Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Techno-Thrillers "Corne d'Abondance", "Funestes Projets..." , " Subtilités Chinoises " , " Vengeances Multiples " ," Partout où nécessité fait Loi " & " Chevalière Temporelle "


Recommended Posts

Bonjour à tous,

C'est la dernière ligne droite.

"Chevalière Temporelle" est terminé et j'en suis aux dernières vérifications et/ou corrections.

Je vais envoyer le fichier au site "the bookedition.com" d'ici 2 semaines environ et il sera disponible sur le site je pense d'ici un peu avant la fin du mois d'octobre.

Je vous le signalerai à ce moment là, bien entendu.

C'est un livre du même format et du même nombre de pages que le 1er tome de "Partout où nécessité fait Loi", c'est à dire 527 pages pour 35,€ en version papier et 12,€ en version PDF

Je passerai alors une grosse commande de livres pour fournir des exemplaires dédicacés à mes fidèles lecteurs.:wub:

Vous pouvez me joindre en MP pour réserver votre exemplaire que je vous enverrai comme d'habitude en colissimo suivi courant novembre.

Fidèle à la tradition je vais vous faire partager quelques extraits où vous trouverez action, suspense, humour... sans pour autant spoiler la fin bien sur :biggrin:

On commence par un peu d'action...

Une fois le SUV éloigné, j'armais Excalibur, ce qui provoqua un claquement sec. 

Je regardais les images transmises par le nano-drone une dernière fois et grâce à l'infrarouge, je constatais qu'il y avait en plus des 2 personnages à l'extérieur, un à l'étage et les 3 derniers immobile à l'intérieur du chalet.

Je récupérai le nano-drone et le mit dans la poche.

Je lançais un coup d’œil à mes 2 compères.

Les « chiens terribles » étaient calme mais visiblement aux aguets.

Atoum humait l’air. Je les sentais concentré, la chasse allait commencer et leur instinct prenait le dessus. La chasse en meute, pour eux c’est Top !

Ils n'étaient pas inquiets. Par rapport à des bestioles de la taille de smilodons ou de mastodontes, c’est clair que cette chasse était un jeu de chiots !

Je m’élançais résolument avec les 2 Canis.

Manque de bol l’un des 2 gardes me repéra :

-                  Hé toi, qu’est ce que tu fous là ? Putain de merde, c’est le scribouillard. Bouge pas fils de pute !

Je pointai Excalibur sur lui et appuya sur la queue de détente.

Plop

-                  Putain, il a une arme ! cria l’autre

-                  Putain de merde, c’est qui ce type ? répliqua au loin d’un ton inquiet Kilpatrick

Bien qu'il se soit immédiatement plaqué au sol tout en tirant une rafale, tel un excellent professionnel qu’il était, Harry Longabaugh était condamné.

La balle de toute arme classique serait passée au-dessus de lui, celle-ci, par contre, courba sa trajectoire et rejoignit l’emplacement que le pointeur laser lui avait mit instantanément en mémoire, à savoir la tête, lui créant un 3ème oeil !

Néanmoins une de ses balles toucha le flanc de Atoum.

Efficacement protégé par l’Egide,  il le remarqua à peine.

Atoum, après plusieurs mètres d'élan, sauta en grognant et heurta, avec ses pattes antérieures, l’autre homme à la poitrine.

Ben Kilpatrick hurla, de terreur et de douleur mélangée, quand les crocs puissants se refermèrent sur son bas-ventre.

Atoum secoua violemment la tête, tout en grognant.

Puis les puissants crocs arrêtèrent de serrer et il laissa tomber ce qu'il avait arraché sans effort… Laura Bullion, sa maîtresse, ne pourra plus jamais profiter de son service 3 pièces !

Les babines pleines de sang (qui gouttait au sol créant ainsi une petite flaque), le Canis dirus délaissa sa proie, recherchant du regard la suivante tout en grognant, créant une atmosphère réellement terrifiante, digne des meilleurs films de loup-garou !

Kilpatrick gémit un moment puis mourut d’une fort belle hémorragie !

Hélas ses cris avaient donné l’alerte.

Alors que je m'approchais du chalet, un premier homme en sortit.

Il pointa son arme sur moi, quand soudainement une masse sombre jaillit de la pénombre en grognant.

La puissante mâchoire se referma fermement sur sa jambe gauche et tira en arrière brutalement ; l’homme surprit chût au sol, libérant une rafale qui se perdit dans le sol.

Sirius secoua fortement la tête. La jambe brisée, l’homme hurlant de douleur se retourna et hurla de terreur à présent. Il tenta alors de tirer sur le Canis.

Mauvais karma pour lui…

Une balle classique en pleine tête arrêta la volonté de Bob Meeks de manière nette et définitive !

Alors qu’un autre type sortit du chalet, Atoum, d’un grand bond, sauta sur le capot du 2ème Explorer, prit un élan et à l'issu d'un élégant vol plané de plusieurs mètres, sauta sur la poitrine du tueur.

L’homme tomba sous le choc des plus de 60 kgs.

-                  NOOON !

Georges Sutherland Curry, après avoir crié, mit instinctivement les mains devant lui essayant de se protéger en agrippant la fourrure du Canis au niveau du cou. Il se faisait l’effet de vivre pour de vrai dans un film d’horreur !...

Comme un duo bien rodé, Sirius s’empara alors de la jambe de Curry qui fut surpris. Pendant une fraction de secondes, l’homme relâcha son étreinte, permettant ainsi à Atoum de refermer sa mâchoire sur la gorge de sa proie et secoua la tête (comme ses ancêtres le faisaient sur des proies bien plus grosses, il y a des dizaines de milliers d’années).

L’homme mourut sur le coup, le cou en version décapotable !...

Je vis le 3ème type, le pointeur laser se figea sur sa jambe droite et je tirais immédiatement. La balle trouva instantanément sa cible, pulvérisant le genou.

L’homme hurla, laissa tomber son pistolet Glock et se tînt la jambe.

Sirius avança lentement vers lui, la tête allongée dans le prolongement du corps, les oreilles rabattues. Il s'immobilisa, la patte antérieure droite en l’air.

Le Canis dirus le fixa avec ses yeux couleur or d’un regard froid.

Il se mit à grogner en retroussant les babines sanguinolentes, montrant ainsi ses crocs (à la blancheur également sanguinolente) de manière explicite !

Devant cette vision réellement impressionnante et pouvant sentir l’haleine de l’animal, William Ellsworth Lay, le meilleur ami de John Butch Cassidillinger, tout naturellement laissa sa main droite en suspend, estimant illusoire de pouvoir atteindre son arme.

-                  Pas de geste brusque du con. Le gentil toutou est du genre émotif, tu ne voudrais pas qu’il s’effraye ?

Le regard de l’homme alla de moi à Sirius et visiblement estima plus que souhaitable d’éviter cette possibilité.  "

 

A bientôt pour un nouvel extrait...

 

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je remets le fichier dimanche au site TheBookEditions.com et il devrait être visible courant de la semaine prochaine...

Dans un roman d'aventure, après de l'action, il y a aussi le héros avec ses alliés naturels et d'autres plus surprenant, mais surtout il y a les méchants...

2ème extrait :

 L’homme d’Eglise pénétra, en ce vendredi, au n°67 dans La Tonneria, un petit resto type "bar à tapas" orienté fruit de mer, tout à fait adapté en cette journée de la semaine...

Repérant son rendez-vous, il se dirigea vers une personne corpulente d’allure légèrement ventripotente en soutane sobre et moderne qui était de dos. S’installant sur le tabouret, il posa sa mallette noire à coté de lui.

Ils étaient les seuls ecclésiastiques dans la salle actuellement, fort bondée au demeurant, mais la présence de religieux n’avait rien d’exceptionnelle et l’équipe de serveuses n’en était pas plus étonné que ça.

La Tonneria était réputée autant pour la qualité de ses produits que pour la gentillesse de son personnel qui n’hésitait pas à pousser la chansonnette en style cabaret improvisé.

Personne, en regardant cette table, n’aurait pu se douter de l’importance des participants. Cela permettait d’avoir des conversations discrètes sans crainte d’oreilles, elles,  indiscrètes !

Son Eminence, le Cardinal Marciano Sirice, était le très discret patron, affublé du titre de « Nonce Apostolique », d’une officine du Saint-Siège.

Officiellement connue sous le nom de la Congrégation pour les Œuvres Pieuses, il n'avait de compte à rendre qu'à l’Evèque de Rome, c’est à dire le Pape François. Dénommé réellement la Pie Opus (i.e. Pieuse Oeuvre), cette société secrète s’appelait à l'origine Tempus protectores eius (i.e. les Protecteurs du Temps). Elle était constitué alors par les membres les plus sûrs et intègres du service de renseignement du Vatican (baptisée la « Sainte-Alliance »). Elle fût crée au XVIème siècle par le Cardinal Antonio Ghislieri, le futur pape Pie V, à l’origine afin de surveiller « l’hérétique » Elisabeth 1ère d’Angleterre et contrôler en Europe continentale ces menée schismatiques !

A 72 ans le cardinal Sirice était à l’apogée de sa carrière au sein du Vatican, ayant même été l’équivalent du ministre de l’Intérieur du micro Etat avant son poste actuel.

Quand l’Eglise Catholique prit connaissance de l'existence de la Chevalière Temporelle au 18ème siècle, elle voulut absolument la récupérer afin d'éviter l'arrivée des Ténèbres et la fin de la Chrétienté !

Mais hélas elle avait complètement disparue.

C’est alors que le pape Pie VI effrayé par la révolution française et l’exécution de la famille royale de Louis XVI, ordonna en 1790 la création d’une officine connue uniquement du Pape et devant ne rendre compte qu’à lui dont le but unique était de récupérer la Chevalière Temporelle et de la mettre à l’abri dans un coffre-fort du Vatican jusqu’à la fin des Temps.

La mission avait faillit réussir en 1793 quand 2 membres de la société secrète retrouvèrent la chevalière lors du pillage de la tombe de Nostradamus.

Ils étaient arrivés à la conclusion que Nostradamus, du fait de ses écrits, pouvait avoir été en possession de la Chevalière et que, peut-être, il avait été enterré avec. Ils se rendirent sur les lieux afin de vérifier discrètement.

S’ils avaient bien eut raison quant à leur déduction, hélas ils échouèrent à la récupérer. Bilan, 1 homme fut blessé, l’autre tué et la chevalière évaporée.

Tempus Protectores eius avait des moyens quasi illimités de l’Eglise.

Elle devînt la Pie Opus après la fin de la seconde guerre mondiale.

En 1903 quelques mois avant sa mort, le pape de l’époque, Léon XIII, apprit l’existence d’une organisation secrète américaine dont le but était également de récupérer cette chevalière à leur profit. Il s’agissait de la Law & Order Patriotic Whiteland Organisation, LOPWO. Mission fut donc alors confié à la  Pie Opus, en plus de la protection et récupération de la chevalière, d’empêcher l’organisation américaine, et aux Viggat, d’y faire main basse.

La conversation entre les 2 individus se déroulait en italien pour les banalités et en latin quand le sujet devenait important. Moyen assurément le plus efficace d’échanger des informations en toute sécurité !

Le cardinal commanda 2 plateaux de fruits de mer frais, suivi de 4 tapas dont la soupe à la tomate et aux soupions, agrémenté d’une bouteille de 0,72cl de vin blanc Antica Roma.

A la fin du repas, après avoir terminé son capuccino, Monseigneur Sirice regarda l’heure affichée (au poignet gauche) d’une montre en or d'une très vieille et estimable maison suisse, qui aurait pu faire vivre une famille à Haïti pendant au moins une génération !…

Il se pencha, prit sa mallette, l’ouvrit et posa une clé USB en forme de croix sur la table. Tout naturellement, de son annulaire droit, il l'a fit glisser vers son interlocuteur qui l'a récupéra et l'a mis dans la poche de sa soutane.

    Sur la clé figuraient toutes les infos disponibles à la bonne réalisation de la mission. Il lui fit un signe de croix en soutient.

Une équipe de la Pie Opus, surveillait la cible depuis quelques temps déjà. "

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

Chevalière Temporelle est à présent disponible sur le site TheBookEdition.com en version livre (35,-€) et en version Pdf (12,-€)

je vais passer une grosse commande, si vous souhaitez un exemplaire dédicacé, vous pouvez me joindre en MP.

Un grand merci à ceux qui ont déja passé commande.

Bonne journée

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

L'avant dernier extrait... un voyage permettant de voir autre chose...

C'était quelques semaines plus tôt, le mois dernier, lors d’un de mes voyages en Californie au Pléistocène, lorsqu’attiré par des gémissements, je me dirigeais vers le lieu concerné.

J’avais vu alors une scène tragique, tout d’abord un chiot Canis dirus pris dans la gueule d’un magnifique Smilodon qui tomba au sol sans bouger.

Alors qu’il se dirigeait lentement vers les 2 autres chiots, en les fixant (sur de lui) de son regard à la fois terrifiant et quasi-hypnotique, tout en grommelant, je fis par mégarde du bruit.

Il s’arrêta instantanément, tournant la tête vers moi, oreilles dressées.

Il semblait totalement intrigué par ma présence, réellement nouvelle pour lui. Je restais strictement immobile. Les chiots jappèrent à ce moment entraînant de sa part le retour à son premier intérêt.

Il se remit donc à avancer doucement vers eux, décidant de m’ignorer.

Je tendis alors mon bras au bout duquel se trouvait Excalibur. Le pointage laser fut mémorisé par la cartouche dans le canon.

Alors que j’avais d’abord pensé utiliser une balle classique, je trouvais qu’il était injuste de tuer ce félin prématurément, qui ne m’avait rien fait de surcroît. Aussi, je sélectionnais les cartouches soporifiques.

Un discret cliquetis m'indiqua que la bonne cartouche était prête à être tirée à présent et j’appuyais sur la queue de détente.

Le tir fut quasi inaudible (sans recul de surcroît) et je vis l’animal sursauter, surpris par ce qui lui arrivait. Il me fixa alors pas content, en grommelant de manière explicite, remuant sa courte queue nerveusement. J’appuyais encore sur la queue de détente déclenchant 2 autres tirs.

Au final, dans le cas présent vu la masse du gros chat, il a quand même fallu 3 balles pour qu’il consente à bien vouloir faire une petite sieste !…

J’ai dû endormir le félin qui avait découvert ces 3 chiots Canis dirus, car autrement il en aurait fait son 4h. Pour lui c’était des proies faciles.

J’avais pu constater que les bagarres entre ces 2 espèces de prédateurs concurrents étaient relativement monnaie courante, confirmant ainsi les conclusions de nombreux scientifiques après les découvertes d’os respectifs recouvert de cicatrices.

Bien que considérant la Chevalière Temporelle comme étant le meilleur garant pour ma sécurité, « abus de biens ne nuisant pas », lors de mes voyages dans ces époques reculés et sauvages, j’emportais toujours avec moi Excalibur.

La mort n’était pas forcément la meilleure des finalités d’une action et je ne me sentais pas l’âme d’un flingueur à tous crins. Même si des fois c'était la meilleure solution, on pouvait de temps à autre l'éviter !

C’était le cas maintenant, tout en privant le gros minet de son repas, car les petites boules de poils m’avaient attendri.

Mais c’était également un bel animal, un Smilodon fatalis.

Même s’il était plus petit que son cousin le Smilodon populator originaire uniquement d'Amérique du Sud, il m’arrivait presque à la hauteur du nombril. Sorte de croisement entre un ocelot pour les taches et occèles, un très gros lynx avec la petite queue et sans la touffe de poils sur les oreilles et une tête qui était plus massive que celle du jaguar.

Bien sur il y avait les 2 crocs caractéristiques qui sortaient de la gueule et dont il se servait comme 2 redoutables poignards. La fourrure beige oranger et sable était constitué de bringeures au niveau du massif cou, ainsi que de points et taches noires sur le reste du corps.

Je caressais la fourrure de l’animal, d’abord sur la tête puis sur le flanc, en faisant une sorte de prière muette, lui demandant de me pardonner de l’avoir privé de son repas.

Mais j'étais aussi réellement heureux de pouvoir caresser sa fourrure, savourant ce privilège incroyable et surtout de ne pas l’avoir tué.

Après avoir récupéré les 3 balles-flèches fichées dans le flanc, je les mis dans ma poche afin d’effacer toute trace de mon passage.

Prenant ensuite l’appareil photo, je fis crépiter l’EOS afin de garder en mémoire ce moment très émouvant.

Les 2 chiots apeurés avaient tout vu…

Je pris dans la foulée aussi quelques photos d’eux, puis je les caressais tout en leur parlant doucement, afin de les rassurer. Le son de ma voix les intriguait beaucoup et ils dressaient leurs petites oreilles poilues !

Après m’avoir longuement reniflé, ils jappèrent et me léchèrent les doigts en les mordillant de temps en temps…

Je m’approchais ensuite du 3ème chiot et je constatais alors qu’il était sans vie, enfin qu’elle était sans vie car il s’agissait d’une petite femelle.

Elle était morte probablement instantanément, les cervicales brisées par la redoutable dentition de la mâchoire du félin.

Jetant un coup d’œil à ma droite je constatais que le Smilodon fatalis commençait doucement à se réveiller.

Il était temps de prendre congé, et fissa !

Je pris donc les 2 chiots survivant sous les bras, créa un portail et retourna à la maison alors que le félin se releva un rien groggy ! "

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Et un dernier petit extrait, avec nos chers Justine & Castle lors d'une ballade au Texas :

"...

-                  Cho ?

-                  Oui Monsieur !

-                  Quels sont les nouvelles ?

-                  Nous avons retrouvé le sniper, il a tué le prisonnier à hôpital, un agent du FBI présent, blessé plusieurs personnes, tué 2 autres personnes, dont un motard de la police et il a volé une ambulance.  Nous sommes à sa poursuite !

-                  Nom de Dieu ! lança Franck Outlaw

Tout à coup une autre voix se fit entendre via le haut-parleur :

-                  Cho, c’est Castle, j’essaye de joindre Justine, elle ne répond pas, elle est blessée ou elle est avec vous ?

-                  Non… Miss Castle n’est pas loin !…

-                  Dans un autre véhicule ?…

-                  Miss Castle a empruntée une moto de patrouille et est à la poursuite de l’ambulance. Elle a quelques minutes d’avance sur moi… grâce à elle, nous savons où est l'ambulance.

-                  Nom de Dieu ! relança Franck Outlaw en panne d’inspiration

A ce moment la radio du Ford Explorer Interceptor signala que l’hélicoptère avait repéré l'ambulance, suivit de près par une moto de patrouille conduite par une civile ; il donna les indications.

Le Central ordonnait à des patrouilles à proximité d’intercepter le fuyard, tout en signalant que le conducteur était armé et dangereux.

-                  Cho pourquoi avoir laissé une civile désarmée engager la course poursuite, bon sang !

-                  … Miss Castle est armée, elle a récupéré l’arme de service de l'agent abattu, Monsieur !

-                  Nom de Dieu ! répéta un Outlaw abasourdi

-                  Sacré Justine, dès qu’il s’agit de faire un tour en moto, elle est incorrigible !... Merci Cho, on va vous rejoindre.

-                  Pas de problème !

Kimburton Cho, toujours concentré sur sa conduite, sentait le regard incrédule du policier près de lui, en étant ainsi dans la confidence des évènements en cours.

Tout à coup une voiture blanche, une Toyota Prius, mit trop de temps au goût de Cho pour dégager la voie. Ni une ni deux, sans ralentir, les pare-buffles de l’Explorer percutèrent la voiture, dégageant ainsi le passage !

Le passager cria. Pour ce policier, cela faisait 10 ans qu’il était dans la Police et jamais il ne lui était arrivé un truc pareil !

*

Etan Cole essayait de rester calme. Il venait de remarquer dans le rétroviseur extérieur la présence d'une moto de la police qui était à sa poursuite.

Avec son véhicule il n'avait clairement pas l’avantage lors d’une course poursuite; malgré la sirène hurlante et les gyrophares, les voitures ne s'écartaient pas toujours rapidement... il en poussa quelques-unes unes, provoquant des accidents et de la tôle froissée à un rythme soutenu !

Tout à coup, alors qu’il prenait un virage un peu sec, faisant crisser les pneus, il se rendit compte que c’était la femme rousse qui était sur la moto !

Il aurait dû lui mettre une balle dans la tête à hôpital, il serait tranquille maintenant !

Il prit son arme, la tenant dans la main gauche, il ralentit légèrement sur une portion de ligne droite ; la Harley Davidson gagna aisément sur lui…

Il suivait sa progression dans le rétro. Quand il jugea la distance appropriée, il sortit le bras par la fenêtre, pointa l’arme et tira à 2 reprises contre sa poursuivante. La moto fit un écart sur la droite, l’empêchant de tirer à nouveau.

Il vit la moto sur sa droite et alors qu’elle se rapprochait, il ralentit et essaya de la faire valdinguer. Il manqua de peu sa manœuvre.

En plus cette garce savait tenir un guidon de moto, c'était bien sa chance.

Tout à coup sur la gauche il vit arriver un pick-up Ford F150 des Texas Rangers. Sans hésiter, il tira à 3 reprises, tout en accélérant et le conducteur du Ford F150 fut mortellement touché. Le pick-up finissant dans une voiture blanche à l’arrêt, manquant de peu la moto de Justine.

De la main droite, elle récupéra son arme et prenant soin de ne pas s’exposer directement, tout en roulant, elle tira à plusieurs reprises sur l’ambulance. Un de ses tirs fit exploser les pneus jumelés à l’arrière droit !

L’ambulance continuait malgré tout sa course effrénée faisant bien sur fi des feux et autres panneaux Stop, provoquant de plus en plus d'accidents.

Dans le ciel plusieurs hélicoptères des chaînes de télévision tournaient et filmaient la course poursuite qui passait en direct sur les chaînes infos !

Au détour d’un croisement Justine vit débouler, sirènes hurlante et pneus crissant, une meute de véhicules de police.

*

Kimburton Cho concentré, les mains accrochées au volant du lourd SUV, prenait le virage à la limite du renversement, son passager était littéralement pétrifié. Certain, depuis un moment, que sa dernière heure était venue !

Il venait enfin de rattraper la moto et voyait à présent Justine et au loin l’ambulance. Certes, il avait perdu en cours de route 2 véhicules de police dont les conducteurs avaient fait preuve de maladresse ou de trop d’optimisme !...

Au bout de la longue avenue, un barrage venait de se mettre en place. 3 véhicules bloquaient la voie.

La moto était à présent sur l’arrière droit de l’ambulance, gagnant sur elle et, tout à coup, ce que Cho et son passager virent, les laissèrent incrédule : la jeune femme sur la moto, se dressa, monta sur le siège et se lança d’un bond pour rattraper le volumineux rétroviseur de l’ambulance !

-                  Mother fucker, she’s crazy, amazing ! balbutia le policier abasourdi

-                  C’est une française... répliqua Cho

En fait, il était réellement admiratif devant le courage de cette jeune femme, se demandant si elle n’était pas une réincarnation de Tomoe Gozen. Une célèbre femme samouraï, dont le courage légendaire l’avait toujours impressionné, depuis qu'il se passionnait pour l'histoire des samouraïs du Japon.

Il vit alors la porte côté conducteur s’ouvrir, le conducteur se jetant au sol, l'ambulance sur sa lancée se dirigeant vers le barrage.

A ce moment venant de la droite un hélicoptère Bell 407 noir floqué FBI arriva à basse altitude, juste à temps pour voir les acrobaties de la rouquine motarde…

-                  Nom de dieu, mais elle est dingue ! lança Franck Outlaw, admiratif

-                  Ca c’est bien Justine, c’est son truc la moto. Vitesse et acrobatie, elle croit que ça épate tout le monde, c’est son côté espiègle ! répliqua Castle

Alors qu’ils allaient partir en voiture du siège du FBI, un hélicoptère arriva. Il fut immédiatement réquisitionné par le Supervisor Outlaw !

*

Voyant le sniper quitter l’ambulance, Justine n’hésita pas une seconde, elle ouvrit la portière et entra. Elle se dirigea au volant et pilla sur les freins.

Le lourd Ford E450 s’arrêta à quelques mètres du barrage de police, qu’il aurait pulvérisé sinon !

-                  Dommage, on aurait pu lui lancer une échelle de corde, bah ce sera pour une autre fois !

Outlaw regarda son ami ne comprenant pas vraiment sa phrase.

Castle le regarda alors avec un bon sourire et expliqua :

-                  Justine adore les films d’actions avec Jean-Paul Belmondo et, comme lui, elle fait toujours ses satanées cascades sans doublure ; une vraie professionnelle !

L’Alsacien cinéphile éclata alors de rire devant sa série de bons mots !...

Au sol, après un roulé boulé, Etan Cole se redressa et voyant un SUV de la police freiner, puis enchaîner une marche arrière, tira à 3 reprises.

La culasse restant ouverte, Cole vira le chargeur et en mis un nouveau, tout en se mettant à courir vers le premier bâtiment

Plusieurs coups de feu tirés par les forces de l’ordre, sifflèrent à ses oreilles. Il se précipita dans le parking souterrain d'un imposant immeuble.

La rue et le quartier étaient à présent bouclés, sirènes des forces de l'ordre, et des ambulances résonnaient, tout comme le bruit des turbines d’hélicoptère dans le ciel qui tournaient dans le ciel comme de gros insectes. Les images de la course poursuite tournaient en boucle sur toutes les chaînes TV !

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Allez, pour rester dans l'actualité Rafale, un petit extrait du roman précédent où notre avion favori avait son heure de gloire

:smile:

Juste pour le fun et parce que c'est Noël !...

La colonne poursuivante de 4x4 et de pick-up était constituée d’une quinzaine de véhicules. La bombe de 250kgs percuta directement un 4x4 Toyota le pulvérisant et le souffle détruisit 2 autres véhicules.

Aliou Malabar donna un ordre à un des djihadiste et le reste de la colonne continua sa poursuite. Le combattant islamique ouvrit une caisse en bois et s’empara du missile sol-air SAM 7 Strella. Puis il monta sur le capot du véhicule fixa l’avion dans son réticule et tira.

Le missile partit et se dirigea automatiquement vers sa cible.

Le détecteur d’alerte résonna et André Crown fût immédiatement averti du départ du missile. Il fît faire une brusque manœuvre évasive à son Rafale et lâcha en même temps des leurres infra-rouges. Le ciel était illuminé comme un feu d’artifice !

« Dédé » n’avait pas eu peur, il avait agît par réflexe comme il l’avait fait des centaines de fois à l’entraînement ou sur simulateur. Le SAM 7 fût leurré et le Rafale se dirigea vers le véhicule d’où provenait le tir. Lâchant une brève série d’obus de 30mm (21 obus tirés en 0,5s) et 1kg d’explosif, ils pulvérisèrent tout sur leur passage, à la vitesse de 1025m/s !

Puis il reçut un message de l’AWACS, une nouvelle mission l’attendait.

*

Castle ayant reprit les jumelles fixa son regard vers 2 points dans le ciel qui se rapprochaient. Il augmenta le grossissement.

-               Et merde, ça c’est pas bon !

Non seulement une colonne avec quelques véhicules ennemis s’approchait dangereusement, mais au loin apparaissait une 2ème colonne dégageant un nuage imposant mais elle était encore trop loin pour en déterminer les constituants. Mais le souci immédiat était bien plus pressant !

Les deux hélicoptères blindés libyen Mil 25, la version export du Mil 24 Hind D, (au camouflage fatigué marron & sable clair), dont un avait sous les moignons d’ailes 2 paniers lance roquettes, volaient assez bas. Le 1er commença à tirer avec sa mitrailleuse quadri-tube de 12,7mm, le 2ème , le n°854, armé lui d’un canon GSh-30-2 bitube de 30mm superposé, plaqué sur le coté droit, fit également feu, transformant rapidement les deux véhicules en passoire. Inutile de tirer dessus, le calibre des fusils d’assaut était bien trop faible pour percer le blindage des Hind, capable de résister à des obus de 13mm.

André Crown avait tiré ses 2 missiles Mica IR à guidage infra-rouge, quasi simultanément, sur les 2 hélicoptères libyens détectés immédiatement par le radar RBE2 de son avion.

Le 1er toucha sa cible et pulvérisa l’hélicoptère de tête, le transformant en une boule de feu et il se crasha lourdement au sol. Le 2ème hélicoptère, le n°854, par un coup de malchance immense, vira sèchement et esquiva le missile qui se dirigea vers la nouvelle plus forte source de chaleur qu’était l’hélico écrasé !

Dénicheur mit le RPG sur son épaule et tira une roquette contre le Hind.

-               Bordel, connard, prend ça dans ta gueule, espèce d’enfoiré !...

Le pilote libyen esquiva facilement la roquette, mais il n’était pas sauvé pour autant. Il tourna la tête et vit alors tardivement l’avion, ayant le soleil dans son dos. « Dédé » avait sélectionné le mode canon et tenait sa cible dans son viseur ; il lâcha une brève rafale d’obus de 30mm qui, à la cadence de 2500 obus/mn, touchèrent l’hélicoptère blindé qui s’écrasa à son tour au sol.

Le Rafale passa au-dessus des français en faisant un looping de victoire sous les vivats et les bravos !

Il retourna ensuite vers la colonne des djihadistes qui s’était rapproché et tira, à très basse altitude, ses derniers obus.

Les hommes au sol virent d’abord le nuage de fumée sortant du canon et ensuite ils entendirent le son strident du tir, en décalé par rapport au tir effectif.

La rafale de « pruneaux » détruisant plusieurs véhicules et tuant un certain nombre de passagers !…

Le chasseur prit de l’altitude et vira majestueusement sur la gauche. Il annonça alors à l’AWACS son départ, car il commençait à être juste en kérosène et devait impérativement se ravitailler.

Il était resté aussi longtemps qu’il avait pu, et l’inquiétude qu’il éprouvait pour la réussite du sauvetage du commando français prenait le pas sur ses 2 victoires aériennes. C’était les 2 premières victoires aériennes d’un pilote français depuis la 2ème guerre mondiale ! Et il ne pourrait même pas s’en vanter puisque sa mission était « SECRET DEFENSE » et donc n’avait jamais existé... C’est ballot !!!…

L’AWACS transmit l’information à N’Djamena et Lyon.

Cela déclencha des applaudissements des personnels présents, tout particulièrement des aviateurs à N’Djaména !

Pendant ce temps, au sol, les évènements prenaient une tournure un peu tragique car tout à coup un obus de 125mm explosa à proximité de ce qui restait du pick-up ensablé, heureusement sans faire de dégâts !

*

La vision était tout simplement dantesque. Il ne manquait plus que des haut-parleurs d’une Rave Party géante crachant « La chevauchée des Walkyries » de Richard Wagner pour être dans l’ambiance.

Sur un même front apparaissaient 3 chars Leclerc placés côte à côte, à pleine vitesse en tout terrain c’est à dire à près de 60km/h, créaient de monstrueux nuages de poussières, en ayant les longues antennes presque rabattues à l’horizontal par la vitesse…

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Bonjour à tous,

Tout d'abord, un petit avis sur les bouquins et l'auteur Castle68 qui intervient sur ce forum.

Je me suis offert à Noel les 2 tomes de Partout ou Nécessité fait Loi et Chevalière temporelle. La commande s'est passée directement auprès de Castle 68, et très rapidement après (1 semaine?) la livraison s'est fait chez mes parents en métropole (j'habite à la Réunion).

Une petite dédicace accompagnait chaque ouvrage, ça fait toujours très plaisir.

Les livres sont gros, lourds, il y a de la matière. ça pèse lourd dans la valise.  D'ailleurs, pour lire le soir dans le lit, c'est pas facile!

J'avais déjà pris les versions PDF de "Partout ou nécessité fait Loi" sur le site d'autoédition ThebookEdition, mais le PDF, c'est chiant à lire, et les histoires m'avaient tellement plu que je voulais avoir les versions physiques. J'ai pu du coup les prêter, notamment à mon beau-père ancien de la coloniale, qui a bien apprécié aussi.

Je conseille à tous ces lectures, on s'attache aux personnages, et l'aventure est là.

Concernant Chevalière Temporelle, j'avais promis à Castle68 de lui faire un feedback. Tant qu'à faire, j'en fais profiter tout le monde.

J'ai fini le livre il y a quelques semaines, et je vais tenter de ne pas faire de spoil.

Dans Chevalière Temporelle, Castle68 se lance dans un genre nouveau avec un peu de fantastique. Aussi, on retrouve avec grand plaisir des personnages principaux de ces romans précédents mais plutôt au second plan, alors qu'un personnage de second plan des romans précédents se retrouve au devant de l'affiche.

Personnellement, le fantastique, c'est pas mon truc. Jamais lu ni même vu un seigneur des anneaux, c'est pour dire. Bon là, le côté fantastique est léger en comparaison.

Sur ce roman, peut être un peu plus personnel pour l'auteur qui semble y avoir mis un peu de lui (ou de ses rêves) dedans, ça défouraille du méchant, ça découpe, ça éparpille, ça explose, bref, ça se fait plaisir ! ça lutte contre des organisations secrètes, contre des organisations d'espionnage, en provenance des US, de l'UK, de Turquie, du Vatican, ...., ....un joyeux mélange de ce qui a pu se faire de mieux dans la littérature romancée de ces dernières décennies.

Il y a son kilo d'action à la page.

En contre point, je dirais que s'il y a un bémol, c'est que le héro est fort, très fort, et que du coup, on ne crains pas trop pour lui... à méditer pour les prochains ouvrages.

Ce roman peut se lire sans avoir lu les précédents, mais franchement, je conseille à tous de lire "Partout ou nécessité fait loi", ça aide quand meme bien pour connaitre les personnages et les relations entre eux.

 

Bref, j'encourage Castle 68 à continuer, et j’espère qu'il continue, car j'ai bien envie de lire des suites!

Les +:

- toujours l'humour de l'auteur, c'est pas toujours très fin, mais c'est pas du Bigard non plus, rassurez vous,

- de l'aventure, de la camaraderie, de l'action, du suspens, des frissons,...

- un zest de fiction fantastique

 

Les - :

- quand même pas mal de fautes d'orthographe et de grammaire !

- un zest de fiction fantastique !

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Merci beaucoup Mayamac pour ces sympathiques commentaires.

Je suis très heureux que les lecteurs prennent autant de plaisir à lire mes ouvrages que j'en ai à les écrire, récompensant ainsi mon travail.

C'est très motivant pour moi que ce sont ces commentaires qui, tels des gouttes de pluie, forment des petites rivières qui grossissent...

C'est d'autant plus encourageant que les maisons d'édition classiques, jusqu'à présent, ne sont pas intéressées... mais cela n'est pas dramatique. Le principal pour moi c'est que les lecteurs aient aimé le temps passé avec mes héros et une fois le livre terminé aient envie de lire une suite.

D'ici fin du mois je vais passer une commande à TheBookedition, si d'aventure certains ont envie de lire l'un ou l'autre des titres vous pouvez me joindre en MP afin de profiter d'un bon bouquin pour les vacances :-)

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

bonjour à tous,

petite info : je viens de commencer les premières pages de "Vengeances Temporelles" !

C'est la suite de "Chevalière Temporelle". Pour ceux qui l'ont lu, vous savez que les dernières pages laissaient ouverte cette possibilité... pour les autres je ne spoilerai pas !

Tout n'est pas encore figé dans mon esprit (comme toujours...), mais pour la partie géopolitique du moment disons que les évènements en Ukraine font qu'il m'était difficile de faire l'impasse pour notre ami le "retraité" général Castle...

Le coeur de l'histoire reprend là où l'on c'était arrêté avec l'écrivain Meisterkrallen et sa pittoresque Régisseuse de Domaine, miss Lucifair... Bien entendu toujours la présence des habitués, Justine, Hans Trapp et d'autres...

De l'action, du suspense, de l'humour, quelques coups de théatre...

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Posted (edited)

Tout à fait, Castle va donc également être plongé dans ces changements... et sera donc un participant de la partie géopolitique du moment de " Vengeances Temporelle "

je reprends à présent la réalisation de mon nouveau "bébé" après une parenthèse livrèsque, venant de terminer la lecture du Tome 3 de " Les Héros de Bagdad"  paru cette fois çi en autoédition sur le site Bookelis ( qui semble être un clone de TheBookedition.com soi dit en passant). Tout comme les 2 premiers tomes que j'ai aussi lu, ce dernier opus est remarquable à tout point de vu. (pub gratuite de ma part :smile:)Je referme le HS.

Edited by castle68
précision
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Les Héros de Bagdad sont écrit par Jean Louis Bernard

Les 2 premiers tomes étant édité aux Editions JPO

Très bonne et instructive trilogie.

Edited by castle68
précision
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,812
    Total Members
    1,550
    Most Online
    GOUPIL
    Newest Member
    GOUPIL
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...