reste pour acquérir la vitesse orbitale, même si c'est bien l'addition des 2 qui permis d'y arriver mais l'attraction terrestre est bien + importante que la poussée du moteur de la charge utile)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, à un moment il faut arrêter de raconter n'importe quoi et lire un peu sur le sujet:

 

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CDIQFjAA&url=http%3A%2F%2Fremy.duperray.free.fr%2Fpage4%2Ffiles%2FForce%2520centrale.pdf&ei=DDfFUqHUAaiP0AXz9oDIDQ&usg=AFQjCNGmjfb0bG5dNE3GdyQ9uyhA9YGOVw&sig2=I7D5TBtEWYGxAuhv07XryA&bvm=bv.58187178,d.d2k

 

Parce que lire

 

a partir d'une certaine altitude l'attraction terrestre s'inverse pour non plus tirer le lanceur par le bas, mais par le nez maintenant ...

 

Mais d'atteindre la lisière ou la parabole arrive vers son seuil de permanente avec l'attraction terrestre qui donne maintenant une accélération en continu en tirant par le nez le lanceur (enfin sa charge utile car y a belle lurette que le lanceur a abandonné ces centaines de tonnes de masse morte) qui est la véritable responsable de la vitesse acquise de 25 000 m/s environ

ça m'horripile.

Modifié par hadriel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

    Heu, une fusée ne fais pas un vol parabolique d'après toi ?  La seule différence c'est pas 25x + de poussée qui est le nécessaire pour arracher le lanceur pesant des centaines de tonnes du sol ...

 

   C'est que la fusée a largué ses masses mortes, boosters, étage principal depuis belle lurette, a son ascension qui s'horizontalise (parabole) et qu'a partir d'une certaine altitude l'attraction terrestre s'inverse pour non plus tirer le lanceur par le bas, mais par le nez maintenant ...

 

   A 80 km d'altitude la plupart des lanceurs volent a 1,2 km/s ... Je te laisse faire le calcul de combien en mach ça représente sachant qu'un mach fait environ 320 m/s

 

  Oooh mach 3 ... Quel hasard dites moi !

 

 

    La différence entre un avion suborbitale et une fusée c'est une pichenette de poussée en + et durant 5 min de +   C'est tout !

 

  D'autant que le véritable responsable de la vitesse atteinte par le lanceur arrivé en orbite n'est pas ses moteurs a qui eux on demande simplement de continuer la poussée pour ne pas redescendre en parabole trop marquée ... Mais d'atteindre la lisière ou la parabole arrive vers son seuil de permanente avec l'attraction terrestre qui donne maintenant une accélération en continu en tirant par le nez le lanceur (enfin sa charge utile car y a belle lurette que le lanceur a abandonné ces centaines de tonnes de masse morte) qui est la véritable responsable de la vitesse acquise de 25 000 m/s environ

 

 

    Il n'y a réellement qu'une pichenette de différence, 2 petits booster monté sur ton avion suborbital de la puissance d'un missile supersonique classique dans la troposphère ou basse stratosphère ... : Tu auras l'énergie nécessaire pour faire la différence et aller en orbite depuis ton avion déja a mach 3 a 80 km de haut ... Ou 4 missiles air air qu'on ne se séparerait qu'une fois vidés ...

 

   Ton 25x de poussée nécessaire en + : C'est au sol que ton lanceur en a besoin, pas a 80 km de haut ou il vole a mach 3 comme l'avion orbitale, la seule différence étant qu'on a prévu un étage pour continuer a avoir de quoi pousser en continu depuis cette altitude a + haut ou la parabole sera bien + longue et c'est tout

 

   Un moteur d'étage de charge utile est en général 10 a 15x moins puissant que le total des moteurs au sol dont le lanceur s'est déja séparé car devenus masse morte depuis longtemps ...

 

    Avec un réacteur le poussant a mach 3 a 80 km de haut les avions suborbitaux n'ont pas besoin de beaucoup en + pour aller en orbite si on leur demanderait : Du carburant en + pour continuer la poussée de base sur le même réacteur, 2 petits boosters a poudre basé sur des corps de missile supersonique sans système directionnel et ta pichenette de différence tu l'auras ...

 

  Mais bon a quoi bon si tu n'as pas de bouclier thermique pour le retour condamnant l'équipage ? Ben tu te contentes d'un moteur avec une masse carburant calculée pour s'étteindre juste au point d'horizontalisation de la ascension a environ mach 3 ... La même vitesse que les lanceurs lourds quand ils en sont au même point tu peux vérifier ...

 

  25x la puissance, n'est nécessaire que pour arracher une énorme masse depuis le sol et la pousser a mach 3 a cette même altitude + de quoi continuer a pousser avec un moteur beaucoup + petit pour l'étage charge utile et c'est tout (l'attraction terrestre s'inversant s'occupe du reste pour acquérir la vitesse orbitale, même si c'est bien l'addition des 2 qui permis d'y arriver mais l'attraction terrestre est bien + importante que la poussée du moteur de la charge utile)

 

 

La mécanique spatiale est formelle : pour atteindre la vitesse de satellisation, soit 7.8 km/s  à partir d’une vitesse par exemple 5 fois moindre environ, l’énergie équivalente varie comme la vitesse au carré, soit bien 25 fois d’énergie.

 

Le 1er étage est volumineux car il sert à amener  au-delà de la stratosphère un second et troisième étage dans des conditions optimale permetant une trajectoire optimisé et qui restent encore assez volumineux, mais moins que ta navette, qui si elle devait être redimensionné serait bien plus lourde si tu tiens à faire un vol orbitale non fractionné  et en récupérant les réservoirs, augmentation de masse qui est géométrique et non pas linéaire.

 

Pour te donner une idée, voilà deux dessins qui montre la version original russe dont est inspiré le modèle américain.

 

starting-with-the-russian-space-shuttle-

 

5050c-petit.jpg

 

Note la taille du réservoir. Et encore, celui-ci est largable, Ce qui réduit considérablement la masse à satelliser. Tout est bon à prendre pour améliorer le rapport de masse ergols/structure.  

 

Ton résonnement comporte un biais car tu considères l’altitude là où c’est la vitesse qui est déterminante. Si ce que tu disais était vrai il aurait suffi de coller des missiles au SR-71 et de recouvrir d’un matériau ablatif, et le tour aurait été joué. Mais ce n’est pas le cas

 

Sinon, oui, tu peux monter haut malgré des vitesses très inférieures à celle de satellisation, mais à l’issue de la phase balistique tu fine par retomber. C’est ce que font  les ICBM dont l’apogé est à plusieurs centaines de kilomètres. Tu a eu des fusées sondes qui ont même atteint 1000 Km d’altitude…mais sans pouvoir se satelliser.

Modifié par Shorr kan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

7.8km/s auquel il faut ajouter les perte de vitesses du au frottement de l'air et a la gravitation. On en arrive a donc 9/10km/s

 

C'est quoi les pertes du a la gravitation?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heu, une fusée ne fais pas un vol parabolique d'après toi ?  La seule différence c'est pas 25x + de poussée qui est le nécessaire pour arracher le lanceur pesant des centaines de tonnes du sol ...

Techniquement c'est une ellipse.

 

C'est que la fusée a largué ses masses mortes, boosters, étage principal depuis belle lurette, a son ascension qui s'horizontalise (parabole) et qu'a partir d'une certaine altitude l'attraction terrestre s'inverse pour non plus tirer le lanceur par le bas, mais par le nez maintenant ...

C'est quoi cette histoire d'attraction qui s'inverse?! en Pratique quelques soit sa position la terre et la fusée s'attire toujours, tout le temps. La force réciprique varie juste en fonction des du produit des masse, et divisé par le carré de la distance. Les masse ne devenant jamais négative ... pas d'inversion a craindre.

Pour le reste j'ai rien compris.

7.8km/s c'est betement la vitesse a laquel l'attraction terrestre et la force centifuge s'équilibre pour un mobile tourant autour de la terre le plus bas possible ... en gros rayon de la terre +100km. Forcément l'ellipse ici pour éviter la collision avec la terre, fait trivialement un cercle.

Si tu veux une ellipse plus énergétique sans collision avec la terre ... il faut rajouter de l'énergie au machin qui tourne ... et veiller a ce que la trajectoire ne fasse pas collision.

Rien qu'a l'arret sur terre au niveau de la mer, et a l'équateur on a déjà environ 460 m.s ... il reste plus que 7340 a trouver :)

En général on évite de les trouver dans l'atomsphere ... a cause de la perte immense par frottement a haute vitesse, donc on sort de l'atmosphere dense a vitesse raisonnable, et en envoie la purée apres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

C'est quoi les pertes du a la gravitation?

C'est une partie du carburant dépensé dans la phase verticale du vol. Pour sortir de l'atmosphère il faut pousser vers le haut, comme on a une poussée limité ça prend un certain temps T. Pendant ce temps la gravité t'a modifié ta vitesse verticale de g*T, que tu dois ajouter à ton budget de delta-v. Si ton rapport poids/poussée est meilleur ta perte par gravité est plus faible et tu peux faire la même chose avec moins de carburant.

 

Prenons un cas extrême, si tu te maintiens à vitesse nulle, tu consommes tu carburant pour pousser 1g et aller nulle part: tout passe dans les pertes par gravité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est une partie du carburant dépensé dans la phase verticale du vol. Pour sortir de l'atmosphère il faut pousser vers le haut, comme on a une poussée limité ça prend un certain temps T. Pendant ce temps la gravité t'a modifié ta vitesse verticale de g*T, que tu dois ajouter à ton budget de delta-v. Si ton rapport poids/poussée est meilleur ta perte par gravité est plus faible et tu peux faire la même chose avec moins de carburant.

 

Prenons un cas extrême, si tu te maintiens à vitesse nulle, tu consommes tu carburant pour pousser 1g et aller nulle part: tout passe dans les pertes par gravité

Techniquement c'est pas perdu c'est juste converti en énergie potentielle! Les pertes c'est le transformation énergie mécanique vers chaleur lié a la friction, pas la conversion d'énergie mécanique?!

Je comprends bien que si tu veux te satellisé a 100km il faut monter a 100km ... et que l'énergie potentiel en question tu ne va la récupérer qu'a l'atterissage de ta navette, ce n'est donc pas perdu ... meme si c'est une charge initiale qu'il faut ajouter a l'énergie nécessaire a la satellisation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est quoi les pertes du a la gravitation?

 

9-11 km/s est une « vitesse caractéristique » et c’est la somme des dépenses en énergies nécessaire pour atteindre la vitesse de satellisation. L’usage d’une unité de vitesse  est la plus commode à utiliser. A aucun moment le mobile n’atteint véritablement cette vitesse mais c’est l’application correcte de l’équation de Tsiolkovski.

 

Et en effet il faut ajouter à 7.8 km/s + au minimum 1km/s, si ce n’est plus, du fait du frottement de l’atmosphère +  la vitesse que fait perdre la pesanteur multiplié par le temps passé à la verticale; la somme de toutes ses vitesses donne généralement de 9 à 11 km/s.

Modifié par Shorr kan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut faire gaffe en utilisant l'énergie. Dans mon exemple ou v=0, le travail des forces est nul, l'énergie est constante et pourtant on dépense du carburant. Les pertes par gravité ne sont pas dues au fait de monter à 100km, mais de le faire avec une trajectoire non balistique pendant la phase propulsée (ie l'impulsion au départ n'est pas instantanée)

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Gravity_drag

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

C'est quoi cette histoire d'attraction qui s'inverse?! en Pratique quelques soit sa position la terre et la fusée s'attire toujours, tout le temps. La force réciprique varie juste en fonction des du produit des masse, et divisé par le carré de la distance. Les masse ne devenant jamais négative ... pas d'inversion a craindre.

 

 

  Quand je parle de gravité qui s'inverse, je parle de son effet pratique sur le vecteur ...

 

 Durant ton ascension verticale jusqu'a environ 110 km (ou la fusée peine a dépasser la vitesse de 1,2 km/s alors qu'elle est dans le quasi vide depuis déja quelques km) l'attraction terrestre induit un effet qui ralenti l'engin en l'attirant par le cul ... Soit une force inverse a la poussée du/des moteurs

 

  Mais comme on parle de vol parabolique, ton engin va s'horizontaliser ... Jusque la on est d'accord ?

 

 Au moment ou ton engin est sur une trajectoire s'horizontalisant par courbe parabolique, l'effet de l'attraction terrestre s'inverse pour ton lanceur, il n'est plus attiré par le cul dans un vecteur de force opposé a ta propulsion, mais il est maintenant attiré par le nez, l'attraction terrestre alors s'additionne avec ta poussée au lieu de s'y opposer

 

   La gravité terrestre quand tu atteint cette phase, induit une force très clairement non négligeable ... Ton vecteur qui a 100 km de haut peinait a dépasser 1,2 km/s brusquement accélère alors qu'il a la même poussée (voir moins de poussée car on a largué les étages principaux et boosters ne restant plus qu'un moteur d'étage de charge utile facile 6x moins puissant) jusqu'a 5-6 km/s : Car la gravité ne s'oppose plus a ta poussée, elle s'y additionne maintenant en le tirant par le nez ton engin ...

 

   C'est la raison principale pourquoi les engins accélère en quelques minutes jusqu'a 4 a 5x + vite pour parvenir finalement a la vitesse orbitale, on se sert largement de la gravité terrestre pour arriver aux 25 000 km/h, vitesse qui serait quasi impossible a atteindre sans cette force

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La pesanteur ne participe pas à l’accélération du satellite. L’orbite de ce dernier est une parabole  résultante d’un déplacement horizontal et d’une chute, Mais une parabole qui est en fait une ellipse, où le mobile n’en finit pas de chuter du fait d’une impulsion sur le plan horizontale suffisamment forte qui la déporte sans arrêt et lui fait rater sa cible : la terre,  en contrebalançant le champ de gravité qui pointe vers le bas.
 
Et encore une fois, le fait que la fusée monte en altitude n’est pas dû à un vol vertical, ou juste en partie le temps de sortir de la stratosphère puis s'horizontalise,  mais du fait de la courbure de la terre. La satellisation vient de la vitesse communiqué par la fusée est rien d'autre.
 
Un dessin illustre ces faits
 
orbite.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La pesanteur ne participe pas à l’accélération du satellite. L’orbite de ce dernier est une parabole  résultante d’un déplacement horizontal et d’une chute, Mais une parabole qui est en fait une ellipse, où le mobile n’en finit pas de chuter du fait d’une impulsion sur le plan horizontale suffisamment forte qui la déporte sans arrêt et lui fait rater sa cible : la terre,  en contrebalançant le champ de gravité qui pointe vers le bas.

 

Et encore une fois, le fait que la fusée monte en altitude n’est pas dû à un vol vertical, ou juste en partie le temps de sortir de la stratosphère puis s'horizontalise,  mais du fait de la courbure de la terre. La satellisation vient de la vitesse communiqué par la fusée est rien d'autre.

 

Un dessin illustre ces faits

 

orbite.gif

 

 

  Un beau tissu de n'importe quoi ...

 

 T'es en train de me dire donc qu'un objet en orbite ne subit donc pas en permanence la force de gravité terrestre qui maintient sa vitesse orbitale ... C'est le bal des libres interprétations de la mécanique céleste ici ...

 

   Donc a t'écouter shorr khan si par exemple une lune est en orbite autour d'une planète c'est parce que quelqu'un l'a poussée avec ses petits bras ...

 

 

  Loi de Kepler ...

 

 

 

 

 

   La force qui accélère en orbite s'appelle d'ailleurs la force centripète ... Si la terre tourne a 100 km/s autour du soleil, c'est l'attraction solaire qui applique une force centripète sur la Terre ...

 

   Quand tu envoies un orbite une charge utile, une part importe de la vitesse atteinte le sera indubitablement par force centripète appliquée par la Terre a l'horizontalisation de la courbe ballistique ... On parle probablement des 3/4 de la force nécessaire d'ailleurs ...

 

   Car encore une fois, comment tu expliques qu'un lanceur alors qu'a 100 km d'altitude il est déja dans le vide quasi totale depuis 20 km facile, peine a dépasser 1,2 a 1,5 km/s et pouf d'un coup par enchantement multiplie cette vitesse par 6 ou 7 ? Son ISP c'est multiplié par la loi du TGCM (ta gueule c'est magique) ou tout simplement parce que la force centripète vient de changer de vecteur ou elle s'applique alors l'horizontalisation de la courbe ballistique ?

 

  Impliquant que la gravité terrestre, devenu force centripète ne ralenti plus le vecteur, mais l'attire dans une chute infinie, l'accélérant ...

 

  Faut vite revoir vos classiques de mécaniques orbitales les gens ... Ca urge

 

 

  Plus simple que Kepler qui ne fait qu'embrouiller les choses :

 

  

 

 

  Et ose me dire encore une fois que l'attraction terrestre n'accélère pas la charge utile ...

Modifié par alpacks

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 280
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    Reise
    Membre le plus récent
    Reise
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 423
    Total des sujets
    1 171 995
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets