fanaPHIB

Les attaques de nageurs de combat depuis les années 1960

Recommended Posts

Bonjour,

 

Les nageurs de combat modernes sont nés en Italie à la fin de la guerre 1918-18 avec le sabotage du cuirassé Austro-hongrois Viribus Unitis dans le port de Pola en 1918.

Ils se sont développés durant la seconde guerre mondiale et ont connu une renaissance dans les années 1950-60 (reconstitution des NC italien, création des NC français et allemands).

Pendant la guerre d'Algérie, les nageurs de combat du service action du SDECE français ont saboté de nombreux navires faisant du trafic d'armes avec l'Algérie.

 

Qu'est-ce qu'une "attaque nageurs" ?

Il s'agit du sabotage d'un navire au mouillage par la fixation sous sa coque d'une charge explosive après une nage d'approche en surface ou en plongée.

 

Si les "attaques nageurs" de la seconde guerre mondiale sont bien connues, ce n'est pas le cas pour l'époque contemporaine.

 

Voici une petite liste personnelle à compléter, que je fais débuter après la guerre d'Algérie :

 

En juin 1967, une équipe de nageurs de combat israéliens coule un dragueur de mines égyptien dans la base navale d’Alexandrie.

 

En septembre 1969, les nageurs de combat israéliens mènent deux attaques successives :

-          l’opération Escort, où des patrouilleurs lance missiles égyptiens sont coulés dans la base navale de Ras-Sadat,

-          l’opération Raviv, où sont coulés des navires de débarquement égyptiens transportant des chars de combat dans le port de Ras-Soder dans le Sinaï.

 

Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1973, deux paires de nageurs de combats israéliens se sont introduits à l’intérieur du port militaire de Port Saïd. L’une d’elles mine avec succès deux engins de débarquement égyptiens, l’autre ne reviendra jamais.

 

Le 10 juillet 1985 dans le port d’Auckland (Nouvelle-Zélande) deux nageurs de combat de la DGSE piègent le navire Rainbow Warrior de l’ONG Greenpeace. Le navire coule dans le port (1 mort).

 

Dans la nuit du 20 décembre 1989 deux Navy Seals sabotent un patrouilleur de la marine panaméenne dans le port de Balboa pour empêcher une éventuelle fuite du général Noriega par la mer. Le navire est coulé. Il s’agit à ce jour de la seule attaque nageur recensée effectuée par les Navy Seals.

 

Le 12 août 2008, une équipe de nageurs de combat russes de la flotte de la Mer noire aurait détruit avec succès plusieurs patrouilleurs géorgiens au mouillage dans la rade de Poti.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

1947-1948 :

Dans le cadre de l'opération Embarrass du MI6 mise sur pied en 1947 pour lutter contre l'immigration juive illégale en Palestine, deux équipes d'anciens du SOE sont déployées en France et en Italie, avec pour couverture en cas de capture qu'ils auraient été recrutés par une organisation anticommuniste inquiète de l'infiltration soviétique dans cette immigration. Les opérations sont surveillées de près par le gouvernement britannique et ont l'ordre de ne pas causer de dégâts humains. Des attaques sont faites sur cinq navires dans des ports italiens, aboutissant à un "total loss" et deux autre navires endommagés, les mines placés sur les autres ont apparemment été découvertes. Une tentative contre le President Warfield à Sète est envisagée début été 1947 mais abandonnée faute de garantie qu'il n'y aurait pas de pertes humaines, puis toutes les opérations de ce type sont suspendues en France après que le gouvernement français a assuré qu'il prendrait des mesures en mai 1947. Deux mois plus tard, le President Warfield partira de France pour devenir célèbre sous le nom d'Exodus. (Source : l'histoire autorisée du MI6 par Keith Jeffery.)

En Palestine sous mandat britannique, le navire Empire Rival est endommagé par une mine magnétique posée par un plongeur de la Hagana. Le commander Lionel Crabb déjouera une tentative de miner un destroyer en ravitaillement (Nicholas Bethell, The Palestine Triangle).

Le 10 avril 1948, le SS Lino chargé d'armes à destination d'un pays arabe est saboté dans le port italien de Bari. Ce serait l'oeuvre de nageurs de combats sionistes (à cette époque, Israël n'existe pas encore) (http://www.betasom.it/forum/index.php?showtopic=37186)

1957-1959 :

Les cargos Bruja Roja puis Sirocco (ou Typhon selon une source) du trafiquant d'armes George Puchert à destination du FLN sont coulés à Tanger (Maroc) en 1957 par des nageurs de combat du SDECE.

En septembre 1958, c'est le cargo Atlas est coulé à Hambourg, puis en mars 1959 le cargo Alkahira est coulé à Ostende (Belgique).

1962 :

29 juin 1962 : trois nageurs vietnamiens (team Vulcan) formés par la CIA tentent de piéger trois patrouilleurs classe Swatow à Quang Khe au Nord Viêt Nam. Pour une raison inconnue, la mine d'un des nageurs explose alors qu'il est en train de la poser. Au moins un des Swatows est coulé, mais les deux autres nageurs sont capturés. Leur embarcation est repérée et prise en chasse par un patrouilleur qui, après trois heures de poursuite, détruit la jonque qui a servi de bateau-mère. Deux autres sudvietnamiens sont tués et dix capturés. Le dernier membre d'équipage reste dissimulé dans la cabine de la jonque semi-submergée et rejoindra le Sud Viêt Nam en dérivant. 

1963 :

15 décembre 1963 : nouvelle tentative (team Neptune) contre les Swatow à Quang Khe. La mission est annulée après que le Swift boat les transportant se fut égaré.

Le 23 décembre 1963, dix Cubains anti-castristes formés par la CIA attaquent quatre vedettes lance-missiles classe Komar ancrées à l'île des Pins. La CIA estime en avoir coulé trois, les médias cubains parlent seulement d'un navire partiellement détruit (source : Dick Couch et William Doyle, Navy SEALs: Their Untold Story).

1964 :

15 février 1964 : le Naval Advisory Detachment du MACVSOG, qui a pris les commandes de ces opérations, se montre peu original au possible en retentant la même opération. A peine les nageurs ont-ils quitté le Swift boat en zodiac qu'un vent se lève et le pneumatique chavire, perdant les scaphandres et les mines. L'ayant retourné et grimpé à bord, ils rament pendant plusieurs heures avant de retrouver le bateau. 

11 mars 1964 : nouvelle tentative. Cette fois les quatre nageurs arrivent à se mettre à l'eau et se dirigent vers leur objectif, mais la jetée est vide. Un binôme tente de remonter la rivière Gianh vers une deuxième jetée, mais vu leur consommation d'oxygène, ils sortent de l'eau pour l'atteindre à pieds mais se font rapidement détecter. Ils seront capturés après une semaine de fuite. L'autre binôme est également découvert avec le chef d'équipe capturé et le dernier nageur tué.

Le 2 mai 1964, deux nageurs du 65th Special Operations Group du FNL (Viet Cong) piègent l'ancien porte-avions d'escorte utilisé comme transport USNS Card dans le port de Saïgon. L'explosion tue cinq civils de l'US Navy ; le navire sera renfloué 17 jours plus tard. Réparé aux Philippines, il reprend du service dès le 11 décembre 1964.

1967 :

En juin 1967, une équipe de nageurs de combat israéliens coule un dragueur de mines égyptien dans la base navale d’Alexandrie.

1969 :

En septembre 1969, les nageurs de combat israéliens mènent deux attaques successives :

-          l’opération Escort, où des patrouilleurs lance missiles égyptiens sont coulés dans la base navale de Ras-Sadat,

-          l’opération Raviv, où sont coulés des navires de débarquement égyptiens transportant des chars de combat dans le port de Ras-Soder dans le Sinaï.

1973 :

Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1973, deux paires de nageurs de combats israéliens se sont introduits à l’intérieur du port militaire de Port Saïd. L’une d’elles mine avec succès deux engins de débarquement égyptiens, l’autre ne reviendra jamais.

1980 :

Dans la nuit du 28 au 29 octobre 1980, deux nageurs de combat du SDECE opérant d'un yacht piègent la frégate libyenne Dat Assawari alors en modernisation aux Cantieri Navali Riuniti à Gênes. L'explosion provoque un trou de trois mètres dans la quille, mais le navire n'a pas coulé vers le fond parce que les cloisons des compartiments ont tenu. La frégate sera réparée en octobre 1983.

1984 :

En juillet 1984 le cargo Ghat mine des zones de la mer Rouge (le golfe de Suez et à proximité du détroit de Bab al-Mandeb). Dix-neuf navires seront endommagés par les mines. Robert Gates dans ses mémoires From the Shadows dit qu'il y a eu utilisation de nageurs de combat, sans plus de détails. Déterminer la responsabilité libyenne dans ce minage fut un succès important de la CIA.

1985 :

Le 10 juillet 1985 dans le port d’Auckland (Nouvelle-Zélande) deux nageurs de combat de la DGSE piègent le navire Rainbow Warrior de l’ONG Greenpeace. Le navire coule dans le port (1 mort).

1986 :

En janvier 1986, les deux hydrofoils Svalan et Tarnan battant pavillon chypriote et amarrés à Messine (Italie) sont détruits par une action de nageurs de combat. Ce serait l’œuvre du Mossad, qui aurait estimé que la compagnie détenant ces navires était un paravent de l'OLP (http://www.betasom.it/forum/index.php?showtopic=37186).

En juin 1986, des nageurs de combat du 4 Reconnaissance Regiment (4RR) sud-africain piègent plusieurs navires dans le porte de Namibe en Angola. Le cargo cubain Habana chavire, les navires soviétiques Kapitan Vislobokov et Kapitan Chirkov sont endommagés. L'URSS y envoie le détachement de PDSS ("défense contre les nageurs et matériels de sabotage") de la flotte de la mer Noire pour participer au sauvetage et à la sécurité.

1989 :

Dans la nuit du 20 décembre 1989 deux binômes des Navy SEAL sabotent un patrouilleur de la marine panaméenne dans le port de Balboa pour empêcher une éventuelle fuite du général Noriega par la mer. Le navire est coulé. Il s’agit à ce jour de la seule attaque nageur recensée effectuée par les Navy SEAL.

2008 :

Le 12 août 2008, une équipe de nageurs de combat russes de la flotte de la Mer noire aurait détruit avec succès plusieurs patrouilleurs géorgiens au mouillage dans la rade de Poti.

Edited by Rob1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une histoire assez développée des nageurs de combat italiens de la WWII : http://www.theatrum-belli.com/archive/2007/11/28/les-kamikazes-italiens-du-prince-noir.html

 

J'ai lu quelque-part qu'un groupe de nageurs italiens avait été récupéré par l'OSS après l'armistice de 1943, mais pas d'infos sur ce qu'ils ont pu faire...

Edited by Rob1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que c'est une légende "urbaine", le nombre d'accidents qu'à subit la marine soviet en mer et a terre fait frémir.

Sur un fil concernant les dauphins militaires, on a parlé de raids mené contre des navires US au Sud Viêt Nam ( un CVE transformé en transporteur d'avions coulé par le Viêt-cong) et de raids au Nicaragua dans les années 80.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me posais une question sur les nageurs de combat :

 

Comment font ils pour nager de nuit ? Portent ils des lunettes de vision nocturnes étanches, ou nagent ils "aux instruments" ?

Y a t il beaucoup d'infiltration sous marine de nuit, ou la journée est favorisée ?

 

Merci d'avance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

De mémoire de mes lectures, je n'ai pas souvenir d'avoir entendu parler de JVN sous-marine (sans phare ir, il doit pas y avoir beaucoup de lumière à amplifier sous l'eau et utiliser un phare ir sous l'eau est probablement pas une bonne idée). Les plongeurs dépendent presque tout le temps des instruments, car quand la visibilité sous l'eau est bonne, c'est que c'est pas le moment  ou l'endroit de tenter une infiltration "discrète".

De ce que je comprends, le meneur a une planchette avec un compas et un chrono, il sait à peu près quel distance il parcours à chaque battement et l'expérience, l'entrainement et la préparation de la mission font qu'il devrait avoir une petite idée de la dérive due au courant. Mais c'est un truc pour des gens expérimentés au sein des unités les plus sélectes que l'on puisse imaginer.

Edited by TimTR

Share this post


Link to post
Share on other sites
Y a t il beaucoup d'infiltration sous marine de nuit, ou la journée est favorisée ?

 

De préférence de nuit, comme pour la plupart des opérations spéciales où furtivité et surprise sont essentielles. Même si tout le monde doit connaître le principe d'attaque de nuit, la nuit les gardes sont moins alertes, forcément ce n'est pas naturel pour l'horloge biologique et on voit moins bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

De préférence de nuit, comme pour la plupart des opérations spéciales où furtivité et surprise sont essentielles. Même si tout le monde doit connaître le principe d'attaque de nuit, la nuit les gardes sont moins alertes, forcément ce n'est pas naturel pour l'horloge biologique et on voit moins bien.

 

Il y a aussi beaucoup moins de souci d'interférence avec les civils, et puis la nuit tous les chats sont gris.

 

Pour la navigation en plongée autonome il existe des GPS sous marin, c'est disponible au grand public. Ca impose un relai en surface, mais un simple petit objet flottant entre deux eaux suffit. On peut alors imaginé tirer la bouée/antenne avec un fil derrière le plongeur qui fait sa navigation lorsqu'il a besoin de faire le point, puis le refaire couler en tirant sur le fil lorsqu'on a besoin de plus de discrétion.

 

Thales propose ca depuis des année, aussi bien pour les mili que pour les civils. En général le systeme de communication bouée/antenne-plongeurs apporte des fonctionnalité additionnel au positionnement, la communication entre plongeurs via messagerie texte, ou phonie si scaphandre compatible, partage des géolocalisations etc. ca doit meme pouvoir permettre de relayer des communication radio "plongeur<->bouée<->vers reste du monde". C'est un système de communication par sonar qui permet de dialogue plongeur<->bouée un peu comme un wifi de la mer. La bouée dialogue avec le terminal du plongeur en lui envoyant la position de la bouée mais aussi la position relative du plongeur par rapport a la bouée selon le relèvement d’où vient le signal et la distance de celui ci - si réponse genre sonar actif - le terminal du plongeur calcul alors la position exacte du plongeur et la renvoi a la base/bouée qui peut alors la rediffuser aux autres plongeurs si besoin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quand les nageurs de combat se préparaient à couler les vedettes de Kadhafi... en 1984

 

[...]

La Marine avait alors au moins deux objectifs militaires, selon l'amiral Lanxade : attaquer une base aérienne avec ses Super-Etendard, «comme l'armée de l'air à Ouadi-Doum», au Tchad, deux ans plus tard. Et couler les vedettes de la marine libyenne par un action des nageurs de combat du commando Hubert. C'est, à notre connaissance, la première fois que ces projets étaient évoqués publiquement.

[...]

 

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/quand-nageurs-combat-se-preparaient-a-couler-vedettes-kadhafi-en-1984-24503#comments-anchor

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après diverses recherches :

- 10 avril 1948, le SS Lino chargé d'armes à destination d'un pays arabe est saboté dans le port italien de Bari. Ce serait l'oeuvre de nageurs de combats sionistes (l'Etat d'Israël n'existe pas encore) (http://www.betasom.it/forum/index.php?showtopic=37186)

Les courtes biographies du célèbre plongeur Lionel "Buster" Crabb que j'ai lues disent aussi qu'il a repris du service quand on craignait les sabotages de l'Irgoun, sans plus de détails. Peut-être une piste à creuser.

Dans la lutte anti-trafic d'armes à destination du FLN :

- 1957 : les cargos Bruja Roja puis Sirocco (ou Typhon ?) sont coulés à Tanger (Maroc)

- septembre 1958 : le cargo Atlas est coulé à Hambourg

- mars 1959 : le cargo Alkahira est coulé à Ostende (Belgique)

J'ai aussi trouvé trace du Emma, yacht norvégien venant de Zeebruges et Anvers, également suspecté de se livrer au trafic d'armes, qui aurait explosé au large de Tanger (pas d'affirmation certaine que c'est l'oeuvre de NC)

Moins détaillées, les opérations de la CIA contre le régime castriste (opération Mongoose, mangouste) auraient vu au moins une opération de NC : le 23 décembre 1963 : dix Cubains anticastristes formés par la CIA attaquent quatre vedettes lance-missiles classe Komar ancrées à l'île des Pins. La CIA pense avoir coulé trois d'entre eux, les médias cubains parlent d'un navire partiellement détruit (source : Dick Couch et William Doyle, Navy SEALs: Their Untold Story).

- janvier 1986 : les deux hydrofoils "Svalan" et "Tarnan" battant pavillon chypriote et qui étaient amarrés à Messine (Italie) sont détruits par une action de nageurs de combat. Ce serait un coup du Mossad, pour qui la compagnie détenant ces navires était un paravent de l'OLP (http://www.betasom.it/forum/index.php?showtopic=37186). Décidément, les nageurs de combat aiment bien l'Italie.

Pour l'opération des SEAL au Panama, ce sont deux paires de nageurs de combat qui pris part à l'opération.

Edited by Rob1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

En relisant l'article sur Lionel Crabb dans le magazine Los! n°8, j'ai remarqué que dans un petit encadré p. 74 il est dit que Crabb aurait affronté un homme-grenouille italien en combat sous-marin. :blink:Cependant, la page wikipédia sur le film The Silent Enemy dit que ce genre de combat n'a pas eu lieu et je n'en trouve pas trace ailleurs. :sinterrogec:

Est-ce que quelqu'un a des informations à ce sujet ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien que je me suis intéressé longtemps - il à de nombreuses années maintenant - aux "hommes grenouilles" de la seconde guerre mondiale et à Lionel Crabb, en particulier,  j'avais  trouvé peu d'information sur ce dernier sur le fond.

Je crois que c'est Paris-Match - à l'époque, en 1956 peut-être et que j'avais lu - qui avait donné cette information sur Lionel Crabb et son "combat" avec un Italien (jamais confirmé) lors de sa disparition après la visite des croiseurs soviétiques en Grande-Bretagne. Je ne puis donc pas vous répondre ou rajouter un élément sur le point que vous demandait. Mais je suis toujours preneur d'informations et je vais acquérir ce numéro de Lost que je ne possède pas encore.

Merci pour vos informations. Janmary

https://fr.sputniknews.com/societe/201411111022971432-les-mysteres-de-l-histoire-russe-la-disparition-mysterieuse-du-capitaine-lionel-crabb/

 

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, autre cas historique quelque peu inattendu, une opération de l'inénarrable colonel Kaddhafi : en juillet 1984 le cargo Ghat mina des zones de la mer Rouge (golfe de Suez et proximité du détroit de Bab al-Mandeb). Dix-neuf navires furent endommagés par les mines. Au moins un texte que j'ai consulté (From the Shadows de Robert Gates) dit qu'il y a eu utilisation de nageurs de combat. Déterminer la responsabilité libyenne dans ce minage fut un succès important de la CIA.

Il semble qu'il y ait également eu des opérations de nageurs de combat lors des conflits indo-pakistanais.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'histoire autorisée du MI6 par Keith Jeffery mentionne l'opération Embarrass mise sur pied en 1947 pour lutter contre l'immigration juive illégale en Palestine. Deux équipes d'anciens du SOE ont été déployées en France et en Italie avec pour couverture en cas de capture qu'ils avaient été recrutés par une organisation anticommuniste inquiète de l'infiltration soviétique dans cette immigration. Les opérations étaient surveillées de près par le gouvernement britannique et avaient l'ordre de ne pas causer de dégâts humains. Des attaques ont été faites sur cinq navires dans des ports italiens, donnant un "total loss" et deux endommagés, les mines placés sur les autres apparemment découvertes.

Une tentative contre le President Warfield fut envisagée à Sète début été 1947 mais abandonnée faute de garantie qu'il n'y aurait pas de pertes humaines, puis toutes les opérations de ce type suspendues en France après que le gouvernement français ait assuré qu'il prendrait des mesures en mai 1947. Deux mois plus tard, le President Warfield partait de France pour devenir célèbre sous le nom d'Exodus...

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/07/2016 à 02:51, Rob1 a dit :

Tiens, autre cas historique quelque peu inattendu, une opération de l'inénarrable colonel Kaddhafi : en juillet 1984 le cargo Ghat mina des zones de la mer Rouge (golfe de Suez et proximité du détroit de Bab al-Mandeb). Dix-neuf navires furent endommagés par les mines. Au moins un texte que j'ai consulté (From the Shadows de Robert Gates) dit qu'il y a eu utilisation de nageurs de combat. Déterminer la responsabilité libyenne dans ce minage fut un succès important de la CIA.

Il semble qu'il y ait également eu des opérations de nageurs de combat lors des conflits indo-pakistanais.

Sur la Libye toujours, il se dit qu'il y aurait eu des actions beaucoup plus récemment. Genre en 2011.

Va falloir attendre quelques années (plus ?) pour vérifier...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Retour sur Lionel Crabb, après avoir trouvé quelques sources supplémentaires :

- Sur sa période en Palestine, Nicholas Bethell dans The Palestine Triangle rapporte que le navire Empire Rival fut endommagé par une mine magnétique posée par un plongeur de la Hagana, et que Crabb déjoua une tentative de miner un destroyer en ravitaillement.

- Un historien a trouvé dans les archives qui montrent qu'une opération similaire avait été demandée (mais refusée) contre le Sverdlov à l'occasion de sa visite pour le couronnement d'Elisabeth II en 1953; qu'une autre fut bien menée par plusieurs plongeurs (dont Crabb) sur le Sverdlov à Portsmouth fin 1955; et d'une demande aux Danois de faire de même fin novembre 1955. Par contre, rien qui permette de vérifier l'affirmation de Spycatcher qu'une tentative avait été faite contre l'Ordzhonikidze dans un port soviétique par un X-Craft en 1955.

- le chef de la station de Londres Nicholas Elliott a écrit dans ses mémoires qu'un plongeur de la Navy avait aussi fait une plongée sous l'Ordzhonikidze et en avait ramené des photos, présentant ça comme une initiative individuelle. Des archives montrent que cette opération non-autorisée a bien eu lieu, même si on peut douter qu'elle ait été purement individuelle.

- outre la petite taille inhabituelle, l'identification du corps comme étant celui de Crabb repose sur la présence d'une cicatrice au genou signalée par un de ses collègues, que le légiste n'avait pas repérée au premier examen, et d'un hallux valgus à un des gros orteils. C'est assez convainquant, mais la presse est restée sceptique.

- Les anciens SBS Falconer et Camsell disent qu'après l'affaire Crabb il a fallu attendre vingt ans pour recommencer ce genre d'opération, mais la presse a rapportée la mort accidentelle de deux plongeurs (sans préciser s'ils étaient civils ou militaires) alors qu'ils espionnaient des navires soviétiques à Plymouth en 1967 (si quelqu'un a accès aux archives du Times du 24 mai 1967, je suis preneur).

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai refondu le deuxième post de ce fil pour en faire une liste "mise à jour" de référence.

(Au passage, je remarque que, finalement, une grande proportion de ces attaques ont été faites par des services secrets plutôt que dans des opérations militaires.)

J'ai aussi ajouté un cas en Afrique australe dans les années quatre-vingt. J'ai vu qu'il existe un livre sur le sujet, Iron Fist From The Sea: South Africa's Seaborne Raiders 1978-1988 de Douw Steyn, Arnè Söderlund qui contient peut-être plus d'informations.

 

Edited by Rob1
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Outre la petite taille inhabituelle, l'identification du corps comme étant celui de Crabb repose sur la présence d'une cicatrice au genou signalée par un de ses collègues, que le légiste n'avait pas repérée au premier examen, et d'un hallux valgus à un des gros orteils. C'est assez convainquant, mais la presse est restée sceptique.

Moi j'avais lu dans Guerre froide et espionnage naval que la personne qui avait identifié le corps de Crabb était revenue sur sa déclaration. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, je signale un chapitre de Chuck Pfarrer dans Warrior Soul où celui-ci, SEAL en protection de manœuvres quelque-part au Moyen-Orient au milieu des années 80, dit avoir déjoué une tentative de mystérieux nageurs de combat déguisés en pêcheurs de piéger un navire de l'US Navy. Je n'ai trouvé aucune corroboration de cette histoire. Il n'identifie pas les lieux, le pays et dit ignorer la nationalité des nageurs. Je suppose que c'était un exercice Bright Star en Egypte, et comme suspect habituel je verrais bien Kaddhafi.

Sinon j'ai vu cette idée :

Citation

D'après un NC de la DGSE : "Rappelons que la plongée humaine en général comporte en soi quelque chose d'éminement latin; je dis que la civilisation anglo-saxonne n'a pas une tournure d'esprit qui soit en rapport avec ce genre d'activités."

Vous en pensez quoi ?

Edited by Rob1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,402
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Hannibal Lektor
    Newest Member
    Hannibal Lektor
    Joined
  • Forum Statistics

    20,690
    Total Topics
    1,244,376
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries