Recommended Posts

https://siamactu.fr/thailand-retailers-will-ban-plastic-bags-from-january-2020/ (7 septembre 2019)

Le ministre thaïlandais de l'Environnement a annoncé un accord majeur avec les détaillants, les fabricants de plastique et les centres commerciaux pour arrêter de fournir des sacs en plastique à usage unique aux clients. Ce nouveau programme entrera en vigueur en janvier 2020.

Parmi les entreprises impliquées, on compte Central, The Mall, CP All (propriétaire de 7 - Eleven Thailand), Makro, Robinson, Bangchak, Big C, Index Living Mall et PTT, ainsi que diverses associations professionnelles.

Ces partenaires se sont engagés à ne plus distribuer de sacs plastiques à usage unique aux clients à partir de janvier.

En outre, à partir de 2022, l'interdiction des emballages alimentaires en polystyrène et autres articles en plastique à usage unique, y compris les pailles et les tasses, entrera également en vigueur.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://kyotoreview.org/book-review/review-anand-panyarachun-and-the-making-of-modern-thailand/

Les éditions Didier Millet, éditeur français basé à Singapour, publient, sous la plume anglaise du journaliste Dominic Faulder, une monumentale et savante biographie d'Anand Panyarachun, l'un des plus importants premiers ministres thaïlandais de ces dernières décennies.

La vie politique d'Anand a commencé en 1958, à l'âge de 26 ans, lorsqu'il est devenu chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères thaïlandais qui a occupé le poste le plus longtemps, et on peut dire qu'il a pris fin en 2004 à la présidence du Groupe de personnalités de haut niveau sur les menaces, les défis et le changement du Secrétaire général des Nations Unies. Parmi ses contemporains figurent U Thant, Dean Rusk, Zhou Enlai, Henry Kissinger, Lee Kuan Yew, George H. W. Bush, Suharto et Kofi Annan, sans parler des innombrables Thaïlandais des sphères publique et privée qui ont façonné les affaires intérieures et étrangères de leur nation.

Le portrait d'Anand qui se dégage des pages est celui d'un individu complexe aux principes indéniables et contradictoires. C'est ce qui apparaît très tôt dans sa vie et explique en partie son ascension fulgurante au ministère des Affaires étrangères. Bien qu'issu d'une famille aisée dont les liens s'étendaient aux cercles royaux - c'est-à-dire à la préservation même de la définition et de la revendication des " valeurs thaïlandaises " - Anand a toujours présenté des caractéristiques plus souvent considérées comme occidentales : pensée critique, initiative, individualité, franchise. C'est ce qu'exigeait la Thaïlande dans ses relations avec les pays étrangers et au sein de ceux-ci. Cette complexité explique aussi la persécution d'Anand au ministère en 1976, lorsque son insistance de principe sur une politique dirigée par des civils s'est avérée trop forte pour une armée défendant ses intérêts catégoriels. Dans les deux cas, il s'est admirablement acquitté de sa tâche, tout comme Faulder qui a exprimé la gratuité de l'agression de l'armée et le tribut qu'elle a causé au diplomate et à sa famille.

L'aspect le plus compromis de l'héritage d'Anand concerne son refus de tenir les militaires légalement responsables des violences et des violations du "Black May" de 1992. Son intention expresse d'identifier les officiers ayant une "responsabilité politique" et de "retirer ces personnes des postes de commandement" a été dûment réalisée. Pourtant, sa justification pour ne pas poursuivre une enquête criminelle, à savoir que "cela aurait été hors de mon contrôle et jusqu'au tribunal, et qu'il l'aurait transmise au prochain gouvernement", n'a tout simplement aucune logique. Le fait qu'une telle enquête n'ait pu être menée à terme pendant son bref mandat de premier ministre n'était pas une raison pour ne pas entamer le processus. L'autre explication de Faulder, à savoir le "mandat de veiller à ce que justice soit rendue par un gouvernement élu ", reflète uniquement le jugement politique d'Anand, et non un précepte juridique ou constitutionnel. Ce jugement est non seulement timide et en partie responsable de la présomption d'impunité subséquente de l'armée, mais il n'est pas conforme aux principes qu'Anand avait adoptés par ailleurs.

Parmi les actes les plus marquants de son passage à la tête du pays, il a présidé le comité de rédaction de la Constitution thaïlandaise de 1997, dont le processus et les résultats sont les plus proches que le pays ait jamais connus de la gouvernance démocratique. Sa lettre a été abandonnée après le coup d'État de 2006, son esprit et sa substance par l'actuelle junte thaïlandaise.

https://kyotoreview.org/book-review/working-towards-monarchy-the-politics-of-space-downtown-bangkok/

S'inspirant de l'étude de Ian Kershaw sur l'Allemagne nazie, Ünaldi soutient que des groupes distincts ont contribué à renforcer le pouvoir charismatique du roi Bhumibol. En restant à l'écart des décisions quotidiennes, le roi Bhumibol se fiait aux autres pour interpréter ses directives. Des élites ambitieuses ont ainsi "travaillé dans une direction favorable" à la monarchie pour gagner des faveurs au sein des réseaux de la haute société, conduisant à des niveaux toujours plus élevés de capital social - et par extension  de capital réel.

il s'appuie sur une lecture sophistiquée, quoique peu critique, des écrits de Max Weber sur le charisme - assez proche de la notion thaïlandaise de barami pour être directement pertinente. Le charisme, affirme M. Ünaldi, s'est particulièrement bien développé au cours des périodes de transformation politique et économique, ce qui explique pourquoi et comment le roi Bhumibol est devenu si important pour l'ordre social thaï depuis le milieu du XXe siècle. Cela explique aussi pourquoi Thaksin était une telle menace.

Dans un deuxième chapitre crucial, "L'histoire de deux dieux", Ünaldi montre comment, plutôt que de "s'accrocher" au barami du roi, Thaksin a cherché à construire son propre réservoir de mérite. En usurpant les prérogatives royales, Thaksin a tenté de se placer au centre de l'avenir de la Thaïlande. Surtout, il s'est servi de sa fortune et de sa politique électorale pour atteindre cet objectif : exploiter les aspirations de la majorité rurale et construire son barami en tenant ses promesses.

Le danger que Thaksin représentait pour l'establishment était donc que son barami soit le produit de forces modernisatrices obtenues en exploitant à la fois les contradictions du capitalisme approuvé par le roi et le système politique issu de la crise économique de 1997.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.nationthailand.com/news/30381460

800_f469fb328250ad6.jpg

Certains membres de l'Association des guides professionnels de Thaïlande, dirigée par le président Wirote Sitaprasertnand, se sont réunis vendredi 31 janvier à 15 heures sur le parking de Siam Niramit, dans un geste de solidarité avec les habitants de la ville de Wuhan en Chine, les encourageant à lutter contre la nouvelle crise du coronavirus.

https://www.nationthailand.com/news/30381458 (2 février 2020)

800_5e26106e7664004.jpeg

L'air dans six districts de Bangkok à des niveaux dangereux

Les particules de moins de 2,5 microns de diamètre (PM2,5) ont dépassé les normes de sécurité dans les districts de Thonburi, Bang Khun Thian, Bang Na, Din Daeng, Yan Nawa et Pathumwan.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela ne me surprend qu'à moitié à vrai dire.

Tout ce qu'on peut lire sur le personnage tend à indiquer qu'il n'a pas toute sa tête...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bientôt cette histoire en hentaï?

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, debonneguerre a dit :

Certains stockent des pâtes et du riz, et puis il y en a d'autres qui..

Dans Rama X, il y a X....:smile:

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
21 hours ago, Cathax said:

Ce qui m'intrigue surtout dans cette histoire, c'est comment Shorr Khan a fait pour usurper l'identité d'un monarque en exercice.

Il n'a aucune inhibition :tongue:.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 22 heures, Cathax a dit :

Ce qui m'intrigue surtout dans cette histoire, c'est comment Shorr Khan a fait pour usurper l'identité d'un monarque en exercice.

le Talentueux Mr. Shoor Khan a reçu un enseignement de qualité par des maîtres en la matière :) 

 

 

Edited by Benoitleg
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

De toute façon, il vivait déjà la moitié de l'année à l'étranger.

Je ne sais pas comment il fait pour gouverner un pays où il n'est présent que la moitié du temps, mais bon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

20 femmes et possiblement 4 épouses ???

C’est un suicide :biggrin:

Et moi je suis confiné avec 1 seule femme, un gniard et plein de bouteilles de javel : le BONHEUR !

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Hirondelle a dit :

20 femmes et possiblement 4 épouses ???

C’est un suicide :biggrin:

Et moi je suis confiné avec 1 seule femme, un gniard et plein de bouteilles de javel : le BONHEUR !

Mais Rama X (ou Shoor Khan ?)  a des gardes du corps en cas d'ennuis extra-conjugaux...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Christian092
    Newest Member
    Christian092
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,300,304
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries