zx

Saturne et ses lunes

Recommended Posts

info intéressante, Encelade semble une bonne candidate pour de futures missions, comme pour Europe.

 
Traque de la vie extraterrestre : il y aurait bien un vaste océan sur Encelade !

 

La lune de Saturne devient une candidate de plus en plus sérieuse pour la recherche de la vie et révolutionnerait presque l'exobiologie. Explications.

 

http://www.lepoint.fr/astronomie/vie-extraterrestre-il-y-aurait-bien-un-vaste-ocean-sur-encelade-08-04-2014-1810095_1925.php

 

 

Modifié par zx
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  Ce n'est qu'une confirmation via des données qui enfin le prouve quasiment (ou alors on aurait un gros problème)

 

 Il est étrange que les médias traite cette information comme si on ne découvrait qu'aujourd'hui la possibilité qu'Ancelade ait un océan souterrain

 

  Avant même la mission Cassini on avait déja de lourds soupçons qu'il existait un océan sous ses glaces pour la simple bonne raison que c'était la seule explication viable pour expliquer la blancheur éclatante de la surface de cette lune saturnienne ...

 

   Quand on a découvert les immenses geysers ce n'était qu'une confirmation, car on se doutait massivement de leur présence sinon la planète n'aurait jamais pu avoir ce blanc éclatant a sa surface ! Et les calculs de résonnance gravitationnel de l'astre entre lui, Saturne et les autres grandes lunes de saturne allaient déja dans le sens que le travail de gravitation devait avoir fait fondre des quantités astronomiques d'eau par contractions & étirements :

 

    Car il fallait de toute façon bien cela pour alimenter de tels geysers : De très grands réservoirs d'eau en sous sol

 

 

   Dès les années 90 et ce bien avant l'envoie de la sonde : On savait déja a quoi s'attendre avec cette lune dont le blanc éclatait ne pouvait avoir qu'une seule origine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De la neige, des geysers...comparé aux autres astres du systeme solaires ca doit être sympa à visiter au moins avec un robot.

 

Bon, visiter cet océan avec un robot, ça ne sera pas encore pour demain. Outre la difficulté "d'allunir" sur une lune saturnienne (ça n'a été fait qu'une seule fois jusqu'à présent, sur Titane, où on avait l'avantage de pouvoir utiliser des parachutes grâce à l'existance d'une atmosphère plus dense que sur terre), il y aura encore environ 40 km de glace à percer avant d'atteidre ce fameux océan...

Modifié par Koustaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cassini nous offre la dernière image de Dioné


La sonde Cassini, qui explore les mondes de Saturne depuis 2004, a accompli le 17 août son ultime survol de Dioné. Chargée d’étudier la gravité et la magnétosphère de cette petite lune glacée, la sonde en a profité pour réaliser une dernière série d’images en haute résolution de sa surface grêlée de cratères et maculée de taches très réfléchissantes. Encelade aussi sera bientôt visitée une dernière fois.

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/satellite-naturel-cassini-nous-offre-derniere-image-dione-59490/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, visiter cet océan avec un robot, ça ne sera pas encore pour demain. Outre la difficulté "d'allunir" sur une lune saturnienne (ça n'a été fait qu'une seule fois jusqu'à présent, sur Titane, où on avait l'avantage de pouvoir utiliser des parachutes grâce à l'existance d'une atmosphère plus dense que sur terre), il y aura encore environ 40 km de glace à percer avant d'atteidre ce fameux océan...

 

 

      C'est pourtant simple : Une simple source de chaleur tel un RTG, une coque chauffante en forme d'oeuf qui conduit la chaleur du RTG uniformément sur toute sa surface ...

 

   Et le rover descend tout seul tranquilou en quelques mois ... Il me semble d'ailleurs qu'il n'y aurait même pas de soucis de pression (pour ce genre de scénario j'ai toujours redouté que la glace implique trop de pression sur l'engin qui descend mais pas forcément en fait) bien que seul un spécialiste des inlandsis pourrait y répondre a cette question

 

     Les difficultés techniques sont ailleurs ... Notamment la communication avec un tel engin, qui sera pas aisée du tout !

 

 

    C'est rigousement le même défi technique qu'avec l'exploration sous glaciaire d'Europa :  La NASA en 2003 désespérait techniquement car elle ne voyait pas d'autres solutions qu'une mission habitée en orbite haute de la géante de gaz pour d'un éviter des ordres trop longs a faire parvenir en cas d'éceuil environnementaux une fois arrivée dans l'eau  (Jupiter est a 1h lumière de com radio et c'est sans compter qu'il y aura des difficultés de fenetres de com radios ...)

 

    De 2, comment permettre la communication a travers 10 ou 40 km de glace ? Dérouler un très long fil le long de la descente (va falloir beaucoup de fil ... bien + lourd de fil que de rover ... C'est pas bon) Ou alors laisser des petits appareils scellés dans la glace tel un petit poucet qui seraient des relais sismiques communiquant par vibrations : Reste a leur donner une autonomie d'energie suffisante ...

 

      Le vrai défi est d'ordre de communication radio avec un tel rover sous glaciaire ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Traque de la vie extraterrestre : il y aurait bien un vaste océan sur Encelade !

La lune de Saturne devient une candidate de plus en plus sérieuse pour la recherche de la vie et révolutionnerait presque l'exobiologie. Explications.

 

http://www.lepoint.fr/astronomie/vie-extraterrestre-il-y-aurait-bien-un-vaste-ocean-sur-encelade-08-04-2014-1810095_1925.php

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

      C'est pourtant simple : Une simple source de chaleur tel un RTG, une coque chauffante en forme d'oeuf qui conduit la chaleur du RTG uniformément sur toute sa surface ...

 

 

Il y a quand même le problème de l'alimentation en énergie de "l'œuf" chauffant. J'imagine que pour aller sous 40km de glace, il faut nécessairement un truc radio-active ou nucléaire, genre générateur à radio-isotopes (ça peut fournir assez d'énergie?), voire un réacteur (avec le double problème de la sécurité du lancement, puis le volume et la masse du bazar).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a quand même le problème de l'alimentation en énergie de "l'œuf" chauffant. J'imagine que pour aller sous 40km de glace, il faut nécessairement un truc radio-active ou nucléaire, genre générateur à radio-isotopes (ça peut fournir assez d'énergie?), voire un réacteur (avec le double problème de la sécurité du lancement, puis le volume et la masse du bazar).

 

     RTG ou GTR est une abrévation désignant "générateur a radio isotope" dans les forums et autres biais de discussion ...

 

 

  Dans notre cas, il s'agit généralement de générateur au Plutonium 238, isotope du Plutonium 239 "normal" ... Le Pu238 produit beaucoup de chaleur par rayonnement alpha

 

 Au point par exemple qu'a partir de quelques dizaines de grammes d'oxyde de Pu238 rassemblés en une pastille : Il monte au rouge immédiatement ! Mais ne s'emballe pas en termes de réaction nucléaire (ce n'est pas une masse critique de réaction en chaine, c'est juste l'activité radiologique de la masse qui chauffe, chauffe, chauffe ... Une vraie barraque a frittes lol)

 

    Les RTG au Pu238 sont la source d'énergie classique utilisée dans le spatial dès qu'on ne peut plus compter sur l'énergie solaire car trop loin et panneaux pas assez efficace comme les sondes spatiales qui vont en général au de la de l'orbite marsienne (mais ça tend a changer, avec des panneaux de + en + efficace aujourd'hui on arrive a faire fonctionner des sondes spatiales comme JUNO jusqu'a Jupiter ... Mais c'est bien parce que Juno est une sonde légère aussi ...) ou bien parce qu'il y a un besoin en électricité trop important par rapport a l'intérêt d'avoir des panneaux malgré un rayonnement solaire encore efficace :

 

   Le cas de Curiosity le rover marsien actuellement en mission, est emblématique de ce besoin en énergie ... Etant bien + gros et lourd et équipés d'instruments bien + gourmands que ces ainés Spirit & Opportunity :  Curiosity ne pouvait pas espérer se mouvoir sur Mars juste équipé de panneaux solaire comme ses 2 frêres

 

  Pour produire de l'énergie électrique avec cette chaleur, les RTG ne sont pas très efficace mais suffisant en utilisant simplement un effet thermocouple d'un métal tel que le germanium ... Il y a beaucoup de pertes en chaleur non transformé en électricité mais on peu se servir de cette chaleur pour d'autres usages

 

 

    Un RTG pour descendre dans les glaces d'Europa ou d'Encelade est la seule solution viable :  La production de chaleur est constante bien qu'elle diminue d'année en année, il suffirait d'une enveloppe conductrice de cette chaleur en contact avec la glace pour la faire fondre et descendre irrémédiablement dans la glace en profondeur sur ces astres

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour la précision, je n'avais pas tilté sur l'acronyme.

Ceci étant, mis à part la question de l'alimentation en énergie, c'est bluffant comme méthode pour s'enfoncer rapidement dans la glace:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour la précision, je n'avais pas tilté sur l'acronyme.

Ceci étant, mis à part la question de l'alimentation en énergie, c'est bluffant comme méthode pour s'enfoncer rapidement dans la glace:

 

 

    Eh oui, par contre il faut bien choisir son métal de contact avec la glace ... Dans les liens par exemple il y a un essai avec un boulet de canon en fonte : Il descend très mal dans la glace malgré sa t° similaire : Car la fonte fait beaucoup de "calamine" portée au rouge qui contraint a un mauvaise conduction thermique, résultat elle stagne + ou - a moitié enfoncée dans le sommet du pain de glace et fait surtout bouillir l'eau fondu autour ...

 

    Alors qu'une boule au nickel qui ne calamine pas en contact avec l'oxygène comme la fonte : maintient une échange thermique rapide et efficace avec la glace et s'enfonce donc rapidement, efficacement ...

 

     Evidemment l'oeuf protecteur du rover sous marin ne serait certainement pas réalisé en fonte au de la de ses simples questions la ... Mais ça illustre bien combien il faut bien choisir ses matériaux pour être efficace, le cuivre est l'un des métaux qui offre l'une des meilleures conduction thermique mais sa haute réactivité chimique (le cuivre rouille en "vert de gris") avec l'oxygène qui sera probablement présent bien qu'a faible taux dans la glace par des effets de micro craquage d'eau éventuels ...

 

     Il se pourrait que le nickel comme cette bille ici, soit le matériaux de prédilection pour réaliser la "coquille d'oeuf" de contact pour descendre efficacement dans la glace sans soucis d'oxydation éventuel ... Le nickel est un métal de la même famille que le cuivre et assez proche en terme de propriété de conduction thermo-électrique :

 

     Ca serait mon choix a moi ... Ceci dit la NASA lorqu'elle mettra en oeuvre ce projet (c'est pas pour demain, probablement dans 3 a 4 décennies minimum) choisira surement plutot un alliage (alliage de cupro-nickel ?)

 

 

     Restera les défis de transmission de communication a relever ... D'ou pourquoi je ne l'entrevoit pas avant 30 ou 40 ans cette mission, que la cible soit Encelade ou Europa

 

   Il est possible qu'une telle mission d'exploration sous glaciaire des Lunes des 2 géantes de gaz, exige des missions habités en orbite haute a quelques millions de km de distance (hors de la magnétosphère des géantes qui est mortelle en radiations) pour gérer la communication avec le rover ... Hors des missions habités si loin, on sait tous très bien que c'est pas encore envisageable :  Déja qu'on ose même pas partir vers Mars

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le satellite Encelade abriterait bien un océan global

Voilà dix ans que la sonde Cassini a repéré les extraordinaires geysers d’Encelade, qui trahissent une activité à l’intérieur de ce petit satellite de Saturne, de seulement 500 km de diamètre. Après une longue et patiente étude de plusieurs années, des chercheurs concluent aujourd'hui qu'ils ne sont pas produits par une petite mer régionale mais bien par un océan d'eau global, entre le noyau rocheux et sa surface. La ou les sources d’énergie n’ont toujours pas été clairement identifiées.

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/systeme-solaire-satellite-encelade-abriterait-bien-ocean-global-59894/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cassini a de nouveau plongé dans les panaches d'Encelade

La Nasa a annoncé que Cassini était passée sans dommage, le 28 octobre 2015, à travers les panaches de vapeur d’eau et de particules de glaces qui s’élèvent au pôle sud d’Encelade, une lune de Saturne. Le survol s’est effectué à une altitude de 49 kilomètres. Les premières images brutes sont déjà disponibles.

 

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/systeme-solaire-cassini-nouveau-plonge-panaches-encelade-60271/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Un sous-marin sur Titan, dans les profondeurs du lac Kraken Mare

voir vidéo

Sur Titan, une des lunes de Saturne, se trouve un lac d’hydrocarbures et d’azote liquide à -190 °C. Un environnement hostile que la Nasa pourrait explorer à l’aide d’un sous-marin un peu particulier à découvrir en vidéo.

http://www.futura-sciences.com/videos/d/sous-marin-titan-profondeurs-lac-kraken-mare-1124/#xtor=EPR-55-%5BHEBDO%5D-20151219-%5BVIDEO-Un-sous-marin-sur-Titan--dans-les-profondeurs-du-lac-Kraken-Mare%5D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui la mission europa mission, mais il faut cartographier le secteur, concernant les forces gravitationnelle, magnétiques 

c'est le boulot de juno, elle arrivera sur Jupiter le 4 Juillet 2016, ca devrait faciliter la mission pour europa

https://fr.wikipedia.org/wiki/Juno_(sonde_spatiale)

on en sait beaucoup moins sur jupiter que sur saturne.

http://www.jpl.nasa.gov/missions/europa-mission/

Modifié par zx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Sur Titan, première exploration d'une mer extraterrestre

Sur Titan, la sonde Cassini fait de l'océanographie. En scrutant au radar les profondeurs d'une mer d'hydrocarbures, elle en a déterminé la nature – du méthane, et non de l'éthane, comme on l'a longtemps cru –, mesuré la profondeur – plus grande que prévu – et analysé les sédiments, faits de matière organique. Et sur la côte, les terrains sont curieusement « humides » (humides au sens de Titan, bien sûr).

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-titan-premiere-exploration-mer-extraterrestre-62583/

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/05/2016 à 23:05, zx a dit :

 

Sur Titan, première exploration d'une mer extraterrestre

Sur Titan, la sonde Cassini fait de l'océanographie. En scrutant au radar les profondeurs d'une mer d'hydrocarbures, elle en a déterminé la nature – du méthane, et non de l'éthane, comme on l'a longtemps cru –, mesuré la profondeur – plus grande que prévu – et analysé les sédiments, faits de matière organique. Et sur la côte, les terrains sont curieusement « humides » (humides au sens de Titan, bien sûr).

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-titan-premiere-exploration-mer-extraterrestre-62583/

 

     Eh ben oui, la similitude du cycle du méthane liquide, avec l'eau liquide sur Terre va + loin qu'on l'imaginait ... Maintenant on s'aperçoit que le cycle de méthane liquide crée des sédiments et est même probablement a l'origine de roches sédimentaires : Car si les terrains cotiers ont la tendance a rester "humides" (et si ce n'est pas expliqué par de récentes précipitations) alors cela veut dire que ces terrains cotiers sont sédimentaires et qu'ils absorbent le méthane liquide par capillarité comme le ferait du sable sur une plage très plate sur Terre (la capillarité du sable amènerait l'eau de mer assez loin)

  Et comme en + ils observent la formation de couches sédimentaires au fond des mers avec les matériaux organiques qui tombent du ciel ... C'est vraiment une copie conforme du cycle de l'eau terrestre, le + marrant serait après de comparer les propriétés physiques exactes du méthane liquide et son comportement : Car il doit forcément y avoir des différences avec l'eau (hormis la masse molaire et les t°)

   Le + troublant a observer cela doit être la capacité de ces mers de méthane liquide a refroidir encore + ce mini-monde par évaporation ... Je m'étonne d'ailleurs que les t° ne soient justement pas + basses a cause de cela

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5228
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    scrat s16
    Membre le plus récent
    scrat s16
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20345
    Total des sujets
    1151346
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets